Jump to content
CielNoir

A Traverne'Ciel : La taverne aux multiples glaces qui vous feront monter au 7ème ciel !


Recommended Posts

Révélation

Double post Légit

 

Cela faisait quelque jour que j'étais rentré d'un lointain voyage, mais il fallait que je rentre, car aujourd'hui est un jour important. Cela faisait un an que la Traverne existait. Et pour fêter ça j'avais prévue une petite fête, un gâteau glacé. J'avais pour l'occasion décoré la glacerie avec des décorations classiques d’anniversaires pour lui donner un atmosphère festives. Mais peut être le narrateur avait préparé plus imposant ?

 

Narrateur : Il était rentré, enfin, tout ceci pour l’anniversaire de ce lieux. Il avait préparé enlèvement avec intérêt et y avait mis son énergie. Même si le Narrateur aurait pu lui éviter de s'user en réalisant la fête d'un claquement de doigt, il avait adoré le regarder s'affairer pendant une semaine. Maintenant le Narrateur et Ciel attendait tranquillement que quelque chose se passe.

 

Révélation

HRP : j'aurai aimé faire un petit evenement avec concours, visites, et plusieurs autres trucs sur le projet, mais vu qu'il est encore pas mal en travaux ^^! surement l'an prochain.

Allez allez, ca fait quand même un an ^^.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouhlà!!

Une crise d'AFK massive m'avait tenue sous son emprise durant bien trop longtemps, la magie de ce lieu à l'occasion de son premier anniversaire me tira de mon sommeil d'un seul coup alors que mes membres se remettaient douloureusement à fonctionner...

 

-Une année complète?  Dis-je à haute voix, ça se fête!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je senti comme une masse tomber sur mon museau et me réveilla en sursautant. Un lampion bleu s’était décroché de la poutre de soutien qui se trouvait au plafond et écrasé contre ma tête. Toujours dans la surprise, je mis en lambeaux cette lampe en papier avec mes griffes me relevai et relâchai un petit grognement.

- Gné… ? Un gnagniversaire… ? Où ça ? Gne ne vois rien…

Ma tête commença à me gratter. J’y glissai ma patte avant droit et elle se prit dans quelque chose de bizarre. Je tirai et un petit cône multicolore tomba devant moi. Le « gnagniversaire » devait être passé par ici…

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'était calme, très calme. Le temps s'écoulait désormais de manière extrêmement linéaire. Le temps ou les incidents étaient courant dans ma propriété était visiblement résolu. On avait fait une fête relativement sobre, loin de l'accoutumé exubérance de l’endroit. Cela ne me dérangeait pas outre mesure, mais le Narrateur commençait à s'ennuyer et à réfléchir à partir en voyage dans ses contrés. Nous attendions tous d'un autre coté la potentiel réponse d'une demande de licence officiel de commerce pour nos exportation hors mes terres, et une bouteille de champagne était toujours gardé au frais dans un saut sur le comptoir au cas  ou la réponse arriverait un jour...

 

Narrateur : Le temps se faisait long selon le Narrateur, l'histoire stagnait et il songeait à changer pour un temps de récit pour retourner de par chez lui. Il passait son temps, en attendant son choix, à faire l'accoutumé nettoyage intensif de tout ce qui traînait, le plateau d'argent finit par être tellement propre et polis qu'on pouvait voir son reflet dedans jusqu'à l'infini horizon. Mais le Narrateur continuait quand même à le lustrer, et le plateau se mit donc à essayer de fuir son nettoyage dès qu'il voyait un signe avant coureur de l'envie compulsive de tuer l'ennuie du son maître le Narrateur ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me réveillai de mon long sommeil. Toute la pièce était plongée dans le noir sauf autour de mon nid où une bougie éclairait faiblement le sol et les murs du bâtiment. Je laissai échapper un petit couinement… pas de réponse. Je me levais, étirai mes pattes ankylosées, pris la coupelle où se trouvait la bougie et décidai d’explorer la taverne à la recherche d’une personne consciente. Pendant ma recherche, je trouvai un grand pot d’un litre de glace de ma saveur préférée et une feuille dessus. Elle disait « Dragon, commande en attente (Sommeil) ». Enfin un peu de réconfort dans cet endroit vide et sombre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'étais la nuit, le Narrateur et moi étions dans les cuisines, en train de jouer aux cartes éclairer par une petite bougie dont la flamme vacillé quand un vague petit bruit se fit entendre au loin, dans la salle principale. "Il reste qui de présent ?" demandais-je au narrateur, "Le dragon dans son panier, et deux ou trois personne qui doivent se trouver sous 2 mètres de neiges en train de dormir". Je pris une seconde pour réfléchir avant d'ajouter "Ne faudrait-il pas les décongeler et les renvoyer chez eux ?" et le Narrateur fit simplement non de la tête. La flamme de la bougie vacilla de plus en plus avant de tout simplement s'éteindre. "Les Plombs ont sauté si j'ose dire" dit le Narrateur. Il faudrait sûrement descendre à la cave pour remettre la lumière...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sortis de la cuisine avec un cloche en argent et je tapa dessus pour réveiller tout le monde : "Debout tout le monde ! allez allez ! on se réveille !" Certain se levèrent aussitôt, ce demandant un instant ou ils se trouvaient, et d'autre que je dus en parti dégagé de sous la neige. Il restait au final plus de monde que je ne l’espérais, mais je n'étais pas en mesure de savoir si c'était encore une bonne ou une mauvaise chose. "Nous devons descendre au sous sol, s'il vous faut quelque chose demandait à l'autre là ... " Dis-je en pointant le narrateur qui s'était perché sur le comptoir. Je tourna les talons pour monter dans mon bureaux chercher quelque affaire avant de redescendre ; je ne prenais que ma lanterne de chemin et ma ceinture de combat et tout ce qu'elle comprenait, dagues, fleuret et tout un nombre de matériel rangé dans diverse poches. Je m’engouffrais dans l'arrière cuisine, me vêtis de mon pardessus précédemment accroché à un clou sur le mur pour enfin me placer sur le monte charge. J'attendais encore un instant ... "Ce n'est que la cave ... j'en reviendrais"

