Jump to content

Recommended Posts

Ici ce trouve tous les Rp de Glindelhall et ses extensions par ordre chronologique

 

Le premier Rp est celui de l'exploitation agricole de Glindel lancé le 2 Juin 2013
 

Divulgacher

 

Bien le bonjour citadin, t'es-tu demandé un jour d'où provenait le lait que tu bois, ou le pain que tu manges, ne t'est-il jamais arrivé de penser mais d’où viennent ces superbes carottes!!!!

Ne cherchez plus, les plus beaux légumes viennent de GLINDEL, la plus grande exploitation agricole de tout Stendel!! (Non, les paysans n’exagèrent jamais!!).

Je m'appelle Carlyto, et voici ma petite histoire:

 

Le début de ma grande épopée commença il y a six mois à Aégis. Je venais de me lever quand le postier est venu frapper à ma porte pour me remettre en mains propres une lettre prioritaire. J’étais assez perplexe, que me voulait-on ? C’était une lettre de mon oncle Glindel qui me demandait de venir le rejoindre au plus vite à Stendel. La lettre ne me disait rien de plus, j’étais vraiment très étonné et un peu soucieux, que se passait-il avec mon oncle de si urgent… Après quelques préparatifs, je me suis mis en route pour Stendel, le voyage dura 3 jours, en effet je vis aux limites du monde connu et Stendel est très éloignée. Après cet éreintant voyage, j’arrivai en pleine après-midi à la banlieue ouest de Stendel, il pleuvait et le vent me glaçait l’ensemble du corps.

Quand je suis arrivé chez mon oncle, je fus surpris par tout le petit monde qui était là mais je commençai à comprendre que ce n’était rien de bon quand je vis sortir le médecin de la demeure.

J’ai couru vers lui et lui demanda ce qui se passait ici… C’est quand ce médecin m’expliqua que mon oncle venait de succomber à une terrible grippe que la pluie redoubla d’intensité. En seulement 4 jours mon oncle mourut d’une grippe, lui, ce grand gaillard de 85 kg avec ses 1m 82, c’était un homme fort et résistant, comment une grippe avait-elle pu le tuer ? Le médecin n’avait aucune réponse à me donner, lui-même était assez dubitatif, il n’avait jamais vu ce genre de maladie fulgurante tuer un homme en aussi peu de temps…

J’étais effondré, depuis des mois, il me demandait de revenir sur Stendel pour l’aider dans ses affaires avec son commerce mais j’étais trop pris de mon côté pour venir l’aider. Je n’aurais même pas pu lui dire adieu, mon oncle était mon dernier lien avec ce qui me restait de ma famille, j’étais désormais le dernier descendant des Glindel et c’est en me rendant compte de cela que je me sentis seul, horriblement seul…

C'est alors qu'une personne tout de noir vêtu, lunettes rondes et grand chapeau vint me saluer et m'invita à le rejoindre dans le bureau de Mr Glindel.

Cette personne était le notaire de mon oncle, après de brèves salutations, il me dit:

-Mr Carlyto, votre oncle, vous ne le savez peut-être pas, était le propriétaire d’une grande parcelle de terre sur Stendel, loin très loin de la capitale au sud-ouest. Elle lui a été transmise par votre grand-père, grand explorateur qui revendiqua ce lopin de terre lors des grandes explorations du début du siècle. Votre ancêtre y a bâti un très beau manoir aujourd’hui malheureusement à l’abandon. Cette terre et toutes ses ressources ainsi que le manoir sont aujourd’hui à vous selon les dernières volontés de votre oncle. Sa maison sur Stendel également.

En ce qui concerne son commerce, étant encore en crédit, il revient de droit à la ville de Stendel et sera vendu aux enchères.

 

J’étais perdu, trop de choses en même temps, quoi ??

Ma famille avait un manoir depuis 2 générations et j’étais au courant de rien, pire mon oncle, ce pingre était en fait un homme extrêmement fortuné.

Je n’en croyais pas mes oreilles et c’est là que le notaire renfonça le clou en me répétant qu’aujourd’hui tout était à moi.

Le notaire ne resta pas longtemps prenant vite congé en me refaisant part de ses sincères condoléances pour la perte de mon oncle Glindel. Juste avant de partir il me donna une lettre que mon oncle avait écrite au cas où il disparaîtrait précipitamment.

 

Et voilà comment ma vie a changé, moi Carlyto petit ouvrier venait d’acquérir un manoir ainsi que toute une parcelle de terre.

J’étais tiraillé entre la colère que mon oncle ne m’ait jamais parlé de cela, entre la tristesse de sa mort mais aussi il faut l'avouer de la joie d’être désormais riche. J’errais la dans son bureau, je ne savais même pas par où commencer, j’avais peur d’ouvrir cette lettre, qu’allait-elle encore m’apprendre. Ce n’est qu’en début de soirée, à la taverne la plus proche que je décidai de l’ouvrir :

 

Carlyto, si tu lis cette lettre c’est que je suis malheureusement mort, il y a beaucoup de choses que tu ignores à propos de notre famille, ton grand-père, comme tu le sais, était un très grand explorateur et il fit lors de ses croisades sur Stendel l’acquisition de toute une presqu’ile, il y fit bâtir un immense manoir.

A sa mort ton père et moi-même avions décidé de garder secret cet héritage, tu comprendras un jour pourquoi. Nous ne nous sentions pas en sécurité, plusieurs fois des hommes assez louches sont venus nous proposer de racheter cette terre, ton père et moi avions toujours refusé. Ce qui nous attira leurs foudres.

Le feu qui ravagea votre maison il y a des années n’était pas accidentel, j’en suis sûr, je n’en ai pas les preuves mais ton père et moi avions reçu plusieurs menaces. Depuis sa mort, j’ai été assez épargné et croyais que ces personnes m’avaient enfin laissé en paix mais depuis quelques jours je me sens espionné et en très grand danger, mon magasin a été vandalisé et ma maison plusieurs fois visité.

Voilà pourquoi on ne t’en a jamais parlé, pour ta propre sécurité mais aujourd’hui vue que je suis mort tu dois reprendre le flambeau et leur tenir tête. Va au manoir et tu comprendras par toi-même ce qui fait de ce territoire un endroit unique, transforme la propriété en ce que tu veux mais ne fais pas la même erreur que ton père et moi, ne la laisse pas à l’abandon ou ils se l’approprieront, installe-toi là-bas, redonne vie à ce domaine. Il ne faut pas que cette terre leur tombe entre les mains.

Je sais pourquoi ils m’en veulent, je sais ce qu’ils désirent mais tu dois trouver par toi-même ce qui attise leurs convoitises sur cette parcelle de terre et tout faire pour qu’ils n’arrivent jamais à leurs fins.

Je m’en veux Carlyto de te léguer un si lourd fardeau…

Adieu Carlyto et bon courage, je sais que tu seras assez fort pour réussir cette entreprise et redonner la grandeur passée à notre famille et notre héritage.

 

Ton Oncle qui t’aime. Glindel

 

Mais qui pouvait être ses personnes qui en voulaient à ma famille, et que voulaient elles bien s’approprier sur cette terre ? Trop de questions sans réponses, il fallait que je voie par mes propres yeux ce fameux territoire.

 

Après un nouveau voyage éreintant de 5 jours, j’arrivai enfin sur cette fameuse parcelle familiale.

Le paysage était tout bonnement magnifique, derrière les grandes dunes de sable apparaissait une superbe avancée de verdure dans les lacs voisins, les arbres étaient immenses et la végétation dense, au milieu de ce territoire se dressait sur la colline l’imposant manoir qui m’avait été légué. Il était magnifique bien qu’en ruine, la végétation avait repris ses droits, les murs étaient envahis de lierre et la plupart des vitres n’étaient plus là.

Je suis rentré dedans mais comme je m’en doutais, tout était en ruine aussi à l’intérieur.

En me promenant sur le terrain je me rendis vite compte que cette terre avait l’air extrêmement fertile avec ses deux lacs de chaque coté qui approvisionnaient la terre en eau douce, l’exposition au soleil était parfaite, c’est surement pour cela que la nature était extrêmement riche ici.

Pourquoi ? Pourquoi mon ancêtre avait-il choisi cette terre hormis le paysage grandiose, il y a quelque chose ici mais je ne sais pas quoi.

Quoi qu’il en soit cette terre me parle, elle est riche, fertile, vivante, je le ressens… Mon oncle m’a dit de m’installer ici mais que faire d’un manoir en ruine au fin fond du monde connu, quoique... J’ai ma petite idée…

 

Sur le chemin du retour, les idées me traversaient l’esprit comme les nuages traversent le ciel. En rentrant à Stendel je pris une chambre à l’auberge pour la nuit, il ne me restait plus qu’à finaliser l’acte de l’héritage demain matin.

Le lendemain je fus réveillé par un très gros tapage à ma porte, en ouvrant je vis deux hommes tout de noir vêtu entrer dans ma chambre sans même que je leur en donne le droit.

« Mais qui êtes-vous ?? »

« Qui nous somme »? me dirent-ils

« Vous n’avez pas à le savoir, nous somme justes de très bon acheteurs qui somme prêts à vous verser une très grosse somme d’argent pour la terre que vous venez d’acquérir. »

Surpris par une telle offre je leur demande ce qu’il les intéressait sur un malheureux petit lopin de terre au fin fond du monde, et c’est là, en voyant le visage du premier homme se noircir que je compris que ces personnes n’étaient pas du tout fréquentable. Devant leur silence assourdissant à ma question je leur dis :

« Je sais que c’est vous qui avez tué mes parents et surement mon pauvre oncle Glindel et je vous le dis, moi vivant jamais cette parcelle ne vous appartiendra »

Là, les deux hommes se levèrent brusquement et quittèrent la pièce sans rien dire, en franchissant la porte le deuxième homme se retourna et me lança :

« Ne vous inquiétez pas, c’est un problème que nous allons très vite arranger »

Cet homme me glaça le dos, mais que me voulaient- ils à la fin !

 

Une semaine s’est écoulée depuis l’épisode à l’auberge mais ne me sentant plus du tout en sécurité en ville je décidai d’aller m’installer au manoir. Avec la vente de ma maison et celle de mon oncle je put me faire un peu d’argent avec lequel je partis vivre sur mon nouveau territoire, j’avais enfin trouvé quoi faire la bas, la terre était tout bonnement vivante et l’eau douce était comme béni des dieux, pourquoi ne pas en profiter et aider cette terre à donner la vie.

C’est comme cela que l’idée de construire une grande exploitation agricole jaillit dans ma tête. C’était évident que c’est ce qu’aurait voulu mon ancêtre selon moi, pourquoi choisir cette terre au sinon ? Peut-être pour autre chose que je n’ai pas encore découvert ? Peut-être ?...

Quoi qu’il en soit ma décision est prise, une grande ferme sera bâtie ici et je ferais tout pour la faire tourner du mieux que je peux.

 

Et c’est comme cela que l’exploitation agricole de Glindel naquit et grâce à mon ancêtre et son idée merveilleuse d’acquérir cette terre, je peux aujourd’hui vous proposer ma première récolte.

La terre là-bas est magique, je ne sais pas comment mais les légumes poussent deux fois plus vite et sont deux fois plus gros, je le sentais, je le savais, cette terre avait bien quelque chose de spéciale, voilà pourquoi ces hommes veulent l’acquérir, heureusement depuis l’histoire à l’auberge je ne les ai pour le moment pas revus, l’embauche de gardes à la propriété les a surement dissuadés de revenir m’intimider.

Quoi qu’il en soit j’aime ma nouvelle vie et je ne la changerais pour rien au monde et j’espère que toute cette histoire est enfin terminée…

 

 

Edited by carlyto
Link to post
Share on other sites

Voici le deuxième Rp qui est celui de la création des grandes routes du sud-ouest le 15 Avril 2014

 

Divulgacher

 

Il existe en Stendel, plusieurs royaumes autonomes, certains d’entre eux s’opposent à l’Empire mais pour la plupart, ils entretiennent de bonnes relations avec lui. Parmi ces royaumes, trois se développaient dans le sud-ouest du monde de Stendel.

 

Il y avait la ville d’Aégis, cité en pleine expansion, aussi bien sur le plan architectural que démographique, il y avait vers le sud la cité d’Elu'myr, ville emplie de mystère sur ses origines, et enfin la florissante cité d’Égéon à l’est de la zone. Entre ces royaumes prospérait une petite exploitation agricole du nom de Glindel. Ces différents états autonomes s'étaient très vite rapprochés afin de nouer des relations commerciales entre eux, mais la rudesse du territoire et les nuits peu fréquentables du fait des attaques de bandits et de bien d’autres choses, avaient peu à peu eu raison de ces échanges commerciaux et allaient à terme éloigner ces régions entre elles…

 

 

Quelque part à Aégis, une réunion eut lieu entre les dirigeants de Glindel, Aégis et Égéon…

 

"Je n’en peux plus de cette traversée à faire à chaque fois pour venir vous voir! Entre les déserts, plaines et forêts, il y a des milles entre nous et le voyage est loin d’être une partie de plaisir avec ces attaques incessantes de bandits. À cause des récentes découvertes archéologiques de la zone qui ont fait apparaître plusieurs sites anciens remplis d'or, les malfrats s’en donnent à cœur joie, et s'il n’y avait qu’eux…"

 

"Que veux-tu y faire mon ami, c’est le prix à payer de nos territoires éloignés de la capitale, nous sommes ici aux frontières du monde connu, la bordure extérieure de Stendel est loin d’être réputée pour sa sécurité ! Ici, l’empire nous laisse à notre propre sort sans se soucier de notre sécurité, d’ailleurs pourquoi s'en soucieraient-ils?"

 

"Pourquoi ? Peut-être parce qu’il y a des gens qui vivent ici, qui travaillent, marchandent et font marcher l’économie Stendelienne, il serait peut-être temps de demander audience aux gouverneurs de Stendel afin de leur parler de notre problème de sécurité ici."

 

"Je suis d’accord avec vous messieurs, mais qu’avons-nous à leur proposer en échange de leur aide ? Je doute qu’ils résolvent nos problèmes gracieusement et sans contrepartie, de plus comment s'y prendront-ils? Non mes amis, je pense qu’il ne faut pas demander audience sans un plan dans nos bagages… Quel est notre problème principal ? Les trajets entre nos nations... Eh bien la réponse à nos maux est simple, pourquoi ne pas lancer un chantier de route entre nos nations ? Les caravanes avanceraient beaucoup plus vite sur une route pavée et beaucoup plus en sécurité du fait du raccourcissement des voyages."

 

"Pas bête du tout, cette route pourrait même servir nos cités en matière de nouveaux arrivants, touristes et commerçants, toute la zone en serait boostée. Une seule et unique route ne suffirait pas à nous relier les uns les autres, je pense qu’une grande principale devra traverser la zone en son centre et plusieurs routes annexes partant de ce noyau dur desserviraient les territoires proches. Il faut contacter Elu'myr, afin de leur soumettre notre idée, je suis sûr qu’ils seront enchantés de ce projet qui ne leur fera que du bien !"

 

 

Après avoir envoyé un émissaire à Elu'myr afin de leur faire part du projet et négocier durant des longues et interminables journées sur le tracé des futures routes, les dirigeants de chaque royaume concerné prirent le chemin en direction de la capitale Stendel afin de demander audience aux gouverneurs de l’Empire afin de leur soumettre leurs requêtes et avoir leurs approbations...

