Jump to content

Les Contrées de Muraë


Veleton666
 Share

Recommended Posts

136472Mura.png

496870Introduction.png

Par la faute d'un homme nommé Ephras, qui a volé un artefact renfermant une entité de la folie, les contrées de Muraë sont devenues des terres de folie, dans lesquelles quiconque devient fou. Le mage Olòrin, chargé de retrouver l'artefact et de piéger Caogoras dedans, opère depuis plus de trois cent ans pour parvenir à son but. Alors que les pouvoirs de Caogoras ne cessaient de grandir, le vieux mage s'approchait de plus en plus de la Lampe de Caote...

 

Le projet sera non seulement constitué de la ville de Nouvelle Caote, mais aussi d'un village, de plaines et d'une forêt. Des constructions diverses parsèmeront votre voyage dans les contrées de Muraë.

 

181134Informationstechniques.png

● Nom du projet : Les Contrées de Muraë

● Hauteur maximale prévue : 35 blocs par rapport au sol

● Objectifs : décoratif, habitations, commerces

● Dirigeants : Veleton666, Uhwan

● Zones de construction : terre et sous-sol

● Spécial : Des champs et étables seront présents au nord du territoire, à but purement décoratif (localisation et dimensions plus bas)

 

842839Localisationetorganisation.png

Localisation :

335148Localisation.png

 

Organisation :

728050Organisation.png

Légende :

Rouge : quartier riche et château de Nouvelle Caote

Orange : quartier moyen de Nouvelle Caote

Jaune : quartier pauvre de Nouvelle Caote

Cyan : village de Gatewall

Violet : Crypte de Muraë (futur donjon)

Blanc : Exploitation fermière de Muraë (là où seront les champs et étables)

Vert : Forêt de Nutterwood et hameau de bûcherons

 

923974Histoire.png

 

Prologue

 

L'auberge était remplie de travailleurs venus noyer leur labeur dans l'alcool. Du côté des mineurs, on racontait les trouvailles qu'on avait pu déceler dans les mines. De celui des bûcherons, on disait comment un arbre coriace avait fini par céder. De celui des pêcheurs, on contait des vieilles histoires d'un monstre aquatique aperçu dans le lac. Mais, parmi toutes ces personnes, un homme était assis, seul, à une table, visiblement en train d'attendre quelqu'un.

 

Il était minuit passé et l'auberge était désertée quand quelqu'un aux allures de vagabond entra. Il vint s'asseoir à côté de l'autre homme et mit une main dans sa poche, comme pour tâter un objet pour s'assurer qu'il était toujours bien à sa place.

« Ces mages ne se sont pas laissés avoir facilement. J'espère que vous avez de quoi payer, dit le vagabond.

-D'abord, vous me donnez ce que j'ai demandé, ensuite je vous donnerai votre argent, répondit l'homme.

-Voilà, donnez-moi la monnaie et je m'en irai sans faire de bruit. »

Il sortit sa main de sa poche et déposa un objet enveloppé dans un tissu sur la table. L'homme le découvrit. Il s'agissait d'une lampe en or qui laissait s'échapper une aura malveillante.

« Vous aurez vingt mille pièces d'argent, pas plus, dit-il à son interlocuteur.

-Nous avions convenu trente mille, il me semble. Si vous n'avez pas de quoi payer, je peux toujours vous tuer, vous détrousser et garder votre saleté de lampe, il me semble que quelques mages donneraient un meilleur prix pour la récupérer, menaça le vagabond.

-Nous pouvons toujours trouver un arrangement, répondit l'homme. Quarante mille pièces, et vous tenez le silence. Avec ça, vous avez de quoi liquider tous les diamants de New Stendel...

-Vous voyez bien qu'on peut s'en tirer convenablement. Donnez-les moi, maintenant.

-Voici. »

L'homme sortit quatre grandes bourses de son sac de voyage.

« Adieu, dit le vagabond. »

Il laissa seul l'homme et sortit de l'auberge. Pour ce qu'on en sait, il se fit lyncher à mort et détrousser par des mercenaires apparemment au courant de la petite fortune qu'il avait amassée quelques semaines plus tard, peut-être achetés par l'homme qui voulait la lampe.

 

L'homme décida de prendre une chambre pour la nuit et se présenta donc au comptoir. L'aubergiste, borgne et joufflu, s'empressa de lui allouer une chambre, et lui posa une question que l'homme aurait préféré ne pas entendre :

« Cela fait des années que je tiens cette auberge, et des types comme vous, j'en ai vu un paquet. Par contre, vous êtes le seul à avoir payé autant à une de ces crapules. Serait-il trop indiscret de vous demander pourquoi ?

