Jump to content

Tales Of Minefield


Tybalt
 Share

Recommended Posts

40470.png

 

Classement par chapitres :

 

EDIT : ATTENTION ! Je suis limité à 60000 caractères par post, les derniers chapitres ne sont donc pas présents ici même ! Je posterai les pages du topic pour les trouver plus facilement.

 

 

2011 : L'Odyssée du Creepers

 

 

 

 

Au commencement des temps étaient les creepers, première espèce "pensante" à apparaitre sur la planète minecraft. Les premiers spécimen n'étaient, pour la plupart, pas plus intelligents qu'un arbre et avaient le sens de l'humour et l'esprit d'une cuiller à café (même si celle-ci ne fut inventée que bien plus tard)

 

Les creepers vivaient en famille, et on peut dire que de leur point de vue, ils étaient heureux.

 

Hélas, un cataclysme n'allait pas tarder à leur tomber sur le coin du cube...

 

Les HUMAINS firent leur apparition sur minecraft, d'abord isolés puis de plus en plus nombreux et oraganisés en tribus puis en village et villes. Nos amis Verts n'eurent d'autre choix que de fuir ce gâchis de paysage que représentaient leurs premières constructions.

Mais ils ne tardèrent pas à se rendre compte qu'une terrible force physique les poussait à foncer droit sur les minecraftiens dès que ces derniers passaient dans leur champ de vision. Et au premier contact inter-espèce, il y eut une détonation si puissante que son écho peut encore être entendu dans certaines vallées lointaines.

 

Dès lors, humains et creepers comprirent que dans l'intérêt de leur race respective, ils devaient se tenir à l'écart. La plupart des grands ovipares verts se réfugièrent dans les profondeurs de la terre, et un conflit fut ainsi évité (conflit qui aurait pu tourné en extermination voire en première guerre nucléaire)

 

 

 

 

Cette époque fut oubliée, les histoires des grands parents devinrent des légendes et les confrontations creepers/humains ne se firent alors que discrètes, brèves mais toujours explosives et dramatiques pour l'un ou pour l'autre.

 

 

 

 

 

 

Bien des générations passèrent, et la suite de notre récit prend pour cadre la plus grande mais aussi la plus profonde des grottes/villes creeperssiennes.

Ssssshakaross était un creeper (qui n'avait ja-ja-jamais explosé, qui n'avait ja-ja-jamais explosé ohé ohé) comme un autre, si ce n'est qu'il avait développé un véritable attrait pour la civilisation minecraftienne qui se tenait quelques kilomètres au dessus de son pif, passion qu'il tenait de son grand père, Prashnak, théoricien renommé (et pour cause, c'était le seul...) dont le seul bouquin était écris sur les humains : "la race des roses pâles, ces méconnus" qui eut un grand succès dans les grottes.

Ssssshakaross décida alors un beau jour d'aller explorer le monde du dessus, contre l'avis de Paternel évidemment mais ce con la n'eut pas assez d'esprit pour contrecarré les plans de son fils et n'ayant finalement rien compris au discours de sa descendance, il l'applaudi et l'encouragea.

 

Notre héros parti alors à l'aventure n'emmenant avec lui que le strict minimum.

 

Arrivé en surface, il fut ébloui un long moment par les rayons du soleil, mais ne trouva rien d'autre à penser en regardant l'astre que (je cite): "whoaaaaa".

Bien décidé à trouver un humain avec qui parlementer, il arpenta monts et vallées pendant quelques semaines.

 

 

 

 

Non loin de là, dans cette région, une fermière solitaire bêchait ses champs par un éblouissant soleil de printemps. Elle n'avait pour compagnons que quelques animaux et son mouton apprivoisé qui n'avait jamais fourni de laine: Buck. Elle ne demandait rien à personne et accueillait avec joie le voyageur lambda qui s'aventurait si loin des villes. On l'appelait Tinúviel, le Rossignol.

 

 

Alors qu'elle allait collecter quelques ressources en pleine journée, Tinùviel fit une découverte étrange. un creeper était la, en train de collecter du bois avec un outil rudimentaire mais plutôt bien pensé pour une création de son espèce.

un silence génant...

un léger air de panique...

 

Et au plus grand étonnement de Ssssshakaross, celui-ci n'était pas attiré vers l'Humaine et pouvait garder l'entière capacité de ses mouvements. Pensant bien faire puisque c'était une coutume chez lui, il lui offrit un bloc de pierre. Tinùviel compris alors qu'il n'était pas hostile et le raccompagna chez elle.

 

 

Des liens se créèrent, loin des yeux vengeurs et haineux. Ils apprirent alors à se comprendre, leurs deux races ayant plein de choses à apprendre de l'autre.

Et l'improbable eut lieu, un amour secret grandit entre nos deux héros, un amour qui ne tarda pas à devenir concret, puisque quelques années après leur rencontre, Tinùviel donna naissance à un hybride, mi humain, mi creeper. Ils l'appelèrent Tybalt.

 

 

La famille vécu heureuse, loin des autres, de TOUS les autres. Cela dura plusieurs années, une vingtaine exactement.

 

Cependant ce bonheur n'allait pas durer: alors qu'il flânait dehors dans les jardins de son père, il entendit un sifflement distinct puis une sourde détonnation, le bruit venait des mines familiales. Pris de panique, Tybalt se précipita dans l'excavation et y découvrit le cadavre de sa bien aimée mère auprès de ce qu'il restait de son père. Personne ne sut jamais ce qu'il c'était passé ce jour la, peut être qu'avec l'âge Ssssshakaross était devenu instable chimiquement, peut être que son instinct primaire avait repris le dessus. Quoiqu'il en soit, le jeune Tybalt se retrouva seul.

 

Il erra sans but sur le domaine de ses parents durant une période indéterminée, plongée dans des espèces de limbes post chaotiques, il n'avait plus le gout à rien et la jolie propriété devint jour après jour moins flamboyante, presque une ruine. Sa vie lui apparue de plus en plus sombre, il tenta de se donner la mort à plusieurs reprises mais n'y parvint pas.

 

 

C'est alors qu'un matin, surpassant son chagrin et puisant dans ses forces les plus profondes, ainsi que dans sa double origine, il trouva la force de se relever, rassembla ses affaires qui lui semblait les plus utiles, dans un murmure dit adieu à ses parents et s'en alla à l'aventure comme son père des années auparavant.

 

 

 

N'ayant pas la physionomie d'un véritable creepers, il n'effraya pas sur son chemin les rares voyageurs qu'il croisait mais à la vue de son visage on ne pouvait douter de ses origines, c'est pourquoi il décida de porter une espèce de masque en toile.

 

Il apprit beaucoup, au cours de des pérégrinations, sur les humains, et ils le fascinaient.

 

 

 

Tybalt arriva sans trop le savoir dans un pays nommé Minefield, croyant avoir tout vu du génie humain, il fut estomaqué en examinant les bâtiments des villages et hameaux, mais il crut mourir foudroyé par le Beau quand il arriva à la capitale New Stendhel.

 

 

Comprenant que c'était ici qu'il voulait refaire sa vie, il essaya de parler à d'autres humains, sans succès. Il eut alors l'idée de trouver des creepers pour essayer de dialoguer avec eux (son père lui avait transmis leur langage) mais il ne vit aucun spécimen.

Anéanti, pensant qu'on lui refusait la parole du fait de ses origines, il passa la nuit dans un bar mal famé au fond d'une ruelle sombre. Et c'est là qu'il apprit qu'il devait d'abord acquérir le statut de paysan pour être accepter ici.

N'écoutant que son cœur, il se promit de tout faire pour y parvenir et passa une très bonne nuit (malgré les rats, la puanteur, les lits en cube de bouse...) il avait enfin un objectif.

 

 

Il rêva de ses parents, ils étaient fiers et lui souriaient... Il touchait du doigt son rêve le plus profond: devenir quelqu'un malgré sa différence et prouver au monde qu'il valait mieux que deux ou trois mesures de soufre....

 

 

 

 

 

La race des Rose Pâle, ces méconnus

 

 

par Prashnak le Sage

 

 

 

 

Il y a tant de choses à dire sur les Humains qu'il nous faudrait trois livres de mille pages, un gilet pare-balle et 6 boites d'aspirine, mais je n'ai pas le temps et j'ai la flemme; en conséquence chers amis creepers (enfin en tout cas ceux d'entre vous qui savent lire) vous n'aurez que ce modeste texte et je m'en excuse bien bas.

 

 

Par où débuter donc? Je vais peut être commencer par vous conter mes aventures à la surface de ce maudit Cube.

 

C'était il y a des cycles de cela, je n'étais alors qu'un jeune creeper pas plus moche que la moyenne ni plus vert mais étant déjà assez mur pour mon age (un jeu de mot foireux vous dites?) je décidais d'enquêter, de fouiner sur cette race méconnue, de départager le faux du vrai de nos récits et autres histoires à faire pâlir les plus explosifs d'entre vous.

 

La légende parle de créatures légendaires, capables de modifier leur environnement au gré de leurs caprices, capables en un claquement de ce qu'ils appellent "doigts", de détruire des forêts entières.

 

Qu'en est il exactement?

 

Je partis donc à l'aventure avec mon soufre et mon couteau.

 

Je traversai des grottes obscurs, des tavernes infinies, et j'arrivai enfin à la surface du Cube. Sachez que le mythe qui raconte que là haut, un cube de lave surplombe la terre, est totalement faux, il faisait presque aussi sombre que dans nos abris, à la différence près qu'une espèce de boule de diamant me regardait fixement. Ne sachant quoi lui dire, je lui tendis un morceau de pierre, qu'elle ignora, j'essayai alors avec un cube de diamant, même réaction. Quelle était donc cette divinité butée et bornée? Je n'en sus jamais rien et continua ma route, bien décidé à ignorer cette Chose.

 

Après cet incident notoire, j'aperçus du mouvement autour de ce qui semblait être une source lumineuse. Je m'en approchais et tombai nez-à-fentes respiratoires avec deux représentants de la race des rose pâles. Ces deux la devaient avoir fini cet espèce de portail surmonté de torche car ils arboraient l'air fier de ceux qui ont travaillé dur (tels des creepers après 5 minutes d'excavation)

Je m'approchai alors d'eux, et ne sachant pas quelle attitude prendre, je décidai de marcher décontracté. Ils m'aperçurent enfin, et c'est à ce moment précis que je me rendis compte de leur petite taille. En fait, prenez un creeper, mettez le en position allongé, rajoutez lui des membres et teintez le en rose, et vous aurez un Rose Pâle tout chaud.

 

Bref, j'entamai la dialogue, bien décidé à redorer l'image des creepers à la surface du Cube. Je n'obtins comme réponse que des grognements sourds très difficilement imitables. Ça donnait vaguement (je cite) : "Grrrouiiii". Évidemment gêné, je ne sus quoi répondre et me contentai d'hocher la tête comme nous savons si bien le faire lors des discours incompréhensibles de notre bien aimé Roi.

 

N'ayant rien compris à leur langue décadente, j'en conclus que sous terre les creepers ont développé une bien meilleure civilisation que celle des Humains de nos légendes. Cette race avait du se dégradée au cours des cycles.

