Jump to content
Sign in to follow this  
darkspadassassin

Les aventures d'Indiana Bones

Recommended Posts

Les récits d’

INDIANA BONES

 

Maintenant retraité depuis plusieurs lustres, le célèbre aventurier a décidé de vous concocter le meilleur de ses aventures dans un récit formidable, enfin c’est ce qu’il espère …En étant un peu « analphabète » et écrivant avec des fautes d’orthographes impardonnables, il a décidé de se payer un scribe pour écrire ses aventures à sa place.

 

Table des chapitres

 

Voila ce qui sera prévu au programme de ce long RP, les aventures seront complétées les une après les autres, j’espère que ça vous plaira.

 

- Indiana Bones et la Pyramide de Khérinops :pumpkinon:

- Indiana Bones va à New Stendel !!! :pumpkinon:

- Indiana Bones et le voleur d’émeraudes

- Indiana Bones et le manoir de Globos

- Indiana Bones sur Nimps

- Indiana Bones et le grieffeur de la City

- Indiana Bones au Darkwood Manor

- Indiana Bones se met au vert

- Indiana Bones chez les nains

- Indiana Bones Welcome to Hell

- Indiana Bones contre le golem

- Indiana Bones et le Temple de Taelhyn

- Indiana Bones et le mystère de la Sainte Eponge

- Indiana Bones à New Stendel !!! (2ème partie)

- Indiana Bones à Fingelberg

- Indiana Bones et la relique nordique

- Indiana Bones et Bob Lennon (à nouvel azur)

- Indiana Bones et le secret du Rhagnarok

- Indiana Bones devient Hellien

- Indiana Bones, aventurier à part entière

- Indiana Bones et le donjon de chzaw … shwaw … Schwarzwald

- L’os et le Lotus.

- Indiana Bones à Sahbia

- Indiana Bones et le donjon de Névah

- Indiana Bones la tête dans les nuages

- Indiana Bones et le Panthéon

- Indiana Bones se prend pour un mage

- Indiana Bones chez les vikings

- Indiana Bones sur Nimps (2ème partie)

- Indiana Bones et l’indigène à la con du chaos

- Indiana Bones se baigne

- Indiana Bones et le sylvitronosaure

- Indiana Bones et le singe égorgeur

- Indiana Bones contre les pirates.

- Indiana Bones et le Saint Cube d’Obsi

- Indiana Bones le samouraï

- Indiana Bones prend des vacances

- Indiana Bones et la Citrouille Cabalistique

- Indiana Bones en slip de bain

- Indiana Bones à Valmont

- Indiana Bones à New Stendel !!! (3ème partie)

- Indiana Bones et les loups

- Indiana Bones chez les chevaliers noirs

- Indiana Bones et les endermans

- Indiana Bones et la guerre Névaine

- Indiana Bones fourmi malgré lui

- Indiana Bones et le secret du chiffre 42.

- Indiana Bones contre son rival

 

 

 

Indiana Bones

Et la Pyramide de Khérinops

(Musique flippante, cri diabolique)

 

 

Salut à tous, moi c’est Bartholomé de Castagnela-Roset (en fait je me souviens plus de mo vrai nom, vu qu’on m’appelle toujours Indiana Bones), ou plus connu sous le nom …d’Indiana Bones qui est à ce jour bien vieux et rouillé !!! Mon scribe et moi-même écrivons en ce jour ce livre qui aura pour but de vous divertir, de mieux me connaître et de pouvoir vous rappeler de mes aventures épiques ou non. Appréciez cette histoire comme bon vous plaira.

 

Je me rappelle de la pyramide de Khérinops comme étant ma toute première aventure dans ce monde qui me paraissait à mon âge bien joyeux. Au début, cette aventure fut un défi lancé par une personne qui s’était vantée à l’avoir réussie lors de mon 18ème anniversaire, bien évidemment ce type était mon pire ennemi et donc j’étais alors dans l’obligation d’accepter ce défi sous peine de me faire traiter de noob toute ma vie par cet idiot.

