Jump to content

Le Québec pour les noobs V2.6.0


pcote
 Share

Recommended Posts

Bychours à tous,

Après quelques mois d'inactivité sur ce post, je le reprend finalement, délaissant ma (longue) candidature citoyenne et ayant retrouvé de la motivation. J'ai modifié quelques passages et ai rajouté 2 paragraphes. Aussi, voici une beta de ce que j'ai fait hier soir. Je la met pour savoir si vous trouvez ça intérressant et si vous aimez ça. Toutes les critiques sont donc acceptées.

 

BETA

[justify]Voici à présent un RP sur le Québec basé sur le principe de la saga "Le livre dont vous êtes le héros". Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est simple. Vous commencez en ouvrant le spoiler du numéro 1 et lisez l'énoncé ou le court texte. Parfois, un choix s'imposera ou vous serez reconduit à un autre numéro où vous devrez ouvrir le spoiler et ainsi de suite. Le but est de terminer l'histoire, la quête si vous préférez, en vie (bah ouais, sinon ça le fait pas trop). D'ailleurs, si vous mourez, jouez le jeu et recommencez au début. Prenez ça comme un test de survie, si vous réussissez, vous ne mourriez probablement pas le premier jour en venant au Québec IRL. J'ajouterai probablement d'autres possibilités ou voies dans le futur, mais c'est un bon début. N'hésitez pas à laisser vos impressions. Bon jeu et bonne chance ![/justify]

 

1.

Si vous êtes Québécois, rendez-vous au 10, sinon, allez au 4.

 

 

2.

« ...Puis on attache cette ceinture ainsi en l'ajustant avec ça. Voilà donc pour le gilet de sauvetage. Dans les cas les plus extrêmes où nous pourrions rencontrer une envolée de Karibous, restez calme, ils sentent la peur et s'en nourrissent. Il est aussi conseillé de se cacher derrière un Québécois car ils sont plus délicieux à leurs yeux. Finalement, si quelqu'un se sent mal et à besoin d'un bol d'air frais, il est formellement interdit d'ouvrir vos hublots ou la porte, allez plutôt en commander un au bar situé à l'arrière de l'avion. » Rendez-vous au 3.

 

 

3.

Votre regard s'attarde alors sur l'écran situé à l'avant. Un message défile indiquant leur record de trois voyages sans accident vers le Québec. Vos muscles se contractent sous l'effet du stress, mais vous restez calme. L'homme à vos côtés est sur son téléphone en train de jouer à un jeu que vous ne connaissez pas. Si vous voulez l'aborder, rendez-vous au 8, sinon, allez au 11.

 

 

4.

Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres, c'est celui que vous attendez depuis votre plus jeune âge. Vous vous levez le sourire aux lèvres, le regard pétillant. Vous prenez votre petit-déjeuner puis enfilez vos vêtements les plus chauds malgré qu'on soit en plein milieu de l'été. Dans la rue, les gens vous dévisage et vous pointe du doigt, mais rien ne vous atteint, rien ne peut gâcher cette journée. Après quelques minutes de marche, vous voyez un taxi de stationné sur le bord du trottoir. Vous cogner dans sa vitre et il ouvre la portière. Vous lui demandez de vous amener à l'aéroport et, rendu, vous le payez et entrez dans l'imposant bâtiment, vous rendant directement dans la file d'attente pour votre vol. Rendez-vous au 7.

 

 

5.

Vous êtes très perturbé mais vous le prenez au sérieux et gardez le silence. L'homme recommence donc une partie et sacre de nouveau quelques minutes plus tard lors d'un nouvel échec. Ça continua ainsi pendant le reste du voyage jusqu'à ce que le Québécois à vos côtés manque de batterie. Il commanda donc à manger et reçu une espèce de bouillie blanchâtre. Ses yeux passèrent du plat à l'hôtesse et, celle-ci, voyant qu'il s'apprêtait à lui balancer des sacres, alla chercher du bacon. Lorsqu'elle revint, l'homme prit le bacon et fit glisser son assiette vers votre propre tablette. Si vous désirez la manger, rendez-vous au 9. Si au contraire vous préférez balancer le plat sur le Québécois, allez au 6.

 

 

6.

