Jump to content

[Accepté]Candidature Doudounou - Un Nouvel Assassin !


Doudounou
 Share

Recommended Posts

:book:Présentation IRL

Si l'on en croît les définitions scientifiques, je serais un homo sapiens, une espèce de la famille des hominidés appartenant à l'ordre des primates. Cela est une présentation personnelle bien vague, me diriez vous. Cependant, elle vous laisse dès à présent la possibilité d'analyser que je ne suis ni un dromadaire, ni un panda, ce qui est une information à ne pas négliger quand on constate l'accessibilité d'internet par tous. Si l'on s'attache aux détails, je suis un lycéen de 16 ans, passant en Terminale S, passionné de jeux vidéos (c'est une bien jolie façon de dire que je suis un... geek...) tels que Minecraft, Assassin's Creed, Call of Duty, Battlefield, et bien d'autres. À part ça, j'habite dans un coin paumé dans les Yvelines (Ile-De-France) mais là-bas on a quand même internet, la télé et le frigo donc tout va bien.

 

:book:Mon expérience Minecraft et mon parcours Minefieldien

J'ai commencé Minecraft il y a maintenant environ un an et demi. J'ai fréquenté plusieurs serveurs (dans l'ordre : BZHCraft, Craft4dead, Telluria, Xoliocraft, Stormcraft) avant d'arriver sur Minefield où j'ai pu découvrir une toute nouvelle expérience de jeu à travers une communauté solide et un launcher impressionnant. Si je suis inscrit depuis le 13 Mai 2011 (ne me demandez pas pourquoi, c'est un mystère pour moi aussi), je ne suis arrivé sur le serveur que le 6 Mai 2012. J'ai alors rejoint le Refuge de Pan, projet dans lequel je me suis impliqué. J'ai rencontré plusieurs joueurs au fil de mes connexions, notamment Dan qui m'a fait découvrir Sähbia. Je vous préviens immédiatement, je ne compte pas quitter le refuge de Pan pour m'intégrer totalement dans votre projet, j'appartiendrai aux deux, ou je n'appartiendrais qu'à un, et ce sera celui auquel j'ai rejoint depuis le début.

 

:book:Mes motivations pour Sähbia

J'aimerais tout d'abord me construire / m'aménager une maison à Säbhia, et aider à la construction de la ville. Je serai (normalement) dans quelques jours armurier, je mettrai donc avec plaisir mes capacités au service de la ville, et je pourrais peut-être, une fois commerçant, y développer mon commerce. Je postule dans cette candidature au grade de [barrer]Grand Vizir[/barrer] nomade.

 

:book:Role Play

Il paraît que vous aimez les Role Play ici, je vous joins donc mon rp paysan et mon rp citoyen, mais ne vous sentez surtout pas obligé de les lire, il ne m’a rien coûté de les ajouter à mon rp Sähbien.

 

Role Play Paysan (Chapitre 1)

 