 

A cette époque, je n’avais presque jamais sorti un pied de la clairière, un endroit complètement paumé, où est construite ma maison, excepté pour le marché qui se déroulait à la ville voisine de Valmont mais il s’agissait d’occasions rares. Pour mon anniversaire, mon père m’invita à prendre la route vers ce compté marchand afin de vendre nos maigres biens. La route n’était point longue, à peine deux ou trois kilomètres mais le final était le pire : la montée des marches Valmontoises. 482 marches raides à escalader pour arriver sur le centre. Cela pouvait prendre des fois beaucoup de temps pour faire monter la marchandise jusqu’en haut, c’est pourquoi il fallait partir tôt le matin. Arrivé sur le centre, une foule énorme se dirigeait vers la place d’Armes, endroit où avait lieu le marché mensuel. Réputé pour être le plus connu de la région de New Stendel, mon père y allait pour gagner sa vie en proposant ses services de menuisier. Il aurait tellement voulu que je reprenne les commandes lorsqu’il sera trop vieux mais hélas j’étais trop peu patient et je voulais vivre l’aventure à chaque fois que je sortais de mon petit village. Mon père n’aimait pas m’entendre parler de ces choses. Mais maintenant j’étais majeur, j’avais donc les droits de pouvoir diriger ma vie moi-même sans l’aide de personne et aussi faire ce foutu défi que ce sacripant de rival m’avait lancé. Si je n’aurais pas été majeur ce jour là, mon père m’aurait tué si j’aurais fait ce donjon mortel. Très vite, je commençais à distancer mon père grâce à la foule attroupée devant les étalages, je voulais à tout prix le quitter pour pouvoir vivre de mes propres moyens. Arrivé à la sortie de la ville, un vieil ami de classe m’attendait, il me donna alors la sacoche que je lui avais donné la veille. Celui-ci me souhaita bonne chance et je partais dans la direction du soleil levant, c'est-à-dire la ville de New Stendel. La route était plus ou moins longue, il fallait environs une journée de marche entière pour arriver à la capitale.

 

Le chemin que j’avais emprunté était sinueux, sylvestre par endroits plutôt un parcours de santé qu’un chemin paisible comme il était marqué au début de sentier. Mon voyage fut sans trop d’aventures périlleuses excepté qu’un brigand avait essayé de m’attaquer en cours de route mais en vain. Rhaaa les forets de la Sylve sont certes jolis mais mal sécurisées. Vers deux heures de l’après midi, j’arrivais à l’entrée de la Baie Dryade, j’en ai alors profité pour manger un petit repas dans une taverne de banlieue plutôt que d’aller au centre où les prix sont à s’arracher la peau des fesses. J’ai aussi fait un peu de tourisme dans cette charmante baie plutôt bien entretenue, les gens avaient l’air de bien s’entendre entre eux, ce qui était rare pour l’une des plus populaires villes du Minefield. Après avoir visité l’endroit pendant une heure, je devais reprendre le chemin de la cité principale. A partir de maintenant, on ne marchait plus sur des sentiers sinueux, mais surtout sur des routes en macadam bien entretenu ; ce que l’on voyait rarement dans ma région. On sentait déjà que la modernité Stendelienne faisait son effet. La route faisait dix-neuf kilomètres entre la baie et la capitale et le panorama était l’un des plus beaux que j’avais vu. On passait à coté de l’arbre de l’Hypérion, sur la plage du lac d’émeraudes et plusieurs autres endroits magnifiques.

 

En fin de journée, j’étais arrivé à l’intersection de deux chemins : Celui de gauche allait vers la ville aérienne et l’autre allait vers la Pyramide. La pyramide ??? Serait-celle de Khérinops ? Je dois en avoir le cœur net. Mais hélas la pyramide était à une bonne dizaine de kilomètres, vu l’heure qu’il était et que j’étais fatigué de mon voyage, je décidai de passer la nuit dans une auberge du coin. J’y avais passé une bonne nuit, le service d’hostellerie était super, il n’y avait rien à reprocher.