-Je possède maintenant quelque chose qui vaut bien plus que toutes les richesses du monde. Si je me sert convenablement de cette chose, je serais capable de soumettre n'importe qui au pire des maux : la folie. Et après tout, maintenant que je possède cet instrument grandiose, pourquoi ne pas faire un petit essai ?

-Un... essai ? Demanda l'aubergiste, non rassuré.

-Oui, un essai. Sur un cobaye, en particulier. Vous. »

L'homme souleva le couvercle de la lampe, et quelque chose venu d'ailleurs se jeta sur l'aubergiste. Il cria, supplia, et, finalement, s'évanouit. Quand il se réveilla, il n'était plus lui-même.

 

Olòrin

 

« Il y a quatre jours de cela, quelqu'un nous a volé quelque chose. Cette chose, quelle que soit son origine, malgré son attraction irrésistible, est dangereuse pour n'importe qui l'ayant dans ses mains. A sa place, nous avons retrouvé une copie médiocre de l'objet. Nous avons été dupés. J'ai été dupé. Et maintenant, quelqu'un rôde avec cet objet – cette lampe -, et il peut déchaîner son pouvoir à tout moment.

-Il y a de cela plus d'un millénaire, un membre de notre ordre a enfermé un esprit sadique dans une lampe qui fut par la suite appelée Lampe de Caote. Cet esprit, s'il parvient à entrer dans le corps de quelqu'un, sera capable de rendre fous tous ceux qui restent trop longtemps à proximité de cette personne. Elle prendra l'esprit des personnes dans un imaginaire collectif, et, si nous ne faisons rien, les personnes influencées seront trop nombreuses, et l'esprit pourrait à tout moment leur ordonner de prendre les armes contre la capitale. Cela prendrait peut-être des siècles, mais il est tout à fait possible que nous nous retrouvions avec une vague de folie sur le dos.

-Il est de notre devoir, comme nous avons failli à notre tâche de garder la lampe, de la retrouver le plus vite possible, de ré-enfermer l'esprit dedans et de le mettre en lieu sûr. Dès maintenant, focalisez-vous sur la recherche de la lampe ; interrogez le peuple sur une lampe, sur des événements paranormaux, lancez des sorts de localisation pour tenter de trouver la lampe, faites tout ce qui est possible. L'esprit a sûrement commencé à s'accrocher à la personne qui nous a ravi la lampe, maintenant, il cherchera à sa cacher, ne vous laissez donc pas avoir. La séance est levée, commencez les recherches. »

 

Le maître de l'ordre baissa la tête, pensif. Les membres de l'ordre, sans un mot, se dispersèrent. Quelqu'un vint à ses côtés.

« Olòrin. Cela fait maintenant quatre-vingt ans que vous êtes à la tête de notre ordre. Nous sentons tous que vous commencez à fatiguer. Allez vous reposer, nous ferons tout notre possible pour... entama l'autre mage.

-Taisez-vous ! Je continuerai d'exercer ma fonction jusqu'à ce que la Lampe de Caote soit retrouvée, et ce même si plus d'un siècle ne s'écoule. Les vœux de mon ancêtre seront respectés, nous la retrouverons, et, là, enfin, je pourrai prendre ma retraite et mourir paisiblement. Dussé-je être le dernier membre de notre ordre vivant, je la retrouverai. Au lieu de me faire perdre mon temps, recherchez la lampe et laissez-moi rechercher de mon côté.

-Comme vous voudrez, Maître. »

Il s'inclina et se retira, laissant Olòrin seul. Il alla dans la bibliothèque pour chercher des informations sur la Lampe de Caote. Jamais il ne délaissera sa fonction tandis que la folie règne. Jamais.

 

Aldric

 

Comme à son habitude, Aldric braconnait dans les bois de New Stendel. Ce soir-là, il n'avait rien pu ramener et alla donc se consoler avec une bière dans une taverne de la Banlieue Sud. Il prit une table vide quand quelqu'un vint l'accoster.

« Vous ne m'avez pas l'air bien riche, n'est-ce pas ? Dit-il.

-Ma richesse ne vous regarde pas, rétorqua sèchement Aldric.

-Maintenant, si. Suivez-moi, et vous aurez toutes les richesses souhaitées.

