Jump to content
Sign in to follow this  
leonidias74

[Accepté][Menuisier] Au Tonneau Piégé, par leonidias74

Recommended Posts

1402434064-menuisier.jpg

 

Bien le bonjour amis Minefieldiens, mon nom est leonidias74 et aujourd'hui j'entame ce qui seras certainement le dernier barreau de mon ascension de l'échelle sociale du serveur : ma candidature commerçant. Et je compte bien le gravir ! Alors attachez vos ceintures et installer vous avec un bon verre d'eau sur votre chaise (en vérifiant au passage qu'elle n'est pas été fabriqué par moi 8-) ). Sur ce, bonne lecture à tous !

 

Spécialisation : Menuisier

Nom de l'échoppe : Au Tonneau Piégé

Localisation : Banlieue Sud de Stendel

 

Ancien Candidature :

 

:book:Paysanne :

post315886.html?hilit=paysan%20leonidias74#p315886

 

:book:Villageoise :

post358294.html?hilit=villageois%20leonidias74#p358294

 

:book:New-Providence :

post319621.html?hilit=paysan%20leonidias74#p319621

 

:book:Citoyenne :

citoyens/devenir-citoyen-par-leonidias74-t61358.html?hilit=leonidias74%20paysan

 

Présentation In Real Life :

 

Mon nom est Mathieu, j'habite en Haute-Savoie, à la montagne ! Je viens de finir mon année de seconde et je passe en première S pour l'année prochaine ! Dure dure ! Mes loisirs sont l'airsoft que je pratique avec mes amis dans les forêts de pins à l'ombre des montagnes, je pratique également l'équitation avec mon cheval Napoléon (sans blague !), et je peux vous dire que par rapport au chevaux de Minefield, c'est bien plus dure à entretenir ! En effet ces bêtes possède le défaut de consommer moult carottes et autre friandise; ce qui dans Minefield vous assure une centaine de secondes de cavalcade en tout genre ne vous donnera en vrai pas plus d'une dizaine de seconde de sympathie de la part de l'équidé, qui, une fois la récompense avaler en réclamera vite une autre ! Après cela je pense avoir fait le tour de moi IRL, c'était fort intéressant non ? Mais passons au visage sous lequel vous me connaissez !

 

Présentation In Game :

 

Sur le serveur je suis leonidias74, citoyen depuis maintenant de nombreux mois (neuf je crois). J'en ai fait du chemin depuis mon arrivée en août 2012 ! Paysan ce même mois, puis Villageois en novembre de la même année, je fais une pose de février à juillet pour revenir en force. Je passe alors Citoyen au mois de septembre 2013, mais à cause de problème de connexion internet je me tourne vers d'autres jeux sans connexion comme Shogun Total War 2. Minefield tombe alors dans l'oubli éternelle, enfin presque ! C'est Kroko74, que j'avais amener sur le serveur en 2013 je crois qui m'a proposé de retourner dessus. Je fis alors un retour triomphal, mais discret, sur le serveur il y a presque un mois de cela ! Je travail en ce moment sur un projet avec dandan58 : Fort Volkhart, que lui et son ami Kerchi nous ont gentiment permis d'intégrer (merci à eux !).

Je me complait dans le métier de menuisier. En effet j'adore pouvoir crafter tout les items de cette spécialisation, en particulier les tonneaux et les caisses ! Il est donc logique que je veuille maintenant passer l'étape supérieur pour faire partager mon savoir, ce qui nous amène maintenant aux motivations !

 

Pourquoi Commerçants ? Motivations et Ambitions :

 

Commençons par le commencement, le choix du métier : pourquoi menuisier ? He bien je dirais que, comme beaucoup de personnes j'ai été attirés par les crafts spécifiques à Minefield et donc très vite par les métiers qui proposaient le plus de craft. Au début j'ai hésité entre maçon et menuisier (qui à toujours figuré parmi mes premiers choix), mais le farme du silex pour le toit d'une maison m'a très vite fait renoncer à la maçonnerie. Je n'ai jamais vraiment été tenté par le métier de forgeron malgré ces nombreux crafts. J'ai alors mis menuisier en tête de mes choix. Les métiers de joaillier et de tavernier on ensuite attiré mon attention, le premier pour ces magnifiques bijoux, le second pour l'ambiance et le plaisir de tenir une taverne RP. Mais le nécessité de beaucoup de minerais pour la joaillerie et le trop peu de craft pour les taverniers ne m'a laissé qu'un dernier choix : Menuisier. Voilà pour mon métier.

Ensuite, l'ambition de passer commerçant, d'où vient elle ? He bien, simplement le fait d'avoir le petit "C" vert devant son profil est en soit une motivation notable même si elle est certes basique. J'imagine que l'on doit ressentir une sorte de fierté à arboré cette emblème qui représente pour beaucoup, comme pour moi, la réussite dans Minefield, un peu comme un achievement. Plus sérieusement je souhaite déjà pouvoir ouvrir un commerce, évènement complètement indispensable. Pouvoir tenir et géré une échoppe, sa propre échoppe, remplir ces panneaux et s'imposer sur le marché... Autant de possibilités ! J'ai déjà réfléchit à plusieurs possibilités que je pourrais mettre en place pour la clientèle. Premièrement j'ai rejoins "Les Compagnons du Meubles", la fameuse corporation des [barrer]meilleurs[/barrer] menuisiers, je pense que sa donnera confiance au client. Ensuite j'appliquerais un système de rotation sur mes produits : toute les deux semaines je changerais le bois des items en vente (bois de bouleau, pin, baobab,...), se qui donnera un semblant de vie à ma shop.

Puis je conte participer à un maximum de marché et me trouver des fournisseurs chez les forgerons, histoire de me faire connaître. Enfin, pour finir, je compte appliquer régulièrement de légères promotions, et crée plusieurs lots (achetable sur commande) comme par exemple quatre chaises, quarte tabourets et quatre tables (pieds dans l'angle) pour 9 Pa ou lieu de 10,2. Je pense que c'est des petites subtilités dans ce genre qui me permettrons de me faire m'a place sur le monde du marché. Evidement, la possibilité de gagner des Pas est aussi une source de motivation, mais surtout pour aidé des projets plus que pour mon enrichissement personnel.

Je pense avoir tout dit pour mes motivation et mes ambitions. Passons donc à la suite...

 

Mes Prix :

 

1402434936-candid-menuisier.png

 

Je vais remplacer le banc avec pied par les nouvelles structures en bois craftables par les menuisiers. Le prix sera celui de la corporation menuisière quand il aura été confirmé.