Vous n'avez pas l'intention de vous laissez marcher sur les doigt et cette assiette est la bouillie blanchâtre qui fait déborder le vase. Vous la prenez à deux mains et la lui jetez au visage, éclaboussant l'hôtesse au passage. Le Québécois semble d'abord surpris, puis vous jète un regard noir. Il s'essuie le visage avec sa manche puis vous envoie un coup de poing que vous êtes loin d'oublier au visage. Rendez-vous au 17.

 

 

7.

Les minutes s'écoulent, pendant lesquelles d'autres personnes rejoignent la file. Finalement, une hôtesse de l'air arrive et commence à vérifier les billets, laissant les passager entrer un à un dans le sas menant à l'avion. Votre tour vient et vous traversez l'engin jusqu'au siège qui vous est assigné, sur le bord du hublot. L'avion se remplit peu à peu puis un homme s'assit à côté de vous. Peu après, une autre hôtesse fait le discours habituel sur les mesures de sécurité et ce qu'il faut faire en cas de problème. Si vous désirez l'écouter, rendez-vous au 2, sinon, allez au 3.

 

 

8.

Est-ce que c'est votre premier voyage vers le Québec ? lui demandez-vous. Il sursaute alors et rattrape de justesse son téléphone. Il se tourne vers vous et vous crie en plein face :

« Toé mon esti m'a t'arracher la tête criss de mongol. Ch'tais rendu à 420 à Flappy bird tabarnak. M'a te calisser la yeule dans vitre pis t'sacrer un coup d'poing qu't'es pas près d'oublier dans graine juste pour te voér mourir de douleur comme le Karibou qu'j'ai séquestré dans ma cave avant de v'nir dans c'pays d'marde. S'tu clair simonac ? »

Si vous voulez l'insulter en retour, rendez-vous au 14, sinon, allez au 5.

 

 

9.

Sa première réaction vous ayant mis sur la défense, vous manger sans rechigner le contenu de l'assiette. Son goût est fade, mais vous avez déjà vu pire dans les restaurants de votre pays. Lorsque vous finissez votre plat, votre ventre se met à gronder dangereusement. Vous vous sentez mal. Si vous désirez vous rendre aux toilettes de l'avion, allez au 12, mais si vous croyez que ça va passer ou que vous préférez rester à votre place, allez au 13.

 

 

10.

Félicitation, vous savez tout ce qu'il faut pour survivre au Québéc !

 

 

11.

Votre impatience d'arriver est à son comble, le Québec, terre de mystères et de sirop d'érable à votre portée. Vous en entendiez parler depuis votre enfance, et vous avez finalement l'occasion de vous y rendre. Rencontrer des Québécois, adopter leur mode de vie, manger de la poutine et du bacon tous les jours... Ça vous semble si excitant ! Vous ne tenez pas en place et le voyage semble durer une éternité. Rendez-vous au 16.

 

 

12.

Comme toujours, les toilettes de l'avion sont infectes. Mais votre malaise ne peut se contenir plus longtemps et vous vomissez dans les chiottes. L'odeur qui se dégage de la pièce vous donne encore plus mal au coeur et vous restez là jusqu'à l'arrivée au Québec. Décidément, il y avait quelque chose de pas net dans cette bouillie. Rendez-vous au 15.

 

 

13.

La situation empire lorsque les gargouillis commencent à remonter lentement le long de votre trachée. Puis, ne pouvant plus vous en empêcher, vous vomissez sur le Québécois à vos côtés. Il ferme alors les yeux, prend un grande respiration, se retourne vers vous et vous balance un coup de poing magistral au visage. Rendez-vous au 17.

 

 

14.

Fort vexé par ce qui est inéluctablement un Québécois, peuple que vous considériez depuis toujours comme bien, vous décidé de lui faire ravaler ses mots en l'injuriant à votre tour. Malheureusement pour vous, les menaces d'un Québécois ne sont pas à prendre à la légère et il les appliqua. Vous avez perdu, le Québec n'est pas fait pour vous.

 

 

15.

Après l'atterrissage de l'avion, vous sortez en dernier par le sas et vous vous ramassez en pleine forêt, pas d'aéroport en vue, aucun bâtiment, juste une piste de décollage et des arbres. Vous vous retournez mais n'apercevez personne, ils sont déjà tous partis, de même pour l'avion qui a déjà fait demi-tour et redécolle vers votre pays d'origine. Si vous voulez essayer de crier pour appeler de l'aide, rendez-vous au *, mais si vous préférez marcher dans une direction jusqu'à trouver un village ou une route, allez au *.