 

Révélation

HRP : Messieurs Dames Bonsoir ! Avis à ceux qui verront ceci et qui serait intéressé, je lance un nouvel Event ! Que ceux qui sont interressé par un environement sombre ... un peu flippant ... et cherchant l'aventure (pas la richesse, on va pas dans un temple inca) viennent me rejoindre sur le monte charge dans l'arrière cuisine !

Ce sera la seul annonce à ce sujet.

 

P.S : En me rejoignant sur le monte charge vous vous engager pour l'aventure et ainsi tout cas de morts, démembrement ou tout autre attaque à votre santé mental ou physique ne pourrait être accordé en tort possible à la Traverne'Ciel, CF : le service juridique.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un doux son de cloche parvint à mes oreilles. L’instant d’après, j’ouvris les yeux… tout était blanc autour de moi et quelque chose au-dessus de moi semblait me plaquer contre mon nid de paille… c’était froid... Je me débattis de toutes mes forces, enfin, de toute la force que j’avais à mon réveil. Après un combat de quelques secondes contre la masse blanche qui me recouvrait, je vis enfin la lumière extérieure. Avec mes pattes de devant, je réussis à faire un trou assez large pour y passer ma tête, ce que je fis. Je me trouvais encore dans la taverne de la dernière fois. A la sortie de ma tête, plusieurs personnes ricanèrent dans la salle… ou plutôt je perçus comme des ricanements d’humain. La sombre pièce était toujours éclairée par de petites bougies qui ne semblaient pas fondre avec la chaleur de leurs flammèches…  En regardant mon corps, je compris que la masse blanche était en fait de la neige… on m’avait recouvert de neige… sûrement par pur sécurité pour ne pas que ma chaleur corporelle ne fasse fondre les glaces des autres clients. Je poussai sur mes pattes arrière et tombai hors du nid, la tête la première contre le sol froid de la taverne. Il me fallut bien trente bonnes secondes pour reprendre mes esprits et m’asseoir par terre. Du regard, je fis le tour de la pièce, quand une petite surprise attira mon attention. Un pot de glace de ma saveur préférée se trouvait près de moi, juste à côté de quelques cookies. Quel magnifique repas après un sommeil m’ayant semblé si long...

 

Pendant que je m’empiffrais de glace, un étrange personnage fit une annonce puis se dirigea vers des escaliers et disparut. Les seuls mots que j’avais réussi à comprendre furent « rejoindre » et « arrière-cuisine ». Je me rendis compte que la personne était en fait le gérant de la taverne. Finissant ma glace, je mis les quelques cookies restant dans ma sacoche et ouvris la porte de la cuisine. Il était là, sur une planche de bois suspendu dans l’air par des chaines. Je murmurai dans sa tête comme quoi je venais, même si je n’avais pas trop compris le but d’être sur une planche de bois en suspension. Je le rejoignis alors, m’assis à côté de lui, sortant un cookie de ma sacoche, et lui proposai un cookie.

 

Révélation

HRP: Cool, enfin du nouveau dans ta "Traverne" ciel ^^ Cela tombe pile au moment où je voulais faire du RP autre que l'histoire de mon petit dragon et je commençais à m'ennuyer un peu sur mon ordi... :)

 

Edited by EnderDragonneau

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Dragon venait de me rejoindre sur l’élévateur, il me proposait un cookie que je refusais poliment lui demandant de me le reproposer quand nous remonterons. J'étais taciturne, on était déjà descendu en bas ... au plus profond ... on avait vite du rebrousser chemin ... Le Narrateur n'avait pas voulu me dire ce qu'il s'était passé ... on avait rien pu voir ... aucune lumière ... ce ne fut pas toujours comme ça ... tout çà semblait avoir empiré depuis un incident il y a plusieurs mois ... Et maintenant les ténèbres s'étendait de plus en plus à la surface. Le Narrateur ne voulait pas lever le petit doigt. Donc nous en étions là, littéralement au bord du gouffre. Je ne pensais pas y allez accompagnez ... ça finirait sûrement en boucherie, mais quitte à y aller, j’espérais qu'on irait à plus que deux. Nous étions là, j'activais le système de contrôle de la plateforme et nous descendions ...

 

Les étages passaient les uns après les autres, on passait devant les étages de services, dont un accès à l'étage du théâtre toujours en travaux. Il n'y avait que les quelques employés qui descendaient ici, zone privé ... Certains étages passaient que personne n'aurait jamais du voir ... "tout ce que tu as vu sur ces étages ne devra pas remonter à la surface." J’espérais qu'il comprendrait ... mais même si les plus sensibles étaient protégé par magie et subterfuges, il se pourrait que le dragon voit au delà. Après de longues minutes nous arrivâmes enfin au dernier sous-sol ... encore plus sombre et lugubre que la dernière fois. J'avais sceller le danger mais la barrière que j'avais apposé sur la zone se fissurait ce qui laissait glissé le mal au dehors. Je regardais le dragon, lui expliquant tout ce que je savais en sortant du matériel : "On n'est sur de rien en ce qui concerne ce qui nous sépare de l'objectif, mais je sais d'autre chose. Derrière cette barrière, il n'y aura aucune lumière autre que celle que peuvent fournir ces torches" ... Je lui montré des torches en fer forgé, d’où jaillissais des flammes bleu et rouge ... "Et il y aura certainement des entité qui n'auront pour seul objectif que de nous ... faire disparaître. La dernière fois nous n'avions même pas pu les voir, elles sont rapides, intelligentes. Sois nous réussissons, sois nous mourrons, ne sors surtout pas de la lumière, si tu quittes la lumière, tu seras seul, et je ne pourrais rien pour toi, elles t'auront avant même que je puisse te retrouver" Je le fixais, espérant pour lui qu'il fuit ... Une fois qu'il eu répondu je brisais la barrière et avançais prudemment.

