Jump to content

Candidature bibiXD


bibiXD
 Share

Recommended Posts

RP de bibiXD:

A la demande de certains joueurs, je vais vous conter aujourd'hui mon histoire, l'histoire d'un nain … différent.

 

Je m'appelle bibiXD et je viens de la montagne Guïli'manjäro, une immense battisse au sud-est des terres de Galianör la grande citée naine. Ma famille était dans le minage depuis des centenaires, mais mon père a l'âme vagabonde et aventurière avait conclu que les mines, la roche et les « cailloux » n'était pas fait pour lui, sans compter sa peur bleu des coups de grisous, dont l'un de avait terrassait tonton Jacob quelques années auparavant. Mon père avait donc quitté la mine et pris ma mère à ses cotés pour allé s'installer au pied de la montagne, dans le village des barbepoils, pour s'engager en tant que protecteur du village et chasseur de creepers.

 

Mais ceci n'est pas mon histoire, mais attendais j'y viens.

 

Le jours de mes 17ans, alors que le creeper ce fessait rare depuis quelque temps, je vis le nain-posteur courir à bout d'haleine et entrer dans ma chaumière ou mère y préparer le dîner. Quand j’entrai dans la maison, le facteur parti aussi vite qu'à son arrivé et mère assise prêt du feu avec des larmes ruisselants le long de ses joues. J'appris alors avec stupéfaction que mon père venais d'être assassiné alors qu'il était simplement parti chasser. Plus rien de coïncidait dans ma tête, c'était le même effet que lorsque l'on mélange de la bière naines à certains breuvages elfiques à base de plantes. J’étais perdu, et des milliers de questions venaient torturer mon esprit, pourquoi tuer mon père ? Qui l'a tué ? Qu'avait il fait ? J'ai donc interrogeais ma mère pour avoir des réponses et là, ses paroles resterons à jamais gravé en moi. « Ton père n'a jamais tué de creeper n'y d'autres bêtes pour son plaisir, il fessait parti d'un ordre secret de new-stendel, il était le meilleur manieur de hache du royaume et il était également la main du roi. Mon fils tu es le descendant d'une ligné de guerrier, et une guerre ce prépare entre des forces obscures au delà de nos royaumes et nous. »

Je m'assis sur un fauteuil de cuir prêt de celui de mère, je mis mes mains sur mon visage en espérant que ce ne soit qu'un mauvais rêve, mais en vain. Ma mère ce leva donc du haut de ses 1m05 et posa ses mains sur mes épaules et dit : «  Si nous ne t'avons rien dit c'était pour te protéger, les autres enfants de notre races t'aurais repoussés de jalousie car tu le sais, les nains naissent et meurent dans les mines. Ton destin et celui de ton père ne suivait pas ce chemin là, tu vas être poussé à faire de grandes choses, et je sais que tu y arriveras. ». Elle devait avoir raison, je ne suis peut être pas comme les autres, mais ceci ne ramènera pas mon père. Avant de se hâter, ma mère me souffla à l'oreille une murmure qui éveilla en moi un sens qui m'était alors inconnu, elle me dit « accompli ce que ton père à commencé » et c'est alors que mon âme guerrière venais de faire surface et je savait maintenant ce que je devais faire, venger mon père et en apprendre d’avantage sur son rôle ainsi que sur sa mission. Ma mère souleva le tapis de la table basse et y laissa apparaître un coffre dissimulé dans le sol. J'ignorais sa présence ainsi que sa contenance, mais j'allais bientôt être fixé. Avec une clef pendu à son coup, ma mère ouvris le coffre. Je vis alors un immense hache ornée d'émeraude et de rubis rappelant les minerais que l'on trouvent à Guïli'manjäro, cette hache en acier trempé paraissait très lourde et elle devais l'être, mais je me surpris à la soulever d'un seul bras sans faire d'effort insurmontable. Dans le reste du coffre ce trouver un armure, mais elle n'était pas à la taille de mon père, du moins elle ne l'était plus ma mère m'expliqua, en effet mon père aurait préféré les choppes de bières et la bedaine à son corps vif et son service de protecteur de la couronne depuis ces quelques dernières années. L'armure m’alla à merveille, le plastron porté les couleurs de galinör, avec une tête de dragon ornée d'emeraude, les cuissardes étaient assorties et le nains que je fût autrefois avait disparut au moment ou j'avais enfilé ces protections. Des couteaux, gourdes et autres équipements de survies étaient également présent. Me voilà prêt dit ma mère avec des yeux gorgés de larmes à la foie de joie de voir son fils devenir un homme, mais également de tristesse en pensant que l'amure que je porte ne sera plus jamais mise par l'homme qu'elle à épousé, et qu'elle ne le reverra jamais. Je parti alors à la nuit tombé vers galianör afin que mon absence au village soit la moins remarqué possible et que ma mère ne se fasse pas envahir de questions par une foule de nains ivres venant taper à sa porte.

