Jump to content

L'histoire de la science Rhêdonienne


nalaf
 Share

Recommended Posts

Ceci est un ensemble d'histoire et de biographies relatives à un projet RP de vaste ampleur traitant de la redstone et de son organisation en science. Commentaires acceptés et souhaités.

 

Sommaire :


  • [*:3jugvy6q] Rhêdon
    [*:3jugvy6q] Nathaniel
    [*:3jugvy6q] LASER
    [*:3jugvy6q] Otton Von Biberkopf
    [*:3jugvy6q] Nathaniel Lamis Von Biberkopf

 

Ainsi que vous le comprendrez au fil des textes, ce RP propose un cadre historique pour le serveur, puisque certains évènements se déroulent plus de deux siècles avant notre ère, et concernent la géopolitique de Stendel. Libre à vous d'adhérer ou non à l'histoire ici narrée, sachant qu'aux yeux des derniers ingénieurs survivants, après leur putsch, les mages ont lancé un sort d'amnésiede grande ampleur qui a permis aux habitants de Stendel d'oublier la majeure partie de leur passé, et notamment toute référence à L'Assemblée Stendelienne des Etudes Rhêdoniennes (LASER), qui combattait depuis des années l'influence croissante des mages, car ses membres avaient compris que le cataclysme magique qui s'annonçait, résultait en fait d'un déséquilibre magique provoquée par les mages eux-mêmes.

 

Bref, si l'histoire officielle écrite par les gouverneurs diffère, c'est normal, vu qu'elle est fausse.

 

:D

Link to comment
Share on other sites

I] Rhêdon

 

Il y a très longtemps, à l'aube de la civilisation stendelienne, dans un petit village rural, vivait un homme que l'on nommait Rhêdon. Alors que ses congénères se passionnaient pour les activités violentes et la affaires érotiques, lui passait son temps à étudier la nature et à faire des expériences. On se rendit vite compte, alors qu'il n'était qu'adolescent, qu'il n'était pas fait pour travailler aux champs, et d'ailleurs, son talent pour confectionner des simples ou assembler des mécanismes à partir de quelques bouts de bois faisait l'admiration de tous, de sorte que que sa non-participation aux travaux communautaire était tolérée.

 

Mais vint le jour où la renommée de Rhêdon parvint aux oreilles du seigneur local, qui le fit mander à son palais sans qu'il ait son mot à dire. Dans ce milieu étranger et hostile à l'impétrant, il eut à faire la démonstration de ses capacités. Les médecins enragèrent de le voir réussir là où leurs théories ancestrales échouaient, tandis que les militaires se réjouissaient de la complexité des mécanismes qu'il mettait au point, les plus malins d'entre eux ayant compris le potentiel qu'ils pouvaient en tirer. Les uns demandèrent son execution pour hérésie, tandis que les autres le réclamaient à corps et à cris pour leurs ateliers. Soucieux de ne fâcher personne, le seigneur Napoleotch coupa la poire en deux. Il coupa la langue au jeune homme, afin que plus jamais il ne blasphème, puis le confia aux militaires, afin qu'ils se servent de ses dons pour la mécanique.

 

C'est pourquoi, alors que Rhêdon n'aspirait qu'à aider son prochain, il fut contraint d'aider à la fabrication de machines de morts de plus en plus complexes. Bientôt, un conflit frontalier opposa le royaume de Rhêdon, Stendelia, au royaume voisin de Nevah. Suivant les conseils de ses généraux, le roi de Stendelia simula une débandade de ses troupes, afin qu'elles se trouvent assiégées dans une forteresse, dans laquelle il avait préalablement fait installer les machines de Rhêdon. Lorsque l'ennemi s'élança à l'assaut des murs de la place forte, ses machines semèrent la terreur dans les rangs adverses et les décimèrent si bien, que le souverain de Nevah capitula le soir même.

 

Les années qui suivirent furent tout aussi sanglantes. Sans cesse sollicité par les généraux du roi, Rhêdon améliorait ses machines pour les rendre plus létales, plus facile à manier ou encore augmenter leur portée. Et quand il ne s'occupait pas de poliorcétique, il étudiait le travail des métaux, de sorte qu'il apporta quelques améliorations fondamentales dans la forge des armures et des armes, les rendant plus solides et plus légères.

