Jump to content
Sign in to follow this  
Kuartzman

Baron du Vampire Bund

Recommended Posts

Plusieurs jours sont passés depuis la dernière fois où j’ai aperçu les rayons du soleil, symbole de ce qui était pour moi une source infini de courage et de joie. Je ne pourrais dire si j’étais d’une simplicité effarante en disant que le simple fait d’aller au soleil durant une belle journée d’été était pour moi l’une des plus belles choses du monde, l’une de ces petites choses qui font le bonheur. Qui aurait pût croire que cet allié si puissant puisse se transformer en l’espace de presque une nuit en mon ennemi le plus vicieux. Du moins, dit comme ça, on dirait que c’est lui le fautif dans l’histoire… n’inversons pas les rôles, tout de même : je suis le traître. C’est pour cela que je le fuis, c’est pour cela que je me cache et c’est pour réunir toutes ces lourdes conditions que je suis actuellement dans l’une des grottes les plus profondes et les plus ténébreuse qu’offre les galeries souterraines du Manoir Scarlet, monument colossale où je suis maintenant destiné à terminer ma vie et plus, en ne m’avançant gère sur la chose… .

 

Je ne sais pas si je dois aimer cet endroit ou bien le détester car c’est bien ici que je vivrais pour une éternité mais, en même temps, c’est à cause de ce lieu si je vais devoir errer ici pour un temps qui me dépasse encore. Tout ce que je sais pour le moment, c’est que je suis avec ma pioche en train de travailler pour le compte d’une ville qui sera probablement mon tombeau. Du moins… hum… mon tombeau… peut on encore prononcer ces mots dans mon état ?

 

Voilà surement 3 semaines que je suis dans cette mine, sans aucun contact, totalement exilé de l’extérieur. Je ne sais pas se qui me pousse à creuser autant. M’évader de ma situation peut être ? Mon esprit n’a surement pas réalisé encore que c’était défini comme le fait de naître ou … de mourir. Non, je travaille pour le Bund, tout simplement. Une ville maudite construite de toute pièce par ce qu’ils appellent les « démons ». Quand je dis « ils », je parle des humains bien entendu. Ahhh… les humains… Plus les jours passent, plus je les hais. Je me rends compte de leur simplicité d’esprit, de leur aspect hautain mal placé et de leur condition de vie archaïque qu’ils osent imposer comme « parfaite ». Un mot suffit à montrer la pitoyable arrogance de cette espèce primate : « parfait ». Un mot qui sous-entend bien des choses comme le fait que rien d’autre de ce qui n’est humain n’a le droit d’être sur terre… . Remarquez que tous les clans, le mien y compris, ont probablement passé par les mêmes états d’âme dans leur jeunesse. Bien que je ne pense pas que le clan humain passe les deux prochains millénaires…

 

Je serai presque honteux de me rappeler des anciens temps. Ces moments avant que je sois dans cet état. En quête de mes plus profonds désirs, me voilà la pire angoisse nocturne du clan que je chérissais avant. Et pour cause, j’en fessais parti. Oui, j’étais bien un humain. Je vivais avec sa sans me rendre compte que j’étais dans un clan où le sophisme régnait en maître contre la vérité. Où toutes les connaissances étaient modélisées pour devenir plus simples, plus abordables. Les humains croient encore que le fait d’exploiter le monde par leurs différentes sciences et de les appliquer à des fins militaire fait d’eux les maîtres incontestés et redoutés du monde. Mais quand ont conventionne trop, on se rend vite compte que tout n’est pas si simple… et à un moment, on perd le court de l’évolution et on disparait… Voilà qui finalisera le destin humain.

 

Je pose ma pioche et m’assis quelques instants, la respiration haletante. Mes habits de travail sont souillés de la poussière et déchiré par des éclats de roche. Je tremble et semble à bout de force. Je dois l’avouer : je suis fatigué. Étrange. Seul l’humain peut ressentir cet acte de paresse physique… . La transformation ne doit pas encore être total… il doit me rester quelques signes qui ont survécus. Tout cela m’angoisse… . Ni humain, ni « démons », je suis dans un état de transition, un état où je ne suis rien, un monstre.