 

Révélation

HRP : Si vous voulez vous joindre à cette event vous pouvez toujours, avec une petite pirouette du style que vous nous avez appelez à l'arrache. Ca va être débile très vite ^^...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Assis sur la plateforme, je le regardais d'un regard interrogateur. J'avais reposé le cookie gentiment refusé dans ma sacoche. Il semblait hésiter... Il se posait sans cesse des questions sur un certain "incident" survenu quelques mois auparavant et sur un secret non partagé d'un certain "Narateur"… Ce n'était que mon interprétation de ce qu'évoquait son esprit. Il avait aussi peur pour moi... C'était presque s'il se maudissait d'avoir demandé d'être accompagné pour ce qui allait lui arriver... mais aussi pour le fait que j'étais le seul être à avoir été assez "fou", selon ses pensées, pour être monté avec lui sur la plateforme. Soudain, le bras tremblant de par la peur qui l'irradiait, il actionna une étrange machine. D'un coup d'un seul, la planche de bois sur laquelle nous étions se mit à trembler, puis à descendre de façon saccadée, nous rapprochant petit à petit de l'obscurité du fin fond du gouffre qui se trouvait sous nos pattes... plutôt... sous mes pattes et sous ses pieds. Les étages formants les sous-sols de la taverne défilaient lentement devant mes yeux. On pouvait parfois tomber nez à museau devant d'autres humains qui m'étaient totalement inconnus. Sans même me laisser le temps de lui poser une seul question sur leurs identités, il me prévit de garder le secret sur tout ce que j'avais vu sur ces étages en espérant que je comprenne ses propos. D'un hochement de tête, je confirmai ma compréhension de ses dits. Dans les dernières minutes qui suivirent, avant notre arrivée à destination, je fermai les yeux et me perdis dans les méandres de mon imagination... Quelque chose qui me faisait toujours un bien fou... 

 

Notre arrivée se fit annoncer par un bruit de craquement de bois. La grande planche en bois sur laquelle nous étions assis s'était posé sur le sol du dernier étage. L'obscurité n'était pas total... enfin, pour moi car son esprit semblait ne rien percevoir dans cette pénombre. Je pouvais bien distinguer une sorte de barrière en bois rongée par la moisissure dû à l'humidité de l'air ambiant. D'une voix faiblement étouffée par l'angoisse, il m'expliqua qu'il n'était en aucun cas sûre de ce qui pouvait nous arriver et que de puissants monstres nous attendaient de l'autre côté de la barrière qu'il avait, jadis, apposé afin de bloquer ce que l'on pouvait y trouver derrière. Tout en me proposant un bâton dur où, au bout, jaillissaient des flammes dont les couleurs n'étaient pas semblables à celles que je connaissais, il me fit un rapide récapitulatif des consigne de sécurité. Je refusa catégoriquement ce qu'il me donna. Je pouvais voir son ébahissement dans ses yeux. Devant lui, je pris ma sacoche, en sortis un petit bocal, remplit à l'avance, d'une mixture faite par mes soins, l'ouvris, laissai une petite partie de son contenu glisser sur mes pattes, puis le fermai et étalai le peu de pâte gélatineuse que j'avais, entre et sur les griffes de mes pattes avant. Cela fini, je rapprochai mes deux pattes, recouvertes d'une fine couche de la mixture, près de la flamme d'un des bâtons. Le feu se propagea, alors, sur les écailles badigeonnées par la préparation. Il ne s'attendait vraiment pas à cela car il avait  sursauté au moment même où mes griffes étaient rentrées en contact avec les flammes de son bâton... Je lui répondis mentalement que la mixture avait une durée de combustion de quelques heures. Puis, sans poser plus de questions, il retira la plaque en bois pourrie qui barrait le passage et pénétra dans la zone. L'obscurité était telle, que les flammes de son bâton et de mes griffes vacillèrent quelques instants, avant de reprendre leurs mouvements initiaux... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Stendel, tour des mages, je lis tranquillement un ouvrage sur la culture du houblons, quand je fus pris de vertige.

"Oh non ça ne va pas recommencer" FLOOSH !!! 

La tour des mage disparu soudainement, je fus aspiré par une faille spatio temporelle avant de me retrouver au dessus du vide dans une espèce de grotte lugubre. Je tombe comme une pierre et je cris "GASP, MADOUE", je m'écrase au sol.

Je reprend mes esprit petit a petit, je regarde autour de moi, d'un côté il y a les ténèbres, je senti quelque chose de menaçant .... maléfique, je me crispe, de l'autre côté j’aperçois deux forme humanoïde, enfin je crois ... ma vision est floue suite a cette chute.  Je me redresse péniblement, remet ma moustache a l'endroit m'avance vers les deux personnes pour leurs parler :

 

 

- Je suis Kbiniou29, je suis désolé pour le dérangement, cela m'arrive souvent, surtout quand j'ai le hoquet.

 

Les deux personnes se regardent d'un air de confusion.

