Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'candidature citoyenne bubel'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Bienvenue sur Minefield !
    • L'Ambassade des nouveaux arrivants
    • Demande de grade/de statut social
    • Vie pratique
  • La place principale
    • Évènements
    • Lancement de chantiers
    • Quêtes
    • Communiqués officiels
    • Le kiosque
  • Univers de Minefield
    • Stendel
    • New Stendel et ses terres
    • Nabes
    • Nether - l'enfer et ses dangers
    • Nimps - le monde freebuild
    • Nihil
    • Donjons
    • Clans et peuples
  • La taverne
  • Le commerce
  • Support
  • Multigaming
  • Archives

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Website URL


Localisation


Pseudo minecraft

Found 1 result

  1. Alias MissBubel sur le Forum Maitresse des Runes de Galianör la grande décoratrice d'intérieur homologuée par le conseil nain Bonjour, bonsoir à tous et à toutes. Et oui votre chère Bubulle est de retour... Cette fois c'est pour passer à la vitesse supérieure et vous présenter ma candidature Citoyenne. Alors reprenons les banalités d'usage… Je suis Bubel IG ou plus connue sous le sobriquet de Bubulle, IRL je suis une belge ( alors... non je n'aime pas spécialement les frites, oui j'aime boire une bonne bière de temps en temps et non je ne travaille ni dans la moule, ni dans le chocolat. Et contrairement à ce que l'on dit ou croit, je n'ai pas un accent de baraki, le beauf belge... enfin si j'en ai un c'est que je le fais exprès ) de bientôt trente pige, appelée Séverine. Mère de deux enfants, en dernière année d'étude supérieure dans les arts numériques et multimédia. J'avais, fut un temps, créer une chaîne Youtube,que j'ai mise un peu de côté, car entre ma famille et mon art je n'ai à peine le temps que pour souffler un peu sur skyrim, minecraft et bien-sûr Minefield. J'en suis d'ailleurs à ma troisième année sur ce serveur. * bruit de langue de grands mères que l'on souffle et de canon à confettis* Voili, voilou, Et pour ceux qui veulent voir mes anciennes candidatures ils trouveront leurs bonheurs -->ici: Présentation Paysanne -->Et ici: Candidature Villageoise *Une demi-elfe-naine qui avait l'air de ne pas avoir dormi depuis des jours et des nuits, déposait un parchemin dans le coffre commun des Modérateurs et de l'administration Minefieldienne. Il disait ceci :* Gentes dames et Mes Seigneurs, Par la présente je viens vers vous pour une requête concernant une demande d'obtention du grade de Citoyenne Minefieldienne. Voyez vous mon désir de devenir Tenancière naine n'est plus d'actualité, je n'oublie pas ce rêve et ce désir que j'avais en arrivant ici, mais les choses, les gens et certains événements font évoluer l'histoire, la mienne, la vôtre. Et donc des choix différents de ceux auxquels on avait pensé s'offre à nous… Et j'ai du faire un de ces choix, un choix crucial pour la continuité de mon aventure en ces terres. Ma taverne où approfondir mon savoir, mes connaissances de l'histoire de Galianör et pas que !... De l'histoire de Minefield tout entier ! Mon amour de la nourriture fut surpassé par ma soif de savoir. L'on sait que les nains aiment la richesse et la connaissance, est pour moi, le plus grand et magnifique de tous les trésors. Donc afin de pouvoir étendre mon savoir à d'autres lieux, d'autres cultures, mais surtout afin de me permettre de mener à bien les recherches historiques, que je fais actuellement sur et pour Galianör la grande, je vous demande avec tout le respect qu'il vous est dû, le grade de citoyenne. Ce statut me conférerait la possibilité de devenir enchanteresse et ainsi je pourrais acquérir les capacités requises pour mener mon étude. Il va de soi qu'un logis en capital de Stendel faciliterait mes déplacements et mes recherches. Et bien sûr, étant pleine de compassion par mon côté elfe, je ne peux garder se savoir pour moi seul et rien de tel qu'une ou plusieurs