Jump to content
Sign in to follow this  
didi21300

[Accepté]Demande de citoyenneté didi21300

Recommended Posts

40541.jpeg

40542.gif

 

Présentation

 

Tout d'abord bonjour,bonsoir. Pour commencer je m'appelle Dilan et j'ai seize ans. J'habite à Dijon et je suis actuellement en vacances après avoir effectué une année en seconde générale dans l'un des meilleurs lycée de ma ville . A la rentrée prochaine je rentre en classe de premiere S/SVT.

J'ai comme passion les études, j'aime étudier et apprendre de nouvelle chose, mais aussi le sport comme le football et le football américain. Il y aussi tout ce qui se lie à la médecine ,à l'informatique et aux jeux videos que ce soit sur PC ou Playstation3

40542.gif

 

 

 

Antécédents Minefield

 

Ah mes débuts, complètement paumé de la vie, je cherchais des endroits ou me loger, poser mes coffres et gagner un peu d'argent.

C'est avec gentillesse que Forfal m'a hébergé sous son toit quelque temps en me laissant des coffres.

Peu de temps après, j'ai participé au concours de l'urubu, qui consistait à construire une gueule de serpent, voici celle que j'ai décidé de faire mais par manque de temps, j'ai dû laisser ma place à quelqu'un de plus disponible :

40543.gif

 

Durant tout ce temps, j'ai cherché un projet à rejoindre de préférence sur Stendel mais en vain. La plupart ne me plaisaient pas pour différents résons, parfois à cause du niveau architecturale ou même de la mentalité de certain joueurs sur mumble.

Par la suite, j'ai rejoint Sahbia. On m'a fait visiter quelques endroits puis l'on m'a conseillé de poster ma candidature pour rejoindre cette ville qui est, je trouve, magnifique. Mais quelque temps après avoir posté ma candidature, celle-ci est restée sous suspend et j'ai décidé de la supprimer et de passer à un autre projet.

J'ai quand même continué à chercher d'autres projets, il y en avait un qui venait d'être accepté depuis peu, la ville étant peu développée j'ai décliné l'offre de la rejoindre. Pensant qu'elle aurait un fort potentiel, j'ai décidé de financer une partie de la somme du cubo.

De plus, j'ai décidé d'aider deux projets qui m'avaient l'air d'être sérieux : Ils consistaient tous deux à miner de grande surface pouraccueillir une ville :

-

le directoire:

40544.gif

-

Helwyr:

40545.gif

ensuite, je suis allé visiter la ville de Dynnhas Dyrwidhon qui m'a tout de suite plu niveau architecture et niveau maturité au sein de mumble.

À mon arrivée on a entrepris la construction de l'arène puis au recouvrement de terre de celle-ci :

arène :

40546.gif

recouvrement:

40547.gif

et pour finir grace a la nouvelle reforme qui consistait a permettre au paysan de s'installer en banlieue, je suis allé tout de suite acheter une parcelle et construire ma maison :

40548.gif

40542.gif

 

Désirs pour la suite

Je pense déjà m'installer en ville pour me permettre un accès facile à la vie sur minefield.

Et par la suite je pense devenir indigene car j'ai remarqué qu'ils sont peu nombreux, demandé par les joueurs et je trouve aussi que c'est un métier qui me correspond à moi et à mon RP

Ensuite, je procederais surement a la création d'une liste de prix des produits des indigènes assez rentables pour développer mon activité tout en respectant le pouvoir d'achat du client.

Et pour finir, me consacrer entièrement à l'acheminement de DynnhasDyrwidhon pour ainsi la développer et la faire évoluer.

40542.gif

Motivations

Je désire devenir citoyen pour de multiples raisons :

Premièrement, ce qui m'a attiré sur ce serveur c'est la convivialité et le nombre incroyable de personne qui s'y trouvait c'est donc pour cela que je souhaite m'installer en pleine ville de Stendel afin de voir du monde , me deplacer dans les magasins ou de retourner chez moi tres rapidement.

Ensuite, je pense qu'avoir le statut de Citoyen est une preuve d'implication, de motivation et d'investissement au sein du serveur

Et pour finir , je dirais que c'est un premier pas vers le grade gratifiant de commerçant.

