Jump to content
Sign in to follow this  
Pitijm

[Accepté]Candidature de Pitijm au grade de Voyageur

Recommended Posts

Salutations, homme (ou femme) qui entame la lecture de cette candidature.

Si je publie cette missive adressée principalement aux Gouverneurs -ou pourquoi pas Empereurs-, c'est pour vous annoncer que je postule officiellement au grade de Voyageur. En effet, après trois mois de jeu en tant que Paysan, j'aimerai découvrir un peu plus les avantages de Minefield, et donc vous présenter ma candidature.

Ah oui, aussi, ça vous intéresse, ma candidature paysan est dans le tiroir Archives, dans le classeur candidatures, à l'intercalaire Paysans. Bon, je suis sympa. C'est celle-là.

 

Mais, t'es qui, toi?

Ho, ho, ho. Du calme ^^

Moi, pour de vrai (J'vous le jure!) je suis Jean-Marie, de mon prénom et j'ai actuellement treize ans (quatorze au mois de décembre) et je vis en Bretagne, dans les Côtes-d'Armor.

J'adore l'informatique, c'est-a-dire la programmation (un peu de C), les jeux vidéos et le graphisme. J'aime aussi le ski, la neige, le blanc, les montagnes et tout ce qui s'ensuit, bien que la piste skiable la plus proche de chez moi se trouve à-peu-près, disons... 750 kilomètres?

Sur Minecraft, j'aime l'architecture, la redstone et surtout le multijoueur. J'y joue depuis octobre 2010, soit plus d'un an et demi.

 

Mais pourquoi Voyageur?

Je souhaite devenir Voyageur, surtout pour la spécialisation et les items exclusifs à Minefield.

En effet, je n'ai pas de projet particulier. Ça peut changer, mais vu que je suis déja intégré dans Elryss, je pense que je vais m'investir à fond dans ce projet. J'aimerai aussi être voyager pour bénéficier des divers avantages, par exemple pour pouvoir m'acheter un cheval plus rapide (J'ai testé le cheval fatigué, franchement, c'est lent!)

 

Mais qu'est-ce que tu as fait, depuis que t'es là?

Depuis que je suis devenu paysan, j'ai construit plusieurs bâtiments:

-Sur New-Stendel, tout est fini et cubo:

  • [*:309t94si]Ma maison, une petite chaumière aux frontières de Bel-O-Kube, accompagnée de son petit jardin "naturel": (Cliquez sur les images pour les voir en grand)
mini_42168720120509173054.png
mini_92246120120509172618.png
mini_11724720120509172604.png
mini_86554620120509172716.png
[*:309t94si]Un enclos à poule/vache, devant ma maison:
mini_96164720120509173129.png
[*:309t94si]Une exploitation semi-automatique de blé entièrement souterraine:
mini_26230920120509210527.png
mini_81850220120509210543.png
[*:309t94si]Une ferme à lianes, qui me rapporte sept stacks par récolte:
mini_81887020120509210621.png

 

-Sur Stendel, pas tout fini, mais quand même cubo:

  • [*:309t94si]Ma seconde maison, sur Elryss: (Je n'ai pas mis de screens des autres salles, elles ne sont pas finies/commencées...)
mini_91370320120509211723.png
mini_29048620120509211802.png
[*:309t94si]La cave:
mini_33950020120509211842.png
mini_65176820120509211904.png

 

Et le RP?

Ah oui, le RP, j'l'avais oublié celui-là... Effectivement, le RP n'est pas ma plus grande passion, on va dire... Mais bon, comme il est un des éléments les plus importants, j'y ai prêté toute mon attention. Espérons qu'il saura répondre à vos attentes!

 

 

NOTE: Le chapitre 1 est issu de mon RP paysan.

 

Chapitre I: Le commencement.

 

C'était le XIII (13) Aprilis (Avril) DCXLIII (643). Je m'en souviendrai toute ma vie. Mes parents étaient partis chercher du bois pour mettre dans la cheminée, car la neige et le froid régnaient depuis la nuit des temps. je ne savais pas ce qu'était la chaleur. Nous vivions seuls dans ce monde si vaste. Sans eux, j'étais sûr de mourir. Je n'avais que dix ans, je ne savais pas chasser et il faisait trop froid pour cultiver toutes sortes de plantes.