 

Je pris ensuite, vers 10 heures, le chemin qui me mènerait à l’éventuelle pyramide. Le chemin était en grande partie un long tunnel tout droit, mal éclairé et assez vieux. A la fin de celui-ci, les premières choses que je vis furent des statues du petits sphinx et une ville en construction. Tout ce joli monde était dans u grand désert de sable, j’avais donc traversé une montagne pour rejoindre cet endroit. Au loin on voyait la pyramide, sans doute la pyramide que je recherche. Sans être indiscret, je rentre dans la cité en chantier, je questionne un ouvrier et je lui demande si la pyramide à l’horizon est bien celle de Khérinops. Celui-ci affirma ma question, je le remerciai puis je repris mon petit chemin sableux. Juste avant l’entrée de ce monument, haut de 150 mètres, plusieurs statues caricaturales représentaient les empereurs du Minefield, c'est-à-dire Neymir, Pyrix, Kepsyn, et dokMixer.

 

Oui ! J’étais arrivé devant cette foutue pyramide, je soufflais, j’étais heureux d’avoir terminé ce chemin. C’est alors que je vis mon rival arriver et il me dit que j’avais une journée de retard. Celui-ci me harcelai, me taquinait mais c’était plus des insultes qu’autre chose et puis après avoir eu ma dose de conneries venant de cet imbécile, je me décidai à rentrer dans la pyramide. La porte s’ouvrit suite à mon appui sur un bouton puis elle se referma brusquement. Je ne pouvais plus faire demi-tour à partir de maintenant. Un petit shop vendant des armes et des armures était juste avant l’entrée du donjon. Je n’avais hélas pas assez d’argent pour me payer ces armures de luxe, j’avais juste mon vieux chapeau et un vieux lasso trouvé en cours de chemin. Je passais alors cette petite escale puis j’arrivais devant cette porte. Un bouton lumineux s’est alors allumé avec marqué dessus : « Insert 10$ to make the Dungeon ». Cette phrase m’a rendu furieux et j’ai du y laisser mes derniers sous. Je savais que très peu de personnes avaient essayé cette épreuve et encore moins de personnes en sont sorties. J’avoue, sur le moment, j’avais le trac mais j’ai réussi à le surmonter, le stress peut être néfaste lors des aventures.

 

Je marchais alors tranquillement dans un couloir sombre, j’avais pour but une lueur au fond du chemin. Soudainement, des flèches commencèrent à être lancées venant de je ne sais où. Il y avait des pièges. Je pris alors mes jambes à mon cou, piquai un sprint et en quelques secondes j’atteignis la fin du tunnel. J’avis maintenant devant moi une première salle avec pour énigme : « Seul l’esprit fort trouvera le chemin de dieu ». Je me demandai ce que voulais dire cette maudite phrase. Je pris alors un petit chemin qui partait vers la gauche et juste après un virage sinueux, un grand ravin fut devant moi. J’avais eu peur sur le coup. Je voyais alors une petite sortie éclairée par une torche. Il n’y avait aucun pont. Je ne pourrais surement pas sortir vivant si j’essayerai de contourner le gouffre. On n’en voyait pas le font, le trou était noir, cela faisait vraiment flipper. Après plusieurs minutes à réfléchir, je pris alors la décision de me laisser tomber. Je fis alors cette action et … Ponk ! Ponk ? Que se passe-t-il ? J’étais sur une poutre en verre totalement transparente, on ne pouvait pas la voir du premier coup d’œil. J’étais alors joyeux, je traversai alors ce petit pont et je me dirigeai vers la sortie. Je vis alors un panneau avec marqué dessus : « Bravo, vous avez réussi la 1ère épreuve mais ne vous réjouissez pas, il en reste encore quatre ». Le mot quatre me fit peur sur le coup. Mais je ne décourageai pas si vite, je devais à tout prix réussir les épreuves.

 

Je courus alors en direction de la deuxième salle. Arrivé dans celle-ci, il y avait deux choses : un gouffre d’une dizaine de mètres de profondeur avec des pics, que c’est sympathique, et une deuxième plateforme à environs dix mètres de moi avec la sortie. Il n’y avait de nouveau aucun pont pour traverser le trou et il était impossible de le contourner. Je vis alors une épée à environs trois mètres de moi, plantée avec le manche vers le haut dans la roche. Peut-être si je l’abaissais, elle activerait un passage …Je pris mon courage à deux mains, pris de l’élan et je sautai dans le vide vers l’épée. Par chance je réussi à m’agripper dessus et je la fis abaisser. Ensuite, comme par magie, un chemin fut créé sous mes pieds. Je posai alors pied sur terre et en plus, j’avais réussi à dégainer l’épée de la roche. Classe, j’avais désormais une épée en diamant pur obtenue illégalement.