-Qu'est-ce qui me fait dire que vous tiendrez parole ?

-Ça. L'étranger sortit de son sac la Lampe de Caote. Cet objet vous permettra, à vous et moi, de posséder terres et royaumes, de plier tous nous ennemis à notre volonté. Suivez-moi, et vous partagerez tout ce pouvoir avec moi.

-Il en est hors de question. »

 

Caogoras

 

Si l'individu ne voulait pas le suivre, Ephras pouvait toujours le soumettre à la folie. Il entrouvrit le couvercle de la lampe et l'autre sombra dans un sommeil superficiel.

Quand l'individu se réveilla, Ephras lui dit :

« Bienvenue dans mon monde. Vous serez maintenant le bouffon du roi Caogoras.

-Je suis tout à vous, répondit Aldric.

-Je sais comment passer dans un autre monde, là-bas, je régnerai et vous constituerez ma seule compagnie. »

Ephras, grâce à l'esprit qui commençait à pénétrer son corps, passa dans l'autre monde qui, trois siècles plus tard, fut nommé Nubes par les néo-stendeliens, qui fusionna ensuite avec Navis suite au Grand Cataclysme pour donner naissance à Nabes. L'esprit lui somma d'aller sur une île volante au nord-est du monde. A cet endroit, il pourrait exercer son influence sur les mortels.

 

Trois siècles se déroulèrent. Après que les mages de New Stendel eurent créé le portail reliant leur monde à Nabes, certains habitants furent attirés sur les terres de Muraë. Ceux que l'esprit jugeait impropres, furent forcés de se jeter des Falaises Sanglantes par la folie. Les autres, eux aussi pris par la folie, menaient une existence étrange, malsaine. Ils pensaient habiter dans une ville appelée Caote, qui ne faisait en fait partie que du monde imaginaire créé par l'esprit. Quand à la Lampe de Caote, dépossédée par l'esprit se faisant connaître sous le nom de Caogoras, elle fit enterrée dans la vieille crypte de Muraë pour éviter que quiconque ne mette la main dessus.

 

Caogoras, anciennement appelé Ephras, jouissait de son château à Nouvelle Caote, ainsi que de son bouffon, Aldric. Il lui avait permis de vivre plus longtemps, afin qu'il serve Caogoras plus longtemps. Il se nourrissait de la folie des mortels et avait construit tout un royaume. Il était peut-être imaginaire pour ceux de l'extérieur, mais pour ceux de l'intérieur, il semblait bel et bien réel. Cela avait duré plus de trois cent ans.

 

Caogoras sentait que quelque chose de mauvais pour lui allait se produire. Olòrin, descendant du mage qui l'avait enfermé dans une lampe, vivait toujours pour l'y piéger à l'intérieur. Il commençait à devenir vraiment menaçant, mais il décida de l'affronter quand le moment serait venu.

 

Veleton

 

Parfois, une curieuse envie prenait Veleton, et il allait voir ailleurs. Cette nuit-là, le hasard l'avait emmené sur Nabes. Il prit une barque et alla voguer sur l'océan. Il atterrit sur une autre île sans se souvenir de ce qui l'y avait entraîné. Au nord, il aperçut des contrées enneigées et l'endroit où il se tenait était constitué de terres verdoyantes.

 

Soudainement, tout changea autour de lui. Des murailles s'élevèrent, et il se trouvait enfermé par une grande porte condamnée. Tout devint flou jusqu'au moment où il tomba nez à nez avec un autre homme, visiblement un mage très âgé.

 

Olòrin

 

Il avait enfin trouvé l'emplacement de la lampe ! Olòrin avait maintenant trois cent quatre-ving dix-sept ans, grâce à sa magie qui le préserva du vieillissement. Après tout ce qu'il eut vécu, il était bloqué par cette crypte. Les mages de son ordre n'avaient pas le droit d'entrer dans n'importe quel monument funéraire, excepté pour l'inhumation d'un frère.

 

Quelqu'un, un Nain, vint à sa rencontre.

« N'approchez pas, espèce de... cinglé ! Menaça Olòrin.

-Moi, fou ? Non, vous devez vous tromper... Je viens d'arriver ici, quel est cet endroit ?

-Ainsi donc tout n'est pas perdu. Au fin fond de cette crypte se trouve un objet qui nous permettra de sauver ces terres.

-Je sais ce qu'il se passe dans la plupart des cryptes, vous savez. Jamais je ne m'aventurerai là-dedans.