 

C'est à l'âge de vingt-sept ans, alors qu'il était devenu depuis longtemps Ingénieur Royal, et que ses avis faisaient autorité dans tout le royaume - dont les frontières ne cessaient de s'étendre grâce à lui - de Stendelia, qu'il fit une rencontre bouleversante. Lors d'une des rares soirées qu'il fréquentait, souvent sur l'insistance de son souverain, il fut captivé par la vision d'une jeune femme – Lamia , fille du roi de Valmont - vaincu à peine deux mois plus tôt, et qui avait été ramenée à Stendel pour servir à la fois de trophée et d'otage. Celle-ci ne le reconnut pas, car Rhêdon était un homme de l'ombre, qui concevait ses machines dans le secret de ses laboratoires afin que d'autres s'en servent au grand jour, et l'infirmité dont il souffrait l'émut, et ils devinrent amis, la jeune femme lui confiant ses secrets, car elle savait qu'il ne les révèlerait pas, lui se satisfaisant de sa simple présence.

 

Pourtant, cette amitié ne le comblait pas autant qu'il l'aurait voulu. En effet, Rhêdon constata très vite qu'il désirait aller au-delà, sans comprendre à quoi correspondait vraiment ce besoin. Il ne voyait plus les humains, lui y compris, que comme des mécanismes complexes, dont il cherchait à comprendre les rouages. Même s'il avait pu parler, il n'aurait pu parler, car incapable de comprendre les émotions qu'il ressentait, il se sentait presque paralysé en sa présence. Lamia, elle, comprenait fort bien ce qui se passait, mais à la cour du roi Napoleotch, elle était plus attirée par les jeunes et séduisants officiers d'état major que par Rhêdon, dont la chétivité allait de pair avec sa maladresse en société, voire même ce qu'elle prenait pour de la timidité et qui n'était en fait que de l'incompréhension de la part de l'ingénieur.

 

Vint le jour funeste où, vue en compagnie du muet, un officier de ses amis taquina Lamia sur ses fréquentations bizarres, l'affranchissant de son ignorance en lui révélant l'identité de son confident. Prise d'horreur, sa première réaction fut de mettre un terme à leur relation amicale. Heureusement, elle se maitrisa à temps et, plutôt que de se précipiter, interrogea Rhêdon sur les raisons qui le poussait à concevoir ainsi des machines de plus en plus mortelles. Il ne sut quoi répondre. Si au début, il répondait par gestes, il avait par la suite adopté l'usage d'une ardoise sur laquelle il pouvait griffonner quelques mots, mais là, le mode de communication, aussi peu pratique soit-il, n'était pas en cause. Rhêdon n'y avait tout simplement jamais réfléchi. On lui disait de le faire, il le faisait, ça n'allait pas plus loin. Il n'avait jamais songé aux éventuelles représailles perpétrées à l'encontre de son village natal, s'il avait refusé, pas plus qu'il ne songeait aux milliers de morts qu'il avait indirectement provoqués. Au fond, sa passion pour les sciences l'avait emporté sur tout autre chose depuis longtemps, et il ne cherchait que la perfection mécanique.

 

La discussion avec la jeune fille lui fit l'effet d'un électrochoc. Il se rappela le temps qu'il consacrait jadis à l'analyse des plantes et à leur effet sur le métabolisme, cherchant à déterminer leur possible usage dans des simples et onguents. Il se remémora la parturiente qui n'aurait jamais survécu sans lui, ainsi que les nombreuses blessures qui ne s'étaient jamais infectées après qu'il eut déposé une de ses crèmes sur la plaie, et même les petits bobos dont les élans douloureux s'effaçaient rapidement sous l'action apaisante de ses pommades.

 

Finalement, ce ne fut pas Lamia qui brisa les ponts avec Rhêdon, mais ce dernier, puisque suite à sa discussion sur ses motivations avec la jeune fille et la réflexion qui s'en était suivie, il avait compris qu'il ne voulait plus jamais être associé d'une quelconque manière avec une œuvre de mort, et prit la fuite. Afin d'échapper aux poursuites, il se grima en lépreux, cachant son infirmité sous la maladie, agitant sa crécelle à qui s'approchait trop près de lui.