Le feu venait de terminer de consumer la buche dans la cheminée. j'attendais impatiemment mes parents, en proie au froid, lorsque j'entendis une explosion. Inquiet, je me précipitai dehors, et découvris un cratère béant dans le jardin, et les corps cubiques de mes parents, sans vie. Je compris tout de suite: un creeper, cette espèce de monstre explosif légendaire avait anéanti mes parents.

 

En me remémorant les paroles de mon père: "Si un jour, nous ne sommes plus là, tu trouveras tout ce qu'il te faut dans ce coffre.", je me dirige vers la petite pièce dans laquelle trône ce coffre, magnifique pièce datant de l'antiquité, héritage de de nos ancêtres. Il n'avait jamais été ouvert. Le sceau de cire représentait une pioche et une pelle aux manches croisés. Je le détache avec soin.

Il y avait dedans une lettre, une épée, une pioche, une pelle, une hache et une armure complète de diamant. Je n'avais jamais vu des objets si bien réalisés et si impressionnants. Je lis la lettre. Elle me dit de marcher vers le nord, et de creuser une cabane dans le sol a l'aide de la pelle pour dormir lorsque la nuit tombe. Je me suis équipé de cette armure, j'ai pris l'épée, la pioche, la hache et la pelle, et je suis parti vers le nord. Je ne sais pas combien de temps j'ai marché, mais je suis sur que cela a au moins duré plusieurs mois. Je ne sais pas combien de kilocubes j'ai parcouru, ni combien de trous j'ai creusés. J'ai traversé des forêts luxuriantes , des marais et des déserts brulants, longé des océans et franchi des montagnes, tué des centaines de cochons, de vaches et de poulets pour me nourrir. Puis, je suis arrivé. J'ai découvert une magnifique ville peuplé par de nombreux habitants. Je suis enfin arrivé à Minefield, dans la ville de New-Stendel. Je ne suis pour le moment qu'un simple vagabond, mais j'espère pouvoir commencer une vie heureuse.

 

Chapitre II: La bonne nouvelle.

 

Je continuais de vagabonder et de parcourir le monde. Je n'avait ni de quoi manger ni un lit pour dormir. J'avais presque tout vu. De Névah à la Baie Dryade en passant par l'Hypérion et Nouvelle-Azur. Cela faisait maintenant trois semaines que j'avais envoyé une missive aux gouverneurs de l'Empire Stendlien, quand un messager vint me porter une enveloppe cachetée du sceau royal:

Stendel, le trentième du mois de mai, année 643.

Nous avons lu votre requête ayant pour objectif le grade de paysan. Après une longue concertation de notre part, nous avons jugé cette candidature convenable, et de ce fait, a partir de minuit, ce jour, vous serez élevé au grade de Paysan. Nous espérons sincèrement que vous serez digne de ce privilège, et que vous ferez du respect, de honnêteté et de la convivialité vos principes fondamentaux dans ce monde.

L'ordre des Gouverneurs Stendliens.

 

Lorsque j'ai lu cette lettre, un large sourire a fendu mon visage et on cœur s'est gonflé de joie. J'allais enfin pouvoir recommencer une vie. J'allais pouvoir me faire des amis, oublier la solitude qui m'a suivi jusqu'ici. Mes parents étaient les seules personnes que je connaissait, les seules personnes à qui je pouvait parler. Ils représentaient tout pour moi, et je les avait perdu. Je devais être fort, et lutter contre la tristesse. Mais je savait que j'en était capable. Mais, je ne savait pas comment m'y prendre pour aborder une des nombreuses personnes qui circulaient sur cette grande place. Tout cela était nouveau pour moi. Depuis ma naissance, j'avais vécu avec pour seule compagnie deux moutons, une vache, trois poules et mes parents. Le seul souvenir que j'avais de cette vie était mon armure et mon épée de diamant. Ils resplendissaient au soleil, et étaient incroyablement puissants. Je les mettrai en sécurité et j'y veillerai toute ma vie, afin que ma descendance puisse s'en servir en cas de besoin, comme je l'ai fait.

 

Chapitre III: Home, sweet home.

 

Mais, il était temps de penser à autre chose, une chose très importante: une maison.