échoppes pour y vendre ( oui le côté nain prend souvent le dessus) les fruits de quelques expériences. Mais pour cela je déposerais dans ce coffre une demande écrite en bonne et due forme, cela va de soi. En vous remerciant d'avance d'avoir pris le temps de me lire, Et en attendant de vos nouvelles, je vous souhaite la bonne journée. Bubel Bubble Maitresse des Runes de Galianör la Grande. Petit résumé du RP Villageois : RP citoyen : L'histoire de l'elfe-naine: La légende Il existe une légende dans le pays d'origine de notre Bubulle… Une légende qui parle d'amour interdit, de guerre, de nains, d'elfes, de croyance, de fleurs et de petits lapins ( ou pas …), de cuisine et surtout!... Surtout, d'un enfant! Mais laissez-moi plutôt vous conter cette légende… Tout commençait dans le pays de Fëy, plus précisément dans la montagne de Givre où vivait un peuple nain, bourrus, gourmands, bruyants, mais surtout considéré comme ~athées~ par les autres peuples. Pour eux toutes choses se font grâce aux actes, aux choix et donc à leurs seules volontés et non pas parce que tels ou tels divinités quelconques les ont guidés. Seule la bravoure, les connaissances et l'excellence sont honorées. Par exemple si un tavernier voulait créer une nouvelle variété de bière, il y travaillait jusqu'à ce que la communauté la trouve parfaite. Les nains les plus importants, ceux qui ont marqué l'histoire des trois villes de Givre ont eu droit à leurs statues, érigées à l'entrée de chaque ville. C'est là que chaque nain et naine pouvaient venir déposer des présents pour rendre hommage à leurs inventeurs, penseurs, aventuriers ou mineurs préférés. Mais voilà, les elfes de la forêt de Yël ne partageaient pas ces idées, pour eux toutes choses venaient de la grande Gäyäne, mère de la nature et de toutes vies. Elle était la seule qui avait le secret du souffle de vie et qui pouvait ainsi créer le monde. Dans cette croyance la terre était précieuse et il fallait respecter toutes les créatures de Gäyäne. Les elfes consacraient beaucoup de temps à prier leur divinité pour qu'elle leur accorde un temps favorable aux récoltes ou qu'elle aide la guérison d'un animal. Ce que les nains trouvaient ridicule, vu que pour eux si tu voulais une bonne récolte, tu ne l'aurais qu'en travaillant dur et non en perdant ton temps assis devant un arbre. Et un jour, ce qui devait arriver arriva, une guerre éclata entre un des villages elfe et une des villes naine. Elle commença par des menaces, des coups bas, comme voler des livraisons destinées aux nains, creuser sous les champs des elfes et piller leurs contenu et j'en passe… Puis un soir aussi bien chez les nains que chez les elfes, une réunion militaire ce fît, la guerre avait véritablement commencé. Bien sûr, tous les villages elfes de la forêt n'étaient pas si radicaux que ceux du Nord, comme celui de l'Est, où fût recueillie notre petite Bubel. Après que chaque chefs de clans eut envoyé un messager dans les villes et villages, pour rallier le plus d'elfes et de nains à leurs causes et qu'ils eurent constitué ainsi leurs armées une terrible bataille se déroula dans la plaine de Fleürys. Cette guerre dura septante-sept ans, les nouvelles générations remplaçaient les anciennes et un nouveau style de vie se créa, les nains consacraient toutes leurs connaissances et leurs capacités dans deux domaines exclusifs, tout d'abord, à la confection et l'amélioration d'armes, d'armures, même de poisons et autres expériences plus sournoises. Et ensuite à l'élaboration de nouvelles cuisines, de nouvelles saveurs de bière et autres divertissements qui auraient pu faire oublier un temps l'horreur qui se déroulait à la surface. Pendant que les Elfes, qui ne se battaient que par nécessité, devaient former plus de soldats et l'enseignement militaire fût donc rendu obligatoire pour tous les mâles, les femmes étaient quand à elles contrainte à l'éducation religieuse, pour qu'elles puissent bénir