 

Commença alors une vie d'errance durant laquelle, changeant fréquemment de déguisement, il fut tour à tour mendiant, ménestrel, guérisseur, travailleur saisonnier, scribe, charpentier, etc. Durant ces années de liberté retrouvée, il poursuivit ses études sur les plantes, confectionna de nouveaux remèdes et élargit ses connaissances, s'intéressant aussi à l'astronomie et à la géologie. C'est d'ailleurs un soir d'automne, alors que la pluie battante l'avait contraint à se réfugier dans une grotte - qui, si elle sentait fortement l'ours, n'abritait aucun représentant de cette espèce – qu'il fit la découverte qui allait changer radicalement le cours de son existence.

 

En effet, après s'être enfoncé dans une galerie, il tomba sur un gisement d'un minerai qu'il ne connaissait pas. A l'aide d'un couteau, il en gratta la surface, faisant tomber quelques miettes qu'il ramassa et enferma dans une petite boite prévue pour ce genre de circonstances. Même privé de laboratoire, il savait comment analyser sommairement un minerai ou un végétal, aussi fit il quelques test sur la poudre qu'il venait de récolter, sans jamais réussir à l'identifier. Intrigué, il préleva des quantités supérieures, et les mit de côté pour une analyse ultérieure plus approfondie.

 

Il fallut attendre quelques années quand, parvenu au milieu de la trentaine, il avait réussi à se trouver un poste de précepteur pour les enfants du seigneur d'un territoire éloigné de Stendelia de plusieurs centaines de kilomètres, pour qu'il découvre enfin la véritable valeur du minerai découvert des années plus tôt. Désespérant de lui trouver une utilité, Rhêdon avait jeté une poignée de poudre dans le feu et, à sa grande stupeur, au lieu de fondre, elle se mit à rougeoyer sans pour autant disparaître, ce qui lui inspira l'idée que ce minerai était peut être capable de transformer l'énergie brute, de l'emmagasiner, voire de l'utiliser plus tard. Pris d'un enthousiasme qu'il n'avait plus ressenti depuis de nombreuses années, il arpenta toutes les grottes des alentours et finit par découvrir un nouveau filon de ce mystérieux minerai rougeâtre. Après en avoir extraits plusieurs kilos, il expérimenta ses propriétés énergétiques, mettant au point les premiers circuits d'ingénierie redstonienne, en particulier ceux commandant l'ouverture et la fermeture des portes. S'il s'émerveillait des possibilités offertes par ce minerai, il n'avait pourtant pas compris l'immensité des possibilités qui s'offraient à lui désormais. Du moins pas jusqu'à ce qu'il fasse la connaissance de Nathaniel.

 

II] Nathaniel

 

Quand son employeur finit par décéder de sa belle mort, ses héritiers, qui ne voyaient pas l'utilité d'un secrétaire, remercièrent Rhêdon. Celui-ci craignit un instant de devoir reprendre sa vie vagabonde. Mais, entretemps, il avait écrit quelques traités de mécanique et de géologie et, sa renommée scientifique grandissant, il reçut une offre d'emploi de la part d'une des rares universités qui éclosaient ici et là, dans les cités les plus ouvertes au progrès.

 

Dans cette université, dont le nom a été oublié par l'Histoire, il occupa la fraichement créée chaire des sciences mécaniques. Doté d'un salaire conséquent, d'un logement de fonction conséquent et d'un laboratoire digne de ce nom, il put reprendre ses recherches et augmenter ses connaissances sur ce mystérieux minerai aux propriétés si intéressantes.

 

Au fil des années, il distingua parmi ses élèves certains étudiants plus doués que d'autre, moins riches aussi, et qui étaient souvent ravis d'obtenir un poste d'assistant à l'issue de leurs années d'études, considérant cela comme une sorte d'approfondissement qui leur serait favorable. Au sein de ce petit groupe d'élus, il vit rapidement ceux qui n'étaient là que pour lui soutirer quelques idées, et ceux qui se passionnaient pour l'étude de la mécanique et étaient dignes d'être initiés aux secrets de la pierre rouge. Avec leur aide, il forma un cénacle de chercheurs qui s'agrandit encore quand deux d'entre eux virent leurs travaux reconnus, et furent embauchés dans d'autres universités, où ils purent à leur tour recruter de nouveaux membres pour leurs études sur la pierre rouge.