Le soleil se levait, Doudounou marchait depuis maintenant cinq jours. Il avait vidé sa gourde et épuisé toutes ses provisions. La sueur perlait à son front, et coulait sur ses yeux plissés par l’effort. Ses vêtements n’étaient plus que haillons. La chance semblait l’avoir quitté de puis longtemps. Devant lui s’étendait une forêt sans fin, des arbres, des arbres, toujours des arbres… Il en venait à se demander s’il était sur le bon chemin, mais préférait ne pas y penser… Son but était la seule chose encore claire dans son esprit : atteindre Stendel, et y fonder sa nouvelle vie. Suite à la mort de ses parents, il avait décidé de tout recommencer, avait brûlé la demeure familiale et s’était éclipsé dans la nuit. Des grognements lui parvenaient de derrière les bosquets et il serrait son épée de diamant, seul souvenir de son père, entre ses doigts tremblants. Il luttait contre la fatigue, il ne fallait pas céder, ou tout serait fini, il n’aurait pas de seconde chance. Sa vue se troublait, la lumière perçait ses paupières et son souffle s’accélérait. Il trébucha et s’étala par terre. L’énergie du désespoir parvint à le relever, mais le sol vint à nouveau à lui, ses paupières s’écroulèrent, et il perdit connaissance…

~~~

« Regardez, il revient à lui ! » murmura une voix rauque.

Doudounou ouvrit les yeux avec grande difficulté, et les referma aussitôt, le soleil était au zénith et sa lumière lui était insupportable.

« Ou-suis je ? » grogna-t-il. Il ne comprenait pas cette présence humaine. Ses derniers souvenirs remontaient pourtant à un paysage infini de forêt.

« Tu es à Stendel ! Je suppose que tu n’es pas du coin, vu l’état de tes habits ! Bienvenue à toi noble voyageur ! »

Ces dernières paroles stupéfièrent Doudounou. Il ouvrit grand ses yeux et se redressa. Il se trouvait sur le pavé dur d’une grande allée, et était entouré de gardes.

« Un bûcheron t’a retrouvé inconscient dans la forêt… Tu as fait un long voyage ? »

« Un très long voyage… Mais j’ai enfin atteint mon but… »

Il se releva, et contempla la ville qui s’étalait devant ses yeux. Pour la première fois depuis des jours, un sourire naquit sur son visage…

 

 

Role Play Citoyen (Chapitre 2)

 

La rue était assourdissante autour de lui. Les passants se bousculaient, les marchands hurlaient et un doux fumet flottait jusqu'à ses narines. Doudounou se complaisait dans ce brouhaha réconfortant. Après avoir passé plusieurs jours dans une forêt obscure et inquiétante, il ne se sentait plus seul. Il se laissait entraîner par la foule, admirant les nombreuses bâtisses qui jonchaient son chemin. Soudain, des cris s'élevèrent au-dessus des voix :

- " Au voleur ! Attrapez-le !"

Puis, un individu encapuchonné passa à toute vitesse sous ses yeux.

Sans réfléchir, Doudounou se lança à sa poursuite. Fendant la foule dans sa course effréné, il ne quittait pas des yeux ce voleur mystérieux. Celui-ci était rapide, mais pas assez, la distance qui les séparait diminuait peu à peu. Voyant que son poursuivant le rattrapait, l'inconnu s'élança sur le toit d'une chaumière, et poursuivit sa course en bondissant de toits en toits. Doudounou l'imita sans hésiter. Mais il se rendit vite compte que l'homme était bien trop agile pour lui, il perdait du terrain. Cependant, l'individu fut contraint de freiner brusquement sa course sur le bord d'un toit, ils avaient atteint les limites du quartier, seul la route et le canal les attendaient plusieurs mètres plus bas. Doudounou s'arrêta triomphalement :

- "C'est fini pour toi." lui dit-il.

L'homme se retourna, sa capuche couvrait son visage dans l'ombre, mais Doudounou crut voir un sourire s'y former. Il leva la main, lui fit un signe d'adieu, et s'élança dans le vide. Après un magnifique saut de l'ange, son plongeon s'acheva dans le canal où il s'évapora. Doudounou se précipita sur le bord du toit. Disparu. S'ensuivit un craquement, les tuiles sous ses pieds s'effondrèrent et il tomba dans le vide. Doudounou s'aperçut avec effroi que sa chute allait inévitablement se finir dans le brasier d'un forgeron. Il ferma les yeux aussi fort qu'il le put. L'impact fut douloureux et lui arracha un cri. Mais ce fut tout. Il aurait évité le brasier ardent ? Etonné, il ouvrit les yeux. Il se trouvait au milieu des flammes, mais ne ressentait rien, il semblait se fondre dans celles-ci. Il se releva avec peine, et contempla ses mains, le feu les épousait parfaitement et suivait ses mouvements : il semblait le contrôler... La foule murmurait autour de lui, ébahie :

- "Que se passe-t-il, ce garçon devrait être mort...."

- "C'est un miracle ! Regardez-le, il est en feu !"

Un vieillard s'extirpa de la foule, le saisit, et le tira du brasier. Les flammes qui enveloppaient Doudounou s'éteignirent aussitôt.

- "Qu'est-ce que vous faites ? Que m'arrive-t-il ?" s'écria-t-il.

- " Silence, tes questions trouveront leurs réponses une fois que nous serons partis d'ici !"

Et l'homme l'emmena, la foule s'écartait sur leur passage, mais c'était plus en signe de crainte que de respect, d'après leurs mines effrayées. Ils obliquèrent dans une petite ruelle sombre, et descendirent un escalier crasseux. Puis, l'homme tira une vieille clef rouillée de sa poche, la fit tourner dans la lourde porte de bois et ils entrèrent. C'était un sous-sol humide et miteux, des lanternes l'éclairaient avec peine, une unique table et quelques chaises étaient disposées au centre.

- "Ou-sommes nous ? Que me voulez-vous ?" le questionna Doudounou.

- "Silence !"

Le vieillard appliquait son oreille contre la porte, il vérifiait que personne ne les avait suivit. Après quelques minutes d'écoute, il sembla se décontracter, et pour la première regarda Doudounou dans les yeux. Une barbe grisonnante ornait son visage, et son regard laissait transparaître la sagesse.