les guerriers avant leur départ pour le champ de bataille ou pour implorer la clémence et l'aide de Gäyäne dans cette terrible épreuve. Et c'est là que commence la légende… Un jour, trois ans avant que le traité d'ignorance soit signé et du coup de la fin de la guerre, Une tenancière naine, qui s'était aventurée dans un marais non loin des plaines de Fleürys, pour y trouver les champignons indispensables pour sa soupe, y rencontrait un jeune soldat elfe… Elle fût tout d'abord effrayée, elle qui n'avait pas d'armes, puis émerveillée par le visage gracile de l'elfe, il ne portait pas son casque et sa longue chevelure blonde flottait au vent, elle ne bougeait plus, figée par ce double sentiment, elle le regardait, elle ne pouvait faire que ça. Il l'avait remarquée, il s'approcha… Elle déglutît, pensant qu'il allait la tuer, mais il ne fît rien de tel, au contraire, une fois tout près de la naine il se pencha et ramassa le panier qu'elle avait fait tomber, il y remit les champignons et le lui rendit tout en souriant, puis il s'en alla. Étourdie, secouée et intriguée par cet étrange elfe, elle rentra chez elle sans arrêter de penser à lui, à ce qui venait de se passer et à ce qu'elle à avait ressentit. Les jours passèrent et elle décida de retourner là où elle avait vu l'elfe qui hantait ces pensées et ces rêves depuis le jour où elle l'avait rencontré. Elle se posait sous un arbre, un panier rempli des meilleurs mets nains à côté d'elle, elle attendait son amour. Les heures se succédèrent, il n'était toujours pas là. “Il ne viendra pas.” se dit-elle et alors qu'elle s'apprêtait à ranger son pique-nique elle entendit une voix derrière elle… “J'espérais vous voir ici, depuis l'autre jour je ne peux m'empêcher de penser à vous et à vos champignons… Pourquoi étiez vous là?” Surprise et heureuse elle ne su se retenir de rougir et lui répondit qu'elle adorait cuisiner et qu'elle ne trouvait qu'à cet endroit les champignons qui font de sa soupe un délice. Fasciné, l'elfe lui expliquait que lui aussi était cuisinier avant d'être soldat et que c'est sa passion pour les plantes comestibles qui l'avait amené là l'autre fois. Après avoir parlé un bon moment de leurs coutumes culinaires respective et avoir mangé ce qui restait du panier, ils durent se quitter, mais pas sans se promettre de se retrouver en ce lieu la semaine suivante. Et ils se virent ainsi régulièrement et ce durant plus de deux ans, c'était devenu leur jardin secret. Mais un jour l'elfe arriva près de son aimée essoufflé et paniqué, son chef de clan était au courant pour eux et d'après ce qu'il avait entendu celui de sa compagne en serait bientôt informé. Ils devaient fuir s'il voulait que leur amour perdure, mais elle ne pu aller bien loin, car elle était tombée enceinte de lui. Elle lui annonça cette nouvelle et il fallut quelques minutes à l'elfe pour s'en remettre, puis il eu une idée, vu qu'elle ne pouvait voyager loin il l'installerait chez sa tante qui vivait dans le village de L'Est. Les elfes de ce village étaient neutres et avaient refusé de soutenir cette guerre. C'était un endroit sûr pour sa femme et son futur enfant, pendant que lui irait vers les grandes villes, là où les histoires entre nains et elfes ne sont que des contes et où ils pourraient enfin vivre ensemble. L'on ne sut jamais si l'elfe réussi à rejoindre l'une de ces villes, la légende et aucun autres textes ne le mentionnent et c'est à ce moment de l'histoire que l'on n'entend plus parler de l'elfe. Quant à la naine, elle fût accueillie avec des regards en coin un peu méfiant mais rien de réellement grave et d'ailleurs quelques mois après son arrivée elle s'était intégrée au point qu'elle avait même ouvert une classe de cuisine dans la petite école du village. Les mois passèrent donc et tout ce passait bien, jusqu'à l'arrivée du bébé. Au bout de trente-cinq heures de travail, une petite fille bien potelée et aux oreilles pointues, était