Jump to content
Sign in to follow this  
Dicsi

Blartovia, l'empire champignon.

Recommended Posts

235269TitrePrsentation.png

 

 

 

 

Introduction.

 

 

Blartovia est un endroit rempli de secrets. Celui-ci faisant partie du triangle des Sedumrebs personne n'ose vraiment l'approcher. Personne sauf Dicsi qui, dans une folie peu commune, décida de prendre le large afin de piller les secrets du monde champignon. Armé de ses connaissances et de quelques marins, il va tout faire pour mettre la main sur le Latsyrck aussi appelée pierre de Vie.

 

 

 

Informations.

 

 

Dirigeant du projet: MonsieurDicsi

Type de projet: Décoratif

Régime politique RP : Dictature

 

 

 

Emplacement.

 

 

 

906642Carteblartovia.png

 

 

 

Role-Play.

 

• Rappel:

 

Juste avant de demander sa conjointe en mariage, Dicsi fut téléporté dans un monde inconnu. Un monde dans lequel son esprit devint instable à un point tel qu'il était souvent victime de sautes d'humeur fréquentes ainsi que d'évanouissements. Un jour, un homme le recueilli, il s'appelait Eludyb et maitrisait l'art de la joaillerie comme personne. Il avait d'ailleurs appris son art à Dicsi car, grâce à la joaillerie, celui-ci se sentait plus relaxé. Ayant bien observé cela, Eludyb en conclut que les joyaux permettait à son protégé de rester calme et serein. Lorsqu'il avait retrouvé Dicsi dans la forêt, il portait un casque en forme de Dé, comme si quelqu'un s'amusait de lui et l'utilisait comme un vulgaire pion. Eludyb décida alors d'utiliser ce casque et d'y dissimuler quelques rares joyaux afin que Dicsi reste conscient de ses actes. Un peu plus tard, les deux compères partirent en voyage. Cette fois, ils savaient de source sûre où se trouvait Julie, la compagne de notre héros. Sur le chemin, Eludyb se fit tuer sous les yeux de son apprenti. La rage prenant alors le dessus, Dicsi se dirigea à l'endroit indiqué en sentant une énorme puissance monter en lui.


• Role-Play:

Dicsi se réveilla, il n'avait aucun souvenir de ce qu'il s'était passé au château. Il chercha Julie et cria son nom mais personne ne répondit. Il décida alors de se lever afin de comprendre où il était. Il n'y avait qu'une bougie pour s'éclairer, mais il pouvait assez bien distinguer qu'il était dans une cave. Il chercha après un escalier ou une échelle qui lui permettrait de remonter à la surface, mais il ne trouva rien de tout cela. Il était perdu, encore une fois. Cependant, lorsqu'il se dirigea vers le lit pour se recoucher, il découvrit une note:

J'espère avoir fait le bon choix en te ramenant chez toi.

Dicsi ne comprenait pas, il n'avait pas de chez lui, mais cela l'avait motivé à chercher la sortie. Il regarda dans chaque recoin: sous le lit, dans les étagères, en dessous de l'armoire, rien. Puis une idée lui vint en tête. Il rapprocha le papier de la bougie et, tout à coup, quelque chose se mit à apparaitre.

Comme il t’a été enseigné, la lumière te guidera toujours vers la sortie. Mais attention, la sortie n'est pas toujours faite de lumière.

Dicsi écarquilla les yeux. Pour lui, il n'y avait qu'un homme pour écrire ces mots, Eludyb. Mais comment pouvait-il lui avoir écrit ce message ? Etait-il vivant ? Une fois encore, Dicsi était noyé sous les questions, mais il devait savoir. Il reparti à la recherche d'un interrupteur tout en se souvenant de la note. Soudain, le déclic, il avait compris. Il se dirigea vers le coin le plus sombre possible de la pièce. Même si ce choix était un peu désespéré, il ne fut pas inutile pour autant. En effet, juste derrière la bibliothèque se trouvait un levier. Le joaillier l'activa et quelques instants plus tard, un chemin débouchant sur une source lumineuse s'ouvrit juste à coté de lui. Dicsi se rappela alors que son ancien maitre était un grand adepte de la fameuse poudre d'énergie, la Redstone.
Sans hésitation, il pénétra dans le tunnel. Plus il avançait et plus la lumière se faisait importante. Il finit par arriver dans une petite salle qui ressemblait fortement à un atelier secret. Elle n'était que très peu décorée, mais était remplie de vieux livres et de fioles en tout genre. Il n'y avait aucun doute, cette salle servait de laboratoire. Cela ne surprenait pas Dicsi car Eludyb était bien du genre à se construire un endroit tranquille pour travailler sur des choses qui ne regardent que lui. D'ailleurs, notre héros aurait fait de même s'il en avait eu l'occasion. Il n'y avait pas grand chose d'étonnant dans cette salle, mais quelque chose semblait perturber le joaillier. Une sensation inconnue s'emparait tout doucement de son être. Etrangement, il était attiré par l'un des tiroirs du bureau à coté de lui. Il contenait une pierre d'une beauté incomparable. Elle était toute petite et brillait d'une magnifique teinte bleutée. Juste à coté d'elle, était posé un vieux livre nommé "Sitinalta". Dicsi l'ouvrit et découvrit une nouvelle note sur la première page.