 

Me voilà sur le chemin de mon destin, une gourde de vin bien rempli et la hache de mon père sanglée au dos. Galianör est loin et le chemin ne sera pas facile. Arrêtais dans un taverne histoire de me reposer quelques heures, une jeunes femmes humaine, au cheveux foncé comme le charbon, et au yeux vert comme un biome plaine, attira mon regard. En effet, la jeune femme était seule à une table et ne semblais pas être rassuré, je pris alors ma chopine d'une ferme poigne et je m’avança vers cette inconnus. La jeune femme s'appelait Nenes, drôle de nom pour une humaine, et j'appris qu 'elle était poursuivi par des mercenaires voulant forniquer avec celle ci car ces messieurs l'on vu sortir d'un bordel comme on en trouve dans la capital, mais expliquant qu'elle était venu apporter quelques pastèques et autres morceaux de pains au responsable, les mercenaires ne l'ayant pas cru ce sont mis à la violenter, c'est alors qu'elle à prit la fuite et est venue se réfugier dans la taverne du vieux loup. Ces révélations ne pouvais me laisser indifférent, je ne pensait plus qu'à une chose, foutre une bonne tarte à ses mercenaires. Et il faut croire qu'une bonne étoile écoutait mes souhaits car 4 hommes aux regards sombres et aux rires roques entrèrent brusquement dans la taverne renversant le pauvre tavernier qui servait ses clients. Les Hommes étaient eux aussi des humains, grand d'1m85 et armés de grosses masses cloutées. Nenes poussa un cri attirant l'attention des mercenaires et ceux ci se ruèrent brusquement sur elle. Je me leva et m'interposa face à ces forces de la nature.

 

Mercenaire 1 : « Pousse toi de là petit !

Moi : Dit moi l'huître, connaît tu la différence entre un sapin de nos forêts et ta bande d'allumés ?

Mercenaire 2 : QUI TU TRAITES D'ALLUMĔ ?!!!!

Mercenaire 1 : SILENCE Olme ! Laisse parler le gnome, je ne connais pas la réponse p'tit homme.

Moi: Vois tu, les sapins sont des conifères et vous ? Vous êtes cons et on peut rien y faire ! »

 

Le mercenaire m'étant quelques secondes à comprendre l'insulte qui venais de se prendre, me lança un regard noir, mais pas le temps ! Je pris le tabouret sur lequel j’étais assis et je le lui envoya , mais le mercenaire l'évita et c'est son confrère de derrière qui ce le pris de pleine dent, cela en faisait un de moins, néanmoins ils en restaient trois, les deux qui se trouvaient derrière s'élancèrent sur moi en criant et en brandissant leurs massues, je dégaina ma hache et je pris un bon élan pour écrasai la tête d'un avec le plat de l'arme et je fis un croche patte à l'autre, lui fessant perdre l'équilibre et me permettant ainsi d'armé mon pied en direction de ses fesses afin qu'il finisse décalqué contre le mur d'en face. Plus que le chef qui pointait son épée vers moi, je souleva la hache au dessus de ma tête et la laissa déchirer l'air de son fendoir pour que celui ci aille entailler le mercenaire, mais il eu le temps de paraît mon attaque avec son épée et ses alors qu'un duel de force s'opposa. Entre mes dents, serraient par l'envie de faire tomber la garde de l'adversaire je dis : « Alors comme sa on prend les femmes de la capital pour des putains ? » Le mercenaire ne répondit que par un grognement puis dit : «  tu ne fais pas le poids, nain ! » «Oubli tu que je suis nain l'ami ? Dans la famille le poids n'est pas ce qui manque ! » je mis alors un violent coup de tête au mercenaires et celui ci tomba raide contre le sol, inerte. Nenes ayant assisté à la bataille, me courra dans les bras et non pas sauta car à cause de ma taille on limite vite les possibilité, et me remercia avec mille baisés sur les joues. Le lendemain, elle me proposa de m'accompagner à Galianör, sur le chemin je lui raconta mon histoire, mon père main du roi et moi petit nain de montagne, en contrepartie elle me raconta la sienne, fille de paysans aux alentours de la capital.

Cependant, je repensais à mes exploits de la veille dans la taverne, moi bibi le nain de Guïli'manjäro, avais battu seul 4 mercenaires armés, et, défendu une jeune femme, alors que je n'avais jamais tenue d'arme auparavant. Et si ma mère avait raison ? Si j’étais un guerrier ? En tout cas une chose est sur, Galianör est en vue et mon aventure ne fais que commencer !

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...