 

J'allais oublié de vous signaler que l'autre légende qui raconte que nous sommes attirés par les humains n'est que pure invention d'un creeper qui avait cru bon de lancer des rumeurs sans preuve. Au contact de ces deux individus, je n'explosai pas.

 

Déçu et le coeur lourd, je décidai alors de rentrer et de raconter à mes congénères que désormais nous n'aurons plus grand chose à craindre de ces humains.

 

 

 

 

 

Note de l'éditeur: Prashnak n'ayant plus toute sa tête au moment de l'écriture, ne prenez pas ses dires comme vérité absolue. C'est plus une œuvre de fiction qu'une œuvre documentaire.

 

 

Note de l'auteur: L'éditeur jaloux de mon succès et de mon voyage perd tout bon sens à propos de ce texte. Lui qui a toujours voulu me devancer dans cette aventure, il fut désappointé de me voir revenir avec touts ces dérangeantes vérités.

 

Note de l'éditeur: Pauvre vieillard sénile, la moitié de ce que tu racontes n'est que pure invention.

 

 

Note de l'auteur : MOI un vieillard sénile?! tu vas voir pauvre naïf, approche j'ai un pacemaker tout neuf, une pêche d'enfer et un crochet du droit efficacement destructeur !

 

 

Note de l'éditeur : D'accord, tu l'auras cherché vieil homme !

 

 

 

 

 

 

Note de l'auteur pour soi même : penser à trouver un nouvel éditeur

 

 

 

 

 

Cube Fiction

 

 

 

 

Tybalt avait passé la pire nuit de sa vie, il avait bien cru que ça ne finirait jamais.

Il y eut tout d'abord un vacarme effroyable venant de l'extérieur alors que le soleil était à peine bordé dans son lit de nuages. C'était sa première leçon minefieldienne : les gens ici ne dorment jamais, et en effet un citoyen fignolait la baraque d'à coté à grand coups de pioches, de bois et d'alcool fort. Le minefildien ayant tendance à l'alcoolisme chronique, d'où la complexité de certaines constructions.

 

 

Mais notre héros en avait vu d'autres, et il réussit à se rendormir sur le joli et tellement kitch cube de bouse que le tavernier lui avait alloué.

 

 

 

Réveillé quelques heures plus tard qui lui parurent secondes, par le tavernier en personne, il fut viré manu militari par ce dernier. Le prétexte? D'autres vagabonds s'étaient plaints de la proximité avec un creepers dans une hostellerie aussi réduite, et ces derniers étant les plus nombreux, Tybalt se retrouva démuni et sans toit pour dormir.

 

Dénichant un terrain vague assez proche, il s'y installa bien décidé à y finir sa nuit.

 

 

Cependant, rien ne pouvait le préparer à ce qui l'attendait au petit matin.

 

Il fut tout d'abord noyé vivant, puis enterré, puis déterré, enflammé, asphyxié et battu par des ouvriers syndiqués du chantier sur lequel il avait trouvé refuge qui n'avaient rien d'autre à foutre que maltraiter l'émigré lambda entre deux réunions syndiquales, parce que quand même faut pas déconner avec ça il va leur prendre leur boulot (pas leur arbre personnel hein!) et ils finiront tous à la rue, cette même rue qu'ils essayent de prendre le plus souvent afin de gagner le bar d'en face, le tout contre l'accord de leurs chères épouses elles mêmes baignées dans l'hydromel afin d'oublier les déboires de leurs maris. Bref on en fini jamais avec ces émigrés.*

 

Malgré tout, Tybalt réussi à s'en tirer grâce à la ruse héritée de son père, il leur proposa de travailler avec eux mais sans salaire. (Oui bon, c'est déjà une feinte géniale pour un semi-creeper)

 

Il s'attela donc à la tâche avec ardeur, bien décidé à tourner le sort en sa faveur. Cette situation dura grosso merdo 3 semaines, et notre ami dormit chez chacun des ouvriers à tour de rôle. Ces derniers furent peu à peu conquis par l'esprit et la finesse de leur nouveau collègue.

 

C'est ainsi que l'un d'eux apprit à Tybalt qu'il était en droit de candidater au grade de paysan, et qu'il pourrait alors avoir ses propres terres et sa demeure à lui. Pensant être exclu de tout ce processus administratif au vu de ses origines, Tybalt faillit exploser de joie (au sens propre, n'oubliez pas que c'est une réserve de soufre montée sur pattes...)

 

Quoi qu'il en soit, il se décida à rédiger son annonce afin de la présenter à qui voudrait l'entendre.

Il arpenta alors les rues de la capitale, à la recherche du gratin minefieldien ... célèbre spécialité locale qui lui avait été fortement recommandé car peu chère et très nourrissante. (j'ai fais mon jeu de mot foireux, j'accepterai la lapidation, mais pas l'autodafé)

 

 

Un fois sustenté, Tybalt tomba nez-à-nez avec ce qui lui semblait être un très vieux personnage légendaire de ces très vieilles légendes racontées sous le sol. Oui il était face à Jésus-Christ et la caravane passe.

Après prise d'information et dialogue, il apprit que ce n'était que son p'tit-p'tit-p'tit fillot. Tout de même impressionné par le sang royal qui coulait dans les veines du mec d'en face, il se lança dans un long et luxuriant discours à propos de sa candidature paysanne, gesticulant et hurlant lors des moments à suspense, son intervention orale dura précisément une minute et quatorze secondes, un record absolu pour un creeper ou race apparentée.

 

 

Totalement sous le charme de cet OVNI (Objet Vert Non Identifié), Jez' (diminutif de ladite célébrité) se hâta d'appuyer cette candidature auprès des autorités en charge du dossier.

 

Propulsé au rang de Paysan plus rapidement que ne dure une Assemblée Creeperssienne, Tybalt s'en retrouva plus excité qu'un Kevin au salon de la téléphonie mobile**.

 

Ainsi commencèrent ses péripéties de Minefieldien.

 

 

 

 

 

 

 

NOTES du nouvel éditeur :

 

* avant que vous ne me jetiez aux crocos, sachez que cette partie doit être prendre au 4ème degré (oui je sais, c'est froid, mais je vous emmerde), je n'ai absolument rien contre l'é ou l'i -migré lambda, qu'il soit creeper, marocain, roumain ou martien. Et pas plus de griefs contre l'ouvrier syndiqué, je me sers juste de préjugés.

 

 

** Navré pour l'anacronisme

 

 

*** [bonus exclu] une séance de dédicace aura lieu à l'Assemblée du Lac d'Emeraude le WE prochain, l'auteur ainsi que le personnage qui a inspiré cette fiction seront présents et se feront une joie de vous tatouer leurs noms sur votre fesse droite si celle ci n'est pas déja prise par un pâté de BobLennon.

 

 

 

 

 

Lacustre !

 

 

 

 

Tybalt arpentait ce qui avait été un magnifique quartier Lacustre auquel il avait participé, il ne restait plus grand chose, si ce n'est les larmes des ouvriers qui avaient donné leur cube et leur temps à ce magnifique et utopique projet ... Que deviendra le Lac D'Emeraude? Quel avenir pour ses habitants? Autant de questions qui n'avaient pas encore de réponses.

 

Mais comment en sommes nous arrivés la?

Flashback !

 

*magnéto qui rembobine* fiuuuuuuuuuuuuuw fiuuuuuuw clang clang...

saloperie de matériel ! *kick*

fiuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuw

 

 

Le soleil est à son zénith en cette belle matinée sur Minefield, et le moral de Tybalt aussi. Non il ne rêve pas, il est enfin paysan ici bas, sa voix a été entendue, il en aurait les larmes aux yeux s'il avait su pleurer.

 

Mais que faire désormais? bien décidé à s'éloigner de la capitale pullulante et pleine de préjugés sur les creeper, Tybalt prit la route d'Hypérion. En chemin il tomba sur une merveille invisible depuis la route, mais Tybalt ne suivait de toute façon pas les routes, bien résigné à garder les habitudes de ses ancêtres (ceci explique certainement la totale absence de sens de l'orientation chez nos amis verts). Ce Hameau merveilleux c'était le Lac D'Emeraude, et il en tomba amoureux instantanément, au sens propre d'ailleurs puisque totalement absorbé par la hauteur et la splendeur de l'endroit, il n'avait pas vu qu'il était proche de la rive. Et paf, et plouf, et glou.

 

Les Désastreuses Aventures de l'Orphelin Tybalt auraient pu s'arrêter là si le maire du hameau, alerté par les hurlements de notre héros n'avait pas accouru pour le tirer d'une mort effroyable et pleine de souffrances.

 

Totalement subjugué (et à moitié rempli d'eau) Tybalt bégaya des excuses et des remerciements.

Le maire amusé par un personnage aussi peu commun, lui proposa alors de s'installer dans ce charmant village. Notre héros n'osait y croire, cela faisait moins d'une semaine qu'il était paysan et il avait déja un chez-lui potentiel. il s'empressa donc d'accepter cette offre.

 

Commença alors une grande histoire d'amour entre Tybalt et ce village tellement atypique. Il débuta la construction de sa maison un peu en dehors des murs et fit connaissance avec les autres habitants : les Lacustres .

 

Il n'y avait pas sur minefield d'endroit plus charmant que le Lac D'Emeraude, il se sentait comme un creeper dans le soufre ici et il se jura de tout faire pour améliorer, agrandir ce qui était désormais comme sa patrie, voire sa famille.

 

C'était l'Age d'or du hameau, la population augmentait et les projets étaient nombreux, Tybalt faisait de son mieux pour y participer activement et la vie s'y déroulait dans la joie, la bonne humeur et l'amour *vomit* (désolé, vous ne savez pas combien ça m'a couté d'écrire toussa)

 

 

Malheureusement tout ceci n'allait pas durer !

En effet, alors que le nouveau quartier prenait enfin forme, et qu'il n'avait rien à envier aux grandes métropoles telles Stendel ou Azur, un problème administratif de taille fit son apparition.

 

Il semblerait que lors des décisions administratives concernant cette construction, le maire n'avait pas contre-signé le paragraphe 3 de l'alinéa B2 de la page 354 du "registre des projets centralisé", registre tenu par Ubu, le gouverneur de la province. Et par conséquent ce nouveau quartier ne respectait pas les règles imposées puisqu'il était considéré comme pollution visuelle selon l'article 5-b de la constitution d'Hypérion, ville distante de 125 kilocubes.

 

Ainsi, après 3 paquets d'aspirine, Tybalt comprit que ce projet, ce village qu'il aimait tant était menacé de disparition. Il se décida alors à discutailler avec le gouverneur en question, leur dialogue tel qu'il nous a été rapporté se résume à ceci :

 

- Tybalt : alors comme ça on doit détruire l'oeuvre de notre vie? le quartier le plus beau de minefield?

- Ubu : il semblerait que oui, c'est navrant mais c'est la loi

- Tybalt :Vous savez ce qu'on dit : les lois sont faites pour être outrepassées ! on peut surement trouver une solution non?? vous n'allez pas faire ça?

- Ubu : j'ai bien peur que si...

- Tybalt : mais POURQUOIIII ?

- Ubu : parce que ... hmm ... c'est que en fait... alors voila.... oh et puis tu m'emmerdes c'est écrit dans le script alors c'est comme ça !