- "Assieds-toi, nous avons beaucoup à parler"

Doudounou obtempéra, l'homme commença :

- " Il y a de cela deux cents ans, l'empereur Kalgor dirigeait l'Empire de Stendel. Il avait sous son commandement une armée d'élite, qui assurait sa protection. Une armée... spéciale. Elle était constituée de Mages, des guerriers possédant des pouvoirs surnaturels qui leur conféraient une grande puissance. Mais le Royaume de Yatus vouait une grande haine à l'empereur, ils décidèrent ainsi de l'éliminer. Pour cela, ils tendirent un piège aux mages, en les entraînant dans des souterrains profonds qu'ils firent écrouler sur leur passage. Une fois la protection de l'empereur anéantie, ils menèrent un assaut final sur New Stendel, mais ce fut un échec, leurs troupes avaient trop souffert de la bataille contre les mages et s'en étaient trouvées largement réduites. De cette guerre, aucun mage ne survécut, et très rares furent leurs descendants qui héritèrent de leurs pouvoirs. C'est ainsi que la magie est tombé dans l'oubli..."

- "Attendez, quel est le rapport avec moi ? Vous voulez dire que je serais un... descendant de l'un de ces Mages ?"

- "Il semblerait en effet. D'après ce que j'ai vu, tu serais même un Mage élémentaire, tu as la capacité de contrôler le feu..."

- "Mais enfin, c'est incohérent... Je ne contrôle pas le feu... Je ne sais rien faire de cela... Il y a juste eu ce moment où j'ai survécu aux flammes, mais je ne l'ai même pas fait exprès !"

- "Tout cela est normal, tu possèdes un grand pouvoir, mais tu n'en a pas la maîtrise. Si tu désires suivre cette voie, je t'enseignerai la magie..."

 

 

Role Play Sähbien

 

Le sable s'étendait à perte de vue. Doudounou foulait sans relâche cette poudre d'or, la tête baissé, tout en maintenant un turban sur son visage déchiré par la fatigue. Les rayons du soleil, véritables lames de lumières, le transperçaient de toute leur intensité, achevant d'épuiser ses dernières forces.

D'après les informations qu'il avait pu obtenir, Sähbia se trouvait au Sud de cet immense désert. "C'est facile, toujours tout droit, sans s'arrêter". C'était ce que Doudounou se répétait inlassablement, afin de ne pas perdre l'espoir qui l'animait encore. L'espoir de trouver l'exil dans cette cité désertique peuplée d'assassins. Car lui aussi, faisait partie de ces hommes, reniés par la société pour incarner la justice, pour purger le monde de ses mécréants et contribuer à un lendemain meilleur.

Un oasis apparut à l'horizon, une occasion de s'abreuver et de trouver l'ombre. Doudounou accéléra alors le pas, une chance unique de pouvoir s’arrêter sans craindre de ne plus se relever. Mais à mesure qu’il s’approchait de ce lieu de répit, celui-ci se faisait flou, et il constata avec horreur que ce n’était qu’un mirage. Si son esprit même se mettait à le tromper, c’était fini pour lui, son squelette décorerait ce désert pour de longues années, avertissant les voyageurs intrépides. Mais des cris s’élevèrent soudain par-delà la colline de sable qui s’étalait sous ses yeux. Quoi que ce soit, il devait aller voir, c’était sa dernière chance d’atteindre un jour son but. Bravant la fatigue, il gravit la colline au pas de course, puis aperçu, une fois à son sommet, une caravane marchande, en contrebas, assaillie par des brigands. Il fallait agir. Laissant tomber son fardeau, Doudounou se précipita. Trois hommes. Aucun problème. Il déploya ses lames secrètes, attachées à ses avant-bras, armes de prédilection des assassins, rapides, discrètes et efficaces ; et s’élança. Le premier perdit la vie sans même comprendre ce qui lui était arrivé, la lame lui traversant la nuque. Puis, ce fut au tour du second, celui-ci se retourna brusquement, stupéfait devant la brusque apparition de cet assassin et la vision du cadavre de son ami. Mais il n’eut pas le temps de réagir, Doudounou bondit, sa lame traversa le bandit entre les deux yeux, et ce fut avec cette même mine horrifiée qu’il mourut. Le dernier assaillant se tenait en position de combat, il attendait Doudounou, fendant l’air de sa lourde hache. Il l’abattit soudainement. Trop lent. Doudounou esquiva sans aucune difficulté son attaque. Il glissa alors sa botte sous le sable, puis releva soudainement son pied, lui projetant du sable au visage. Celui-ci était à présent totalement aveuglé. Il mourut la tête tranchée, sans pouvoir réagir.

Des taches rougeâtres coloraient à présent le sable. Le nomade, qui s’était tenu à l’écart du combat, terrifié, s’avança vers lui :

- « Je vous suis entièrement redevable, noble voyageur, je ne serais plus de ce monde sans votre aide… Comment vous remercier ? »

- « Et bien… où te rend-tu ? Il est possible que nos chemins soient liés. »

- « Je vais à Sähbia livrer mes marchandises, maître assassin. Si vous désirez m’accompagner, montez là, il y a bien assez de place pour nous deux. »

- « Avec plaisir. »

 

Doudounou descendit de la caravane et respira un air chaud et sec. Il contempla les bâtisses qui s’étalaient sous ses yeux. Il était à Sähbia.

assassins-creed-revelations-1st-screen.jpg

 

PS : N'hésitez pas à aller plussoyer ma candidature citoyen si vous m'appréciez, ça fait toujours plaisir :D

Link to comment
Share on other sites

...Et ta crus qu'on allaient te refoule avec ce pavé, tu as le skin, le métié, la sympathie, mumble, un micro, deux bras, deux jambes, un corp, une tete, des PA.S! , de la motivation et la personne la plus importante de sahbia (moi), le bouffon, qui est favorable a ton intégration...

 

Comme dirrait George Clooney: "What else"

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...