Jump to content

[Accepté]à la taverne ivre rocher


Recommended Posts

Spécialisation : Tavernier

Nom de l’échoppe : ivre rocher

Localisation : Héliopolis

 

Ma Candidature Commerçant :

scaled.php?server=23&filename=975410lyoriu.gif&res=medium

1/Introductions

 

Bonjour ! C'est encore moi , Lyoriu pour une nouvelle candidature .

Je vais vous rappeler mon nom et mon age , au cas où vous m'auriez déjà

oublié .Je me nomme Raphaël et j'ai 12 ans . Je vous écris cette fois si , dans le but de

devenir commerçant . Je vais vous redonner mes candidatures Paysans et Voyageur .

 

Rp Voyageur :

RP Voyageur :

 

Depuis déjà quelque temps, ma vie était devenue monotone. Je passais mes journées à Windalis, ne faisant rien. Je regardais simplement le temps passer.

Un jour, j’eus envie de changer mon train-train quotidien. Laissez-moi vous expliquer tout cela.

 

En me réveillant d'une nuit adorable j’eus l’idée de me marier et d’avoir un meilleur grade ainsi qu’une meilleure réputation sur le territoire de New Stendel. Certes, j’avais de l’argent. Mais je manquais de compagnie. J’avais besoin d’une dulcinée, d’une conquête… Puis peut être d’un travail aussi…

 

Le soir du réveillon de Noël, je décidai donc de me joindre à mes amis. En mangeant mes amis discutèrent uniquement de leur revenu et de leur vie sociale. Ils se concurrençaient, énonçant leurs victoires héroïques, parlant toujours plus et haussant leur voix pour se faire entendre.

Je fus gêné lorsque l’un d’eux s’adressa à moi.

- « Et toi, Lyoriu ? Tu es toujours tout seul n’est-ce pas ? »

- « Tu n’as qu’à m’en trouver une, puisque tu es si malin… »

Ils se gaussèrent.

- « Aucune femme ne voudrait de toi, tu es petit, susceptible et flemmard… Mais enfin, si tu t’es décidé à chercher, on pourrait peut-être t’y aider ! Ne bouge pas, on revient… »

 

Quelques secondes plus tard, ils me ramenèrent une ravissante femme aux formes généreuses. Il s’agissait là d’une veuve. J’appris à la connaître. Elle semblait simple d’esprit et d’avantage intéressée par mon argent que par moi. Malgré tout, elle n’en restait pas moins douce et admirablement belle.

Finalement, nous décidâmes de repartir ensemble. Je repartis vers ma maison, remerciant mes amis et tenant la main de ma compagne.

En moins de quelques jours, nous avions déjà entendu une date pour le mariage.

Une semaine avant notre union, je finis par me rendre compte que ma femme passait plus de temps à l’église qu’avec moi. Je m’étais bien douté que quelque chose ne tournait pas rond depuis qu’elle avait rencontré le curé… Ca y est, j’étais déjà victime de la jalousie.

 

Le lendemain matin je me réveillai et j’aperçus que ma femme n’était pas dans le lit. Inquiet, je descendis les escaliers et je vis alors le curé s’en allant, laissant ma femme seule, presque nue, les cheveux en bataille. Pris d’une violente jalousie, je l’attrapai et la frappa. Après quoi, elle se blottit dans un coin en pleurant, et je partis sans même m’y intéresser, rouge de colère.

Lorsque je rentrai le soir même, culpabilisant, regrettant, je constatai qu’elle n’était pas à la maison. Elle rentra peu de temps après moi, encore en pire état que le matin, ses chaussures à la main.

- « Oh… Me dit-elle. Je … Je ne m’attendais pas à ce que tu rentres si tôt. »

Les jours s’en suivirent où je la frappais, encore et encore, chaque matin avant d’aller travailler. Après la jalousie, je devenais machiste...