 

Malgré les supliques, les pétitions, les ventes de gâteaux aux kermesses... La destruction aurait lieu.

Ainsi les poseurs de TNT passèrent un beau matin, et tac et boum, s'en fut finit en quelques secondes. Les rêves utopique d'un village pacifiste s'envolèrent dans un nuage de fumée.

 

Quelle ironie que ce que Tybalt avait construit soit détruit par ce qu'il avait en soi...

 

 

 

Tybalt rentiendra de cet épisode une seule chose : respecter les lois c'est comme jouer au pétomane à travers un trou de serrure.

 

 

 

 

 

NOTES de l'auteur

 

Évidemment tout ce qui est raconté ici n'est pas forcément vrai, j'ai tout de même essayé de dénoncer les problèmes que subit en ce moment le Lac, la critique peut sembler acide mais à travers ce texte c'est toute la frustration des lacustres qui est retransmise.

 

A noter aussi que je ne suis pas au courant des dernières nouvelles : le problème a peut être été résolu

 

en conclusion : "touche pas à mon Lac !"

 

 

 

 

 

 

La Poutre et l'Eponge

 

 

 

 

l était une fois sur un serveur lointain, très lointain (enfin pas tant que ça non plus)...

 

tatatatatsaaaaaam

 

 

La guerre fait rage sur minefield, depuis la création de la première religion. Le monde est en ruine, foulé au pied par les fidèles de différents cultes. Et l'issu de ce conflit s'éloigne jour après jour tandis que l'avenir s'assombrit... oui je sais, ça ne veut pas dire grand chose mais c'est classe

 

Plusieurs tendances se sont dégagées en si peu de temps: tout d'abord les adorateurs du culte de la Sainte Eponge, les plus fanatiques de tous les guerriers et les premiers à s'être attribués le titre de Religion Officielle du pays. Leurs chefs sont Wiagra, Horneback, et Pegase entre autres

Est venu ensuite le culte de la Poutre, religion aux cérémonies obscures mais qui attire de plus en plus de fidèles, dirigés par Huldugarn

A coté de tout ceci, on trouve aussi de nombreux détracteurs, utopistes et décidés à éradiquer toute forme de croyance sur Minefield dont le chef en est Momy.

Il y a évidemment de nombreux autres cultes dont le grand MME mais son emblème étant un mouton il en est risible. Les plus importants sont donc ceux ayant déja été cités.

 

La première grande guerre eut lieu en l'an 1 des empereurs Dokmixer, Neymir, Pyrix et Kepsyn. Nous allons nous efforcer de vous retranscrire les différents évènements de ce conflit, aussi nommé La Poutre et l'Eponge, ou encore le Phallus et le Gruyère.

 

Car oui c'est bien un conflit MONDIAL qui se déroule en cette époque sous nos yeux et les enrôlements vont bon train, on engage à tour de bras, voire à coup de gourdin pour les plus récalcitrants.

 

La première victoire revient incontestablement aux adorateurs de la Sainte Eponge, ceux ci ayant surpris les cultistes de la Poutre par un mouvement tournant, PAF !ne leur envoient pas dire et leur infligent une cuisante défaite, pour le moins provisoire d'ailleurs...

Car en effet, les Spongistes n'ont pas le temps de fêter leur victoire qu'ils sont pris à revers par un mouvement tournant orchestré de main de maitre par Momy, le chef suprème des détracteurs de toute religion qui déclare alors "on est rentré dans cette Eponge comme dans du gruyère!"

 

Momy en profite donc pour proclamer la fin de tous les cultes, ses adversaires rigolent.

 

Et pendant ce temps, les adorateurs de l'Eglise de Charpentologye et les Spongistes se retrouvaient pour un face à face titanesque. La sainte Eponge remporta une victoire à la Pyrrus et laisse sur le sol des milliers de cubes. Après cet affrontement, les chefs de La Sainte Eponge déclarèrent : "on les a poutrés !"

 

Cela ne fit pas rire Huldugarn qui déclare la guerre totale, et accélére le processus de formation de ses fidèles guerriers. (oui apprendre les 7 commandements et tout le tintouin ça prenait trop de temps)

Mais la Sainte Eponge, ne se souciant guère d'une possible renaissance de la Poutre, s'attaque directement à Momy et ses troupes basées dans la capitale. Ce fut une victoire écrasante et Momy, vexé, établit un camp en banlieu et décide de bouder.

 

Les dirigeants du cultes Spongiques déclarent la Sainte Eponge comme seul culte valable sur minefield. Les fidèles des autres cultes rigolent.

 

Cette courte trêve ne dure pas, car l'Eglise de Charpentologye se reprend et revient dans la course. Grâce au formidable effort de guerre déployé par ses chefs, la Poutre s'empare de Stendel. Huldugarn déclare alors : "on les a poutrés hors de la capitale !" toute ressembalnce avec une citation existante n'est que fortuite et dans la foulée instaure le culte unique de la Poutre, le tout dans l'hilarité générale.

 

Lors d'une sortie pour ses manoeuvre, l'avant garde de l'armée de la Poutre heurte à un détour du chemin l'avant garde des athéistes, revenus d'entre les morts. Double paf. mais Momy en sort vainqueur, de peu.

 

et la guerre continue...

 

 

 

 

 

Petit nécessaire de survie en terres minefieldiennes

 

Par Tybalt le Voyageur

 

 

 

Il est un fait important et bien connu : c'est que les choses ne se déroulent jamais de la façon prévue. La plupart du temps, elles se démerdent même pour tourner mal.

 

Par exemple sur Minefield, le chaland lambda considère toujours en parcourant les immenses contrées qu'il ne court aucun danger.

 

FAUX ! *norman spotted*

 

Ce serait sans compter sur la légendaire susceptibilité des nains, sans compter sur les gouverneurs despotiques, sans compter sur tant d'autres dangers que nous nous efforcerons d'énumérer. Ainsi que les bons conseils qui vous permettront de rester en vie le plus longtemps possible, puisque de toute façon, vous y passerez un jour.

 

 

I ) Les trous

 

Eh oui, on en parle pas assez mais les trou, les p'tits trou, toujours les p'tits trou, des trous d'première claaaasseuh, des trous d'secondeuh claas... BANG *a flingué gainsbourg*

 

*souffle sur son colt*

 

je disais donc, les trous, les falaises, les précipices, les ravins (et même les rebords de trottoir pour les plus petits d'entre nous *suivez mon regard vers Galianor*) sont pour nous des dangers constants et récurrants.

 

On ne compte plus les cadavres empilés et démembrés en bas de New Stendel, paix à leurs ames, sigh.

Et ce même péril guette les explorateurs confirmés, tout comme les nouveaux. On a vite fait de se casser la gueule dans un ravin en admirant la beauté du paysage ou en essayant d'échapper à diverses créatures méchantes et répugnantes (non il n'est pas encore question des nains pour le moment).

 

 

Bref, mais alors que faire?

Eh bien c'est très simple, la solution pourrait tenir en une ligne si j'avais pas le gout de m'emmerder:

 

ne bougez pas !

 

(oui j'ai honte)

 

mais comme vous êtes mignons, je vais vous la faire plus longue. La meilleure stratégie à adopter est de constamment regarder devant soi, sous vos pieds, et ne pas bailler aux corneilles en regardant les moutons s'accoupler pendant vos voyages.

 

 

 

 

II ) Les nains

 

On les a déja quelque peu évoqués, l'espèce naine est certainement l'espèce humanoïde la plus antipathique sur nos terres. (même mon oncle Runstar, creeper de son état et pétomane, je vous laisse imaginer les dégâts, était plus supportable)

Aussi il convient de respecter certains principes de base envers ces créatures:

 

- Ne JAMAIS approcher un nain s'il n'y a pas de nécessité. Outre l'odeur qui en tuera plus d'un, la proximité d'un nain est souvent synonyme de danger constant. Et même si en soit ils ne sont pas très grands, un nain appellera toujours ses potes pour te casser la gueule en surnombre. Vous êtes prévenus.

 

Les mesures suivantes prennent effet si jamais vous avez à cotoyer un nain, que ça soit au boulot, chez le marchand ou aux toilettes du Théâtre Stendelien.

 

- Ne surtout pas parler de la taille ou de quelconques notions de grandeurs devant un nain. Et cela, que la discussion soit laudative ou péjorative. Le tonneau de bière vole généralement très bas lorsque ces discussions s'enveniment...

 

- Ne pas lancer de nains

 

- Ne pas tirer les barbes des nains

 

- Ne pas se moquer des nains imberbes

 

- Ne pas se moquer des nains barbus

 

- Ne pas enjamber de nains (vous risqueriez de perdre plus que la face, ça mord ces bêtes la...)

 

- NE JAMAIS refuser de bière naine, même si c'est la pire que vous ayez jamais goutée, vous la buvez, point.

 

Évidemment cette liste s'agrandit de jour en jour car nombreux sont ceux qui ignorent la première et la plus importante règle : ne pas approcher un nain, JAMAIS !

 

 

 

III ) Les Gouverneurs

 

Il y a tellement de choses à redire sur les gouverneurs de nos contrées, qu'il me faudrait deux claviers, 6 mains, 450 pages de textes, un firewall en béton armé et un gilet pare balle. Mais je n'ai pas le temps et je suis lâche, je me contenterai donc de faire court*.

 

La seule chose à savoir sur eux est la suivante : ne JAMAIS importuner un gouverneur.

 

Seulement voila, il y a tellement de moyens de les emmerder, qu'on ne s'en sortira jamais. Alors sans transition (et parce que Tyroine me menace avec un flingue) je passe à la partie suivante.

 

 

IV ) Les Reuhloups

Les plus courants, les plus pénibles, les plus collants, les plus nombreux, les plus pénibles (comment ça je me répète?)

 

On ne peut y réchapper, le genre de personnage qui vous ferait envier une fin douloureuse à la Saw.

Généralement indétectables aux yeux des novices, il suffit qu'ils vous abordent pour que le suicide vous vienne immédiatement à l'esprit. Ces gens la, encore pire que les nains (comme quoi ça existe) vous pose toute sorte de question rhétoriquo-philosophico-religieuses dont la plus célèbre reste "c par ou azur?".

 

Un seul moyen de les empêcher de nuire : les ignorer.

 

 

V ) Le Nether

 

Ami lecteur (ou du moins ce qu'il reste de ses yeux), nous arrivons ici au fond du problème. Et ça tombe bien puisque le Nether c'est tuto fond de la terre...

 

(y a quoi au dessus de la honte?)

 

Bref, une terre hostile, sans règle, sans hopital, sans aide, sans vie. Bref, l'enfer.

 

Je n'ai qu'un seul conseil : n'y mettez jamais les cubes !

 

[des moyens de survies avaient été rédigés à la suite mais ont été supprimé par le lobby des associations telles que les démons du Nether, ou les fils du Nether]

 

 

 

 

 

Ainsi se termine notre guide pour l'instant, des modifications ultérieures y seront certainement apportées

En vous remerciant de votre fidélité.

(non je ne rembourserai pas les frais d'ophtalmologie)

 

 

 

 

NOTES :

 

* Vous avez noté l'humour?

