Jump to content
Sign in to follow this  
Tybalt

Ikuba, encore plus qu'un marchand de meubles !

Recommended Posts

IKUBA, bien pire qu'un menuisier !

(m'emmerdent ces slogans tous fais..)

 

 

:cactus: Propriétaire : Tybalt42 (IG)

 

 

:cactus:RP de la chaîne :

 

 

 

 

 

Ikuba

:air: Par Tybalt l'Ancien

 

Le soleil se couchait tout juste, embrasant de sa lumière déclinante les plaines environnantes. Tybalt le salua, comme on salue un vieil ami. Cela faisait bien des cycles qu'il arpentait ces terres, et la nostalgie lui sautait souvent dessus sans prévenir.

 

http://www.youtube.com/watch?v=h-S90Uch2as

 

Ce soir la n'échapperait pas à la règle.

 

En effet, ses deux petits fils s'endormaient sur le canapé de son salon. Il essaya de se faufiler discrètement jusqu'à sa chambre, mais c'était sans compter sur la feuille de chêne séchée qu'un connard de scénariste avait foutu là qui s'écrasa sous ses pieds.

 

"Bordel de nouille !" laissa - t - il échapper.

 

Le juron réveilla le plus vieux de sa descendance.

 

"Eh merde"

 

Celui ci, acheva de réveiller le second.

 

"Oh tiens grand père tu tombes bien, raconte nous une histoire avant de ronfler comme un orc !"

 

Tybalt savait que toute négociation serait vaine, puisqu'elle entrainerait sans aucun doute les hurlements des enfants qui à leur tour réveilleraient leur mère. Ce qui déclencherait l'ire de cette dernière. Préférant éviter cet incident qui ne resterait pas sans conséquence, il décida de céder à leurs avances.

 

"Grmblr que voulez vous savoir les morveux?"

 

"Comment t'as acquis autant de fric !" (notez l'utilisation du verbe acquérir, 'sont pas mes gamins pour rien :') )

 

 

 

 

Cela devait être le deuxième ou troisième été le plus froid de toute ma vie. Les pluies se déchainaient, et il faisait un temps à pas mettre un creeper dehors !

 

A ce moment précis du récit, le petit fils numéro deux se ré-endormit

 

 

 

A cette époque je n'étais pas tout a fait un humain, mais je n'étais plus depuis longtemps le semi creeper fils aimé et prodigue de mes parents. La vie Minefieldienne s'était chargée de m'endurcir et de faire disparaitre tout signe de naïveté.

 

Un jour est venu où il a fallu choisir un métier. J'avais l'embarras du choix, mais par respect pour la mémoire de mes parents je décidais de ne pas suivre leur voie à la ferme. Ils voulaient mieux que ça pour moi. JE voulais mieux que ça.

 

S'en est suivit une longue réflexion, orientée par mes préférences et les nécessités de notre communauté du Lac D'Emeraude. Je voulais rester au plus près de la nature, et de par ma constitution, il m'était très déconseillé de rester près d'un feu. Ce qui excluait la forge. (de toute façon, battre le fer, je suis pas fan, après tout, qu'a-t-il fait pour mériter ça?)

 

Et puis me sont revenus des souvenirs de mon enfance, en cette maison que j'ai tant chérie. Je me souvins, une à deux fois par semaine, quand le soleil se levait,

et avant que les travaux de la ferme ne prennent possession de son temps, mon père m'emmenait au ruisseau et nous lancions nos maquettes de bateaux qui se perdaient dans les rougeoiements de l'aube. Et plus les années passaient, plus nos maquettes semblaient réaliste.

Je sais, vous vous demandez comment un creeper pur race a t il pu devenir fermier? Ce n'est pas le sujet de ce récit mes enfants.

 

Malheureusement, le ruisseau n'a pas tardé à se tarir, pour des raisons que j'ignore encore. Et ces sorties hebdomadaires furent annulées. A ma plus grande tristesse, car mis à part ces instants de bonheur, je ne partageais pas beaucoup de temps avec mon paternel.

 

Devant un tel chagrin, ma mère commença à se poser des questions, et ne tarda pas à trouver la réponse. Et par la même occasion une solution. En effet, elle est venue me réveiller un matin, en brandissant fièrement une statuette grossièrement taillée dans le bois représentant une sorte de creeper aux labours. Les yeux brillants et pleins d'admiration, je lui demandais comment elle avait réussi une telle chose !