 

Le voyage aller dura deux jours. Lorsque le convoi arriva enfin aux portes de la capitale, un grand soulagement se fit sentir dans les différentes délégations, enfin ils allaient soumettre leur désir auprès des grands de ce monde, enfin leurs maux allaient peut-être très bientôt disparaître.

À peine arrivés, ils allèrent dans la plus belle des auberges huppées de la ville. Un émissaire fut envoyé au château afin de prendre audience avec les gouverneurs. Le rendez-vous fut fixé le lendemain à l’aube. En attendant, tous passèrent leur soirée à l’auberge où la bière naine coulait à flots et où le tavernier servait la meilleure soupe de légumes de tout Stendel ! La soirée fut belle mais très vite, un à un, nos compagnons allèrent ce coucher, une rude journée politique allait commencer le lendemain et il valait mieux avoir les idées claires lorsque l’on s’adressait aux gouverneurs…

 

Le lendemain, au château de Stendel:

 

"Bien le bonjour messeigneurs, si nous vous avons demandé audience aujourd’hui, c’est pour vous faire part de notre problème, mes amis et moi-même sommes très liés amicalement mais aussi économiquement, nos différentes cités vivent unies entre elles et nos habitants commercent entre eux. Malheureusement et comme vous le savez sûrement, les terres Stendeliennes ne sont plus aussi sûres qu’avant, la bordure extérieure plus particulièrement. De plus, la rudesse du territoire concerné n’arrange pas nos affaires et nous sommes malheureusement trop distants les uns les autres. Chaque voyage entre nos nations est une véritable expédition et nous risquons dès que nous passons nos frontières de tout simplement se faire piller voir pire… Mais nous avons trouvé le remède à nos soucis, « les grandes routes du sud-ouest » !"

 

"« les grandes routes du sud-ouest »? Que voulez vous dire par là?"

 

"Eh bien c’est simple, nous aimerions construire une grande route impériale entre nos nations afin de les faire se rapprocher, plusieurs autres routes secondaires verraient le jour pour les royaumes adjacent. Nous avons toujours été fidèles à l’empire et c’est pourquoi aujourd’hui nous venons demander votre accord pour lancer ce projet pharaonique."

 

"Si je comprends bien, et je pense parler au nom de tous les gouverneurs, vous venez nous voir afin de vous donner l’autorisation de construire une route impériale qui sera sous notre autorité et notre influence entre vos nations, sans rien nous demander de plus, ni argent pour financer ce projet, ni main d’œuvre pour le concevoir."

 

"C’est exactement ça, nous avons les ressources suffisantes et le nombre requis d’ouvriers pour nous lancer dans cette tâche. Le projet est peut-être fou, les dépenses seront sûrement gargantuesques, le danger réel et les embûches cachées dans l’ombre mais nous savons que nous y arriverons, il en va de la survie de tout le territoire et par conséquent de nos cités respectives."

 

"Eh bien, voilà de l’audace messieurs, vous avez notre bénédiction pour le lancement de cet ouvrage, toutefois sachez certaines choses, la route comme dit plus tôt sera sous la complète autorité de l’Empire, et nous nous réservons le droit d’apporter autant de modifications que cela nous paraîtra nécessaire. De plus, je veux que plusieurs de nos architectes inspectent vos travaux, la route devra répondre à des critères bien précis. Enfin nous n’excluons pas l’idée dans un futur proche d’apporter des modifications à votre ouvrage. Quoi qu’il en soit, au travail messieurs…"

 

"Merci infiniment vos grandeurs, au nom de tous les royaumes concernés, nous vous remercions infiniment et croyez-nous, vous ne serez pas déçu de votre choix."

 

"Nous en sommes persuadés…"

 

 

Quelques instants plus tard, après le départ de la délégation des royaumes du sud-ouest:

 

"Ceci n’est pas un peu dangereux d’avoir accepté cet ouvrage mon ami ? Nous pourrions perdre beaucoup dans cette histoire. Si par malheur ces états gagnent en puissance et pouvoir, nous ne pourrons rien faire contre eux si ils quittent l’Empire… la région dont nous parlons et riche en ressources et très peu explorée, je n’ai personnellement pas envie de voir des royaumes dissidents dans cette zone, ou nous pourrions dire adieux à Bou'dumonde."

 

"Du calme cher ami, cette route va, au contraire, servir nos intérêts. Rien que par sa présence, une route impériale rappelle tous les jours que ces états sont certes autonomes mais restent sous notre juridiction et notre autorité. De plus, ces villes vont nous remercier pour longtemps de leur avoir sauvé leurs petites économies marchandes entre elles. C’est en fait grâce à nous que ces royaumes prospèreront, et si rébellion il y a dans le futur, cette route servira encore une fois nos intérêts. Grâce à elle, nos troupes arriveront rapidement sur place afin de détruire toute contestation dans l’œuf."

 

Sublime mon ami, je n’avais pas vu la situation sous cet angle-là. En effet, nous sommes les grands vainqueurs de cette histoire, et cela ne nous aura rien coûté.

 

La séance prit fin dans un brouhaha de rires (démoniaques ?)

 

Quelques semaines après l’acceptation du colossal projet, les différents royaumes se reunirent au nord de la zone et ensemble posèrent la première pierre de l’ouvrage…

 

 

 

Edited by carlyto
Link to post
Share on other sites

Ensuite le troisème Rp, celui de la première extension de l'exploitation agricole de Glindel avec la création du village de Martagon

le 10 Aout 2014

 

Divulgacher

 

Trois semaines se sont écoulées depuis ma découverte à l’exploitation agricole de Glindel. Trois semaines déjà que j’ai appris qu’une grotte cachant d’anciennes ruines et ayant sa parois totalement recouverte d’or dormait sous mes pieds! Même après tout ce temps, je n’arrive toujours pas à y croire. J’en veux même un peu à ma famille de ne m’avoir jamais dit la vérité même si c’était pour me protéger…

Enfin c’est du passé, j’ai rendez-vous avec le futur aujourd’hui, l’équipe d’experts de l’empire doit arriver dans peu de temps afin d’analyser le terrain et répondre à plusieurs de mes questions.

 

Vers 11h du matin, trois hommes arrivèrent en costumes et petites lunettes noires, c’était les fameux experts archéologiques venant tout droit de Bou’dumonde. Je leur ouvrais le chemin et ensemble nous sommes partis dans la caverne. Après avoir traversé le bosquet nous descendîmes par le grand escalier central qui me faisait toujours autant peur de part sa fébrilité. Depuis mon aventure avec Keyra, je n’avais toujours pas remis les pied ici. Je marquai un petit temps d’arrêt et en profitai pour regarder discrètement les trois hommes derrière moi. Ils étaient en train de chuchoter et de noter tout ce qu’ils voyaient. Arrivés en bas je les conduisis jusqu’à la salle principale avec ses ruines et sa pyramide.

 

-Restez ici monsieur Glindel, c’est peut-être dangereux, nous allons faire notre travail, ça risque d’être long, vous devriez remonter le temps que nos recherches avancent.

 

-Ne vous inquiétez pas pour moi leur dis-je, j’ai tout mon temps, mes ouvriers s’occupent de mes champs de toute façon.

 

Il était hors de question que je laisse qui que se soit sans ma surveillance ici, avec tout cet or à portée de main, experts de l’empire ou pas!

En tout cas, je dois l’admettre, ils ont un professionnalisme qui me sidère, aucun de ces trois individus ne semblaient éblouis ou même émerveillés par ce qu’il les entourait. Ils commencèrent à installer leurs outils de mesure et prirent des notes tout en dessinant plusieurs croquis. Cela dura toute la journée et une bonne partie de la soirée. Enfin, après des heures d’attente, je les vis commencer à ranger leurs affaires, l’un deux s’avança vers moi et me dit:

 

« Monsieur Glindel, c’est un trésor immense que vous avez là mais sachez une chose, malheureusement cette grotte est inexploitable. Si on mine, ne serait-ce qu’un peu des parois, tout risquerait de s’effondrer et votre exploitation disparaitrait sous les eaux… »

 

« Les eaux?? »

 

« Oui monsieur, le terrain où nous nous trouvons actuellement est extrêmement poreux et friable du fait des deux lacs de part et d’autre de la propriété. De plus, l’avancée du désert à l’Est n’arrange rien et rajoute du poids sur ce sous-sol très creux. Si vous minez ici, nous vous le redisons, tout s’effondrera..

 

J’étais désemparé… « Me… même la petite mine d’or avant celle-ci? Même celle de charbon à la surface, pourtant ces deux là ont par le passé été exploitée, raisonnablement certes mais exploitée? »

 

« Justement, du fait de leur passé exploité, ces deux mines sont elles aussi in minables, je suis désolé monsieur Glindel mais si vous voulez que votre ferme reste les pieds au sec, n’exploitez jamais ces mines! »

 

Et sur ces derniers mots, il referma son classeur sous mon nez, prit ses affaires et tout trois repartirent comme ils étaient venus.

J’étais atterré, je venais de trouver une ressource d’or considérable sous mes pieds mais inexploitable, là il faut le dire, c’est tout de même un comble… Le soleil était en train de se coucher, j’étais exténué de cette journée à languir et décidai de vite souper et d’aller me coucher, demain je reprendrai ma petite vie de fermier paisible après tout!

 

Mais au cœur de la nuit, ce passa quelque chose qui aller faire que demain je ne reprendrai pas ma paisible vie de fermier…

 

Je dormais sur mes deux oreilles quand soudain, une énorme explosion se fit entendre dans le manoir. Je sautai de mon lit et Keyra, ma chienne, réveillée elle aussi se mit à aboyer et courir partout dans la chambre. Mon dieu, d’où ça provenait? Je me dépêchai de m’habiller tout en stressant d’avantage en entendant des cris dehors.

« des seaux d’eau, apportez des seaux d’eau! »

 

En sortant du manoir j’eus une vision d’horreur, Glindel, mon bébé, ma propriété, le fruit de mon dur labeur était en flamme, ça venait de la scierie, une épaisse colonne de fumé se dégageait de derrière la grange rouge. Un garde courait avec un seau d’eau et s’arrêta devant moi, je lui demandai ce qu’il se passait et me répondit que Glindel était attaqué, que ces collègues étaient en train de livrer bataille à l’entrée Est du domaine. Mon dieu, il faut prévenir Aégis, on a besoin d’aide ici! Mon écuyer sauta sur son cheval, prit ma missive écrite dans la hâte et fonça vers Aégis, j’espère qu’il reviendra avec des renforts à temps. Ni une ni deux je fonçai dans ma chambre, enfilai mon armure, prit mon épée et me dirigeai vers le hameau de martagon où vivait Nopso et les gardes supplémentaires que m’avait déjà envoyé Aégis. Ils avaient fort à faire ici, plusieurs hommes armés attaquaient le village, Je vis Nopso, devant sa maison en flamme elle aussi, tentant de l’éteindre, heureusement les gardes bien entrainés tenaient leurs positions face aux assaillants, l’un d’eux me dit:

 

« Baron, ici on va tenir, c’est à la porte Est du domaine que c’est chaud pour la garde, mais je vous en conjure. N’y allez pas! Vous risqueriez de vous faire tuer »

 

« J’ai bâti cette terre de mes propres mains, il n’est pas question que je me dégonfle »

 

Après avoir pris mon cheval dans l’écurie toute proche, j’entrepris d’aller aider mes confrères à la porte Est, là où la scierie et une partie du bois étaient en flamme.

La bataille faisait rage, mais curieusement les attaquants n’envoyaient que quelques, hommes, le gros de leurs troupe restait à attendre devant le domaine niché en haut des premières dunes du désert. Un homme se démarquait de la masse. Il était à cheval et la lumière de la lune me laissait percevoir qu’il portait une longue toge. Ca doit être lui le chef de tout ceci. En voyant la scierie, l’entrepôt de bois et une bonne partie du bosquet partir en fumé, je ne pouvais contenir mes larmes, c’est là en hurlant, tout en brandissant mon épée que j’eus le courage de foncer dans la bataille en rejoignant les quelques gardes encore en vie.

Ce que je ne savais pas, c’est ce qui se tramait sur la dune, dans l’autre camps…

 

 

« Monseigneur, le bois est presque en cendre, ce ne sera plus très long. Votre brillant esprit a vu juste! En attaquant cette ferme sur deux front, la diversion que nous avons faite au village à porter ses fruits et la milice de Glindel est coupée en deux. Nous n’aurons aucun mal à marcher sur ce qu’il en reste ici »

 

« Bien, très bien, tout se passe exactement comme prévu. Amenez les tonneaux de poudre! Nous allons faire un joli feu d’artifice hum hum hum héhéhé »

 

C’est alors que je vis d’énormes charriots remplis à raz bord de tonneaux apparaitre en haut de la dune. Cela ne présageait rien de bon, puis en voyant les cendres de la scierie et du bois, je compris très vite leurs plans, ils allaient envoyer ces charriots dans les ruines incandescentes de la scierie pour tout faire exploser. Et si mon orientation est bonne, ce qui se trouve juste en dessous est l’entrée du corridor menant à la grotte principale rempli d’or. Ils vont tout faire exploser!!

 

Je criai et ordonnai à mes deux derniers hommes de foncer avec moi sur les positions ennemis, même si c’était perdu d’avance, il fallait tenter quelque chose. En courant vers les lignes ennemi, je voyais ma vie défiler devant moi, mon père, mon grand père, mon oncle… tant de morts pour ce territoire, tant de gâchis, pour une simple mine d’or. C’est alors que miraculeusement, comme sorti tout droit d’un rêve, la cavalerie d’Aégis arriva derrière nous et ensemble nous foncions vers l’assaillant! « A l’attaque!!! »

 

La bataille fut brève mais sacrement violente, la force de frappe d’Aégis fut décisive, le bruit des épées se fracassant les unes contre les autres retentissait dans toute la zone, c’est alors que je vis le chef des attaquants remonter sur son cheval et ordonner à ces hommes le repli. Non, tu ne t’en tireras pas comme ça! je pris un arc qui se trouvait à mes pied, et tirai sur lui. La flèche le toucha à l’épaule et il s’écroula au sol en tombant de son cheval. C’était la débandade, ses hommes fuyaient dans tous les sens. Mon épée entre mes mains, je m’avançais prudemment de lui et vis en arrivant qu’il était toujours en vie. Mon épée se logea juste devant sa glotte. Et là, j’obtiens enfin les réponses à mes questions:

 

« Qui êtes-vous et pourquoi vous m’attaquez, c’est l’or que vous voulez? »

 

« Devine fermier, tu as un potentiel immense sous tes pied mais tu ne t’en sers pas, *tousse* »

 

« Je suis navré de vous l’apprendre bon monsieur, mais elle est inexploitable, si vous minez, tout s’effondrera ici et il ne restera plus rien »

 

« haha haha…*tousse*, crois-tu vraiment que ta ferme m’importe? Je n’ai que faire de la survie de cet endroit, ni d’aucun d’ailleurs, l’or mouhaha, l’or n’est qu’un prétexte que j’ai trouvé pour me constituer une armée, je leur ai promis la mine s’ils m’aidaient à récupérer quelque chose … »

 

« Quelque chose, mais quoi? Ca a un rapport avec les ruines c’est ça? »

 

« Tu ne sais pas sur quoi tu vis fermier, cette pyramide, à un secret effroyable qui va me servir à dominer les êtres, à dominer les royaumes et les cités de ce monde, à dominer tous les peuples de tous les empires connus à ce jour *tousse*… Ton misérable grand père a volé cette terre à mon ancêtre, cet endroit me revient de droit. Si tu ne veux pas finir mort comme le reste de ta famille, je te conseille de ne plus te mettre en travers de mon chemin. Je t’ai donné plusieurs chance, fermier, mais là c’en est trop, je veux cette chose et je l’aurais… »

 

Et là, il m’attaqua sournoisement en me jetant du sable dans les yeux, j’ai lâché mon épée et il en profita pour sauter sur son cheval et déguerpir, à peine j’ai eu le temps de rouvrir mes yeux endoloris qu’il avait disparu…

 

La bataille de Glindel était finie, les dégâts sur la propriété étaient considérable, les pertes lourdes et l’impact moral irréparable… Nous venions d’essuyer la pire attaque qu’il ne m’avait été de voir. Derrière moi, le feu heureusement commençait à être maitrisé et fut éteint juste avant d’arriver à la grange rouge et au caveau de ma famille. J’étais anéanti… et le pire dans tout ça, c’est que le chef de tout ceci a réussi à s’échapper. Qu’allons-nous devenir. Le capitaine de la cavalerie d’Aégis s’avance vers moi et me dit:

 

« Et bien, il était moins une, compagnon, une minute de plus et ces chariots remplis de poudres auraient creusé un véritable cratère ici, et on dit que la cavalerie arrive toujours trop tard haha… »

 

« Merci capitaine, en effet sans votre arrivée, nous étions perdu, merci… »

 

Je retournais dans mes pensés, en effet avec toute cette poudre, il aurait creusé un vrai cratère directement jusque devant la grotte principale, il se fiche éperdument de l’or, du terrain, ce qu’il importe c’est-ce qu’il y a dans la pyramide mais quoi? En avançant, je reconnus un des trois prétendus experts de l’empire mort part terre, comme je l’avais deviné durant l’assaut, ces hommes étaient les mauvais, voilà comment ils ont su où envoyer leurs charriots de poudres, sachant où se trouvaient l’entrée des ruines, aaaaahh les bandits!