 

 

 

 

 

Chroniques lacustres

 

Par Tybalt l'Ancien

 

 

"Allez grand père, raconte nous encore une fois, teuplait !"

 

Les deux gamins n'avaient eu de cesse de harceler notre héros vieillissant, Tybalt, toute la journée. Excédé par autant de popularité, il décida de répondre à leurs attentes.

 

"Okay okay les mômes, vous allez l'avoir votre histoire mais vous la connaissez par cœur non?"

"A vrai dire grand père, tu ne racontes jamais toutafay la même..."

 

"ouh sale piti.... [Homer spotted] hum bref, allons y. *tousse tousse* broum broum"

 

 

 

Mon histoire se déroule en l'an 12 des quatre empereurs, alors que le Lac D'Emeraude avait assis sa domination sur le mon....

 

1er gamin : "mais t'avais pas dit que le Lac D'Emeraude n'avait jamais eu la célébrité qu'il méritait?"

2ème gamin : " assis sur quoi?!"

Tybalt : "oh merde, laissez moi raconter !"

 

 

Je disais donc, c'était en l'an 12 des quatre empereurs. En cette époque bénie, les oiseaux gazouillaient et l'eau clapotait tandis qu'on entendait au loin les suppliciés mourir dans la lave du Ragnarock. Ah mes enfants, je vous le dis, c'était le bon temps !

 

Nous sommes en Septembre, très exactement le 10 février, bref c'est l'été et en ce soir de Noel un homme mystérieux entouré de mystères débarqua au port lacustre. J'étais en poste à la douane voyez vous, je fus donc le premier à communiquer avec lui et je dois dire que ça aurait pu tourner au drame si je n'avais pas su faire preuve de sang froid.

 

 

 

1er gamin : mais grand père, tu n'as pas de sang !

2ème gamin : assis sur quoi???

Tybalt : Tonnerre !

 

 

L'homme s'avança sur le quai désert et rejoint le bâtiment douanier. S'ensuivit un discours plus ou moins banal sur ses droits et ses devoirs en ces terres. Et alors que je commençai la fouille au corps, je détectai un relief métallique dans sa poche ventrale. Je l'interrogeai alors sur la teneur de l'objet en question.

 

Il s'avérait que c'était le premier spécimen de bombe aérosol à propriété déodorisante. Les premières lois contre le terrorisme de l'odeur n'ayant pas été encore appliquées je n'avais aucune raison de lui refuser le passage avec ce "dého".

 

Cependant il y avait quelque chose de louche et de mystérieux dans ce bonhomme. Je décidai donc de lui interdire l'accès au Lac D'Emeraude pour raison déodorisante.

 

Faché et hargneux il me répondit que quoi quoi qu'est ce que c'était que cette déodorisophobie dans les douanes de nos jours. J'hésitai à appeler du prompt renfort, mais connaissant les talents guerriers des lacustres, je m'abstins, justement parce que les talents en question étaient inexistants.

 

Bien décidé à me rallier à sa cause, il dégaina son engin de mort et me visa (non pas le moyen de paiement avec lequel papy tybalt achète les PA petit fils numéro 2). Terrorisé à l'idée de terminer ma vie dans un poste de douane, je pris mes jambes à mon cou (l'inverse étant nettement moins pratique) et détalai en direction de ma maison.

 

Mais l'homme encapuchonné ne voulait rien savoir, et ni une ni deux

 

2ème gamin : ni cinq ?

 

Ni cin... mais non abruti ! Bref il me poursuivait donc. De moins en moins rassuré par cette présence menaçante, je m'enfermai à double tour et creusai un trou au fond de ma mine dans lequel je me fis le plus discret possible (épreuve ardue quand on est un semi creeper qui a des problèmes gastriques).

 

Au bout de quelques temps, mon horloge interne me fit savoir que le soleil se levait (mon horloge interne c'est mon estomac, et il avait faim, j'en déduisis donc qu'il était l'heure du p'tit déj). J'osai donc un pas hors de ma planque. Puis deux.

Je m'arrètai pour reprendre mon souffle avant mon troisième et c'est le moment que choisit mon agresseur pour me sauter dessus, le lache, il profitait de mes faiblesses !

 

Il me plaqua donc contre un mur de ma maison, dans le coin le plus sombre. Il s’apprêtait à ouvrir son immense imper'. Figé de peur, je poussai un hurlement suraigu. A mon grand désespoir les rares passants savaient qu'un semi creeper habitait ici, donc un cri si aigu ne pouvait venir de lui. C'est donc naturellement qu'ils pensèrent à une farce d'un gamin.

 

Je n'avais plus d’échappatoire, j'allais mourir désintégré dans un nuage parfumé. Je décidais donc de fermer les yeux.

 

J'attendis

 

Mais il ne se passait rien. Dans un élan de courage, j'ouvris les yeux et constatait que le bonhomme avait enlevé sa capuche et ouvert son imper'. Il était rempli (l'imper', pas le bonhomme) de bombes aérosols de la marque Pachèr, d'ailleurs il m'en tendait avec l'air jovial de celui qui a trouvé un bon pigeon.

 

Tybalt : et oui mes petits, je suis le premier minefieldien à avoir subit le harcèlement publicitaire des vendeurs ambulants, ces charlatans qui ont aujourd'hui quasiment pris le pouvoir du commerce dans nos terres. Et l'aérosol, je l'ai conservé sur notre cheminée, juste ici.

 

1er gamin : whaou !

 

2ème gamin : assis sur quoi?????

 

 

 

 

 

 

Hunplussainégaltroa

 

Par Tybalt l'Ancien

 

 

 

 

Tybalt attendait depuis maintenant 3 heures sur le quai de la gare d'Hypérion. Il commençait sérieusement à perdre patience et n'en pouvait plus de tourner en [barrer]rond[/barrer] carré.

 

Le soufre était toujours en train de lui monter au nez quand une paire d'oreille poilues et pointues fit son apparition, suivie de près par ce qui semblait une grosse fourmi grossièrement déguisé en un héros de dessin animé. De toute évidence elle avait oublié la formule magique du gogo gadgéto déguisement !

 

Cet étrange couple se mit à courir dans sa direction. Complètement affolé, il courut se réfugier quelques branches plus haut. Fort heureusement ses camarades lacustres qui l'accompagnaient le rassurèrent en affirmant que c'était les deux personnalités qu'on attendait.

 

Un peu honteux, Tybalt redescendit de son perchoir, et leur fit savoir, mais un peu tard, qu'il n'avait aucun grief contre eux et qu'ils étaient bien évidemment les bienvenus dans la région.

 

C'était l'heure des présentations, et Tybalt, jamais à l'aise dans ce genre de situation, prit une teinte [barrer]rouge[/barrer] jaune (bawi n'oubliez que c'est un peu un creeper, donc vert + rouge = jaune). Les deux énergumènes, après prise de renseignement, se prénommaient Operamundi et Super Lapin et étaient ici afin d'étudier une alliance commerciale entre le Lac D'Emeraude et Bel-O-Kube, citée myrmicéenne située à l'autre bout du monde.

 

Les fourmis avaient elles compris que les lacustres finiraient par dominer le monde? Et que donc une alliance avec eux était nécessaire à leur survie? Quoiqu'il en soit, Operamundi s'écria :

Opera : Bon alors Tybalt, et si au lieu de faire le zouave, tu nous faisais un peu visiter?

Tybalt : Ah moi je fais le zouave? ZOUAVE ?... MOI ?!... Zouave !... Zouave !... Oser me traiter de zouave !... C'est trop fort !... Ah ! Mais ça ne se passera pas comme ça !... Des excuses !... J'exige des excuses immédiates !...

 

 

Heureusement, SL intervint à temps et tout le monde recouvra ses esprits, Tybalt retrouva sa teinte naturel, ce vert pâle qui lui allait si bien. Et la visite commença.

 

Complètement ébahis par tant de beauté et de plussoyance, les fourmis passèrent la visite les yeux pleins d'étoile et le menton toujours levé. Tybalt en profita donc, mais juste une fois (ou peut être deux) pour fouiller leurs poches.

 

Le petit groupe arriva enfin devant la mairie, et l'incident diplomatique fut évité de très peu. En effet, Super Lapin avait eu la drôle d'idée de poser ses cake (c'est une métaphore) devant la mairie. Et comme son nom pouvait le laisser deviner, ce n'était pas des crottes de souris mais des Supers Bouses (c'est un euphémisme).

 

Notre héros semi creeper entra alors dans une rage folle, sortit son Pliz©, son chiffon, cracha dans ses mains et entama un nettoyage dans un fol tourbillonnement qui ferait rougir de honte Taz le Diable de Tasmanie.

 

Quatre secondes et une poignées de dixièmes plus tard, il n'y en avait plus trace. Mais Tybalt semblait prêt à se fâcher tout jaune. Il exigea alors, pour réparer le préjudice subit, que SL soit précipité du haut de la Tybaltine, engin de mort fraichement inventé.

 

Le Lapin n'ayant plus vraiment le choix, il se résolut à finir sa vie sur les fameux cactus du Lac. Tybalt, satisfait, entraina la petite troupe et le Lapin pâle vers le point le plus haut du village en entamant une chanson de sa création :

Ce matin, un creeper, a tué un lapiiiiiin

 

Le Lapin fut exécuté sans ménagement, et Tybalt retrouva sa sérennité. Opera se confondit en excuses, non sans proposer aux lacustres de venir visiter la citée fourmi. Nos Lacustres, fier de la leçon donnée aux fourmi acceptèrent avec dédain...

 

 

 

 

To be continued...

 

 

 

 

 

Ikuba

 

Par Tybalt l'Ancien

 

 

Le soleil se couchait tout juste, embrasant de sa lumière déclinante les plaines environnantes. Tybalt le salua, comme on salue un vieil ami. Cela faisait bien des cycles qu'il arpentait ces terres, et la nostalgie lui sautait souvent dessus sans prévenir.

 

http://www.youtube.com/watch?v=h-S90Uch2as

 

Ce soir la n'échapperait pas à la règle.

 

En effet, ses deux petits fils s'endormaient sur le canapé de son salon. Il essaya de se faufiler discrètement jusqu'à sa chambre, mais c'était sans compter sur la feuille de chène séchée [barrer]qu'un connard de scénariste avait foutu la[/barrer] qui s'écrasa sous ses pieds.

 

"Bordel de nouille !" laissa - t - il échapper.

 

Le juron réveilla le plus vieux de sa descendance.

"Eh merde"

 

Celui ci, acheva de réveiller le second.

 

"Oh tiens grand père tu tombes bien, raconte nous une histoire avant de ronfler comme un orc !"

 

Tybalt savait que toute négociation serait vaine, puisqu'elle entrainerait sans aucun doute les hurlements des enfants qui a leur tour réveilleraient leur mère. Ce qui déclencherait l'ire de cette dernière. Préférant éviter cet incident qui ne resterait pas sans conséquence, il se décida de céder à leurs avances.

 

"Grmblr que voulez vous savoir les morveux?"

"Comment t'as acquis autant de fric !" (notez l'utilisation du verbe acquérir, 'sont pas mes gamins pour rien :') )

 

 

 

Cela devait être le deuxième ou troisième été le plus froid de toute ma vie. Les pluies se déchainaient, et il faisait un temps à pas mettre un creeper dehors !