 

 

16.

Lorsque l'avion atterrit finalement, vous êtes le premier à en descendre. Quelle est votre surprise lorsque vous vous apercevez que vous êtes en plein milieu de la forêt, sans aéroport ni aucun autre bâtiment, juste une piste de décollage ! Vous vous apprêtez à poser des questions à un membre de l'équipage mais l'avion fait déjà demi-tour vers votre pays d'origine. Si vous voulez interroger un autre passager, rendez-vous en *, et si vous préférer marcher jusqu'à rencontrer une route, allez au *.

 

 

17.

Tout devient noir autour de vous. Quand vous vous réveillez, vous êtes sur un lit de fortune dans une pièce sombre. Vos membres sont bleuis par le froid et vous grelottez. Lorsque vos yeux s'habituèrent à l'obscurité et que vos souvenirs se furent éclaircis, vous parvinrent à distinguer les murs en planches de bois, laissant passer l'air extérieur et la neige au travers des fentes. Ce qui semble être du matériel médical se trouve sur une table à vos côtés. Vous en venez à la conclusion que vous êtes dans un hôpital québécois au moment où un douleur cuisante s'élance dans votre visage, souvenir de votre voyage en avion. Si vous voulez vous levez, rendez-vous au *, mais si vous préférez vous rendormir, allez au *.

 

 

Edit : J'allais oublier, les deux nouveaux paragraphes :

:air:D'ailleurs, on a trouvé une technique infaillible pour dénicher quels flics sont corrompus. Par contre, ça ne fonctionne qu'avec la police montée. Il ne suffit que de regarder si leur karibou porte la marque de la mafia karibou. Évidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire. N'empêche que ces karibous sauvages contrôlent presque tous les principaux éléments du Québec. Le seul auquel ils ne se sont pas abaissés à aller, c'est la politique. Sinon, on les retrouve dans tous les secteurs : économiques, sociaux, culturels, etc. Ce ne sont pas des gamins qui font la loi dans les cours d'école, ce sont les karibous. Les seuls dealers vivants sont des karibous, les trottoirs avec les étoiles et les empreintes à la hollywoodiennes ne contiennent que des traces de karibous, c'est la tête du parrain karibou qui se trouve sur les 25 cents et la liste continue...

 

À présent, je vais vous présenter en détails quelques-un des multiples usages du sirop d'érable. La première, et non la moindre, permet de résurectionner (cherchez pas, c'est un mot québécois) les morts*. Elle est d'autant plus utile vu la quantité d'« accidents » qui se produisent lors de rencontres avec des karibous. Bref, lorsqu'un Québécois meurt, on dépose sa dépouille par terre dans un terrain dégagé. Ensuite, on trace une pentagone en sirop d'érable autour du corps. On insère par la suite un sucre mou (c'est du sirop sous forme solide) dans la gorge du défunt puis on fait la danse de la pluie. Je ne vais pas perdre de temps à vous la décrire, il suffit de faire une recherche youtube pour la connaître. Il devrait alors normalement se mettre à pleuvoir du sirop (c'est une autre particularité du Québec) dans le pentagone. Il suffira d'enflammer une des gouttes pour que la magie se mette à l'oeuvre. La pluie de sirop se mettra à brûler, tout comme le pentacle, transformant le tout en une fine vapeur d'érable. Lorsque le sucre mou aura fondu complètement, il faudra agiter une tranche de bacon sous le nez du mort, afin d'attirer son âme vers le monde des vivants. Et voilà ! Le tour est joué. On peut également utiliser le sirop d'érable comme combustible, voire comme essence au vu de son inflammabilité, ou pour faire n'importe quoi en fait, il suffit d'avoir le bon dosage.

 

*À ne pas tenter à la maison !

Link to comment
Share on other sites

Haha pcote comment je fais pour tenter l'expérience. À chaque partie, je gagne en 3 secondes :P

 

Sinon c'est cool, je veux plus de possibilité (les suites en gros) :D

 

Edit :

 

J'ai fais une carte du jeu vite vite :

 

 

mrvd.png

 

En gros la seul façon de gagner c'est d'être québécois de base :S

 

Link to comment
Share on other sites

C'est normal, c'est une beta. C'est long à réaliser alors je voulais d'abord m'assurer que vous aimez ça avant de continuez. Par contre préférez-vous de petites MaJ régulières ou de tout recevoir quand l'histoire sera complétée en entier ?