40542.gif

Rôle Play

Je tiens à signaler que le rôle play qui suit ne correspond en aucun cas à la suite du RP paysan. J'ai décidé, pour une histoire d'harmonisation entre les différentes candidature , de recommencer tout un rôle play plus élaboré.

 

Voila ce qui aurait dû être ma candidature paysanne :

 

Pour commencer, je dirai que je suis né un lundi dans un comté dont je ne m'en souviens plus très bien du nom.

Les premières choses dont je me souviens sous une forme assez développé quand je cherche à me rappeler les premières années de mon enfance, c'est d'abord ma mère, avec ses beaux cheveux bruns et son aspect jeune. Ensuite c'est mon père, un homme grand et élégant habillé de noir.

J'étais un élève très studieux, l'exemple de la classe comme on disait. Tout cela est dû à mon père, c'est bien lui, de mes souvenirs lointains, qui me faisait travailler mes devoirs à coups de baguette sur les doigts. Mais ces années de souffrances en valaient la peine : mon professeur, un homme fort respecté de la ville, me conseilla de me rendre à l'école privée du village voisin car il considérait que mon niveau serait plus approprié à ce type d'établissement. Mais ce n'était pas si évident que ça.

J'ai dû, de toutes mes forces, convaincre mon père de m'y résigner mais c'est encore à coups de baguette de bois que j'ai dû m'y soumettre. C'est alors à ce moment-là, que j'ai compris que toute ma vie allait basculer.

Le jour du départ, je regardai autour de moi pour voir ce qu'il y avait, et je vis, à mon grand étonnement, ma mère sortir de derrière une haie et grimper dans la carriole. Elle me prit dans ses bras, et me serra si fort contre son corset que j'en perdais mon souffle, mais je n'y pensais seulement pas sur le moment. Ma mère ne dit pas un mot. Elle mit son bras dans sa poche, en tira un sac rempli de gâteaux qu'elle fourra dans les miennes avec une bourse qu'elle enfouit dans ma main, mais tout cela, toujours sans dire un mot. Après m'avoir de nouveau serré dans ses deux bras, elle redescendit de la carriole en larmes.

Le voiturier me regarda comme pour me demander si elle n'allait pas revenir. Je secouai la tête, pour lui faire signe que non. «Alors, en avant,» dit-il à son indolente bête, qui se mit effectivement en marche.

Après avoir pleuré toutes les larmes de mes yeux, je commençai à réfléchir que cela ne servait à rien de pleurer plus longtemps. Le voiturier voyant ma résolution, me proposa de faire sécher mon mouchoir sur le dos de son cheval.

Je le remerciai et j'y consentis.

Les classes recommencèrent sérieusement le lendemain. Je me rappelle avec quelle profonde impression j'entendis tout à coup tomber le bruit des voix qui fut remplacé par un silence absolu, lorsque M. Galon, le proviseur de l'institut tout fripé et tout vieux, entra après le déjeuner. Il se tint debout sur le seuil de la porte, les yeux fixés sur nous, comme dans les contes de fées, quand le géant vient passer en revue ses malheureux prisonniers. Et toujours à côté de lui, son bras droit ou peut-être même le concierge, on ne savait pas. Ce type-là dressait des dents pourries qui, rien qu'à l'idée de les regarder me donnaient des frissons, puis exprima quelque mots :

"Jeunes élèves, voici un nouveau semestre. Veillez à ce que vous allez faire dans ce nouveau semestre. De l'ardeur dans vos études, je vous le conseille, car moi, je reviens plein d'ardeur pour vous punir. Je ne faiblirai pas. Vous aurez beau frotter la place, vous n'effacerez pas la marque de mes coups. Et maintenant, tous, à l'ouvrage !»

Les émotions m'envahissent et me déstabilisent. Je ne peux raconter ce qu'il s’est passé durant les années passées dans cet établissement, les larmes me montent aux yeux ...

Pour résumé , cela a été cinq années de travail acharné, de coups, de bêtises, de punitions, de maltraitance et de solitude car même durant les cours de recréations, j'étais maltraité par les anciens. Mais après tout ça, ce qui me réconfortait davantage, c'était les vacances pour être de retour à la maison et pouvoir recevoir l'amour de ma mère qui me manquait tant à chaque fois.