née. Nous étions le 4ème jour de juillet et les batailles avaient cessé, dix mois plus tard le traité était signé. La petite se portait très bien, bonne vivante déjà à un mois. Mais ce n'était pas le cas de sa mère qui ne se remit pas totalement de l'accouchement. La pauvre naine, cumula maladies sur maladies jusqu'au jour fatidique. La petite Bubel à peine âgée de sept mois était devenue orpheline... Tome II Chapitre I: Le nouveau. *Bubulle alluma une bougie, la posa sur son bureau, pris une plume, de l'encre et son journal dans lequel elle écrivit ceci…* “ Mon cher journal et vous qui lisez en ce moment, cela fait très longtemps que je n'ai plus rien conté entre ces lignes. Mais pour tout vous avouez je n'ai pas eu de temps pour moi depuis des mois. L'un de mes amis du marais est venu me rejoindre en ces lieux. La première fois que je le vis ici je ne l'avais pas reconnu… C'était durant la soirée d'anniversaire de Minefield, je faisais la fête et là, visiblement un nain, à la peau noire et cornu vint me parler. Sa voix me semblait familière tout comme son regard, je sentais au plus profond de moi que je le connaissais même si je ne le reconnaissais pas. Dans le doute je lui offrais un verre et la soirée se passa. Après, je lui proposais, vu qu'il n'avait nul par où dormir, de venir chez moi… Bon à l'époque certe ce n'était pas grand, mais il y avait un divan confortable et un bon feu de cheminée, ainsi que de la bière bien brassée. Il s'endormit très vite, il devait être fatigué par son voyage, du moins je le supposais. Quelques jours passèrent et mon nouvel ami au teint d'obsidienne avait meilleure mine, si je puis dire et il me conta son histoire. Dans les grandes lignes il était victime d'un sortilège qui ne lui était pas destiné. Cela devait transformer un démon en une inoffensive créature, mais lancé sur une créature ou en l'occurrence un nain inoffensif cela créait l'effet inverse, d'où son aspect particulier. Les heures passaient et notre discussion continuait, on parlait de tout et de rien, jusqu'au moment où il me parla d'un endroit que je connaissais fort bien… Les Marais ! C'est là que j'ai su qui il était réellement, Mulciberus le nain que j'avais rencontré avec mon chat et mon ami Billy lors d'une de nos enquête mystérieuses. Je me souviendrais toujours de ce jour, je l'avais trouvé craquant et bien que sa douce folie avait fait fondre mon coeur, j'avais dû le laisser avec Billy pour rentrer à Galianör. Et là il était devant moi, près de moi, mon amour que je pensais perdu… Que les Titans soient honorés pour nous avoir permis de nous retrouver. Plusieurs semaines plus tard, suite au rituel de bénédiction nain, mon bien aimé avait retrouvé son aspect d’origine. Et au fil du temps notre simple cohabitation évolua en une magnifique histoire d’amour, tout comme notre habitation dans la cité naine qui était devenue une belle et grande demeure." 1 2 3 Chapitre II: Maîtresse des Runes: *Notre naine aux oreilles pointues, posa sa plume deux minutes, sorti d'une poche sa pipe, la bourra de tabac parfumé à la citrouille, l'alluma et au bout de quelques bouffées elle se remit à son récit* “Après avoir vu ma maison, Gontran me demanda si je pouvais faire la décoration de la sienne. Ce fut un gros chantier, mais je l'avais mené à bien. Si bien, que L'intendant Messir Polichaud et le Roi Dionysos lui-même me confièrent la rénovation de quelques pièces de leurs demeures.1 2 Ainsi que l'aménagement complet de leurs bureaux officiels. Viaduc m'avait également demandé une petite révision de son shop dans la Banlieu-ouest. Ce qui n'était pas du luxe vu de l'horrible architecture que j'avais fait la première fois. D'ailleurs c'était à cause de cette affreuse façade que Dionysos m'avait dit : "Pour la déco d'intérieur t'es la meilleure, mais pour l'extérieur c'est une horreur !..." Et c'est ce qui m'avait motivé à m'améliorer, bon je ne suis pas encore une bonne architecte, mais