A ce moment précis du récit, le petit fils numéro deux se ré-endormit

 

A cette époque je n'étais pas tout a fait un humain, mais je n'étais plus depuis longtemps le semi creeper fils aimé et prodigue de mes parents. La vie Minefieldienne s'était chargée de m'endurcir et de faire disparaitre tout signe de naiveté.

 

Un jour est venu ou il a fallu choisir un métier. J'avais l'embarras du choix, mais par respect pour la mémoire de mes parents je décidais de ne pas suivre leur voie à la ferme. Ils voulaient mieux que ça pour moi. JE voulais mieux que ça.

 

S'en est suivit une longue réflexion, orientée par mes préférences et les nécessités de notre communauté du Lac D'Emeraude. Je voulais rester au plus près de la nature, et de par ma nature, il m'était très déconseillé de rester près d'un feu. Il était donc totalement exclu que je m'oriente vers la forge.

 

Et puis me sont revenus des souvenirs de mon enfance, en cette maison que j'ai tant chérie. Je me souvins, une à deux fois par semaine, quand le soleil se levait,

et avant que les travaux de la ferme ne prennent possession de son temps, mon père m'emmenait au ruisseau et nous lancions nos maquettes de bateaux qui se perdait dans les rougeoiements de l'aube. Et plus les années passaient, plus nos maquettes semblaient réaliste.

Je sais, vous vous demandez comme un creeper pur race a t il pu devenir fermier? Ce n'est pas le sujet de ce récit mes enfants

 

Malheureusement, le ruisseau n'a pas tardé à se tarir, pour des raisons que j'ignore encore. Et ces sorties hebdomadaires furent annulées. A ma plus grande tristesse, car mis à part ces instants de bonheur, je ne partageais pas beaucoup de temps avec mon paternel.

 

Devant un tel chagrin, ma mère commença à se poser des questions, et ne tarda pas à trouver la réponse. Et par la même occasion une solution. En effet, elle est venue me réveiller un matin, en brandissant fièrement une statuette grossièrement taillée dans le bois représentant une sorte de creeper aux labours. Les yeux brillants et pleins d'admiration, je lui demandais comment elle avait réussi une telle chose !

 

Elle m'appris donc, et peu de temps après l'élève avait dépassé la maitresse. Mes sculptures étaient somptueuses, et le soir mon père et moi, nous mettions plusieurs dizaines de minutes à les commenter. J'avais retrouvé une occupation, et du temps à partager.

 

Cette lubie a disparut avec mon adolescence, mais je crois que c'est de la que je tiens ma passion pour le travail du bois.

 

Mon choix s'est donc arrêté sur menuisier, parce que j'aime le bois, le bois c'est bien, le bois c'est beau

"mais le bois ça brule !"

 

oui et ça br... mais non crétin ! Tu mériterais une paire de baffe pour autant d'incivilités !

*Tybalt lance attaque Torgnoles, c'est très efficace*

 

Bref, j'ai donc décidé de me lancer dans le meuble. A la plus grande joie de mes compères : leurs intérieurs manquaient drôlement d'ameublement. J'avais eu une idée géniale puisque les prix des décos intérieures s'étaient envolés.

 

De par ma vie auprès des hommes, j'étais devenue un prototype humain par excellence, et que veut l'homme de base? Encore plus de fric, plus de pouvoirs. Je me fichais éperdument du pouvoir, puisque je l'avais déja. Aussi, dans ma bêtise, je me mis en quête de plus de richesses.

 

Et pour cela, je n'avais plus qu'une solution : vendre mes créations. Mais encore fallait il trouver un élément directeur à mon commerce, pour le démarquer des autres.

"Alors qu'as tu fffais?" (il vient de se prendre une méchante baffe, il fofotte un peu)

 

J'ai eu l'idée qui allait révolutionner le petit monde du meuble. L'idée de la livraison, de l'installation et du Service Après Vente.

 

Dans les détails ça donnait ceci : Je présentais des ensembles de décoration allant d'une simple table et ses chaises jusqu'à des décos plus précises et plus poussées, le tout toujours en bois pur venant des forêts du Lac D'Emeraude.

Par ailleurs, mes meubles étaient garantis 10 ans ou remboursés, je ne rigolais pas avec la qualité, rien à voir avec ces imports "made in Navis" fabriqués par des enfants dans des ateliers perdus au fin fond du pays.

 

Manquait plus qu'un nom qui sonnerait bien, Hmm cubinéa? Meublenacube? non il fallait mieux que ça. Il fallait quelque chose qui en impose ! Un nom qui évoquerait immédiatement la classe et le sérieux de l'entreprise. Ikuba ! Oui c'était ça !

 

A Ikuba, meubles certifiés bois protégé a l'ancienne, Ikuba respecte l'environnement et replante des forêts. Ikuba : menuisiers de père en fils depuis juillet 2011 !

 

Voila mes enfants, comment papy a fait vivre votre mère comme un coq en pâte.

 

"c'était passionnant ! tu m'apprendras à être un requin de la finance et de l'économie, à dicter mes lois et à m'assoir sur mes concurrents?"

 

*le second fils se réveille en sursaut*

 

"assis sur quoi??"

 

 

 

 

 

 

Le Crazy Creeper

 

 

Par Tybalt [barrer]l'ancêtre[/barrer] l'Ancien

 

 

 

Grand Pa' Tybalt reposa au sommet de sa bibliothèque l'album photo qu'il venait de feuilleter. Il en avait encore les larmes aux yeux, mais il ne saurait dire si c'était de nostalgie ou de franche marade. Tout en ressassant le passé, il s'achemina vers sa chambre et son lit afin d'y retrouver la folie de sa jeunesse.

 

Mais dans l'ombre, deux paires d'yeux n'attendaient que ce moment. Elles se faufilèrent de meubles en meubles et arrivèrent en bas de la bibliothèque.

 

"Tu crois vraiment qu'on peut? Il ne nous laisse jamais le regarder cet album..."

"Mais oui, t'inquiètes, je gère"

 

Un inquiétant bruit se fit entendre "tchoc tchoc tchoc tchoc"

 

"Qu'est ce que c'est??" dit la première voix terrorisée

"Ce sont tes genoux qui se cognent" dit la seconde sans plus se formaliser

"fais moi la courte' au lieu de danser le flamenco !"

 

Petit fils numéro deux se hâta d'obéir et son frère était à deux doigts d'attraper l'album en question quand soudain...

 

"SALES PITITS MORVEUX !"

 

Le vieux s'était réveillé, effrayant Petit fils numéro deux, qui laissa tomber son frère et l'album avec.

Le livre s'ouvrit directement sur une photo de Grand Pa Tybalt dans une tenue très courte, très rouge et beaucoup trop dénudée pour qu'elle soit décrite ici.

 

"C'est toi grand père?" S'interrogea petit fils numéro un.

"grmmblrrr ça s'peut, et après?" répondit l'intéressé.

"Tu nous racontes ?" s'écrièrent à l'unisson les deux garnements.

 

 

Bon bon, mais après je veux vous voir au lit et sans trainer ! Mon tromblon marche encore très bien ...

 

C'était à l'époque où votre grand père manquait cruellement de moyens, mais pas de ressources. Je venais tout juste de conclure une alliance avec les fourmis, qui s'avèrerait plus tard comme étant décisive, puisque comme vous le savez, la caste des fourmis lacustres a pris le pouvoir. Mais bref, c'est une autre histoire.

 

Je m'étais lié d'amitié avec une fourmi de morale douteuse, Corderaide qu'il s'appelait, ou Ti-Ret, ça dépendait de sa schizophrénie.

Un soir, nous avions tellement bu de miellat de puceron alcoolisé que nous avions arpenter la capitale à la recherche de sous-vêtements féminins. On a finit par en trouver, des pachèr. Dans un élan d'alcoolisme, je me décidais à les enfiler, et paradais sur la grand' place de Stendel ainsi vêtu.

 

Le déguisement était tellement bien foutu que beaucoup de passants me sifflèrent, et plus encore me donnèrent de l'argent.

Nous nous sommes donc regardés avec corderaide (enfin... du mieux que nous pouvions) avant d'éclater d'un rire sonore et de tomber ivres morts dans un caniveau.

 

Je me réveillai le premier, j'eus le temps de nous préparer de quoi manger, de me changer, me laver et même de dévorer la portion de Corderaide, avant que celui ci ne se réveille dans un guttural "j'suis où? où ouillle! ma têêêêête"

 

 

Je lui racontais alors nos exploits de la veille. Ce qui eut pour conséquence de le remettre sur pattes en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire.

Revenu d'entre les morts, il pensait qu'on tenait là un buisness inexploré, qu'on pourrait se faire un sacré paquet de sous et patati patata.

Je rétorquai que les clubs de strip tease ça existait déja, qu'il nous faudrait alors asseoir notre domination sur eux

"assis sur qu..."

"TA GUEULE !"

Il eut alors l'idée de nous implanter sur nimps, ce monde ou tout devient possible. Et la seconde idée : restreindre l'entrée gratuite aux seuls membres de l'alliance Myrmico lacustre, les autres devront taxer.

Nous étions euphoriques !

 

Corderaide s'enquit donc d'un coin libre et nous débutâmes la construction.

 

Une fois terminée, notre cabaret eut un tel succès, tout le monde voulant voir danser un creeper, que nous étions devenus riches.

C'est d'ailleurs grâces à ces sous que l'Alliance allait changer la face du monde.

 

"whoaaaaah" dit le premier petit fils

"gluoarp" dit le second (faut dire qu'avec un tromblon dans la bouche, c'est difficile de parler)

 

 

 

 

 

 

 

:cactus: Le Cactus Primordial :cactus:

 

Par le petit fils Numéro deux de Tybalt l'Ancien, en l'an 86 du règne de Dokmixer Junior

 

 

 

Musique à écouter pendant la lecture :

]

 

 

 

Beaucoup de choses existaient jadis mais aucun de ceux qui vivent aujourd’hui ne s’en souviennent. Les ancêtres de nos ancêtres ont emporté dans leur silence éternel de nombreux récits, et ces récits devinrent légendes .

 

 

 

 

"- Grand Pa'! Grand Pa' !

- Gneugeuh quoi les gosses? qu'est ce que vous voulez?"

- On a trouvé un exemplaire de mini cactus qui poussait sur le terrain vague, à côté des ruines !

- Ah? Bah laissez le, ces ruines étaient supposées être mystiques il y a un temps, mais je doute que la magie soit restée. Du temps ou mon grand père vivait, c'était un lieu très fréquenté."

- Ah bon? Qu'est ce qui s'y passait ? et pourquoi?"

 

 

Ca mes enfants, c'est une longue histoire...

 

Ca commença par une légende. Colportée de générations en générations. Celle qui dit que les creepers seraient des descendants vivants des cactus des temps anciens.

 

Puis ça s'est poursuivi par l'arrivée d'une créature à mi chemin entre l'humanité et la creeperité. Eh oui mes enfants, vous avez du soufre dans le sang puisque c'est de mon grand père qu'il s'agit.