 

Le soleil se levait enfin sur Glindel, meurtri, saccagé, brulé à vif, mais toujours debout, la propriété a survécu et c’était le principal…

 

Plus tard dans la matinée les vrais experts de l’empire arrivèrent, en voyant les dégâts ils constatèrent de l’importance du sujet. Après avoir montré pattes blanches et leurs accréditations de l’empire (et oh pas deux fois hein^^) ils prirent leurs mesures, et vinrent me faire leur compte rendu au manoir.

 

« Monsieur Glindel, il y a du vrai dans ce que vous a dit ce bandit hier, si vous minez ici tout s’effondrera et les deux lacs de part et d’autres de Glindel engloutiront toute la presqu’ile où nous nous trouvons actuellement. Mais sachez que la petite grotte en amont de la principale est exploitable dans des proportions raisonnable bien entendu, idem pour celle de charbon à la surface, toutes deux se trouvent dans une partie de la terre proche du continent et leurs parois sont donc bien plus robustes que la salle principale. »

En ce qui concerne les ruines, nous n’avons pas pu entrer dans la pyramide mais sachez qu’il doit exister un moyen. Cette ancienne civilisation qui a construit tout ceci a dû subir un cataclysme il y a de cela des centaines d’années mais miraculeusement leur cité ne fut pas détruite mais ensevelie sous toute cette presque ile. Ne me demandez pas comment ils ont réussi à conserver une sorte de protection autour d’eux afin de créer cette grotte nous n’en savons rien! Mais quoi qu’il en soit ils ont continué à vivre ici durant plusieurs années avant de disparaitre brusquement, là aussi nous sommes désolés mais nous ne savons pas pourquoi. Nous avons par contre découvert un mécanisme assez rudimentaire mais très efficace qui permet à toute la grotte principale de rester cachée. Un mécanisme secret est caché dans les parois et ferme l’entrée principale de la grotte, vous devriez le fermer et taire à jamais l’endroit où se trouve l’actionnement de cet cache. Nous allons vous montrez.

 

Ils m’expliquèrent le mécanisme et je m’empressais de le fermer afin que cette maudite grotte reste à jamais cacher et inatteignable. De plus les futurs ouvriers ne verront comme ça jamais le potentiel de cette caverne principale et se contenteront de la mine en amont.

 

Plusieurs semaines sont passés depuis la bataille de Glindel, la vie a reprit son cours ici mais désormais elle est plus animée. Avec la découverte de ces deux petites mines d’or et de charbon exploitables, de nouveaux travailleurs sont venus s’installer au village de Martagon, j’ai aujourd’hui beaucoup plus de travail à fournir au royaume entre l’entretien et la récolte des champs, la reconstruction du parc boisé, l’exploitation de la mine et la maintenance du village de martagon. Le village s’anime beaucoup plus et désormais se trouve de l’autre coté de la rivière en s’étendant toujours plus. Sur les ruine de l’ancien village à été construit un grand centre équestre pour l’entrainement et l’approvisionnement de chevaux pur sang pour la cavalerie d’Aégis, je leur devais bien ça. D’ailleurs leurs forces ont été renforcées notamment dans le village afin de prévenir toute nouvelle attaque même si je pense que ces bandits ne sont pas prêt de revenir vu la déculottée qu’ils se sont prit. Les terres, où a eu lieu la bataille, ont été labourés et reboisés. Une nouvelle scierie a vue le jour et la terre récupérée ici ainsi que sur le chantier du nouveau village a permis d’assécher une petite partie du marécage au pied de mes vignes. Désormais, de nouveaux ceps ont été plantés et bientôt une nouvelle cuvée prendra la direction de toutes les citées avoisinantes sans oublier bien sur mon principal client : l’empire de Stendel!!

 

Le calme est revenu sur Glindel, les morts ont étés enterrés, les bâtiments reconstruits, les arbres replantés, mais combien de temps encore pourrons nous vivre avec cette épée de Damoclès au dessus de nos têtes, car il est sûr que cet homme en toge reviendra, et retentera de s’approprier ce qui se trouve dans cette pyramide. Il va falloir que j’enquête, que je décèle le secret de cette pyramide et de cette ancienne civilisation et que je trouve le siège de ce monstre avant qu’il ne me refrappe à nouveau. Car cette fois c’est sûr qu’il ne loupera pas son coup….

 

 

Link to post
Share on other sites

On continue avec le quatrième Rp expliquant la création de la Grande mer le 21 Avril 2015

 

Divulgacher

Quelque part dans le port de Stendel:

Oh hey moussaillon, tu m’as l’air bien perdu le pourceau des mers! Tu recherches quoi ici?

-Oh moi, je recherche du travail, j’ai tout quitté pour venir tenter l’aventure sur l’un de ses immenses bateaux.

Oui j’imagine mais ici c’est des bateaux de guerre, tu es soldat?

Euh non, je n’ai jamais eu de formation militaire.

Mouhai tu m’as l’air bien perdu, va à la marine centrale de la ville, ils te trouveront sûrement un truc à faire hahaha.

Notre jeune héros rebroussa chemin et tourna le dos à ces matelots ricanant en le regardant partir. Il se dirigea vers l’office centrale de la marine de l’empire, là où tous les nouveaux matelots en herbes devaient passer afin de s’inscrire sur les listes et trouver un navire recrutant un nouveau mousse dans le royaume.

Arrivé devant l’imposant bâtiment, le jeune homme s’essuya les pied sur le paillasson et rentra d’un pas décidé.

Ohh une nouvelle recrue! Bienvenue matelot! Quel bon vent t’amène ici?

Je viens car je recherche du travail dans la marine et on m’a dit de venir vous voir.

Oui absolument, si tu veux voguer sur les mers de Stendel, il nous faut t’enregistrer en cas de soucis, tu es répertorié. Bon de prime abord tu m’as pas l’air d’être bien formé pour la guerre.

En effet notre curieux personnage n’était pas bien grand, ni bien épais, certains l’auraient même appeler « la crevette » étant jeune. En aucun cas la carrure qu’il faut pour être marinier sur des cuirassés de guerre de l’empire.

Oui mais j’ai toujours aimé l’océan, j’ai passer toute mon enfance à contempler le grand océan de l’est Stendelien, ces mers m’ont toujours fasciné, j’aime la mer et aujourd’hui j’ai enfin sauté le pas pour faire de ce lieu mon endroit de travail, je ne me sens bien que près de la mer.

Hum ouai mais tu sais quand même qu’il y a une différence entre près et sur la mer durant des mois. Je ne pense pas que nous allons pouvoir te recruter, ce que la marine impériale a besoin c’est de vrais soldats avec les tripes bien accrochées quand il faut faire face à des creux de 8m en pleine tempête. Je n’aime pas juger les gens au premier contact mais je pense mon petit que tu n’es tout simplement pas fait pour ce boulot. Trouve toi un travail paisible en capitale, là ou tu ne risqueras pas ta vie inutilement…

Le jeune homme était dépité, lui qui durant toute son enfance a voulu travailler sur les océans se voyait refuser l’entrée sous prétexte de son physique bien frêle. Il ressortit de l’office centrale les bras ballant et alla s’asseoir sur le premier banc venu face à la mer. Le soleil commençait tout juste à se coucher qu’une autre personne vint s’asseoir à coté de lui.

Beau couché n’est ce pas, je ne me lasse pas de ce spectacle..

L’homme était très âgé, se tenait appuyé sur sa canne et contemplait le magnifique spectacle qui s’offrait à eux.

Enchanté, je m’appelle Haflock, James Haflock. Que me vaut cette mine si triste jeune homme? Vous avez toute la vie devant vous pourquoi être morose devant un tel paysage?

Ohh, je viens d’être refoulé à l’entrée de la marine impériale, j’ai toujours voulu voguer sur ses gros cuirassés, depuis tout petit je les regarde de la fenêtre de l’orphelinat où j’ai grandi, aujourd’hui je peux enfin voler de mes propres ailes et je suis arrêté avant même d’avoir prit mon élan. Que vais-je faire de ma vie?

La mer a un certain effet sur toi, je le sens, je le vois, ces idiots de militaires ne voient que la carrure et les muscles, mais un vrai matelot doit être aussi en vrai communion avec l’océan, entendre ses bruits, partager avec la faune, respecter la flore. De nos jours ces qualités se perdent bien malheureusement et c’est peut être pour ça que le grand océan est si malade aujourd’hui, avec la surpêche et toutes les guerres qui s’y sont déroulées, il est normal que l’océan n’est plus que le pale reflet de ce qu’il était jadis. Heureusement que toutes les mers du monde connu ne sont pas dans son état.

Ohh vous avez vu les autres mers? Comment sont-elles? J’ai entendu dire que la mer du nord abritait un archipel paradisiaque , c’est vrai.

Oh oh oui, les iles de Koalatu, ce sont de vrais perles biologiques, et une sérénité y flotte que je n’ai jamais ressenti ailleurs.

Est-il vrai que vogue sur cette mer la plus grande flotte de Stendel?

Oui absolument, la grande flotte de Port-Estroit est une merveille à l’état pur, depuis les quais, on peut voir tous les bateaux toutes voiles levées qui se confondent avec les nuages, c’est un spectacle saisissant mais aussi il faut l’avouer un peu effrayant. Heureusement qu’ aucun conflit n’a éclaté jusqu’à maintenant sur ces eaux, les dégâts en seraient catastrophique.

Et avez-vous vu la grande Mer, celle qui nous sépare des terres lointaines du grand ouest, il parait qu’elle est aussi mystérieuse qu’elle est dangereuse.

Mais tu es incollable sur les grandes étendues d’eau de l’empire mon garçon! En effet j’ai eu aussi la chance de voguer sur la grande Mer, et je dois avouer que j’en garde mes plus beaux souvenirs de marins. J’ai travaillé durant mes dernières années sur cette mer en tant que capitaine d’un petit bateau de pêche.

Aussi loin pour pêcher, mais comment faisiez vous?
C’était une véritable épopée chaque année au printemps à la fonte des premières neiges, nous appareillions depuis les rivières en fonte entre le territoire de Shiki no mura et les terres naines d’Ultharik. La route était dangereuse car il fallait éviter de gros morceaux de glace et parfois un coup de froid nous retombait dessus et regelais de nouveau le fleuve ce qui nous coinçait pendant des semaines. Mais le péril en valait le coup, la grande mer est inégalée en terme de poisson, nous trouvons là-bas des soles, st pierre, maquereaux et autre thon en telle abondance. Et beaucoup de variété de poisson ne se trouve que là-bas. Ils ont une chair tendre qui est spécifique de ces eaux très riches. Nous avions avec l’aide des mages de Stendel trouvé un procédé afin de saler les poissons dans les tonneaux afin qu’ils puissent se conserver durant tout le voyage de retour. Les dépenses liées au périple étaient très vite amorties avec les gains que je me faisais saison après saison sur le port de Stendel. Mais aujourd’hui je suis trop vieux, j’ai passé le relais à mon petit fils qui perpétue la tradition familiale et je suis très fier de lui-même s’il faut l’avouer que c’est bien moins dur aujourd’hui.

A bon et pourquoi cela?

Et bien depuis quelques années, une grande exploitation agricole a vu le jour dans ces lointaines contrées, mon bateau « la sardine » appareille là-bas désormais et la marchandise est ensuite acheminée jusqu’en capitale par la route impériale qui passe désormais dans la zone afin de rallier Bou’dumonde. Mon petit fils n’a plus à faire le long périple le long des frontières de Shiki no mura ce qui lui évite bien des dangers et des déconvenues.
De plus une grande partie de sa marchandise est vendue dans la région elle-même, une grande cité prospère prend de l’ampleur ces dernières années et avec elle sa population grandit et consomme plus par conséquent. Je te le dis mon brave, le nouvel eldorado c’est la grande Mer! De nombreuses cités et empire grandissent autour de cette mer, j’espère juste que les conflits grandiront pas avec eux…

Le jeune était en train de rêver, il s’était toujours vu voguer sur l’océan dans un bateau de l’empire mais l’idée de vivre sur la mystérieuse grande mer de l’ouest lui procurait un plus grand frisson.

Mais j’y pense mon garçon, mon petit fils recrute un mousse pour « la sardine », je sais que c’est bien moins gratifiant que matelot sur le Queen of revenge mais crois moi, tu serais heureux.. Et bien payé! Dans cette région tu peux tout avoir, tu veux vivre à la ferme, le village de martagon à Glindel n’attend que toi! Tu ne peux te passer de la vie citadine alors Aégis saura te contenter et j’en passe. Il y a tout là bas.

Il n’en fallait pas plus pour motiver notre jeune héros, il se leva spontanément, prit son sac, salua le vieux monsieur et se décida de partir vers Glindel à la recherche de Haflok, capitaine de la sardine, certes ce n’était pas rayonnant mais pour lui sa lui suffisait largement pour rêver et espérer de nouveau pouvoir vivre de sa passion, la mer.

Après plusieurs jours de voyage le long de la grande route menant à Boud’umonde, la caravane le déposa à la croisée avec le chemin menant à Glindel. Il prit son baluchon qui contenait le peu d’affaires qu’il avait et commença à marcher, marcher et encore marcher à travers la foret. Après plusieurs heures de traversés éreintantes, les portes de Glindel s’offraient à lui. Le jeune homme était éreinté par cet arasant voyage. A peine rentré dans la propriété il se fit arrêter par la milice locale.

Bonjour paysan, que viens tu faire ici?

Je viens à la rencontre du capitaine Haflok au village de Martagon. Savez-vous où je pourrais le trouver?

Hum déjà mon garçon il va me falloir tes papiers, on ne rentre pas ici comme dans un moulin, même si l’expression est mal vue ici..