 

Mes créations sur Minefield :

 

Ma maison de New-Providence (sur la gauche) :

 

1402432646-2013-08-07-18-17-29.png

 

Voici la maison construite dans la Rp avec Napoleon (c'était juste pour le Rp ;) ) :

 

1402432448-2014-06-10-22-32-43.png

 

Mon échoppe : "Au Tonneau Piégé" :

 

Elle sera situé dans la banlieue Sud de Stendel (si la parcelle n'est pas prise avant). J'ouvrirais certainement d'autres boutiques par la suite mais pour le moment je vais me contenter de celle si :

 

Devanture :

 

1402433549-2014-06-10-22-45-27.png

 

1402433542-2014-06-10-22-45-49.png

 

Intérieur :

 

1402433540-2014-06-10-22-50-34.png

 

Arrière :

 

1402433545-2014-06-10-22-51-30.png

 

Role-Play :

 

:book:Rp Paysan :

 

Lors de la modernisation du Japon, dans les années 1880, les samouraïs furent appelés à quitter leurs poste de guerriers meneur du Japon. Les valeureux samouraïs ne le voyaient pas tous de cet oeil : on n'abolit pas 700 ans de privilèges en 5 ans. Les fiers guerriers, guidé par le bushido et reflets d'un Japon féodal n'ayant pas sa place dans le monde moderne décidèrent de se rassembler pour former une rébellion : la révolte de Satsuma ! Parmi eux se trouvait un homme, samouraï comme ces ancêtres et prêt à mourir au combat pour les valeurs qu'il défendaient, cet homme ce nommait Katsutada. Il avait vécu et combattu auprès de Saigo, chef de la rébellion et avait été élevé au rang de lieutenant. Lors de l'attaque que Saigo lança contre la caserne de l'armée du gouverneur de la ville de Kamamoto, Katsutada fut blessé au visage. Cette blessure l'obligat à gardé sont visage dans l'ombre pour l'éternité mais elle ne l'empêchât pas de combattre. Le 24 septembre 1877 eu lieu la bataille décisive, Saigo et les derniers samouraïs restant (entre 300 et 400) se replièrent sur la colline Shiroyma, après un intense bombardement de l'armée impériale, les survivants samouraïs décidèrent de lancer un ultime assaut à cheval pour conserver leur honneurs. Les derniers samouraïs furent alors massacrés à coup de canons et de gatling. Saigo décidât de se faire sepuku aidé par un de ces lieutenants. Le lieutenant en question était Katsutada, il disparût après la bataille. Les troupes impériales le traquèrent pendant de nombreuses années, en vain. Certain racontent qu'à sont tour il se fit sepuku, d'autres disent qu'il c'est métamorphosé en oiseaux, mais la vérité est tout autres...

Katsutada changeât son nom en leonidias et se mit à parcourir le Japon. Un jour, alors qu'il visitait une province du nord du pays, il tomba dans une grotte sans fond, il tomba pendant se qui lui parut 1 000 ans. Et puis il finit par arriver au fond de ce gouffre sans fond : un portail d'eau coulait et il s'enfonça dedans... Il réapparut dans un monde inconnu, un monde peuplé de nombreux hommes et un monde en paix. Leonidias entreprit de le parcourir et arrivât à la cité qui porte le nom de Stendel...

 

 

:book:Rp Villageois :

 

Une fois remis de sa surprise, Leonidias partie explorée ce monde cubique et peuplé de nombreux individus tous aussi bizarres et étonnant les uns que les autres. Mais parmi ses créatures étranges et insignifiantes il y avait de nombreuses personnes semblables à Leonidias : des gens à tête, corps, bras, jambes, cou carrés ! Il y avait aussi des animaux connu de Leonidias : des poules, des vaches, des moutons, des cochons, tous cubiques ! La cité dans laquelle il venait d'apparaitre portait donc le nom de New-Stendel. Ville très ancienne et très réputées pour ces constructions et sa population aussi nombreuses que nos grandes villes telles que New-York ou Londres. Mais New-Stendel les dépassait toutes au niveau de sa réputation : elle était réputée imprenable (chose que nous ne prenons plus en compte sur nos villes actuelles et nous avons bien tort par ailleurs). Elle était en effet perchée sur un bock de rock géant qui volait en surplace par- dessus les flots de la mer qui sont peu à peu venuent occupés la place où était placée se rock il y a des milliers d'années alors qu'il faisait encore partie intégrente du paysage. La confrérie des mages avait alors soulevée le blok avec un des sortilèges dont ils ont le secret. Pendant 40 jours et 40 nuits ils avaient psalmodier des paroles qui, peu à peu soulevait le rock jusqu'à ce qu'il culmine à une centaine de cubes (un cube *unité de mesure Stendelienne* équivaut à unmètre). Les ingénieurs New-Stendeliens battirent un ascenseur (aujourd'hui en panne) qui, de ce temps était très réputé. Le haut conseille des mages gagna à cette exploit une place très importante dans la société Stendelienne et leur renommé ne diminuât jamais complètement. Mais reprenon notre histoire : Leonidias se mit en quête d'une terre où il pourrait construire une maison. Il espérait intérieurement escalader l'échelle sociale de se monde (si échelle sociale il y avait) et devenir important. Dans ça quête d'une ville où il pourrait habiter, Leonidias parcourut le monde New-Stendelien. Il s'apropria vite touts les uses et coutumes de ce peuple : leur mode de vie était organiser autour de quatre empereurs qu'on ne voyait que rarement, un système de grade permettais au plus fort et intelligent de se démarquer de se que les citadin appelait les "noobs". La nourriture n'était pas rare dans se monde et le peuple avait la main sur le coeur et était toujours près à donner un peu pour aider beaucoup. Les catastrophes naturelles était très rare mais les gens parlait d'une en particulier : le grand cataclysme ! Mais ils ne voulurent jamais le décrire en détail à Leonidias car il était l'invocation de la peur à l'état pur. Mais je vous en toucherais tout de-même deux mots : alors que le monde était encore jeune et que les habitant vivait dans l'insouciance de tous les mauvaise choses, le royaume du Chaos réussit à ouvrir une warp dans le monde de Stendel ! Les forces démoniaque se déversèrent pendant des semaines entière, rasant, brulant, tuant tous se qu'il voyait ou trouvait. Ce n'est qu'au bout de trois semaines entière que le flux de démon se stoppât, les survivant découvrir que le monde qu'ils avaient connus était révolu : les ville rasées et brulées, les villages en ruines encore chaude, les habitant isolés pendu avec le corps profané...bref : l'apocalypse ! Mais les stendeliens était des gens coriaces et, des ruines encore chaudes, ils battirent un empire encore plus puissant que le premier qu'il nommèrent New-Stendel ! La prospérité régnât dans le monde et jusqu'à nos jours, aucun cataclysme de la sorte ne c'est reproduit bien que l'armée New-Stendelienne soit constamment sur le pied de guerre ! Un jour Leonidias, alors qu'il trainait dans une taverne près de Nouvelle-Azur appris qu'une autres map existait : la map de Stendel ! Pris d'une grande curiosité, il se mit en quête du portail qui menait à se monde ! Il cherchât longtemps et longtemps. Pendant 1 ans il parcourut le monde de long en large et, alors qu'il perdait espoir de trouver un jour se portail. Il tomba sur un vieux vagabond solitaire qui errait près de Khérinops. Il l'interpellât :

"-Hey l'ami !, dit-il d'une voit grave et usé, viens par ici !