Link to comment
Share on other sites

Je continue de bosser de temps à autres sur le RP, et sur une petite surprise qui devrait arriver bientôt, mais en attendant, un petit pavé sur pourquoi les Québécois ont pas d'accent.

[justify]:air: Suite à de [très] nombreuses attaques à ma personne et à la race québécoise au sujet de la façon dont l'on parle, j'ai décidé d'expliquer pourquoi, contrairement à vous, nous n'avons pas d'accent.

 

:air: Tout d'abord, je rappelle que certains d'entre vous affirment eux-mêmes avoir un accent, et c'est le cas. Pour les autres, c'est que les Français entendent tellement souvent des accents de leur pays que ça en devient une sorte de "normalité", et vous avouez vous-même que chaque région a son propre patois (je précise le fait que je n'ai pas la moindre idée de ce que c'est, mais dans le contexte, j'en conclue que c'est un accent ou des déformations mineures de la langue liés à un endroit). Par conséquent, vous avez des accents.

 

:air: Ensuite, la phase la plus compliquée, vous expliquer pourquoi les Québécois – du moins, la majorité –, n'en ont pas. Pour faire simple, nous sommes vos lointains descendants de l'époque de la Nouvelle-France, et nous avions donc sensiblement votre parler. Même que l'un de nos intendants trouvait que l'on parlait mieux que la plupart du peuple dans votre pays. On avait donc un accent, comparable aux Parisiens à l'époque. Mais, lorsque les Anglais se sont lancés dans la Conquête de l'Amérique du Nord suite à l'assassinat d'un de nos diplomates, vous nous avez abandonnés comme des criss de moumounes pis vous êtes restés enfermés dans votre pays de fifs, rechignant à nous envoyer des troupes. C'est donc seuls que nous avons affronté les Anglais : les Québécois contre l'Angleterre et sa colonie. Inutile de rappeler que nous n'avions aucune chance face à eux qui mobilisaient tous les moyens pour avoir le contrôle total du continent.

 

:air: Mais nous, on avait quelque chose que eux ne connaissaient pas, le sirop d'érable. Et c'est cet élexir, ce nectar des dieux, qui nous a permis de survivre, de résister pendant longtemps à leurs attaque, malgré le fait que l'on était 1 contre 100. Ça nous a donné du cœur au ventre, et on s'est battu, non pas pour que la France garde sa colonie, mais bien pour nos familles et nos biens. Ils ont commencé par attaquer, détruire et prendre possession de nos forts, nos bastions. Mais l'on savait qu'on ne pouvait pas se permettre de les défendre énergiquement, il fallait converger nos forces sur les postes de commande du Québec, la ville même.

 

:air: Lorsque les nombreuses flottes de navires anglais sont arrivés dans le fleuve St-Laurent, ils se sont éparpillés sur les différentes rives de ce dernier, ne pouvant pas approcher de trop près, puisque l'on avait positionné des troupes tout autour de la ville pour qu'ils ne puisse pas s'en approcher. Mais nous n'étions pas assez nombreux pour tout protéger, ils ont donc pu s'installer sur la berge opposé à Québec, à portée de canon. Pendant deux mois, du fait de notre position stratégique, leurs armées n'ont pas pu avancer vers la ville. Mais pendant ces deux mois, ils n'ont pas chaumé, faisant feu sur la ville fortifiée pendant deux esti de mois tabarnak. 16 000 boulets de canons furent tirés sur Québec, jours et nuits, pendant que les Anglais brûlaient les champs, rasant nos fermes. Deux mois à crever de faim dans les ruines de notre capitale. Deux mois à voir mourir des proches sans même pouvoir se défendre. Deux mois de douleur et de désespoir.

 

:air: Nous avons donc dit que c'était assez. Faibles, tremblants, épuisés, nous sommes partis sur la plaine d'Abraham, pour une ultime bataille rangée. Quelques centaines d'hommes et d'Amérindiens face aux dizaines de milliers d'Anglais en pleine forme. Inutile de vous dire qui a gagné... Suite à ses défaite, la ville a capitulé, la guerre ayant déjà fait trop de morts. Les Anglais sont donc partis marcher sur Montréal qui capitula également, ne voulant pas la faire tomber en ruine pour rien, comme à Québec. C'est ainsi que les Anglais ont conquis la province de Québec.