 

C'est par ce biais qu'il rencontra Nathaniel. Il avait étudié dans l'une des universités qui accueillait l'un de ses disciples, et c'est par ce biais qu'il était rentré dans le cercle très fermé des ingénieurs rougeoyants, comme ils aimaient à se surnommer. Pourtant, ce n'était pas tant l'intelligence ou sa passion pour le sujet qui avaient permis au jeune homme d'intégrer le groupe, mais plutôt les étranges capacités qu'il manifestait une fois mis en présence de la pierre rouge.

 

En effet, la première chose qu'il fit en arrivant dans le laboratoire de Rhêdon fut de s'entailler profondément le bras gauche avec un couteau. Alors que tous les chercheurs, choqués, se précipitaient pour le soigner, le nouveau venu leur intima d'un seul geste de se calmer. Sortant un morceau de pierre rouge d'une poche, il le placa contre la plaie, d'où sortait des flots de sang. La pierre commença doucement à rougeoyer, et, au fur et à mesure que sa teinte écarlate gagnait en intensité, l'hémorragie semblait se tarir, puis la plaie se refermer. En quelques instants, il ne restait plus guère qu'une mince ligne pour rappeler l'entaille qu'il s'était infligée. Au cours d'autres démonstrations, il fit l'étalage de tous les nouveaux usages de la pierre qu'il avait pu trouver, tous ayant un effet accélérateur ou régénerateur sur la matière, organique ou inerte. Il accéléra la croissance des plantes, soigna des animaux, renforça la solidité de matériaux ou les régénéra.

 

Cette démonstration bouleversa les travaux des chercheurs, qui comprirent très vite qu'ils venaient de trouver le véritable usage pratique de la pierre rouge, celui de source d'énergie voire, pour les plus mystiques d'entre eux, de source de vie. Leurs expériences sur les circuits mécaniques venaient d'être releguées au rang de coloriages enfantins, les études rhêdoniennes passaient à la vitesse supérieure et ils le savaient tous. Désormais, L'homme qui possédait une pierre rouge brut et neuve était quasiment l'égal d'un dieu, quasiment car ses capacités s'épuisaient et ses utilisateurs se fatiguaient eux aussi très vite. En effet, le corps humain servait de catalyseur, et la réaction de la pierre rouge consumait une infime partie de l'organisme. Ainsi, paradoxalement, en donnant la vie, Nathaniel se tuait à petit feux, mais il ne s'en rendit compte que bien trop tard.

 

Car pris de frénésie, les scientifiques n'étudièrent pas les effets de la pierre rouge sur l'utilisateur, trop occupés à se pencher sur ceux qu'elle avait sur les destinataires de ses mystérieuses capacités. Peu à peu, ils intégrèrent dans leurs cercles des spécialistes d'autres disciplines tels les médecins, les biologistes, les metallurgistes, les physiciens, etc. En à peine quelques semaines, les laboratoires de Rhêdon et de ses disciples se mirent à fourmiller d'une activité intense, tous cherchant à devancer leurs collègues dans la course aux applications de la pierre rouge. Ce faisant, ils constatèrent très vite que le potentiel des pierres variaient selon les individus qui les maniaient, certains étant capable de réaliser de grande choses avec une pierre, tandis que d'autres avaient échoué avec cette même pierre quelques instants plus tôt.