-Que me voulez vous monsieur ?

-Tu ne chercherait pas le portail qui mène à Stendel toi ?

-Et bien, ne voulant pas vous mentire je vous répondrais oui.

-Je m'en doutais, à vrai dire cela fait plusieurs fois que je vous aperçois, parfois ici, parfois ailleurs, cherchant, questionnant, et n'étant jamais satisfait. On pourrait vous comparez à un lion en quête de nourriture, mangeant sans cesse des informations et n'étant jamais rassasié !

-Je te prie de ne point me faire ta morale vieillard et viens en aux faites.

-Le portail est le même par lequel tu es arrivés ici, à New-Stendel !

-...

-Etonnant hein ! Qui y aurait pensé hormis moi ! J'ai cherché longtemps, plus longtemps que toi avant de le trouver mais j'y suis arrivé !

-J'hésite à te croire l'ami, mais si c'est la vérité je te remercie, sinon je t'étriperais avec une cuillère à café !

-Ha ton aise...

Et sur ces dernières paroles, Leonidias partie là où il n'était pas aller depuis à ce qui lui semblait une décennie. Il n'était pas très loin de la capitale et son estime pour cette ville avait baissé depuis qu'il avait appris qu'une autre cité la dominait, une cité qui était au premier plan présenté comme sa soeur, mais qui, dé que l'on poussait dans la description, la dominait sur tous les plans hormis l'île volante des mages. Revenue dans se dédale de rue et de croisement, il eut quelque mal à se repérer. C'est alors qu'un élan de nostalgie s'emparât de lui ! Il se rappelait les années qui avaient précédé son arriver dans ce monde cubique, année dans lesquels il connaissait presque sur le bout des doigts les rues et embranchements de la ville. Mais maintenant, il mit près de trois heures à se rappeler où se situait le portail et une heure de plus pour y parvenir. Avant ce qu'il appelait en lui-même "le grand saut", il but un verre dans la taverne qui côtoyait le portail et il lui fallut quelques instants pour se décider. Mais, prenant son courage a deux mains, il le fit son "grand saut" ! Le monde se mit à tourner, tourner, tourner pendant quelques bref seconde et...

 

 

:book:Rp New-Providence :

 

Et Leonidias se retrouva devant une place énorme et richement décorée et entreprit aussitôt de trouver une ville ou un village où il pourrait s'installer pour vivre, il cherchât longtemps et parcourut le monde entier jusqu'à arriver aux frontière de ce monde : une barrière invisible lui bloquait la route. Il décidât alors de construire ça bâtisse sur un monticule de terre qui s'élevait dans un lac. Il construisit alors une fort jolie

petite maisonette qui surplombait de peu le paysage environnant. Une fois ceci fais il repartis sur Stendel visité la mairie pour s'informer, il découvrit qu'un village de corsaire pacifique était situé à peu de distance de chez lui. Il partit le visiter. Il visita chaque ruelles, chaque maisons, chaque bateaux. Il finit par rencontrer un homme de haute stature, musclé qui portait un tonneau : "Hey, le pied-tendre, viens m'aider !" dit l'homme

-Bonjour, fit Leonidias, impassible

-Hi ! Viens s'il te plait m'aider, repondit l'homme en voyant le sabre à la ceinture de Leonidias

-Avec plaisir !

Une fois la besogne finit, l'inconnue invita Leonidias à boire un verre à la taverne de

New-Providence "Alors d'où viens-tu étranger ?"

- Du japon, répondit Leonidias

-Japon, connait pas, et ici ont les connait les recoins du monde, jte l'dit l'ami !

-Je vois cela, vos navires sont très impressionnants.

-Merci, le gros là bas nous à pris 2 ans de construction à plein temps mais on en est pas déçu

-Où habite le Maire de cette ville ?

-Un maire ? Pas ici mon p'ti, la Reine et le Roi par chez nous !

-D'accord, et où habitent ces personnes ?

-La maison là bas

-Merci pour le verre, a plus tard !

-Reviens quand tu le souhaite ! et Leonidias pris congé de corsaire et se décidât à aller voir la Reine pour demander l'autorisation dit habiter. Etant absent il laissât un message : (j'avais préparé un joli parchemin mais la limite du nombre de pièce jointe sur le forum a été atteinte alors je vous écrit le message directement sur le RP)

 

Madame la Reine, j'ai visité votre ville et je l'ai trouvé fort belle. Avec votre permission je souhaiterais mis installer, pour un temps du-moins. J'habite à un kilocube de votre ville et je serais heureux de mis loger pour me rapprocher du monde civilisez. Je suis guerrier samouraï de profession et je c'est faire de multiple sortes de choses.

J'attend votre réponse, Cordialement, Votre dévoué serviteur Leonidias.

 

Cette besogne faite, Leonidias regagnât ca bâtisse en attendant la réponse de la communauté de New-Providence...

 

 

:book:Rp Citoyen :

 

Quelques jours plus tard, alors qu'il sirotait une bière fraîchement achetée à un tavernier de passage, Leonidias reçu la visite d'un pirate prénommé AdjudantBOB. Ce dernier le priait de le suivre pour aller voir la Reine Pirate. Non sans une petite boule au ventre peu commune aux samouraïs de l'ancien temps, notre guerrier prit un petit bagage et, suivant le pirate, s'enfonça dans la forêt. Ce dernier entama bientôt une conversation :

-Alors, parait-il que tu veux d'venir pirate mon gars ?

-On le dit, répondit Leonidias.

-Ne m'prend pas de haut vieux, et surtout, tiens-toi droit devant la Reine et le Roi !

-Et qui sont-ils ces deux personnages dont on me parle si souvent, mais que je n'ai toujours pas aperçus ?

-Je vais te raconter : ("falsh-back") À l'aube des temps, les pirates écumaient déjà les mers et les océans, ils avaient pour base la ville de Torcuba qu'ils ne quittaient que pour piller et voler les autres nations. Mais un jour, un bateau géant débarqua dans leur port. Ce bateau venait d'une ville d'érudits appelée New-Providence. Les pirates massacrèrent les érudits et prirent possession du navire. Mais ne sachant pas s'en servir, ils débarquèrent à New-Providence. Les derniers érudits apprirent à vivre avec les pirates qui devinrent des "pirates érudits". Voilà, tu sais tout, mais maintenant, tiens-toi, voici la maison de la Reine et du Roi."