 

Il s'était entiché d'un petit village, celui dans lequel habite votre *censurée* de grand mère, la garce elle m'aura pas vivant !

 

Mais je croyais que c'était justement ton héritage et donc ta mort qui l'intéressait?

 

Hein? heu oui, ahem, bref.

Une nuit, alors qu'il subissait une énième insomnie, Tybalt erra dans les rues de son village. Il s'éloignait des habitations quand soudain une voix se fit entendre !

 

une voix? Comme celles qu'entend tante Huberta?

 

Non... Pas vraiment *soupir*

Vous valez pas mieux que moi à votre âge !

Donc, voici les paroles que Tybalt entendit, telles qu'il me les a rapportées :

 

" wesh !

j'suis l'Cactus Primordial, et ça c'est vraiment pas mal !

j'suis r'venu des temps anciens afin de pas passer pour un chien

j'veux qu'tu m'batisse un temple, fais le bien ample

yo !"

 

 

heu t'es sur de ce que tu dis la?

 

non ! je voulais voir si vous aviez un minimum de jugeote ! Je la refais, et soyez attentif je répèterai pas.

 

"Tybalt. Mon fils. J'ai besoin de toi. Suis ma voix, et joins toi à moi."

 

Mon grand père l'a alors suivi dans ce qui semblait être une grotte obscure, absente la veille même. A peine rentré, il se senti emprunt d'un mysticisme qu'il n'avait alors jamais connu... A moins que ça n'étaient ses rhumatismes? Il n'a jamais su me le dire. Quoi qu'il en soit, il entra.

 

 

Alors qu'il pensait avoir parcouru des kilomètres sous terre, Tybalt aperçut enfin de la lumière devant lui. Une grande salle éclairée et sablonneuse se présenta à lui. En son centre trônait le plus beau cactus qu'il n'ait jamais vu.

Tout à coup, le cactus se mit à flamboyer, mais d'un feu anormal, qui ne semblait pas bruler ni les chairs ni les végétaux. Et la voix reprit :

 

"Je suis le Cactus Primordial. Je reviens en ces terres afin d'accomplir mon dessein millénaire. Autrefois j'ai moi même implanté tous mes fils et descendants dans les déserts. C'était bien avant l'arrivée des humains et même des creepers.

Puis, m'ennuyant ferme avec mes cactus, j'ai décidé de les faire évoluer. Je les ai alors pourvu de pattes, d'yeux, de bouches et de système digestif. J'ai même voulu y joindre un système d'auto défense, mais celui ci fut raté et entrainait invariablement l'explosion de l'individu à tout contact non creeper. Tout ceci c'était bien avant l'arrivée de l'humanité.

Puis tout a été gâché.

Un Vieux Barbu s'est pointé. Il a repris mes idées, les a modifiées quelque peu. Ce n'était pas un cactus flamboyant, mais un buisson ardent. Ce n'était plus des creepers mais des hommes. De toute façon même quand on était gamins il arrètait pas de copier mes créations. Quoiqu'il en soit, il s'en est mieux tiré que moi.

Et on arrive au fond du problème.

 

En ces terres, de nombreux autels, mausolées, monuments ont été érigés à sa gloire. Mais personne ne se souvient des perdants. Seuls les gagnants écrivent l'histoire. Moi j'avais perdu, la confrontation creeper/humain tournait largement en faveur de ces derniers, sur tous les points.

 

Cependant cela n'empèche pas que toutes les bonnes idées venaient de moi !

 

Je veux donc que tu rattrapes le temps perdu, et m'érige un bâtiment magnifique, grandiloquent, extraordinaire, dithyrambique, apologétique, encomiastique. Bref, en un mot : grandiose !

 

Et tu le feras, à la gloire du Cactus Primordial, (c'est moi) afin de rendre la liberté au publique !"

 

 

 

La voix disparut, et Tybalt se réveilla dans son lit. Quelque peu dérangé par le fait que ce Cactus Primordial s'exprimait de façon très étrange, mais aussi parce qu'il lui semblait déja tout savoir de ce fameux cactus, comme si c'était inscrit dans ses gènes.

 

Aussi s'attela-t-il à cette tâche avé circonspection. Même s'il savait d'avance que sa vérité serait difficilement approuvée, l'Imposteur avait déja fait beaucoup de boulot et nombreuses étaient les âmes perverties.

 

Désormais, seule compterait la vérité du Tout Puissant Cactus Primordial.

 

Voici l'héritage qu'il m'a légué, une preuve de plus, s'il en fallait une, de son acharnement. C'est un collier avec des inscriptions, mais la plupart sont effacées. On peut encore y lire

"il est venu à moi le Cactus Primordial, sa vérité sera l'héritage de ma lignée"

 

 

C'est incroyable ! Et donc ce temple serait le lieu de cet étrange culte?

 

C'est ça !

 

 

 

:pumpkin: Sombre Période :pumpkin:

 

Par Tybalt l'Ancien

 

Page 8

 

 

 

:cactus:Une journée au Paradis :cactus:

 

Par Tybalt l'Ancien, épaulé par son tromblon.

 

Page 8

 

 

 

:goldapple:Creeper, Ésotérisme et Pomme D'Or :goldapple:

 

Par Tybalt le Doyen

 

page 9

 

 

 

Les boules de Noël

 

Par Tybalt l'Ancien

 

Page 10

 

 

 

 

:ironbock: Vessie Tas Dîne :ironbock:

 

 

Page 10

 

 

 

 

:sword:Chevalier de la Pomme d'Or et du Cactus Tromblonné

 

 

Page 10

 

 

 

 

 

:sword:Lard de naguère :sword:

 

Par Tybalt le Ronchon.

 

Page 11

 

 

 

:book: Origines :book:

 

 

Page 14

Link to comment
Share on other sites

La race des Rose Pâle, ces méconnus

 

 

par Prashnak le Sage

 

 

 

Il y a tant de choses à dire sur les Humains qu'il nous faudrait trois livres de mille pages, un gilet pare-balle et 6 boites d'aspirine, mais je n'ai pas le temps et j'ai la flemme; en conséquence chers amis creepers (enfin en tout cas ceux d'entre vous qui savent lire) vous n'aurez que ce modeste texte et je m'en excuse bien bas.

 

 

Par où débuter donc? Je vais peut être commencer par vous conter mes aventures à la surface de ce maudit Cube.

 

C'était il y a des cycles de cela, je n'étais alors qu'un jeune creeper pas plus moche que la moyenne ni plus vert mais étant déjà assez mur pour mon age (un jeu de mot foireux vous dites?) je décidais d'enquêter, de fouiner sur cette race méconnue, de départager le faux du vrai de nos récits et autres histoires à faire pâlir les plus explosifs d'entre vous.

 

La légende parle de créatures légendaires, capables de modifier leur environnement au gré de leurs caprices, capables en un claquement de ce qu'ils appellent "doigts", de détruire des forêts entières.

 

Qu'en est il exactement?

 

Je partis donc à l'aventure avec mon soufre et mon couteau.

 

Je traversai des grottes obscurs, des tavernes infinies, et j'arrivai enfin à la surface du Cube. Sachez que le mythe qui raconte que là haut, un cube de lave surplombe la terre, est totalement faux, il faisait presque aussi sombre que dans nos abris, à la différence près qu'une espèce de boule de diamant me regardait fixement. Ne sachant quoi lui dire, je lui tendis un morceau de pierre, qu'elle ignora, j'essayai alors avec un cube de diamant, même réaction. Quelle était donc cette divinité butée et bornée? Je n'en sus jamais rien et continua ma route, bien décidé à ignorer cette Chose.

 

Après cet incident notoire, j'aperçus du mouvement autour de ce qui semblait être une source lumineuse. Je m'en approchais et tombai nez-à-fentes respiratoires avec deux représentants de la race des rose pâles. Ces deux la devaient avoir fini cet espèce de portail surmonté de torche car ils arboraient l'air fier de ceux qui ont travaillé dur (tels des creepers après 5 minutes d'excavation)

Je m'approchai alors d'eux, et ne sachant pas quelle attitude prendre, je décidai de marcher décontracté. Ils m'aperçurent enfin, et c'est à ce moment précis que je me rendis compte de leur petite taille. En fait, prenez un creeper, mettez le en position allongé, rajoutez lui des membres et teintez le en rose, et vous aurez un Rose Pâle tout chaud.

 

Bref, j'entamai la dialogue, bien décidé à redorer l'image des creepers à la surface du Cube. Je n'obtins comme réponse que des grognements sourds très difficilement imitables. Ça donnait vaguement (je cite) : "Grrrouiiii". Évidemment gêné, je ne sus quoi répondre et me contentai d'hocher la tête comme nous savons si bien le faire lors des discours incompréhensibles de notre bien aimé Roi.

 

N'ayant rien compris à leur langue décadente, j'en conclus que sous terre les creepers ont développé une bien meilleure civilisation que celle des Humains de nos légendes. Cette race avait du se dégradée au cours des cycles.

 

J'allais oublié de vous signaler que l'autre légende qui raconte que nous sommes attirés par les humains n'est que pure invention d'un creeper qui avait cru bon de lancer des rumeurs sans preuve. Au contact de ces deux individus, je n'explosai pas.

 

Déçu et le coeur lourd, je décidai alors de rentrer et de raconter à mes congénères que désormais nous n'aurons plus grand chose à craindre de ces humains.

 

 

 

 

 

Note de l'éditeur: Prashnak n'ayant plus toute sa tête au moment de l'écriture, ne prenez pas ses dires comme vérité absolue. C'est plus une œuvre de fiction qu'une œuvre documentaire.

 

 

Note de l'auteur: L'éditeur jaloux de mon succès et de mon voyage perd tout bon sens à propos de ce texte. Lui qui a toujours voulu me devancer dans cette aventure, il fut désappointé de me voir revenir avec touts ces dérangeantes vérités.

 

Note de l'éditeur: Pauvre vieillard sénile, la moitié de ce que tu racontes n'est que pure invention.

 

 

Note de l'auteur : MOI un vieillard sénile?! tu vas voir pauvre naïf, approche j'ai un pacemaker tout neuf, une pêche d'enfer et un crochet du droit efficacement destructeur !

 

 

Note de l'éditeur : D'accord, tu l'auras cherché vieil homme !

 

 

 

 

 

 

Note de l'auteur pour soi même : penser à trouver un nouvel éditeur

Link to comment
Share on other sites

Je trouve ça assez énorme ~

 

En particulier, j'aime beaucoup les passages absurdes de ton texte, ils m'ont fait sourire et c'est plutôt rare :D

Ssssshakaross était un creeper (qui n'avait ja-ja-jamais explosé, qui n'avait ja-ja-jamais explosé ohé ohé) comme un autre

 

Si tu t'ennuies, prends le temps de détailler La race des Rose Pâle, ces méconnus, j'ai trouvé ça sympa mais un peu court (généralement, c'est bon signe).

 

En tout cas, merci pour le partage ~

Link to comment
Share on other sites

Cube Fiction

 

 

 

Tybalt avait passé la pire nuit de sa vie, il avait bien cru que ça ne finirait jamais.

