Jump to content

Le Grand Livre d'Althaïa [Débuts difficiles]


Warff
 Share

Recommended Posts

Débuts difficiles

 

L’air était frais en ce début de Fevrium. Althaïa venait de naître. Enfin, sur les papiers de l’administration Stendelienne en tout cas. Sur le terrain, c’était assez différent. Lamarr et Warff contemplèrent les vastes plaines qui s’étendaient des montagnes à la mer Nordique. Une bourrasque d’air froid leur rappela d’ailleurs qu’ils étaient bien au Nord de la Capitale. Cela ne les arrangeait pas. Le sol était dur et tous travaux de paysage, indispensables, allaient être péniblement durs et longs. De plus, la plupart des habitants d’Aigen et d’Asthania en général, s’était soit lassé des innombrables revers de leur convoi en terres de Stendel, ou s’était laissait distraire par les merveilles de ce nouveau monde, s’éparpillant dans la nature. Il y avait aussi une rumeur que certains étaient retournés sur New Stendel, retrouver leur foyer enneigé. Quoiqu’il en soit, ils devaient se rendre à l’évidence. Ils n’étaient que deux…

 

Comment en était-il arrivé là ? Même Poogly et Meikah étaient introuvables. Loin d’être démoralisés, les deux compères commencèrent à creuser. Les plaines étaient relativement bossues pour des plaines, et devaient être aplanies pour accueillir des canaux. Lamarr avait planté sa tente quelques jours auparavant et avait ramené un peu de matériel. Les pelles se cassaient les unes après les autres, mais, lentement mais sûrement la zone près de la baie fut aplanie. Le premier canal fut aussi creusé, reliant le futur palais à la baie. Palais qui fut le premier bâtiment construit, où les deux doges purent déposer leurs affaires. Le bâtiment était à peine décoré, mais les fioritures pouvaient venir après : c’était toujours mieux qu’une tente. Un mois s’était écoulé, les travaux paysagers continuaient et aucun signe des autres. Du moins, c’est ce qu’ils pensaient.

 

Un jour, un voyageur solitaire apparu au loin, s’approchant d’eux. Lamarr et Warff préparèrent leurs épées. Ce ne serait pas la première fois qu’un brigand tente de leur subtiliser quelques matériaux précieux. Cependant, pour un brigand, il n’était pas du tout discret, s’affichant en plein milieu de la pleine, même si un capuchon cachait son visage et empêchait son identification. Les deux doges rangèrent leur épée au fourreau et tentèrent d’appréhender l’individu. Quel ne fut pas leur surprise quand le mystérieux individu ôta son appareil. Poogly ! Ils n’en crurent pas leurs yeux ! Ils l’invitèrent à l’intérieur du palais pour discuter. Après quelques tranches de melon tout juste récolté, il leur raconta les nouvelles. Meikah avait été nommé Gouverneur de Stendel, il ne pourrait donc pas les aider dans la construction de la ville. Cela faisait donc un doge de moins, ce qui, mit en relation avec le fait que tous les Asthaniens/Aigenois avaient disparus, n’étonna guère Lamarr et Warff. Poogly leur annonça ensuite qu’il avait repris une autre ville, une certaine Regly sur New Stendel, et que donc, lui non plus, ne pourrait pas aider à la construction de la ville. Cependant, voyant la mine déconfite des deux autres doges, il leur annonça qu’il n’était pas venu les mains vides. Il donna une bourse lourde d’or à Warff, pour aider dans toutes les dépenses, et leur informa qu’un convoi avec des matériaux précieux était en route, et qu’il arriverait le lendemain. Lamarr et Warff le remercièrent chaudement, et envoyèrent leurs félicitations à Meikah. Puis, Poogly parti et disparu au-delà de l’horizon.

 

Le lendemain, comme prévu, le convoi arriva avec sa précieuse cargaison. Cette arrivée de matériaux nobles motiva les deux doges, qui travaillèrent sans relâche dans la construction du centre-ville. Leur plan était de construire le centre-ville avec quelques bâtiments phares pour attirer de nouveaux habitants et donner un noyau dur à la ville d’où rayonner. Warff, qui avait imaginé la ville, avait quelques plans dans sa besace s’occupait à planifier les emplacements de chaque bâtiment, canal… Cependant, avec une main d’œuvre de deux personnes, le travail manuel ne suivait pas le travail intellectuel. De plus, alors que les jours devenaient semaines, Lamarr tomba malade. Le travail acharné avait eu raison de lui, et il ne pouvait quasiment plus travailler. Warff était donc seul, avec ses plans, son palais, au milieu des chantiers non finis. Il tenta de construire par lui-même, mais ni l’envie, ni l’inspiration ni était. Il avançait très peu chaque jour, passant le reste de ses journées dans son palais, à méditer sur le monde alentour. Les semaines devinrent mois.