 

- Cela parait irréel mais je suis atteint d'une espèce de maladie qui fait que je peut faire des sauts quantiques, je me déplace donc dans le temps et l'espace !! Mais je n'arrive pas a maîtriser ce pouvoir, je peux me faire téléporter aléatoirement partout dans le monde et a n'importe quelle époque et cela est plutôt embêtant.

 

Edited by Kbiniou29
Voila C'est fait désolé ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites
Révélation

HRP: Je pense qu'il est préférable que tu n'écrive pas les paroles de quelqu'un d'autres... histoire que cette personne te réponde vraiment de lui-même... (Par exemple, de mon point de vue et du point de vu de Ciel, je ne l'ai pas fait parler et il ne m'a pas fait parler... sauf quand j'ai repris ses propres paroles mais c'est autre chose ça.) Ce n'est qu'un détail mais je préfère que l'on n'écrive pas mes paroles (vu qu'en j'en ai pas... je communique autrement). :P

 

Edited by EnderDragonneau

Share this post


Link to post
Share on other sites

On avait l'habitude de voir des choses inattendu, mais rarement de voir des gens latéralement sortir de nulle part. Je l'inspectai comme j'inspectai le dragon qui flamboyait désormais légèrement, ça pourrait peut être le faire. "Ça vous arrive souvent ce genre de chose ? c'est tout le temps involontaire ou vous pouvez le faire à votre guise également ?" Je n'attendis même pas qu'il me réponde "En attendant que vous puissiez remonter vous porterez le matériel de camps" lui dis-je en lui lançant un lourd sac similaire à celui que je portais déjà, on avait de quoi durait une semaine, à voir si on consacrait tout à la quête, ou si on abandonnait pour fuir en milieu de parcours. On devrait être d'une immense prudence, la zone étant dangereuse de par plusieurs aspect. Elle était rempli de créature inconnu, et le temps d'abandon sur une zone de structure de ce type avait fragilisé la plupart des poutres et murs de soutiens si bien qu'un mouvement mal calculer pourrait très vite viré à un éboulement. Une petite promenade de santé en somme. On ne voyait pas à 2 mètre devant sois ... mais il fallait bien avancer et je fis le premier pas qui nous engouffrait dans les ténèbres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors que nous faisions les premiers pas dans l'obscure salle se trouvant devant nous, un son brut d'un mauvais atterrissage parvint à mes oreilles. Après un saut de frisson de la part du tavernier, nous nous retournâmes et aperçûmes un étrange personnage étendu sur le sol. Il tourna les yeux et nous regarda. A la vue de mes pattes enflammées, il se mit à paniquer, cria au désespoir et se recroquevilla sur lui-même, implorant une protection contre une, peut-être, attaque venant de moi. La si soudaine panique ayant fermé son esprit, je ne pouvais alors pas lui parler. Plusieurs longues minutes s'écoulèrent avant qu'il ne comprenne qu'il n'avait rien à craindre de moi, et qu'il se redresse sur ses deux pattes... enfin, ses deux pieds. La peur s'effaça de son visage tout comme la barrière qui entourait son esprit. Il dépoussiéra ses vêtements, et se présenta rapidement. Comme toute réponse, par la pensée, je le remerciai pour sa présence en ce sinistre lieu et me présentai par la même occasion. Surpris, il ne sût quoi répondre... Tout en me laissant seul dans mon coin, ils discutèrent de son problème de téléportations hasardeuses avant que le propriétaire de la taverne ne lui lance un sac presque identique au sien. Le sac devait être assez lourd car notre troisième protagoniste eu bien du mal à le prendre et à le mettre confortablement sur son dos. Puis le tavernier reprit son bâton de feu et entra dans la fameuse salle sombre. 

 

Nous avions tous fait notre premier pas dans la salle. Elle n'était pas si sombre pour mes yeux mais l'obscurité de la pièce n'était pas dût au manque de lumière... mais à une épaisse fumée noire et faiblement nauséabonde. Même avec nos flammes, nous nous suivions de très près afin de ne pas se perdre. Le tavernier, dirigeant du petit groupe que l'on était, se trouvait en tête de la file et je fermais la marche. Nos flammes commencèrent légèrement à diminuer en volume mais leurs régression se stoppa très vite en milieu de parcours. Je pouvais d'ores et déjà imaginer que le manque d'oxygène allait prochainement devenir un sérieux problème pour les deux humains que j'accompagnais. Pendant notre lente et courte traversée, le tavernier nous indiquait la marche à suivre afin de ne pas créer de désastres en mettant la patte sur une partie fragile du sol, dût à un ancien petit éboulement selon ses dits. Ils semblèrent sur leurs gardes mais je pouvais voir à travers leurs esprits qu'ils ne percevaient rien d'inquiétant. Hors, depuis le début de notre aventure dans cette mystérieuse salle, je pouvais entendre sans cesse des sons, peu inquiétants pour moi mais je leur avait caché ma découverte afin de ne pas déclencher une vague de panique chez eux. Mon ouïe très fine pouvait percevoir de faibles grincements, des bruit de légers mouvements dans la pénombres... mais aussi de respirations assez proches et de rires. Les bruits s'amplifièrent peu à peu avant de disparaître complètement juste avant que leurs esprits n'évoquent une perception de la présences de bruits douteux. La pièce entière devint alors calme... très calme... trop calme...

 

Révélation

HRP: pour information, parfois je ne fais que répéter les anciennes actions afin de les expliquer de mon point de vue, parfois je fais avancer le texte (Attendez vous à de longs passages de ma part pour la suite ^^) !