-Si vous restez trop longtemps ici - et croyez moi, vous resterez, personne n'a jamais réussi à s'échapper de ces terres -, vous deviendrez fou comme tous les gens qui y sont venus !

-Et bien, allez-y vous même, dans ce cas, et sauvez nous, rétorqua Veleton.

-Les membres de mon ordre ont fait vœu de ne jamais pénétrer un lieu comme celui-là.

-Et qu'est-ce qui vous fait croire que j'irai risquer ma vie pour peut-être un mythe ?

-Ce n'est pas un mythe. »

Olòrin déchaîna son pouvoir et montra à Veleton le risque qu'il courrait s'il ne faisait rien.

« Si vous avez raison, j'ira, céda Veleton.

-Ce que vous cherchez est une lampe, en or. Ramenez-la et nous pourrons y lier Caogoras, et enfin je cacherai la lampe. Et, enfin, je pourrai céder à la Mort. »

 

Veleton

 

Les dernières paroles du mage firent de la peine à Veleton. Il entra dans la crypte et trouva une hache sur une tombe, qu'il s'empressa de prendre pour pouvoir se défendre. Il arriva dans une salle circulaire dont la porte se ferma à son passage. Des bruits de pas se firent entendre. Des zombies et des squelettes attaquèrent Veleton de tous les côtés. Parant, esquivant, pourfendant de sa hache, il parvint à défaire ses assaillants au bout de quelques minutes. Il continua sa route sans encombre et arriva dans la dernière salle, où la lampe devait être enterrée.

 

« Est-ce qu'il y a quelqu'un ? »

Cette voix était étrangère à Veleton. Il s'avança sans faire de bruit et vit quelqu'un agenouillé par terre.

« Mais qui êtes-vous donc ? Demanda Veleton.

-C'est impossible... je n'ai pas pu servir un fou pendant tant d'années... et j'étais moi-même... fou !

-Comment vous appelez-vous ?

-Aldric. Je suis le bouffon du roi Caogoras. Enfin, je l'étais, jusqu'à maintenant. La folie a enfin lâché son emprise. Je sais ce qu'il vous faut pour mettre fin au règne du roi ! »

Il courut au fond de la salle et ouvrit un sarcophage d'obsidienne. Dedans, il prit quelque chose et l'éleva du plus haut de ses bras.

« Vous devez enfermer Caogoras dedans, c'est le seul moyen de le vaincre.

-Attention, derrière vous ! »

Il était trop tard. Surgi du sarcophage, un squelette rompit la nuque d'Aldric. Veleton saisit sa hache et fit face.

« Vous qui voulez mettre fin au règne de mon maître, vous allez mourir ! Déclara le squelette d'une voix caverneuse. »

Il s'élança sur Veleton. Il était beaucoup plus vif et agile que les autres mort-vivants. Son premier coup d'épée le désarma. Son deuxième fut retenu par une autre arme.

« Veleton ! Le vieux mage m'a dit de venir t'aider. Prends ce que tu es venu chercher et rejoins-le ! Je me charge du monstre ! »

Veleton connaissait cette voix ; c'était celle d'Uhwan, son voisin. Il ne savait pas pourquoi il était là, mais il décida d'obéir à ses ordres. Il courut vers Aldric. Il était mort, la lampe dans ses mains. Veleton la mit dans sa poche et courut en-dehors de la crypte.

 

Olòrin l'attendait à la sortie.

« Nous devons aller à son château, suivez-moi.

-Mon ami va-t-il survivre ?

-Il le faudra bien. »

Caote étant relativement proche de la crypte, ils parvinrent assez rapidement au château. Caogoras était assis dans son trône.

« Le seul moyen de le piéger est de tuer son hôte. Ne vous inquiétez pas, cela fait longtemps qu' Ephras est mort, apprit Olòrin à Veleton.

-Pauvre fou, dit Caogoras. Vous ne m'atteindrez pas, mage. »

Olòrin fut soudain pris de folie. Il mit des mains sur ses tempes et appuya tellement fort qu'il s'évanouit. Dans un élan d'héroïsme, Veleton prit le bâton du mage et le lança en direction de Caogoras.

 

Veleton crut que dix ans s'étaient passés pendant que le bâton était dans les airs. Enfin, il transperça le corps d'Ephras en son cœur. Caogoras lança un cri de douleur, et son hôte expira son dernier souffle. Veleton sortit la lampe de sa poche et souleva son couvercle. Une ombre sembla entrer dedans, tout était fini.