J'espérais que tu trouves ce livre, Dicsi.

Toujours persuadé que l'auteur des notes ne pouvait être qu'Eludyb, notre héros commença la lecture du mystérieux livre. Cela parlait d'un très vieux peuple, aujourd'hui disparu, les Snaltas. Ce peuple avait développé des technologies que personne n'oserait imaginer aujourd'hui, comme des véhicules volants, un système très élaboré de téléportation ou encore un énorme dispositif de défense. D'après ce qu'avait compris Dicsi, toutes ces technologies venaient d'une seule et même source d'énergie: le Latsyrck, aussi appelé la pierre de Vie.
Cette pierre, qui était vraisemblablement celle que le joaillier tenait en main, avait permis le développement du peuple Snalta. Cependant, quelques êtres mals intentionnés avaient vu en cette pierre la notion de pouvoir. Ils avaient, eux-même, retrouvé de vieux récits promettant l'immortalité à celui qui dominerait le Latsyrck. De cette croyance, débuta une guerre entre ceux qui désiraient le pouvoirs et ceux qui en comprenaient les graves inconvénients.
Les dégâts de cette guerre fut tels qu'ils détruisirent la cité des Snatlas, Sitinalta. Le peu de survivants restant parvinrent à s'échapper par l'un des nombreux portails créés par les anciens, détruisant le plus de Latsyrck possible pendant leur voyage afin qu'un tel événement n'ai plus jamais lieu.

Dicsi était fasciné qu'un tel peuple ait pu exister et avait particulièrement apprécié un des passages du récit. Il s'agissait bien sûr de celui parlant des portails de Sitinalta. Il voyait en ces portails, un moyen de sortir de ce monde qui ne voulait pas de lui. Il y avait encore une lueur d'espoir pour lui et après tout ce qu'il avait traversé il savait qu'il était capable de retrouver ne serait-ce que les restes de la cité. Il passa des mois à inspecter chaque page, chaque plan, chaque phrase et chaque mot du livre pour finalement trouver l'emplacement le plus plausible de Sitinalta.
Dicsi était heureux, mais il se sentait changer petit à petit. Comme si quelque chose tournait de moins en moins bien chez lui. "Ce n'est pas grave", se disait-il. Pour lui, la priorité n'allait pas directement à sa santé, mais surtout à la cité perdue.

Lorsque toutes les informations furent récoltées, Dicsi s'empressa d'organiser une expédition. Il rassembla les meilleurs marins et chercheurs grâce à l'argent qu'il avait récolté dans ses nombreux magasins, aujourd'hui à l'abandon, et monta son équipage. La plupart des marins étaient de bons amis du joailliers, mais ceux-ci trouvaient qu'il était devenu étrange. Il passait tout le clair de son temps dans sa cabine à plancher sur son livre et tous les soirs une étrange lueur bleutée jaillissait de sous sa porte.
Un jour, une énorme tempête éclata. Les hommes criaient qu'il n'avaient jamais vu ça et que cette tempête serait la dernière chose qu'ils verraient en ce bas monde. Dicsi, lui, savait que cela arriverait. Il resta debout, le sourire aux lèvres et cria à ses hommes:

- Messieurs, bienvenue dans le mythique triangle de Sedumreb !

Tout le monde se retourna vers lui, le visage rempli de peur. Etait-il devenu fou ? Pourquoi ne pas les avoir prévenu de cela ? Est-il, au moins, conscient que cet endroit était réputé pour tous les naufrages qu'il avait causé ? Soudain, Dicsi leva le bras et ouvrit sa main. En un cri, une lueur bleue engloba le navire et dans une explosion de lumière, la tempête s'arrêta. Le joaillier s'écroula de fatigue et s'évanouit sans prévenir.

