Aller au contenu
Thalkion

[Accepté] Thalkion, Chevalier Nivemi au service de l'Empire

Recommended Posts

FCb_VaqmzjVqbP2BekRZz79VJkXk_FKoeukqUwH8TqxKmaew7M5jTdpM66Jdl3iKI58SYwGHVTBe7tWEVX3TF-kxb35gO3BghioHpr352M-li8v_t9XD-ulJI4DbCztY15F9HSzo

_Cz-yrOuBHGcXjAlMygto3vpUyOiKDqKo_as4-14QOx-FBQIMu2cJwvErLCTLn_uZCcdVIDlHewHJUL2N15EXGED432Ng6nIX9uYDtmmkvHqzmb_Ejg6-amRCV2cP_I9XcegTP9W

     Ma présentation la plus récente datant de décembre 2016, il est grand temps d'actualiser tout ça. Je m'appelle donc Lucas, et suis sur les 17 ans cette année. En Section Littéraire, je me passionne pour la lecture et l'écriture, je pourrais notamment citer des livres tels que les très bons “Métro” de Dmitri Glukhovski dans un univers apocalyptique, La série de livres de J.R.R Tolkien, voire même les Saga des “The Witcher” d’Andrzej Sapkowski. Grand amateur de jeux à saga fantaisistes tels que The Witcher, les adaptations vidéoludiques cette fois, ou les fameux The Elder Scrolls. Je m'en inspire d’ailleurs tant bien que mal pour créer par moi-même un univers et une ambiance, notamment sur mon projet celte de toujours, le Comté du Nouveau Ronceltiq. Aussi, encouragé de part mes influences minefieldiennes, je m'intéresse beaucoup à l'Histoire, oscillant entre 19ème Français, 2nd Empire et Première Guerre mondiale. Mais aussi, j’approche de près l’Histoire nippone ainsi que sa culture, tant et si bien que je ne cesse de concevoir des bâtiments dans le style asiatique, malheureusement gardés sur ma map de test.

 

     En jeu, j’incarne à présent le Général de Division Halwynt Thalkion, originaire du Comté Celte de Ronceltiq, et militaire affilié à la Garde Volontaire depuis son retour en l'an 155. À cette époque, le Fort Herobrine est sujet à des grandes refontes auxquelles il ne manque pas de participer, en mettant notamment son génie architectural au service de la Garde. Anciennement nivemi, Thalkion est aussi un survivant de la Guerre Civile, et pour cause, ses expériences et ses vécus ont fait de lui une personne froide et distante envers les inconnus, mais quelques fois humaniste, chaleureuse et compatissante envers son entourage. Digne héritier des méthodes et valeurs du Maréchal Pencroff, il est notamment partisan de la méthode du recadrage de civils à coup de bûches lorsque besoin il y a. Aussi, en tant que citoyen ayant élu domicile dans le quartier Menuisier en compagnie du très connu Jihair, puis ensuite aidé par feu-Sir Cauko, ceux-ci mettent au point une nouvelle architecture mettant plus en valeur le quartier. Depuis peu à la tête de la Garde Militaire Ducale envoyée à Provence, il respire un peu entre deux aventures, avant de retourner servir les intérêts de l’Empire. (Oui c'est du teasing ça par contre.)

 

- — -

 

2S6T-xP8CKiMXj4zUvr569Fn6cM_-nLsP8MXYMy8aK9BxmUmFDOGVN0vtmHTTVe8tIOcq6HnubytRti71tFBvgrrLJaWssS7yk5umkoB2nJI3ZOrgrx0Io441O8NyQZginVLMZ4G

Héhé, coucou ^^

- Présentation Paysanne

 

- Candidature Villageoise

 

- Candidature Citoyenne

 

WS6g4fB0t-oBOWseV-WIGHKComfqtcEKC7OpqqblSPvCOWBHHulC-ZWIJMewS8KLfPCtxjs3dL4xqCiowEWcqL9X1cXzwSN0Y28xslj7Hycu8lZNscZH-Mslpl3cbYqnYNTo1hiw

     Peut-être pour l’ultime et dernière fois sur une candidature, si celle-ci n’est pas déclinée, revenons sur mon parcours sur Minefield. J’accoste sur les terres stendeliennes le 1er Septembre 2013, mais je fais ma présentation que huit mois plus tard. Ne connaissant ni l’Ambassade des Nouveau Arrivants, ni le système de parrainage, je me retrouve sur Novum, à simplement miner, sans but particulier. Ensuite et par un curieux hasard, on me propose, au détour d’une rue, de rejoindre un projet : le Nouveau Ronceltiq. J’accepte, sans vraiment tout comprendre le principe. J’y apprends donc les règles à observer quand ont joint une communauté. J’aide notamment sur le chantier du théâtre, mais aussi sur celui de la ferme. Avec le temps, je m’y installe, achetant maison et conseils par la même occasion.

     Un an plus tard, soit le 24 Mai 2014, je postule dans la très fameuse ville de Nouvelle-Azur. Cependant, avec le temps et le recul, il convient d’avouer que je n’ai pas ou que peu participé à la vie du projet, même si j’ai pu travailler sur les nouvelles tours et murailles entourant le projet. Sur ce chantier, j’y rencontre Nafiros, un joueur amical avec lequel je me lie d’amitié, tant et si bien d’ailleurs, qu’à peine un mois plus tard, je rejoins la Confrérie d’Obsidienne, projet qu’il a récemment repris. Si j’avais déjà peu travaillé sur Azur, je n’apporta pas le moindre bloc à la confrérie. Pour le plus grand malheur de Nafiros. C’est après cette période que commence ma très grosse pause minefieldienne, provoquée par un ras-le-bol généralisé du serveur, de certains joueurs, mais aussi du peu de choses accomplies sur le serveur. En bref, j’étais un jeune joueur.

   Par un curieux hasard, je rallume le launcher un certain 1er de Décembre 2016. Je commence donc par refaire ma maison à Ronceltiq. Happé dans l’anniversaire de Nouvelle-Azur, nous rasons quelques bâtiments puis, dans d’étranges circonstances, je me fais kidnapper par un drôle de personnage moustachu. Ce dénommé Pencroff, militaire à forte pilosité, me fait la visite de son projet : le Fort Herobrine. Ce projet, et aujourd’hui je ne saurais toujours pas dire pourquoi, m’a attiré. Ce qui est sûr, c’est que j’ai adoré m’intégrer à cette communauté, de par l’utilisation abusive de Roleplay, de l’ambiance décomplexée, mais surtout grâce au thème et à l’ambiance générale du projet. Je suis peu à peu monté en titre au Fort, proportionnellement au nombre de travail que j’abattais sur le tas, pour aujourd'hui me retrouver Général de la Garde, à savoir dirigeant adjoint du projet.

 

À présent, voici quelques images de ce qui a été fait.

 

Le Comté Celte de Ronceltiq :

Révélation

 

Une zone forestière que j’ai terraformé à partir d’une simple zone plate

bCPB7yOGptVj7SyHq7u-xy_uKPfuDabZxYbxqj5M5HO0ilcweuiSKhrMUzIc86ycCGNSQtwtUzOh1qjMBfQJOQRNRGo9taoH8QJSC3uJy3xaX3aB9ihDv6OdVYAZ0DnU-MovTGpD

  

La nouvelle architecture de nombreux bâtiments, plus “celte” dans l’idée, j’espère

f9KFWccICSC04sHNKQocIqYYELjXURGOe0yYi92Z1pf_lGMhduHkvtSQ1GRGpmf06uCgU2BnBewP5mSlhUNzHJ5iH8pYlbg7uJWJwNcEO-ih9RD4TbKMZAy0-YhL5mxlSvEk-L-9

 

L'une des nombreuses portes souterraines menant à des dimensions qui nous dépassent

oZNlrfU.png

 

Des tombes et tertres antiques celtes

Gc5DZgK.png

 

kw8Bj7W.png

 

 

 

 

 

Le Fort Herobrine et la Garde Volontaire :

Révélation

 

La Place des Grenadiers, ainsi que ma petite maison

_LeHTi8Bx2MLGj0PAZUdz-HIcmCKMuxk2YCMWW_IpJ5CKsE-RIg7oowSR8kWnV9R6l5TlcZAaXy2temC4Z7nLQb8b-dBCpRwNLr_ySW3awHyZf4FpF1mf4nPI8_ADxKd4LXz3tey

 

La Gran’Place de Sandstown, décorée par une partie de la Garde

XjlMyM6c41k2iV5sbRDLax_RM54jIR3Rjw4Mnp2QAeYwhYpwTCZgT26dR0ZmJOZWQCn1i7JUXt4lDh0cuuzo3FtZ0F9sEy_99nfZgjux6Nud4Yda115aZlwGAGhJ6V2kTX6QDbJ4

 

Le Commandement, maintenant bien connu sur Minefield

hJQMbTRDudeeK-tTVsKl0AmoNBvQCwXSrbCQ0XEAZPxClbKsQ9m9q-wfA1yX2XAgxNCaYRKNMxi8-ldyhTHVCB3_-yOBH2HbwxYW3MFzQy9dvVaVLluLA3mu-nzpvlG_fRSOnsDx

 

Une statue devant la Caserne, en l’honneur des soldats tombés à Moustache

WHCHf8yM9Y8rhWoWbWrPPyihf2XPtFsYvB69zMT9ze12Qz5vGs4NlTEWT2F2zXPN6gbDwHuJYDwOfchk2Mb8USiq9Up6Vzs79Z7ihIkdwHLRquY4ALa56PaXY8u2NlxXpqt18CRt

 

Des tests en-veut-tu-en-voilà de décoration

L3ugaOidWEZJMJDkqA6KJ3x5JOhBJNk6imR2S_hpJ-JYeFA8NJc7okLYXr9njjBK2tcQRa47LT4rHTPPF9k6RF8f6odd4V0H2RNAl_okmaxICbO_skMK2Y0jpcGeglDq84yZ6aqE

 

Fln_vXBwx5tXZW60vpjR-xcFapuGj_TBBgYDuRMAf_BK1Jzmj6n4bC6dPrRB_9FEnxmr9nLPn2WZ8qOwew0-CkTGHD4aXvUCO1HDFOxLBr9tJ5EGjm3wblypnsDMq6Jnx02bekHY

 

Le pénitencier de Terre-Morne, refait par Ghideon Zorn, Darkalne et moi-même

1550266942-2019-02-15-22-35-17.png&key=6

 

 

 

 

En Capitale :

Révélation

 

Ma maison en Capitale, Quartier Bûcheron

hb2j_A_mXdCRSzGG8RWnx5KVxveX4FGyPIsnATLTPC7_oooGYIQHDTgVGHVx6O4bzLgBkLz7uZwG_ZVPFvt5YWUPpBTq4MPdu6nZ1G1DwJlgHo09CVd1Gl7hHGIBPm4hN4B4Vcbv

 

Ma modeste cave à vin sous cette même maison, très fournie d'ailleurs, passez boire un coup à occasion 

GtIiSvQ2eCyNNwuWO8K_1J-sWwXCxwW-eQVvRZZhb9MLgvJ-ZSVJh0cDU2XOAwvvaVDHf6VEJ75ZcEFOR9iEkKpuhTyGsT2Oan-8ZEIm6pFfAMMyF4qNPO-xLgh983XAWogj5rYN

 

Et la maison de stricorteur

TKjbMTX6K-8yZPeuXMe8vkzlBuWJN8CyR2wraZmTz5GcxehffxPOnQRdYwd053e15ZMIBLGPXkoOpJ2sUolJ5V0UrIC2uuSIzGs8Ek7I6GGDAAtpLTYnNxdfOeQy-somrLCiMsJF

 

 

 

 

Diverses :

Révélation

 

La terraformation en cours sur Simurgh

z-soUMqvrlHvsqL9REhvUEvNw0nIMSJspt46ndg48Cs6QHD--fjY148ocZKzLik-o-ISpwsTUYXvcexC1qLkwc6_hGp1hU4lWHdDbSWs_8tlXR-b8-NSmnEE63Eb1Zu07gUkDeZ-

 

Deux images tirées du chantier pour le WAM :p  

I4fc3ewUcOBrdXewnrDBoJ6fr81uUNwW3r1bl2E48K0CFtxw0aWOnx4B1bW979XU_7qMuarpZEKtmd3olfacXkI1vH-ydpzv8TSJoU9N0Ax2EUC7_r8swrC1M8vbSuuYkAo6thtL

 

QVYystn3wp-Ub2zj85OxuGZ7ZxVNT9jeoJoH7fZ3qinb1YcbWDN_eVkw6S3N7BgirRf2HagsZyENdS4MsRw9f8RitMIVcyC0m3bFU20vk3SAGAkalhp6HA4iSIAUWAocGdL9fnmD

 

Des essais d'oliviers pour le Duché de Provence

V_qfmYChWtI77MfRlrCbokHY__Edb0Zld2wTuxNZnDZ5KDl8d9FkTbaQAfCWZWT32F8XxR6hJ22-2qEw7LYcly54swcJwPaUVOKiXxd4uCw76OTmpexy_7xCeZFdFlYsV9_XExgt

 

Et une réplique du char Mark IV parce que euh .... bon ...

