Jump to content

Legillian

Minefieldien
  • Content Count

    257
  • Joined

  • Last visited

About Legillian

  • Rank

Contact Methods

  • Website URL
    http://legillian.deviantart.com/

Profile Information

  • Localisation
    [-10;590] Référentiel : Toi. Unité : Ta taille. (Les matheux et physiqueux comprendrons)
  • Pseudo minecraft
    Legillian
  1. *Entre en écartant une épaisse toile d’araignée de son passage.* Eh bien ! C'est un peu mort, ici ! Y'a pas un ptit truc à faire pour moi, ici ?
  2. Même moi je n'ai pas d'infos, j'ai du mal à me connecter sur mineflied avec mon ordi, du coup, je suis pas super au courant de ce qu'il se passe sur le serveur. Puis les rares fois où je suis passé sur mumble, y'avait personne... T-T Vous parlez de mon bateau volant ?
  3. Merci, cher ami, mais je ne vois pas à quel récit vous faites allusion. Ni pourquoi, pour m'en donner une idée, vous n'en parlez pas en son support.
  4. Hey ! J'ai comme touts les ans une reprise un peu difficile, mais promis, je verrai cette semaine pour qu'on se parle. Un soir, à partir de 18h, ça devrait être jouable pour moi. Je me pieute à minuit, en général et je serai pas dispo ce weekend, voila pour mon emploi du temps proche, histoire qu'on soit un peu en phase.
  5. Moi j'aime bien le steampunk, le médiéval, les pirates et les anglais. J'imagine déjà un manoir arborant fièrement un pavillon noir représentant un haut de forme, le tout baigné d'une vapeur cuivrée... J'en frissonne rien que d'y penser. Ah non, c'est parce que je sors de la douche et que la fenêtre est ouverte. Quand bien même, Mr Holmes, mes veux vous accompagnent.
  6. C'est gentil. La partie drôle à proprement parler, c'est sur surtout l'introduction.
  7. Merci bien, ça fait plaisir ! Je ne suis pas très dispo pour le moment, a partir de la rentrée, je pourrai garantir des horaires plus réguliers.
  8. Moi, je suis intéressé et j'ai même posté une candidature ! ^^
  9. HRP] Bien le bonjour bande de gens ! Si j'ai bien compris, pour vous rejoindre, c'est ici que ça se passe, donc je passe ici. Pour le roleplay de mon personnage, si ça vous intéresse, j'ai mis des liens vers mes divers textes sur ce topic : Mon histoire. Et voici mon bateau, présenté dans un topic oublié. Sinon, IRL, j'ai une chemise en lin, là. Allez, c'est partit pour le roleplay ![/hrP Le vent soufflait (comme d'habitude) sur les quais de l'Aérogare. Des nuées de fumées s'échappaient alentour et la teinte chaude du jour faiblissant donnait à la scène un aspect cuivré et effacé. Le temps semblait passer au ralenti. Un étrange bateau volant s'approchait dangereusement rapidement. On distinguais sur ses voiles gonflées le symbole, par beaucoup oublié, du Vampire Bund. Très haut, il volait avec aisance, ses voiles noires déchirant les vapeurs chargées du ciel. Les quelques personnes à quais ne le remarquèrent pas passer raz au dessus de leur tête. Pas plus qu'elles ne virent une silhouette pourpre en profiter pour sauter sur le pavage métallique. Je me redressais et ajustais mon masque et le col de mon manteau. Eh bien ! Tu saute de plus haut, d'habitude. Tu faiblis ? "Non" Pensais-je à l'adresse du masque. "Je reste discret." Je me présentais au bureau poussiéreux de l'Aérogare derrière lequel sommeillait un homme. « Bonjour mon brave. » Comme je m’y attendais, il manqua un battement de cœur et faillit tomber de sa chaise malgré mon ton avenant. « Je que… Quoi ? Qui êtes vous ? - Personne ne passe ici ou quoi ? Je suis Legillian et je viens me présenter chez vous. Vous n’avez pas un formulaire à remplir ? - Un formu… Si, bien sûr, pour qui me prenez vous ? Je suis tout à fait capable de me débrouiller tout seul ! - Bien, alors ? - Oui, oui. » Le chargé d’accueil pris une feuille dans un tiroir et en chassait rageusement la poussière. « Bien, reprit il sans aménité. Je vais vous poser des questions, puis vous serez libre de faire ce que bon vous semble ! - Très bien. Je vous écoute. - Pourquoi venez-vous à Nabes, plus précisément, à Antaris ? - J’ai fais partie, autrefois, de la confrérie des chevaliers du ciel. Quand tous ont désertés, je suis resté seul avec mon bateau responsable d’un territoire parsemé de chantiers à l’abandon et d’une forteresse vide. J’ai donc décidé d’aider les vampires du Bund dans leurs travaux, mais la blessure que m’avait causé mon échec n’en a pas été refermée pour autant. J’ai donc décidé d’explorer d’autres contrées. A mon