 

Edited by EnderDragonneau

Share this post


Link to post
Share on other sites

Narrateur : Il venait de les voir descendre ... après plus d'une dizaine de minutes, il vit qu'ils était en bas, mais bien peu nombreux. Le Narrateur s’assit à une table de la Traverne et déroula son jeu de tarot avant d'en tirer trois cartes : Mat, Pendu et Roue de la Fortune. Le Narrateur pris un sourire intéressée mais à la limite du carnassier. Des Rencontres, des inattendus, des changements, une possible réussite, la soumission ... et un flottement de mort.

 

Nous avions des Kilomètres de galeries à parcourir mais nous devions avancer doucement, si nous quittions le groupe et les porteurs de lumières on aurait beau essayer de se faire un fragment de lumière, la brume et les ténèbres nous en empêcheraient, sois pour nous laissez à l’errance infini et à la folie, sois pour ne plus jamais n'avoir un souffle de vie en quelque seconde. Un pas après l'autre, puis un autre et encore un autre, nous étions plus cerné qu'il ne pouvait le penser : je ne les voyais pas, il faisait trop noirs, je ne les sentais pas, il n'avait pas d'odeur, mais je les sentais par leurs vibrations et leurs très léger sons lugubres. On entendit tous alors, en tournant dans une nouvelle allée, un son plus audible que ceux des créatures du néant : Un être humanoïde se trouvait en travers du chemin, il nous faisait face, j’avançais un peu plus ma torche pour en savoir plus. Je l'avais déjà vu, c'était un mercenaire qui m'avait accompagné sur l'une des dernières expéditions, il avait disparu durant une "nuit" de camps. "Tu nous as abandonné" disait-il, il n'avais plus rien d'humain, son visage était déchiré par de multiple lacération, mais il restait toujours l'un des hommes les plus colossales, pour un humain, que je n'avais jamais vu. "Tu nous as laissé tombé !" il sanglotait, mais il n'avais plus d'yeux, il tenta alors de me donner un coup avec son marteau, je l'esquivais, mais vis très que j'aurai peut être du juste le parer : le marteau alla fendre un pilier sur ma droite ... et toutes la structure du plafond. J’eus à peine le temps d'asséner un coup de pied au coéquipier derrière moi pour le pousser hors de la zone de l'éboulement avant que tout de plafond s'écroule sur moi et mon adversaire. Après quelques minutes je sorti des décombres, impossibles de rejoindre mon groupe, le couloir était bloqué... il faudrait continuer seul, dans le noir, plus aux aguets que jamais.

 

Révélation

HRP : comme dans tous film d'horreur rien n'est une meilleurs idée que de se séparer. Chacun sa route et son choix de combat ^^. A vous de voir si vous etes aussi séparer l'un de l'autre ^^. on se retrouvera ... peut etre ^^.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je continuais de marcher, tout comme je le faisais depuis maintenant des semaines, des mois, que sais-je...

Mes vêtements neufs au jour de l'accident étaient maintenant déchirés, ma peau noire et couverte de plaies, et la seule pauvre épée que je tenais en ma possession avait cédé depuis déjà quelques temps. L'espoir de revoir un jour une forme de vie humaine m'étais passé par la tête, mais cette pensée s'était vite évaporée tant je perdais confiance.

Je me souviens...Mon SkyVodka, je me suis assoupi...la neige, qui recouvrait mon corps...Et puis plus rien, avant mon réveil dans ce couloir ravagé par la pénombre. Qui étais-je ? Comment étais-je arrivé là ? Je n'en avais pas la moindre idée, je continuais d'avancer sans savoir où.

 

En me faufilant dans une petite galerie creusée dans la roche, je débouchai sur un autre couloir identique à tous les autres...à un détail près. Une faible source de lumière, suivie par l'odeur de vêtements propres que je connaissais autrefois. Par des mouvements précipités, je cherchais une allumette dans ma sacoche en cuir, et la craquais pour attirer l'attention de l'humain devant moi. Les mains vers le ciel, je marchais lentement vers lui...Il me faisait maintenant face, je n'étais plus qu'à quelques mètres de ce qui me semblait être...le tavernier ?

Edited by Zairfly

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous avancions lentement dans la pénombre. Toujours aux aguets. Cette fois, je sus par son esprit que le tavernier commençait à ressentir des vibrations dans l’air et à entendre de petits bruits malsains. L’autre humain ne semblait pas se rendre compte de tout ce qui se cachait derrière cette épaisse fumée noire. J’aurai aimé lui dire à quel point il avait de la chance de ne pas connaitre ce que nous cachions le tavernier et moi… mais je m’étais retenu afin de ne pas déclencher de mauvaises réactions de sa part. Nous continuâmes alors à marcher comme un groupe de personnes perdues errant sans objectif.

 

Alors que nous tournions pour la Xème fois dans un croisement, nous entendîmes un bruit encore plus fort que tout ceux auparavant. Une silhouette humaine se trouvait devant nous. Le tavernier avança vers lui, le bâton de feu dans la main. Selon ses pensées, il le connaissait déjà… un ancien compagnon d’expédition de par mon interprétation. Mais il ne ressemblait plus à un humain ordinaire… Sa peau été déchiré de part et d’autre de son corps meurtri. L’homme se plaignait d’avoir été abandonné par notre guide puis il se mit à sangloter… mais le tavernier et moi avions bien vu qu’il n’avait plus ses yeux pour pleurer. Il leva alors son arme, qui était une grande masse, et tenta de frapper le tavernier… mais il rata son coup car son adversaire l’esquiva de justesse et l’énorme marteau fracassa un pilier de soutien. Toute la structure commença alors à se fissurer, avant de s’écrouler sur les trois humains qui étaient devant moi. Juste avant que les premières pierres ne touchent le sol, le tavernier envoya valser notre autre coéquipier, qui finit sa course contre le mur, à l’abris de la zone d’éboulement. En quelques secondes, sans avoir eu la possibilité de faire quelque chose pour arrêter cela, les deux adversaires étaient ensevelis sous un tas d’énormes pierres. Alors que je me rapprochai pour voler à son secours, j’entendis comme si des pierres se fissuraient encore une fois. Trop tard… je ne pus arriver à destination… le sol sous mes pattes avait cédé. Je tombai alors dans un gouffre encore plus sombre que la salle où nous nous trouvions avant…