Zuc4mld57F209GDRvJczRA0qTU0GpEmByepZIhUwa2zhuwFvzpvNwjyAjYGvt4xdkAVKfcvakM6itnvza3RJCiWpRaWdN7kY20HGWfwRzs3sgJGYtGUbvbyfF_oRY7GyEAQClfTx

 

 

- — - 

rRBEiJsdl3hmQzdUtDLogZlnG8gj3wloLEttGA38C07ooq06_4StmGX3mA14EL0ppaqyDe1wbBHivPpVeeVbs3uPHC0bwYVvInR7j2fQJnTb61enLtAbfrF1hSwYX-2ed0jI31gu

     Pourquoi souhaiter devenir Chevalier ? Eh bien tout d’abord d’un point de vue roleplay. En effet, s’il avait des doutes quant à sa position politique, Thalkion, conscient des atrocités commises par les Nivemis, a maintenant complètement adhéré à la politique Impériale, voulant par la même se racheter de ses erreurs passées. Maintenant, le titre de  Chevalier est presque une suite logique dans mon parcours minefieldien, autant roleplay que hors-jeu. En effet, ne souhaitant pas passer par le commerce, le titre de Citoyen était donc, en quelque sorte, introductif au titre et aux valeurs chevaleresques. Je ne cache d’ailleurs pas quel prestige cela serait que de posséder une chambre à l’Académie de chevalerie. Bien sûr, la possibilité d'avoir un second home me permettrait de me mouvoir plus rapidement, allant du Fort Herobrine à autre un endroit et tout ça en quelques secondes.

     Enfin, pourquoi diable serais-je digne du titre de Chevalier ? Je respecte et porte dans mon cœur les valeurs de la Chevalerie que sont la bonne foi, le bon sens et le sérieux. Bien sûr, si j’avais le privilège de devenir un chevalier impérial, il est clair que je porterais avec respect et dignité ce titre.

 

     En fait, à mes yeux, les chevaliers sont des idéaux avant d’être des joueurs, ils sont modèles d’honneur, mais montrent également qu’avec du temps, même le plus simple des paysans peut parvenir à ce titre.

 

- — -

 

180KoA1ZAjRNj2YugcPEzZh4_nscpQDoDgb2tp909U3_60LqF6_3CH3ukS3VMHpOGn0GJ8zMHRZ2nh0wPrpXh1s-xbv4KGGeHsrwbkgTI01mdUnEoPNNtEW_QvuU-XZpD6BWwMCC

 

Révélation

 

- ────────╢Carnet de Route, Campagne de KelDaer╟───────── -

 

" Avant toute chose, je tiens ici à signaler que j'ai pris plusieurs libertés, notamment la création de lieux fictifs pour le bien du récit et de la narration. Bonne lecture o/ "

 


Prologue : Forteresse d'infanterie. Fort Herobrine, Stendel, An 190.
    On m'interpella.
-"   Alors Colonel, on n'est pas au travail ?"
Je me retournais pour découvrir qui me parlait. C'était Thomas Archibald Van Lusset, ou plus simplement Lusset, mon lieutenant subalterne. Cette canaille arborait un sourire moqueur qu'il ne manqua pas de me lancer. Bien sûr, en temps normal si un tiers m'avait parlé si indécemment, il n'aurait pas manqué de passer par-dessus les créneaux, mais là, il s'agissait d'un vieil ami avec qui j'avais fait mes classes.
-" Attention Lusset, ou vous pourriez malencontreusement vous retrouver aux corvées patates de Terre-Morne". Rétorquais-je.
À son tour, Lusset feignit d'esquisser un air emprunt de crainte qui, je dois bien l'avouer, m'arracha un sourire.
-" Bien, trêve de plaisanterie Lieutenant, au rapport !"
L'intéressé perdit rapidement son sourire, et commença son compte-rendu. Premièrement, la forteresse d'infanterie, dont j'avais la responsabilité, avançait dans ses rénovations. Une bonne chose en effet, puisque ce coin-ci du Fort était largement moins protégé que le reste du territoire. Ensuite, il me fit part des rapports des récentes patrouilles. J'ordonnai alors qu'on me transmette une trace écrite desdits récits dans les plus brefs délais. Enfin, il termina sur les potins inintéressants parvenant du reste de l'empire. Bien, rien de très important dans les faits. Remerciant le lieutenant, je retournai à mes occupations.

    Des bruits de sabots se firent entendre dans la cour basse de la forteresse. Déboulant depuis l'escalier, on vint rapidement me trouver pour m'informer qu'un messager me demandait. En effet une lettre venant du Commandement semblait être destinée à mon attention. J'acquiesçais, et un jeune homme déboucha depuis l'escalier, me voyant, il se mit au garde-à-vous, de façon très maladroite, je dois dire. Remerciant rapidement le postier, j'ouvris la lettre, bien curieux de connaître son sujet. Elle était de la main du Général Zorn, celui-ci me demandant de me rendre dans les plus brefs délais à la caserne-mère. L'écriture semblait faite à la hâte. Reposant le bout de papier, je chargeais Lusset, resté dans la pièce, de prendre les rênes de la place-forte durant mon absence. Dans le même temps, par la fenêtre, je demandais à ce qu'on prépare Nilhemi mon fidèle cheval. Finalement, Lusset et moi descendîmes par les mêmes escaliers qui avaient vu descendre le messager quelques secondes plus tôt. Ce même messager d'ailleurs, attendait fébrilement dans la cour, à côté de son cheval. Son état de fébrilité apparente, ainsi que son tricorne bleu marquaient son appartenance au titre de cadet. Eh, je détestais les Bleus. Ils avaient tous une sorte de don pour de vous mettre en retard pour le repas. M'enfin qu'importe. Après quelques amicales commodités avec mon lieutenant, le messager et moi enfourchâmes nos montures direction le Haut-commandement du Fort Herobrine.

    Nous chevauchâmes de nuit, durant au moins deux bonnes heures. Pour tuer le temps et surtout par profond ennui, j'appris de mon compagnon de route s'appelait Hugo, Hugo Grisonnier. Pour le reste, le voyage se passa sans accroc et l'entrée de la caserne se présenta rapidement à nous. Là, je dis adieu à Grisonnier, moi, me dirigeant vers le Commandement, tandis que lui, allait vers les écuries, mon cheval à sa charge. Étonnamment, à cette heure-ci, le hall du Commandement grouillait déjà d'officiers, parfois, je reconnaissais des têtes, saluant notamment les capitaines Suljii et SissiGiroux. L'étage, quant à lui épargné, donnait sur les bureaux des plus hauts gradés. La porte de celui de Zorn, à l'extrême sud, était ouverte et donnait à voir sur une pièce encombrée, bourrée de tous les objets possibles. Au milieu de tout ce désordre organisé, le général était affaissé sur son bureau, lisant un écrit. Je frappai un peu trop bruyamment à la porte, je le crains puisque Ghideon eut un sursaut et m'invita à m'asseoir en face de lui. Manifestement, il n'avait pas beaucoup dormi, comme en témoignaient ses cernes. La discussion commença par les habituelles commodités : " Général, Colonel". Ceci fait, il entama directement par la raison de ma venue.
-" Vous n'êtes sans doute pas au courant du retour du Colonel Jihair.
Je fis non de la tête.
-" Il est revenu avant-hier de Kel'Daer dans un état lamentable, et comme vous le savez, la Garde accorde beaucoup d'intérêt à cette campagne..."
Comme à son habitude, le Général Zorn m'assomma de paroles et de rapports auxquels je répondais généralement par "Oui", allant parfois au "Je vois". Mais en fin de compte, j'avais tout de même appris que nous avions fait d'excellents progrès à Kel'Daer.
-" … C'est pourquoi nous tenons à vous envoyer rejoindre le corps expéditionnaire, afin de mettre fin à ces escarmouches au plus vite."
Il m'informa également que la Seconde Section de Fusiliers partirait avec moi, et que lui, nous rejoindrai plus tard, en compagnie de ses hommes. Parfait, j'acceptais donc. De toute façon, la question ne se posait même pas, je n'avais pas le choix.
-" Je dois toutefois vous dire Colonel que …"
Mais il fut interrompu par l'un de ses objets magiques qui bourdonnait. Je profitais alors de ce moment pour me glisser hors du bureau.

    Ma montre à gousset afficha dix-huit heures lorsque le lieutenant Lusset arriva avec le reste de la troupe. Soixante hommes, dont dix médecins allant prêter main forte à l’hôpital de campane de Kel'Daer. Je mis mes hommes au parfum de la mission qui nous attendait, à savoir : "aller mettre une roustasse à ces démons" selon Lusset. Une fois les montures prêtes, nous partions pour Stendel, nous enfonçant par la même, dans la nuit étoilée. Ah ! Je soupirai d'allégresse, en voyant mes hommes me suivre. Mais, jetant un coup d’œil en arrière, je vis quelque chose qui me fit perdre mon sourire : le Bleu nous accompagnait. Fichtre.


Contrées de Kel'Daer, Stendel, Holevent, Acalmen 190.
    Le voyage en bateau fut relativement calme et le temps se montra clément pour nous. Au bout d'un mois, nous touchions enfin les terres glacées de Kel'Daer. L'accueil se fit principalement à coups de bourrasques de vent et de pluie battante. Lusset résuma d'ailleurs bien la situation :
-" Eh bah... Ça annonce la couleur !"
C'était gris la couleur.
J'ordonnai au lieutenant d'installer nos hommes dans un abri, le temps de mettre la situation au clair. Il trouva rapidement une vieille grange délabrée, et aussi étonnant que cela puisse paraître, il y rangea nos cinquante hommes. J'en profitais pour faire le tour du camp. Ça et là je voyais des soldats casernés un peu partout. Cependant, à l'orée du campement, une curieuse colonne de fumée attira mon regard. Là, se trouvait un macabre spectacle, des soldats creusaient des énormes trous, véritables fosses communes, pour y enterrer les corps sans vie de bêtes humanoïdes difformes. Devant ce hideux paysage, je tournais les talons.
    Le Général Zorn arriva trois jours plus tard. Si tôt débarqué, l'on fit rapidement le point sur les démarches à suivre. Attelés au dessus d'une carte pendant deux grosses heures, nous discutâmes du positionnement de nos troupes. En effet, les Houndaer avaient plus tôt sollicité l'aide de la Garde pour endiguer la menace des démons. Ceux-ci prenaient d'ailleurs des formes diverses, mais nous n'en savions pas plus à l'époque. Nos ennemis donc, se trouvaient dans ce que l'on appelait "la Zone Démoniaque", elle-même nichée au cœur de stalagmites géantes, il nous était impossible de clairement discerner la menace. Entre deux regards attentifs vers cette zone, Zorn m'apprit qu'une ceinture composée de plusieurs tranchées avaient été installées vers le camp ennemi par Jihair. Au terme d'une nouvelle heure de discussion, nous avions enfin un plan d'action.

    -" Génial, il pleut."
Malgré ce mauvais temps, le coup de sifflet retentit et fut entendu de tous, accompagné d'une vague de pluie encore plus acharnée.
-" À l'assaut soldats, pour la Garde !
- Pour la Garde !" Reprirent les soldats à l'unisson.
Comme un seul homme, nous sortîmes de la tranchée devenue torrent boueux pour nous jeter vers les adversaires. Ceux-ci d'ailleurs en firent de même. Je chargeais, en première ligne, sabre au clair et pipe aux lèvres tandis que la distance s'amenuisait : trente, vingt puis dix mètres. Ça allait barder.

    Mon premier adversaire se présenta rapidement. Il était légèrement plus grand que moi, dans le mètre quatre-vingt environ. À l'apparence d'un corps blafard avec des mains disproportionnées, je remarquais que son abdomen était déjà partiellement ouvert, ce devait être un point faible. Le quadrupède chargeait vers moi comme une bête. J'esquivais sans mal pour me retrouver sur ses flancs, où un rapide coup fit immédiatement l'effet escompté, tranchant au passage la colonne vertébrale de l'horreur. Le suivant ne se fit pas attendre et m'envoya un coup transversal, trop court. Il décocha alors un autre coup qui, cette fois, me faucha les pieds, me mettant à terre. La chute chassa l'air de mes poumons durant quelques secondes, mais ma position me laissait ainsi une belle opportunité vers son ventre. Il tomba net, et tandis que je retirais mon sabre de son ventre, je fis un rapide état sur mes troupes : Lusset, aux prises avec un ennemi, jurait comme un fermier, assénant des coups de tête avec ferveur à qui se présentait. Grisonnier, à ma droite, semblait un peu plus en difficulté, mais arrivait à tenir face à un ennemi un peu plus petit. Cependant, ça et là, des soldats tombaient. J'estimais à treize le nombre de morts. Soudainement, sur ma droite me dépassa un soldat. Un soldat portant une armure grise bleutée. Une vieille image resurgit devant mes yeux. "A.l .ay Ni..em". Quoi ? Non, impossible. Je secouais la tête, pour me rendre compte que le soldat portait bien un uniforme du Fort. J'inspirais un grand coup. Alors, je pris l'initiative de foncer sur l'ennemi le plus proche, un bipède écaillé de vert sombre portant une épée. Déviant celle-ci, je lui assénait un coup d'épaule. Il tomba à la renverse, sous l'effet de la surprise, me laissant un champ des possibles pour l'achever. Lui cependant, ne l'entendait pas ainsi, et par un manque de précautions de ma part, il me toucha au niveau du mollet gauche. Argh, de nouveau à terre, j'en lâchai mon sabre. Désarmé et sous l'adrénaline, je l'immobilisais de par mon poids, puis lui décochais une salve de coups vers sa tête, ce qui eut pour effet de le faire lâcher son arme. Cependant, je continuais à frapper, jusqu'à l'immobilisation totale de la Chose. Ramassant mon épée par la dragonne, je me relevais non sans quelque effort. J'avais les mains en sang, mais peu importait, il fallait continuer. Le temps, cependant, rendait le sol glissant et boueux, et à vrai dire, c'était d'avantage une mare dans laquelle on commençait à peiner pour avancer. Mais l'entraînement de nos fusiliers portait leurs fruits, nous gagnions peu à peu. Je boitillais, ralentissant quelque peu l'allure, j'en profitais alors pour aider mes hommes, faisant valser ici et là mon sabre. Les bestioles ne se comptaient maintenant plus que sur les doigts de la main, rageant sous les coups d'épée, cris presque plaintifs, alors qu'on les achevait. Je n'avais aucune empathie, voyant alors défiler sur mes rétines de vieux souvenirs, je n'avais aucune empathie.