retour, j’ai découvert moult changements, dont Nabes et la cité d’Antaris. J’espère donc trouver un moyen parmi vous de reconstruire mon honneur. » L’homme ne s’attendait pas à une telle tirade et je dus répéter plusieurs fois avant qu’il eu tout couché sur le papier. « Très bien, mais cela ne me dit pas ce que vous savez faire. - Oh ! Un peu de tout : je suis bon architecte, j’ai des connaissances en aéronautique, évidement, quelques notions d’écriture et d’ingénierie, aussi. - Oui, comme tout le monde. » On le tue ? "Ne commence pas à apporter de complications." Il les apporte tout seul. "J’ai dis non." L’homme gratta encore quelques secondes son papier puis le rangea dans un de ses nombreux autres tiroirs. « Bien, c’est bon pour moi. Bonne soirée. » Je déambulais sur le quai le reste de la soirée à la recherche d’une taverne.
  10. « Rest in peace. » Mais la paix dans la mort est elle seulement possible ? Je m’explique : Quand on n’est plus comment se sentir soulagé ? Comment se sentir quoi que ce soit d’ailleurs ? C’est, dans ce cas, la paix JUSTE AVANT la mort que nous recherchons, non ? Evidement, si l’on s’appuie sur l’existence de l’âme, c’est un souhait qui ne peux qu’être bienveillant. Dommage qu’il ne soit plus maintenant qu’une formule de politesse à graver sur du marbre lors d’un manque d’inspiration … Mais pourquoi je raconte ça, moi ? ‘’Rest in Peace’’ Les mots étaient gravés sur la pierre froide et lisse. Comment savais-je qu’elle était froide ? Ah oui : Une grosse brute venait de m’y jeter. Un cimetière, excellent choix pour y dépouiller les faibles. On trouve un côté menaçant et le silence est des plus aptes à la panique en ces lieux, rajoutez une dose de gros bras qui vous rossent, et le tour est joué ! Je pensais vraiment que j’allais y rester ! Je l’avais pas, leur bourse d’argent ! Où pouvais-je trouver deux cent pièces d’argent en deux heures ? Cela n’était pas de leur ressort, manifestement. Ils voulaient se divertir, ils n’auraient pas d’argent, donc démembrer un peintre faiblard devrait faire l’affaire. J’étais donc foutu. Cela était mon point de vue à l’instant où Grusson (Charmant patronyme, n’est-ce pas ?) s’avançait entre les stèles de ce cimetière quasiment à l’abandon dans ce patelin de pécores (bien trop loin de Stendel et de ses gardes à mon goût). « T’as pas de quoi payer ? Tu vois la tombe ? T’en aura une pareille ! » Il marqua une pause, satisfait de sa phrase. Ce n’était pas la plus subtile des proses, mais elle suffisait à me faire paniquer. Incapable que j’étais, je tentais de bredouiller quelque chose, tout en me relevant et échouais dans mes deux entreprises. J’étais foutu. « Je vais tellement t’arracher les membres, que t’en aura plus ! » Je n’ai pu à cet instant réprimer un éclat de rire. Mes nerfs à vif ont plongé sur la logique absurde de la phrase pour se soulager. Bruce n’a pas compris tout de suite que je me fichais de lui. Ses acolytes non plus. Je les avais juste d’avantage énervés. Si j’avais eu une chance, elle avait été anéantie à cet instant. « Tu te fous de moi ? Tu te fous de ma gueule ? - Je m’en occupe, Bruce, dit un de ses subordonnés en s’avançant vers moi. - Nan, laisse. » C’est sûr qu’il n’allait pas laisser quelqu’un d’autre me punir pour avoir ri de lui. Il franchit les quelques mètres qui nous séparaient pour m’attraper au col et me soulever comme un ballot de paille (C’est lourd, un ballot de paille ? Surement pour moi…). Nous y étions, il allait sans doute m’enfoncer une lame dans le flanc dont je ne… Un bruissement à peine audible à la lisière du bois qui bordait le cimetière lui fit tourner nerveusement le chef. Il desserra sa poigne et j’en profitais pour m’en défaire et partir à toutes jambes et sans réfléchir dans la forêt. Ce fut, je crois, la plus grosse erreur de ma soirée. Sans comprendre comment, je quittais en un instant l’orée de la forêt pour me retrouver devant une ouverture à flanc de falaise, à je ne sais combien de lieues de là. Un homme et un enfant se tenaient devant moi. Le premier dans un large fauteuil sur l’accoudoir duquel était assit le petit. « Et maintenant, on le tue ? » La curiosité impatiente de cet enfant prononçant ces mots me glaça. Il pencha la tête de côté puis ajouta : « J’aime bien quand ils se mettent à crier en courant dans la forêt et que tu les fais tourner en rond. » Je tentais de reculer et me rendis compte, alors que je m’affalais, que le sol était caillouteux et