 

Pendant ma chute, les flammes de mes pattes s’éteignirent avec le frottement de l’air… J’avais essayé de battre des ailes pour remonter mais en vain… je n’avais tout simplement pas appris à voler. Je me laissai alors tomber… sentant que ma fin était proche. A plusieurs reprises, je sentis mon corps percuter les parois du trou, me brisant les deux ailes. La douleur devenait insupportable… je ne pouvais pas survivre face à cela… C’était la fin de mon aventure. Une sensation que j’avais déjà connu auparavant parcourut tout mon corps… il me semblait tomber dans un vide infini. C’est alors que mon corps percuta le sol… avant que je tombe dans l’inconscience… Toute douleur avait disparu… je ne ressentais plus mon corps. Une douce odeur de fumée flottait dans l’air mais rien ne pouvait combler le vide que j’avais en moi… j’avais froid et j’étais seul… si seul...

 

Révélation

HRP: J'avais la suite de l'histoire mais il a fallut que j'oublie ce topic x) Merci Zayhr pour m'avoir rappelé que ce topic existait ^^

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans cette solitude et ce froid glacial, une petite douleur perturba ce calme cauchemardesque. Enfin quelque chose de nouveau… les lunes de ce monde étaient toujours horriblement monotones. Était-ce… était-ce bien mon corps que je ressentais ? Cela faisait bien longtemps que j’avais oublié son existence. La douleur devint plus forte que jamais… Je rugissais le fort possible pour ne plus y penser mais elle était trop forte. Ne pouvant rien faire, je dus accepter le supplice. Après tout… je n’avais pas assez souffert pour tout le mal que j’avais fait… Soudain, dans ce sombre paysage, j’aperçus une petite lumière… Cette vision fut accompagnée d’une faible chaleur. La lumière devenait de plus en plus éblouissante comme la température de mon corps devenait de plus en plus chaude. Arrivé à température agréable, tout signe de douleur disparut comme s’il n’avait jamais existé. Ce délicieux moment continua jusqu’à que mon corps eu assez d’énergie pour ne serait-ce qu’ouvrir un œil…

 

De ce que je me souvenais des propos de mon ancien maître, j’étais un peu nyctalope… je pouvais assez bien voir dans le noir. Je me sortis de suite cette idée de la tête… jamais je n’avais été esclave de quelqu’un… Personne ne devait connaitre mon sombre passé… tout ce que j’avais enduré durant tout ce temps… je ne voulais absolument pas que cela se sache. De toute façon, ici, personne ne pouvait douter de moi… il n’y avait que moi et moi seul ici. J’étais allongé dans une petite mare de sang. Ne voulant plus penser à tout cela, je décidai de me lever… La douleur était insupportable mais je me devais de savoir où j’étais. Ne pouvant pas me mettre debout pour le moment, je réussi néanmoins à m’asseoir. D'après les différents endroits où j’avais mal, je sus que mes ailes et ma patte avant gauche étaient cassés, la membrane de chacune de mes ailes était déchirée à plusieurs reprises et je m’étais cassé deux des griffes de mes pattes arrière. De ma patte avant valide, je pris ma sacoche qui était posée sur le sol. Je pris un cookie et en croquai un morceau. Je dus tout recracher… ils étaient infâmes… Combien de temps étais-je resté là ? Cela devait bien faire quelques lunes déjà. Je sortis un petit rouleau de cuir et l’enroulai soigneusement autour de ma patte cassée. Je couinai de douleur. Après cela, je me mis sur le ventre et commençais à ramper sur le sol pour attendre une des parois de l’endroit où j’étais. Après quelques passages douloureux, ma patte saine toucha un obstacle. Suite à une petite vérification, je sus que c’était bien un mur. Tout en m’appuyant contre celui-ci, je me relevai avec beaucoup de peine. Etant maintenant debout, je me mis comme projet de continuer mon chemin tout en longeant le mur pour être sûr d’avoir quelque chose où m’appuyer au cas où je tombais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ou étais-je ... le 36ème dessous aurait était la bonne réponse dans tous les cas. Je me relevais en examinant rapidement les alentours : Aucune abominations à l'horizon, même le spectre de l'aventurier avait disparu. Je ne devinais les formes qu'à ma connections avec la neiges m'environnant, me donnant une carte en 3 dimensions de la zone. J'étais seul d'amis, d'ennemis, et cela sur des kilomètres, c’était impensable, sur une autre expéditions j'aurai du être aspiré rien qu'en étant séparé du groupe un instant ... Mais rien, du tout. J’avançais d'un pas, toujours rien, aucun mouvement, le calme absolu. Aucune abominations ne pouvait rester immobiles au point d'être absente de ma détection. Je fis un petit oiseau de glace que j’envoyai d'un coté puis de l'autre, toujours que le silence et l'immobilité. Je commençais à avoir une perle de sueur qui glissait le long de ma nuque quand enfin je compris : la neige est au sol, pas au plafond. Je fis voleter plus haut mon oisillon de cristal : dans des failles dans les plafonds, entres les poutres, des monstres, abominations, plus que je n'aurai pus jamais en compter. J’avançais encore d'un pas, l'un des plus lents de ma vie, aucun son n'en parvint. Mais c'est hélas quand l'on se concentre trop sur une action que l'on en oublie une autre : l'oisillon de glace éclata sur une poutre branlante au milieux d'un des couloirs. Toutes les créatures alors poussèrent un cris que devait résonné jusqu'à la surface et bien au delà, et je parti par magie dans une course contre le nombre, une course pour la survie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'entrais dans la taverne, posa mon manteau brun sur le portoir. Voyant le sommeil profond entre chacun d'eux, je pris une tasse de thé de mon sac, et me servi derrière le bar. Je sortis également deux pelles et d'un sifflement elles se mirent à pelleter dans la neige présente sur le sol de la taverne.