 

« Sir Kantum »

 

En me relevant, je vis une silhouette entrer dans la zone éclairée par une torche. Un personnage plutôt jeune habillé de vêtement chatoyant qui me rappelle douloureusement les rayons du soleil. L’attitude qu’il porte montre clairement son malaise dans le fait de devoir me parler sur un ton soutenu. Ce qui laisse paraitre un aspect assez grotesque. Cependant, la qualité de sa présentation et du soin qu’il portait à ses habits rattrape défaut.

 

« Ice… le coffre est là-bas, dis-je en pointant un coffre à l’autre bout du couloir, prend tous et va revoir le comte »

 

« Je suis désolé Sir, mais cette fois-ci je me dois de vous emportez avec moi »

 

« Comment ? »

 

Je regarde Ice d’un air très sombre ce qui le fis presque trembler. Cet exil me permet de me remettre en question et d’accepter celui que je suis désormais. Arrêter le cycle maintenant serai destructeur.

 

« C’est de l’ordre direct du comte Scarlet Sir, je suis vraiment confus que cela vous touche à ce point de renoncez à la récolte de ressource pour le Bund… mais il est temps de rentrer pour le discours »

 

« Le discours ? Maintenant ? »

 

« Le temps que nous rentrons et que vous preniez des habits respectable, il faudra que vous accédiez au balcon »

 

Je ne savais plus que le comte avait prévu le discours plusieurs jours avant mon exil. Je dois y être présent à tout prix. Mon exil s’arrêtera donc aujourd’hui…

 

« Très bien… Emmène-moi en dehors »

 

Plusieurs heures passèrent où j’admirais le fruit de mon labeur. 3 semaines de minage intensif changent un homme… ou autre chose dans mon cas. Heureusement que Ice était là car à plusieurs reprises j’étais convaincu que la sortie était à l’autre bout de la mine. Ice était mon sergent d’ombre, mon espion personnel que Link m’a gracieusement donné pour m’apprendre à gouverner, ou du moins à mettre les hommes en accord avec ses propos de manière à influencer leurs actions. Je ne suis pas très doué dans ce domaine je l’avoue. Rapidement, Ice devint pour moi plus un compagnon de marche qu’autre chose bien que celui-ci était très enclin à me respecter pour mon rôle hiérarchique ce qui me mettait couramment mal à l’aise. Mais bon… si les choses fonctionnent ainsi alors faisons comme tel.

 

Nous atteignons la sortie de la mine débouchant sur le sous-sol du manoir. Ice me désigne un coffre pour ranger toutes mes vieilles affaires de minage. En mettant ma pioche et mes torches aux endroits respectifs, je crois entendre des cris au loin, bien au loin, à la surface.

 

« Le discours à déjà commencé ? »

 

« Ne vous inquiétez pas Sir, rassura Ice, le comte Scarlet est au courant de votre situation et ne déclarera votre arrivé que lorsqu’il en sera informé. Mais je vous conseillerez d’être prêt dans les plus brefs délais. Aussi bel orateur soit notre dirigeant, il arrivera bien un moment où ses arguments s’épuiseront. Vous trouverez vos habits dans la salle des domestiques. Nous avons mobilisez temporairement la salle pour vous en faire vos appartements»

 

Je me dépêche alors de refermer le coffre et de partir en tête vers les appartements des domestiques. En montant les escaliers 4 à 4, je passe devant l’enclos des chiens de Link qui hurlèrent à ma vue mais pas assez fort pour cacher les cris d’acclamations provenant de dehors. Lorsque j’arrive dans le hall, je vis les portes d’entré fermées et sécurisées par deux personnages discutant l’un avec l’autre. C’est Prouters et Chnaw, deux citoyens de la ville. L’un d’eux se tourna vers moi

 

« Ultra ! On croyait tu t’étais noyer dans la lave ! »

 

« Sache Prouters que j’ai promis de mourir sous la lame pour le Dominion. Quoi de nouveau depuis tous ce temps ? »

 

