Jump to content

[RP] Chronique d’un nain cherchant à faire profil bas.


Recommended Posts

   Enil jeune Stendelien de 12 ans repassait sur les docks après une journée de travail particulièrement éprouvante tel qu’elles se produisaient fréquemment lorsque d’importantes décisions bouleversaient les horaires des navires. La vie des docks pouvait parfois être dure, mais dans la capitale elle restait relativement sûre. Les dernières attaques de Dark-Tyroine remontent à déjà quelques années. Elle était d’autant plus sûre lorsque comme Enil l’on s’avérait être un PNJ. Il s’agissait là de la promesse d’une vie sans accros ni dangers pour la plupart de ceux qui appartenaient à cette caste, mais également d’une routine prévisible et répétitive que certains iraient jusqu’à qualifier de, pré-programmée.

C’est pour cela qu’il se trouva passablement surpris de tomber sur quelque chose qu’il n’avait jamais vu auparavant. Un carnet noir reposant sur l’un des pavés du port, en cuir usé et acier affichant des reliefs runiques dont la provenance ne laissait pas de doute, ils étaient nains.

Cela rendit Enil fébrile, car aussi changeant que l’on puisse être dans ses passions à un âge aussi jeune, Enil se démarquait par un intérêt inconsidéré pour tout ce qui concernait de près ou de loin les nains et cela ne semblait pas près de changer.

Aussi il s’empressa de demander à l’un des matelots de l’embarcation amarré en face de lui si la personne à qui ce carnet appartenait venait du navire sur lequel il travaillait. Ce a quoi il fut extatique d’apprendre que son propriétaire était bel et bien un nain que l’équipage avait récupéré sur une île déserte lors de leur traversée de l’un des territoires extérieurs à Minefield et que celui-ci semblait être une sorte d’ingénieur au vu de ce qu’il était capable de faire. Il lui annonça également qu’il venait de descendre pour la taverne du port.

Faisant défaut à sa politesse Enil courut alors aussi vite qu’il lui était possible dès qu’il sut où se trouvait ce nain, interrompant le flot de parole de ce bavard matelot, ce dernier ayant juste le temps de lui crier qu’il n’aurait pas de mal à le reconnaître étant donné qu’il avait un jambe de métal.

Arrivant en trombe devant l’entrée de la dite taverne, il prit quelques secondes pour se calmer. Encore fébrile, il entra dans la pénombre de l’établissement sondant au plus vite du regard les différentes tables pour y trouver celle de ce nain et il le vit dans l’une des alcôves sombres de la taverne un sac d’une taille conséquente à ses cotés, une chope de bière à la main qu’il savourait avec grand plaisir, il s’agissait là probablement de sa première de bonne qualité depuis des semaines.

Avec la faible lumière, Enil peina à distinguer les traits de ce fier buveur. Il était très bronzé de peau, rien d’étonnant à cela au vu de son récent séjour forcé, séjour qui avait également marqué ces cheveux longs et sa courte barbe, tous deux décolorés par les embruns et le sel. Pour seuls habits, il portait un pantalon en lambeaux et une tenue de marin sur le torse, laquelle laissait échapper des bras musclés recouverts d’hématomes et de restes de brûlures. Il était chaussé d’une unique chaussure usé, son autre pied était savamment noyé dans la pénombre, et seul de très rares rayons de lumières arrivaient à l’atteindre, produisant des reflets trahissant la nature métallique de sa jambe faite et divers alliages ternis. Il arborait aussi avec fierté une épaulière d’apparat sur l’épaule droite, faite d’acier, or et cuivre, elle était un témoignage de ces capacités à maîtriser ce dernier métal, du moins pour quiconque étant au courant des us et coutumes du territoire d’où ce nain provenait.

L’accompagnait également une clé réglable énorme et dont l’usure laissait présager qu’elle était une compagnonne de longue date, celle-ci était totalement inconnue de ces contrées car le produit de son savoir faire.

Cependant, malgré l’aura de calme que ce personnage et la scène dont il faisait partie émanait, il était accompagné d’une autre aura, une aura qui entama fortement l’excitation d’Enil.