Contrées de Kel'Daer, Stendel, Holevent, le lendemain.
    Je lâchais un profond soupir.
-"Combien avez-vous dit ?
- Dix-neuf, Monsieur.
- Bien. Merci Lusset, vous pouvez retourner à vos occupations."
Matin morose dans la tranchée. La pluie, bien que s'étant tue, charriait des trombes d'eau rouge dans le passage. Je me remémorais les mots du général Zorn dans sa lettre :
-" Nous avons fait de grands progrès hier !"
En effet, nous avions avancé. La position gagnée la nuit dernière nous assurait maintenant un bon point d'appui pour commencer la reprise de la ville de Kel'Daer. Mais à quel prix ? Les charognards commençaient déjà à attaquer les cadavres sur le champ de bataille. Il me fallait occuper mon esprit. Là où plusieurs soldats étaient affaissés à écrire à leurs familles, je préférais m'atteler à l'étude des affreux. J'allais d'ailleurs demander à ce qu'on prépare un endroit adéquat, lorsque soudain, quelque chose me percuta dans le dos. Je me retournais, pour voir Lusset, une boule de neige à la main. Le saligaud. J'esquissais un petit sourire.
Ce qui en suivit fut la bataille de boules de neige la plus mémorable de tous les temps : Lusset et son équipe se faisaient canarder par la nôtre au doux son des " Feu ! ", les messagers venant de l'arrière recevaient des boules perdues, et pour couronner le tout, le général Zorn arriva au milieu du bousin. L'expression de son visage, à la fois surprise et mécontente, valait bien toutes les peines du monde.

-" Bon. On s'est fait taper sur les doigts, mais au moins, on s'est bien amusés non ?
J'approchai un peu plus mes mains du feu de camp. Oui, on s'était fait enguirlander pour cet écart. Mais quel écart ! Je remerciai Lusset pour ça, il nous avait mis un peu de baume au cœur après ces tristes derniers jours. Et pour ceux qui annonçaient.

 


Contrées de Kel'Daer, Stendel, Démévent, An 190.
    Ma monture ralentit quelque peu l'allure à l'approche d'une plaque glissante. Je profitais alors de ce moment pour réajuster mon écharpe de coton de manière à couvrir mon nez. La semaine suivante se passait bien, et même sans accroc pour la section. Je faisais le tour des avant-postes pour vérifier que tout allait bien. Il ne me restait en fait plus que celui à l'entrée sud de Kel'Daer à vérifier, ensuite tout serait en ordre. Il faisait de plus en plus froid et Grisonnier, m'accompagnant pour cette occasion, semblait pressé d'être au prochain relais. Celui-ci d'ailleurs, commençait à se dessiner derrière un épais rideau de bruine. Grisonnier marmonna quelque chose comme "Enfin !", mais pour ma part, je fronçais les sourcils. Nous étions arrivés à moins de cent-cinquante mètres et toujours aucun soldat ne s'était montré. Plus que ça, il n'y avait pas de colonne de fumée caractéristique d'un feu de camp. Mes doutes se confirmèrent quand, de loin, je vis au pied du relais, une étrange flaque rouge venant tâcher la neige blanche.
-" Pied à terre soldat, sabre au clair" Fis-je à Grisonnier.
Il s'exécuta sans la moindre question, j'en fis de même.

    Épée au poing, j'avançais à pas feutrés vers la porte. La neige bien sûr, était un gros désavantage, et craquait sous nos bottes. Arrivés vers une fenêtre, nous attendions, attentifs au moindre bruit. Mais rien ne semblait émettre de bruit à l'intérieur. De la main droite, je fis quelques gestes à Grisonnier, lui intimant d'entrer doucement par la porte. Il acquiesça, et d'un pas léger, se dirigea vers la porte, tandis que je me retournais vers l'ouverture. J'entendis l'écho de la porte grincer, doucement, puis quelques pas hésitant sur le bois branlant. La voix de Grisonnier me parvint :
-" C'est libre Monsieur, mais vous devriez venir voir ça".
Un spectacle des plus épouvantables me fit face. Les gardes du relais avaient été massacres, charcutés. Le mot est fort, mais la situation l'exigeait. Devant nous, les corps sans vie de dizaines de soldats s'étalaient, à moitié noyés dans leur propre sang. À l'extérieur, pour ne rien arranger, la tempête hurlait et tapait contre la vieille grange délabrée. Je voyais Grisonnier déambuler sur la scène, sans vraiment comprendre ce qu'il faisait. Il me fallait l'éloigner, sans quoi, il aurait vite fait de saccager les indices.
-" Grisonnier, allez me chercher Lusset.
- Mais... monsieur, ce qui a fait ça doit …"
Je le fis taire par un regard noir. Le soldat disparut ensuite par l'encadrement de la porte.

    Je me mis au travail sans perdre de temps, en commençant par inspecter les cadavres. Ceux-ci avaient été massacrés sans pouvoir se défendre, d'ailleurs pour la plupart, les sabres étaient dans les fourreaux. Cela voulait donc dire qu'on leur était tombé dessus à l'improviste. Je continuais. Les plaies des soldats semblaient profondes et similaires, mais disparates. Les orifices laissaient à penser que l'on avait utilisé une sorte de pieu, ou quelque chose de cette forme-là pour tuer les gardes. Il me fallait à présent examiner les environs. Je commençais donc par noter que la grande porte de la grange, en face de moi, avait été défoncée, par quelque chose d'énorme assurément. Ce qui avançait deux hypothèses : une forme de magie, ou une grosse bestiole. En vue de ce qu'on avait précédemment combattu, j'optais pour le second choix, et de plus, nos adversaires n'utilisaient pas ou très peu la magie. Puis, tournant la tête, quelque chose attira mon attention. De grosses traces de griffes contre le mur de bois. Étonnamment, ce n'était pas une bête ordinaire, a en juger par la taille et par les profonds sillons, la chose qui avait fait ça devait mesurer dans les 3 mètres et ne possédait qu'une seule griffe. Je restai quelques minutes à regarder les corps, sans bouger. Tout semblait concorder : une attaque surprise, des soldats désemparés face à une énorme bête.

    Lusset arriva dans l'heure qui suivit, accompagné de toute la section. Nous allions occuper ce poste pour le restant de la campagne, mais d'abord, il fallait nettoyer et réparer l'endroit. Nous commençâmes donc par donner une sépulture décente aux soldats morts, en essayant tant bien que mal de rassembler les morceaux. La grange fut ensuite réparée et réaménagée. J'entamai l'écriture d'un rapport au Général Zorn, lui annonçant les faits, mais aussi le déplacement de ma section en prévoyance d'une future attaque sur le camp adverse. Puis, profitant du temps de latence jusqu'à la réponse, je décidais d'inspecter les alentours. Le bâtiment n'était finalement pas une grange, mais bien un petit hangar à bateaux. En effet, sans la tempête hurlant dans nos oreilles, il était maintenant plus simple de constater que nous campions en bordure d'un lac gelé. On me fit remarquer que nous nous trouvions d'ailleurs en face d'une grotte, dont nous suspections depuis quelque temps, la présence de portail démoniaque. Je grommelais, le massacre des gardes avait soudain prit du sens.

    La réponse de Zorn arriva dans les jours suivants. Dans sa lettre, il m'adressa tout d'abord ses félicitations, puis m’annonça son futur départ, et enfin qu'une petite troupe de Gardes de sa section allaient me rejoindre. Lesdits gardes arrivèrent presque en même temps que la lettre. Cette bonne vingtaine vint donc s'additionner à notre groupe, leur meneur, quant à lui, se présenta à moi. Il se nommait Gaudot, Lieutenant du Bataillon des Mages de Zorn, et apporta avec lui de nouvelles cartes, afin de préparer l'offensive prochaine. Je n'aimais pas traiter avec les Mages du Fort, ni même avec la section de Zorn. À l'image de feu-CielNoir, notre détective, ils avaient parfois cet air d'arrogance extrême qui, pour ma part, m'énervait au plus haut point. Avec Gaudot donc, et épaulé par Lusset, nous nous mimes au travail. Le but était de créer, à l'aide d'un premier groupe, une confrontation de face, sorte de diversion attirant le plus gros des forces ennemies, tandis qu'un petit groupe formé de dix gardes irait neutraliser le portail. Je laissais cette partie du plan à Gaudot, Lusset et moi nous focalisant sur la première partie. D'un commun accord, Lusset et moi choisîmes de faire de la surface du lac gelé notre champ de bataille. Pari risqué pourrait-on dire, mais sachant que nous allions affronter de grosses bêtes, la force d'inertie allait jouer en notre faveur. Nous possédions une quarantaine d'hommes. L'idée générale était de concentrer la grande moitié de ceux-ci, une trentaine donc, sur la ligne attaquant de front, logiquement, c'est ici que le choc serait le plus violent. Quant aux dix hommes restants, ils formeraient un petit groupe attaquant par le flanc. Cette attaque en semi-pince avait pour but de prendre les ennemis par surprise, et donc d'en finir rapidement. De fait, nous pourrions ensuite aller soutenir le groupe de Gaudot. Celui-ci justement vint nous trouver pour mettre en commun le déroulé de nos actions. L'on se mit d'accord sur l'heure fatidique du début des escarmouches : 22 heures, ce soir. Il fallut ensuite expliquer le plan aux hommes. Depuis toujours, j'étais réputé pour avoir des tactiques audacieuses, tirées de mon entraînement nivemi. Bien sûr, je savais que mes hommes me suivraient quoi qu'il arrive, mais maintenant, quant à savoir comment allaient réagir les hommes de Ghideon Zorn, ça, c’était autre chose. Quoi qu'il en soit, je n'attendais pas d'eux leurs avis. Un soldat se précipita alors vers moi. Les bandes rouges sur son tricorne étaient significatives de son appartenance au corps d'ingénierie, à savoir de l'artillerie.
-" Colonel, l'artillerie est arrivée !"
La dernière pièce du plan était là. À l'aide des canons, nous allions tirer sur l'entrée de la cavité, de manière à faire sortir les bestioles de leur tanière. Laissant ainsi voie libre à l'équipe de Gaudot.

    À mesure que le soir tombait, la tension, quant à elle, montait en flèche. J'arpentais, entre mes hommes que je sentais fébriles, tenant leur mousquet contre eux ou écrivant à leurs habitudes dans des journaux, déjà noircis par l'encre et par la terre. Les Gardes se rassemblaient en îlots autour de feux, leur procurant chaleur et réconfort. Nos uniformes d'habitude d'un bleu éclatant, avoisinaient maintenant le gris délavé et le marron boueux. Nous avions déjà beaucoup vécus, c'est vrai, non seulement durant cette campagne à Kel'Daer, mais aussi durant toutes les autres, mais nous ne faiblissions pas, pas d'esprit du moins. C'est pour cette raison d'ailleurs que je respectais ces hommes, mes hommes, entraînés par mes soins, ils montraient qu'avec un bon tuteur ni trop rigide, ni trop souple, l'on pouvait devenir meilleur. Mes yeux s'attardèrent sur Lusset, en train de joyeusement parler tout en brandissant une flasque d'alcool. Lui illustrait parfaitement mon exemple. Peu le savaient, mais Lusset avait autrefois été un bandit. Pour ses méfaits passés, il avait décidé de rejoindre la Garde. En quête de rédemption ? Je ne le savais pas. Vingt heures sonnèrent, puis vingt et un. Nous passions en revue le plan, encore et encore alors que je passais les trente dernières minutes à scruter ma montre à gousset. L'heure fatidique approchait à grands pas. Je tirai alors une dernière bouffée de ma pipe, puis la rangeai soigneusement dans ma sacoche.
-" Gardes, préparez-vous !"
Les conversations se turent d'un coup. Une seconde de silence, puis le bruit désordonné des bardas, sacs et équipements que l'on prépara subitement. Du coin de l’œil, je vis Gaudot préparer son petit groupe. Parfait, tout allait pour le mieux. Lusset arriva depuis la droite.
-" Tout est paré Colonel."
Nous pouvions commencer.