La propriété avait l’air bien sur la défensive, j’appris par les garde du domaine que le domaine était sous la menace constante d’un groupuscule qui voulais s’approprier l’endroit. Ils ne m’en dirent pas plus…

Bon tout est en règle, une chariotte va venir vous chercher et vous emmener au port du village de Martagon, vue l’heure qu’il est, le capitaine Haflok doit être rentré de sa journée de pêche.

La chariotte emmena le matelot en herbe à travers les champs de Glindel, le jeune homme était impressionné par le calme et la sérénité qui pesait ici, bien loin du tumulte de la capitale. Il sentit très vite qu’il allait se plaire ici. Arrivé au village de Martagon, Il se dirigea vers le port de pêche où l’on pouvait voir un petit bateau de pêche en train d’accoster. Il n’était pas bien gros, on peut même dire qu’il était plutôt bien petit, mais cela importait peu pour notre moussaillon, il rêvait déjà de travailler à son bord.

Hey vous!!! Vous êtes le capitaine Haflok, c’est votre grand père qui m’envoie.

Ahh je vous attendais ce matin, un pigeon m’a informé de votre visite hier, à croire que vous êtes plus lent qu’un idiot de pigeon..

Non, nous avons eu un petit soucis sur la route mais rien de bien grave, alors comme ça vous êtes au courant pour moi?

Oui bien sur, on a beau être aux frontières des terres connues, on se tient quand même un temps soit peu informé hahaha. Alors comme ça tu veux travailler avec nous? Soit, je suis prêt à te donner une chance, nous verrons bien, va à l’auberge et dit que tu viens de ma part, tu auras une chambre gratuite, le temps de te trouver un logement si tu fais l’affaire…

Et voilà, c’était parti, notre apprenti matelot allait enfin devenir ce qu’il a toujours voulu, un vrai marin. Les premières journées furent extrêmement dur pour lui, le travail était physique et le capitaine stricte mais juste, une amitié naissante était en train de se créer entre lui et le reste de l’équipage. Après une semaine d’essai, le capitaine confirma l’embauche de notre nouvel apprenti mousse. Le jeune homme était heureux, il vivait enfin ce qu’il avait toujours rêvé seul dans sa petite chambre de l’orphelinat de Stendel, voguer comme un vrai matelot.

Après plusieurs semaines de travail dans leurs zones de pêche habituelle non loin du domaine de Glindel, la sardine prit le cap du nord, en direction de la grande cité d’Aégis, le capitaine voulait aller vendre une grande partie de leurs pêche en ville, histoire d’augmenter d’un coup leurs revenus. Deux fois par mois , la sardine se rendait à Aégis, afin d’écouler ses stocks, mais le capitaine ne voulait pas entreprendre cette traversée avec le nouveau sans un minimum de formation. Durant le voyage qui dura la journée, notre compagnon admirait la mer qui s’étendait à perte de vue. Mais soudain il fut interloqué par une masse imposante qui se dressait devant lui. En ce rapprochant il comprit que c’était une énorme frégate de guerre qui passa non loin d’eux.

Mon dieu, des bâtiments de guerre, ici, sur cette mer?

Et oui, ici aussi les tensions internationales se font sentir, Aégis est une grande ville mais est aussi une grande puissance militaire aussi bien terrestre que maritime, ils ont même un dirigeable. Il ne faut pas oublier que cette ville est la première forteresse face aux terres sauvages de l’ouest. Ces vastes étendues encore inexplorées du fait de leurs dangerosités. La zone à été extrêmement pacifié ces derniers temps, mais il y a peu, tu ne pouvais pas faire la route entre Glindel et Aégis sans risquer de te faire détrousser, pire, il était impossible de naviguer sur ces eaux sans croiser le fer avec des pirates. Aujourd’hui, grâce à la présence militaire de la flotte d’Aégis, les eaux sont sûres et nous petits pêcheurs pouvons travailler sereinement.

Ouff j’ai eu peur d’arriver dans une zone de guerre.

Ne cris pas ouf trop vite, il faut que tu saches que sur les cotes de l’est de la grande mer existe un royaume hostile à l’empire. Certes ils ne se font plus trop entendre ces derniers temps, mais comme le proverbe le dit si bien, il faut se méfier de l’eau qui dort. C’est bien pourquoi, Aégis, qui a toujours été allié de l’empire se prépare au cas où. En cas de conflit, notre milice ne ferait évidement pas le poids face a une armée qualifiée et surarmée, Aégis heureusement n’est pas loin, il n’y a pas de soucis à avoir.

La sardine arriva enfin à Aégis. Le port était immense, et bateaux de pêches côtoyaient cuirassés et frégates de guerre toutes aux couleurs bleue et noire de la ville, le spectacle était impressionnant et notre jeune matelot n’en revenait pas. Un bateau au large arborait les couleurs d’une autre cité, surement un bâtiment ami de la cité d’Egéon qui croisait au large du port. En effet la ville avait aussi un accès à la mer et heureusement faisait également partie de l’alliance de l’ouest.

De retour, à Glindel, notre moussaillon n’avait qu’un seul rêve final à atteindre, être capitaine de son propre bateau et voguer sur ces mers, commercer avec Aégis, Glindel Egéon et même pourquoi pas Shiki no mura. Et il savait une chose, c’est qu’il y arriverait…

 

Link to post
Share on other sites

Cinquième Rp qui concerne la création de l'école de magie de Glindalaan le 28 Mars 2016

 

Divulgacher

Cela fait presque un an depuis la bataille de Glindel. Aujourd’hui la ferme rayonne de nouveau et s’est énormément agrandie. La population ne cesse de croitre au village de martagon et l’exploitation tourne à plein régime livrant nourriture et bon vins aux différents royaumes de Stendel avec comme clients principaux  la capitale..

C’est un matin comme les autres où le baron allait enfin trouver des réponses à ses questions auprès des archéologues de l’empire travaillant sans relâche à percer les mystères des anciennes ruines englouties sous terres depuis des centaines d’années…

Mr le baron, mr le baron, eurêka, nous avons trouvé, mr le baron cria l’archéologue en chef remontant tout droit de la caverne.
Qu’y a-t-il mon bon monsieur, vous avez trouvé quelque chose? En effet, ils avaient trouvé quelque chose, et pas des moindres: le mécanisme pour entrer dans la pyramide. Ensemble, nous retournions dans la grotte et allâmes ouvrir ensemble les portes du monument enterré. Cette vue ne me lassera jamais, cette immense pyramide coincée sous la roche et la terre brillante d’or , ce spectacle vaut vraiment le détour. L’archéologue me montra le mécanisme caché derrière plusieurs gros murs et m’expliqua comment l‘activer. Après une longue hésitation et une forte inspiration, je décidai d’appuyer sur le bouton.
Un silence angoissant remplit la zone. Tous les gardes, miliciens archéologues et travailleurs tournèrent leurs yeux vers la grande porte de la pyramide. La salle commença à trembler. Et dans un vacarme assourdissant, les portes commencèrent à s’ouvrir. Hourra!

Je courus vers l’entrée quand l’archéologue en chef cria:  « STOP! la pyramide est surement piégée » . En effet, je m’arrêtai tout juste à l’entrée et je vis en me penchant un fil extrêmement fin juste à deux centimètres de ma cheville. Un garde décocha une flèche et coupa net le fil qui fit s’activer un rideau de flammes devant moi.. Feww cétait moins une!! Après plusieurs heures à inspecter les différents couloirs du bâtiment et désamorcer plusieurs pièges, nous arrivâmes enfin dans le cœur du bâtiment, une pièce immense dont on ne voyait pas le plafond avec en son centre une stèle au milieu du vide.

Mr le baron, on dirait bien qu’il y a quelque chose sur cette stèle?

En effet surement un artefact précieux au vues des pièges qui le gardaient

Je m’avançai prudemment et lentement le long de la corniche qui menait tout droit à la stèle. Arrivé à destination, tout doucement, je m’emparai de ce qui semblait être une énorme pierre précieuse rouge de forme cubique. Mais à peine je la touchais que tout mon corps se mît à trembler et rougeoyer. Une douleur insurmontable me traversa de tout mon long et mes yeux se mirent à flamber. Un halo rouge commença à se créer au-dessus de moi. Une force démentielle était en train de m’envahir et de me tuer car impossible à canaliser. C’est là qu’un homme, tout de blanc vêtu, apparut à coté de moi. Il donna un grand coup de bâton dans l’artefact et le fit tomber à terre.

Les ténèbres m’envahissaient. Un long voile noir tomba sur mes yeux tandis que je perdais connaissance..
A mon réveil, j’étais dans mon lit au manoir de Glindel. A coté de moi, se tenait ce mystérieux homme qui m’avait surement sauvé la vie.

Que s’est-t-il passé? Comment m’avez-vous sauver la vie?

Une seule question à la fois mon bon monsieur. Je suis l’archimage Danalaan, ancien membre de l’académie des mages de l’empire, nous vous surveillons depuis un petit moment déjà.

Quoi vous aussi, à croire que tout l’empire me surveille…

Vous n’imaginez même pas, baron Glindel, des conséquences de votre découverte. Vous ne pouvez vous rendre compte seul de l’importance de l’artefact et de son pouvoir sans aucune mesure.

Je vous en prie archimage, expliquez-moi tout..
Après avoir repris du poil de la bête, je rejoignis l’archimage dans ma bibliothèque qui avait été rejoint par 4 autres personnes. C’étaient certainement des mages eux aussi vu leurs habits et leurs bâtons.

Bonjour Carlyto, nous sommes heureux de vous rencontrer. Je m’appelle Daniala Maclyagan, ancienne mage au service de l’empire, voici le maitre des potions Fortglaine, l’ensorceleur Karagoth qui revient tout droit du nether, le mage Balistan  et vous connaissez déjà notre meneur, l’archimage Danalaan.
Nous sommes les 5 membres du conseil de la guilde des mages. Nous avons pris nos distances depuis plusieurs années avec l’académie des mages de Stendel qui ont une vision trop terre-à-terre de la magie et de ce que l’on pourrait en faire.

Vous, vous êtes des ennemies de l’empire?

Non aucunement! me coupa l’archimage. Nous avons juste une vision différente et des ambitions bien plus grandes. La pierre que vos archéologues ont découverte dans les ruines, Savez-vous ce qu’elle est?

Non?

Elle est tout, le début et la fin, le noir et le blanc, le bien et le mal. Cette pierre, c’est la pierre d’éternité! Elle a été donnée aux mortels par les dieux ou être supérieurs qui ont façonné notre monde au commencement de tout. Avant leur départ, ils transmirent une partie de leurs pouvoirs aux races mortelles afin de continuer leur travail. Mais cette pierre fut le sujet de discorde entre les différents peuples qui se battirent pour son contrôle. Un grand cataclysme eut lieu lorsque la civilisation, qui contrôlait la pierre de pouvoir, l’utilisa pour engloutir leurs ennemis sous un raz de marrée titanesque. Ils furent eux-mêmes balayés par les éléments. La pierre ne protégea que le centre de leur capitale sous une coupole magique protectrice. Ils se retrouvèrent piégés sous terres où ils moururent tous les uns après les autres. La pierre resta là, cachée des hommes, des elfes et des nains durant des centaines d’années. Mais aujourd’hui Carlyto, vous et vos hommes l’avait enfin retrouvée. Les ruines disséminées un peu partout à travers l’empire sont les vestiges de cette guerre passée… Aujourd’hui, malheureusement, une société secrète dénommée les purificateurs veulent s’approprier cette pierre et ses pouvoirs afin de façonner le monde à leurs images. Si la pierre de pouvoir tombe entre leurs mains, les royaumes s’effondreront les uns après les autres. Même les empereurs tomberont. Ce sera la fin de la vie telle que nous la connaissons. Ce sera la fin de tout…

Comment êtes-vous au courant de ce que prévoient de faire ces « purificateurs »?

C’est moi qui leur ai donné toutes ces informations. Avant de rejoindre les rangs de la guilde des mages, j’étais au service du seigneur Manrafle. L’homme que vous avez vu et qui s’est enfui lors de la bataille de Glindel. J’étais son ensorceleur. Lorsque je me rendis compte de son projet global et des millions de morts que cela engendrerait, j’ai décidé de le quitter et de me tourner vers l’académie des mages de Stendel. Malheureusement leur réponse fut de m’envoyer pourrir aux cachots sans prendre en compte mes avertissements. C’est là que l’archimage Danalaan vint me libérer juste avant mon exécution.
J’avais foi en lui. Son histoire me fit comprendre que les mages de la capitale ne se rendaient pas compte du danger qui planait sur le monde. Ensemble, nous partîmes à la recherche de cette pierre avec l’aide de nos trois autres compagnons avant que les purificateurs ne mettent la main dessus. En ayant eu écho de la bataille de Glindel, nous comprîmes que la pierre était ici. Et nous sommes arrivés juste à temps pour vous sauver, cher baron.

Oui tient d’ailleurs! Pourquoi la pierre a-t-failli me tuer?

Un être lambda ne peut prendre la pierre et encore moins la contrôler. Seuls des êtres entrainés et maniant la magie peuvent la toucher ou encore se servir des ses pouvoirs. Pouvoirs qui sont infinis, j’en ai bien peur.

Danalaan! Nous ne tiendrons pas longtemps avant que Manrafle ne découvre que nous détenons la pierre. Nous ne savons pas encore utiliser ses pouvoirs! J’ai bien peur que les différents royaumes et l’empire lui-même ne nous viennent en aide. Si nous rapportons la pierre en capitale, la ville sera bientôt envahie par une horde de mages noirs qui tueront tout sur leur passage.

Mais la pierre ne peut rester ici! Cette secte a déjà attaqué Glindel une fois. Nous ne résisterons pas à une seconde attaque. Je ne veux pas que d’autres bons hommes et fermiers ne meurent pour cette chose. Nous avons déjà assez donné pour le monde.

Bien sûr cher baron! Ne vous inquiétez pas ni vous ni vos amis ne mourront pour cette pierre. J’ai de grands projets avec cette artefact. Croyez-moi, nous allons prendre de court notre ennemi et faire en sorte qu’également aucun royaume ne prennent possession de cette pierre à des fin malveillantes ou guerrières. Je ne fais même pas confiance à l’empire qui pourrait s’en servir pour détruire les royaumes belliqueux. Non, cette pierre doit servir à autre chose, quelque chose de plus noble, de dévouer à l’humanité. Parmi nous se cachent de jeunes magiciens en herbe qui ne savent même pas encore qu’ils ont des pouvoirs.

Ah on ne devient pas magiciens?

Non, Baron! On nait magicien! C’est dans notre sang! Malheureusement, si l’armée de Manrafle est aussi grande aujourd’hui, c’est qu’il excelle dans l’art de convertir ses jeunes magiciens aux forces du mal. L’académie des mages de Stendel ne recrute que des magiciens expérimentés et non de jeunes ados pour les former. Les différentes écoles de magies à travers les royaumes ne servent que leurs propres intérêts et sont vite gangrenées par les purificateurs. J’ai vocation de changer tout cela. Grâce à cette pierre, nous allons bâtir le plus grand domaine que le monde ait jamais connu. Là, nous prendrons dans nos bras tous ces jeunes talents châtiés  de chez eux, promis au bucher dans certains royaumes ou allant tout droit dans les griffes de Manrafle. Nous allons couper l’herbe sous le pied des purificateurs et former des générations et des générations de magiciens qui défendront la veuve et l’orphelin, qui assureront paix et prospérité à l’empire et aux royaumes qui le compose. Et lorsque nous aurons la puissance nécessaire, nous détruirons les purificateurs sans l’aide des pouvoirs de la pierre qui pourrait de nouveaux détruire le monde.