 

Les ingénieurs durent admettre qu'à l'instar de la magie, le talent pour la manipulation de la pierre rouge était congénital, ce qui les consterna, car tout leurs efforts n'avaient pour but que de proposer une alternative à la magie. La science devait se concevoir comme accessible à tous ceux qui avaient la discipline, l'intelligence et l'envie de la maîtriser. De même, elle devait être au service de tous au lieu de servir les idéaux égoïstes d'une coterie, et nul ne devait la craindre puisqu'elle était ouverte à tous. Or, si elle dépendait de la naissance, alors elle ne vaudrait guère mieux que la sorcellerie, et ses pratiquants risqueraient de s'avilir autant que les sorciers. Comprenant cela, et bien plus encore, Rhêdon sombra dans une profonde dépression qui le força à s'aliter et à abandonner ses travaux. Déjà affaibli par les années de dur labeur et les années qui passaient, ce subit coup du sort semblait être le coup de massue de trop. Son état empirait de jour en jour, et la pierre rouge ne le soulageait même plus, puisque c'était l'âme qui était désormais atteinte, et non plus le corps.

 

Mais c'est par l'instrument du malheur qu'il connut sa rédemption. En effet, Nathaniel était très affecté par la maladie de son mentor, et conscient de son rôle involontaire dans son état actuel, il passait beaucoup de temps au chevet de Rhêdon. C'est lors d'une discussion qu'ils découvrirent la solution à leur problème.

"Nathaniel, le monde est étrangement fait. On dirait même qu'il se moque de nous, car à bien y penser, tout ce qui se rapporte à la vie, l'énergie, le mouvement, est rougeoyant. Songe à la lueur de la flamme, au flot vif du sang et maintenant aux veines vivifiantes de la pierre. Le rouge est au centre de tout, il est à la fois notre bénédiction et notre malédiction.

_ En effet maître, mais il est peut être possible que ces ocurrences répétées ne soient pas le fruit d'une coïncidence, mais aient une véritable signification cachée.

_ Comme si la pierre rouge était le monde.

_ Non maître, comme si elle était la clef de voûte. Peut-être est elle dans le feu et le sang, et peut être leur donne-t-elle leurs pouvoirs énergétiques. Alors l'intensité d'un brasier ou la force d'un être dépendrait de sa teneur en pierre rouge."

 

Leur discussion dévia ensuite sur d'autres hypothèses et débats sur la nature du monde, mais la graine du doute était plantée dans l'esprit du jeune homme. En y resongeant quelques jours plus tard, il eut une idée qu'il partagea avec l'un de ses condisciples, que l'Histoire retint sous le nom de Lamis. Ils se mirent à recueillir des échantillons sanguins de plusieurs des ingénieurs, y compris celui de Rhêdon, et les comparèrent à l'aide d'un instrument optique qui venait d'être mis au point et qui, grâce à la superposition de lentilles de verre, permettait de rendre visible l'infiniment petit. Ils avaient déjà découvert de nombreuses choses par ce biais, mais ce qu'ils cherchaient n'était pas l'un de ces innombrables organismes qui peuplait le fluide vital de chaque être vivant. En réalité, ils se demandaient si la prédisposition au maniement de la pierre rouge, voire à la magie en général, n'y trouvait pas son origine.

 

Et leur géniale intuition se révéla exacte quand, après de longues et harassantes nuits blanches, ils déterminèrent que le sang des meilleurs manipulateurs véhiculait d'infimes quantités de pierre rouge, alors que celui des ingénieurs dénués de ce genre de talent n'en contenait aucune trace. La trouvaille était belle, riche en espoirs, mais confirmait la division de la population entre ceux qui pouvaient manipuler la pierre rouge, et ceux qui ne le pouvaient pas. De sorte que, loin de se reposer sur leurs lauriers, les deux compagnons se lancèrent aussitôt dans une nouvelle quête, celle de l'origine de cette différence et, à défaut, du moyen d'y porter remède.

 

Et ils réussirent, une fois encore, mais le secret fut gardé sur les résultats obtenus, car de par leur nature même, ils étaient susceptibles de bouleverser le monde entier. Retenons seulement que Rhêdon mouru quelques mois plus tard, satisfait par la tournure que prenait le développement de la science qu'il avait contribué à créer et qui porta bientôt son nom. De même pour la pierre rouge, qui fut surnommé la pierre de rhêdon, autrement dit la "rhêdonstone" dans la langue des chercheurs, qui devint plus tard au gré des changements linguistiques la "redstone".