Ils entrèrent dans une salle aux contours irréguliers et éclairée par quelques torches. En face d'eux se tenaient plusieurs hommes. Leonidias reconnu le marin de la taverne, un homme prénommé Je4ns qui regardait vaguement la flamme d'un torche. À sa droite, un homme au teint mat chantonnait une petite chansonnette que je ne citerai pas ici. Suivait un homme de haute stature (sûrement un bûcheron pensa Leonidias) ainsi que deux hommes qui se disputaient verbalement sur un sujet inconnu de notre samouraï. Soudain, un cri retentit et l'assemblée se tut :

"Sa majesté le Roi et son altesse la Reine !"

C'est alors qu'apparurent les deux plus beaux exemples des parfaits pirates que Leonidias n'ait jamais vu. Le Roi Extra avait une allure négligée et clopinait presque pour se mouvoir, une paire de bottes boueuses chaussaient ses pieds, surmontées d'un pantalon bouffi et noirci par l'eau salée de la mer. Sa veste déboutonnée laissait, ça et là, entrevoir son torse maculé de diverses égratignures et autres blessure. Une cicatrice lui barrait le visage comme un trait sur du papier et un bandeau lui cachait un oeil. Pour achever le tout, un tricorne bleu lui surmontait la tête.

La Reine, elle, était chaussée d'un paire de bottes talonnées, habillée d'un pantalon de cuir noir et d'une veste bleue. Sa chevelure couvrait partiellement sa tête et elle était coiffée d'un bandanna de soie rouge. AdjudantBOB s'avança et dit quelques brides de mots aux souverains qui acquiescèrent en silence.

-Quel est ton nom étranger? dit Extra.

-Leonidias, répondit celui-ci.

-Et pourquoi voudrais-tu rejoindre les pirates de New-Providence ?

-Depuis que j'ai quitté les miens, je suis chassé et parchassé partout où je vais. Je souhaite donc rejoindre l'illégalité de la piraterie.

-Et bien, cela mérite réflexion... qu'en pensez-vous ma chère, dit Extra en s'adressant à Kureha.

Elle parla alors d'une voix claire, mais autoritaire, qui inspirait le respect :

-Bien sûr, bien sûr... Et bien les gars, tournée de rhum, nous avons un nouveau pirate! dit-elle.

Ceci dit, des hurlements de joie rugirent des quelques hommes et ils vinrent se présenter à Leonidias :

-Moi c'est Tacos, dit l'homme au teint mat qui chantonnait la chanson.

- 'lu l'ami! dit Je4ns

-Eyeshieldx, bûcheron attitré!

-AdjudantBOB, pour vous servir (ou pas)!

-Virheit, menuisier royal.

Et c'est ainsi que Katsutada, alias Leonidias, se retrouva désormais parmi les pirates érudits, peuple fier et arrogant qui lui correspondait parfaitement.

 

Une vie de paix commença alors pour Leonidias qui acheta une parcelle dans la ville. Il y construisit aussitôt une maisonette (plutôt un repaire) où il installa ses quelques affaires. Les jours passèrent et il était heureux mais, alors qu'il s'ennuyait, il lui prit l'idée d'aller chercher une monture en ville. Il avait eu vent d'un éleveur réputé de la bordure de Stendel et il le chercha longuement et finit par le trouver. N'ayant pas d'argent sur lui, il essaya de troquer un cheval contre ses services. L'éleveur l'envoya quérir moult et moult choses avant de lui accorder sa monture. Leonidias était fier car son destrier lui permettait de parcourir de nombreuses étendues rapidement. Mais il ne s'arrêta pas là et, alors qu'il retournait à New-Providence, il tomba sur une ville de barbares en construction. Ces barbares étaient en fait des Vikings, peuple qui venait, comme Leonidias, de son ancien monde, et qui avait trouvé, toujours comme lui, un des rares portails qui mènent à Stendel et ses environs. Alors, Leonidias leur proposa son aide en échange d'une deuxième parcelle dans leur ville : Ronceltiq Cuxhaven. Longtemps, il creusa dans les souterrains caverneux de la ville en compagnie d'un nouvel ami : Videocheese. Une fois sa besogne achevée, il aménagea sa parcelle et repartit pour sa ville pirate où il était attendu pour fêter la fête de l'Halloween. La fête se déroula dans la capitale de Stendel. Les pirates prirent leur navires téléporteurs (illégaux bien-sûr) et se rendirent sur les lieux de la fête. Ce fut une soirée d'enfer (pour parler familièrement)! Une boîte de nuit spéciale avait été aménagée dans les souterrains et les voisins du dessus dormirent peu cette nuit-là. Après cette petite sauterie, la vie reprit son cours, les feuilles commencèrent à tomber des arbres et l'hiver approchait. C'est alors que Leonidias rencontra deux personnes qu'il avait connu autrefois, dans le monde d'avant : Damienchx et Kroko! Deux de ses amis d'enfance qu'il avait perdu de vue en entrant à l'école des samouraïs. L'un (Damienchx) était de taille correcte, une paire de bottines colorées vertes, des braies bleues, une tunique marron et un chapeau de cuir noir. Il avait une bonne tête le Damienchx, beau, fort, un air intelligent qui n'était que le reflet d'une moitié de réalité. Quant à Kroko, il s'était fait mordre la main par un crocodile d'où son nom. Il était grand, portait des bottes qui lui montaient aux genoux, une veste qui descendait un peu plus bas que le haut de ses bottes et un bandana rouge gravé d'un crocodile. Il avait un air moins intelligent que Damienchx qui ne reflétait pas la réalité. En effet, ces deux compères qui avaient l'air différents (Damienchx l'intello et Kroko le nigaud) ne l'étaient pas autant que leur apparence le décrivait (Kroko était bien plus intelligent que Damienchx, mais beaucoup plus laid à cause de sa morsure). Après des retrouvailles brèves, Leonidias les conduisit chez lui. C'est alors qu'une idée lui revint à l'esprit, une idée qui le travaillait déjà depuis quelques temps mais, qui, avec l'aide de ses deux nouveaux amis allait devenir réalisable...

Les trois compères construisirent une maison chacun dans un bosquet isolé à quelques kilocubes d'une ville appelé le Directoire. Ces trois maisons avaient fière allure au milieu de la forêt. C'est alors que Leonidias exposa son idée à ses amis : il avait eu une vision le fameux jour où ils étaient arrivés de l'ancien monde. Dans cette vision, il voyait un peuple, fier et prospère, un peuple qui habitait dans une nation : l'Empire, et cette nation appartenait à un monde parallèle : Warhammer.