pentu. Je tombais donc sans grâce sur le derrière, face à deux prédateurs. « Non. Celui là est spécial. » Je cherchais le sens de cela pendant une seconde avant de me rendre compte que, tout en se levant, l’homme avait répondu au petit. « Sire Duchâle, permettez moi de me présenter, je suis votre sauveur. » Il s’inclina ensuite en une gracieuse révérence et je m’aperçu qu’il était paré comme un des plus beaux nobles de la cours de Stendel. Mais il y avait un problème. « Je ne suis pas sire Duchâle. On nous confond souvent, je sais mais… - Êtes-vous marchand ? » L’inconnu avait cessé brusquement de bouger. Je secouais la tête négativement. « Ah. Dans ce cas, cela pose une difficulté. Le fait que vous utilisiez son parfum vous aura coûté la vie, je le regrette. » Et il fondit sur moi à l’instant où je comprenais le sens de ses paroles. * * * Une nuit de gâchée alors que je pensais saisir une opportunité ! Imbécile. La raillerie du Masque m’arracha un soupir. « Pourquoi l’as-tu tué, capitaine ? Je croyais qu’il était différent ! On n’a même pas pu s’amuser… » Je levais la main, mettant fin aux plaintes de l’enfant. « Je lui devais bien cela. Nous ne faisons pas souffrir ceux qui ne le méritent pas. » Phil soupira et descendit du fauteuil. « Alors on ne charge pas de cargaison gratuite, ce soir ? - Hélas ! » La situation venait de passer de simple à compliqué sans étape. Une situation comme celle-ci était rare, et, plus que d’une cargaison, j’avais besoin de contact dans la région. Je ne pouvais entrer dans une cours sans y être introduit, et un noble reconnaissant aurait pu m’y aider. D’autant que le sire Duchâle était à mon goût : un homme distingué et charismatique, populaire dans la haute société et rarement avare avec ses amis ! J’aurai pu avoir un domaine et une réputation en quelque jours a peine... Je soupirais en retournant m'asseoir dans mon fauteuil. « Que fait on, alors ? - Nous devrons créer une occasion. Mais je suis las des manipulations mondaines. Que quelqu'un me doive la vie suite à une mésaventure, voila qui présente l'avantage d'être simple... Mais je n'ai pas envie de payer des malfrats pour les tuer ensuite. Non. Je vais me retirer au calme, dans la campagne. Cela me fera du bien, je pense... Oui. » J'avais réfléchis à voix haute. Phil avait cette manière de parler qui pousse à donner le fond de sa penser. Une sorte de charme proche d'un des miens, je pense. Comme si il avait lu mes pensées, il demanda : « Mais, tu ne peux pas le charmer ? Avec le masque ? » Je soupirais encore (bien que ce me fut inutile, vous en conviendrez, mais les anciens réflexes humains libèrent les émotions). « Si, je pourrais, mais des mages sont présents, à Stendel. Je ne connais pas leur puissance et je ne veux pas éveiller de soupçons. La magie se montre plus difficile à utiliser discrètement dans ces terres. » Nous n'ajoutâmes rien de la nuit et je décidait de m'installer non loin, à flanc d'une colline escarpée.
  11. Youyou, tu aurais pu si j'étais encore actif, c'est bien, tu me donne une bonne occasion de dire cela : Je lâche le projet : Si il y a un volontaire pour récupérer les ruines, il est pris. Sinon, chevaliers du ciel, adieu. Je n'ai pas le temps de m'occuper de ce projet, j'ai essayé, mais les griefs à répétitions m'ont largement gonflés, je ne prends plus aucun plaisir à me promener sur ce plateau désert où seuls restent les vestiges poussiéreux d'un passé qui ne fut jamais glorieux. Je vous dis adieu, mes frères, enfin, à ceux qui restent. Et je vous prie de me pardonner d'avoir failli à la mission qui m'a été donnée. Désolé, Youyou, mais cette confrérie tombait en ruine, et je n'ai plus la force d'en recoller les morceaux.
  12. Bonsoir, Je ne suis pas très disponible en ce moment (reprise des cours), mais si vous le voulez bien, le palanquin ship m'intéresse. De même, pour un projet en cours, voile ou le terraforming me tentent beaucoup. Par ailleurs, l'arrière de théâtre serait à changer, selon moi : Trop "Plat", ne trouvez vous pas ? Je veux bien m'occuper de cela aussi. Mes horaires de connexion ne coïncidant pas forcement avec les votre, j'ai du mal à aider au manoir régulièrement, donc faire des parties indépendantes de celui ci me permettrait de montrer mon engagement. Legillian.
  13. Je ne comprends pas trop cette phrase, tu veux dire qu'il est possible de mettre une mise en page, mais que c'est impossible sur minefield, c'est ça ?
×
×
  • Create New...