En effet ce nain était un joueur, l’un des membres de cette caste surpuissante autour desquels le monde, ce « serveur » comme ils le nommaient semblait s’organiser. Une caste dont le statut ou les décisions de ces membres ne semblent pas répondre à la moindre perceptible logique. On trouve parmi eux des Hommes, des Elfes ou des Nains, mais aussi des ésotérismes incompréhensibles tel qu’un semi-mouton ou encore un dragonnet et ce ne sont là pas les plus absurdes.

C’est donc avec un peu plus de réserve qu’Enil s’approcha de lui, ouvrant la conversation d’un sobre mais impressionné:

« -Bonjour.

A ces mots, le nain dirigea son regard vers Enil le transperçant d’un regard méfiant et rétorqua un prudent :

-Bonjour.

Ne savant pas quoi dire Enil laissa un petit silence avant de dire d’un ton maladroit.

-J’ai heu.. trouvé votre carnet. dit-il tout en tendant l’objet.

Face à cette information, le nain tourna précipitamment sa tête vers son barda le palpant la toile autour d’une entaille d’où son carnet avant certainement du tomber et se retourna vers Enil avec un air moins méfiant et plus avenant.

-Il semblerait bien, merci jeune homme. tout en prenant le-dit carnet.

-Vous, enfin… Vous êtes un nain. continua alors maladroitement Enil encore impressionné par ce personnage.

Un mouvement d’arrêt traversa alors notre buveur dans sa rasade et il répondit d’un ton amusé :

-En effet. Merci de me l’apprendre.

Ce fut donc un rouge Enil qui reprit :

-Non, enfin oui..euh. C’est que j’ai toujours été passionné par les vôtres, et je n’est pas souvent l’occasion d’en rencontrer et vous semblez en plus pouvoir m’en apprendre plus sur les nains habitant autre part que Minefield. Et...Est-ce-que vous accepteriez de me parler de là d’où vous venez s’il vous plaît ?

-Non. répondit-il alors sèchement et poursuivit d’un ton sérieux. Je.. te remercie de m’avoir ramené mon carnet, et je m’excuse de ne pouvoir de remercier d’une façon plus probante, mais je préférerait que notre discussion en reste là. tout en ne déplaçant sciemment pas son imposant sac de sorte à ce qu’Enil ne puisse s’asseoir.

-Et si je vous aidais ? répondit-il alors tu tac au tac. Le capitaine Pulvi et certes fort sympathique, mais vous ne ferai pas croire qu’il vous a généreusement donné le couvert ainsi que cette tenue de marin gratuitement.

-Je n’ai heureusement pas de problème avec cela, j’ai pus mettre mes connaissances à son service et je sort de cette traversée non seulement sans dettes mais je me retrouve même gagnant dans cette histoire. l’informa-t-il alors en lui faisant considérer sa chope.

Désespérant de récolter des informations de ce nain peu bavard, Enil osa alors lui demander :

-Et, les autorités du port, savent-t-elles que vous êtes entré sur le territoire, je connais des chemins qui seraient utiles à une personne cherchant à passer inap…

-Tes parents ne t’on jamais appris qu’il y avait des affaires dans lesquelles ne pas se fourrer ? Aboya-il alors en coupant Enil, fronçant les sourcils de façon inconsidéré pour compenser le ton bas qu’il efforçait de garder par envie de ne pas attirer l’attention. »

Assailli par la peur d’être allé trop loin, Enil se confondit instantanément en excuses, tentant d’expliquer qu’il ne désirait qu’assouvir ça curiosité sur les nains et qu’il ne voulais pas causer de problèmes.

Kleïg, car c’était le nom que laissait échapper ce fier nain aux rares qu’ils autorisait à poser la question, l’interrompit et dans un soucis de discrétion et bougea son important paquetage de sorte à faire de la place au jeune Enil qui commença à s’abreuver de ses paroles.

 

   Kleïg Korliob, tel qu’il disait s’appeler, provenait d’un ensemble de territoires situés très loin des frontières extérieures de Minefield, si loin qu’il existait peu de noms en Minefield pour les qualifier. Certain les rassemblaient sous le nom « Terres Dar’Anne » mais bien peu d’érudits pouvaient seulement s’accorder sur la simple orthographe de ce nom.