Comment comptes-tu te servir de la pierre à tes fins?

Grâce à cette pierre, je vais pouvoir détecter tous les jeunes magiciens en herbe de l’empire et au-delà. Nous aurons une longueur d’avance sur les purificateurs car nous saurons qui aller chercher. La pierre de pouvoir a la faculté, certes de détruire ou de construire, mais aussi de détecter les êtres capables d’acquérir son pouvoir.
J’ai découvert un endroit parfait non loin d’ici pour ériger notre école de surdoués. Vers l’ouest à la frontière des terres connu se dresse de grands pics à l’abri enclavés dans des montagnes, une grande foret nous sépare de cet endroit.

Oui, je connais cet endroit! C’est magnifique, très enclavé, très beau. C’est sous la juridiction d’aucun royaume.

C’est décidé! Nous allons bâtir un majestueux château là-bas où nous pourrons accueillir et former les jeunes élèves à la maitrise de la magie blanche. La tâche sera ardue! Les obstacles sont nombreux et nos ennemis à l’affut. Mais je sais que je pourrais compter sur vous et votre loyauté mes amis. Vous êtes avec moi!

Tous se levèrent et crièrent ensemble : «Nous sommes avec toi ».

Les mages partirent et commencèrent chacun leurs missions.  Daniala devait s’occuper du recrutement de nouveaux professeurs. Elle alla à l’académie des mages de Stendel expliquer à l’empire et aux mages son projet et celui de ces compagnons. Les mages acceptèrent et plusieurs d’entre eux comprirent l’importance de la tâche et décidèrent de les rejoindre.

Balistan et Fortglaine se mirent à la « moisson » des jeunes prodiges guidés par Danalaan qui doucement mais surement apprivoisait la pierre de pouvoir afin de chercher les enfants dans tout le royaume.

Quand à Karagoth, avec l’aide des pouvoirs de la pierre, il commença à ériger un titanesque château au sommet de hauts pitons rocheux. Le château, tour après tour, commençait à prendre forme. Sa silhouette imposante commença à percer l’horizon. Bientôt, on pourrait voir le château à cent lieux à la ronde. En haut de l’une des plus haute tour de la citadelle, Danalaan entreposa la pierre qui une fois posée sur un socle magique créera un halo bleu qui transpercera le ciel. Avec ce pouvoir, le château était protégé par une barrière invisible qui désintégrerait tous les monstres, les bandits et les purificateurs qui tenteraient de le traverser.
Ce qui aurait dû durer des dizaines d’années ne prit que quelques semaines à Karagoth et Danalaan. Très vite, le château était prêt à accueillir ses premiers élèves.

Daniala s’était très vite occupée de l’organisation du domaine. Quatre maisons furent créées dans quatre ailes du château. Chacune d’entre elles  accueillerait 24 élèves. Ce qui monterait le nombres d’apprentis à 96 chaque année. Les mages s’étaient créé cette limite afin d’apporter le meilleur dans leurs instructions et non de mal former les élèves qui pourraient par la suite les trahir et rejoindre l’ennemi. Chaque grand mage sera le garant de leur maison et l’archimage Danalaan devient le chef de l’école et guide suprême des magiciens libres. Plusieurs professeurs prirent possession de leurs appartements. Au bout de quelques mois, les portes ouvrirent aux élèves de tout âges. Chaque classe regroupait les élèves selon leurs âges et mélangeant les maisons.
Les âges varient entre les premières années ayant 11 ans là où ils découvrent leurs pouvoirs et les dernières années de 18ans. Beaucoup de nouveaux arrivants constituant les dernières années connaissaient déjà leurs pouvoirs mais Danalaan voulu eux aussi les formés même si pour certains ils ne passeraient qu’une année ici au château. En espérant qu’il ait fait le bon choix…

 

Link to post
Share on other sites

Après plus d'un an de travaux, voici le sixième Rp pour l'extension de Glindalaan avec la création du village de Sciure

le 7 Mai 2017

 

Divulgacher

 

Quelque part dans le château de Glindalaan, une réunion au sommet regroupait l’Archimage Danalaan, directeur de l’école et ses quatre grands sorciers principaux chacun responsable d’une maison d’élèves.

 

Le thème de cette réunion était l’insécurité qui régnait toujours dans la grande foret qui recouvrait tout le territoire du Grand ouest de Stendel jusqu’aux portes de la grande Aégis due en grande partie aux créatures et monstres qui peuplaient cette foret magique. Même si la construction de l'école de magie et l'arrivée d'une centaine d'élèves et de professeurs avaient bien apaisé la zone, il restait des poches d'insécurité dans les recoins du territoire.

 

Archimage Danalaan: Bien, mes amis, si je vous ai réuni aujourd’hui c’est pour que nous nous occupions du problème de la foret de Glindalaan ! En effet maintenant que l’école est ouverte, que la pierre d’éternité est bien à l’abri ici et que les cours se déroulent parfaitement, il va falloir s’occuper de nos chers voisins, entre autres l’exploitation agricole de Glindel. Ce n’est pas tout de les protéger contre la secte qui veut la pierre et des bandits qui pourraient piller leurs terres. Il faut aussi faire en sorte de faire prospérer cette partie du monde sans que l’empire n’ait à intervenir davantage dans nos affaires. Aégis, alliée de cette l’empire joue déjà ce rôle de forteresse dans le grand ouest mais elle ne nous pose pas de soucis bien au contraire, le commerce est florissant, les échanges bénéfiques et l'entente plus que cordiale. Cette ville croit de jour en jour et ses demandes en ressources sont en constante croissance.

 

Daniala Maclyagan : Je ne comprend pas Archimage, quel est le souci alors ?

 

Archimage : Le souci, ma chère Daniala c’est que la route impériale qui traverse la forêt pour rejoindre Aégis est tout sauf sûr. De nombreux convois se font attaquer par des brigands ou des monstres qui rodent en masse dans la foret. Nous n’avons pas pris en compte du territoire qui nous entoure mais seulement de l’enceinte du château. Aujourd’hui nous devons rectifier le tir et assurer plus de protection aux marchands et voyageurs qui passe ici. Il serait fort dommageable de condamner cette route qui fait prospérer l’exploitation agricole de Glindel et cela enverrait un mauvais message à Aégis. Il se pourrait bien que, lassée des attaques constantes contre ses convois de marchandises transitant dans tout l'ouest, elle veuille reprendre la main et assurer personnellement leur sécurité. Cela aurait pour conséquence une déstabilisation de toute la faune et la flore magique de la forêt qui pourrait à terme se retourner contre les hommes. De plus notre crédibilité n'en serait que ternie.

 

Ensorceleur Karagoth : Je me fiche du message que je peux leur envoyer à ces seigneurs ! Je ne veux pas qu’il vienne pointer le bout de leurs nez ici! Cette forêt hantée nous protège de toutes les incursions extérieure. Aussi bien Aégis, que l'empire ou n'importe quel autre royaume de ce monde.

 

Archimage : Et le baron Glindel ? Tu y penses à lui, sans ce brave homme, nous n’aurions jamais récupéré la pierre et toute cette école n’aurait jamais existé. Nous lui devons bien ça à lui et aussi à Aégis qui nous laisse tranquilles ici. D’ailleurs, je me suis entretenu avec leur maire il y a peu de temps, les besoins en bois de la ville sont criants. Il fabrique une grande flotte pour protéger la grande mer des mena…

 

Karagoth : Ha ! Des menaces, bien sûr…. Ils construisent cette flotte pour nous assiéger et récupérer la pierre, Danalaan ! Ne soyez pas stupide ! Ne tombez pas dans ce piège qu'ils nous tendent.

 

Mage Balistan : Je suis pour une fois d’accord avec Karagoth. Après cette immense Egide, voilà qu’Aégis se lance dans une flotte navale. Humm cela ne me présage rien de bon pour l’avenir.

 

Archimage : C’est pourquoi nous devons rester en bon termes avec eux. Non seulement cela nous est profitable mais nous pourrons comme ça toujours avoir un œil espion sur leurs affaires. C’est pourquoi je suis d’avis de leur laisser le droit d’exploiter la forêt.

 

Karagoth : Non, il en est hors de question ! Te rends-tu compte Danalann ? S’il faut pour la stabilité de la région et sa prospérité, exploiter la forêt, il faut que ce soit fait par des gens qui n’aient aucun lien avec le monde extérieur mais qui soit sous notre tutelle. Annexons le reste de la foret et installons un camp de bûcheron lambda qui exploitera l’endroit sous notre protection et celle de la pierre d'éternité. Quitte à avoir des paysans qui exploitent notre domaine, autant qu’ils le fassent sous notre autorité.

 

Maitre Fortglaine : Je suis d’accord ! De plus, cela n’en sera que plus fructueux pour toute la région. Nous n’aurons qu’à installer un poste frontière au bord de la Rhure afin que tout ce qui sort de notre territoire s’acquitte d’une taxe qui servira à financer le camp de bûcherons, la route et tout le domaine de Glindalaan.

 

Archimage : Hum, ce n’est en effet pas une mauvaise idée. Nous sommes gagnants, Aégis également. Ce camp de bûcherons nous permet d’annexer le reste de la foret et par conséquent d’en assurer la sécurité ce qui fera croître les échanges avec Glindel qui est par conséquent lui aussi gagnant. Ce marché m’a l’air des plus convenable en effet. Mais il reste un souci, la sorcière de Ferdich, cette vieille mégère ne nous pose que des ennuis, harcèle les voyageurs et continue ces tours démoniaque. Il est grand temps de lui rendre une petite visite..

 

Après cette réunion, le conseil des cinq décidèrent d’aller voir une sorcière atteinte par la folie qui vivait recluse au plus profond de la foret afin de lui faire retrouver la raison. Une fois arrivés sur les lieux, l’odeur de pourri et les émanations de divers gaz, leur firent monter des hauts le coeur. Mais l’Archimage s’avança de plus bel et la maudite maison délabrée fit son apparition à travers les brumes épaisses. Un rire démoniaque se fit entendre et d’un coup une boule de feu fonça sur l’Archimage qui eut de justesse le réflexe de l’esquiver. Il contre-attaqua en lançant un sort de lévitation en direction de la vieille sorcière. Daniala, elle, la désarma avec sa baguette et l’Archimage put enfin s’avancer sans risque vers elle en train de léviter à plusieurs mètres du sol.

 

Archimage : Ursula, pauvre folle, croyais-tu vraiment pouvoir tenir tête au conseil des cinq ?

 

Ursula Ferdich : Ahhhh Alfonse, ça faisait longtemps hahahihihihohoho… Que me vaut l’honneur de ta visite, tu as pris un peu de ton précieux temps pour descendre de ton château orgueilleux afin de te mêler au commun des mortels ?

 

Archimage : hum hum hum, Ursula, s’il y en a une qui n’est pas mortelle dans cette foret c’est bien toi, tu as quel age déjà ?

 

Ursula : mouarf, bandit va !

 

Daniala : Archimage, je ne pense pas que ce soit une bonne idée que de la braquer…

 

Archimage : Ursula, si nous sommes venue ici c’est pour te faire revenir à la raison. Trop longtemps tu as hanté ces terres et traumatisé ses voyageurs. Aujourd’hui nous prenons le contrôle de toute la zone et nous ne tolérerons plus tes agissements. A compter de ce jour, toute attaque, agression ou même simple farce envers n’importe quel mortel, magicien ou écolier sera puni de mort, tu as compris.

 

Ursula : Si je comprends bien, vous venez avec toute votre arrogance annexer mon domaine, m’empêcher de faire ce qu’il me plaît et me menacer de mort si je ne coopère pas avec vous ? Je croyais que vous étiez les gentils dans l’histoire et malgré ma folie je puis dire que ce n’est pas des coutumes de gentils ?….

 

Karagoth : Qui t’a dit que nous étions les gentils ? Danalaan, ne nous embêtons pas avec ce déchet magique. Vaporisons la, qu’on s’en débarrasse.

 

La sorcière comprenant la radicalité de Karagoth coopéra et promit en échange de la vie sauve et de pouvoir rester chez elle de ne plus agresser les voyageurs ni de hanter la foret. Le conseil des cinq satisfait de la réponse la fit redescende sur la terre ferme. Après une brève consertation avec ses collègues, l'archimage Danalaan se retourna vers Ursula et accepta la condition qu'elle reste vivre ici. Voulant sceller cet accord avec un sortilège de serment inviolable, il tendit son bras et La vieille sorcière fit de même. Daniala Maclyagan commença le rituel mais aux derniers mots de l'incantation, Ursula rajouta une dernière close en prenant de cours tout le monde. "Toute personne s’aventurant trop près de sa maison sera à jamais sous son emprise et elle pourra en faire ce qu'elle voudra"...

Le sort, ce termina sur ces paroles et le destin fut scellé. Danalaan, furieux d'avoir été prit de cours, brandit son bâton en direction de la mégère mais Daniala l'arrêta. En effet, à cause du serment inviolable, aucun des deux ne pouvait porter atteinte à l'autre sans se tuer lui même. Ursula jubilait et, contente de son entourloupe rentra chez elle fière de son coup magistral.

 

Le conseil des cinq repartit vexé d'avoir été aussi facilement berné par une sorcière aussi folle qu'Ursula Ferdich, et se dirent qu'ils instaurerons une close aux élèves et voyageurs de ne pas approcher de cette zone de la forêt.

 

Quelques jours plus tard, aider par les mages de Glindalaan, de nouveaux travailleurs et bûcherons s’installèrent au milieu de la foret partie ouest, près de la rivière Niètre et commencèrent leur dur labeur. Très vite les premiers convois de bois prirent la route vers Aégis, Glindel, et les autres royaumes de l’empire. Les sapins de la foret immense offraient à tous ces royaumes un bois d’une qualité incomparable qui allait dans quelque temps valoir de l’or. Grâce au poste frontière, les taxes commençaient à remplir les coffres qui étaient sous la supervision du château.

 

Un mois plus tard, dans la plus haute tour d’astronomie de Glindalaan, l’Archimage Danalaan et l’ensorceleur Karagoth regardaient vers l’horizon le camp de bûcheron nommé Sciure par leurs habitants…

 

Danalaan : Regardez Karagoth, vos doutes n’étaient pas fondés. Aujourd’hui la foret nord est relativement paisible est totalement sous notre contrôle, le commerce se porte à merveille ce qui remplit nos coffres et nous aidera à l’avenir financièrement, et nous n’avons jamais entretenu d’aussi bons rapports avec Aégis. Tout va pour le mieux..

 

Karagoth : Oui en effet vous avez raison sur ces points. Mais ce que je vois moi c’est un peu plus loin cette forteresse agressive qui nous surveille. Cette flotte en construction qui nous obstrue et cet empire envieux qui ne cherche qu’à mettre la main sur la pierre d’éternité. Un jour ou l’autre, ils viendront, vous le savez, l’empire ne nous laissera pas indéfiniment tranquille. De plus n’oubliez pas que la secte de votre ennemi juré n’a pas été totalement détruite. Il se terre quelque part à l’abri de nos orbes espions à préparer un plan pour nous attaquer. Nous sommes loin d’être aussi tranquille comme il vous plaît de le dire aux élèves. Je serais vous, je me haterais de les former, car bientôt il devront se battre pour défendre ce qu’ils ont de plus cher…

 

Danalaan :La pierre ?

 

Karagoth, Non Archimage, leurs vies….