 

:air: Cette guerre a duré environ 6 ans, 6 longues années dans la souffrance et la misère, sans aucune aide de la métropole, votre pays d'marde, la France. On s'est donc juré de ne plus jamais avoir de lien quelconque avec la France, qui nous avait lâchement trahis, abandonnés. On a donc changé notre langue, y mettant un peu d'Anglais et en inventant des nouveaux mots, en passant par les sacres. On a aussi tout fait pour perdre notre dégueulasse accent français. Tout ceux qui l'avaient, on leur passait la bouche au savon noir, et ils ne l'utilisaient plus, dans la crainte de passer un autre mauvais quart d'heure.

 

:air: C'est pourquoi les Québécois n'ont pas d'accent, mais que vous croyez tout de même que oui puisque votre "normalité" énoncée au début est votre accent français, et qu'un non-accent vous semble donc en être un.

 

:air: Je tiens tout de même à préciser qu'une petite partie du Québec à bel et bien un accent MAIS, seulement les Québécois du Lac St-Jean, et je précise que je n'en ai pas encore vu sur Minefield.[/justify]

 

Link to comment
Share on other sites

Super texte, j'ai vraiment beaucoup aimer. Sinon tout le monde possède un accent, les Québécois et les Français et tout autres francophones. La différence est que le français québécois ressemble plus au français du peuple standard de France du 16/17e siècle et les français de France parle un français soigné qu'utilisait la noblesse et le peuple aisé. Donc bon ^^. Mais j'ai bien aimé quand ta décrit les français qui nous ont abandonné ^^

Link to comment
Share on other sites

De plus, les versions des films doublées en français québécois sont faites avec des doubleurs ayant l'accent français, donc bon. ^^

Sinon, j'avais déjà lu le texte quand tu l'avais mis je ne sais plus où, mais j'ai ri quand même. :)

Link to comment
Share on other sites

Tu n'est qu'un hérétique Forfal, regarde les choses en face. Je peux te fournir tout plein de preuve de notre non-accentitude. Nous avons notre propre langue, le joual, et nous en prononçons les mots selon son propre alphabet phonétique. Ce n'est donc pas un accent que nous avons. N'est-ce pas la première chose que tes profs t'ont appris à l'école ?

Link to comment
Share on other sites

Salut pcote et sinon dom c'est totalement faux. Les films ayant le français international (et non français de France) sont doublé en grande majorité au Québec. Je sais pas tu sors sa d'où :P

Link to comment
Share on other sites

Salut pcote et sinon dom c'est totalement faux. Les films ayant le français international (et non français de France) sont doublé en grande majorité au Québec. Je sais pas tu sors sa d'où :P

Bah c'est exactement ce que je dis. :P Et il ont justement un « accent français » et pas un « accent québécois » justement. :)

Link to comment
Share on other sites

Des québécois avec un accent français ? Impossibru.

C'est pas pour rien que tu as des doublages dits « TrueFrench », ceux-là sont les doublages français, et les autres les doubles québécois. Si tu as un film doublé en français et qui prononce les noms/termes anglais avec un vrai accent et pas à la française, c'est probablement un double québécois autant que ton seul moyen de t'en assurer durant le film. :) Ça ou si ton acteur favori te semble avoir changé de doubleur subitement, au choix.

Link to comment
Share on other sites

Les films doublé au Québec n'ont pas d'accent français de France... Il les doubles chez nous pour justement ne pas avoir d'accent. Les gens qui double n'on pas n'ont plus d'accent québécois, ils utilisé un français international.

Link to comment
Share on other sites

Bon, arrêtez de dire de la marde sur un sujet que j'ai clôt : Les Québécois ont pas d'accent. Que ça soit dans un film ou pas on s'en sacre. Vous devriez plutôt dépenser votre énergie à plussoyer ma magnifique suggestion !

Link to comment
Share on other sites

Heu theor y'a déjà plusieurs accents en France et sans compter les belges, suisses, pays africains/etc, donc faudrait déjà définir l'accent français (sinon qu'est ce que vous appelez le français international ?)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...