Cela était cependant loin d’être réciproque et le nom de Minefield était lui bien connu de toutes les populations qui parsemaient le monde, ce du à la réputation qu’avaient ces plus illustres habitants à pouvoir user d’une magie puissante et presque omnipotente comme bon leur semblaient. Une réputation qui valut d’abord à Minefield l’intérêt de la cupidité des monarques de toutes ces contrées en quête de plus de pouvoir, suivie de la crainte de potentielles représailles et enfin par le dédain, né par la frustration de ne pouvoir accéder au pouvoir qui y était cachés et l’isolationnisme de ces dirigeant qui ne daignaient pas le moins du monde s’intéresser à une autre contrée que la leur.

Les nains vivants sur ce territoire se séparent en différentes castes dont l’une d’entre elles se démarquait par sa maîtrise de l’architecture et de l’ingénierie alors qu’une autre de ces castes maîtrisait les connaissances les plus avancées du forgeage. Cependant, au fil des décennies et des complots, ces deux castes fusionnèrent et les secrets des runes, la forme de magie pratiquée par les nains, furent de moins en moins distillés dans l’ordre et finirent maîtrisé à la perfection par seul les plus grands maîtres, qui devinrent alors seuls connaisseur de la maîtrise totale des runes. Sétant assuré une puissance politique inégalable en s’étant rendu indispensable, ils avaient échoués à se rendre compte qu’ils avaient rendus les nains vulnérables. Il suffit alors d’une seule nuit et d’un assassinat planifié à la perfection pour délester tout les nains de la maîtrise la plus avancée des runes et de la source du pouvoir politique et commercial de cet ordre. Il s’en suivit une chute dans une fièvre religieuse des plus désespérées forçant tout l’ordre pour les générations à venir à travailler sur les runes dans l’espoir de retrouver leur maîtrise d’antan de celles-ci. Les nouveaux haut-prêtres imposant à l’ordre l’étude des restes de l’œuvre des maîtres décédés provenant de réserves qui s’amenuisent de plus en plus au fil du temps tout comme la capacité de commerce de l’ordre privée de revenu, ce fut donc un âge austère qui pris place pour les nains.

Une austérité qui en poussa quelques à ce distancer des dogmes de l’ordre et à tenter de poursuivre d’autres directions et parmi eux, Kleïg, qui poussa ces recherches dans la maîtrise du cuivre et de la force de la vapeur. Une hérésie et une traîtrise qui lui valut bientôt les foudres de l’ordre tout comme quelques soutiens d’autres artisans de talent ou simples membres de l’ordre souhaitant fuir son joug. Ce ne fut cependant pas long avant que sa vie se retrouve en danger des assassins et mercenaires venant de l’ordre ou de désireux de mettre la mains sur ce nouveau domaine de forgeage. Il lui fut donc indispensable de disparaître là où l’ordre avait le moins de pouvoir. Ce territoire boudé par tout les autres, Minefield.

Et c’est donc après avoir envoyé un nain de confiance, puis fait le voyage agrémenté d’un naufrage au sujet duquel il restait réservé et une récupération par un navire marchand qu’il arrivât enfin dans ce pays bien méconnu, Minefield.

 

«Le temps pour moi de descendre pied à terre, d’entrer dans la taverne du port, de commander une bière et de raconter la raison de ma présence ici à un jeune impertinent et tu as à l’histoire à peu près complète. dit-il avant de boire le fond de sa chope et de se remettre à grommeler dans ces termes incompréhensibles comme le font souvent les personnes de sa caste tout en agrippant son énorme sac :

-Bon, le Rp c’est fait, merci petit. Aloors, seulasch S’paune maintenant puis ensuite je dois al…»

Personne dans l’établissement ne pus entendre la fin de sa phrase car tel qu’il était possible aux joueurs, il venait de disparaître sans un bruit pour réapparaître en un autre lieu. Laissant Enil et le reste de la Taverne dans son atmosphère tamisée et ces vapeur d’alcool.

 

Il importe peu à quels membres des pnj vous posez la question, Enil est un nom que personne ne semble connaître. Il n’apparaît d’ailleurs sur aucun des registres impériaux. Étrange phénomène, c’est à croire qu’il n’a jamais existé.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...