Effectivement, rien de spécial ne s'était passé depuis un moment.

 

Je m’assis alors dans un coin et sortit un jeu de bataille naval.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela devait bien faire un moment que je marchais dans ce dédale de grottes et de couloirs. Je n’étais même plus surpris au passage de l’un à l’autre et vice et versa… Le problème était qu’ils se ressemblaient tous… Impossible de les différencier entre eux… ou alors ma vision, réduite par mon manque d’énergie et ma fatigue, me faisait défaut et ne me permettait plus de visualiser les différences et les petits détails de chacun d’entre eux. Dans ce labyrinthe sans queue ni tête, j’errais sans but précis comme un être perdu cherchant un sens à sa vie ou quelque chose d’inconnue à accomplir pour montrer sa valeur. Une valeur… avais-je une valeur ? Pour certain certes j'en avais… mais marchande. Avais-je mérité toutes ces souffrances ? Je pense que pour le crime que j’ai commis, je mérite encore plus que ça… Non… pour tous les crimes que j’ai commis. Pourquoi est-on si gentil et généreux envers moi… après tout ce que j’ai fait ? Les humains ne sont pas assez justes… ils semblent pouvoir accepter les erreurs… comme s’ils pouvaient m’accepter. Partout où j’allais, je n’occasionnais que perte, souffrance et désespoir… Avais-je vraiment une place dans ce monde où ma différence avec ses habitants est plus que flagrante ? Parfois je me demande si on ne me l’a pas imposé pour me montrer que j’en ai bien une… mais en vain…

 

Alors que je continuais à m’apitoyer sur mon sort, une ombre effleura mon museau et l’étonnement me fit basculer en position assise. La créature, plongée dans l’obscurité, se tenait devant moi… un petit sourire au coin de la lèvre. D’un doux chuchotement,  il engagea la discussion. « Je vois que tu ne sembles pas satisfait de la vie que tu mènes et que tu ne peux rien faire pour changer cela. Ce n’est pas facile tous les jours de vivre une vie que l’on a pas voulu. Et bien tu es plutôt bien tombé. Je peux t’aider. Je peux t’enlever ce lourd fardeau que tu portes en ce moment même sur tes épaules. Puis-je me permettre de te faire valoir ce que tu vaux vraiment mon enfant ? » Il me tendit sa main droite… une main humaine. Je ne sus quoi répondre à cela… cette personne avait raison sur tout. Ma décision semblait toute trouvée…

Edited by EnderDragonneau

Share this post


Link to post
Share on other sites

       Je me réveilla difficilement avec un mal de crane énorme, je me souviens qu'on était trois dans une èspèce de catacombe et que nous avons rencontré une créature effroyable qui nous menacait, puis un combat entre l'un de mes compagnons et cette créature, suite a cela il y eu un éboulement et je fus projeté sur un mur avant de perdre connaisance.

       Après m'être remémorer mes dernier, je me mis a regarde autour de moi, sur ma gauche il y a l'éboulement énorme et a mes pied un goufre d'où sort une fumée acre et pesante. Je repensa a mes ancien compagnons, il y avait cet homme qui ma demandé de porter des bagages, bagages qui sont en ce moment en grande partie tombé dans le gouffre, la dernière fois que je l'ai vu c'est quand il était en train de se battre avec la créature maléfiQUE avant que l'éboulement leurs tombe dessus, je ne sais pas si il a réussi a s'en sortir. Il y avait aussi  une autre personne un peux bizarre qui voyageait avec lui, mais lors de l'éboulement elle était proche de moi, maintenant elle n'est plus là, je ne sais pas où elle est parti. Je ramasse les quelques sacs qui ne sont pas tombé dans le gouffre et je trouve dedans, une pelle, du charbon et  quelques ration de pain, ensuite je m'attelle a la tache de déblayer les cailloux de l'éboullement en espérant que cela ne va pas encore s'éffondrer

    Je travaille d'arrache pied, mes main sont cloquées et mon dos craque, soudain j'entend des cris effrayant de l'autre côté de l'eboulement, je tremble, puis une main sort d'entre les gravat, appeuré je tape avec ma pelle dessus, ce qui les fit crier de plus belles, je n'avais qu'un but, partir le plus loin de ces attorcité, je lacha tout et m'enfuis dans le couloir le plus vite que je peux, sans lumière, je m'enfonce dans les ténèbres ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le silence, la mort.... non la vie!!! Cette impression étais tout sauf la mort. Il avait déjà gouté à la mort. Et , la mort est différente de  cela. Le coma, oui je me souviens maintenant!!!! J'ai insulter un dieu. Mais, lequel... en faite on s'en fout totalement de ces petit p**e. Il ne sont rien à mes yeux, en tout cas depuis que j'ai percée leurs secret inviolable. Leur malédiction divines n'ont aucune effets sur moi!!! J'ouvris les yeux brusquement, et avec de larges mouvement des yeux , des mouvement semi-psychopathe, je fis l'état des lieux. Aucun ennemie, mais des gens en danger. *soupir* J'ai pas envie de les sauver d'une mort certaine.  Mais ai-je le choix? Non, la vie impose des choix, et j'ai pas envie aujourd'hui de ruser pour les contourner.