 

Après avoir obtenu cet objet, la suite de l’aventure avec la troisième salle. Cette fois ci, pleine de lave, sans énigme, j’étais largué comme une bombe. Qu’allais-je faire, il y avait deux colonnes d’eau : une juste à coté de moi et l’autre près de la sortie. Peut-être fallait-il passer dans la 1ère colonne pour ensuite nager dans l’eau en haut et ressortir près de la sortie. Non, je n’aurais jamais assez d’air. J’étais à vrai dire « paumé ». Et si je nageais dans la lave, la lave c’est bon pour la santé d’après certaines personnes, ça dégage les sinus quand on a le rhume. Revenons en à l’épreuve …Finalement, j’eus trouvé un bouton caché qui libéra l’eau de la première colonne. Par un phénomène étrange, inexpliqué et que je ne connaissais pas, la lave se transforma en une substance noire et dure au contact de l’eau. Sans me poser de questions, j’avançais sur la petite plate forme fraichement créée. Mais elle n’était pas assez longue pour atteindre l’autre bout. Ah mon avis, il devait y avoir un bouton caché dans l’autre colonne mais comment l’activer ? J’étais trop loin. Je pris alors un petit caillou non soudé au reste de la masse sombre. J’espérais toucher le bouton en lançant le petit caillou dessus. Il y avait peu de chance que cela réussisse. Par chance absolument miraculeuse (nan c’est vrai ? Faut dire que c’est Indiana Bones aussi), le caillou parvint à activer le bouton puis l’eau s’écoula alors sur la lave et refit la même substance solide noire au contact entre les deux éléments. Je me précipitai alors vers la salle suivante, l’avant dernière salle. J’étais presque arrivé à mon but mais il restait toujours deux épreuves à accomplir. J’avais fait plus de la moitié.

 

La quatrième salle fut alors la plus périlleuse de cette maudite pyramide : Une sorte de deathrun auto, si on foire, on tombe dans la lave. Sympa ; bien recherché mais très sympathique. Il fallait un timing parfait pour le réussir. Un système de pistonnage faisait apparaître/disparaître des plates formes à des intervalles quasi identiques. Les plates formes de pierre présentaient un risque de mort atroce et celle en pierre des sables annonçait plutôt du calme. Pendant que je parle, j’étais déjà arrivé à la première des 4 plates formes en pierre des sables. C’était vachement dur et jamais je n’aurais pensé à ça. On cause encore, rhalala, je suis déjà à la 2ème plateforme. Bon cette fois ci c’était des trappes qui s’activaient toutes les secondes et si on était nul, vous devinerez surement la suite…Pour la suite, ce fut un peu plus simple mais toujours dangereux, il fallait passer sur des blocs qui bougeaient vite, très vite, il fallait se frayer un chemin pour accéder au 3ème point de passage. Je réussis ce passage sans peine et il ne restait plus qu’un seul passage avant la sortie. Le stress me revenait à nouveau, j’avais peur de réussir. Cela fut difficile à surmonter dans un tel moment, et je fonçai sur le dernier passage comme un gros bourrin. Il s’agissait d’un jumpcraft combiné au deathrun, quelle charmante idée, décidément, les inventeurs ne savent plus quoi créer. Et vu qu’on causait de nouveau, j’ai eu le temps de parvenir à la sortie. C’est con vous avez raté le suspense, ça m’apprendra à être bavard.

 

Allez plus qu’une salle, je suis bientôt à la fin. La joie surmonta alors mon stress. Je franchis une porte et par erreur, mais je pense que c’étais voulu, je marchais sur une dalle de pression. Le chemin par ou je suis venu se vit rebouché et je vis un panneau : « Cours vers le bas tant que tu peu ». J’avoue que la je m’étais posé des questions mais quand j’ai vu qu’il y avait une énorme boule de pierre qui fonçait vers moi, là je ne me suis plus rien posé et je courus comme un gros malade, pour échapper à la mort. Le chemin était long, plutôt long, je ne savais pas si j’avais parcourus un kilomètre ou bien dix kilomètres.

