Jump to content

[Communauté] Le cercle des poètes disparus


Lovveless
 Share

Recommended Posts

Certes, j'ai lu l'assassin royal effectivement (enfin, je le lis au ralenti en ce moment : j'en suis à la moitié du tome deux), mais j'avais déjà avant un haute opinion des fous, il est possible que cette lecture m'inspire, bien que le poème n'ai été fait à partir d'une discussion avec un jeune demoiselle.

J'en ai un autre, encore :

 

L'épouvantail

 

Je ne suis qu'un épouvantail

Perdu sur un champ de bataille

Où mon trop frêle corps de paille

Subit les balles et les entailles

 

Des soldats passent, des soldats meurent

Et patiament, j'attend mon heure

Autour de moi, les Hommes ont peur

Et je reste là, bercé de pleurs

 

Et moi petit épouvantail

Perdu sur ce champ de bataille

Je cherche à rire, pas à pleurer

Et d'un sourire les rassurer

 

Mais mon sourire paraît sadique

Et mon rire sème la panique

Je suis un monstre aux yeux des Hommes

Quand c'est leur faute si le glas sonne

 

Moi, le 19 Juin 2011

 

Je n'écris plus en ce moment, car mes pensées sont trop noires, je fais forcement du tragique. Mais je vais essayer de me mettre au comique, un peut.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, lettrée communauté.

Voici un poème simple de ma création.

 

Existons-nous encore ?

 

Comme un ange qui meurt

Notre amour s'est arrêté.

Comme une fée qui pleurs

Nous devons nous consoler.

 

Mais existons nous encore

Lorsque l'amour est mort ?

Doit-on encore y croire

Après un tel déboire ?

 

Je pense encore à toi

Alors que tu m'oublie.

J'ai perdue toute joie,

Toi, tu as refait ta vie.

 

Mais existons nous encore

Lorsque l'amour est mort ?

Doit-on encore y croire

Après un tel déboire ?

 

Ce qui ne nous tue pas

Ne nous rend pas plus fort.

Je préfèrerai la mort

Plutôt que d'être séparé de toi.

 

Mais existons nous encore

Lorsque l'amour est mort ?

Doit-on encore y croire

Après un tel déboire ?

 

Le Temps est maintenant passé

Et toi tu m'as oublié.

Moi, je ne cherche plus l'amour,

Je l'ai perdu pour toujours.

 

Mais existons nous encore

Lorsque l'amour est mort ?

Doit-on encore y croire

Après un tel déboire ?

 

Cela fait des année

Que tu m'as quitté.

Moi, je n'ai plus jamais rie,

Je cherche même a perdre la vie.

 

Mais existons nous encore

Lorsque l'amour est mort ?

Doit-on encore y croire

Après un tel déboire ?

Link to comment
Share on other sites

Legillian je ferai quelques petites réductions sur le premier couplet et quelque correction sur l'orthographe mais j'adore. Saucisse, j'aime un peu moins, peut être trop long, je sais pas, ça ne m'a pas touché, et un petit manque de rythme a mon gout, plusieurs fautes sonores, même si le refrain est bien. Mais sinon c'est bien.

 

Je profite de ce message pour demander si quelqu'un a demander pour le forum.

Et en plus j'ai besoin de votre sage lanterne pour juger ce travail récent que je cherche plus mature et moins "dégoulinant" que les autres.

 

Nos amis nous laissent seuls.

Nos joies ont un gout amer.

Sur nos rêves se posent un linceul,

La vie devient alors arbitraire.

 

Leurs significations devenues troubles,

Les souvenirs sont haïs

Preuves d’un mal incurable :

Nos amis ont trahi

 

On ne peut l’oublier.

Nous devons l’accepter,

Pour la plus grande revanche.

En une insignifiante coche,

Sera réduit ce cruel forfait,

Cette ignominie,

Rappelant leurs mépris

 

27/08/2011

Link to comment
Share on other sites

Merci French, je n'avais pas relu ce texte que j'avais recopié de sur un carnet abîmé alors que j'étais complètement crevé. Y'a des fautes, je vais les corriger, mais là j'ai la flemme.

Quand au premier couplet, j'avais écrit ça comme ça, donc il n'est pas forcement réussi, mais c'est comme ça, j'ai du mal à modifier un poème.

Le tiens, par contre, si les paroles sont recherchées, le rythme est très chaotique et hétérogène, de ce fait, on profite mal du texte pourtant intéressant.

Link to comment
Share on other sites

Mes amis, bonsoir!!!

 

Je ne sais si d'ancien fidèle sauront se rappeler de moi.

 

Je suis le fondateur, du cercle des poètes disparus.

 

Revenu de mon exile ( pc cramé ), je reviens, requinqué et plus en forme que jamais ( MAcbook pro :) ). J'ai rallié des partisans a ma cause ( petite amie :D ) qui viendra surement rejoindre le monde de minefield.