Le peuple qu'avait vu Leonidias vivait sur un rocher blanc, un rocher au milieu d'une forêt noire comme la nuit et épaisse comme la suie. Dans sa vision, Leonidias voyait le peuple disparaitre, il voyait le rocher s'enfoncer dans le sol pour ne jamais réapparaître. Votre imagination vous a peut-être déjà révélé où réapparaîtra ce rocher ? Leonidias pensait le deviner...

Mais mal lui en pris de dévoiler à ses compagnons sa vision car, le lendemain, ces derniers avaient abandonné leur maison récemment construite et étaient partis pour on ne sait quelle destination.

Maintenant seul et propriétaire de trois maisonnées, Leonidias entreprit d'entasser toutes les ressources qu'il trouvait dans les coffres, il fit protéger sa maison par une entreprise officielle et gérée par l'État Impérial : la Cuboïde-Enterprise. Protégées des voleurs, ses ressources s'entassaient, s'entassaient, s'entassaient dans de nombreux coffres. Puis, un jour, pensant que le moment était venu, le pirate-samouraï partit pour la capital : Stendel. Cela faisait relativement longtemps qu'il n'avait pas parcouru ses rues et ses allées pavées. La ville n'avait guère changée, toujours aussi grande et belle. À l'aide d'une veille carte, Leonidias se dirigea vers le quartier des menuisiers, noble profession qui fleurissait à Stendel. Tournant à gauche, puis à droite pour arriver dans une impasse où se trouvait un tonneau, Leonidias frappa deux fois. Le tonneau était en fait une porte donnant sur une fabrique de contrebande que le Roi Extra lui avait montré à l'occasion d'un voyage dans la cité. Leonidias suivi le couloir sombre pour arriver devant un comptoir où travaillait Virheit, menuisier pirate de père en fils (et fin cavalier par ailleurs comme notre ami, ce qui leur valait à tous deux des moqueries de la part des autres forbans). Après une poignée de main rapide, Leonidias entama la conversation :

 

-Tu as les documents que je t'ai demandés, mon ami?

-En bonne et due forme, dit-il en lui tendant trois papiers d'un air officiel, celui-ci c'est l'autorisation de pratiquer, celui là c'est un titre professionnel et le dernier c'est un ticket restaurant pour un verre de rhum dans la meilleure taverne du coin.

-Donc avec cela, je peux exercer la profession de menuisier? demanda Leo.

-Et en toute légalité mon ami, Virheit accompagna ces paroles d'un clin d'oeil.

 

Prenant congé, Leonidias rentra chez lui, fort de sa manoeuvre : il venait, avec de simples relations bien placées, de devenir un menuisier d'État. La prochaine étape : vendre ses produits au plus offrant avec la licence de commerçant. Mais ça, c'est une autre histoire...

 

 

:book:Rp Commercant :

 

:sign:

Kroko et Damien sont revenu habité avec Leonidias après leur départ (cf RP Citoyen)

 

 

Partie Une : Un métier

 

« Damned ! » s'écria Leonidias, fouillant dans la cave de sa maison à la recherche d'une dernière bouteille de rhum. « Bière de nain, carte de la banlieue Sud, coffre de perles, mais aucune bouteille de rhum ! ». Cela faisait plus d'une heure que notre pirate cherchait parmi les tas de butins qu'il avait amassés dans la cave de sa maison de campagne. Une maison qui commençait d'ailleurs à lui taper sur les nerfs : il n'avait aucun étage pour habiter, le rez-de-chaussée était bien trop petit pour sa personne et ses trois étages de cave étaient remplis de moult ressources diverses déposées là en toute hâte. Alors qu'une autre bouteille de bière naine lui passait entre les mains, il l'envoya s'éclater contre le mur mousseux de son repaire. En effet, il ne digérait pas cette mixture dont seuls les nains avaient le secret. Une razzia rapide sur leur bastion d'Ultharik avait rapporté aux pirates plusieurs tonneaux de bière qu'ils s'étaient empressés de consommer. Depuis cette soirée dont Leonidias ne garde que peut de souvenir, la bière n'est plus jamais passée. Tout en cherchant, notre pirate-samouraï se remémorait tous les souvenirs de ses escapades avec ses compagnons pirates, lorsque : « CRAK » ! Dans un bruit assourdissant, le toit de sa maison venait de s'effondrer. « Je savais bien que j'avais chié la charpente » expliqua Leonidias alors que son ami Kroko accourait. « De toute façon, cette baraque sentait la bière naine, il fallait que je change. Je vais aller passer quelques jours à la capitale pour commander de nouveaux plans à un architecte ».

 

Son baluchon préparé, le pirate se dirigea vers le port du village le plus proche, une petite ville réputée pour le commerce dans toutes les régions du monde, connue sous le nom de Marienburg. Embarquant sur un navire de transport (sans payer sa place bien sûr), le pirate arriva en vue des remparts de Stendel. La fière citée se découpait en quartiers. Leonidias connaissait un architecte réputé dans cette ville ; Leonard Chitekt. Sonnant à la porte de cet individu plutôt particulier, le pirate-samouraï fut accueilli par le maître constructeur en personne. Une longue barbe blanche tombait sur le papier jauni qui servait de support au vieil homme pour tracer de longs traits rectilignes, parfois perpendiculaires, parfois parallèles. Au bout d'une heure d'attente, Leonard émit un grognement de satisfaction. Sur le parchemin, on pouvait distinguer une maison exactement telle que Leonidias l'avait souhaité : un toit très haut avec une pente abrupte, mais solidement soutenue par plusieurs piliers. Un grand espace intérieur de deux étages, une cave et le rez-de-chaussée permettrait à notre ami de ranger son butin en ordre dans des coffres.

« Combien vous dois-je ? demanda Leonidias, ébahit par le résultat.

- C'est déjà réglé, monsieur Dias. »

Dias, haha ! La bonne blague. Ses connaissances parmi les pirates lui avaient effectivement arrangé son rendez-vous et apparemment avaient assuré le paiement. Tant mieux. Alors qu'il allait franchir la porte, une carte de visite tomba des plans que lui avait remis l'architecte. La carte appartenait à un certain Napoleon, menuisier commerçant patron des « Compagnons du Meuble ». « Intéressant » se dit Leonidias, « Il pourrait peut-être m'aider à construire ma maison et m'éviter de planter la charpente, il habite au quartier menuisier, je vais aller y faire un tour ». L'artisan en question travaillait à la fabrication d'un tonneau quand le pirate vint frapper à sa porte.