 

D'autres ingénieurs prirent sa succession, orientant les recherches dans certaines directions, faisant des erreurs, trouvant des solutions, accroissant sans cesse les connaissances à propos de la science rhêdonienne.

 

Et un jour, Nathaniel, qui avait à peine quarante ans mais en faisait quasiment le double à cause de l'usage intensif qu'il faisait des pierres rouges, devint le titulaire de la chaire de Rhêdon, et tout fut remis en cause à nouveau.

Link to comment
Share on other sites

Role-play tout à fait intéressant.

 

Les phrases et les paragraphes sont bien équilibrés ; à première vue, les fautes sont très rares, la syntaxe, correcte en tout point. Je regrette cependant que tu aies laissé échapper quelques occasions de placer du subjonctif imparfait et des point-virgules.

 

Continue ainsi.

Link to comment
Share on other sites

J'ai tout de même plus d'un trimestre d'ancienneté, alors je vous prie de ne pas me considérer comme un vulgaire vagabond.

Par ailleurs, je n'ai jamais voulu paraître désagréable ; au contraire, j'ai réellement apprécié le role-play, alors j'ai voulu donner quelques astuces non seulement à nalaf pour qu'il fasse encore mieux (le subjonctif imparfait et les points-virgules, ça dépote grave sa mère), mais aussi aux autres en leur indiquant des points remarquables qui sont présents dans l'œuvre ci-dessus et dont ils devraient s'inspirer.

Link to comment
Share on other sites

mais il se fout de ma gueule en plus le vagabond.

 

Yop ;)

 

Magnifique....

Tu rédiges un RP dont la lecture est fort agréable, un vagabond (qui possède tout de même quelques posts au compteur, bien qu'un paquet soient dus à un jeu de chiffres) te répond en te disant que c'est un bon RP, glisse ce qu'on pourrait assimiler à une taquinerie gentillette à la fin de son post et toi tu nous sort ça ...

Même pas un sourire ou un clin d’œil pour atténuer l'effet, ça sort naturellement, comme ça, vulgairement. Qu'aurais tu dit s'il avait été paysan, voyageur, citoyen, noble, gouverneur, empereur ? Aurais-tu tenu les mêmes propos que je qualifierai de désobligeants ?

 

Certes me diras-tu, lorsque qu'on te connait un peu on sait que tes propos ont tendance à être fort, mais justement il serait peut être judicieux d'y mettre parfois quelques formes, ne serait-ce que pour être certain qu'ils ne soient pas mal pris ou interprétés...

 

Bref, ceci mis à part le RP est vraiment agréable et j'ai hâte de voir la suite ;)

 

Bon jeu :P

Link to comment
Share on other sites

[...] un vagabond (qui possède tout de même quelques posts au compteur, bien qu'un paquet soient dus à un jeu de chiffres) te répond en te disant que c'est un bon RP, glisse ce qu'on pourrait assimiler à une taquinerie gentillette à la fin de son post [...]

Je ne pensais pas m'être autant dévoilé.

 

[...]

Certes me diras-tu, lorsque qu'on te connait un peu on sait que tes propos ont tendance à être fort, mais justement il serait peut être judicieux d'y mettre parfois quelques formes, ne serait-ce que pour être certain qu'ils ne soient pas mal pris ou interprétés...

[...]

C'est un trait de caractère que je partage avec lui (mes amis me le reprochent souvent ou, du moins, feignent de m'en blâmer) et auquel j'ai eu souvent à faire ; c'est pourquoi je n'ai pas su comment prendre la réponse à mon post, ni comment y répondre. Dans le doute je me suis abstenu de commenter dans un premier temps.

 

Toutefois, si mon commentaire a créé un réel problème, je suis enclin à le régler.

Link to comment
Share on other sites

Mon cher Nalaf, je ne te connais malheureusement que par nos échanges, courts et sans propos fondés.

 

Malheureusement dis-je, car il semblerait que l'ingénieur en Redstone que je croyais était en fait un conteur embrasé, aimant fiévreusement l'ingénierie pour nous sortir UN PAVE LONG A LIRE! :lol: (je te taquine au cas ou... :roll: )

 

C'est pourquoi je te félicite pour ce RP, qui s'annonce long, fourni, et intéressant.