 


Contrées de Kel'Daer, Stendel, Démévent, An 190, le soir même.
    Un bruit sec de sifflet retentit dans la nuit. Vingt-deux heures pile. À l'aide de crampons fait à la hâte, nous commencions à avancer sur la surface gelée du lac. Nous avions fait cent mètres, lorsque les premières détonations se firent entendre, sourdes et lointaines. L'artillerie manqua ses premiers tirs, et ceux-ci vinrent s'écraser sur la glace, provoquant au passage fissures et trous. Néanmoins, ceci provoqua du bruit, et les seconds tirs vinrent achever de motiver les bêtes, déjà sur le qui-vive. En réponse aux détonations, elles hurlèrent, cri strident à glacer le sang déchirant la nuit. Sabres au clair, nous pressâmes la marche, alors que nos ennemis commençaient à sortir de leur côté, se déversant sur l'étendue gelée. Elles étaient nombreuses, bien trop nombreuses mêmes, de l'ordre de deux ou trois ennemis pour un garde. Mais nous gardions l'avantage de l'expérience. Sur la droite, j'aperçus le groupe de Gaudot sur la berge, naviguant entre les arbres à la recherche de la grotte. Sur la gauche, le reste de nos soldats attendaient le début de la confrontation pour attaquer à leur tour. À ma surprise, ce n’était pourtant pas d’énormes bêtes que je vis sortir de la grotte, mais bien des humanoïdes comme ceux que l’on avait affronté plus avant. Je crus ressentir quelque chose que de la gaieté à la vue de ces choses, et me vint alors à l’esprit une phrase qu’avait pour habitude de dire Pencroff :
-" Soldats, pour le meilleur et pour l’Empire !"
Tous reprirent la phrase, à part les hommes de Zorn, mais eux on s’en foutait en fait. Plein d’entrain donc, nous redoublions nos foulées, nous portant à la rencontre des ennemis. À la manière de la précédente bataille, le choc fut fracassant. Un assaillant arriva. Le coup rapide qu’il porta fut aussi stupide d’utilité, qu’il me permit ainsi de trancher ses bras d’un coup sec. Je ne pris même pas la peine de l’achever.
-" Pas de bras, pas de chocolat" fit Lusset sur la gauche.
-" Taisez-vous lieutenant, et battez vous rrondedju."
Ni une ni deux, un deuxième adversaire vint se présenter, il frappa depuis la droite, au niveau de mes tibias. Cependant, la lame tapa contre mes protège-jambes, et vint se planter dans le sol. Deux coups de garde bien placés suffirent à le dissuader de continuer la bataille. Évitant un troisième opposant lancé à pleine vitesse, je bifurquai alors sur la droite, où un soldat semblait avoir un peu plus de mal. Mon sabre dansa, et vint asséner un coup d’épée dans les cotes de la bestiole. Ma position me permettait à présent de mieux voir sur mon flanc droit, où je cherchais d’ailleurs des yeux l’équipe de Gaudot. Si je ne pus voir mes compagnons, c’est également au dernier moment que je vis, du coin de l’œil, un adversaire me foncer dessus. Celui-là je ne pus l’éviter, et la conséquence immédiate fut qu’il m’empoigna par le col, et me traîna sur dix bon mètres. Mon épée, bien que toujours attachée à ma main par la dragonne, courait elle aussi sur la glace juste après nous. La chose me ramena presque très littéralement sur la berge, où attendaient plusieurs rochers. Le choc fut rude, surtout au niveau de la tête où je ressenti une douleur vive. Mon adversaire commença alors un méticuleux travail de passage à tabac. J'essayai tant bien que mal de me saisir de mon sabre, mais quelle grave erreur ce fut que de tendre le bras. Des griffes aiguisées vinrent lacérer ma main et mon bras gauche. La blessure me fit lâcher un cri, rauque et guttural, et un coup d’œil vers celle-ci me fit savoir que mon bras avait été entaillé sur huit bons centimètres, coupant au passage, une bonne partie de l'os. Je luttais autant pour me défendre que pour ne pas tourner de l’œil, mais c'était chose ardue, et je sentais peu à peu la fin approcher. L'autre dut lui aussi la sentir, et récupéra mon sabre pour venir m'achever. Je fermais les yeux.
    Une grande détonation vint me réveiller, et la bête qui se tenait précédemment devant moi recula d'une grosse trentaine de mètres, un boulet logé dans le torse. À la vue de ceci, j'esquissais un sourire hagard. Mais pas le temps de se reposer, me tournant vers ma main transformée à l'état de charcuterie, il m'allait falloir bien de la concentration. Alors, puisant dans mes souvenirs, je me rappelais le geste du poignet et des doigts enseigné par Zorn, et le répéta ici. Un sort magique s'opéra alors, et ma main autrefois détruite, se reconstitua petit à petit. Il fallut tout de même réitérer deux autres fois pour retrouver le plein contrôle de mon bras. Arrachant ma manche en lambeaux, je regardai avec satisfaction mes doigts bouger à nouveau, puis me redirigeai vers le champ de bataille.

    La situation ne semblait pas tourner en notre faveur, pour le moment. Ici et là, des boulets de canon avaient fragilisé la plaque de glace, et des fissures apparaissaient déjà, courant sous nos pieds, mais je chargeais, de façon très inconsciente même, mais aussi remarquable, sur le tas d'ennemis en faisant valdinguer mon sabre dans l'air. Je suis pratiquement sûr que mon action raviva le moral des gardes, et ceux-ci reprirent leur besogne avec plus d'entrain. Ma lame toucha une épaule adverse, et du sang éclaboussa mon visage. J'entendais le sang pulser dans mes tempes, et l'adrénaline monter. Je ne savais pas exactement ce qu'était l'état de folie meurtrière, mais sans doute que j'étais actuellement dedans. Armé d'une sorte de gaieté morbide, j'encourageais mes hommes, tout en taillant ici et là jambes et bras. Grâce à cela, la donne changea et le dominant prit bientôt le dominé. Nous avions gagné une autre bataille, mais au prix de très lourdes pertes. Ensuite, je vis le groupe de Gaudot au loin, juste à l'entrée de la grotte. Bizarrement, ils avaient arrêté de bouger, et l'un des gardes semblait indiquer quelque chose au lieutenant. Je plissais les yeux puis, avec un air d'épouvante, compris de quoi il en retournait. Ce que nous avions au début pris pour un énorme rocher, n’était pas un vulgaire tas de pierres, mais bien un énorme monstre à la peau d'andésite. Celui-là même, sans doute, qui avait décimé la troupe d'hommes à l'avant-poste.
-" Lusset ! Rapport de la situation tout de suite et maintenant Rrondedju !
- Vingt-cinq morts et douze blessés graves Colonel"
Le temps n'allait pas nous aider, il fallait un plan d'urgence.
-" Rapatriez les blessés sur la berge, les médecins doivent rester à terre. Et pour les morts… Eh bien, nous ne pouvons pas nous permettre de les acheminer pour l'instant.
- Bien monsieur, je comprends votre choix"
Un soldat intervint alors au milieu de notre discussion. Il était de ceux faisant partis du régiment de Zorn.
-" Colonel ! Comment pouvez-vous abandonner vos morts au milieu de cet endroit ?! Vous êtes une honte, une injure à la Gard'..."
Deux coups dans le visage suffirent à donner un angle hasardeux à son nez, et à le faire taire par la même occasion.
-" Bienvenue dans le second régiment expéditif envoyé à Kel'Daer soldat. Pour les questions, adressez-vous à mon aide de camp."

    Je m'attardai quelques instants pour gribouiller un bout de papier, vérifier l'heure sur ma montre, puis continuer à rédiger d'une écriture sale et bâclée.
- " Bien, envoyez un homme à l'artillerie et dites-lui de donner ceci à l'officier principal. Pourquoi ? Regardez plutôt vers les rochers là-bas."
Lusset marqua un air d'incompréhension et scruta l'endroit que je pointais.
-" Les rochers… Là-bas… Oh. Ooooh… Oh fichtre."
Il trouva rapidement un homme, et lui transmit mon bout de papier. Quant à nous, nous devions nous organiser. J'estimais tout d'abord notre temps avant confrontation à environ une quinzaine de minutes. Le monstre était relativement lent en fait, de l'ordre d'environ vingt mètres toutes les minutes, cependant, sa vitesse était compensée par sa protection dont nous ignorions encore les points faibles. Le plan était alors simple : déjà, couper en vitesse du bois, et récupérer les épées des morts. Ensuite, attiré par les Gardes, le troll se trouverait alors pile à un endroit où couraient des fissures, et donc un sol fragilisé. De fait, nous serions aux prises avec l'horreur au milieu d'un terrain dangereux. Le but ici était clairement de jouer la montre. En fait, jusqu'à ce que l'artillerie pilonne notre position, avec nous encore au centre donc. Tout ceci pour briser la glace et faire couler l'ogre. Et de là pour rejoindre le bord avant d'être engloutis… Euh…
-" Et bien nous aviserons Lusset ! Nous aviserons comme nous l'avons toujours fait".

    En tout et pour tout, il y avait donc onze hommes pour cette fois, nous y compris.
-" Messieurs, cette fois-ci, c'est la dernière, peu importe de quelle façon elle se finira, je sais que l'on se souviendra de nous et de notre régiment pour cette unique et dernière fois. Bon courage à tous, et vive la Garde !"
Lentement, les épées murmurèrent à la sortie de leur fourreau. Une bien triste note nous accompagnant au combat. Durant les dix dernières minutes, à l'aide de bois et de lames, nous avions confectionnés des patins à glace. C'était d'autant plus stupide et désespéré qu'à mon image, désespéré. Sabres au clair, nous avancions, solennels, la cible se faisant de plus en plus proche. Le cor de la Garde sonna, invitation macabre, acceptée par le rugissement bestial du troll. La danse commença. Mon épée tinta contre la glace : c'était le coup d'envoi. Un premier garde avança dans le dos de la bête, le coup qu'il envoya tapa le roc. La lame se brisa, et des reflets de lune se reflétèrent dans les éclats de métal. Lusset vit arriver son tour, il attaqua de front, présentant sa lame au troll. Une accélération lui permit de prendre l'ennemi de court, et ainsi passer sous son bras, égratignant légèrement celui-ci. L'ogre agita sa souche de pin qui lui tenait lieu de massue, mais l'homme l'évita en glissant vers l'avant. À présent, nous avions formé un cercle, tournant autour de la cible, harcelant celle-ci comme l'auraient fait des loups. Un autre homme se faufila depuis la droite, enroulant une corde autour du pied du troll. La dansa battait de plus belle. Un nouveau garde apparut sur la gauche, l'épée et le regard défiant. Il s'élança, mais fut cueilli tout aussi net par le gourdin improvisé. Dix hommes nous restaient. À son tour, l'ogre s'activa. Il porta un coup vers le garde le plus proche, créant des fissures, et déstabilisant l'homme au passage. Arriva alors mon tour. J'approchai le troll par la transversale, me courbant au passage, pour passer sous son bras et toucher son pied. La lame traîna derrière puis, dans un sursaut, tailla la jambe. Œil pour œil, dent pour dent, et pied pour pied, l'adversaire fit tournoyer la souche, frappant au passage deux gardes par les flancs. L'un d’eux s'écroula, emporté plus loin, l'autre quitta le cercle pour aider son camarade. Huit hommes restants. Un autre vint s'ajouter au compteur lorsque le troll l'écrasa du plat de la main, creusant un trou pourpre dans la glace. Lusset retenta sa chance, en recommençant sa technique, il fut paré cependant et, projeté vers l'arrière, se stabilisa avant de revenir dans la danse. En représailles, la massue fondit sur moi. Dans un contrecoup hâtif, mon épée vont se planter dans le tronc, s'échappant par la même occasion de me mains.

    Soudainement, une explosion retentit, immense et rouge, soufflant la surface du lac. In-extremis, j’attrapais le bout de la corde, Lusset, quant à lui m'agrippa, de même qu'un autre homme. Le souffle, poussa les autres gardes vers la berge, créant au passage d'immenses cassures dans les plaques de glace, créant pics et trous béants vers la noyade.
-" Gaudot" souffla Lusset en se relevant.
Resté sur le dos et regardant vers le ciel étoilé, je pris un vilain sourire. Non seulement, c'était Gaudot, mais c'était surtout le signal que je n'attendais plus. À ce moment précis, les canons commencèrent à aboyer depuis les hauteurs, et les premiers boulets virent s'écraser contre le dos du troll.
-" Gardes, on bouge et vite !" Fis-je à haute voix.
En effet, chaque boulet tapant l'ogre faisait courir de plus en plus de fissures sur la surface du lac, le morcelant d'avantage. Lusset, le Garde et moi, ayant abandonné nos patins, courions et sautions maintenant sur les plaques mouvantes de glace. Et finalement, dans un dernier mouvement de rage, le troll envoya une énorme onde de choc dans notre direction. Celle-ci provoqua une grosse vague, surélevant ou abaissant les plaques devant elle.
-" Lusset, la vague !
- J'ai vu Colonel ! Tenez-vous près de moi et accrochez vous. Nous allons essayer quelque chose !"
Sur quoi il dégaina à nouveau son arme depuis le fourreau situé dans son dos, et la planta dans le sol. C'était une bien étonnante lame d'ailleurs.
-" Vous êtes sûr de votre coup l'ami ?"
Ce à quoi il répondit par un mouvement de tête qui signifiait : "Hmm, peut-être bien oui". La vague nous percuta de plein fouet, nous mouillant au passage. Lusset et moi nous servant littéralement de l'autre pour rester en place. Dans ce qui sembla être une éternité, nous étions plongés dans l'eau glaciale du Grand-nord Stendelien. Puis vint la sortie.