« Oh pas grand-chose ! Mis à part qu’Eden est désormais sans maire : Inexorable à quitter son rôle pour mener une existence paisible en dehors de toute communauté »

 

Je laisse passer un tonnerre d’applaudissement qui dura quelques secondes avant de prendre la parole

 

« Alors Eden à belle et bien disparu ? »

 

« Je préfère que cela se termine comme cela plutôt que se faire piller par ces traitres de Nevains »

 

« N’oublie pas que le Dominion avait aussi sa part de responsabilité »

 

« Oui mais tu comprendras qu’avec la foule d’extrémiste à quelques mètres de nous mes propos ont changés depuis peu, dit Prouters en pointant du doigt l’une des porte du manoir derrière laquelle on pouvais admirer une impressionnante population, de toute manière Talex voudrait reprendre la direction de la ville, quelques soit les conséquences, autant le laisser jouer des cartes »

 

« Sinon que font les autres ? »

 

« Et bien moi et Chnaw on est chargé de vérifier que les portes du manoir soient bien fermés. Bilnash est en train de surveillez les alentours sur la tour du manoir. Quand à Hugothom il doit être surement en train d'organiser le personnel du manoir »

 

« Et Ethernal ? »

 

« Sur le balcon avec Link »

 

« Ethernal fait un discours ? »

 

« Je suis pas convaincu de ça mais je sais qu’il est à coté de Link en ce moment même. D’ailleurs dépêche-toi à prendre tes habits. Je te rappel que Link doit t’annoncer. »

 

J’entre rapidement dans un couloir et déboule dans la salle des domestiques vide. Seul quelques habits présentés sur un lit m’offre la possibilité de me changer. Il me fallut quelques minutes pour m’habiller rapidement puis je me regarde dans une glace. Sur le coup, cela ne me choque pas, mais avec un peu de recul si. Les « démons » ne se voient pas dans la glace. Ils sont théoriquement morts, n’ont rien à faire dans ce monde. Me voir ainsi est une preuve irréfutable que je suis encore un humain. Heureusement, les miroirs sont exclusivement réservés aux domestiques : très peu de moyen de découvrir mes quelques secrets.

 

Je découvre alors l’être que je suis devenu : sombre, à l’aspect fatigué, les yeux rouges pâles et les cheveux gris clair. Un aspect qui conviendrait plus à un vieillard. Cependant, ma transformation m’ayant à l’apparence donnée une certaine forme physique plus développée que je n’avais avant, j’ai plus l’air d’un jeune homme au style bien personnel, presque séducteur s’il ne l’est pas déjà. De plus, mes habits officiels, un costume violet orné somptueusement d’or, donne à ma personnalité plus de prestance et d’autorité. Fier de mon esthétisme, je monte rapidement les marches vers le balcon du discours.

 

Lorsque j’arrive à quelques pas du balcon. Je me mis dans un coin, de manière à ce que les deux personnes officiels animant le discours me voient du coin de l’œil. Sans faire plus irruption, je dévisage le Comte Link Nohansen Scarlet en compagnie de son conseiller officiel Ethernal. Link est habillé d’une armure imposante orné d’or et de rubis. Une lourde épée de diamant pend à sa ceinture. Des combats épiques du clan avait étaient dessinés en or sur plusieurs partie des pièces qui lui donnait une protection indestructible : un véritable chef d’œuvre de conception qu’aucun humain ne saurait comprendre. Le visage du comte montrait sa claire détermination. Ethernal était à coté de lui, les bras derrière le dos, serein, il écoutait calmement le discours. Il était très difficile de cerner la moindre expression sur son visage en plus d’être à moitié caché par le col de son large habit bleu et noir. Il était très étrange de rencontrer une personne comme tel au milieu des « démons ». Néanmoins, sa présence était indispensable car il est avant tout un symbole : son aide et son dévouement à notre cause à permis la création de nombreux de nos édifices à une échelle que l’on aurait pût espérer. Moi et Ethernal, nous furent les premières personnes à aider la cause de Link. Et nous voilà tous les trois réunis à nouveau. Entre la découverte de la bibliothèque Voile et la création de la ville, voilà que nous avons un petit parcours respectueux. Après ces quelques remarques personnelles, j’écoute attentivement le discours du comte.