Je vis alors une lueur, était-ce la fin de cette course folle ? Après que j’eus passé un seuil, le chemin derrière moi se vit rebouché. Ouf, je n’étais plus poursuivi par une pierre folle… Je continuais alors le chemin qui devenait de plus en plus étroit à chaque pas. Et je croyais que j’avais terminé … eh ben non, il y avait encore un ******* de labyrinthe, sombre, dangereux et pas prévu.

 

(Pour passer ce moment de lassitude, mettez une musique qui fait penser à l’accélération, les évènements du …)

 

Oh shit, un zombie *sort son épée en diams et tue le zombie*

 

(Enfin on va dire que c’est le seul évènement)

 

Arf enfin terminé ce fichu labyrinthe. Il y avait après cette salle une autre salle avec un coffre où l’on pouvait se servir. J’ouvris le coffre je pris tout son contenu par avarice. Il y avait 3 diamants un full stuff Tools en diamants et des tas de bonnes choses sans importance et pouvant être vendu pour un petit paquet de pognon. Je sortis alors par un toboggan infernal qui me mena jusqu’à la sortie de la pyramide. AHHH enfin sorti de cet endroit, j’étais bien content et heureux à ce moment là. Mon rival m’avait vu sortir, il vint vers moi et il me félicita pour le courage que j’ai eu lors du donjon. En réalité, il avait suivi mon parcours via des caméras de vidéo surveillance. A ce moment, j’étais en rage. En fin de compte, il m’invita dans la taverne du village de la pyramide afin de diner sur un fond de couché de soleil (non je ne suis pas gay). Il me quitta pour partir en quête de nouvelles aventures. Avant que je ne parte, je demandais au tavernier

 

-Hey comment s’appelle la substance noire et dure qui se forme lorsque de l’eau prend contact avec de la lave

-Bordel, t’es un vrai boulet toi, ça s’appelle de l’obsidienne

 

Sur cette phrase, la première aventure du téméraire Indiana Bones est désormais terminée. Suite au prochain chapitre …

 

 

 

 

 

 

 

 

Indiana Bones va à New Stendel !!!

 

Sur le coup je me suis fait prendre pour un con, les gens commençaient alors à se moquer de moi. Il est difficile de venir en ville après avoir vécu 18 années dans un bled paumé sans jamais aller à l'école.

 

Un peu honteux d'avoir posé cette question, je quittai alors cette taverne pour aller louer une chambre à l'auberge indiquée à quelques lieues d'ici selon un panneau.

 

Après avoir parcouru 1-2-3-4-.... cinq kilomètres dans la nuit sombre et froide, j'arrivais à la porte d'un refuge montagnard. A quelques lieues, mon c** oui. Je venais de me la geler sur des kilomètres dans les hauteurs du Minefield sud. Bref j'y entrais, il n'y avait que peu d'ambiance, quelques explorateurs étaient assis au coin du feu ... en train de boire une bonne choppe. Je n'avais plus assez de force et j'étais tellement repu et essoufflé que je ne pus boire une bière supplémentaire. Je demandai alors à l'aubergiste l'autorisation de prendre une chambre pour la nuit. Celui-ci me donna une chambre à l'étage supérieur puis je m'endormis dans le lit de la pièce.

 

... Non ... ce n'est pas possible ... Comment est-ce ... possible. COCORICO. AHHHHHHH !!! Il se passe quoi ? Ah zut j'ai du faire un cauchemar. Bong ... Bong ... Bong ... Argh ! Il est déjà dix heures ?! J'ai beaucoup dormi. Sans plus attendre, je me précipitai vers la sortie de l'auberge et je rendais les clefs de ma chambre au concierge. Il me dit au revoir, moi de même puis je repris ma route vers le sommet de la petite chaine de montagne dans laquelle j'étais.

 

Il faisait de plus en plus chaud, j'avais soif et comme un boulet, j'avais oublié de remettre de l'eau dans ma gourde. Ca faisait déjà plus de deux heures que je marchais, la sueur au front, la bouche ouverte, en train de saliver et je n'avais toujours pas atteint le sommet. Néanmoins, je le voyais.