 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Huitième Rp pour la deuxième extension de Glindalaan et la création de la ville de Doge le 18 Mars 2018

 

Divulgacher

 

Cela fait maintenant deux ans que l’école de magie de Glindalaan a vu le jour. Deux ans que des centaines d’élèves venus des quatre coins de l’empire viennent apprendre les rouages et les techniques de la magie. Deux ans que la pierre d’éternité est jalousement gardée par les archimages du château sous l’œil avisé de Danalaan, le directeur de l’école est sûrement l’un des être les plus puissants de ce monde. Deux ans que lui, le conseil des quatre archimages et le reste des professeurs travaillent sans relâche à apprendre aux enfants et ados les techniques de défense contre les forces du mal.

 

Mais.. Tout n’est pas rose dans ce paysage, malgré la surveillance de la forêt maléfique qui a grandement sécurisé la région, certains recoins de la zone sont encore très dangereux. De plus, la pierre d’éternité flottant au dessus de la tour apporte puissance et protection à Glindalaan, mais elle apporte également envie et convoitise d’autres grandes puissance qui aimeraient s’approprier son immense pouvoir. Bien qu’ayant de très bonnes relations avec ses voisins, Danalaan et le conseils restent toujours méfiants des puissances voisines et de l’empire mais ce qui les préoccupe le plus ces derniers temps, c’est leur ennemi juré, Kargoth et sa secte démoniaque qui ne rêvent de la pierre que pour une seule et unique chose, la destruction de l’empire, l’asservissement de tous les royaumes et la remodélisation à leur image du monde en une terre brûlée exempt de toute vie.

 

Cependant, en cette belle journée d’été où le château est vide de ses élèves, une autre préoccupation retient l’attention de plusieurs professeurs de l’école. Au deuxième étage dans la salle des professeurs, madame Poirefanée, Lucienne et Vanor discutent de leur exaspération de passer un deuxième été dans l’enceinte du château. En effet, sans un chez eux propre, tous les professeurs de Glindalaan vivent au château à l’année. Autant ça n’a pas l’air de déranger l’ensorceleur Karagoth enfoui sous terre où il peut vaquer à ses occupations de magie noire en toute tranquillité, autant certains commencent à mal supporter cette vie cloîtrer ici.

 

Lucienne Blanchard, la professeure de langues vivantes prit les choses en main et commença à réunir plusieurs de ses collègues qu’elle savait las de vivre à l’année au château. Ensemble, ils commencèrent à se poser des questions sur comment régler ce soucis et parvinrent à une idée ma fois assez bonne.

 

Quelques jours plus tard, après en avoir avisé l’archimage Danalaan, le directeur, une réunion fut organisée entre le conseil des cinq et le reste des professeurs :

 

Archimage Danalaan :

Bien le bonjour à vous mes amis, merci à tous d’être venu. Si nous vous avons, le conseil et moi même, réuni aujourd’hui, c’est pour aborder le sujet que plusieurs d’entre vous, si j’en crois les rumeur aspirent, c’est de pouvoir vivre en dehors du château, d’avoir un second chez vous. Lucienne est venue m’exposer votre plan.

Malheureusement, je vais être franc et direct avec vous, il m’est dans l’impossibilité d’accepter cette demande de création d’un village aux abord de l’océan infini. Je m’explique mes amis, trop de danger planent sur nos têtes, ici au château tous ensemble nous sommes en sécurité, nous pouvons également veiller sur la pierre, si nous nous éparpillons, nous serons des proies facile pour nos ennemis.

 

Lucienne Blanchard :

Archimage, avec tout le respect que je vous dois, arrêtez de voir le mal partout, nos voisins aspirent à la paix, l’empire nous calcule à peine et notre soi disant ennemi Kargoth n’a pas montré signe de vie depuis plus de deux ans, il est sûrement mort à l’heure qu’il est.

 

Virima l’éclair (prof de balai magique) :

Ma petite Lucienne dit vrai, il y a d’ennemis que ceux que vous créez cher Archimage. En attendant nous vivons cloîtrer ici comme des prisonniers dans ces murs. Nous en avons marre grand conseil, comment voulez-vous que l’on se repose si nous passions notre vie ici au travail.

 

Dabiala Maclyagaan (prof de métamorphose et membre du conseil des cinq) :

Chers ami, vous n’êtes en aucun cas prisonniers ici, vous pouvez voyager comme bon vous semble. Si l’envie de partir pour la capitale vous prend, personne ne vous retient

 

Virima :

Oui mais tout le monde nous voit, nous n’avons aucune vie privée, tout se sait, ce n’est pas une vie ça, c’est une détention surveillée.

 

Alius Gnomyr : (prof de musique)

De plus, je tiens à rajouter que lorsque les élèves seront de retour, le tapage, le bruit et les farces en tous genres vont reprendre, nous n’avons pas un instant de paix, certains d’entre vous leur font peur et ils ne vous embêtent pas mais je dois avouer que ma carrure de Gnome n’inspire pas la peur chez eux. J’aimerais moi aussi avoir mon chez moi non loin d’ici.

Archimage, nous pourrions trouver un terrain d’entente. Ce que nous pourrions faire c’est vivre à l’année au château afin de pouvoir donner nos cours, assurer la sécurité des élèves et avoir toujours un œil sur la pierre. Et pendant les vacances et les week-ends, nous rentrerions chez nous dans un seul et unique village non loin d’ici où nous ne mettrons que quelques minutes à y accéder en balais magique. Cela nous permettrait de rester joignable à tout instant afin de pouvoir revenir si danger il y a au château.

 

Daniala : En effet maître gnome, cela me paraît une bonne idée, mais ce village, où voulez-vous le construire, le nord est recouvert par la foret et le camp de Sciure s’est déjà installé. A l’ouest, d’immenses montagnes bloquent le passage et l’est est recouvert par la mer ou Glindel. Il ne vous resterait que le sud, cette terre marécageuse, humide et froide.

 

Lucienne ;

Oui madame, c’est ici que nous avions pensé installer notre chez nous, vous savez mieux que personne qu’avec la magie nous pouvons faire des choses extraordinaire mais pas que. Naber, expliquez-nous ce que vous nous avez montré:

 

Naber Poléon (prof d’histoire Géo)

Et bien c’est simple, pour pouvoir construire dans cette zone, il va falloir assécher plusieurs endroits, la magie nous sera d’aucune utilité ici, l’eau reviendra sans cesse, non il faut plutôt irriguer la zone afin de canaliser toute cette eau. Pour cela rien de plus simple, nous allons construire plusieurs moulins le long des canaux qui acheminerons l’eau vers l’océan afin d’assécher plusieurs grands bancs de terre. Pour l’eau restante, il suffira tout simplement de construire de petits canaux partout dans le village afin de laisser la terre imbibée d’eau se vider continuellement dans ses déversoirs.

 

Archimage Danalaan :

Bien tout cela me paraît tenir. Mais, dites moi, ce village que vous voulez construire, ne risque-t-il pas d’être un peu vide la semaine quand vous travaillerez ici à Glindalaan ?

 

Lucienne :

Non archimage, pour la simple et bonne raison que plusieurs sorcières et mages voudraient vivre avec nous ici à Glindalaan sous notre protection. Vous savez que dans certains royaumes ils sont chassés, persécutés et parfois même brûlés pour ce qu’ils sont. Ici, ils seraient en sécurité, assureraient la protection du village et nous seraient fort utile si un jour votre Kargoth refaisait surface. Les élèves pourraient avoir des sorties scolaires ici, où j’en suis sûr que plusieurs boutiques ouvriraient. Ce village serait une bulle d’oxygène pour la région. Sous votre autorité et celle du conseil, cet hameau que nous appellerions Doge prospérerait et serait un nouvel eldorado pour nos confrères et pour nous un havre de paix où nous pourrions souffler un peu. Plusieurs de mes collègues préfèrent vivre ici à l’année, c’est leur droit, mais nous sommes plusieurs à aimer notre tranquillité, s’il vous plaît Archimage.

 

Après une longue hésitation, l’archimage se tourna vers Daniala et ses collègues et d’un simple regard comprit la décision du conseil. Seul l’ensorceleur Karagoth ne semblait pas pour. Danalaan se leva et accepta la requête des professeurs souhaitant avoir un deuxième chez eux.

 

Quelques jours plus tard, les travaux d’assèchement du marécage commencèrent avec la construction des différents moulins, Glindel fut appelé grâce à leurs savoir faire dans ce type de bâtiments. Le plan de Naber réussit parfaitement et très vite la zone commença à se vider de son eau.

La construction du village put commencer. Si tout se passe bien et avec l’aide de la pierre et d’un peu de magie, le village devrait être prêt pour la rentrée.

 

 

Link to post
Share on other sites

Quatre mois plus tard, gros coup d'accélérateur à la construction du futur royaume avec une nouvelle extension de Glindel ainsi que la fusion de Glindalaan et l'exploitation agricole le 30 Juin 2018

 

Divulgacher

 

Cela fait plusieurs mois que Doge est sorti de terre. Grâce à ce nouveau village, de nombreux sorciers venus de tout l'empire habitent désormais la zone. Les écoliers quant à eux ont enfin un endroit où faire leurs emplettes de fournitures scolaires en tout genre, mais surtout en farces et attrapes ! Avoir colonisé le grand marécage au sud de Glindalaan n'a été que bénéfique dans la région qui est aujourd'hui totalement sous contrôle avec différentes tours de garde afin d'éloigner bêtes féroces et bandits des nombreux voyageurs empruntant la route principale. Aujourd'hui la route est sure entre Elum'yr et Aégis et le commerce en est que plus florissant. L'exploitation agricole de Glindel tire bien son épingle du jeu, étant reliée elle aussi à cette route, les échanges avec ses voisins n'ont jamais été aussi nombreux, mais elle accuse encore un gros déficit avec le reste de l'empire. En effet, aucunes routes commerciales ne rattachent Glindel au reste de l'empire à l'est. Mais à l'heure actuelle un autre sujet préoccupe le Baron Glindel. En effet depuis qu'il s'est installé il y a 6 ans sur les terres de son Grand père, le baron avait toujours regardé d'un œil anxieux le désert qui le coupait du reste de l'empire. Non seulement ce désert n'était en rien cultivable mais en plus il avançait !. Avec les années la scierie n'avait plus d'arbre à couper et était en grande partie envahie par le sable. La palissade construite il y a 4 ans ne résistera pas longtemps à la force de mère nature et bientôt tout Glindel ne serait qu'un immense terrain sec et aride. Les cultures commençaient déjà à souffrir du manque d'eau, les deux petits étangs de part et d'autre de Glindel approvisionnaient la ferme en eau douce mais leurs réserves n'étaient pas inépuisables et elles étaient aujourd'hui presque à sec. Le temps de l'exploitation agricole de Glindel était compté…

 

Un matin, un ouvrier agricole arriva l’air déconfit dans le manoir de Glindel. Grand bâtiment qui surplombait toute l’exploitation. Malheureusement, avec les années et le vent sec et aride qui soufflait de plus en plus sur la propriété, la peinture commençait à s’écailler à plusieurs endroits et la végétation n’était plus aussi verte qu’à ses débuts. Aujourd’hui, les fleurs et les arbustes sont secs et chétifs et les feuillages sont jaunis par la chaleur harassante du soleil. Il entra dans le grand hall où il croisa le baron et lui montra ce qu’il tenait dans la main.

 

Baron Glindel : Que m’apportes-tu là José ? Lui demanda -t-il.

 

José le paysan : Regardez seigneur ! Je voulais contrôler comment se portaient nos champs. Mais voyez par vous même ! Les épis sont creux, les germes à l’intérieur sont totalement cramés, à secs. C’est mort, baron ! Toute notre récolte de cette année est morte, il n’a pas plu depuis trop longtemps. Le château d’eau est à sec depuis plus d’un an. L’hiver a été trop doux et nous n’avons pas pu faire le stock d’eau nécessaire.

 

 

Et les lacs? Puisez, dedans !

 

Mais mon cher baron, les lacs sont presque à secs, il n’y a plus rien à pomper.

 

Ne vous alarmez pas José, il nous reste encore les puits, comment sont nos réserves ?

 

Vides, Lucien a été voir ce matin, Baron nous le redoutions depuis plusieurs mois, mais voilà nous y sommes. L’été commence et nos réserves d’eau sont déjà vides. Nos récoltes sont mortes et vu que l’année dernière déjà nos récoltes n’étaient pas bonnes, ça sera la famine avant l’hiver. Mon Dieu …
José s’écroula à terre en implorant le seigneur de faire pleuvoir sur l’exploitation mais Carlyto piètre croyant avait plutôt le ciel qui lui tombait sur les épaules. Comment allait-il annoncer ça au conseil de la région qui regroupait Doge, Glindalaan, Sciure Martagon et l’exploitation. Depuis toutes ces années, beaucoup de monde vivait dans la région et de nombreuses personnes dépendaient des récoltes de Glindel pour vivre. Aégis et Elu'myr et les voisins n’auront qu’à se serrer un peu la ceinture. Ils ont eux aussi des fermes et des champs. Ils survivront ! Mais le comté de Glindalaan n’a que Glindel. Comment se sortir de cette impasse ? Carlyto allait devoir y réfléchir et vite.

 

 

Quelques jours plus tard, lors du conseil mensuel, Carlyto et les autres protagonistes de la région se retrouvèrent tous dans la grande salle de Glindalaan. Ce château avait beau faire désormais parti de la région, Carlyto était toujours autant subjugué par sa grandeur. Ses différentes tours qui chatouillaient les nuages, ses différents ponts qui enjambaient des gouffres où on ne voyait à peine le fond. Ce château était vraiment magique, pour sûr !

 

 

Le conseil s’installait tranquillement mais tous voyaient bien l’air inquiet du baron. Tour à tour les différents membres arrivaient. Il y avait le chef forestier de Sciure, le maire de Doge ainsi que celui de Martagon, le garde-chasse Argid qui vivait dans la forêt non loin de Glindalaan et qui avait pour mission la sauvegarde de la forêt de Glindalaan. Il y avait aussi le chef de la garde qui protégeait avec les gardes mages la région. Carlyto, le baron de Glindel, était bien évidement présent. Et enfin les quatre grands mages de Glindalaan étaient également de la partie. Il ne manquait que Danalaan qui ne se fit pas trop tardé et s’essaya en bout de table afin de présider la séance. Lorsque Danalaan s'assit, tout le monde put en faire autant et il put déclarer

 

 

La séance est ouverte, quels sont les sujets du jour ?


Le maire de Doge pris la parole :
mes amis, je tenais tout d’abord à vous remercier une fois encore. Grâce à vous tous, Doge prospère et accueille désormais de grands navires marchands. Le commerce n’en sera que plus florissant. Mais pour tenir les contrats, il nous faut un port plus grand et surtout en eau profonde. C’est pourquoi en ce jour, je viens demander de nouveaux fonds au conseil afin de réaliser les travaux dans le plus bref délais.

 

 

Carlyto rigola dans sa barbe ce qui déplut fortement au maire de Doge.

 

 

Qui y a t-il de drôle mon cher Baron ?

 

De drôle ? Répliqua sèchement Carlyto en tendant son verre vide au serveur qui s’empressa de lui resservir un pichet de vin rouge. Malheureusement pour lui, dans la précipitation, il en reversa sur le bras du baron qui le fusilla du regard. Quel impotent pensa-t-il, avant de se rendre compte que cette personne lui était inconnu. Carlyto était rustre mais il avait une grande qualité. C’était sa mémoire et aucune personne de la région ne lui était étrangère. Mais les nouveaux arrivants... Bref ! Quoi qu’il en soit il se leva et repoussa le serveur qui tentait de venir l’essuyer et se dirigea vers Danalaan qui présidait le groupe.