Je m'étais renseigné pour intégrer la Baie Dryade, ou Nouvelle-Azur, mais j'ai trouvé les règles et les systèmes de candidature beaucoup trop complexes. J'ai donc essayé de m'installer dans un coin peu fréquenté, car devenir propriétaire et faire protéger sa maison, cela coûte cher, et je n'avait que quelques pièces d'argent. J'ai tout de suite pensé à la campagne de Bel-O-Kube, puisque sa population se concentre dans les racines de l'arbre. J'ai donc pris le C.R.A.S.H, et suis arrivé à la gare. J'ai grimpé l'escalier interminable, suis sorti et ai admiré la forêt luxuriante qui s'étalait sous mes yeux. Je me suis dit qu'un tel endroit serait idéal, puisqu'il ne doit n'y avoir que trois ou quatre habitants au kilocube carré. Je suis donc parti explorer les futurs alentours de mon habitation, et ai décidé, après plusieurs heures de marche, de bâtir ma demeure sur une petite pointe, à l'estuaire d'une petite rivière. Il y avait toujours la densité impressionnante d'arbres qui entourent Bel-O-Kube. J'ai donc du commencer à couper du bois, ce qui, en plus, me servirai de matériel de construction. J'avais fait d'une pierre deux coups, comme on dit ici. Ensuite, j'ai entamé la construction de ma petite maison. Je n'avait fait aucun plan, déjà parce-que je n'avait pas envie, mais je n'avais non pas non plus le temps, ni même de quoi écrire. J'ai donc fait comme le temps m'en inspirait. Un soir, alors que j'avais presque fini les murs, je me suis couché. Rien de plus banal. Je fait ça tous les soirs, me direz-vous. Et bien non, car quand je me suis réveillé, j'étais dans un lit, mais ce n'était pas le mien. Je me suis inquiété, car j'avais peur de me retrouvé chez les Blasons-d'Or, les forces de l'ordre de cet empire, réputés très efficaces en termes d'emprisonnement de longue durée. Peut-être avais-je construit sur des terres interdites, sur une propriété privée? Je ne le saurai que quand quelqu'un viendra me chercher. Ce qui ne tarda pas. Un homme entièrement vêtu de noir entra dans ma chambre. Il m'ordonna de le suivre. Je me suis exécuté sans broncher. J'étais sur ne ne pas faire le poids face à lui. Il devait peser une centaine de kilos, et en soulever autant rien qu'avec un seul bras. Il m'a laissé dans une pièce sans fenêtres, mais avec un parquet de sapin et un bureau d'acajou massif. Mon père m'avait jadis appris à reconnaitre les différentes essences de bois. Derrière ce bureau, assis dans un fauteuil de cuir qui m'avait l'air très confortable, un homme en combinaison antiatomique jaune me dit de m'assoir sur un autre fauteuil semblable au sien. J'ai retenu un rire quand je l'ai vu, car il me faisait penser à un petit canari tombé de son nid. Mais mon instinct m'a soufflé très fort de me taire car j'étais sur qu'il ne fallait pas plaisanter avec ce genre de personnes.

"Alors, tu es en train de construire une maison? Tu t'installes?" Une vague d'inquiétude a déferlé dans mon esprit: cet homme n'est pas des blasons d'or, et d'après tout ce que j'ai vu entre ma "chambre" et son bureau, cela ne me présageait rien de bon. Je pense qu'il s'agit d'un savant fou, criminel, ou toute autre personne qui n'hésite pas à tuer les personnes qui le gênent.

"- Je ne vais pas te tuer, ne t'inquiète pas. Enfin, pas tout de suite, seulement si tu ne respectes pas les règles que je vais t'imposer.

- D'accord. Ais-je répondu, mort de peur.

Je suis un savant "fou", comme tout le monde dit. Rien que parce que je manipule des substances radioactives. Mais je ne prend aucun risque. Mais, juste pour ça, les Blasons d'Or me recherchent. J'ai du camoufler ma maison dans les arbres. C'est pour ça qu'il y en a autant et que la forêt est si dense. Tu ne devra donc couper des arbres que pour avoir de l'espace pour ta maison. Déja, parce que la mienne serai beaucoup plus visible et aussi parce que j'ai installé des robots dans certains, et qu'ils me coûtent très cher. C'est aussi comme ça que je t'ai retrouvé. Si une patrouille vient te poser des questions, dit que tu n'a jamais entendu parler de moi. Ils m'appellent "le Pampleman". En plus, j'aime ça! Si tu essayes de me doubler, les robots vont exploser et donc te détruire, toi et ta maison."