 

OUF ! Enfin ce fichu sommet ! Il devait être deux heures de l’après midi, la chaleur était imposante. En tout cas, cela valait le coup que je monte jusqu'ici, la vue était magnifique. Sur la face nord, on voyait au loin les terres aériennes de la fabuleuse capitale et sur le versant sud, on pouvait voir tout le désert et la pyramide à l'horizon où j'y morflais il y a encore vingt-quatre heures. Et puis voilà que la faim fit faire causer mon estomac. Heureusement pour moi, il y avait plusieurs bêtes sauvages, qui paitraient dans le contrebas du versant nord, à environs cinq cents mètres. Je courus alors vers ce petit troupeau de cochons sauvages, je dégainai mon épée puis je sautai sur le premier cochon et d’un coup d’épée je le tuai. Le sang giclait …

 

*DEVANT LA VIOLENCE DE CETTE SCENE, NOUS PREFERONS VOUS PASSER UN DOCUMENTAIRE SUR LES EPONGES.*

 

L’éponge est un objet rare d’une grande valeur sur le Minefield, il est utilisé à titre décoratif et est la mascotte d’un culte Minefieldien.

 

Voilà, tous les cochons étaient désormais morts, leurs corps gisaient sur le sol exsangue. J’essayais au maximum d’en tirer les meilleurs morceaux mais je n’étais pas boucher. Finalement, je réussis à reprendre dix-sept livres de bonne chair bien fraiche. Je continuai alors ma descente vers le petit hameau côtier.

 

Après avoir marché 1-2-3-4-5-… 4 heures !!!

 

J’étais arrivé dans le petit village, la viande que je trimbalais commençait à empester, je ne savais pas quoi en faire, je devais la vendre au tavernier du trou. J’entrais dans la taverne, en face du casino du territoire. Elle était tenue par un gouverneur des terres (Manamaxxx). Je lui demandai alors s’il pouvait bien reprendre mes vivres plus ou moins frais. Il accepta mais comme je ne souhaitais pas d’argent, nous avions alors troqué des ressources. Au final, il reprit ma nourriture contre un repas dans sa taverne ainsi que plusieurs livres de saucisson et de jambon, d’une valeur assez équitable. Le repas fut absolument délicieux, le service était impeccable, l’une des meilleures tavernes que j’ai visité. Il me demanda, à la fin de mon repas :

 

-Tu viens d’où ? T’es une tête inconnue dans le coin.

-Oh j’m’en doute. Je viens d’un endroit près de Valmont et la je reviens de la Pyramide de Khérinops.

-Ah tu as fait ce sacré défi, bravo à toi. Mais je pense que tu devrais visiter la capitale, cela pourrait sérieusement t’intéresser si tu ne l’as pas encore fait.

-Oui je sais, je voulais y aller mais je devais faire la pyramide, c’était un défi lancé par un rival. Sinon merci bien du repas, maintenant je dois m’en aller.

 

Je repris alors ma route, la pense bien remplie, vers les hauteurs de la cité. Il y avait un pont d’une centaine de mètres à traverser et juste après, il y avait l’unique passage pour accéder à la ville : … un escalier géant avec des centaines de marches. Cela me faisait vraiment penser à l’entrée de Valmont, le marché mensuel et des d’autres choses venant de cet endroit.

 

Après de longues minutes de marche dans ce fichu escalier, j’étais arrivé sur la place principale. Et quel spectacle s’offrait devant moi ! Des gens partout, de races et de nationalités différentes, qui discutaient, buvaient des bières à la taverne, faisaient des échanges commerciaux ainsi que d’autres choses. Puis je fus interpellé par deux personnes. L’un d’entre eux me dit

 

-T’es un peu con je trouve, tu t’es tapé un escalier de 800 marches alors qu’il y avait un élévateur juste à côté.