Mais cela n'était pas sans peine, lors des vacances d'hiver, rentré à la maison, j'aperçois ma tante et mon père assis dans le salon au pied du feu de la cheminée.

J'ai tout de suite remarqué les sanglots que ma tante déversait : elle m'a emmené dans mon ancienne salle à coucher et m'a fait comprendre qu'elle s'était éteinte.

A ce moment-là, j'ai reçu le plus gros pincement au cœur de toute ma vie, j'ai versé toutes les larmes de mon cœur. Mais cela ne m'empêchait pas de gâcher mon rêve : être assez intelligent, astucieux, brillant, compétent, instruit, judicieux, perspicace et sage pour, un jour peut-être, intégrer la grande université de Stendel.

Quelques temps après m'être remis de cette épouvantable nouvelle, on apprit en ville qu'une épidémie s'était propagée, une épidémie soupçonné arrivée d'une terre lointaine transportée par des créatures inconnues. Le roi, la reine, toute la cour, tout le peuple, tout est abattu, tout est désespéré, et il me semble que je vois l'accomplissement de cette parole d'un philosophe "le roi pleurera, le prince sera désolé, et les mains tomberont au peuple, de douleur et d'étonnement"

Cette maladie gagnait toute la ville, j'ai dû être un des seuls rares à m'être exilé, sans aucune nouvelle de mon père et de ma tante.

Le matin avant l'apparition de la maladie, les habitants fleurissait avec quelles grâces, le soir, nous les vîmes sécher et se friper.

Je n'en pouvais plus, j'avais marché, marché, puis j'aperçus un canot vide sur le rivage, je m'empressai de le remplir de provisions et je me suis jeté dans cette petite barque et je l'ai laissée aller au courant, une rivière menait toujours à quelque endroit habité. Je me disais que je si je ne trouvais pas des choses agréables, je trouverais du moins des choses nouvelles. Je voguais quelques lieux entre des bords tantôt fleuris, tantôt arides, tantôt unis, tantôt escarpés. La rivière s'élargissait toujours, enfin elle se perdait sous une voûte de rochers épouvantable qui s'élevaient jusqu'au ciel. Le fleuve resserré en cet endroit, me porta avec une rapidité et un bruit horrible. Au bout de quelques heures je revis le jour, mais le canot se fracassa contre les écueils. Il fallut se trainer de rocher en rocher pendant des kilocubes entiers, enfin je découvris un horizon immense, bordé de montagnes inaccessibles. Le pays était cultivé pour le plaisir comme pour le besoin, partout l'utile était agréable. Et je vis devant moi, sur un panneau de bois piqué dans la terre ferme et fertile "Bienvenue à la ville de New-Stendel ! "

 

Et la candidature citoyenne :

Devant moi se trouvait un pont du nom de "Markus Persson" construit sous la direction de Neolink. Juste avant de passer le pont, se dressait sur ma droite un casino et quelques boutiques de chemin mais tout cela ne m'avait pas vraiment attiré le regard. J'avançais tout doucement, la tête levée en direction du ciel, et à mon grand étonnement une géante île flottait dans les airs. J'en étais resté bouche bée, on aurait cru qu'elle était sortie des profondeurs de la terre et portée par une matière étincelante, brillant de mille feux, qui était pratiquement inconnue de mes terres d'origine : la glowstone.

 

J'ai continué à suivre ce chemin puis je suis entré par la soi-disant "porte sud", arrivé ici, je voyais des gens tombés du haut, ralentis par de l'eau (c'était un mécanisme très ingénieux) à n'en plus finir, se dirigeant par les quatre sorties désignant chacune un des quatre points cardinaux.

 

J'ai monté les escaliers, qui n'en finissaient plus, puis je suis arrivé à la surface :

un monde énorme se dressait là, on pouvait voir des groupes de mineurs partir en expédition, des commerçant criaient :

"Promo du jour : un diamant acheté, le deuxième gratuit !"

Ou encore des donneurs de quêtes afin de pouvoir gagner un peu de "PA" de ce que j'entendais par les commerçants.

Mais ce qui m'a peut-être chamboulé le plus c'est l'architecture qui entourait toute cette ville, une architecture travaillée et bien pensé créant une atmosphère attrayante et agréable.