    On fit un vol plané en sortant du rouleau, et la chute ôta l'air de nos poumons. Pour tout dire, j'étais exténué, à moitié mort, mais quelque chose m'intrigua. Un étonnant bruit venant de ma gauche :
-" Woooouw ! C'était génial !" Fit Lusset en rigolant à s'en faire éclater les poumons.
-" Lusset mon ami, l'on va devoir arrêter de compter le nombre de fois où vous m'avez sauvé la vie"
Sur quoi, l'on se mit à rigoler comme des demeurés, perdus, au milieu de nul part.


Taverne du Classic Midnight, Stendel, Pénévard, An 190.
    Je fis s'entremêler les rennes de ma monture de telle façon à créer un nœud résistant, mais facilement défaisable. Mon cheval maintenant attaché à la charrette disposée à l'extérieur de la taverne, je vérifiais les flancs du destrier. Le trophée, heureusement, était toujours là, attaché aux sacoches. Bien des têtes s'étaient retournées à la vue de cette tête poilue et écailleuse. Il faut dire que ce n'était pas bête courante à Stendel. Mesurant plus de soixante centimètres de large, cette tête semblait à la limite entre un croisement d'ours, de loup-garou et d'un insectoïde. Je m'arrachai à la contemplation du trophée pour m'engouffrer dans ma taverne. Celle-ci comme à son habitude, explosait de bruit, proportionnellement au nombre de personnes à l'intérieur. Le serveur s'agitait entre les tables, tandis que le barman se surmenait pour pouvoir servir tous les poivrots du coin. La personne que je cherchais se tenait à côté du bar, attelée à écrire ce que je supposais être une commande, tout en surveillant d'un air circonspect ses employés.
-" Amiral Wariow", fis-je en me présentant à lui.
-" Colonel Thalkion. Qu'est-ce qui vous amène ici ? La dernière fois, vous étiez à Kel'Daer non ?
- En effet oui, mais j'en reviens, le général Zorn à prit la relève.
- C'est bien du Général Zorn ça, mais voyons, ne restons pas debout !"
Il me fit signe de le suivre, et nous arrivâmes donc à une table, où trois culterreux sirotaient leur bière. Wariow les regarda.
-" Cassez-vous."
-" Mais monsieur voyons …" Commença l'un d'entre eux.
-" Foutez le camp de ma taverne ou j’appelle la Garde".
Le message fut bref, mais ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd. Ils se levèrent et quittèrent la taverne.
-" Je vous ai vu parquer votre cheval à l'extérieur, qu'était-ce cette chose accrochée à l'arrière ?
- Oh. Un trophée, je compte le présenter à l'académie de chevalerie en même temps que la lettre de motivation, ainsi que …"
Wariow éclata d'un rire sonore, surpassant de loin le brouhaha ambiant.
-" Vous Chevalier ?" Répéta-t-il à plusieurs reprises entre deux salves de rires.
-" Je suis sérieux, j'ai apporté autre chose Wariow".
Cependant, Wariow ne semblait plus s'intéresser à moi, sa bouche s'était tu et il avait levé les yeux, maintenant absorbé à regarder  quelque chose dans mon dos. Il marmonna :
-" Meuh qu'est ce que c'est que ça ?"
Les conversations se firent plus légères tandis que je me retournais.

    Un homme se tenait dans l'encadrement de la porte, visiblement ligoté et bâillonné, ses vêtements en haillons. Il avait l'air épuisé, et s'il avait pu parler, il se serait sans doute plaint auprès de qui voulait l'écouter. Derrière lui se tenait un autre homme, tenant le premier par une corde. Légèrement plus grand, et aux cheveux bruns, lui aussi arborait cette mine triste et fatiguée de ces gens qui ont vécu. Il me rappelait quelqu'un.
-" Guillaume ?" Fis-je à haute voix.
-" Guillaume ?" Répéta Wariow sans vraiment comprendre.
La tête du grand homme tourna, puis un petit sourire s'y dessina. D'un coup sec, il balança son prisonnier dans un coin, l'assommant au passage. Celui-ci s'écroula, il était parti pour une bonne nuit. Les conversations reprirent tandis que Guillaume vint se planter sur l'une des chaises à côté de moi.
-" Comment ça va vieille branche ?!" Lui demandais-je sur un ton réjoui et en lui serrant la main. Je connaissais Guillaume depuis, tiens ... Belle lurette. Il avait autrefois été un ami précieux sur Ronceltiq.
-" Écoute, tout va pour le mieux maintenant !" Dit-t-il  en jetant un coup d'œil à son prisonnier.
Wariow semblait toujours étonné, et fixait Guillaume.
-" Wariow, je te présente Guillaume, Maire de Crystalis ! Guillaume, voici Wariow, Amiral de la Garde, et tavernier du coin.
- Je le connais oui, je viens souvent à cette taverne, mais je n'avais jamais eu l'opportunité de parler au propriétaire. Mais tiens d'ailleurs, comment va Ronceltiq ?"
Eh. Je lui expliquai que malgré tous mes efforts pour recréer un semblant d'unité celte, les habitants s’étaient finalement éparpillés dans l'Empire, faisant au passage exploser le comté de l'intérieur. Après tout, lui aussi avait été Celte. Tandis que je lui répondais, du coin de l’œil, je vis Wariow discrètement s'éclipser vers l'étage, il avait l'air très ennuyé de notre compagnie.
-" Et sinon Thal', qu'est ce que tu as ramené sur les flancs de ton cheval ?
- Je euh ... compte me présenter à l'académie de chevalerie dès demain, et ceci est une sorte de trophée".
Mon ami allait continuer de me questionner lorsque soudainement le serveur à l'entrée fit entendre sa voix :
-" Non monsieur, j'insiste, vous ne pouvez pas entrer !
- Mais si je peux. Poussez-vous, j'ai rendez-vous !"
Un homme essayait d'entrer dans la taverne en poussant légèrement le serveur. Lui aussi était grand, large d'épaule et avait l'une de ces voix qui portent dans le lointain. Le serveur s'apprêtait à répliquer d'avantage, lorsque la tête de Wariow apparut dans l'escalier menant à l'étage.
-" Laisse le passer, ou sinon tu peux dire bonjour à la plonge ! Et toi Saboteur, ne vas pas salir ma taverne ... ET RANGE CE SAC MILLE MILLIONS DE MILLE
SABORDS !"
    Sur quoi il s'en retourna en haut, tout en grommelant contre le nouvel arrivant. Le serveur se retira rapidement, me permettant de voir correctement le personnage dans l'encadrement. Wariow n'avait pas tord, il était plutôt sale, et ce que j'avais à la base prit pour un pantalon pourpre, était en fait un pantalon blanc tâché de sang. Ses bottes n'étaient pas en reste puisqu'il semblait que l'homme eût marché dans des marécages, expliquant très probablement l'abondance de boue dégoulinant sur les planches. Il y avait également quelque chose de bizarre dans son regard, sans doute du fait de l'étonnante couleur de l'un de ses yeux, rouge écarlate. Guillaume appela le nouveau venu. Le dénommé Saboteur vint donc s’asseoir à notre table.
-" C'est lui que j'attendais, Thal' voici Saboteur Dragnir, ami et forgeron dans la rue d'à côté. Sabo' voici Thalkion, un vieil ami de la Garde Volontaire."
Saboteur et moi nous saluâmes d'une poigne de main.
-" Alors Saboteur, quelles sont les nouvelles ? Fit Guillaume.
Guillaume et Saboteur semblaient se connaître depuis un certain temps déjà.
-" Oh, eh bien, la vie suit son cours, tu sais." Continua Saboteur.
Sur quoi il posa sur la table son sac puant et suintant.
-" Après notre escapade à Crystalis, j'ai dû faire face à quelques bandits. Mais ils n'étaient que de vulgaires mercenaires en fin de compte. Et au final, la prime était assez bonne. Ce sac est un bon trophée pour demain !"
Je haussais les sourcils.
-" Euh… Un trophée ?"
-" Oui, en effet, j'ai l'intention de passer à l'Académie de chevalerie pour déposer ma
lettre de motivation ! Tiens, et toi Guillaume, comment s'est passée ta quête après Nimps ?"
Le concerné, qui s'était tourné pour commander des bières, regarda à nouveau Saboteur. -" J'ai eu ma petite vengeance. Oui, je t'entends déjà me dire "c'est un plat qui se mange froid", mais que veux tu, ils l'avaient cherché en m’expulsant de Crystalis ! M’enfin bon, j'ai moi aussi ramené un trophée en plus de ma lettre de chevalerie."
Saboteur rigola de bon coeur.
-" Peu importe mon ami ! Et vous Thalkion, vous aussi avez envie de postuler à la chevalerie ?" Dit-il sur un ton blagueur.
-" Bah, vous allez rire ... Mais moi aussi en fait. À l'entrée sur mon cheval, se tient un trophée, une tête d'un monstre trouvé à Kel'Daer. Et aussi, il y a ceci".
Sur quoi, j'amenai sur la table, une épée. Celle-ci semblait faite d'un matériau étrange, au croisement entre de l'argent, de l'acier bleu et du verre. La garde quant à elle, semblait faite d'obsidienne, et à la surface de la lame flottaient des signes runiques, brillant faiblement dans la demi-obscurité.
-" Pour ce que j'en sais, c'est une lame Houndaer. C'est un vieil ami qui me l'a donné, après une bataille."
Saboteur examina attentivement la lame.
"Très bel ouvrage" me fit-il remarquer.
Sur quoi il empoigna l'une des bières qui venaient d'arriver.
-" Messieurs, trinquons à nos faits d'armes !"
Les chopes s'entrechoquèrent et furent bientôt vidées. Nous en commandâmes
d'autres.

    Ma montre indiqua bientôt vingt-deux heures et demi. Le bar s'était peu à peu vidé, et je regardais les derniers ivrognes sortir par la porte, fortement précipités par Wariow, qui avait hâte de fermer boutique. Étonnamment, il nous avait laissé la taverne à nous tout seul, un rude combat pour le convaincre, mais nous avions gagné.
-" Eh Thal', à ton tour !"
Mon regard revint subitement sur notre table, où Saboteur, Guillaume et moi-même avions commencés à faire un château de cartes avec des chopes vides. Ni une ni deux, je vidais le restant de ma bière, encouragé par les "OUAI OUAI !" répétés des deux autres. À leur plus grand bonheur, je validais donc mon tour et vint poser ma chope vide en haut de la déjà très grande pile. Le principe était simple : tu bois, et si tu fais tomber la pile, tu payes la tournée. Saboteur se leva d’un coup.
-" Ne bougez pas, j’reviens."
Sur quoi, d’un pas hasardeux, même pour nous, c’est dire, il se dirigea vers la cave. Guillaume fidèle à ses convictions, empoigna sa chope de bière et la vida en deux temps. Une boucle s’installa alors, mon tour, son tour, mon tour, son tour. Je m’apprêtais à valider un énième tour lorsque tout d’un coup, la tour de chope s’écroula dans un bruit ahurissant. L’auteur de cette haute trahison n’était autre que Saboteur lui-même, tenant un tonnelet dans ses bras.

    -" Désolé les gars... " Fit-il.
Mais s’en était trop ! Comment avait-il osé détruire notre travail ? Que dis-je, l’œuvre de toute une soirée de beuverie ?! Peut importe les raisons en fait, on avait juste envie de rigoler un grand coup. Alors, d’un regard accordé, Guillaume et moi prîmes une chope avant de la lancer sur Saboteur. Celui-ci tenant toujours son tonnelet, ne put que recevoir de plein fouet les objets. L’un d’eux d’ailleurs percuta le récipient, et un liquide couleur ambrée commença à couler fortement sur le sol. Saboteur, prit d’une rage folle à la vue de ce tonneau se mourant, cria :
-" Comment avez-vous pu oser gaspiller ce délicieux rhum nomdedjeu ?! "
Sur quoi il nous lança ledit tonneau sur la figure. Cocasse hein ? Quoi qu’il en soit, il nous rata, et le récipient vint plutôt percuter l’homme  ligoté de Guillaume, se fracassant au passage dans un mélange de rhum et de bois. Commença alors la plus grosse bataille de bar entre trois personnes qu’il me fut donné de voir. Saboteur souleva une table et se réfugia derrière, tout en amassant les précieuses munitions, Guillaume et moi nous réfugiant derrière le bar. D'un coup, deux objets violents non identifiés vinrent taper contre le mur, et atterrirent à nos pieds. C'était deux des trois sacs contenant les têtes des bandits ramenés par Saboteur. Je me relevai pour les rapatrier vers notre ennemi, mais pris la dernière tête en pleine figure. Il y eu une accalmie. Puis les chopes fusèrent, et nous en profitions pour en remplir une ou deux au passage. Sabo en attrapa une au vol, et la but d'une seule traite. Hélas, pour lui, ce fut l'une de trop, et il s'écroula derrière son rempart. Il s'était endormi. Enfin, Guillaume et moi fîmes un tour des lieux, Wariow allait nous étriper. Guillaume tomba ensuite à la renverse, et j'en fis de même, de sommeil ou à cause de l'alcool, je ne sais pas.