 

Un élévateur ??? Une fois de plus, je me suis fait prendre pour un imbécile. Il fallait dire aussi qu’il avait été mis en service trois jours avant et de toute façon, la modernité et moi, ce n’est pas complémentaire. J’étais aussi très fatigué de cette montée et je décidais donc d’aller dans la taverne auberge de la place. Après avoir bu une bière pas bon marché avec d’autres personnes, je demandai à l’aubergiste une clef de chambre. Je vis aussi les prix qui n’étaient pas très rassurants. Il me demanda alors mon nom. Je lui répondis alors que j’étais Indiana Bones. Il me souhaita ensuite la bienvenue et que la première nuit était offerte par la maison. Cool, une nuit gratuite et sans payer, ça c’est du service. Il me donna alors la clé de la cambre n°6 puis il m’y emmena. La chambre que j’avais était spacieuse, il y avait deux coffres, un four et une table de travail ainsi qu’un lit. Epuisé des évènements de la journée, je sautai alors sur le lit puis je m’endormis.

 

Blablablablabla … Rhalala, j’avais envie de crier fermez vos gu****s, tellement il y avait de bruit. Je sortis brusquement du lit, en colère, j’ouvris la fenêtre et je vis alors des centaines de personnes attroupées devant des étalages sur la place. C’était surement le marché hebdomadaire de la capitale. Que de gens il y avait, je m’habillais vite, puis je sortis du bâtiment. J’allais donc visiter le marché. Que sais-je ? Il y a peut-être de bonnes occasions à faire. Etalages après étalages, je regardais ce qu’exposaient les différents commerçants venus vendre leurs services sur la place. Il y avait des tisserands, des armuriers, des forgerons, des fermiers et plein d’autres gens de différentes professions.

Soudainement, j’entendis des cris « Au voleur ! On a volé mes tissus ». Je me retournai alors et un homme masque me poussa sur son passage, c’était surement le voleur. Je décidai alors de le pourchasser pour ce qu’il avait commis. S’engage ensuite une course folle entre moi et le brigand, je me rapprochais à chaque fois de plus en plus puis finalement, j’étais assez proche de lui pour l’attraper. Je pris alors la décision de le faire bousculer dans l’eau. Cette manœuvre fut une réussite et le malfrat fut à l’eau. Je lui sautai dessus et d’un coup d’épée, je l’assommais. Après quelques instants difficiles pour le faire sortir de l’eau, la garde vint vers moi et me dit si j’avais vu le voleur. Je leur présentai alors l’homme que j’avais assommé. Ils me remercièrent grandement puis les soldats repartirent comme ils étaient venus. Je revins alors vers la place, je rencontrai alors la victime du vol et je lui rendis ses tissus, un peu mouillés. La marchande me récompensa pour mon acte en m’offrant 20 pièces d’or puis je fus félicité par les quelques personnes qui étaient autour de la conversation. Je la remerciai aussi de sa générosité puis je repartis vers les coins plus calmes de la ville. Je trouvais alors une petite taverne sur le Vol’ Bourg où je pris un repas pour 3 pièces d’or. Un mystérieux homme, peu discret me demanda d’où je tenais cette épée. Je la sortis de son fourreau et je la lui présentai. Il fut alors énormément surpris :

 

-Oh mon dieu ! Je vous rachète cette épée pour 15 pièces d’or.

 

Je refusai son offre

 

-J’ai trouvé cette épée dans un donjon et je ne l’échangerai contre rien.

 

L’homme repartit en se rongeant les ongles. Je demandais alors au tavernier ce qu’il me voulait. Il me demanda, suite à cette question, de lui montrer mon épée et il s’exclama :

 

-Oh je comprends, c’est une épée Durandil !

-Durandil ? Mais c’est quoi ?

 

 

(la suite après, sera éditée)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime beaucoup, cependant, le soulignage est de trop, ça rend la lecture difficile, alors que j'ai bien lire...

 

Bonne chance!

 

Yugaye

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu est malade. Faire autant de RP pourrait être fatal ! Sinon très bon texte, mais le soulignage rend effectivement la lecture difficile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère faire un maximum, même si ça doit me prendre une année entière. Je propose cela quand je suis chez mon père vu que le PC est pas assez puissant pour avoir MC en 1.8 alors je m'occupe en écrivant ce RP.

 

Sinon pour le secret du chiffre 42, je pense que ce sera plus du troll que d'autre chose ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...