 

 

Chers amis, mages, maires et soldats, l’heure est grave et notre temps est compté. Je ne veux pas faire de dramatisme mais Glindel se meurt. Depuis que ce conseil existe je me tue à vous répéter de venir trouver des solutions à l’assèchement de l’exploitation mais aujourd’hui il est trop tard. L’exploitation agricole de Glindel est condamnée et d’ici la fin de l’été elle n’existera plus


Un brouhaha puis une grande gêne sentant la peur se fit sentir dans la salle, Carlyto reprit :

 

 

Vous ne m’avez pas écouté, plus préoccupés à vos conforts personnels. Aujourd’hui, les récoltes de cette année sont mortes, cramées. Et celle de l’an passé ne nous permettra pas de tenir l’hiver. Dans notre perpétuelle arrogance, nous avons trop commercé et aujourd’hui nos réserves ne nous suffiront pas. Votre magie, aussi puissante soit-elle, ne nous fera pas apparaître de la nourriture éternellement. N’ai-je pas tord Archimage ?
En effet, nous pourrions faire apparaître de la nourriture mais cela ne durera qu'un temps …

 

 

Combien ? Demanda l’ensorceleur Karagoth.

 

Quelques semaines tout au plus avant que les organismes ne rejettent cette nourriture factice. Non, ce qu’il faut, ce sont des protéines du pain et des légumes et surtout de l’eau fraîche. Avec le barrage, nous pourrions construire un aqueduc jusqu’à vos terres, baron. La fonte des neiges approvisionnera en eau votre exploitation.


Bien sûr, Archimage ! C’était une bonne idée, mais l’année dernière ! Aujourd’hui, il est trop tard ! Le temps de construire l’aqueduc, nous serons déjà tous mort de faim !

 

 

Il y a un autre moyen. Dit Danelia. La pierre d’éternité, elle pourrait tous nous sauver.

 

Danallan fronça les sourcils. Non, Daniela ! Nous avons fait allégeance en jurant de ne pas utiliser la pierre à nos fins personnelles.


Mais mes terres meurent ! Cria Carlyto

 

 

Et la nature en a décidé ainsi. Dit calmement Danalaan. Nous ne sommes rien face à la nature. Si ce désert doit envahir Glindel alors qu’il en soit ainsi.


Vous n’y croyez pas vous-même Danalaan. Je le sens en vous. Vous avez plus d’âmes que ça. Vous n’allez pas laisser tout ce que nous avons construit depuis des années mourir et être enfoui sous le sable.

 

Karagoh regarda Danalaan et lut en lui que Carlyto n’avait pas tort. Il ne pouvait pas rester là sans rien faire, pas après tous les sacrifices qu’a accompli Carlyto pour l’école. Il ne pouvait le regarder mourir lui et ses terres.
D’un coup, il se leva et quitta la salle pour son bureau où il pourrait réfléchir en toute sérénité.
Le conseil était fini.


Carlyto dépité, s’apprêtait à partir quand le fameux serveur arriva en courant non sans peine vers lui en criant son nom.
Il arriva essoufflé et lui tendit une lettre qui émanait de l’Archimage lui-même.
En ouvrant la lettre, Carlyto put lire ces quelques mots :

 

 

Mon cher ami, à maintes reprises vous nous avez aidé. Aujourd’hui, c’est notre tour. Ne vous inquiétez pas pour vos terres. Elles seront de nouveaux vite verdoyante et riche en vie. Durant des siècles, la pierre sous vos pieds a maintenu ce fragile équilibre. Aujourd’hui, le fait qu’elle soit ici, elle n’assure plus ce rôle. Vos terres meurent à cause de la nature qui reprend le dessus. Je ne peux rester insensible à votre sort. Et c’est pourquoi je vais remédier personnellement à cela. Demain aux premières lueurs du jour, je serais là.

 

 

Archimage Danalaan.

 

En relevant la tête, Carlyto se rendit compte que le serveur avait disparu. Tant pis. Ce qui comptait, c’était l’aide précieuse qu’allait fournir la pierre d’éternité à Glindel.


Plus tard dans la soirée, un cheval galopant à toute allure fonçait à travers la forêt puis s’engouffra dans une grotte loin vers l’ouest au delà de la frontière de l’Empire. Encapuchonné et tout de noir vêtu, le sombre cavalier alluma une torche et fonça au plus profond de la grotte. Il arriva dans une grande caverne où plusieurs torches faisaient guise de lumière. Là, assis au autour d’un grand feu se tenait le grand Kargath, Chef de la secte démoniaque. Lui et ce qui lui restait de ses troupes avaient trouvé refuge ici loin derrière les frontières de l’Empire. La cuisante défaite qu’ils avaient reçu à Glindel il y a de cela 4 ans avait fait très mal à ses rangs. Aujourd’hui, il ne lui restait qu’une poignée d’hommes mais sa conviction à acquérir la pierre coûte que coûte n’avait jamais faibli. Le cavalier ôta son capuchon et put dévoiler son visage. Ce n’était autre que le fameux serveur de Glindalaan. Depuis des années, il espionnait au compte du démoniste. Mais aujourd’hui, il avait une nouvelle qui allait tout changer. La pierre allait quitter sa très grosse protection en haut de sa tour pour servir Carlyto. l’occasion est trop belle et il n’en fallut pas plus à Kargath pour se lever et crier à ses soldats de se préparer.

 

 

Mes amis, l’heure de notre revanche est enfin arrivée. Nous allons enfin mettre la main sur la pierre d’infinité et nous venger de cette horrible exploitation agricole de Glindel et de son baron. Allez chercher nos soldats cachés partout à travers l’Empire, Nous partons dès la nuit tombée !
Et dans un éclat de rire démoniaque qui fit trembler toute la grotte, la scène se termina…

 

 

Carlyto n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Il était tellement pressé de voir la pierre à l’œuvre que lorsque les premiers rayons du soleil illuminaient sa chambre, il sauta hors de son lit et sorti sur son balcon. Comme promis dans la lettre, l’Archimage et ses compères arrivèrent à dos de balais magiques. L’archimage, lui, volait sans aucune aide mais grâce à la pierre qu’il tenait dans ses mains. Seul un être aussi puissant que lui pouvait manier le pouvoir de la pierre. Montant haut dans le ciel de Glindel, Danalaan commença les incantations et comme par magie, le ciel commença à tournoyer et un immense halo de lumière le fendit. Pendant ce temps, les autres mages de Glindalaan donnaient les directives aux autres professeurs sorciers et mages qui étaient aussi venus prêter main forte. Ils emmenaient les bêtes loin des terres en plein terraforming. Les villageois eux partaient d’eux-mêmes. Soudain la terre se mit à trembler, Carlyto s’agrippa aux balustrades de son balcon. Devant lui, une gigantesque trombe d’eau se leva hors du lac nord, presque asséché et, alla en direction du désert. Cette scène surréaliste scotcha littéralement Carlyto.

 

 

La puissance de cette pierre était faramineuse. Avec une dextérité hors pair, Danalaan canalisa cette immense colonne d’eau et commença à la déverser sur le désert qui engloutissait année après année Glindel. Daniela arriva sur son balai magique et commença à faire tournoyer sa baguette au-dessus du sable tout juste arrosé. La pierre lança un fuseau lumineux droit sur elle qu’elle renvoya grâce à un sort sur les terres qui commencèrent subitement à verdir. En bas, Karagoth entra à son tour en scène et commença à déverser un élixir sur cette herbe toute fraîche. La magie était en pleine action sous les yeux médusés de tous les habitants de l’exploitation et du village de Martagon. Quelle puissance ces mages pouvaient avoir dans leurs mains. Et Carlyto se rendit une fois encore compte qu’il valait mieux être de leurs côtés. Après avoir totalement asséché le premier lac, Danalaan fit de même avec le second au sud de Glindel.

 

 

Plusieurs heures s'écoulèrent avant que Danalaan et les autres ne purent remettre les pieds sur terre. C’était fini ! l’Archimage avait l’air bien fatigué et Carlyto lui fit vite signe de rentrer dans le manoir pour s’asseoir et se reposer un peu. La pierre luisait toujours autant dans sa main mais l’Archimage avait l’air totalement vidé de son énergie. Il put tout de même dire ces quelques mots dans une voix à peine audible :


mon cher ami… ta ferme est sauvée et par la même occasion toute la région... La pierre a ponctionné une grande partie de ma force vitale et il va me falloir du repos pour retrouver mes forces… Avec mon grand âge, je ne sais pas combien de temps il me faudra pour me remettre sur pieds, mais… en attendant je veux que ... tu assures la gérance du comté…


Carlyto était là au chevet de l’archimage écroulé sur le divan. Il ne voulait pas de cet honneur mais pour le remercier de l’acte qu’il venait de faire il accepta.
Daniela se releva et prit la parole

 

 

Mon cher Baron, aujourd’hui nous ne vous avons pas sauvés, nous nous sommes tous sauvés. Personne n’a voulu vous écouter et si vous n’aviez pas été aussi insistant, nous l’aurions payé cher cet hiver. Vos terres sont sauvées et vos récoltes vont repartir et pourra être récolté à la fin de l’été. Dans notre arrogance nous nous sentions intouchables en haut de notre château mais heureusement que vous étiez là encore une fois pour nous remettre les idées au clair. Ce sera un honneur d’être sous votre présidence du conseil


Le mage Balsitan prit à son tour la parole :
Carlyto, depuis bien des années nous travaillons avec vous. Aujourd’hui, je vous propose d’unir nos terres afin d’être sous la même juridiction aux yeux de l’empire. Vous géreriez le territoire et serez notre émissaire au sein de l’empire.
Du coin de l’œil, Balistan put voir que l’archimage Danalaan acquiesça.
C’est ce qu’il voulait depuis longtemps déjà. Carlyto se leva, prit une profonde inspiration et commença :

 

 

C'est avec honneur que j’accepte le rôle que vous me confiez. Mais avant d’entériner l’acte j’aimerais procéder à un vote afin de savoir si tout le conseil est d'accord avec ce changement. Nous avons toujours fonctionné comme cela et ce n’est pas aujourd’hui que les choses vont changer. Faites parvenir des messages aux différents membres du conseil et dites leurs de venir sur-le-champ à Glindel.


Carlyto sorti du manoir et prit son cheval pour se rendre compte par lui-même des changements qu’avait fait la pierre. Très vite, il arriva devant une immense étendue verte où toute trace de sable avait disparu. La terre avait l’air riche et fertile, il n’allait pas falloir longtemps pour coloniser ces nouvelles terres. De part et d’autre de l’exploitation, les deux lacs avaient disparu pour faire ressortir là aussi de belles terres riches et fertiles, l’exploitation agricole de Glindel était sauvée.

 

 

Le soir venu le conseil au complet put se réunir dans la grande salle du manoir. Tous sauf Danalaan qui se reposait dans une chambre à l’étage. Après quelques discussions le vote put avoir lieu et dans sa grande surprise, Carlyto devint le seigneur régent de la nouvelle juridiction qui regroupait tous les territoires de la région. Elle fut nommée Glindelhall en l’honneur de Carlyto Glindel sans quoi rien de tout ceci n’aurait vu le jour. Ils se levèrent tous en trinquant au nouveau Seigneur des lieux et en scandant son nom baron avant que Daniela ne les coupe tous :
Non mes chers amis, plus baron, au vu de la taille de notre nouveau territoire grâce à l’unification de nos différentes parcelles. Nous devenons un duché et Carlyto devient de ce fait ... un Duc.
Carlyto qui venait d’être élevé au rang de Duc regarda le conseil avec une grande émotion et s’écria : Longue vie à Glindelhall ! Et tous s’écrièrent :
longue vie au Duc de Glindelhall.

 

 

Mais dans l’ombre d’un volet du manoir, quelqu’un surveillait toute la scène et retourna sur ses pas afin de retrouver tout un groupe à l’entrée de l’exploitation.
Inconnu : c’est encore mieux que ce que nous avions prévu maître. Ils sont tous là, absolument tous ! Et encore mieux, l’Archimage est cloué au lit, sûrement vidé par ce qu’il a entrepris aujourd’hui. C’est l'occasion rêvée !


Kargath ; En effet, mon cher disciple, il est temps de prendre notre revanche. Et au petit matin, nous frapperons……

 

 

Edited by carlyto
Link to post
Share on other sites

et enfin voici le dixième Rp qui englobe la construction du village de Morush, du hameau de Rochebrume, du ranch Cravy Docket et de la forteresse d'Agram le 3 Juillet 2020

 

Divulgacher

 

L’archimage Danalaan est là, toujours gisant sur le sofa à l’étage du manoir de Glindel. Malgré sa nuit de repos, le grand magicien, dirigeant de l’école de magie de Glindalaan était toujours à bout de forces après avoir utilisé la pierre d’éternité pour terraformer les déserts autours de l’exploitation agricole et sauver tout le duché de la famine certaine au prochain hiver. Tous les autres magiciens étaient déjà réveillés et prenaient tranquillement le petit déjeuner que le nouveau duc Carlyto leur avait fait servir dans la salle de réception du manoir. Dehors flottait un air léger qui aurait apaisé n’importe quel être vivant de l’empire. Carlyto tourna la tête pour regarder à travers la fenêtre donnant sur la propriété. La vue était fabuleuse, le soleil levant donnait une couleur ocre au domaine de Glindel, la petite bise du matin caressait les champs de blé et il fallait pas bien forcer pour entendre les chants des oiseaux matinaux.

 

Mais tout à coup, une énorme explosion retentit au loin :

 

Carlyto se leva et s’écria que ça avait l’air de venir du village de martagon. Daniala Maclyagaan d’un geste de la tête acquiesça et sortit en furie du manoir pour sauter sur son balai magique et foncer droit au village tout proche. Une deuxième explosion retentit, beaucoup plus puissante cette fois ci. Les trois autres grands mages de l’école sortirent à leurs tours et foncèrent en direction de Martagon . Carlyto courra à l’étage pour enfiler ni une ni deux son imposante armure en diamant, il attrapa son épée et commença à dévaler le grand escalier lorsqu’une nouvelle énorme explosion le propulsa au sol. Le duc de Glindelhall était sonné, à terre, lorsqu’il tourna sa tête qui était scotchée au sol et regarda en l’air il vit son si beau manoir éventré sur tout un flan, le plafond en flamme et plusieurs poutres s’écroulant sur le sol. Son majordome arriva pour l’aider à se relever et commença à s’écrier :

 

Grand duc, il faut fuir, Glindel est attaqué, le village de Martagon subit un énorme assaut mais une deuxième attaque est en cours ici sur le domaine, ils attaquent le manoir.

 

C’est quand Carlyto réussit enfin à se relever que la porte principale du manoir tomba sous un seul coup de pied d’un être tout de noir vêtu. Derrière lui commença à apparaître des dizaines et dizaines de soldats qui s’engouffrèrent dans le manoir à la recherche de quelque chose apparemment. Carlyto et Théodore eurent tout juste le temps de se cacher sous les restes du grand escalier et purent espionner la scène. C’était le grand mage noir Kargath en personne, après toutes ses années il montrait enfin le bout de son nez. Ce vil être et sa secte essayaient depuis des années maintenant de mettre la main sur la pierre d’éternité qui dormait sous Glindel depuis des siècles et des siècles. À l’abri depuis peu au château de Glindalaan, Carlyto et les autres pensaient en être débarrassé et pourtant le voilà aujourd’hui, en train de lancer toutes ses forces sur l’exploitation agricole de Glindel et Martagon. Pourquoi ? Pourquoi aujourd’hui ? Comment savait-il que la pierre était là aujourd’hui, qu’elle avait quitté sa place forte dans la tour de Glindalaan pour aider Danalaan à terraformer les territoires autour de Glindel. Carlyto était submergé par les questions quand il tendit l’oreille pour écouter le sorcier noir.