« Bien le bonjour, dites-moi, vous vous y connaissez en charpente de toit ?

- Je me débrouille, je préfère fabriquer des meubles mais une charpente, c'est assez simple à faire. Vous avez les plans ?

- Les voici. Leonidias tendit alors le rouleau de parchemin que lui avait remis Leonard.

- Hum Hum, ces plans sont de Leonard ! Vous devez avoir des relations hauts placés pour avoir demandé ses services. Je connais bien ce type de toit, je pourrai vous construire la charpente sans problème.

- Hé bien, quand êtes-vous libre ?

- Mais de suite si vous avez de quoi m’héberger chez vous !

- Parfait, dans ce cas partons de suite, le bateau pour Marienburg appareille dans une heure. »

La petite rivière amenait à vive allure nos deux compagnons. Le lendemain, ils arrivaient sur les lieux. Comme Leonidias leur avait demandé, Kroko et Damien n'avaient pas chaumé. L'ancienne maison était totalement détruite. Des dizaines de coffres, entassés sur le sol, contenaient les trésors du pirate. Seul le première étage de la cave n'avait pas été bouché, les deux autres niveaux avaient été remplis de terre et de pierre.

« Alors c'est ici ? » demanda Napoleon.

- Oui, je te présente Kroko, ancien soldat du Nivem et Damien, aventurier plutôt raté.

- Bonjour, lancèrent les deux compagnons.

- Quand commençons-nous ? demanda le menuisier.

- Mais tout de suite ! répondit Leonidias. »

Pendant plus d'une semaine, les quatre compères taillèrent, coupèrent, assemblèrent du bois, des briques et de l'ardoise. Leonidias ne pouvait s’empêcher d'admirer intérieurement le travail de Napoleon. Ce dernier assemblait les poutres qu'il taillait lui même pour créer une sorte de cathédrale de bois pendant que lui même plaçait par-dessus les tuiles d'ardoises. Du vrai travail d'orfèvre. Quand l'envie lui prenait, le menuisier fabriquait une petite chaise ou un tabouret pour passer le temps. Après cette semaine des plus ardues, une magnifique maison se dressait sur la colline de la forêt de pins dans laquelle résidaient nos amis.

« C'est magnifique, tu as vraiment bien travaillé ! s'exclama notre pirate devant la construction fraîchement achevée.

- Tu pourrais apprendre à le faire tu sais. Kroko m'a dit que tu avais les diplômes de menuisier.

- C'est vrai, mais je n'ai jamais vraiment pratiqué cette art, j'ai obtenu le diplôme d'une manière disons...peu recommandable.

- Passe donc à mon magasin de Stendel à l'occasion. Je pourrais t'y apprendre les secrets de la menuiserie.

- Je n'y manquerais pas ! »

Napoleon prit alors congé. Dans son lit, cette nuit, Leonidias rêva de chaises, tabourets, caisses et tonneaux qu'il pourrait un jour fabriquer de ses mains.

 

Partie Deux : Apprentissage et Corporation

 

La cloche de Stendel sonnait 9 heure, l'heure d'ouverture de la boutique de Napoleon. Leonidias avait fait le voyage depuis sa maison en bateau, gratuitement comme d'habitude. Il avait dans sa poche les licences et diplômes que le contrebandier Virheit lui avait fournis quelques mois plus tôt. Cela ne lui avait jamais servi car il n'avait jamais réellement pratiqué le métier de menuisier. Entrant dans la boutique, une petite sonnerie annonça son arrivée. Napoleon apparu derrière le comptoir, invitant le pirate à venir dans son atelier. Empruntant un escalier de bois sculpté, ils arrivèrent dans un magnifique atelier : des scies, ciseaux à bois, marteaux, clous... Des meubles à moitié terminés baignaient dans des petits tas de copeaux de bois. Dans un des angles de la pièce se trouvait une caisse remplie à ras bord de vis qui trônait sur une table de chêne solidement bâtie.

« Voici mon espace de travail, commença l'artisan.

- C'est toi qui fait tout ça ?

- Bien sûr, je vais déjà t'apprendre les bases du métier, ensuite on enchainera sur le commerce. »

Napoleon mit plusieurs heures à enseigner à Leonidias les rudiments de base du métier. Ensuite, la théorie fit place aux travaux pratiques. Après une heure de rabotage, un tonneau de belle forme fit place au rondin de départ. Pendant plusieurs jours, les créations se multiplièrent : caisses, chaises, tabourets, tables... Quand enfin Napoleon jugea son élève prêt, il lui confia à lire le « Guide du Commerce », pour qu'il commence à s'instruire dans ce domaine. C'était un livre plutôt barbant, mais très instructif. Une fois fini, Leonidias passa une dernière épreuve :

« Il faut que tu t'occupes de ma boutique pendant cette semaine, j'ai à faire ailleurs et cela t'instruira grandement pour tenir ton futur commerce, lui annonça un matin Napoleon.

- D'accord, je devrais m'en sortir. »

Après un bref topo, Napoleon ferma la boutique et partit se coucher. Le pirate se rendit à l'auberge où il logeait, un peu anxieux. Napoleon n'était déjà plus là quand Leonidias arriva dans la boutique. Sur le comptoir, une liste des prix et des petite bricoles à faire permettrait à notre apprenti de se débrouiller. Ouvrant la boutique, le pirate commença à suivre les tâches de la liste. Il devait commencer par installer les présentoirs sur le trottoir, ensuite sculpter trois chaises et une table pour une commande. Il finissait à peine de poncer la deuxième chaise que le premier client arriva : un petite homme, sûrement un nain, qui venait acheter un tonneau. Observant les différents modèles, le nain finit par trouver son bonheur, un tonneau en pin d'excellente qualité que Leonidias avait créé lui-même lors de ses entrainements avec Napoleon. Il en tira d'ailleurs un bon prix malgré plusieurs tentatives de marchandage de la part du petit être. Les clients défilèrent, une petite grand-mère cherchant une table basse, un érudit pour une bibliothèque, un outilleur pour plusieurs caisses... Entre chacun de ces clients, Leonidias sculptait, ponçait, rabotait plusieurs créations pour s'entrainer, car Napoleon lui avait dit de se préparer pour le concours pour l'obtention d'une licence de commerce officielle. La semaine passa, les créations que le pirate créait dans l'atelier étaient très vite vendues et le chiffre d'affaire de la semaine était très élevé. Le propriétaire de la boutique serait content. Quand il rentra, Napoleon fut ravi du travail de Leonidias :

« Tu as de vraies dispositions à tenir un commerce, lui avait dit l'artisan, demain soir j'ai réservé la taverne pour que tu puisses faire connaissance avec mes amis de la corporation des menuisiers que j'ai appelé « Les Compagnons du Meuble ».