Si tu veux de l'aide, contacte moi ;)

 

Yugaye

Link to comment
Share on other sites

<< J'ai lu. J'ai lu et j'approuve !! Ce RP est juste fantastique et....

- Mais ferme la ! Corderaide, je t'ai déjà dit dix mille fois la taverne RP c'est chez moi !

NDLR: non, il n'y a pas de proprio de la taverne, don't worry ami lecteur, pardonne ces deux émergumènes

- Hé oh le bout de chanvre, je t'ai pas sonné, retourne dormir !

- c'est toi qui va te barrer, coucouche panier ! C'est moi le critique !

BLAAAM

Bon, commençons. >>

 

Plus sérieusement, je m'en vais parler, disserter, traiter de ton premier chapître. Let's go !

 

:air: Déjà, la forme. C'est long, sans pour autant être interminable, ça se lit très bien, car le style n'a pas besoin d'aller chercher loin dans ce récit qui se rapproche du bilan d'une vie. La typographie est correcte, voire bonne, je ne regretterai que l'abscence d'alinéa -c'est dire si le texte est exempt de défauts de forme !- autrement dit, un bon récit !

:air: J'aime le style, qui est un assez bon compromis entre un style d'historien, un style un peu plus scientifique sur la fin notament et enfin un style phsychologie assez sobre mais qui suffit largement ici. En somme une alliance de style qui semble taillée sur mesure pour l'histoire que tu nous livres !

 

:air: Et au niveau du fond ? Ben y'a pas mal de choses à dire. C'est un récit à valeur historique en premier lieu. Il s'agit d'une génèse de l'empire Stendellien tel que nous le connaissons aujourd'hui, expliqué avec justesse et précision tout en étant assez vague pour permettre à d'autres cités de parler de leur histoire sans incohérences notables ! Ensuite, c'est aussi une (petite) analyse sociologique que tu nous livres avec la description de l'enfance de Rhêdon dans son village, avec le système féodal en place, les us et coutumes de la société d'alors, notament lors des conquêtes de Stendel.

:air: Le personnage est assez commun et au final je le trouve creux, il ne se remet en cause que sur la fin du récit, et d'une manière assez automatique, je n'ai pas senti les changements psychologiques en lui au fur et à mesure de ton récit, sans doute car il ne ressent pas de sentiment, son petit côté machine ! Mais j'imagine qu'il n'est pas forcément l'unique centre de gravité du récit, aussi ce n'est pas un inconvénient majeur. Du coup, j'ai vraiment l'impression que Rhêdon est une machine à l'apparence humaine.

:air: C'est le seul point noir du récit, j'ai l'impression que l'Histoire a été écrite par des machines et non des hommes, je ne ressent pas la présence humaine telle qu'on peut la sentir dans l'histoire de Winteria par exemple, pour citer un autre récit historique. Cela va peut-être nuire à la suite de tes récits, fais-y gaffe !

 

:air: Au final, on se retrouve avec un texte historique d'un style complet d'une plume expérimentée, qui annonce une histoire si ce n'est grandiose, au moins solidement bâtie et cohérente qui enrichira le rôleplay de Stendel -un peu léger en l'état comme tu le soulignes avec justesse mais trollitude- . Je noterai ce récit de *** méritée, sale troll !

 

Cordialement et plumiquement ,

Bout de Chanvre et Corderaide

(oui, ils commencent enfin à s'entendre !)

Link to comment
Share on other sites

Je suis littéralement sur le cul. Franchement c'es du grand art, je m'incline.

 

Ps : Arrgl, Le glukonium à quelque similitude avec ton rp mais pas toute. Faudrait que j'en discute avec toi pour évité que l'on se retrouve avec des truc similaire(bien qu'il y en aura mais pour évité les plus importante.)

 

Ps 2 : je vais avoir besoin de toi pour mettre sur table un bon rp je penses xD

 

Franchement excellent j'adore, je demanderais bien une portion supplémentaire ! :diamond:

Link to comment
Share on other sites

Yeah !! La [barrer]cuite[/barrer] suite !!

(Quoi je suis à la bourre... mais allez vous pendre bande d'autruches vertes de Papouasie analpha-bêtes en crise d'hypoglycémie !!)