En traçant mon chemin, je vis deux messagers du gouverneur montés sur des chevaux blancs. Ma femme était à proximité. Elle les suppliait de les emmener loin de moi. Fatiguée de mes injures et des coups que je lui portais.

 

Elle me regarda puis annonça :

- «J’ai ouï dire que la fille d’un gouverneur avait un morceau de bois coincé dans le gosier ? »

- «C’est exact mademoiselle. Nous sommes d’ailleurs à la recherche d’un médecin. »

- «Haha ! Ca tombe bien ! Mon mari est un très bon médecin, il a des compétences inimaginables ! Mais il est très modeste… Ne l’écoutez pas si il vous raconte qu’il n’a aucune compétence… »

Je me fis emmener dans un gigantesque bâtiment. On me fit rentrer dans une salle où seul un lit se trouvait au milieu. Ma femme me regardait d’un sourire moqueur, s’attendant à me voir me faire battre à mon tour. Affolé, j’annonçai au gouverneur :

- « Laissez-moi seul je vous prie. »

Le gouverneur donna l’ordre à toutes les personnes présentes de sortir de la salle, me laissant seul avec sa fille.

J’avais déjà entendu une histoire comme celle-là. Dans le conte, l’homme avait fait rire l’enfant pour faire sortir l’objet de son ventre, alors je me mis à sauter de partout dans la salle pour qu’elle rigole. Mais elle me regarda, exténuée. Je tentais alors de la chatouiller pour qu’elle s’esclaffe, mais cela n’avait pas l’air de fonctionner.

 

Pris de panique, j’ouvris la fenêtre pour m’échapper. L’enfant cria pour annoncer ma fuite. Elle cria tellement fort qu’elle déglutit le bois. Lorsque le gouverneur rentra, il remarqua la fenêtre ouverte, et le bout de bois gisant sur le lit, à côté de sa fille. Il n’envoya pas de gardes à ma poursuite. Il était bien trop occupé à dorloter sa fille pendant que ma femme grognait de rage.

Je m’enfuis à travers la forêt et je repris ma petite vie monotone, jurant de ne plus jamais m’intéresser à l’amour, préférant à jamais la solitude et la confiance en une seule personne : SOI.

 

 

Rp Paysans:

Me voici comme à mon habitude dans ma case où je vivais depuis déjà assez longtemps. Mais laissez-moi vous raconter ceci.

 

Moi Lyoriu anciennement le jardinier du comte de Jean Paul. Je fus renvoyé puis exproprié de mon habitat de fonction à la mort de mon maître. Son successeur me dota quand même d'une somme assez importante me permettant de me loger ailleurs.

C'est ainsi que je me retrouve ici dans ma maison à faire ce que je sais faire le mieux : jardiner.

Je me rendis compte il y a de cela quelques jours qu'il y avait de l'activité non loin de ma propriété et que le sol tremblait fréquemment depuis l'apparition de ces gens. Ma vie trop monotone me fit m'intéresser de près à cette populasse qui batifolait aux alentours.

J'entendis plusieurs mots qui ne m'étaient pas familiers : "redstone, windalis…".

Je ne me sentais pas concerné par ce genre de discutions. Je préférais continuer d'entretenir mes terres plutôt que de me vouer à du voyeurisme constant.

Les nuits et les jours passèrent et toujours ce faible tremblement qui troublait légèrement mon sommeil.

Je décidai d'aller à la grand'ville pour savoir ce qu'il se passait ici. Une petite tracte mentionnait le nom de windalis. Elle disait qu'un regroupement de personnes avaient fondé une ville non loin de chez moi. Déjà plus renseigné sur ce que ces gens venaient faire là je me tâtais sur le fait d'aller leurs parler ou non. Une fois rentré je décidai finalement que non, je n'irai pas leur parler. Leurs affaires ne sont pas les miennes et je ne me sens pas l'envi de m'interposer dans leurs affaires.