 

 

-Bon, directions les catacombes alors!!!

 

Je passa devant Glandudu sans même luis accordé ne serai-ce un regard. Et, je partis direction le monte-charge. 

Des minutes s'écoulèrent, le monte-charge ne monte pas. *soupir* Je me jeta en bas en chute libre. Et, a un mètre du sol un sort de "parachute" me sauva d'un mort certaine. Je sortis de sous ma cape une torche déjà allumée. Je fronce les sourcils, depuis quand j'ai ce genre de chose.... Et pourquoi je ne suis toujours pas mort brulée vif!?!?!?

Je dirige la lumière de la torche vers la noirceur des couloirs.

 

- Ce n'est pas normal. Cette noirceur n'a rien d'une noirceur typique de catacombe. Elle est comme "vivante", Murmurai-je a moi même.

 

J'avais l'impression d'avoir marché  durant des heures dans ces couloirs infernales. Les murs se répètent encore et encore comme si c'étais le même. Un labyrinthe, je tourne en rond. En rond , en rond, en rond, en rond, en rond , en rond , en rond , en rond , en rond , en rond , en rond , en rond , et encore en rond , encore en rond toujours en rond. Des ronds. 

 

Soudain au détour d'un couloir , je sentis une présence!!! Un homme Un mage plutôt. Une deuxième présence même!!! Un dragon. ENFIN!!! des gens. Je me mis a courir vers eux , torche baissé et sourire au lèvres.  Ils étaient de dos face à moi. Lorsqu'ils se retournèrent, HORREUR!!!

 

Ils avaient tout les deux les yeux rouges comme posséder!!! Le dragon ouvrit la gueule et une lueur de flammes fit son apparitions. 

 

Le mage me fixa de ses yeux possédé et rouge. 

 

- Comme en se retrouve.. Après tant d'année. Tu me force a volé une apparence de simple. -Il regarda avec dégout son corps- mortel incapable de se téléporter correctement. 

 

Et je fis une choses que jamais je ne fis au paravant. Je me suis mis à crier!!! Un crie si intense et strident que tout ceux qui se trouvait dans ce catacombe l'aurais certainement entendus.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je lui tendis ma patte avant droite mais stoppai mon mouvement à mi-chemin. Était-ce vraiment ce que je voulais ? Je n’en avais aucune idée… Connaissais-je cette personne ? Bien-sûr que non. Je commençais à faire machine arrière quand une drôle d’odeur chatouilla le bout de mon museau. Une odeur agréable qui ne m’était pas inconnue. Après une légère recherche olfactive, je sus d’où provenait ce doux parfum… De la personne elle-même… Sans plus réfléchir, de ma patte la plus avancée, j’empoignai sa main tendue vers moi. Sans que cela ne m’étonne ou ne m’effraie, il tomba sur les genoux, tendit l’autre bras, les enroula autour de mon corps et me serra contre lui. Je n’avais montré aucune résistance face à son geste. Je fis de même et posai ma tête sur son épaule contre son cou. Il semblait plus qu’heureux… la joie pouvait se lire dans son cœur. Une larme sortit de son œil et glissa lentement sur sa joue. C’était comme si un lien nous unissait… nous étions fait l’un pour l’autre. Sans crier gare, le sommeil caressa mon esprit… Je m’endormis tranquillement dans ses bras.

 

[ ! Narrator time ! ]

 

Il s’était endormi. Son voyage avait dû être épuisant pour lui. Je relâchai doucement mon étreinte pour ne pas le réveiller… il avait bien mérité de se reposer. Je le soulevai et l’allongeai sur le sol. Comme je l’avais imaginé, il était blessé à plusieurs endroits. Pendant les quelques minutes qui avaient suivi, j’avais usé un peu de ma force pour les enchantements de guérison. Une fois les sorts de soin appliqués, je m’asseyais auprès de lui et ferma les yeux pour me reposer un peu tout en restant aux aguets. Après un bon quart d’heure de pause, un cri étouffé par la distance se fit entendre. Je reçu comme une alerte dans mon esprit. Quelqu'un était tombé dans l’illusion que j’avais créé avant la rencontre avec mon dragon. Qu’était-ce ? J’avais juste utilisé un sortilège de copie pour recopier une partie de ce labyrinthe de couloirs et le mettre autre part dans la grotte tout en faisant un clone de moi et de mon enfant. Je m’étais aussi amusé à faire que la scène de notre rencontre soit remplacée par quelque chose d’effrayant pour la malheureuse victime afin qu’elle fasse demi-tour. Ce cri était la preuve de ma bonne maîtrise de la magie dans ce monde. Je décidai de retirer l’illusion afin de laisser le malheureux reprendre ses esprits. Je pris mon compagnon dans mes bras et m’engageai dans la grotte qui se trouvait juste devant nous. Ce qui allait lui arriver… il devait l’affronter seul. Je n’avais pas voulu qu’un humain de ce monde le rejoigne afin de ne pas mettre cette personne en danger. Moi-même je serais inutile à ce moment-là. Je n’étais que la personne qui devait le guider jusqu'à cette épreuve. Il fallait faire vite… je sentais qu’à la surface, le jour allait bientôt se lever. Il avait encore besoin de moi pour y arriver…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...