 

Tous les murs du château, de la ville, de Muraë se dissipaient. Il ne restait maintenant que les terres d'origine. Le mage avait lui aussi disparu. Il ne restait que la lampe. Au loin, Veleton vit que la crypte était toujours là, ce fut donc dedans qu'il choisit d'entreposer la lampe, en espérant que plus jamais personne ne la découvre. En entrant dans la crypte, il trouva Uhwan, agonisant. Il remit la lampe dans le sarcophage, et lui prodigua des soins. Il s'en était finalement remis quelques jours plus tard. Quand Veleton lui demanda pourquoi il était venu, il lui répondit que c'étaient pour les mêmes raisons que lui : il était allé à Nabes sans raison apparente et était tombé sur Muraë.

 

Il ne savait pas si ce qu'il venait de vivre était un mythe ou la réalité, mais il décida en tout cas de refonder Muraë, sur des nouvelles bases. Il se désigna seigneur de ces terres, et bientôt, il fut rejoint par d'autres personnes.

 

Épilogue

 

Que devinrent les anciens habitants de Muraë ? Tous redevinrent lucides, certains, constatant que leurs habitations n'étaient pas réelles, décidèrent de retourner vivre à New-Stendel ou à Stendel, mais dans tous les cas loin de Muraë. D'autres décidèrent de rester et d'aider le nouveau seigneur à tout construire.

 

La ville reprit le nom de Nouvelle Caote, en souvenir de ce qui s'était passé pour Veleton. La crypte, réputée hantée, était évitée de tous. Des forts et des tours furent érigées, une ayant pris le nom de Tour de l'Ordre d'Olòrin. Au moment de la capture de Caogoras, le mage décida de s'éclipser. Sa quête accomplie, il finit ses jours paisiblement dans la tour de son ordre, loin de la capitale de New Stendel. Veleton envoya Uhwan à cette tour pour pouvoir reformer l'ordre avec de nouveaux mages, et il lui apprit à son retour la triste nouvelle. Veleton déclara qu'il était en vie grâce à Uhwan, et pour cela, il le nomma Commandant des Patrouilleurs, une milice qu'il venait de créer pour protéger le territoire.

 

Un village du nom de Gatewall fut fondé près des frontières du territoire, un hameau de bûcherons vit le jour dans la forêt de Nutterwood et on installa une exploitation fermière au Nord de cette forêt, pour produire toutes les denrées nécessaires à la survie des habitants de Muraë.

 

Veleton, Nain dans l'âme, creusa dans les profondeurs pour que la ville de Nouvelle Caote ne soit pas limitée par sa surface. Il créa un nouveau moyen de transport : le funiculaire muraënéen.

 

Quant à la Lampe de Caote, elle était gardée par les mort-vivants de la crypte en attendant que quelqu'un la découvre, et Veleton priait pour que ce jour arrive le plus tard possible.

 

152285Aperus.png

Le village de Gatewall

306905Village11.png

473947Village12.png

 

 

La tour du S.P.L.A.S.H. dans le village de Gatewall

576861SPLASH1.png

225939SPLASH2.png

 

Le hameau de bûcherons

165400Hameau1.png

974981Hameau2.png

 

La crypte de Muraë

451269Crypte.png

 

La ville de Nouvelle Caote

522462Caote1.png

850033Funiculaire1.png

320417Funiculaire2.png

509487Funiculaire3.png

 

Le château de Nouvelle Caote

857765Chteau1.png

 

Sans shaders :

962132Caote1.png

218863Chteau1.png

958011Crypte.png

776501Hameau1.png

209721Hameau2.png

111565Village11.png

680625Village12.png

824175SPLASH1.png

364228SPLASH2.png

404688Funiculaire1.png

796871Funiculaire3.png

890204Funiculaire2.png

 

 

136577Participants.png

150584Veleton666minecraftavatar.pngVeleton666 – Villageois mineur : Seigneur des contrées de Muraë

463584Uhwanminecraftavatar.pngUhwan – Villageois bûcheron : Commandant des Patrouilleurs

383472Skreldniirminecraftavatar.pngSkreldniir – Citoyen commerçant outilleur : Compte

 

198549Hirarchie.png

Villagois muraënéen : Personne possédant une maison ou un commerce dans le territoire de Muraë.

Citoyen muraënéen : Personne possédant une maison ou un commerce dans la ville de Nouvelle Caote. Sur candidature.