 

De jours en jours je continuai mon petit train train habituel et eux le leurs, mais l'envi trop tentante de voir ce qu'il se passait me fit aller épier leurs activités. Je vi trois hommes et une grosse machine. Ils creusaient un trou assez vaste, pour enterrer la machine sans doute. Et puis un bruit sourd a retenti derrière moi. Tous orientèrent leurs regards dans ma direction. Je pris la fuite plus vite que le vent soufflant des les arbres. Ne savant pas quoi penser je rentrai chez moi et parti me coucher car la nuit tombait et dix milles questions tournaient dans ma tête, et la nuit porte conseil.

 

Soudain le sol tremblait d'une force incroyable, je me levai de mon lit puis tomba sur le sol. Pris de peur je ne bougeai plus. Sans m'en rendre compte, je m'endormi puis me réveilla qu'au matin.

En ouvrant ma porte avec prudence. Le ciel paraissait plus bas que d'habitude mais je m'avançai me frottant les yeux puis la chance me sourit d'une curieuse façon. J'évitai de tomber dans le vide car ma maison flottait dans le vide. Je me giflai pour me réveiller mais rien à y faire je ne dormais pas.

 

Je vis d'autres ilots flottants semblables eux miens à proximité. Les windalois occupaient ces ilots.

Lorsqu'ils me virent, ils veinèrent se présenter à moi. Le maire se dénommait Khamelot, accompagné de ses deux conseillés : Deslago et Yernono il m'expliqua qu'ils avaient réalisé une machine de redstone qui permettait de faire flotter les terrains aux alentours. La portée de cette prouesse était très mal calculée et ma maison ne mit également à voler.

 

En vue des circonstances, Khamelot me proposa de devenir avec ses conseillers un membre de windalis. Je devais régulariser ma situation et devenir paysan minefieldien pour pouvoir faire partie de la communauté.

 

Me voilà maintenant ici sur ma maison flottante avec une importante lettre sur laquelle est écrit ma postulation au grade de paysan.

 

 

2/ Mes Motivations et mes constructions en tant que voyageur

 

Pourquoi commerçant ? car ... je veux [barrer]du fric mouah ah ah ah ![/barrer] récolter des

pa pour participer à deux villes Glow's Town et Chnafon . En parlant de cela je vais vous montrer des bâtiments de chnafon que j'ai construis :

 

Le port de Chnafon :

 

 

20120326172730.png&action=rotate

 

 

L'ile du blé Soleil :

 

 

scaled.php?server=12&filename=20120326172704.png&res=medium

 

2/Mon Rp Commerçant

 

 

 

C'est un jour que moi, Lyoriu, alors que j'avais déjà vécu suffisamment d'aventures, je décidais d'en vivre une autre. Je sais, j'aime me faire du mal.

Mais il me manquait de l'argent... Car j'avais tout perdu pour soigner énormément de malades à cause de ma mésaventure dans le château alors que je n'en étais pas le médecin... Comment en avoir ?

 

Une voix douce répondit à ma question.

"Il faut être commerçant, jeune homme."

 

Mais d'où pouvait provenir cette voix ? Elle venait de l'entrepôt qui se trouvait en face de moi. Je ne savais pas la bonne appellation pour la définir. Alors j'ai décidé de l'appeler "L'entrepôt".

 

Curieux, je partis en direction de celui-ci :

- Qui es-tu ? Que veux tu dire ?

- Si tu veux de l'argent, me répondit la voix. Il te faudra le droit de vendre, mais... Il s'avère que tu n'as même pas l'air de savoir ce qu'est un commerçant...

 

- Commerçant ? Répétais-je. Que veut dire ce mot ?

 

Elle se gloussa avant de me répondre.

 

- Je m'en doutais ! D'où viens-tu ? Tu as vécu dans une caverne depuis tout ce temps ?

 

- Tu sais, moi, je ne vis pas dans une capitale extraordinaire ! Lui dis-je, offusqué par sa remarque. Je vis reculé aux frontières de NewStendel ! Je suis un villageois de Chnafon.