 

Il faisait encore nuit lorsque cela fut. Lorsque cela naquit. Une pensée. Dans la tête de Warff. Il n’arrivait pas à la distinguer dans le brouillard de son conscient, mais il savait qu’il y avait quelque chose. Quelque chose qui l’empêchait de dormir. Serait-ce l’ouverture du robinet de la création tant attendu ? Soudain, quelqu’un se mit à lui parler. Etait-il en train de devenir fou ? Il descendit les escaliers et se rendit aux cuisines où il mordit à pleines dents une tranche de melon. Peut-être était-ce ça ? Il devait vraiment essayer de manger autre chose. Cependant la voix continuait, et elle devenait de plus en plus compréhensible.

 

« Je suis Céléas ! Ecoutes-moi ! Althaïa la ville des Lumières doit naître ! »

Warff, inquiet, murmura :

« Mais, comment faire lorsque nous ne sommes que deux ? »

« Ne t’inquiètes pas. Un melon arrivera bientôt, et il sera porteur d’un vent nouveau »

Un melon ?

Tout à coup, Lamarr apparut, sûrement réveillé par l’orage. Warff était comme paralysé, au milieu de la cuisine, et au milieu des tranches de melon.

« - Euh, ça va ? Tu devrais vraiment arrêter avec ces melons. On devrait essayer de faire pousser autre chose.

- Oui, je vais beaucoup mieux. J’ai, j’ai… oui ! Je vois ! Je vois clair ! Vite ! Un parchemin ! Ah, et surveille bien les melons, il se pourrait bien qu’un d’eux te souffle un truc nouveau. »

 

Sur ce, Warff se précipita dans son bureau pour mettre en dessin ce qu’il avait en tête, laissant un Lamarr perplexe derrière lui. Il dessina toute la nuit, et le matin venu, la basilique/cathédrale St-Céléas était là sur son parchemin. Même s’il avait retrouvé l’inspiration, il n’avait toujours pas de main-d’œuvre. Il délimita cependant une zone pour le futur édifice et attendit. Plusieurs jours passèrent lorsqu’enfin une silhouette se dessina à l’horizon. Ce n’était pas un melon, mais bien une personne. Une personne avec une tête en forme de citron…

 

Cette personne arriva tranquillement en ville et se dirigea vers les deux doges.

« - Ah ! Warff ! C’est bien ça ? Comment ça va ? Vous êtes faites quoi là ?

- Euh oui, c’est bien Warff, et voici Lamarr… mais, attends, je te connais ! T’es Pulcomaru c’est ça ? T’étais un Aigenois ! Où sont-ils ?

- Bah, je sais pas, je suis juste venu visiter votre ville.

- Eh bien, Althaïa est censée être la ville des Asthaniens sur Stendel, suite à la glaciation d’Aigen.

- Ah bon, ce n’est pas censé être Regly ? Enfin, c’est ce que j’ai compris. J’ai juste suivi Poogly.

Les deux doges expliquèrent donc à l’Aigenois à tête de citron, (et non de melon) leur version des faits. Celui-ci, à leur surprise accepta de les aider. En tant qu’Aigenois, il était prêt à aider Regly et Althaïa. Il demanda donc ce qu’il pouvait faire, et Warff lui montra ses plans pour la cathédrale St-Céléas : Pulcomaru accepta.

 

Lamarr était toujours très affaibli par la maladie et Warff avait décidé de rentrer à Stendel, passer quelques semaines dans sa maison en capitale. Ses fonctions de scribes lui avaient rajouté une charge supplémentaire de travail administratif, et il profita de ces « vacances » pour s’en occuper. Cependant, il ne pouvait se séparer complètement d’Althaïa, et il passa plusieurs fois à cheval voir les avancées de Pulcomaru. Et quelles avancées ! En moins d’une semaine, la cathédrale fut terminée !

 

Que Céléas soit loué !

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...