 

 

Sbire de la secte : mon seigneur, nos troupes ont envahi le manoir et ne tarderont pas à trouver l’archimage et la pierre, ce fut d’une facilité déconcertante de détourner l’attention des mages vers notre diversion sur Martagon, ils ont mordu à l’appât comme de vulgaires poissons-globes !


Kargath répondit : hum hum, en effet, trouvez-moi Danalaan et nous en auront fini. Je pourrais ensuite écraser ses vulgaires paysans qui m’ont que trop nargué. Ce Carlyto et ses gueux vont payer le prix fort de m’avoir tenu tête aussi longtemps.

 

 

À peine Kargath eut fini de parler que plusieurs de ses soldats apparurent portant l’archimage qui tenait à peine debout. Ils le jetèrent aux pieds de Kargath en rigolant. l’un d'eux s’approcha de lui et prit la pierre des mains de l’archimage pour la donner à son maître.
l’Archimage releva difficilement sa tête ensanglantée pour faire face à Kargah et commença ;

 

 

Danalaan : Sombre idiot, seul un être surpuissant peut contrôler cette pierre, et à quel prix, regarde moi, je suis à bout de souffle depuis plus de 12h, elle ne te servira a rien..

 

Kargath : hum, ton arrogance te voile la face vieux fou, tu n’es pas le seul être « surpuissant » de ce monde. Je te l’aurais bien prouvé mais je préfère assurer mes arrières et t’éliminer sans te laisser le plaisir de me voir rayer cette maudite ferme de la carte. Ma première action sera ici, sur ses vulgaires paysans, je vais me délecter de raser cette misérable terre et ensuite ton château s’écroulera sous mes canons à creeper et moi utilisant la pierre. Je vais refaçonner ce monde, le duché de Glindelhall et les royaumes aux alentours tomberont les uns après les autres. L’empire va s’effondrer et un nouvel ordre naîtra de ses cendres, ou j’en serais le maître incontesté.

 

Là, Kargath sorti une dague de sous sa cape, s’avança vers l’archimage et d’un coup lui planta en plein cœur. Carlyto effaré par la scène sortit de sous l’escalier en brandissant son épée et hurlant en direction de Kargath. Il eut juste le temps de lever la tête qu’un halo de magie blanche propulsa Karagoth et ses sbires alentour à l'extérieur du manoir. Carlyto sortit aussi à son tour et vit la milice de Glindel arriver depuis martagon en hurlant et criant. Les sbires de Kargath engagèrent le combat mais plièrent vite en retraite sous le nombre et la hargne des soldats de Glindel. C’est alors que Karagoth s’éleva dans le ciel et commença à incanter un sort ténébreux. Un grand tourbillon de nuage noir se forma au-dessus de Glindel et commença à faire abattre des éclairs de feu sur le domaine. Plusieurs bâtiments prenaient feux à chaque coup d’éclair enflammé, c’était une vision d’horreur, Glindel était en flamme, les champs partaient en fumé et le manoir derrière Carlyto s’effondrait sur lui-même. Le ciel devenait de plus en plus rougeoyant et la bataille faisait rage. Des dizaines de soldats des camps mouraient sous les coups de leurs adversaires respectifs, au loin, Carlyto vit ses troupeaux de vaches s’enfuir de l’étable qui flambait.

 

Certaines vaches avaient le dos en feu. C’était une vision d’horreur, d’apocalypse. Il reprit ses esprits et transperça d’un coup d’épée le sbire qui arrivait sur son flanc gauche. Daniala arriva en volant et commença à dire à Carlyto qu’ils avaient réussi à repousser l’attaque sur Martagon mais que ce n’était qu’un leurre, la vraie bataille était ici à Glindel. Il fallait les repousser hors du domaine. Daniala avec l’aide du Mage Balistan foncèrent à l’est du domaine pour terrasser les troupes ennemies et surtout les catapultes à creeper qui s’apprêtait à refaire feu sur le domaine. Véritable machine de guerre, ces deux canons ne firent pas le poids face à la magie combinée des deux grands sorciers. Carlyto, quant à lui, reprit ses esprits et s’engagea dans la bataille au pied du manoir avec toujours un œil fixé sur Kargath dans le ciel faisant toujours plus tombé d’éclair enflammé sur le domaine. Curieusement, ils étaient de plus en plus espacés dans le temps et de moins en moins puissants, la pierre faiblirait elle ? Il fallait l’arrêter et c’est là que Carlyto s’écria en voyant le quatrième grand mage de Glindalaan, le grand maître des potions Fortglaine de trouver une solution pour stopper ce carnage.

Le mage fouilla dans sa sacoche et en sortit une fiole d’une couleur jaune luisante. Il la jeta en l’air et Carlyto l’attrapa de sa main gauche. Une potion de rapetissement! Fortglaine, vous êtes un génie! Ni une ni deux, Carlyto courra en direction de Kargath trop occupé à essayer d’incanter un nouveau sort en direction de Martagon. Une énorme boule de feu fendit le ciel et se dirigeait vers Martagon, Carlyto d’un seul regard se fit comprendre du général de la milice qui banda son arc en direction de Kargath, Il décocha une flèche d'une force jamais vue auparavant comme si toute sa rage avait servi à propulser cette flèche et Carlyto en synchronisation parfaite jeta la potion de rétrécissement juste devant le sorcier.

 

La flèche fit exploser la potion qui éclaboussa le mage noir et commença à le faire rétrécir ce qui eut pour résultat de lui couper son incantation. Le maudit sorcier noir tomba vers le sol mais fût rattrapé par un de ces sbires qui prit la direction du sud avec les restes des leurs pour disparaître dans la forêt. Victoire s’écria alors le général mais la joie fut interrompue lorsque tous virent la boule de feu incanter par le sorcier foncée droit sur martagon. Il était trop tard pour sauver le village et dans un vacarme étourdissant, la boule de feu s’écrasa sur Martagon et fit s’enflammer tous les bâtiments du village. Le marché de Glindel fut soufflé dans un déluge de feu, la tour du clocher s’effondra sur elle-même et tous les bâtiments disparurent dans un vacarme de feu et de flammes. Fort heureusement, tous les villageois étaient venus combattre au domaine et les femmes, vieillard, et enfants s’étaient pendant la bataille à Martagon réfugiés à la sortie du village pour aller chercher refuge à l’école de Magie. Daniala avait heureusement anticipé cela.

 

 

Elle était là, avec tous les autres, regardant les villageois et Carlyto pleurés leur cher territoire. Glindel était en flamme et Martagon un cratère de cendres et de flammes. Les pleurs et les cris s’ajoutaient au vacarme des flammes dévorant tout sur leur passage. Daniala et les 3 autres mages eux étaient tous debout autour du corps gisant de leur cher archimage Danalaan mort d’un coup de poignard dans le cœur. Ils commencèrent alors à incanter un sort en regardant le plafond éventré du manoir de Glindel et dans un tourbillon de nuage, la pluie commença à tomber sur Glindel.

 

Plusieurs heures après le combat, Carlyto et les autres avaient tous trouvé refuge à l’école de magie de Glindalaan. La grande salle abritait tous les survivants de Martagon et du domaine. Plusieurs écoliers de dernière année et professeurs prodiguaient les soins essentiels afin de soigner les blessures de plusieurs soldats de la milice.
Plus haut dans le château, le conseil s’était réuni en urgence, les maires de Doges et Sciure ainsi qu’Argid le maître-chasse était effarés par ce que leur racontaient leurs acolytes présents durant les événements à Glindel.

 

Daniala fit taire l’assemblée d’un geste de la main et commença :
Mes amis, Danalaan est mort et nos ennemis ont la pierre, Glindel est rasé et le village de Martagon également. L’heure est grave et si nous ne faisons rien, Kargath va vite mettre son plan à exécution et attaquer les royaumes aux alentours avant de s’en prendre à l’empire lui-même. Il faut agir et vite

 

 

Balistan : Très bien! Nous devons prévenir la garde volontaire toute proche et leur demander de l’aide ;

 

Maitre forglaine : Pas de suite, mon cher ami! Ils sont plus occupés ces derniers temps à contenir les démons dans les tréfonds. Non, nous devons nous débrouiller par nous même, nous sommes quand même la plus grande armée de mages et sorciers du monde, non ? Nous allons retrouver ce Kargath et lui reprendre la pierre.

 

Carlyto : Et que ferons-nous de lui ?

 

Daniala : Je m’en occuperais moi même.

 

Ensorceleur Karagoth : C’est bien beau toutes ces belles paroles, mais comment allons-nous mettre en œuvre tout cela ? Je vous rappelle que pour le moment, c’est lui qui a la pierre d’éternité.

 

Daniala : En effet, mais elle lui sera d’aucune utilité pendant quelque temps, avec le terraforming de Danalaan et ses attaques. Elle doit être vidée d’énergie et il lui faudra pas mal de temps avant de se recharger complètement sans son socle qui est à Glindalaan, de plus son armée a essuyé de lourdes pertes durant la bataille. Il n’osera pas attaquer de suite, se croyant fort avec la pierre. Il reconstituera ses forces avant de se lancer à l’assaut du château. Assaut qu’il ne pourrait gagner actuellement et il le sait. Non, ce qu’il faut tout d’abord c’est reconstitué, nous aussi, notre armée, trouver de nouveaux alliés afin de nous émanciper toujours plus de la garde Volontaire et de l’empire. Comme Danalaan je n’ai pas confiance en eux et leurs yeux envieux sur la pierre.

 

 

Général Rottok : Ma milice est forte et vaillante! Mais sans chevaux, nous ne ferons jamais le poids face à une armée de mages noirs. Il faut qu’on soit beaucoup plus rapide et pour cela, il nous faut une cavalerie pour leur couper leur avant garde.

 

Carlyto : En effet! Mais Glindel ne dispose pas d’écuries. Je connais par contre quelqu’un qui pourrait en tenir une pour nous. C’est un ronchon vivant à Martagon mais j’en suis sûr que si nous l’aidons à construire son ranch, il nous servira loyalement. Ce vieux briscard est un maître en la matière de canasson et j’en suis sûr que dans les grandes plaines du nord, par delà la forêt de quats ‘sous, des centaines de chevaux sauvages parcourent le territoire. Il nous suffirait de les apprivoiser et les dompter pour notre future cavalerie.


Général Rottok : Oui, je vois de quoi vous parler mon cher duc. De plus dans ce grand territoire, une immense baie donne sur la grande mer. Nous pourrions avoir un pied à terre ici. Lorsqu'il y a de cela 3 mois, nous avions fait avec mon escouade une reconnaissance sur ce territoire. Nous avions bivouaqué ici et je me souviens avoir vu au large de la baie d'immenses bancs de poissons qui faisaient frétiller l’eau à la surface. Des dizaines de mouettes plongeaient à pic dans l’eau pour se régaler.

 

Daniala : Très bonne idée, Général! En attendant la reconstruction de Glindel, ces eaux poissonneuses feront parfaitement l’affaire pour nourrir le duché avec l’aide de Doge.

 

Le maire de doge prit alors la parole en expliquant qu’en effet, une aide dans l’approvisionnement en poissons serait la bienvenue. La population croît fortement à Doge et il ne peut répondre favorablement à toutes les demandes. Un nouveau village ne fera que du bien.
Rottok se leva brusquement alors et commença : C’est décidé! Je vais prendre la tête de la plus grosse partie de nos troupes et marcher sur les plaines du Nivem afin d’acquérir ces terres au nom du duché de Glindelhall. Lorsque nous arriverons au bout du territoire, nous commencerons à bâtir un grand poste frontière avec une nouvelle base d’opération militaire. Je laisse le commandement du camp de Babaorum à mon lieutenant afin d’assurer la sécurisation de la frontière sud.
Et d’un pas décidé, il quitta la salle pour accomplir sa nouvelle tâche.

 

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis la mort de l’archimage Danalaan. En son honneur une immense fresque a été érigée aux portes de l’école. Daniala a pris la direction de Glindalaan et avec ses 3 compères assure la régence du château. Beaucoup de cours optionnels ont été remplacés par des cours de défenses et de magie d’attaque. Il fallait vite apprendre aux élèves à se défendre. Plus loin au domaine de Glindel, les nouvelles pousses commençaient déjà à germer, les terres étaient toujours gorgées de magie après des siècles à couver la pierre d'éternité, le village de Martagon commençait enfin à voir sortir de terre de nouvelles maisons.

Histoire pittoresque, Carlyto ne supportant plus les idées farfelues de sa fermière en chef Rosyta, la poussa à créer sa propre ferme. Elle n’avait de cesse de parler de nouveaux animaux comme des lamas et autres pandas roux, Carlyto ne voyant pas l’intérêt de ses animaux bizarres lui soumit fortement l’idée de s’installer elle et les paysans voulant bien la suivre au pied des montagnes de Tsuribashi à l’extrême Est des anciennes plaines du Nivem.

 


Korgoth avait mené sa mission avec brio. Les plaines du nivem étaient désormais propriété du Duché de Glindelhall avec l’approbation de l’empire et du gouverneur gérant la partie ouest de l’empire. Gronch, le vieux ronchon que Carlyto ne portait pas dans son cœur, avait prit ses quartiers au centre du nouveau territoire. Et avec l’aide de plusieurs écuyers, commença le domptage et l’élevage de chevaux pour la future armée de Glindelhall.

 

 

Plus au nord, au bord de la baie de la grande mer, un nouveau village voyait le jour . Ce village pittoresque remplissait sa mission avec talent et était rapidement devenu un haut lieu de la pêche de morues. C’est comme cela que son nom fut trouvé, Morush. Le village fut par contre très vite submergé par les nouveaux arrivants et par manque de place commença à construire les nouvelles maisons sur pilotis afin de gagner de la place sur la grande mer. Grace à la ferveur de ses habitants, Morush prit très vite de l’importance au sein du duché et son nouveau maire fraîchement élu put prendre place au grand conseil de Glindelhall afin de les représenter.


Enfin Korgoth assurait la sécurisation des frontières Est du Duché avec la construction d’un poste-frontière. Il avait en charge la défense de ce nouveau territoire tout en envoyant des dizaines d’espions à travers tout l’empire pour mettre la main sur ce Kargath.
Kargath, ce fameux grand mage noir voulant régner sur le monde et asservir tous les royaumes de l’empire, nul ne sait où il est parti mais une chose est sûr, il reconstitue ses forces en attendant que la pierre retrouve son potentiel et frappera Glindalaan pour assouvir sa vengeance.

 

Son plan avait que partiellement réussi car Carlyto et les maudits paysans de Glindel étaient toujours là et l’exploitation retrouverait vite sa beauté d’antan. Selon les notes de Karagoth à Glindalaan, il ne faudra pas moins de 2 ans à la pierre pour se recharger sans son socle magique toujours à l’abri à Glindalaan. Kargath ne sera pas aussi patient et attaquera sûrement l’école pour récupérer ce socle. Il faut que les élèves et la garde de Glindelhall soient prêts à le défendre, mais le seront-ils… .

 

 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...