 

Bon, j'avoue que j'ai été trèèèès convaincu par ton premier chapitre de l'histoire de la science Rhêdonienne (HiSciRhê pour les intimes, prononcée Hissirée). Voyons voir ce que nous réserve le second (bientôt deuxième espérons-le..)

 

:air: Je ne repartirai pas sur une critique du style. Je l'adore tout simplement. Il est clair, concis, précis et traite de manière bien précise de l'histoire La syntaxe est simple, tu ne pars pas dans des circonvolutions farfelues qui pourraient embrouiller le lecteur fatigué à cette heure tardive, tu restes dans le concis, tu ne t'égares point et c'est appréciable au vu de la qualité de ton récit.

:air: Et ton récit d'ailleurs.. Encore une fois, je trouve que la force et la faiblesse de l'HiSciRhê réside dans la psychologie absente des personnage. Ce qui rend le texte moins humain mais quelque part plus objectif, et c'est en bien même si l'aventure humaine est appréciable. Les dilemmes ne sont pas psychologiques mais éthiques, ils remettent en cause des notions telles que la science aveugle (premier chapitre) ou bien ici le problème de l'élitisme de la caste des utilisateurs de Rhêdonstone et de son accessibilité. Mais tes personnages, bien qu'absents vivent, et tu poses le problème des risques du pouvoir: son utilisation est dangereuse pour Nathaniel qui en fait les frais... Le pouvoir, tel la chance, est un dieu à deux faces qui blesse autant qu'il ne guérit. L'humanité est-elle prête à subir pareille malédiction ? Ton récit soulève maintes questions plus profondes qu'il n'y parait, c'est un très bon point au final, qui ressemble à ce que je pourrais appeler les leçons de l'histoire.

:air: J'ai un (léger) bémol à ajouter, qui n'interviendra pas dans ta note (ton texte est vraiment de trop bonne qualité pour être dévalué). La typographie. Tu sautes des lignes à chaque paragraphe au lieu de te ramener à un simple retour de chariot, et c'est dommage. Là où un saut de ligne signifie une articulation de ton récit en grands axes, eux même séparés en sous parties (où un simple alinéa suffit), tu ne produit qu'une mise en page uniforme. C'est bien sûr du détail, mais c'est un point qui me tient à cœur et que je ne vois pas souvent malheureusement. En plus, il n'y a plus le bel italique de précédent chapitre.

 

Néanmoins, un un mot comme en cent, je te décerne un bon *** bien mérité !!

 

<< Même pas un jeu de mot, mais t'es minable Corderaide ! Tu vois que je me démerde mieux que toi !

_ Crétin !

_ Andouillette !! (comprendra l'initié..)

_ retourne miner de la cobble, sale mexikévinain !

_ 'Spèce de valmo... heu non, oublie je suis trop méchant ces temps-ci.. allez Corde, ne pleure pas.. Allez je voulais pas te blesser.... alleeeeeezzz >>

 

Plumiquement..

Vous-savez-qui ! (Non, pas Voldemort !)

 

Enjoy !

Link to comment
Share on other sites

Yop !

 

Une suite ma foi fort intéressante. Tu développes ton histoire, tu l'étoffes et on se rapproche petit à petit de tes ancêtres (cf ton RP de candid Noble). Je suis bien pressé de voir la suite, j'aime l'idée que tu as de la restone.

 

@ddant : j'ai un ch'tite idée pour combiner la création du Glukon telle que je l'avais décrite dans le RP dominien et cette version de la redstone. Ça expliquerai aussi que le mage soit rejeté par ses pairs et les différences Redstone/Glukonium. Contacte moi par MP si ça t'intéresse :D.

Link to comment
Share on other sites

Je ne l'ai jamais dis, mais un grand bravo à ce RP magnifique qui m'inspire et me donne envie de redorer ta présence parmi notre communauté. Tu as apporté énormément au Rp de Minefield, et je ferrais en sorte que la science Rhêdonienne soit toujours présente dans les esprits de chacun. Bonne continuation à toi Nalaf, puisse-tu revenir nous voir et nous honorer de ta présence ;)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...