Je longeais les rues, regardant de droite à gauche afin de découvrir les commerces et les habitations, et j'aperçus une longue porte de Nether. Pris de rage je courus pour la traverser pensant que l'épidémie qui avait ravagé mon pays était venue de ce monde diabolique : le Nether.

Entré dedans, une multitude de couleurs défilait autour de moi, ma vision se troublait, j'avais l'impression d'avoir inhalé cette satané poudre de redstone. Et quelques secondes plus tard, j'apparus dans une nouvelle ville. Un gros barbu du nom de "Barbu le Clodo" m'interpella :

"- Eh p'tiot, une 'tite pièce s'youplait la ?

- Désolé, je viens seulement d'arriver en ville, je n'ai presque rien pour me nourrir.

- Arf, c'pa grave t'cé pour la 'tite pièce, ici on est à Stendel p'tiot *hic*.

- Stendel ?

- Oé c'ça, la dèr des dèrs des capitales là

- Et vous n'avez pas un endroit où je peux me loger quelques temps ?

- Oé p'tiot, j'ai un lit tout fripé là sous le pont, on peut bien t'nir à deux j'pense ou alors c'que tu peux, cé lire lé p’tit panneaux d'affichage et trouver un projet !

- Oui je pense que je vais faire ça …

- Et une tit choz’, si tu croises mon fils Citwon, amené le moi pou’ le tapé!

- Euh ... j'y penserai.

 

Pensant à ce que le Barbu m'avait dit et n'ayant aucun endroit où me loger j'ai décidé d'aller faire un tour afin de voir ce qu’il se disait sur ces panneaux qui se trouvaient derrière le crieur public annonçant les nouvelles du jour.

 

"Aujourd'hui, au crépuscule se tiendra l'exécution de Pedro, l'espagnol venu conquérir nos terres ! … Meurtre place Odomie : une quinzaine de chats se sont fait tués à l'arc ; une enquête est en cours, affaire à suivre ... Aujourd'hui est un jour nouveau mes amis! Désormais les paysans ont la possibilité de s'installer en banlieue ! … Oyez, oyez cher concitoyens, comme vous le savez aujourd'hui, c'est le jour de la sortie du communiqué officiel numéro dix : en ce moment, la MMUM bat son plein, les montures sont là, je vous laisse donc gambader sur vos fiers destriers pour découvrir tout au long de ce mois toutes les nouveautés que l'équipe vous a concoctées. N'hésitez …"

 

La suite ne m'intéressait pas tellement. Passé ce fameux crieur public, j'ai passé une bonne heure à lire tous les panneaux qui se trouvaient en ce lieu, on pouvait voir la présence d'une aide destinée aux habitants.

"Trop de chats puants ? Appelez Descamps pour faire le ménage !"

Des appels d'offre d'emplois :

"Vous voulez avoir la silicose ? Venez miner avec nous !"

Ou encore des coordonnées de ville pour s'y installer :

" -1700 ; 2000, venez visiter l'île des pingouins des cocotiers !"

À vrai dire, aucune de ces villes ne m'avait plu, pourtant chacune possédait ses qualités et ses défauts.

N'ayant aucun endroit où allez, j'ai décidé d'aller visiter cette banlieue. Il ne restait plus qu'une petite parcelle, ce qui me suffisait amplement, alors de ce pas, j'ai contacté un gouverneur qui s'est tout de suite empressé de venir. Je lui ai versé l'argent provenant de la bourse de ma pauvre mère décédée et il m'a attribué le terrain.

Apres avoir rendu moult services auprès de la population, que ce soit au niveau de la redstone ou des récoltes, j'ai pu acheter et troquer des matériaux nécessaires à la construction de ma parcelle en banlieue.

 

Chaque jour, j'allais visiter les panneaux pour voir s’il n'y avait pas de nouvelle annonce afin d'adhérer à une communauté vive et soudée. Mais toujours rien. Puis un dimanche après-midi pluvieux, rentrant d'une transaction, je fis la connaissance d'un certain Hercey.

On ne s'échangeait, à chaque rencontre, aucun mot. Un regard malin se sentait des deux côtés puis nous repartions chacun de notre côté. Et cela sans cesse pendant des semaines.

 

Curieux de cet homme si élégant, j'entrepris la conversation

 

"- Eh toi, tu ne participe pas à un quelconque projet ?