 


Épilogue : Something ends, something starts.
Stendel, 6 heures du matin.
    Depuis quelques heures déjà, nous nous attelions à nettoyer le bazar causé dans la taverne. Il faut dire que Wariow, revenu en avance dans la taverne nous avait passé un sacré savon. Quoi qu'il en soit, c'était un dur travail, surtout dans nos conditions déplorables, mais tout fut finalement rangé. D'un commun accord, nous avions décidé de faire route ensemble jusqu'à l'académie de Chevalerie, c'est-à-dire à environ cinq-cents mètres de là... Nous allions partir, mais soudainement, Saboteur souleva un problème de taille.
-" Eeeeh les gaaars ? J'crois qu'on a oublié de faire nos let'es de motivation en
fait…"
Et c'était relativement vrai en fait. Saboteur et Guillaume trouvèrent de vielles serviettes et du charbon pour écrire la leur. Quant à moi... Eh bien j'avais mon vieux carnet de route de Kel Daer ... Tant mieux, cela ferait parfaitement l'affaire. Nous étions dehors à présent, et le grand portail blanc du château approchait. Finalement, nous arrivâmes bientôt à la rencontre de l'intendant. Sans un quelque mot de notre part, nous glissâmes nos lettres via la grille. Et c'en était fini. Je fis mes adieux à Guillaume et Saboteur sur le pont, et l'on se promit un jour, de se revoir.

    J'étais pensif. Maintenant Kel'Daer terminée, c'était la fin, la fin d'une expérience. Un sentiment d'accompli, de fierté profonde m’envahit et s'installa dans mon cœur. Et moi qui pensais ne plus ressentir d'émotion ! J'allais enfin goûter au doux repos de la campagne. Pourquoi ne pas m'acheter un domaine
dans la banlieue campagnarde de New-Stendel tiens ? Oui, ce serait parfait, un
petit hameau de paix et de complaisance !
C'est à ce moment-là, qu'un homme à l'uniforme bleu m'accosta :
-" Colonel ! Le Général Zorn vous fait demander, et vite. Direction les quais du
port dans trois-quarts d'heure, une histoire de pirates, je crois, à régler".

    Je remercia le lecteur d'un sourire amical, réajusta l'épée Houndaer dans
mon dos d'un coup d'épaule, puis me mit en route pour de nouvelles péripéties.

 

A1_sWkZqeiLHhFU0v5vTI3O3kYzOrPWHOJUR9MeTaiUNqqhV8VWvsD27j1ErnDGuppSOG2g2ryEXX1iNUXofYS6E9q76nWji8FXY18_odd6coVvEDQUusQSrNLkmw6X9A-C0PMQi

   Les très fameux remerciements, maintenant presque impératifs dans les candidatures, mais soit. J'aimerais attirer votre attention sur ces personnes ci dessous, qui ont grandement participées à ma construction en tant que joueur mais aussi en tant qu'humain :

 

- Tout d'abord, le valeureux Général Bonadventure Pencroff, père de substitution de la Garde, mais aussi hardi camarade sans qui tout cela aurait été impossible.

 

- Ensuite vient GhideonZorn, le second Général du Fort, aussi amical que plaisant compagnon. Tu as grandement participé à mon éducation architecturale, et j'ai appris une nouvelle façon de jouer roleplay avec ton aide. Vraiment merci pour tout. Merci à toi pour toutes ces soirées rp où l'on "rétablit" l'ordre à coup de truelle !

 

- Le Jihair ! Également fier camarade, celui qui, dès son arrivée, était destiné à devenir un grand colonel. À la façon des deux extravagants personnages plus haut, tu fais parti de ce groupe qui a outrepassé le virtuel pour devenir un véritable ami. Alors, merci mon ami ^^

 

- Le Saboteur-Dragnir, joyeux personnage que j'ai rencontré par le biais de Pencroff. Au début, on savait pas trop s'il était gentil ou méchant, toujours dans son channel mumble. Avec le temps, j'ai découvert un bon camarade, mature mais un peu immature aussi, avec qui je passe de supers moments.

 

- Guillaume73, sans doute l'un des derniers celtes vivants sur Stendel. Wow. Merci pour ton aide sur Ronceltiq !

 

- Carlyto, un joueur amical doublé d'un architecte et un créateur d'univers fantastique.

 

- le grand rigolo Suljii, le génialissime feu-Cauko, Wendy, Wariow, vous tous de très bons camarades du Fort.

 

- Toute l'équipe de Simurgh ! D'excellents voisins qui nous laissent charcuter les frontières, mais avec gentillesse.

 

- Le duo de Nydria, DarkHoshin et le très connu chef des lutins, kogapegaz, un étonnant petit bonhomme très joyeux et également impliqué.

 

  Puis plus largement, Squirkiz, Shrui, Poupek, Ewina (C'est trop bleu), mais aussi xadrow, toute l'équipe du Néo Dominion, et enfin Mopitio (parce que les cookies ne suffisent plus à l'amadouer...)

Modifié par Thalkion
Ajout de screens o/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous !

 

 

C'est pour moi aujourd'hui une immense joie de venir plussoyer Thalkion dans sa quête vers la chevalerie.

J'ai eu l'occasion de rencontrer Thalkion (ou Thathal, pour les intimes) il y a plus de deux ans maintenant, alors qu'il revenait sur Minefield et rejoignait la Garde Volontaire par la même occasion. Et voilà bien maintenant deux années que j'ai le plaisir de le côtoyer régulièrement. Je vais donc essayer de faire un plussoiement digne du rang qu'il mérite. 

 

Je commencerai par parler de Thalkion au sein de la Garde. Son arrivée a marqué le Fort Herobrine aussi bien sur son roleplay, que sur son style architectural. J'ai pu travailler avec lui sur le renouveau du style des constructions du projet, et c'est en partie sa participation qui a permis de faire du Fort, et même de la Garde, ce qu'ils sont maintenant. Toujours volontaire pour aider, il n'a jamais reculé devant les obstacles que pouvaient présenter certains gros chantiers. Pour prendre un exemple parmi de nombreux, la Forteresse d'Infanterie, ses bâtiments, ses murailles, ses souterrains et ses multitudes de détails sont de lui. Mais, quand il build, Thalkion ne se contente pas de poser des blocs, il construit l'histoire de la zone avec. Son engouement et son talent qu'il a investi ne se représentent pas à quelques pierres posées sur la grande construction qu'est la Garde, mais à des murs entiers. Et même deux ans après notre rencontre, il continue de donner de sa personne. Son aide pour la réalisation des plans de Terre-Morne a été primordiale. Pendant plusieurs semaines, j'ai travaillé avec lui pour finir la prison. Ses conseils ont de plus contribué à l'amélioration finale du projet. Et tout ça, alors que son temps de jeu pouvait parfois être assez restreint. 

 

Et ces talents de builder, il ne les a pas mis qu'à disposition de la Garde. Il suffit de regarder Ronceltiq, projet celtique qu'il reconstruit entièrement par la seule force de ses bras. Il a revu le style du projet, en a refait des zones entières, posant des montages et collines là où n'y avait auparavant que des plaines. Ronceltiq, n'est par ailleurs qu'un exemple parmi tant d'autres. Je me souviens qu'il avait également fait des plans pour une refonte du bâtiment principale du Miko Institute, plans jusque là restés sur sa map solo. En bref, Thalkion possède une grande diversité de styles de build, ainsi qu'une détermination rarement observée. Son soucis du détail est juste impressionnant. Son talent l'a amené aujourd'hui au rang de scribe construction, signe que son investissement et son envie d'aider ne s'étendent pas à quelques projets, mais au serveur entier. Et je ne parle même pas de Nouvelle-Azur, projet dont il fait parti des joueurs encore fidèles.

 

Ses talents de constructeur, il ne les a pas juste mis au service de la construction, mais au joueur aussi. J'en suis un exemple. Je suis arrivé au Fort avec aucune compétence de build. J'y ai appris les bases auprès des joueurs de la Garde, mais c'est Thalkion qui m'a réellement formé. La majorité de mes builds sur le serveur peuvent ressembler à ce qu'ils sont grâce à lui. Il a toujours été présent quand j'avais besoin d'aide, d'avis ou de conseils. Moi, ou d'autres joueurs d'ailleurs.

 

Parce que, outre être un excellent builder et rpiste, Thalkion est une personne qui cumule un joli p'tit nombre de qualités. Sérieux et motivé dans ce qu'il entreprend, il est aussi là quand il faut déconner. Sa modestie aussi. C'est une qualité qui est pour moi très importante pour candidater à la chevalerie. Pendant longtemps, il n'a jamais voulu montrer son travail, il buildait dans son coin, sans jamais présenter sur le forum ce qu'il faisait. Et pourtant, il faisait du lourd. Et encore maintenant, il est critique de ses builds, ouverts aux conseils des autres, et s'améliore de jours en jours. Il ne se repose jamais sur ses acquis, et apprend en continu. 

 

C'est cet ensemble que je n'ai fait que résumer qui m'a rapproché de lui. Au début, je ne l'ai connu que comme un "soldat" de la Garde, alors que j'étais sous-dirigeant du projet. Puis j'ai pu voir son ascension dans au sein du Fort. Ses conseils ont toujours été utiles à l'avancement de la Garde, notamment à mon passage en temps que dirigeant, où il a été nommé sous-dirigeant. Là où il était à l'époque un ami comme autre sur Minefield, aujourd'hui notre amitié s'étend aussi irl, elle ne ""disparaît"" pas après avoir éteint le pc, elle continue par bien d'autres moyens, et se dirige vers une future irl. 

 

Pour conclure, Thalkion est un joueur ouvert aux autres, qui s'est investi du mieux qu'il pouvait dans tout ce qu'il a entrepris. Ses qualités font largement de lui un candidat apte au rang de Chevalier, car il en incarne à la perfection les valeurs.

Je te souhaite de réussir, et espère bientôt te voir en bleu clair, tu le mérites :P

 

Divulgacher

~ rp coming soon ~

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

secundo

 

 

Thalkion!

Ce joueur discret mais hyper actif, qui laisse de magnifiques constructions dans de nombreux projets! En effet, ton style architectural bien détaillé se retrouve sur tout le serveur, avec comme bijoux, le FH sur lequel tu as bien travaillé.

Nous nous sommes connus sur Ronceltiq, le ville celte qui à malheureusement peu à peu dépérit. Malgré cela, tu as décidé de reprendre le flambeau et rallumer sa flamme! Bien que je n'ai jamais été très actif sur Ronceltiq, j'ai toujours suivi tes avancées, en te donnant quelques petits coups de mains, mais je ne peux qu'admirer ton travail. Bien que tu ne sois plus trop sur Ronceltiq, nous serons toujours 2 celtes rescapés mais bien présents! ;)

 

Aujourd'hui, nous faisons ensemble notre candidature, et je suis fier d'être à tes cotés dans cette aventure! 

Tu es toujours présent sur le serveur, et on sait que l'on peut compter sur toi et te faire entièrement confiance.

Ainsi, tu es quelqu'un de sérieux, qui se donne à fond dans ses nombreux projets (et le résultat est à la hauteur!), et tu saura être digne du rang de chevalier en montrant un très bel exemple de joueur investi.

 

Je te soutiens  cher ami Celte!

Voici donc mon +1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir à tous ! 

Quelle joie, mais quelle joie ! De te voir aujourd'hui Thalkion poster ta candidature à le chevalierisiation ! (c'est bien comme ca qu'on dit par ici ?) 

À moi maintenant de te faire tout plein d'éloges et de tenter de démontrer que, oui ! tu ferais un super chevalier mon ami ! 

Commençons par le commencement du départ du début, Thal', depuis que je suis arrivé sur Minefield, nous nous sommes toujours côtoyé, à mes débuts sur Fort-Herobrine nous nous connaissions très peu, puis avec le temps, à mes yeux, tu as été une personne pour qui j'ai reconnu beaucoup d'admiration, que ce soit de part le fait de tes qualités d'architecte, mais surtout, car tu es une personne des plus sympathique que je connaisse, j'ai toujours plaisir à te voir sur mumble, à partager, à parler de sujets divers et variés. Tes conseils mon permis de prendre confiance en moi au niveau de la construction, et aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à toi que j'arrive maintenant à réaliser des chantiers.
 

Pour ce qui est du travail accompli, dois-je vraiment énumérer le nombre incalculable de réussite total que tu as étais à la source ? Je pense que ces derniers parlent d'eux même :
le travail que tu as réalisé pour Ronceltic, Fort Herobrine, et d'autre dont  tu gardes le secret font partit à mon sens de ce qui peut être aujourd'hui l'aboutissement de ce qui se fait le mieux aujourd’hui en 2018.

En dehors de tout ceci, au niveau moral, tu es quelqu'un dont on ne peut négliger l'aide que tu as fournis que ce soit à de nombreux nouveaux arrivants dont j'ai fait partis à mes débuts, qui sont aujourd'hui ravis de ce que tu as pu leur apporter, en effet, lorsqu'il faut aider son prochain, tu ne manques jamais à l'appel ! Ceci étant à mon sens une des qualité nécessaire à l’obtention de se grade ! 

C'est pour toutes ses raisons, que je pense que tu ferais un superbe chevalier mon ami o/ 

En te souhaitant bonne chance pour cette candidature, mais aussi et surtout pour la suite ! 

À très vite, 

Jihair. 

 

RP ON :

Le soleil venait de monter ses premiers rayons sur Sandstown, les premiers bruits d'enfant et de vie commencés tout juste à se faire entendre dans le silence du matin, comme à mon habitude, je revêtis mon tricorne, ainsi que mon dolman, et je me mis à prendre le chemin de la caserne. 

Comme à mon habitude lorsqu'il n'est pas en campagne, mon chemin m'amener systématiquement à passer devant la maison de mon Général Thalkion, ce dernier sortis de chez lui quand je me mis au garde-à-vous.

