Jump to content

Search the Community

Showing results for tags '1ère personne'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Bienvenue sur Minefield !
    • L'Ambassade des nouveaux arrivants
    • Demande de grade/de statut social
    • Vie pratique
  • Univers de Minefield
    • Stendel
    • New Stendel et ses terres
    • Nabes
    • Nether - l'enfer et ses dangers
    • Nimps - le monde freebuild
    • Nihil
    • Donjons
    • Clans et peuples
  • La place principale
  • La taverne
  • Le commerce
  • Multigaming
  • Support
  • Archives

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Website URL


Localisation


Pseudo minecraft

Found 1 result

  1. Bonjours à tous et à toutes ! Pour ceux qui ne me connaitraient pas, (c'est à dire 99.9% des Minefieldiens) je me présente : erache97, écrivain en herbe, et actuellement SDF sur Minefield (non ce n'est pas un appel à l'aide). Mais je ne suis pas ici pour parler de moi. Comme dit précédemment, étant un écrivain, j'écris. Je vous propose donc de découvrir sur le forum, les aventures de Mediaco, un Arsène Lupin moderne. Certains le connaissent déjà, car j'ai déjà écris deux de ses aventures. Ainsi, tout les dimanches une semaine sur deux, je vous propose, cher lecteurs, de suivre ce formidable voyage en compagnie de ce grand voleur, tricheur et arnaqueur. Voilà d'ores et déjà le premier chapitre, où le narrateur de cette histoire quitte les contrées Minefieldiennes pour un autre monde... Le prochain chapitre sera disponible dimanche 26/05/13 si tout va bien. Si vous avez des commentaires, idées, insultes ou autres menaces de morts à me faire parvenir en rapport avec le texte, veuillez le faire par message privé afin de ne pas flooder ces posts qui ne seront dédiés qu'au roman. En espérant que cela vous plaira, erache97 Chapitre 1 : LE VOYAGE Je respirai une dernière fois le bon air de New Stendel. La glorieuse capitale, effervescente d’activité, serait bientôt loin de moi. Je vérifiai une dernière fois mes affaires, prêt pour un long voyage. Cela faisait déjà plusieurs mois que j’habitais la ville, et gagnais tranquillement ma vie en écrivant des livres. Mais depuis de nombreuses semaines, je bloquais dans un trou noir d’inspiration et j’étais incapable d’écrire une seule ligne. J’avais donc pris la décision d’entreprendre un voyage pour me ressourcer et retrouver l’inspiration nécessaire pour écrire un nouvel ouvrage. Mais il faut en effet reconnaitre que tout cela allait me mener dans une toute autre direction. J’étais donc parti. Enfourchant un cheval que j’avais emprunté à un ami, je décidai premièrement d’aller le voir pour lui rendre sa monture. Après une journée de voyage, j’arrivai chez cet ami. Il m’invita à rester pour la nuit, offre que j’acceptai vivement. Le lendemain matin, il m’indiqua un chemin. Au bout de ce chemin, disait-il, il y aurait un océan si vaste que personne n’aurait atteint l’autre côté, s’il y en avait un. Piqué par la curiosité, j’empruntais ce chemin, bien décidé à traverser cet océan de bout en bout. J’étais sûr qu’une escapade maritime aérerai mon imagination. Après quatre jours de marche, j’atteignis l’océan. J’achetai un bateau au pêcheur qui se trouvait à côté. Je ne savais vers où j’allais m’embarquer, ni les dangers que j’allais devoir combattre, mais cette étendue d’eau infinie m’attirait par une force inexplicable. Je suis donc parti dans cette simple barque. En allant tout droit, je m’étais dit qu’il fallait forcément que je tombe sur quelque chose un jour. Une semaine s’écoula lentement, sans que rien ne trouble l’immensité bleue. A l’aube du huitième jour, de nuages noirs comme l’encre s’amoncelèrent à l’horizon. En début de soirée, l’orage était sur moi. Soudain, une lame violente fracassa mon navire. Perdu au milieu du tumulte, je ne savais où aller. Me laissant porter par les flots, j’observais la nuit tombant obscurcissant les flots qui redevinrent calmes. Je n’eus alors plus aucune notion du temps. Mais au bout d’un moment, je ne peux pas dire au bout de combien de temps, peut-être une heure, ou deux heures, j’aperçus une lumière déchirant le voile de ténèbres de la nuit. C’était un phare ! Comblé de joie, je me mis à nager dans sa direction. Puisant l’ultime réserve d’énergie qui me restait. Je m’échouais sur la plage à côté du phare. Me retournant sur le dos, je fermais les yeux et m’endormis, mais mon repos fut de courte durée. Je fus réveillé par le bruit de plusieurs fusils qu’on armait. Ouvrant les yeux, je vis que ces fusils étaient pointés vers moi !
×
×
  • Create New...