 

« … Et sachez, Enfants de la Nuits, qu’aujourd’hui le temps des cachettes et de la honte est terminé ! Nous sommes fiers de faire parti de cette communauté. Nous sommes se que nous sommes ! Personne n’a le droit de critiquer ce droit suprême ! Les humains critiquant notre culture ne sont pas les dignes dirigeants qu’ils veulent faire paraitre ! Ne vous faite pas leurrer par leur corruption, leur souillure, leur pourriture de l’esprit ! Nous sommes beaucoup plus que ça ! Nous somme un peuple d’une culture ayant vu passer des millénaires ! Nous sommes le clan supérieur ! Sachez-le ! Et aucun autre clan, tel qu’il soit, décidera de notre sort ! Êtes-vous avec moi ??!!! »

 

Sous un véritable déluge d’acclamations et d’applaudissements, accompagnés de percussions qui accentuent les décibels de la foule, Ethernal me vit. Il s’approcha de l’oreille de Link et lui chuchota quelques choses. Le comte se tourna alors vers moi et me fit un sourire en coin avant de se retourner vers la foule.

 

« Mais sachez, frères et sœurs, que notre communauté n’est rien sans le travail commun ! La création de notre cité est un premier pas vers cette démarche ! Pour preuve, rien de cela n’aurai pût être créé sans certains de mes frères qui m’ont permis de réaliser des monuments qui font aujourd’hui la fierté de notre clan ! Mon rôle de comte m’oblige à élire des représentants de ma personne. Pour cela, Ethernal, conseiller personnel de ma personne, entre dans cette catégorie d’élite ! »

 

Un tonnerre d’applaudissement pour Ethernal se fit entendre. Celui-ci remercia la troupe par un léger signe de tête.

 

« De plus, j’élis un adjoint. Une personne ayant mes pouvoirs dans le cas où je serai dans l’impossibilité d’effectuer mon rôle de dirigeant ! Je vous prie alors d’accueillir Kuartzman, Baron du Vampire Bund. »

 

Exactement comme pour Ethernal, Je rentre sur le balcon sous une ambiance de feu. Il y avait presque mille personnes en bas du manoir. Tous portants les couleurs du Dominion. La plupart était des vampires comme nous tous, des « démons ». Je reconnu rapidement différentes autres communautés : les Nixiens, les Nains et les Fourmis. Leur présence est très appréciée car cela justifie un intérêt particulier à notre cause. Link me fit signe de continuer le discours, cela surement pour m’entrainer à parler au peuple. Je pris place alors au comte et pris parole :

 

« Mes chers frères et sœurs. Vous savez tous que note clan est menacé. Que nous sommes tous reconnu comme des pestiférés. Des erreurs de la nature. Notre silence à duré trop longtemps. Nous avons tous été contrains au silence et je vous comprends ! Je vous comprends de vous avoir adaptés au joug des clans qui prétendent être « supérieur », qui nous ordonnent de rester terrés sous peine d’être emprisonnés, vois même torturés. Mais aujourd’hui, ce temps est révolu. Regardez-vous. Nous sommes réunis ! Nous sommes ensemble ! Nous pouvons nous faire entendre distinctement par tous les autres clans. Sachez que notre revanche viendra, non forcément par la violence, mais par la distinction de notre civilisation. Nous montrons à tous que nous sommes une nation entière. Mes chers frères et sœurs, je me présente devant vous comme l’un des officiers du comte Link Nohansen Scarlet. Je guiderai mon peuple dans le cas où notre dirigeant serait dans l’incapacité de vous guider. Je vous jure fidélité et dévouement. Je m’engage à vous écouter, je m’engage à vous répondre et je m’engage également à vous donner un avenir. Pour le Bund, êtes-vous avec moi ? »

 

Des applaudissements retentir suivi de cri d’acclamations. Kuartzman, Baron du Vampire Bund. Dés aujourd’hui, tous cela est officiel.

Edited by Kuartzman

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...