Il m'a fait regarder une petite lumière rouge, et je me réveillais dans mon lit. J'ai réfléchi. Pampleman, ce nom ne m'évoque rien. Mais je devais respecter ce qu'il m'a dit. Je tenais quand même un peu à la vie...

Un petit mois plus tard, ma maison était finie. Une petite chaumière d'un étage.

 

Chapitre IV: Ardoises, Niouk et Elryss.

 

J'étais fier de mon petit chez moi, mais je n'en était pas officiellement propriétaire. Pour cela, il me fallait beaucoup de pièces d'argent. C'est en me promenant sur la Grand'Place de Stendel que j'ai vu un papier placardé a un mur:

Je cherche beaucoup d'ardoises.

J'achète vos stocks huit pièces les soixante-quatre.

Si vous êtes intéressé, merci d'envoyer un courrier adressé à Sir Niouk, en disant combien vous souhaitez m'en vendre.

Sir niouk. Je me suis empressé de lui adresser une missive en lui disant que j'étais prêt à lui en vendre tout mes stocks, c'est-à-dire six cent quarante. Il me manquait soixante pièces pour enfin devenir propriètaire de ma maison. Si il me les achetait huit pièces les soixante quatre, il me donnerai quatre-vingt pièces pour tout. J'aurai enfin de quoi me l'acheter.

En partant de chez moi, avec la marchandise, j'ignorais tout de la rencontre que j'allais faire. Arrivé en ville, je vis un homme en tenue d'outilleur venir vers moi. Ça devait être lui. Il me dit:

- Salut! Je suis Niouk. C'est toi qui à répondu à mon annonce pour les Ardoises?

- Oui, j'en ai six cent quarante dans mon sac.

- Génial! Voilà tes quatre-vingt pièces!

- Oh! Merci beaucoup! Simple curiosité, pourquoi as-tu besoin de tant d'ardoises?

- Je suis sur un projet. Ça te dirai de visiter?

J'ai accepté son invitation avec grand bonheur, et il m'emmena. Sur la route qui était relativement courte, nous avons bavardé, et une grande amitié est née entre nous deux.

- Quel est ton projet, en fait? Lui ais-je demandé.

- Je suis entrain de fonder un village, Elryss. C'est une sorte de guilde de mages, et je suis en train d'y construire une académie. Je fais tout le toit en ardoises.

- Oh là là! Ça doit te couter très cher!

- Effectivement, mais je suis relativement riche. Mes affaires fonctionnent très bien!

- Je rêverai d'apprendre un jour la magie.

- Peut-être que si tu décides d'intégrer notre communauté, tu pourras suivre des cours à l'académie.

À ce moment, nous sommes arrivés devant cette dernière. Elle était magnifique, majestueuse et imposante. J'ai tout de suite compris son besoin d'ardoises. Mon petit stock ne lui servirai peut-être qu'a couvrir une tour, peut-être deux tellement la surface du toit était grande. Mais ce n'était que le début. Le seul quartier construit était le quartier paysan, un petit amas de maison en bois toute plus chaleureuses les unes que les autres, et la vue sur un petit lac était magnifique. C'était décidé, je vivrai à Elryss. Je bâtirai ma maison et j'y apprendrai la magie. Un jour, je serai capable d'enchanter l'armure de mes ancêtres pour leur rendre hommage.

 

Chers gouverneurs, empereurs, je vous adresse cette missive racontant ma nouvelle vie afin que je puisse passer Voyageur pour pouvoir encore plus m'investir dans Elryss et jouir de tous les privilèges que ce grade apporte. Qui sait, peut-être, un jour, vous recevrez ma candidature pour le grade commerçant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Je soutiens pleinement la candidature de Pitijm, car en plus de sa sympathie et de son amabilité, c'est un joueur motivé qui s'investit pleinement à Elryss (en nous fessant bien profiter de ses talents d'architecte :P), et son aide nous est bien précieuse !

 

Sa présentation et son RP sont bien rédigés, what to ask more ? :D

 

Bon jeu !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...