 

-Ah... Je commence à comprendre... Et bien le grade commerçant te servira a vendre des objets de bonne qualité et à un prix plus raisonnable qu'illégalement...

 

La seule pensée qui me vint en tête m'effraya aussitôt. Cela voulait dire que j'allais devoir aider le gouverneur une seconde fois ?! Je n'irais pas retourner soigner sa fille, ah ça non ! Hors de question !

Mais alors comment je pourrais y parvenir ? Je me suis posé toutes ces questions pendant que je marchais pour retourner chez moi.

 

Je marchais et je marchais des kilocubes jusqu'au moment où mon regard se posa sur une affiche.

 

Avis de recherche :

 

Retrouver le malveillant Slopos, frère du dénommé Globos.

Nos informateurs nous ont annoncé qu'il se terrait dans le donjon nommé :le donjon de l'incarné

Attention ! Il est armé et ceux qui sont déjà partis à sa recherche n'en

sont pas encore revenus !

Si malgré tout vous persistez, sachez que rapporter ce criminel vous permettra de toucher une récompense.

Si il se défend, vous pouvez le tuer. Ramenez sa tête en guise

de preuve.

 

Récompense de sa capture ou de sa mort : 500 Pièces d'argent.

 

 

 

 

500 Pa ?! C'était une quantité éblouissante ! Voilà de quoi arrondir grassement les fins de mois !

Je repartis vers la capitale pour acheter une armure et une épée avec les 40 pièces qu'il me restait.

Mais au dernier moment, une pensée me vint. Et si j'y restais ?

Malgré tout, je partis vite en direction du donjon .

Je la vis de loin est j'arrivai devant l'entrée gigantesque du temple. J'entrai à l'intérieur. De nombreux panneaux me disaient que Slopos était le meilleur de tous, mais je me moquais de ces rumeurs et continuai d'avancer.

J'arrivai dans un labyrinthe sombre. J'y rentrai et je partis à droite, puis à gauche, puis tout droit... J'étais perdu... Finalement, j'entrai dans une salle immense, comportant une épreuve.

Une épreuve d'agilité, où il fallait éviter de nombreus trou rempli de lave. Non sans mal, j'arrivais à la fin de cette épreuve, et j'aperçus un nombre : 20. Il n'y avait aucune issue. Je dus donc faire demi-tour et cette fois, je m'approchais d'une échelle. J'ai alors découvert une autre épreuve : La salle de l'ombre. Cette épreuve m'offrit le nombre 50.

20 et 50... Cela faisait 70... Ou 80... Ou peut être 85... Je n'ai jamais été très bon en calcul... Tout en y réfléchissant, je suis retourné au point de départ sans le vouloir. Cherchant une autre issue, j'arrivais à une échelle qui montait vers le haut de la pyramide. Une fois en haut, je constatais qu'il y avait de nombreuses portes. Cherchant une issue, j'entrais dans une porte au hasard. Il s'agissait de la bonne. Une chance ! Dommage, je n'avais pas pensé à regarder le numéro... J'aurais eu la réponse à mon calcul... Hé... C'était peut être la porte 70 ! Mais oui ! Ahhh ! C'était une énigme...

Je me sentais assez idiot. Mais par chance, une voix interrompit mes sottes pensées.

 

- AH ! Lyoriu ! Je t'attendais !

 

- Comment ça, tu m'attendais ?! Lui répondis-je.

 

- Regarde ton avis de recherche... Il s'avère que c'est MOI qui l'ai posé.

 

- Et mon nom ?! Comment le connaissez-vous ?!

 

- ... Et bien c'est marqué en haut de ta tête.

 

- Vous... Vous m'avez piégé ?!

 

- Comme tous les autres... Vous êtes si naïfs, les aventuriers !

 

Derrière lui, des tonnes d'aventuriers rusés étaient tous enfermés. J'aperçus même un des gouverneur

, tâché de sang.