- Où suis-je ?
- Encore une fois, tu es perdu..
- Qui êtes vous ?
- Allons, Dicsi, ne comprends-tu vraiment pas ce qui est en train de se passer ?
- Répondez, vous ne savez pas de quoi je suis capable !
- Oh, détrompe-toi. Je sais exactement de quoi tu es capable et je le sais même mieux que toi.
- Que.. Que voulez vous dire ?
- Ce que je veux dire c'est que j'ai toujours été auprès de toi. Dans chacune de tes aventures, je ne t'ai jamais quitté.
- Je ne comprends plus rien de ce qu'il se passe..
- Je t'expliquerai plus tard. Là, il faut de tu te réveilles.
- Attendez !


Dicsi ouvrit les yeux. Il avait la tête qui tournait et sa vision était trouble. Lorsqu'il reprit ses esprits, il remarqua que tout le monde allait bien. Il ne comprenait pas ce qu'il s'était passé ni pourquoi il avait agi de la sorte envers son équipage qui le regardait désormais d'un drôle d'air. Soudain un homme appela le capitaine à regarder à tribord en s'exclamant:

- Nous l'avons trouvé, l'île perdue !

Il n'y avait pas de doute, c'était bien l'île qu'il recherchaient. La désolation qu'elle dégageait ne pouvait venir d'autre part que d'une féroce guerre de pouvoir. Mis à part des champignons et de la pourriture, rien ne semblait vivre sur ces terres et il n'y avait aucune trace de portail. Afin d'essayer de se faire pardonner de son précédent geste, Dicsi déclara:

- Messieurs, en hommage à mon équipage, je me permets de renommer ces terres oubliées Blartovia, comme le navire qui nous à conduit ici !

Il ne fallut pas longtemps avant que des installations commencent à être construites. Si le portail n'était pas à la surface, c'est qu'il devait être enfuit quelque part dans le sol. Cependant, Dicsi restait prudent lorsqu'il creusait dans l'hypothèse qu'il y ait toujours de la vie sur cette île, bien que cela l'aurait fortement étonné.
Un soir, alors que le joaillier était pris de forts maux de tête, la voix revint à lui.

- Alors, Dicsi, les travaux avancent ?
- Encore vous, mais qui êtes vous à la fin ?
- Tu n'as donc toujours pas compris, je vais essayer d'être plus direct avec toi. Je suis celui qui a combattu le mal qui a tué Eludyb, je suis celui qui t'as guidé jusqu'au livre et, finalement, je suis celui qui t'a fait survivre à la tempête.
- Ce n'est pas possible, vous n'êtes quand même pas..
- Hé si, Dicsi, je suis toi, tu es moi et ensemble, nous allons accomplir de grandes choses.
- Que veux-tu dire par là ?!
- Tout simplement que je vais faire de ce monde notre empire et que grâce à ce magnifique joyaux, nous serons l'homme le plus respecté de n'importe quel monde.
- Je ne veux pas de cela et je n'en ai jamais voulu !
- Es-tu sûr de ce que tu avances ?
- Bien sûr que je le suis, je suis le maitre de ce corps !
- Petite correction, tu étais le maitre de ce corps.
- Que veux-tu dire par là ?
- Eludyb avait bien compris comment nous fonctionnons. Il avait même réussi à baisser mon pouvoir avec ses vulgaires joyaux ! Mais… prendre le Latsyrck avec toi fut ta plus grande erreur car c'est elle qui accroit mon pouvoir sur toi. D'ailleurs, aujourd'hui, je suis entièrement capable de prendre le contrôle de ce corps pendant que toi, tu resteras tranquillement dans mon esprit, sans pouvoir faire quoi que ce soit.
- Que fais-tu, arrête tout de suite !
- A bientôt, Dicsi.


Depuis lors, le but du projet "Blartovia" changea du tout au tout. Dicsi se mit à exploiter tout l'équipage présent sur l'ile en construisant d'énormes machines car il était plus que certain qu'il restait du Latsryck sur ces terres. Dans sa grande folie, il fit également construire un énorme palais en champignon car sa médiocre maison lui déplaisait au plus au point. En résumé, Blartovia était devenue une énorme exploitation dans laquelle l'acier grinçait, les moteurs tournaient et surtout, dans laquelle un fou vivait.

Cependant, dans le silence le plus total, en dessous de tous ces cris et bruits de fouets, vivait un peuple pacifique. Des petits hommes champignons à qui on avait autrefois légué une mission dans laquelle ils donnaient coeur et âme. Ipmahck, le vieux sage du village se rappelait encore de cette phrase qu'un Snalta lui avait dit:

- Un jour, dans de très nombreuses années, un homme viendra ternir ces terres par soif de pouvoir. Laissez-le faire mais cachez le portail car, lorsqu'il sera lui, il nous sauvera.

 

 

 

 

 

309px-Mushroom_men_sage_3.jpg

 

Blartovia ne recrute pas.
Ce post n'a pour but que d'informer des avancements du projet :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...