je me débrouille. D'ailleurs ma ferme à Nimps en est un petit exemple… Une construction sur laquelle Mulciberus m'avait aidé, création en amoureux n'est pas merveilleux ?!... Enfin, bref, je m'égare…” *Elle fit une pause, fuma un peu sa pipe, prit une bonne gorgée de GalianOrge encore mousseuse et puis replongea dans ses écrits…* “Durant cette période, je me suis de plus en plus intéressée à l'histoire de la cité, aux coutumes, après tout c'était aussi pour ça que j'étais là apprendre comment vivait les peuples nains, comprendre et connaître la culture de ma maman, sûrement pour avoir la sensation d'être un peu avec elle. Et bien que mes plantations, me demandaient beaucoup de temps, j'arrivais toujours à trouver un moment pour aller à la bibliothèque où je passais des heures à bouquiné, étudier, même analyser des textes qui n'avaient pas été lus ou traduits complètement. A force j'avais appris plusieurs dialectes oubliés. A la vue de mon enthousiasme et de ma passion dévorante pour l'histoire et la recherche, un soir je me fis convoquer dans la salle du trône. Dionysos m'y attendait. Intriguée et inquiète je me demandais ce qu'il me voulait, peut-être un nouveau chantier à décorer ?... Au début je crus que c'était de cela qu'il agissait, vu qu'il me parlait de la création d'une académie. Bien-sûr j'avais aidé avec mon compagnon à la création, en fournissant certains matériaux indispensables et en terra-formant la montagne destinée à l'accueillir en son sein. Mais il ne me demandait pas une aide décorative, non, il me nomma ~Maitresse des Runes~!...” Chapitre III: Le cristal de mémoire “ Aujourd'hui l'académie est finie, enfin, j'ai tout de même le projet d'y aménager, à son entrée des salles de classe, car bien que la culture soit pour moi la plus importante des richesses et que je sois naine, je ne peux par éthique me permettre de garder ce savoir pour moi seul. Bon, soyons tout de même honnêtes certains cours seront payant, cela va de soi. Oui, de belles salles où le partage des connaissances réunira des nains de tout horizons... Sinon, en ce moment j'ai encore quelques commandes en décoration d'intérieur comme la maison de Gimms en capitale ou celles de Duboys. Mais ce qui me prend les trois-quart de mon temps, même davantage, c'est ce cristal, cet immense cristal, que l'on a découvert il y a quelques mois, dans une des mines du quartier industriel de notre chère et grande Galianör. D'habitude j'arrive facilement à lire les cristaux, mais celui-là depuis qu'on l'avait déterré me posait de sérieux problèmes… Enfin j'espérais trouver une solution en retournant aux marais voir l'enchanteur qui avait réussi à lever ma malédiction, par contre Mulciberus refusait catégoriquement de m'accompagner, je me demande encore pourquoi... Arrivée aux marais et après un bon gueuleton avec billy et le chat, je suis allée voir l'enchanteur. Durant une bonne demi-heure je lui expliquais ce qui m'amenait et il me dit ceci: "Si tu n'entres pas en résonance avec ce que tu analyses, ou ce que tu cherches, c'est peut- être par manque de compétence. Il te faut acquérir une discipline qui te permettra d'augmenter ta concentration psychique. Et devenir enchanteresse pourrait te conférer une telle concentration. Si tu le désires je serais ton mentor." Devenir enchanteresse, en voilà une idée… Mais ma taverne alors? me suis je dis sur le chemin du retour. Et une fois arrivée à Stendel je savais que c'était la meilleure chose à faire, ma taverne c'était un joli rêve, mais ce cristal m'obsédait tellement que je devais garder cette idée d'auberge pour le temps où je serais une vieille naine. Et ce fut d'un pas décidé que j'allais poster le parchemin de candidature pour l'obtention de mon grade citoyenne et ainsi avoir l'opportunité de devenir enchanteresse, afin de retourner auprès de mon maître…, heu… ah zut j'ai encore oublié de lui demander son nom… Screens: 1 2 3 1 2
×
×
  • Create New...