Il me fallait une ruse pour vaincre ce malveillant . Puisque je n'en avais pas, j'allais improviser.

J'attrapais mon papier et le lui jetais en pleine figure ! Il voulut se protéger et recula contre la grille. Un aventurier astucieux en profita pour lui dérober sa clé et frappa ce monstre d'un coup sec avec une torche, le laissant s'affaler sur le sol.

Je fis sortir l'empereur et lui prodigua quelques soins à l'aide de mes potions. Au bout de quelques minutes, il fut de nouveau sur pieds.

Il me remercia et m'offrit les 500 Pa, me disant que je les avais largement méritées.

Il me donna aussi un morceau de papier pour prendre le "C.R.A.S.H."... Je me rendis au chateau mais pour moi le mot C.R.A.S.H ne me disait toujours rien.

 

La douce voix qui venait autrefois de l'entrepôt me parla.

Elle m'expliqua alors la définition du C.R.A.S.H. ... Je commençais à me demander si je n'étais pas en train de devenir schizophrène...

Elle m'informa de la direction à prendre pour retourner a Chnafon et j'arrivais dans ma chère petite ville chaleureuse... Home sweet home...

La ville avança à merveille pendant plusieurs mois, où je n'eus plus aucune nouvelle de ma dernière aventure.

Les jours passèrent et passèrent jusqu'au jour où un messager m'apporta une lettre du gouverneur que j'avais sauvé.

 

Cher Lyoriu, jeune voyageur de notre contrée,

 

Pour ton courage et ta vaillance, je souhaite t'accorder un grade supplémentaire, qui te sera extrêmement utile pour tes futures aventures. Il s'agit de celui de commerçant. J'ai cru entendre que tu souhaitais devenir tavernier, histoire de conter tes aventures à ceux qui le veulent. Dans ce cas, moi, gouverneur, te proclame désormais Commerçant Tavernier !

 

Sincères salutations,

 

Ton Grand Maitre .

 

 

Tout heureux j'allais dans plusieurs recoins de NewStendel pour y installer mes tavernes. Je vais d'ailleurs vous montrer mes plans... Regardez donc...

 

3/Mes prix et mes magasins

 

Ma taverne à Chnafon :

 

scaled.php?server=850&filename=20120326170342.png&res=mediumscaled.php?server=801&filename=20120326170335.png&res=medium

 

 

Ma taverne à Héliopolis :

 

 

scaled.php?server=513&filename=20120326171326.png&res=medium

 

 

Mes prix

 

pain:1pa les 6

Poulet grillé :1pa l'unité

porc grillé :2pa l'unité

Bière:2pa l'unité

Tranche de melon:2pa les 10

Soupe de poisson:3pa les 2

Gâteaux:2pa l'unité

Soupe de champignons : 3pa les 3

 

Voilà merci d'avoir lu mon Rp et a bientôt.

Puis je remercie Khamelot .

Link to post
Share on other sites

Je plussois le sympathique lyoriu qui m'a aidé pour de nombreux projets.

 

Et en plus c'est un amoureux magique qui brille de khamelot et comme on dit: " les amoureux magiques qui brillent de mes amoureux magiques qui brillent sont mes amoureux magiques qui brillent ..." :diamond::diamond::diamond:

Link to post
Share on other sites

Par pur esprit de contradiction, j'ai envie de te moinssoyer. Mais le grand mec armé que tu m'a envoyé me convainc du contraire.

 

Je te donne donc ton +1 (mais tu me file de la bière gratos !) et te donne ma benediction pour ta taverne.

Link to post
Share on other sites

Un nouveau tavernier prêt a nous vendre tous ce qui est consommable (ou non) sur le commerce ? Je dit oui ! De plus je n'en connais pas personnellement et ce joueur étant sympathique et prêt a aider je lui accorde mon plussoyeme.

 

+1 pour Lyoriu commerçant tavernier.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...