Il y eut tout d'abord un vacarme effroyable venant de l'extérieur alors que le soleil était à peine bordé dans son lit de nuages. C'était sa première leçon minefieldienne : les gens ici ne dorment jamais, et en effet un citoyen fignolait la baraque d'à coté à grand coups de pioches, de bois et d'alcool fort. Le minefildien ayant tendance à l'alcoolisme chronique, d'où la complexité de certaines constructions.

 

 

Mais notre héros en avait vu d'autres, et il réussit à se rendormir sur le joli et tellement kitch cube de bouse que le tavernier lui avait alloué.

 

 

 

Réveillé quelques heures plus tard qui lui parurent secondes, par le tavernier en personne, il fut viré manu militari par ce dernier. Le prétexte? D'autres vagabonds s'étaient plaints de la proximité avec un creepers dans une hostellerie aussi réduite, et ces derniers étant les plus nombreux, Tybalt se retrouva démuni et sans toit pour dormir.

 

Dénichant un terrain vague assez proche, il s'y installa bien décidé à y finir sa nuit.

 

 

Cependant, rien ne pouvait le préparer à ce qui l'attendait au petit matin.

 

Il fut tout d'abord noyé vivant, puis enterré, puis déterré, enflammé, asphyxié et battu par des ouvriers syndiqués du chantier sur lequel il avait trouvé refuge qui n'avaient rien d'autre à foutre que maltraiter l'émigré lambda entre deux réunions syndiquales, parce que quand même faut pas déconner avec ça il va leur prendre leur boulot (pas leur arbre personnel hein!) et ils finiront tous à la rue, cette même rue qu'ils essayent de prendre le plus souvent afin de gagner le bar d'en face, le tout contre l'accord de leurs chères épouses elles mêmes baignées dans l'hydromel afin d'oublier les déboires de leurs maris. Bref on en fini jamais avec ces émigrés.*

 

Malgré tout, Tybalt réussi à s'en tirer grâce à la ruse héritée de son père, il leur proposa de travailler avec eux mais sans salaire. (Oui bon, c'est déjà une feinte géniale pour un semi-creeper)

 

Il s'attela donc à la tâche avec ardeur, bien décidé à tourner le sort en sa faveur. Cette situation dura grosso merdo 3 semaines, et notre ami dormit chez chacun des ouvriers à tour de rôle. Ces derniers furent peu à peu conquis par l'esprit et la finesse de leur nouveau collègue.

 

C'est ainsi que l'un d'eux apprit à Tybalt qu'il était en droit de candidater au grade de paysan, et qu'il pourrait alors avoir ses propres terres et sa demeure à lui. Pensant être exclu de tout ce processus administratif au vu de ses origines, Tybalt faillit exploser de joie (au sens propre, n'oubliez pas que c'est une réserve de soufre montée sur pattes...)

 

Quoi qu'il en soit, il se décida à rédiger son annonce afin de la présenter à qui voudrait l'entendre.

Il arpenta alors les rues de la capitale, à la recherche du gratin minefieldien ... célèbre spécialité locale qui lui avait été fortement recommandé car peu chère et très nourrissante. (j'ai fais mon jeu de mot foireux, j'accepterai la lapidation, mais pas l'autodafé)

 

 

Un fois sustenté, Tybalt tomba nez-à-nez avec ce qui lui semblait être un très vieux personnage légendaire de ces très vieilles légendes racontées sous le sol. Oui il était face à Jésus-Christ et la caravane passe.

Après prise d'information et dialogue, il apprit que ce n'était que son p'tit-p'tit-p'tit fillot. Tout de même impressionné par le sang royal qui coulait dans les veines du mec d'en face, il se lança dans un long et luxuriant discours à propos de sa candidature paysanne, gesticulant et hurlant lors des moments à suspense, son intervention orale dura précisément une minute et quatorze secondes, un record absolu pour un creeper ou race apparentée.

 

 

Totalement sous le charme de cet OVNI (Objet Vert Non Identifié), Jez' (diminutif de ladite célébrité) se hâta d'appuyer cette candidature auprès des autorités en charge du dossier.

 

Propulsé au rang de Paysan plus rapidement que ne dure une Assemblée Creeperssienne, Tybalt s'en retrouva plus excité qu'un Kevin au salon de la téléphonie mobile**.

 

Ainsi commencèrent ses péripéties de Minefieldien.

 

 

 

 

 

 

 

NOTES du nouvel éditeur :

 

* avant que vous ne me jetiez aux crocos, sachez que cette partie doit être prendre au 4ème degré (oui je sais, c'est froid, mais je vous emmerde), je n'ai absolument rien contre l'é ou l'i -migré lambda, qu'il soit creeper, marocain, roumain ou martien. Et pas plus de griefs contre l'ouvrier syndiqué, je me sers juste de préjugés.

 

 

** Navré pour l'anacronisme

 

 

*** [bonus exclu] une séance de dédicace aura lieu à l'Assemblée du Lac d'Emeraude le WE prochain, l'auteur ainsi que le personnage qui a inspiré cette fiction seront présents et se feront une joie de vous tatouer leurs noms sur votre fesse droite si celle ci n'est pas déja prise par un pâté de BobLennon.

Link to comment
Share on other sites

Lacustre !

 

 

Tybalt arpentait ce qui avait été un magnifique quartier Lacustre auquel il avait participé, il ne restait plus grand chose, si ce n'est les larmes des ouvriers qui avaient donné leur cube et leur temps à ce magnifique et utopique projet ... Que deviendra le Lac D'Emeraude? Quel avenir pour ses habitants? Autant de questions qui n'avaient pas encore de réponses.

 

Mais comment en sommes nous arrivés la?

Flashback !

 

*magnéto qui rembobine* fiuuuuuuuuuuuuuw fiuuuuuuw clang clang...

saloperie de matériel ! *kick*

fiuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuw

 

 

Le soleil est à son zénith en cette belle matinée sur Minefield, et le moral de Tybalt aussi. Non il ne rêve pas, il est enfin paysan ici bas, sa voix a été entendue, il en aurait les larmes aux yeux s'il avait su pleurer.

 

Mais que faire désormais? bien décidé à s'éloigner de la capitale pullulante et pleine de préjugés sur les creeper, Tybalt prit la route d'Hypérion. En chemin il tomba sur une merveille invisible depuis la route, mais Tybalt ne suivait de toute façon pas les routes, bien résigné à garder les habitudes de ses ancêtres (ceci explique certainement la totale absence de sens de l'orientation chez nos amis verts). Ce Hameau merveilleux c'était le Lac D'Emeraude, et il en tomba amoureux instantanément, au sens propre d'ailleurs puisque totalement absorbé par la hauteur et la splendeur de l'endroit, il n'avait pas vu qu'il était proche de la rive. Et paf, et plouf, et glou.

 

Les Désastreuses Aventures de l'Orphelin Tybalt auraient pu s'arrêter là si le maire du hameau, alerté par les hurlements de notre héros n'avait pas accouru pour le tirer d'une mort effroyable et pleine de souffrances.

 

Totalement subjugué (et à moitié rempli d'eau) Tybalt bégaya des excuses et des remerciements.

Le maire amusé par un personnage aussi peu commun, lui proposa alors de s'installer dans ce charmant village. Notre héros n'osait y croire, cela faisait moins d'une semaine qu'il était paysan et il avait déja un chez-lui potentiel. il s'empressa donc d'accepter cette offre.

 

Commença alors une grande histoire d'amour entre Tybalt et ce village tellement atypique. Il débuta la construction de sa maison un peu en dehors des murs et fit connaissance avec les autres habitants : les Lacustres .

 

Il n'y avait pas sur minefield d'endroit plus charmant que le Lac D'Emeraude, il se sentait comme un creeper dans le soufre ici et il se jura de tout faire pour améliorer, agrandir ce qui était désormais comme sa patrie, voire sa famille.

 

C'était l'Age d'or du hameau, la population augmentait et les projets étaient nombreux, Tybalt faisait de son mieux pour y participer activement et la vie s'y déroulait dans la joie, la bonne humeur et l'amour *vomit* (désolé, vous ne savez pas combien ça m'a couté d'écrire toussa)

 

 

Malheureusement tout ceci n'allait pas durer !

En effet, alors que le nouveau quartier prenait enfin forme, et qu'il n'avait rien à envier aux grandes métropoles telles Stendel ou Azur, un problème administratif de taille fit son apparition.

 

Il semblerait que lors des décisions administratives concernant cette construction, le maire n'avait pas contre-signé le paragraphe 3 de l'alinéa B2 de la page 354 du "registre des projets centralisé", registre tenu par Ubu, le gouverneur de la province. Et par conséquent ce nouveau quartier ne respectait pas les règles imposées puisqu'il était considéré comme pollution visuelle selon l'article 5-b de la constitution d'Hypérion, ville distante de 125 kilocubes.

 

Ainsi, après 3 paquets d'aspirine, Tybalt comprit que ce projet, ce village qu'il aimait tant était menacé de disparition. Il se décida alors à discutailler avec le gouverneur en question, leur dialogue tel qu'il nous a été rapporté se résume à ceci :

 

- Tybalt : alors comme ça on doit détruire l'oeuvre de notre vie? le quartier le plus beau de minefield?

- Ubu : il semblerait que oui, c'est navrant mais c'est la loi

- Tybalt :Vous savez ce qu'on dit : les lois sont faites pour être outrepassées ! on peut surement trouver une solution non?? vous n'allez pas faire ça?

- Ubu : j'ai bien peur que si...

- Tybalt : mais POURQUOIIII ?

- Ubu : parce que ... hmm ... c'est que en fait... alors voila.... oh et puis tu m'emmerdes c'est écrit dans le script alors c'est comme ça !

 

Malgré les supliques, les pétitions, les ventes de gâteaux aux kermesses... La destruction aurait lieu.

Ainsi les poseurs de TNT passèrent un beau matin, et tac et boum, s'en fut finit en quelques secondes. Les rêves utopique d'un village pacifiste s'envolèrent dans un nuage de fumée.

 

Quelle ironie que ce que Tybalt avait construit soit détruit par ce qu'il avait en soi...

 

 

 

Tybalt rentiendra de cet épisode une seule chose : respecter les lois c'est comme jouer au pétomane à travers un trou de serrure.

 

 

 

 

 

NOTES de l'auteur

 

Évidemment tout ce qui est raconté ici n'est pas forcément vrai, j'ai tout de même essayé de dénoncer les problèmes que subit en ce moment le Lac, la critique peut sembler acide mais à travers ce texte c'est toute la frustration des lacustres qui est retransmise.

 

A noter aussi que je ne suis pas au courant des dernières nouvelles : le problème a peut être été résolu

 

en conclusion : "touche pas à mon Lac !"

Link to comment
Share on other sites

"Tybalt rentiendra de cet épisode une seule chose : respecter les lois c'est comme jouer au pétomane à travers un trou de serrure."

 

Je ne veut pas savoir où et comment tu as eu cette idée......

 

Sinon, j'ai trouvé cette épisode pas mal, continue comme ça ;)

Link to comment
Share on other sites

un numéro spécial consacré aux guerres de religion dans notre communauté...

 

La Poutre et l'Eponge

 

 

Il était une fois sur un serveur lointain, très lointain (enfin pas tant que ça non plus)...