Patrouilleur : Garde du territoire de Muraë. Sur candidature.

Représentant des Citoyens : Propose des lois visant au bien du peuple muraënéen. Choisi par le Conseil muraënéen. Il a une place au Conseil muraënéen.

Hôte d'honneur : Personne extérieure au territoire ayant beaucoup donné pour Muraë.

Muraënéen honoraire : Citoyen muraënéen ayant beaucoup aidé Muraë.

Comte : Ils sont au nombre de deux. Ils assistent le seigneur et ont une place importante au Conseil muraënéen. Choisis par le seigneur.

Commandant des Patrouilleurs : Il commande les Patrouilleurs. Il assiste le seigneur et a une place importante au Conseil muraënéen. Choisi par le seigneur.

Seigneur : Il dirige le territoire et préside au Conseil muraënéen.

 

411074Accords.png

Labes : Accord obtenu !

 

 

------------------------------------------------------------------------------

Des aperçus supplémentaires seront prochainement ajoutés !

Link to comment
Share on other sites

Juste un précision pour vous tenir informés (non ce message n'est pas juste la pour up ce sujet :) ) nous allons changer l'emplacement du projet, Veleton en a convenu avec Rafabip, nous allons, normalement prendre l'île flottante qui est au dessus.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

 

 

 

Comme dit par Uhwan, le projet déménage (vous trouverez la nouvelle localisation sur le post initial), et cela inclut quelques changements qui seront bientôt effectués :

-l'organisation du territoire, qui est maintenant obsolète, mais les lieux resteront les mêmes (Fait !)

-quelques passages du RP seront modifiés (Fait !)

-quelques constructions seront modifiées pour concorder avec le nouveau territoire, ça concerne surtout la ville et le château de Nouvelle Caote, qui aura plus de place pour lui. (Fait !)

 

Notez que je demande aussi le biome neige ; si quelqu'un s'y oppose, je le comprendrai parfaitement et abandonnerai l'idée de l'intégrer au territoire.

 

Sinon, ça fait plaisir de voir que l'architecture plaise :D

 

Cordialement,

Veleton.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous !

 

J'apporte mon soutien à cette demande de projet. Tout d'abord, il est dirigé par mon frère, qui j'en suis sûr saura parfaitement bien le diriger. L'architecture est très belle, avec beaucoup de relief sur les bâtiments. La demande est très agréable à lire, et la zone demandée est très bien organisée. Veleton travaille d'arrache-pied sur cette demande depuis plusieurs semaines, et il mérite l'acceptation de son projet.

 

Bonne chance pour ce projet et cordialement,

Skreldniir.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir, je suis au regret de vous annoncer que j'abandonne le projet pour les raisons qui suivent. Cependant, je ne l'abandonne pas totalement, parce que je vais le ré-adapter au monde de Stendel, où je pense qu'il aura sa place et surtout ses chances.

Premièrement, assez peu d'avis ont été donnés sur le projet, en comparaison à d'autres projets sur Nabes. Certes, tous les avis ont été positifs (et je remercie les personnes qui en ont donnés, même si le projet est abandonné), mais Les Contrées de Muraë n'ont apparemment pas assez tapé aux yeux, en tout cas sur Nabes.

Ensuite, je ne pense pas être assez notoire pour diriger un projet pour Nabes. C'est en effet le monde vitrine de Minefield et je ne pense pas être assez connu de tous pour être encouragé à diriger un projet sur ce monde. De plus, je n'ai actuellement pas assez de fonds pour financer un projet sur Nabes, c'est aussi pour cela que je me déplace sur Stendel, où mon budget sera, je pense suffisant.

Pour finir, je pense que les Contrées de Muraë auront toutes leurs chances sur Stendel, là où elles en avaient moins sur Nabes. Le projet n'est qu'à moitié de style Steampunk, ce qui pourrait dénaturer le monde et peut-être déplaire à certains.

Je tiens à m'excuser de devoir abandonner le projet sur ce monde, à m'excuser devant ceux qui ont déjà un pied à Nabes, ceux qui demandent eux-aussi un projet sur Nabes, pour avoir posté cette demande de projet et ensuite l'avoir abandonnée. Je tiens aussi à m'excuser devant ceux qui soutenaient ce projet, et qui le voient maintenant abandonné. Je pense que ce projet aura sa place sur Stendel, plus que sur Nabes, et j'espère avoir raison.

 

Cordialement,

Veleton.

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...