 

Je dois avouer que je suis ému de temps de talents poétiques sur cette communauté. Je ne me serais jamais attendus à autant de talents, et à ce que la communauté prenne tant d'ampleur. Je suis très franchement ravis, et c'est cet attachement a la musique de la langue et des mots, qui me font revenir auprès de vous, afin de continuer a étendre nos sages paroles par des projets concrets dans minefield.

 

Alors oui, c'est très osé de ma part, de revenir comme une fleur d'un coup, comme ça, mais je dois avouer que minefield me manquait. Et depuis, j'ai eu ma copine a m'occuper, et je dois avouer qu'une nouvelle passion pour un jeu vidéo, league of legends, a occupé mes heures perdues!

 

Mais il est temps de reprendre les choses en mains. Il est temps de reconduire et de guider l'être sur la voie de la sage parole. Il est temps de se lever, mes confrères, et de crier haut et fort...

 

Carpe Diem!!!!

 

PS: une mise a jour du logo va venir :D

Link to comment
Share on other sites

Bon retour parmi nous ! Tu constateras que de nombreux anciens ont disparus des écrans radars pendant que d'autres gravissaient les échelons des rangs minefieldiens.

 

 

J'arborerai avec fierté la nouvelle version du logo, cependant si tu pouvais le faire un tantinet plus petit :P

 

 

Que la langue française soit avec toi, je me ferai une joie de te guider dans ce nouveau monde qu'est devenu notre serveur depuis ton départ :)

Link to comment
Share on other sites

Hip hip hip! Je reste présent, toujours prêt, a faire pleuvoir les mots et la langue pour s'instruire et se faire plaisir.

Bon retour parmi nous, la maison est toujours la :). On a besoin d'une meilleur organisation ce qui a causé le ralentissement, mais nous serons toujours Membre

 

Vive le renouveau d'activité!

Link to comment
Share on other sites

Alors c'est lui le chef ?

Ok, moi je veux bien, hein, j'en profite pour demander si je peux mettre le logo en signature, il est si classe ! (et vu que personne ne me l'a explicitement dit, je vérifie avant de faire une connerie...)

Link to comment
Share on other sites

Nouveau poème de moi :

 

Le voleur

 

Une lumière dorée

Passe par la fenêtre

Entre les rideaux épais

Se jette sur la moquette

 

Ces bouts dressés de laine

Fortement éclairés

Évoquent une large plaine

Ou un grand champ de blés

 

Plus loin, sur la moquette,

Une table de chevet

Sur cette table une lettre

Récemment déchirée

 

A moité éclairé,

Après cette table vernie

Un trop grand lit défait

Et puis toi endormie

 

Tu dors dans la pénombre

Sous toutes ces couvertures

D'entre tes lèvres sombres

S'échappe un doux murmure

 

Je t'écoute un moment

Je m’assoie à côté

De ton lit lit bien trop grand

Toujours aussi défait

 

Et j’attends.

 

Moi, 07/12/2011

Link to comment
Share on other sites

J'avais pensé au parcours d'un voleur, qui suis celui de la lumière, il passe par la fenêtre, il se jette sur la moquette, jette un oeil à la lettre et tombe en admiration devant la femme qui dors. Mais bon, c'est in texte plutôt "brut", auquel j'ai pas trop réfléchis, et quand je l'ai écris le titre me semblait évident. C'est vrais qu'en le relisant...

Link to comment
Share on other sites

Tiens tiens, si on déterrais ce vieux machin ?

 

Alors voila, moi j'ai écris un truc, tant que j'y suis, je le balance :

 

Et glisse la perle

 

Les humains sont brûlants

Et leur masse est ardente

Mais j'ai froid en dedans

 

Des êtres trop pensants

Prônent mais répriment

Leurs propres sentiments

 

 

Et glisse la perle

Seule témoins d'un

Fleuve qui déferle

Et puis plus rien.

 

 

Immature pour les uns

êtres survivants

Trop triste pour les gamins

 

Rester original

Libre mais toujours seul

Finir sentimental

 

 

Et glisse la perle

Seule témoin d'un

Fleuve qui déferle

Et puis plus rien.

 

 

A ne jamais choisir

Doit on forcement

Finir par pourrir ?

 

Je ne veux pas marcher

En un linceul sombre

Ou une triste naïveté

 

 

Et glisse la perle

Seule témoin d'un

Fleuve qui déferle

Et puis plus rien.

 

 

la beauté est tout juste

Dans un triste ciel

Unique constellation.

Link to comment
Share on other sites

J’apprécie beaucoup tond dernier texte legilian, faute de ponctuation, j'ai mis du temps à trouver le bon rythme mais , je trouve que c'est un texte profond et qui en dis long...

Sinon, je mettrais un "L' " devant le dernier "unique".

 

Sinon en ce moment j'essaie de travailler sur de l'alexandrin, si j'arrive a faire un truc qui me plait je vous le mettrais.

Link to comment
Share on other sites

merci bien, French. Je ne mettrai pas le "L" qui je trouve enlève un caractère particulier au dernier vers.

Ce qui me dérange le plus, c'est le vocabulaire, j'ai hésité à mettre ce texte tout de suite. Mais bon, maintenant que c'est fait...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...