- Mon Général, le saluai-je en souriant

- Bien le bonjour mon Colonel !

Son sourire habituel laissait place ce matin à un petit air plutôt anxieux, quand je vis dans sa main, une lettre portant son sceau encore chaud, peu surpris, je lui lançai : 

- Vous savez, Général, je me demandais quand est ce que vous alliez passer le pas, cette lettre que vous tenez dans la main, c'est votre demande de chevalierisation je me trompe ?

- Surpris, il me questionna : alors comme ca, mon expression ne m'a pas trahi, en effet, un messager impériale m'attend, je dois lui remettre aujourd'hui.

 

- Vous savez, je ne suis guère surpris, je voyais bien à vos cernes ces derniers jours que vous ne dormiez pas beaucoup la nuit. Vous voir aujourd'hui, cette dernière en main me donne un sentiment de fierté, et dire que vous allez sans doute être le deuxième chevalier de notre garnison ! 

Après un sourire mutuelle, nous prenions chacun notre route. 

- En voilà une excelente nouvelle ! M'ecriai-je tout seul à haute voix ! Tendis ce qu'un passant non loin ce demandé ce que je pouvais bien vouloir dire, à m'exclamer seul en marchant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Thalkion, Thalkion, Thalkion !!!!

 

Dernier de cette cuvée actuelle de chevalier.

A mes yeux, je ne m'attendais pas vraiment à une candidature de ta part maintenant, je t'en ai fais part mais ce n'est pas pour autant que tu n'auras pas mon soutien car tu mérites autant que les autres à devenir Chevalier. :)


Tu es un joueur actif, sérieux, motivé dans tout les projets que tu entreprends : Fort Herobrine, Ronceltiq, Terremorne. Tu es un super bon architecte et ton travail a toujours été de qualité. D'ailleurs tu pourrais devenir un excellent Scribe Architecture. Tu devrais tenter ta chance, tu as toutes tes cartes à abattre là-bas à mon avis. :)

 

Ton implication au sein des communautés font qu'aujourd'hui tu es à la fois un chef de projet investi dans les projets que tu réalises et à la fois un excellent général au sein du Fort Herobrine. Plus sérieusement, je pense que sans toi, on se mangerait encore des murailles en damiers et des postes de gardes en mode mixage barrière dalle à la Pencroff. Merci de l'avoir écarté de ça :p (Ne le prends pas mal Penpen j'aime bien te taquiner :*)

 

Bref tout pour dire que tu mérites amplement ce grade. Tu feras un très bon chevalier et tu seras bizuté avec les autres de la pire des manières !

 


Voici mon +1

 


Cordialement,

 

Stalroc,

Seigneur de Simurgh,

Chevalier de l'Empire,

Co-gérant de The Adventurer,

Véritable Thrall du Comté de Ronceltiq

 

 

PS : Vous m'avez bien mangé une heure pour soutenir vos 3 candidatures.

Modifié par Stalroc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par où commencer? Tant à dire que je n'y retrouve ni pied ni tête.

 

J'ai appris à connaître Thalkion par un pur hazard, dans mes vaps d'orgueil de construction. Il m'a présenté son travail car il voulaist une opinion constructive; hélàs je ne lui suis probablement pas venu en aide très utile au vu de mon abassourdissement de la qualité de son travail.

 

Thalkion a une qualité que je ne peux pas prétendre avoir (outre une patte architecturale encore plus détaillée que la mienne): il est humble. C'est pour cette qualité que je pense que pas assez de gens le connaisse parmis les maitres de l'architecture comme Calypso, Shrui, Stalroc et j'en passe. Mais je viens rectifier cette erreur: cet homme est un des créatifs les plus épanouis que j'ai pu croiser, et j'espere sincèrement qu'il continue à m'impressioner à chaque nouvelle construction.

 

Maintenant, passons de l'artiste à l'homme. Thalkion est un joueur investi dans ses projets, tant bien en temps qu'ancien Nivemi contraint à rejoindre les forces de l'Empire qu'en temps que Normand sur le Ronceltiq. À coté de ça, il est passé plusieurs fois sur les Landes Sauvages pour donner un coup de main (par generosité je vous assure, on ne l'a pas fouetté). Il est calme, aimable, amicale, et ouvert à la discute. Bien que nos conversations n'ont pas été aussi nombreuses que je le souhaiterais (par ma propre faute principalement), je ne garde que de bons souvenirs de ses passages.

Il fait partie aussi de la premiere delegation RP qui s'est aventurée sur les Landes pour faire une mission d'éclairage, moment que j'ai apprecié. C'est grâce à lui, ainsi qu'au gouverneur Pencroff et General Zorn, que je me suis tant réinteressé au RP qu sens general du terme.

 

Je pourrais faire bien plus de louanges, mais je risque de devenir repetitif. Un homme mature, sage, et bon. Les qualités d'un chevalier. +1

 

Bonne chance l'ami, à bientôt.

 

Cordialement, 

Xadrow

Shogun d'Akuma Kyodai,

Représentant des Sans-Nations et des Landes Sauvages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir je viens soutenir ... un nivévévé ..... UN NIVÉVÉÉ ... un nivémi ..... 

 

Bon en bref, je ne viens pas soutenir n'importe lequel des nivémi je viens soutenir un ami de longue date qui n'est autre que Thalkion mon camarade postulent en même temps que moi et Guillaume à la chevaliérisation ! 

 

Je connais Thalkion depuis un petit moment déjà la première rencontre dont je me souviens étais au pvp d'azur ou il portait encore le pseudo de Skylight07, il m'avait allègrement poutré en H&B d'ailleurs, j'ai pas réussi à retrouver cette jolie tête blonde avec le skin du St trident à mon plus grand regret.

Thalkion est un ami sur lequel on peu compter, toujours là quand on a besoin de conseil ou d'aide et surtout c'est un joueur qui ne se prend pas la tête, il est calme et ça c'est une grande qualités ! 

C'est aussi un joueur qui c'est fait discret en effet, il est sur Minefield depuis de nombreuse année, il a participé à l'avancement et au développement de nombreux projet Azur, Ronceltiq qu'il dirige actuellement ou encore même plus récemment le Fort Hérobrine ou il occupe maintenant le poste de Général de Brigade (co-dirigeant en gros), mais il n'a jamais réellement fait parler de lui sauf en bien ! 

Thalkion est aussi un joueur déterminé et motivé, il a pu nous le prouver ces dernières années comme je le disais au dessus avec les différents projets qu'il à rejoint mais encore cette fois ci avec cette candidature soigné et extrêmement bien présenté ! 

Il est aussi un Architecte de talent et sûrement l'un des meilleurs (voir le meilleur de mon point de vue) de Minefield, il sait comment améliorer chaque style déjà existant et pourtant déjà bien présent sur Minefield, ce que j'aime dans ces constructions c'est qu'il innove et voit plus loin que ce qui est déjà présent ! 

 

Bref j'espère sincèrement que tu passeras Chevalier car tu es un joueur qui est là pour s'amuser, qui ne se prend pas la tête, qui écoute et s'occupe des autres ce qui est pour moi les qualités obligatoires pour devenir chevalier, tu mérite ce grade et j'ai hâte de voir ceci : Thalkion

 

Ce soutien est assez court car je suis assez mauvais en plussoyement, mais tu as tout mon soutien !

 

Sabo 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello :) 

 

Thalkion n'est pas qu'un simple joueur, ni un simple Azuren, mais plutôt un grand Homme !

 

Thalkion a déjà fait pas mal de choses sur Nouvelle Azur et sa créativé ne fait qu'enjoliver la ville.

Quand je suis arrivé sur le projet de Nouvelle Azur, Thalkion était déjà là. Et je le voyais déjà bosser sur tous les chantiers de la ville.

Aujourd'hui encore, il continue à se donner à fond pour faire vivre ce projet même dans les moments les plus sombres, et tout ça, de lui même.

 

Pour dire que Thalkion est une personne très très importante sur Nouvelle Azur et qu'encore aujourd'hui, s'il n'était pas présent, Nouvelle Azur n'avancerait pas aussi bien que ça avance aujourd'hui. Sans oublier qu'il apporte aussi sa contribution et sa vision à plusieurs autres projets de Minefield. Et tout ça, depuis plusieurs années.

C'est très honorable de sa part.

 

Etant donné qu'on travaille ensemble sur le même projet, j'ai l'habitude de côtoyer Thalkion et il va s'en dire que c'est une personne très symphatique, drôle et discrete.

C'est toujours un plaisir de discuter et de travailler avec lui.

 

Volontaire et impliqué, Thalkion mérite complètement le grade de Chevalier (selon-moi).

 

Un énorme +1 pour mon ami Thalkion, qui j'espère, le restera encore très longtemps !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour !

Avant toutes choses, comme pour une fois j’ai lu le RP et que je l’ai trouvé de qualité, voici un tout petit peu de RP en retour pour la beauté du geste également :

 

Révélation

Alors que le soldat apportant les nouvelles de la capitale venait de sortir de son bureau, Ewina dégaina sa plume et son papier. Elle scruta un instant la fenêtre face à son bureau, en réfléchissants aux mots appropriés à une telle missive, puis se mit à rédiger :

 

"Colonel Thalkion,

 

J’eus récemment vent de vos exploits à Kal’Daer. L’on m’a raconté comme la bataille faisait rage, ainsi que les atrocités que vous et vos soldats durent affronter. N’ayant jamais mis les pieds dans ces contrées de Stendel, je ne peux que difficilement imaginer l’épreuve que cela à dû être. Je vous communique donc, de soldat à soldat, tous mes respects et mon admiration quant à vos capacités. Il est certain que votre carrière et votre renommée ne sont guère exagérées.

Je vous présente également mes condoléances pour les hommes tombés au combat, je sais que le prix à payer à chaque bataille est plus lourd qu’on ne le croit. Ils sont morts en héros.

 

La nouvelle de votre candidature à la chevalerie à traversée tout le pays pour atteindre mes oreilles. Sachez donc que vous êtes un modèle dont je m’inspire pour me parfaire tant sur le terrain que dans mes fonctions, et que je vous apporte tout mon soutien dans l’obtention de ce titre que vous méritez amplement.

 

Amicalement,

 

Ewina,

Colonel et Ministre des armées Freiwaldi."

 

 

La jeune femme cacheta la lettre et l’adressa au nom du Colonel Thalkion, puis demanda à son second de l’expédier dans le Sud, au Fort Herobrine, avant de retourner à ses occupations.

 

 

Vous l’aurez compris, je suis là pour plussoyer Thalkion. Tout d’abord, en se penchant sur ce qui est le plus simple, le plus évident et pourtant pas négligé : La candidature en elle-même. C’est beau, c’est clair, c’est rempli et propre. Et pour dire, ça m’a même donné envie de lire le RP, premier RP chevalier que j’ai lu de ma vie ; et sachez que je vous le conseille vivement, il est très bien écrit, prenant, avec de l’action et de l’humour. 18/20 selon le Figaro.

Les qualités nécessaire pour devenir un chevalier sont plutôt subjectives au final, et les critères varient avec le temps et les gens. Néanmoins je pense qu’à peu près tout le monde s’accorde à dire qu’un chevalier se doit d’être honorable, d’être présent sur le serveur, actif et motivé (ou alors y a que moi, auquel cas je n’en penserai pas moins). Et bien Thalkion regroupe tout ça, et ce aussi objectivement que je puisse en juger.

J’ajouterai aussi qu’il possède la capacité d’être lui-même objectif quand il est nécessaire de l’être, de faire abstraction du jugement collectif et d’apprécier les gens simplement. Il est accueillant auprès des nouveaux joueurs, ce qui je pense devient de plus en plus important avec le temps. Thalkion est motivé, je l’ai dit, mais plus que ça : il est doué et mets ses compétences à contribution. Il est de ces gens avec qui discuter est simple mais surtout qui sont abordables. Il est agréable de plaisanter avec lui, que ce soit en léger troll ou pour mettre nos skins en négatif il y a bien longtemps maintenant (c’était d’ailleurs beaucoup trop bleu, tu sais.)

Et là, j’en viens sûrement à dériver loin de l’objectivité, mais ce n’est qu’en parcourant cette candidature que j’ai réalisé que dans le fond, à mes yeux, Thalkion à toujours eu l’étoffe d’un chevalier, même sans en avoir la couleur.

 

« les chevaliers sont des idéaux avant d’être des joueurs, ils sont modèles d’honneur, mais montrent également qu’avec du temps, même le plus simple des paysans peut parvenir à ce titre. »

 

Mon cher Thalkion, c’est exactement l’image que j’ai de toi, et c’est pour cela que j’ai la certitude que tu fera un chevalier digne de ce nom.

 

Ainsi, avec un plussoiement qui n’est pas si long mais qui regroupe simplement ce qui pour moi est une évidence, j’accorde un +1 bien trop bleu à mon ami.

 

Ewina

 

Modifié par Ewina

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

Je viens soutenir Thalkion dans sa demande de chevaliérisation. Thalkion c'est une petite personne bien silencieuse, mais pourtant qui accompli de graaaaaaandes choses. Un être doué d'un talent certain pour l'architecture, ainsi que pour boire des bières, qui étend son ombre doucement mais surement sur l'architecture du serveur.