 

Elle m'appris donc, et peu de temps après l'élève avait dépassé la maitresse. Mes sculptures étaient somptueuses, et le soir mon père et moi, nous mettions plusieurs dizaines de minutes à les commenter. J'avais retrouvé une occupation, et du temps à partager.

 

Cette lubie a disparut avec mon adolescence, mais je crois que c'est de là que je tiens ma passion pour le travail du bois.

 

Mon choix s'est donc arrêté sur menuisier, parce que j'aime le bois, le bois c'est bien, le bois c'est beau

 

"mais le bois ça brule !"

 

 

 

oui et ça br... mais non crétin ! Tu mériterais une paire de baffe pour autant d'incivilités !

 

*Tybalt lance attaque Torgnoles, c'est très efficace*

 

 

 

Bref, j'ai donc décidé de me lancer dans le meuble. A la plus grande joie de mes compères : leurs intérieurs manquaient drôlement d'ameublement. J'avais eu une idée géniale puisque les prix des décos intérieures s'étaient envolés.

 

De par ma vie auprès des hommes, j'étais devenue un prototype humain par excellence, et que veut l'homme de base? Encore plus de fric, plus de pouvoirs. Je me fichais éperdument du pouvoir, puisque je l'avais déjà. Aussi, dans ma bêtise, je me mis en quête de plus de richesses.

 

Et pour cela, je n'avais plus qu'une solution : vendre mes créations. Mais encore fallait il trouver un élément directeur à mon commerce, pour le démarquer des autres.

 

"Alors qu'as tu fffais?" (il vient de se prendre une méchante baffe, il fofotte un peu)

 

 

 

J'ai eu l'idée qui allait révolutionner le petit monde du meuble. L'idée de la livraison, de l'installation et du Service Après Vente.

 

Dans les détails ça donnait ceci : Je présentais des ensembles de décoration allant d'une simple table et ses chaises jusqu'à des décos plus précises et plus poussées, le tout toujours en bois pur venant des forêts du Lac D'Emeraude.

Par ailleurs, mes meubles étaient garantis 10 ans ou remboursés, je ne rigolais pas avec la qualité, rien à voir avec ces imports "made in Navis" fabriqués par des enfants dans des ateliers perdus au fin fond du pays.

 

Manquait plus qu'un nom qui sonnerait bien, Hmm cubinéa? Meublenacube? non il fallait mieux que ça. Il fallait quelque chose qui en impose ! Un nom qui évoquerait immédiatement la classe et le sérieux de l'entreprise. Ikuba ! Oui c'était ça !

 

Chez Ikuba, meubles certifiés bois protégé a l'ancienne, Ikuba respecte l'environnement et replante des forêts. Ikuba : menuisiers de père en fils depuis aout 2011 !

 

Voila mes enfants, comment papy a fait vivre votre mère comme un coq en pâte.

 

"c'était passionnant ! tu m'apprendras à être un requin de la finance et de l'économie, à dicter mes lois et à m'assoir sur mes concurrents?"

 

*le second fils se réveille en sursaut*

 

"assis sur quoi??" ( <== ne comprendront que les initiés, on vous l'avait dit qu'il faillait lire Tales Of Minefield !)

 

 

 

:cactus:Tarifs :

 

Sauf contre-indication, ce sont toujours des lots de 2

 

:air::sword:Chaises : 3 PAs

:air::sword:Tabourets Simples : 1 PA

:air::sword:Banc : 1 PA

:air::sword:Rallonge de Banc : 1 PA

:air::sword:Etagères : 3 PAs

:air::sword:Supports Muraux : 1 PA

:air::sword:Table Basse (quatre pieds) : 1 PA

:air::sword:Table Pied central : 1 PA

:air::sword:Pied de table : 2 PA (/!\ Lots de 4)

:air::sword:Rallonge de table : 1 PA

 

 

:cactus:Aspect de la boutique de Stendel

 

20120326210708.png

 

 

:cactus:Autres magasins :

 

:diamond: New Stendel :

Lac D'Emeraude

Banlieue Nord

 

Pour plus d'infos ==> http://www.minefield.fr/forum/post248222.html#p248222

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...