- J'en serais ravi ! répondit Leonidias. »

Le lendemain soir, dans une taverne autour d'une table bien arrosée, Napoleon présenta au pirate-samouraï ses confrère ; il y avait de futurs commerçants en apprentissage pour passer la licence comme Theau ou encore de tous jeunes commerçants comme TheNico. Mais la plus grande partie de l'assemblée était dominée par des vétérans du meuble. Un débat, lancé par Napoleon sur les prix, fit rage la plus grande partie de la soirée. Échauffé par la boisson, les menuisiers perdirent très vite le fil de leur débat. La soirée finit par un énorme toast en l'honneur de la corporation. Rentrant dans son auberge après cette soirée forte en émotions, Leonidias s'endormit d'un sommeil de plomb.

 

Partie Trois : Licence et Commerce

 

Le jour du concours approchait, Leonidias s'entrainait par un chaleur torride dans la cave de Napoleon pendant que ce dernier gérait le magasin. Chaises, meubles, tonneaux ; chaises, meubles, tonneaux... Il connaissait par coeur leur méthode de fabrication, mais en plus de la création, le pirate devait aussi relire chaque soir le guide du commerce pour être infaillible sur le questionnaire d'acceptation. Le jour-j arriva très vite. Leonidias partit tôt le matin pour se rendre à la scierie d'état qui se trouvait hors de la ville, emportant avec lui une caisse à outils qu'il avait achetée au fur et à mesure en ville. Il faisait frais dans la scierie, un inspecteur impérial inscrivait les candidats sur le registre. Leonidias reconnu Theau, qu'il avait croisé lors de la réunion à la taverne. Une fois tous les aspirants inscrits, l'inspecteur leur distribua le fameux questionnaire ! Plusieurs questions firent hésiter un moment le pirate-samouraï, mais quand il tendit sa copie pour la rendre, il était relativement content de lui. À cela s'ensuivi plusieurs tests pratiques comme la création d'un tonneau ou encore l'assemblage d'une chaise. À la fin de la journée, Leonidias était à bout de souffle, ses créations s'entassaient sur un mur. Il avait mis en pratique tout le savoir inculqué par Napoleon ! Fier de lui, Leonidias rentra voir son ami pour lui raconter les évènements de la journée. Les résultats seraient affichés sur la grande place le lendemain. Arrosant ses efforts par une bière fraîche, Leonidias déambula dans les rues de la ville jusqu'au petit matin. En effet, il ne trouvait pas le sommeil. Un coq poussa son cri à l'aube. Le pirate courut à toutes jambes vers le panneau. On pouvait y apercevoir un papier blanc tout juste accroché. Le coeur battant, le futur artisan lu. « Leonidias : Reçu » ! Il avait réussit ! Il se rendit directement au château pour régler les 500 PAs qu'il devait payer. En échange, la dame de la loge lui tendit un petit "C" de couleur verte à s'épingler sur la poitrine : la licence de commerçant ! Une fête fut donnée à la taverne par la corporation. Les nouveaux artisans commerçants furent accueillis avec des « Hourra » de joie. La journée ne fut que fêtes et boissons. Le lendemain, prenant congé, Leonidias alla dire au revoir à son ami Napoleon car il prenait le bateau de 11 heures et rentrait dans sa maison neuve.

Plusieurs jours s'écoulèrent, le pirate menait la belle vie dans sa belle maison quand un pigeon lui apporta un message de son confrère Napoleon. « Une parcelle commerçante s'est libérée dans la banlieue Sud de Stendel, tu pourrais y construire une échoppe, viens me trouver à ma boutique si le coeur t'en dis, signé Napoleon ». Génial, se dit Leonidias ! Je vais pouvoir utiliser cette licence et gagner des PAs légalement pour une fois. Heureusement que la capitaine du bateau ne lui faisait pas payer ses aller-retour car le pirate n'aurait plus un sous en poche sinon. Napoleon l'attendait dans son magasin comme d'habitude. Il le conduisit sur les lieux. En effet, une parcelle venait de se libérer dans la banlieue Sud de Stendel. Elle ne coûtait pas très chère, un prix parfait pour Leonidias qui se rendit de suite au bureau de la Cuboïd-Enterprise pour remplir le formulaire d'achat. Une fois la besogne faite, Leonidias retourna voir Leonard Chitekt pour qu'il lui trace les plans de son échoppe. Et comme toujours, ce bon vieux Leonard fit un travail formidable ! Une grande bâtisse, spacieuse, avec un étage et un grenier pour ranger ses marchandises, un grand rez-de-chaussée pour vendre ses marchandises et un jardin où l'artisan pourrait poncer et raboter à loisir. Ne perdant pas de temps, Leonidias envoya un pigeon demander à Kroko et Damien d'apporter le matériel dont il avait besoin par bateau. Aidé par Napoleon, il prépara le terrain en attendant l'arrivée de la cargaison. Une fois les ressources rassemblées, à eux quatre, la maison fut montée en un tour de main grâce au plan sans faille de Leonard. La première échoppe de Leonidias était magnifique, spacieuse et très chaleureuse ! Le menuisier ouvrait 5 jours sur 7, le week-end il le passait en compagnie de ses amis dans la forêt de pin où siégeaient leur maisons. Les premiers jours furent les plus durs car Leonidias avait besoin de trouver sa routine et se former un stock de produits relativement important. Le pirate avait besoin d'un fournisseur chez les forgerons pour des vis et des cerclages de fer. Il parcourait le quartier forgeron les heures où il s'accordait une pause. Très vite, un forgeron du nom de Veleton ce proposa pour le fournir régulièrement pour un prix très correct. Prenant une bière avec son nouveau partenaire, Leonidias appris que de ce dernier que les premier clients était les plus durent car ils souhaitaient tester le potentiel de l'artisan en se montrant intraitable sur la qualité de la marchandise commandée. Leonidias pu commencer à se créer son stock. Mais les premiers clients furent assez strictes dans leur commandes comme l'avait avertit Veleton, voulant tester la qualité du produit et la rapidité de travail du nouvel artisan, ils ne laissèrent rien passer. Mais le travail de Leonidias était presque parfait. Son maitre l'avait tellement bien formé que très peu des premiers clients eurent à se plaindre. Après ces premiers énergumènes, les clients arrivèrent très vite grâce au bouche à oreille. L'affaire de l'artisan tournait parfaitement bien, son chiffre d'affaire était plus que correct après un premier mois de travail. La corporation organisait régulièrement des petites sauteries auquel il participait. il participa aussi à des marchés organisés aux quatre coins du monde connu ! Le charisme dont il faisait preuve lui apportait de nombreuses ventes lors de ces événements mensuels.