Thalkion je l'imagine toujours comme une petite chose mignone vu qu'il a pas de voix, ce qui ne colle pas trop avec l'image d'un chevalier. Mais bon, il n'est jamais trop tard pour changer l'image de la chevalerie, donc je pense que Thalkion a toute sa place là bas.

 

Il a tout mon soutient

Dark-Hoshin

Modifié par Dark-Hoshin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ! Thalkion !

Étant un jeune joueur sur Minefield, je n’ai rencontré Thalkion que récemment et pourtant j’ai pu faire de nombreuses choses avec lui ! Nous avons construit ensemble un hameau et une petite taverne à Nouvelle Azur mais surtout, nous avons fondés ensemble la confédération de Mérolia. J’ai pu de nouveau le rencontrer lors de l’instauration de relations diplomatiques entre la Garde Volontaire et Harmonia. Nous avons régulièrement discuté, parfois même en RolePlay (d’ailleurs je me rappelle d’une cours poursuite dans la capitale ...) et je peux dire une chose : il a l’étoffe d’un chevalier, prêt à défendre les idéaux de l’Empire.

Malgré ce plussoiement un peu court, je ne peux donc que plussoyer,

JBK92100

18100208141113504915921763.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon Cher Thalkion,

Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Que veux-tu ? Ah, c'est de bonnes questions qui sont là ! Ah ah merci de les poser o/
  Cela ne fait en réalité pas si longtemps que ça que l'on se côtoie. On se croisait par-ci par-là en jeu ou dans un chan mumble mais c'est depuis peu, pour de certaines raisons, que nous avons commencé à échangé. 
  En effet, de ma petite mémoire, tu es le patron du Nouveau Ronq Celtique (Note: penser à vérifier l'orthographe de ce nom à la noix). C'est un projet qu'il est bien, des belles constructions, un aménagement bien sympathique et une ambiance unique.
  Mais on va être franc, ce n'est pas de là que je te connais, mais plutôt grâce aux projets dans lesquels tu t'es investi. Effectivement, tu n'es pas un loup solitaire travaillant dans l'ombre, mais un fier membre du Fort Hérobrine ! (Note: vérifier si ce projet existe encore). Ton investissement n'est plus à démontrer et tes réalisations en son sein sont plus que remarquables ! J'ai pu visiter les plans de la rénovation de Terre-Morne et c'est bien cool !
  Tu es également un joueur remarquable (Note: retirer cette phrase si ce n'est pas le cas), qui donne de sa personne et qui n'hésite pas à aider ceux qui en ont besoin.
  Depuis peu, tu m'aides dans un projet perso et build avec toi m'a apporté quelques bonnes choses. Tu as un angle de vue différent de moi sur la construction, du coup, j'apprécie te demander ton avis, car je sais qu'il va être constructif. Et je dois avouer que c'est quand même drôle de te voir saler quand tu construis !
  Du coup à la question : "Thalfion Chevalier ?" Je ne peux répondre que Oui ! Il est une personne digne de ce rang d'après ce que j'en comprends et qui saura en faire honneur !
Ceci est donc mon petit cadeau pour ton 17e anniversaire ! (Comment ça cela ne compte pas ?) 

À plus dans le bus !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

8YZox.png 

(Le rp)


Yue avait fort à faire ce jour-là. Entre la gestion du corps d'armée magique et les soucis de son maréchal préféré. Mais il avait aussi quelque chose d'important à ces yeux à faire. Il devait aider son ami de longue date, Thalkion, dans sa démarche chevaleresque. Il avait préparé une lettre, qui faisait foi de son soutien, d'un colis remplis de cadeaux pour l'empire, mais surtout, il avait mis du cœur et de l'amour dans tout cela. Il se souvenait des moments qu'il avait passé avec le jeune homme, et Yue était un être nostalgique par moment. Il avoue souvent avoir regretté de ne pas l'avoir tué tant qu'il était encore temps et de l'avoir malgré tout laisser en vie plusieurs fois. Mais Yue avait un grand cœur et il se devait de ne pas décevoir l'être qui lui avait donner un but à sa triste vie.


Il prit la lettre dans ses mains, sans la froisser et se mit à rire nerveusement. Un jour, peut-être, lui aussi fera une candidature au poste de chevalier. Mais il avait bien trop de choses à faire pour l'instant et il se sentait crouler sous le poids du travail. Avoir deux postes au sein de la garde volontaire, lui donnait parfois l'envie d'avoir le pouvoir de se dupliquer. Mais Yue supposait qu'avoir plusieurs lui-même, serait insupportable pour son bon général Zorn.
Levant les yeux vers le plafond de sa chambre en capitale, Yue soupira et se tourna vers son fidèle ami Sanji. D'un air détaché et calme, il tendit la lettre vers le félin et soupira. Geste qui n'était d'aucune utilité, le pauvre chat pencha la tête sur le côté.


 Il n'était pas loin du château et il n'avait qu'un petit bout de chemin à faire. Mais Yue était déjà las de tout ça. Il ouvrit sa porte à la volée et sortit brusquement de sa maison. Un soldat aux cheveux bleu et vêtus d'une robe l'attendait trépignant d'impatience.


" Mon lieutenant ! "Le petit bout de femme attendait les ordres au garde-à-vous.


"Cadet Lalatina ?"


Elle s'inclina et tendit les mains vers Yue.


"Je prends la course. "

 

"Très bien." Dit-il en tendant la lettre et le léger colis. " Remettez ça au maréchal, il saura quoi faire."


La jeune demoiselle prit ce que son lieutenant lui offrit et afficha son plus beau sourire avant de partir rapidement en direction du château. Yue avait beaucoup de succès auprès de ses cadets, mais surtout auprès de la jeune Lalatina. Qui passait le clair de son temps collée aux bottes de son lieutenant, tant et si bien qu'il la nomma aide de camp. Il la regarda partir l'air encore plus là. D'un coup de poignet, il ouvrit un portail vers Middenheim. Il avait encore à faire avec l'amiral. Et il ne fallait pas perdre de temps.

0nPo3.png

(Le blabla pour rien dire.)

 

Mon petit Thalthal,


Cela fait bien des lunes que je te connais, bien du temps que je te fréquente, et pas un seul instant, je n'ai regretté mon geste. Ami de longue date, ancien ennemi, il faut l'avouer, tu as été et es toujours un ami très précieux à mes yeux. Et je peux dire sans gêne que tu comptes beaucoup pour moi. Tu es quelqu'un de gentil, réellement, avec qui ont peut avoir des délires, avec qui ont peux parler. Et surtout, quelqu'un en qui j'ai confiance et sur qui ont peux compter. Tu as prouvé par maintes fois que tu me connais bien. Et ceux, malgré une relation qui fut houleuse au début. Sache que tu es un ami précieux et un membre de ma famille minefieldienne. Et que te voir monter en grade, évoluer.... Fait monter en moi un sentiment de fierté. Tu es un peu comme le môme pas souhaité que j'ai eu, mais que j'aime quand même. Tant bien que je ne connais toujours pas l'identité du père, sache que je resterai toujours ta pôtite moman qui t'aime fort et qui criera avec toi, remplie de fierté "Gueeeeeeeeeeeeeeeeerrrrrrrrrrrrrrreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !".

Trêve de blabla et de plaisanterie, Thalkion est une personne haute en couleur et qui marque. Soit sûr que je ne pourrais jamais t'oublier (Si tu m'en donnes l'occasion, mais c'est mal partis. x'D). J'espère que tu iras loin, parce que tu mérites réellement de devenir chevalier. Tu en as la carrure et la bonté d'âme. Sache que ton p'tit Moussy sera toujours là pour t'aider, quoi qu'il arrive et quoi qu'il se passe ! C'est ça la famille ! :3


Courage mon bon thathal ! Et n'oublie pas : La gueeeeeeeerrrrrrrrrrrrrrrrrreeeeeeeeeeee !

Modifié par Valeeryah

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello.

 

En qualité d'Amiral de la Garde Volontaire, je me dois de porter mon soutien à TaThal pour obtenir la monture blanche qui sera pour lui la représentation de la pureté Impérial, la preuve de son adhésion au couleurs de Stendel, Mais surtout la preuve du pardon que je lui accorde vis à vis de son passé à être perdu dans l'ombre. 

Mais aujourd'hui, c'est différent. Il a trouvé la lumière de l'empire, le droit chemin. Et je l'en félicite.

Thalkion est un joueur que j’aimerai mieux connaître. Si il passait moins de temps mute sur Mumble aussi, ça serait plus simple. Mais même si je ne le connais pas trop en dehors du jeu, je peux dire néanmoins beaucoup sur lui. Architecte que j'admire, j'avoue m'être déjà inspiré par son travail. Qu'il vienne du fort Herobrine ou de ses projets personnels. Pour te remercier, promis que te construirai un navire un peu plus haut gradé que la petite frégate de 36 canons que tu as actuellement.

 

Bref, je le soutien totalement. Tu as toutes les qualités pour devenir un fier chevalier de l'Empire. Juste, impliqué, et toujours honnête quand il s'agit se donner son avis sur des constructions. Et même si il n'a pas toujours été du bon coté, il est pour moi aujourd'hui un exemple à suivre pour tout les joueurs de Minefield. 

 

Tiens, d'aillieurs, si tu pouvais réserver ton second home pour Middenheim ? J'ai besoin de mains-oeuvre de qualitey ^^

 

Bonne attente,

James Wariow, Amiral de la Garde Volontaire.

 

EDIT : J'avais oublié ça

Modifié par Wariow

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

 

C’est en tant que citoyen de l’empire et surtout en qualité de commandant de la garde volontaire que je viens apporter mon soutien à ce cher Thalkion. Comme on dit “vaut mieux tard que jamais”.

Nul besoin de prouver par A+B = hypoténuse que ce joueur mérite d’être chevalier au vu de ce qu’il a désormais accompli sur le serveur, notamment concernant la rénovation ambitieuse du projet Ronceltiq, où encore plus récemment le travail de qualité accompli sur la prison de terre-morne.

Et même s’il a, un jour, servi sous la bannière nivemi, j’admire cette volonté de vouloir servir l’empire.

Bref, je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet (car j’ai 3 autres plussoiements à faire) mais cela n’enlève rien à l’admiration que j’ai envers ce personnage !

 

Ceci est donc un gros +1 !

 

Pour finir, je n’aurai qu’une chose à rajouter :

 

Divulgacher

GUERRE !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien le bonjour, comme on peut l’imaginer je viens ici pour soutenir ce brave Thalkion

 

Thalkion est un joueur plein de vertus, tout d’abord il est très sympathique. J’ai pu lui parler de nombreuses fois et je passais à chaque fois de très bon moments. Je me rappelle encore de ma première rencontre avec lui: j’étais en train de faire une quête dans le quartier des mages et je suis tombé sur lui et ghideon. Nous avons parlé pendant une bonne demie heure qui fut une bonne soirée de rigolade.
Il est aussi un joueur m'ayant beaucoup aidé, vu que j'avais repris minefield après plusieurs années d'absence. Il étais toujours présent pour répondre à mes questions et il y repondais toujours dans la bonne humeur. Une de ses autres qualité est qu'il est très bon en construction. Il m’a fait découvrir Ronceltic, un projet que j'apprécie, et il m'a aussi fait visiter le fort Herobrine. On y voit ses talents en architecture et on ne peut pas les remettres en question. C’est un joueur aussi très actif, car à chaque événement auquel j’ai participé, il était presque toujours présent et était alors un adversaire de taille! 

 

Je pense qu’il a toutes les qualités pour être un grand chevalier. 

 

Titi_montagnard
Cartographe dès Traqueurs de l’Ombre
Citoyen de l’Empire
Membre de crystalis et de simurgh

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1 Fifrelune de l'an 212,

Château des empereurs de Stendel,

Au Citoyen Halwynt Thalkion, aspirant à la chevalerie.

 

Général Thalkion,

Nous avons reçu votre candidature, ainsi que l’affreuse tête coupée et pleine d’écailles qui l’accompagnait. Nous avons pris soin de remettre au propre votre manuscrit qui semblait avoir quelque peu souffert, mais nous avons été contraints de nous débarrasser du trophée qui, en plus de ne pas s’accorder à la décoration du château, avait commencé à pourrir.

 

Nous avons également reçu votre rapport de campagne, que vous nous aviez transmis en même temps que votre candidature et qui retraçait vos derniers faits d’armes dans ces lointaines contrées glacées. Vous avez, à l’occasion de ces terribles combats, rencontré bien des difficultés; mais ces mêmes difficultés ont fait de vous un soldat d’élite hors-pair et un atout précieux pour la sauvegarde du peuple. Ceux qui vouent leur vie à la protection des plus faibles et au service des armes font d’excellents candidats à la chevalerie, et votre profil semble s’accorder en tous points à nos attentes.

 

Ceci étant dit, nous avons étudié votre candidature avec attention. Nous avons parcourus vos états de services aux demeurants irréprochables, fait le point sur vos faits d’armes et passés en revue les messages de soutien que vos pairs nous ont fait parvenir. À cela s’ajoute votre sens aigu du devoir et de l’honneur, qui achèvent de compléter les prérequis à votre acceptation dans cet ordre prestigieux qu’est celui de la Chevalerie.

 

Vous l’aurez compris, par la présente lettre et à partir de ce jour vous êtes fait chevalier.

Puisse votre épée continuer à protéger et servir la population, et puissiez-vous veiller au salut de l’Empire !

 

Le Gouvernement Imperial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×