 

tatatatatsaaaaaam

 

 

La guerre fait rage sur minefield, depuis la création de la première religion. Le monde est en ruine, foulé au pied par les fidèles de différents cultes. Et l'issu de ce conflit s'éloigne jour après jour tandis que l'avenir s'assombrit... oui je sais, ça ne veut pas dire grand chose mais c'est classe

 

Plusieurs tendances se sont dégagées en si peu de temps: tout d'abord les adorateurs du culte de la Sainte Eponge, les plus fanatiques de tous les guerriers et les premiers à s'être attribués le titre de Religion Officielle du pays. Leurs chefs sont Wiagra, Horneback, et Pegase entre autres

Est venu ensuite le culte de la Poutre, religion aux cérémonies obscures mais qui attire de plus en plus de fidèles, dirigés par Huldugarn

A coté de tout ceci, on trouve aussi de nombreux détracteurs, utopistes et décidés à éradiquer toute forme de croyance sur Minefield dont le chef en est Momy.

Il y a évidemment de nombreux autres cultes dont le grand MME mais son emblème étant un mouton il en est risible. Les plus importants sont donc ceux ayant déja été cités.

 

La première grande guerre eut lieu en l'an 1 des empereurs Dokmixer, Neymir, Pyrix et Kepsyn. Nous allons nous efforcer de vous retranscrire les différents évènements de ce conflit, aussi nommé La Poutre et l'Eponge, ou encore le Phallus et le Gruyère.

 

Car oui c'est bien un conflit MONDIAL qui se déroule en cette époque sous nos yeux et les enrôlements vont bon train, on engage à tour de bras, voire à coup de gourdin pour les plus récalcitrants.

 

La première victoire revient incontestablement aux adorateurs de la Sainte Eponge, ceux ci ayant surpris les cultistes de la Poutre par un mouvement tournant, PAF !ne leur envoient pas dire et leur infligent une cuisante défaite, pour le moins provisoire d'ailleurs...

Car en effet, les Spongistes n'ont pas le temps de fêter leur victoire qu'ils sont pris à revers par un mouvement tournant orchestré de main de maitre par Momy, le chef suprème des détracteurs de toute religion qui déclare alors "on est rentré dans cette Eponge comme dans du gruyère!"

 

Momy en profite donc pour proclamer la fin de tous les cultes, ses adversaires rigolent.

 

Et pendant ce temps, les adorateurs de l'Eglise de Charpentologye et les Spongistes se retrouvaient pour un face à face titanesque. La sainte Eponge remporta une victoire à la Pyrrus et laisse sur le sol des milliers de cubes. Après cet affrontement, les chefs de La Sainte Eponge déclarèrent : "on les a poutrés !"

 

Cela ne fit pas rire Huldugarn qui déclare la guerre totale, et accélére le processus de formation de ses fidèles guerriers. (oui apprendre les 7 commandements et tout le tintouin ça prenait trop de temps)

Mais la Sainte Eponge, ne se souciant guère d'une possible renaissance de la Poutre, s'attaque directement à Momy et ses troupes basées dans la capitale. Ce fut une victoire écrasante et Momy, vexé, établit un camp en banlieu et décide de bouder.

 

Les dirigeants du cultes Spongiques déclarent la Sainte Eponge comme seul culte valable sur minefield. Les fidèles des autres cultes rigolent.

 

Cette courte trêve ne dure pas, car l'Eglise de Charpentologye se reprend et revient dans la course. Grâce au formidable effort de guerre déployé par ses chefs, la Poutre s'empare de Stendel. Huldugarn déclare alors : "on les a poutrés hors de la capitale !" toute ressembalnce avec une citation existante n'est que fortuite et dans la foulée instaure le culte unique de la Poutre, le tout dans l'hilarité générale.

 

Lors d'une sortie pour ses manoeuvre, l'avant garde de l'armée de la Poutre heurte à un détour du chemin l'avant garde des athéistes, revenus d'entre les morts. Double paf. mais Momy en sort vainqueur, de peu.

 

et la guerre continue...

Link to comment
Share on other sites

Petit nécessaire de survie en terres minefieldiennes

 

Par Tybalt le Voyageur

 

 

 

Il est un fait important et bien connu : c'est que les choses ne se déroulent jamais de la façon prévue. La plupart du temps, elles se démerdent même pour tourner mal.

 

Par exemple sur Minefield, le chaland lambda considère toujours en parcourant les immenses contrées qu'il ne court aucun danger.

 

FAUX ! *norman spotted*

 

Ce serait sans compter sur la légendaire susceptibilité des nains, sans compter sur les gouverneurs despotiques, sans compter sur tant d'autres dangers que nous nous efforcerons d'énumérer. Ainsi que les bons conseils qui vous permettront de rester en vie le plus longtemps possible, puisque de toute façon, vous y passerez un jour.

 

 

I ) Les trous

 

Eh oui, on en parle pas assez mais les trou, les p'tits trou, toujours les p'tits trou, des trous d'première claaaasseuh, des trous d'secondeuh claas... BANG *a flingué gainsbourg*

 

*souffle sur son colt*

 

je disais donc, les trous, les falaises, les précipices, les ravins (et même les rebords de trottoir pour les plus petits d'entre nous *suivez mon regard vers Galianor*) sont pour nous des dangers constants et récurrants.

 

On ne compte plus les cadavres empilés et démembrés en bas de New Stendel, paix à leurs ames, sigh.

Et ce même péril guette les explorateurs confirmés, tout comme les nouveaux. On a vite fait de se casser la gueule dans un ravin en admirant la beauté du paysage ou en essayant d'échapper à diverses créatures méchantes et répugnantes (non il n'est pas encore question des nains pour le moment).

 

 

Bref, mais alors que faire?

Eh bien c'est très simple, la solution pourrait tenir en une ligne si j'avais pas le gout de m'emmerder:

 

ne bougez pas !

 

(oui j'ai honte)

 

mais comme vous êtes mignons, je vais vous la faire plus longue. La meilleure stratégie à adopter est de constamment regarder devant soi, sous vos pieds, et ne pas bailler aux corneilles en regardant les moutons s'accoupler pendant vos voyages.

 

 

 

 

II ) Les nains

 

On les a déja quelque peu évoqués, l'espèce naine est certainement l'espèce humanoïde la plus antipathique sur nos terres. (même mon oncle Runstar, creeper de son état et pétomane, je vous laisse imaginer les dégâts, était plus supportable)

Aussi il convient de respecter certains principes de base envers ces créatures:

 

- Ne JAMAIS approcher un nain s'il n'y a pas de nécessité. Outre l'odeur qui en tuera plus d'un, la proximité d'un nain est souvent synonyme de danger constant. Et même si en soit ils ne sont pas très grands, un nain appellera toujours ses potes pour te casser la gueule en surnombre. Vous êtes prévenus.

 

Les mesures suivantes prennent effet si jamais vous avez à cotoyer un nain, que ça soit au boulot, chez le marchand ou aux toilettes du Théâtre Stendelien.

 

- Ne surtout pas parler de la taille ou de quelconques notions de grandeurs devant un nain. Et cela, que la discussion soit laudative ou péjorative. Le tonneau de bière vole généralement très bas lorsque ces discussions s'enveniment...

 

- Ne pas lancer de nains

 

- Ne pas tirer les barbes des nains

 

- Ne pas se moquer des nains imberbes

 

- Ne pas se moquer des nains barbus

 

- Ne pas enjamber de nains (vous risqueriez de perdre plus que la face, ça mord ces bêtes la...)

 

- NE JAMAIS refuser de bière naine, même si c'est la pire que vous ayez jamais goutée, vous la buvez, point.

 

Évidemment cette liste s'agrandit de jour en jour car nombreux sont ceux qui ignorent la première et la plus importante règle : ne pas approcher un nain, JAMAIS !

 

 

 

III ) Les Gouverneurs

 

Il y a tellement de choses à redire sur les gouverneurs de nos contrées, qu'il me faudrait deux claviers, 6 mains, 450 pages de textes, un firewall en béton armé et un gilet pare balle. Mais je n'ai pas le temps et je suis lâche, je me contenterai donc de faire court*.

 

La seule chose à savoir sur eux est la suivante : ne JAMAIS importuner un gouverneur.

 

Seulement voila, il y a tellement de moyens de les emmerder, qu'on ne s'en sortira jamais. Alors sans transition (et parce que Tyroine me menace avec un flingue) je passe à la partie suivante.

 

 

IV ) Les Reuhloups

Les plus courants, les plus pénibles, les plus collants, les plus nombreux, les plus pénibles (comment ça je me répète?)

 

On ne peut y réchapper, le genre de personnage qui vous ferait envier une fin douloureuse à la Saw.

Généralement indétectables aux yeux des novices, il suffit qu'ils vous abordent pour que le suicide vous vienne immédiatement à l'esprit. Ces gens la, encore pire que les nains (comme quoi ça existe) vous pose toute sorte de question rhétoriquo-philosophico-religieuses dont la plus célèbre reste "c par ou azur?".

 

Un seul moyen de les empêcher de nuire : les ignorer.

 

 

V ) Le Nether

 

Ami lecteur (ou du moins ce qu'il reste de ses yeux), nous arrivons ici au fond du problème. Et ça tombe bien puisque le Nether c'est tuto fond de la terre...

 

(y a quoi au dessus de la honte?)

 

Bref, une terre hostile, sans règle, sans hopital, sans aide, sans vie. Bref, l'enfer.

 

Je n'ai qu'un seul conseil : n'y mettez jamais les cubes !

 

[des moyens de survies avaient été rédigés à la suite mais ont été supprimé par le lobby des associations telles que les démons du Nether, ou les fils du Nether]

 

 

 

 

 

Ainsi se termine notre guide pour l'instant, des modifications ultérieures y seront certainement apportées

En vous remerciant de votre fidélité.

(non je ne rembourserai pas les frais d'ophtalmologie)

 

 

 

 

NOTES :

 

* Vous avez noté l'humour?

Link to comment
Share on other sites

HAHAHA! J'adore tybalt, vraiment.

 

Pour les nains , je rajouterais qu'il est très déconseillé d'entamer un duel de trolls contre un nain (en particulier Eyce38) , vous ne pouvez pas gagner.

Link to comment
Share on other sites

Sur invitation de Tybalt, je suis venu voir, eh je ne suis pas déçu !

 

C'est un très beau texte, j'apprécie énormément tout l'humour qu'il y a dedans, du début à la fin on ne s'ennuie pas, et ce que du dit, bien que teinté d'humour, est tellement vrai... ^^

 

Bref, tu viens de gagner un fan ! =)

 

(***message subliminal : tu feras un petit article sur les trolls? :lol: ça complétera ma définition, que tu pourras reprendre, je t'y autorise ;) ***)

Link to comment
Share on other sites

Cher tybalt , je pose déjà ce message pour dire que j'adore tes histoires merveilleuses et ton humour aussi fin que ...... un top model ? (ouais bon désolé j'ai rien trouvé )

Et aussi je voudrais te demander si ton inspiration de Luthian Tinuviel dans ton premier post viens du fait que toi aussi TU est un disciple de notre divin maitre bien aimée Tolkien ???

 

Tu aicrys trai bin msieu (désolé)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...