- Si bien sûr ! Dynnhas Dyrwidhon aux alentours de -2000 ; 400. Tiens, prend cette boussole et renvoie-moi des retours, qu'ils soient positifs ou négatifs."

 

Je pris la route en direction des coordonnées indiquées tout en tenant la boussole dans mes mains. Le chemin fût très long et bordés d'innombrables montagnes.

Arrivé là-bas, je fus stupéfait par la vallée qui s’y trouvait si intacte et préservée, constituée d'habitats intégrés intentionnellement dans la roche. En dessous de tout ceci, se dressait un magnifique lac transparent, d'une pureté sans égale !

J'ai continué mon chemin et aperçus quelque chose d'encore plus attirant, un galion digne des plus grosse flotte de l'armée des capitales !

 

A la suite de cette visite, j'ai écrit à l’intention d'Hercey :

 

"La ville est superbe! La nature est préservée et vous avez réussi à introduire tout ce dont on a besoin dans une ville dans une vallée et quelques montagnes ! De plus, le Galion situé sur le port m'a d'autant plus attiré, il est fort beau ! Et toute cette architecture est si originale et plaisante !"

 

Puis quelque jours plus tard, il me répondit :

 

"Heureux que cela t'ait plu, ici on a besoin de main d'œuvre pour les futures constructions telles que l’arène et bientôt un plus gros travail : le château!"

 

De retour sur la capitale, assistant à l'exécution du présumé coupable tueur de chats, on entendait la foule s'exciter :

"- Pendez-le puis jetez son corps dans la lave !

- Arrachez lui les tripes !

- Coupez le en morceaux et donner le à manger aux chats !"

 

Puis, à la fin de l'exécution, après que la foule s'est dissipée j'ai reconnu Hercey, il s'approcha de moi et me dit :

"- Puisque tu es nouveau ici, tu peux si l'envie t'en accorde, devenir mon fidèle disciple afin de t'apprendre la vie sur Stendel.

- Pourquoi pas ! Cela me faciliterait la tâche !

- Dans ce cas, enfile ce costume tissé dans les poils de cheveux de zombies et dirigeons nous a Dynnhas : j'espère que tu sais bien te servir d'une pioche et d'une pelle, ça ne va pas être une partie de plaisir !"

 

39761.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello ici,

 

Belle candidature dis donc^^

 

Je viens soutenir Didi pour son grade citoyen, c'est un joueur sympathique et un super bon client de mes potions. C'est un joueur impliqué sur le serveur pour les aides qu'il a pu apporter sur les différents projets.

 

Didi l'ermite qui aimerait bien planter ses racines dans la capital Stendel.

 

Bonne chance à toi pour ton grade ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joueur très sympathique que j'ai connu à l'arène Dékon, sa candidature est magnifique et son Rp est admirable. Je donne donc un gros +1 à Didi car il le mérite. J'espère qu'il deviendra citoyen.

 

Clint

Share this post


Link to post
Share on other sites

+1 à se joueur. Il possède toute les qualiter d'un vrai Citoyen et il mérite très bien se rang. Bonne chance didi!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Owi didi !

 

Je plussoie didi, il est très gentil, il bosse bien, il est motivé.

En tant que potentiel apprenti n°1 d'Hercey, mon promis, je me dois de planter ici un bon gros

 

+1

 

pour cette jolie candidature et un gâteau ! :cake:

 

Des bisous et mangez des feuilles (: Enjoy :pumpkin:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens soutenir mon ami didi21300, un joueur exemplaire.

Sa fait toujours plaisirs de jouer avec lui,Bonne chance pour ta candidature !

+1 pour didi

gougoulan

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne peux que plussoié mon cher didi qui est une grande connaissance qui m'a beaucoup aidé grâce a sa maturité et a sa jovialité !!

 

Bref, un grand joueur, il merite vraiment ce grade.

 

un orc qui a faim !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut !

 

Oui je me souviens de toi didi =)

 

Didi m'a été d'une aide précieuse en ce qui concerne ma licence commerçant. Il m'a donné 300 PAs et je ne le remercierai jamais assez !

 

Donc je plussoie ta candidature parce que tu es mon ami et que je serai super sontent si tu passais enfin commerçant.

 

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...