Une routine s'installa : en début de matinée, les clients était rare donc l'artisan travaillait dans son atelier à la création de nouvelles merveilles. Puis vers 11 heure, les premiers clients arrivaient, pour la plupart des habitants locaux qui cherchait à faire réparer une chaise ou une table. A midi, le magasin fermait jusqu'a 2 heure de l'après midi. Ce qui laissait amplement le temps à Leonidias de manger et de se reposer. Le début d'après midi était, à l'instar du début de matinée, extrêmement tranquille. Les clients qui venait dans l'après midi était surtout des touristes en passage dans la banlieue Sud de Stendel qui cherchait des produit du terroir. Parfois ils repartait avec un petit tabouret ou une autre bricole. La boutique fermait à 7 heures et le menuisier se couchait assez tôt pour profiter pleinement de sa prochaine journée de travaille. Le dimanche et le lundi, Leonidias rentrait dans sa maison de campagne retrouvée Kroko et Damien.

La routine trouvée, Leonidias commença à réfléchir pour créer de nouvelles échoppe partout dans le monde, mais ça, c'est une autre histoire...

 

Voilà pour ma candidature commerçante, bravo de l'avoir lu en entier (ou pas d'ailleurs).

Merci au "Compagnons du Meuble" pour m'avoir accepté dans la corporation, en particulier à Napoleon59w.

Ensuite merci énormément à Stricorteur pour la bannière de la candidature !

Et enfin merci à pcote pour la correction de mon RP :D

 

On ne remerciera jamais assez le staff de Minefield ! Alors encore merci (fayot ! :geek: )

 

Sur ce, bon jeu à tous !

Cordialement,

leonidias74, Artisan Menuisier et Pirate-Samouraï.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Connaissant Leonidas depuis un petit moment maintenant, il fait parti des quelques citoyens actifs qui souhaitent développer son projet. de par ce fait ce rang lui permettrait de passer à la vitesse supérieure si celui-ci arrive à mener son projet au stade de lancement.

Les menuisiers étant pas mal demandé, il est important d'accorder de l'importance aux personnes actives, et celui-ci en fait parti. Je vous invite donc à accepter sa requête afin que celui-ci puisse évoluer au sein du serveur.

 

En espérant Leonidas que ta demande sera acceptée, rang qui ne pourra que t'aider dans tes futurs démarches.

 

 

Amicalement,

Napoleon59w

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Je connais leonidias depuis qu'il m'a proposé un partenariat basé sur le craft de vis et de cerclages de fer, pour son échoppe. J'ai ensuite eu l'occasion de faire plus ample connaissance avec lui à Thelos, notamment sur Mumble.

Certes, il y a beaucoup de menuisiers sur Minefield, mais j'ai appris récemment qu'il comptait lancer un projet (projet qu'il a d'ailleurs posté dans les lancements de chantiers) et, quelle que soit la spécialité choisie, un dirigeant de projet commerçant, ça ne rapporte que du bon pour le financement du dit projet. De plus, ce projet semble vraiment ambitieux, ce qui justifie que leonidias aura besoin d'une licence pour y faire rentrer des PA.

Leonidias est impliqué sur le serveur, sympathique et serviable ; d'excellents atouts pour devenir commerçant !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à tous,

 

Je viens plussoyer Leonidias pour l'obtention de sa licence commerçante, c'est en effet un excellent joueur qui - hallelujah - m'a bien aidé sur Torcuba, tout en me supportant sur mumble. C'est un joueur motivé et efficace, et je n'ai aucun doute sur le fait qu'il fera un excellent commerçant :) Un gros PLUSSAIN, et bonne chance à toi Leo :)

 

Puisse la truite sacrée te montrer le chemin vers la liberté et le nutella.

 

-Marieb :porkgrilled:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou!

 

Je souhaite soutenir Leonidias dans sa démarche pour devenir menuisier! C'est un joueur prêt a rendre service, et souvent présent sur mumble avec moi, ce qui est très agréable.

Je pense en toute sincérité que se sera un bon commerçant, digne de porter ce statuts. Qui pourra aider d'autant plus les habitants de Minefield.

 

Bref, +1!

 

Bon jeu! et @++

Share this post


Link to post
Share on other sites

salut a tous, je viens soutenir la candidature de Léonidas (je sais pas ci c'est possible en temps que paysan..), car depuis mon arrivé

sur le serveur il m'a beaucoup soutenu, accompagné, m'a expliqué et m'a aidé a m'intégrer sur minefield...

c'est une personne sérieuse , aimable prés a tout pour arrivé a ses fins donc +1

+1 pour sa candidature car il est très actif sur minefield, +1 car il a un projet bien établi et (a mon gout) s'intégrant tout a fait

dans l’univers de se serveur , et +1 car il fera un excellent commerçant.

 

bonne chance a toi <3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je post un petit message de soutien à mon ami leonidias74 pour ça candidature commerçante ! C'est un exelent ami, IG comme IRL, qui m'a fait découvrir Minefield et avec qui je développe le projet de Middenheim. Son grade lui sera fort utile pour le développement de son projet (dure d'être un maire d'une ville commerçante sans être commerçant...). Il sera bien gérer son échoppe car c'est un joueur ordonnée qui c'est s'organiser ! Je lui souhaite en tout cas bonne chance pour son grade !

kroko74 :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut ! :)

 

Je soutiens la demande commerçante de Leonidas, c'est une personne agréable et mature qui a bien aidé la communauté Torcubaine à New-Providence. Et je pense qu'il mérite de pouvoir aider encore plus les projets qu'ils soutient en ramenant quelques $$$ :D

Il a de plus une demande de projet en cours, montrant sa détermination et son implication dans la vie de Minefield, et je suis persuadé que cette demande est liée à la futur nécessitée créer par ce gros chantier :)

 

Au revoir et bonne chance ;P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir

 

Je viens aujourd'hui vers vous pour soutenir leonodias. J'ai rencontré ce joueur il n'y a pas très longtemps alors que je cherchais un menuisier. Il s'est proposé bien gentiment pour venir me faire des crafts a Nimps.

Donc comme j'ai besoin d'un menuisier pour mon château....
Pour ces raisons et du fait qu'il a remercié la communauté de kherinops.

Je soutiens à 100 % leonidias dans sa demande de commerçant .

Nebulus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Bien que le nombre de plussoiements soit tout juste suffisant, j'ai le plaisir d'accepter ta candidature, félicitations !

Afin de valider ton nouveau statut, je te demanderai d'effectuer le paiement des 500 pa au serveur, puis de m'envoyer un mp une fois que ça sera fait afin que je t'ajoute ta licence.

À bientôt,

Yann. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...