Jump to content

[Accepté]Candidature Niouk - The King Secrets...


Niouk
 Share

Recommended Posts

outillerie.png

rpp.png

 

Introduction

La famille Belghar est l’une des plus anciennes familles à s’être investie pleinement dans le forgeage, ses racines remontent à plusieurs siècles et virent de nombreuses générations se succéder. Ses fabrications étaient autrefois prisées dans tous les royaumes, citées dans toutes les chaumières, et ses confections artisanales s’arrachaient à coup de dizaines de milliers de pièces d’argents. La qualité de leur fabrication et de leur forge était reconnue par les hauts de Stendel, jusqu’à même en équiper tout leur royaume, ce qui leur valut un grand nom dans ce métier. Mais ces temps-là sont désormais révolus, et la forge a perdu en splendeur depuis, et n’est plus que l’ombre d’elle même.

 

 

28 Juillet 1283

 

 

L'aube se levait à peine sur la montagne, la lumière voilée du soleil se déversait depuis le ciel. On entendait pourtant depuis déjà quelques heures le bruit de Bianca sur le fer chaud. Frappant fort, jusqu'à s'en arracher le bras, la sueur perlait sur son torse robuste.

 

Le vent glacial mordait le visage du jeune Niouk, convoqué au sommet de cette montagne où régnait un froid extrême, pour affronter les dures paroles de son père. Celui-ci commençait à se faire de vieux os, et comme le voulait la tradition familiale, l’aîné devait hériter de la forge. Il poussa les grandes et imposantes portes en bois du domaine et entra.

 

Le père, déposant alors soigneusement sa Bianca sur l’enclume, prit la parole, d’un ton dur et acerbe :

 

- Hah...Toujours aussi en retard... Pas moyen d’être ponctuel avec toi ! Un jour, tu hériteras de notre grande forge, mon fils. Ce jour risque d'arriver plus vite que tu ne le penses, alors concentre-toi sur tes futures responsabilités !

- Tu veux dire que je vais bientôt prendre ta relève ? S’étonna Niouk

- Je deviens vieux et je ne suis plus apte à manier ma Bianca comme autrefois. (C’était le surnom que donnait son père à son marteau, il le considérait comme sa femme depuis qu’il était veuf). Comme le veut notre culte, tu vas reprendre le flambeau et faire rayonner notre symbole aux 4 coins de ce monde.

 

Le jeune adulte était tout excité mais aussi craintif à l'idée de prendre la relève. Il n’avait jamais exercé de travaux nécessitant de la force, vu son petit gabarit, mais il avait hérité de son père, ainsi que de ses ancêtres, une grande passion et amour pour le forgeage. Il allait enfin prendre les rênes de l'entreprise et concevoir ses propres outils.

 

Dans ses plus lointains souvenirs, il se remémorait que son père, le prenait dès son plus jeune âge avec lui à la forge. Un climat qui aurait dû être difficile pour un enfant, un monde étouffant de par la chaleur et le bruit. Pourtant Niouk s’y sentait bien, dans son élément. Durant des journées entières il regardait avec admiration son père travailler durement le fer sans relâche. Il lui posait tout un tas de questions, auquel celui-ci répondait en souriant et avec plaisir.

 

- Tu m’écoutes, ou bien toujours entrain de rêvasser ? Roh pauvre garçon… Ce qui t’attend est loin d’être une simple partie de plaisir, alors un peu de sérieux mon grand ! Te sens-tu prêts à prendre le relais ?

- Euh m’oui je crois… rétorqua Niouk avec hésitation, la boule à la gorge.

- Tiens, voilà pour toi, fiston, dit-il en sortant de sa poche un vieux carnet déchiré et usée. Ceci est mon carnet de commande de la semaine. C’est une affaire de plusieurs centaines de pièces d’argent comme il y’en a une fois par an, et elle est à toi. Je te donne mes fourneaux, mon enclume et même ma chère Bianca, je te fais confiance alors tâche de ne pas me décevoir. Je reviendrai au dixième jour à partir de ce soir, bonne chance mon grand !

 

Et il s’en alla, sa silhouette disparaissant derrière une épaisse brume.

 

Niouk prit place devant l’enclume et inspira un grand coup avant de saisir le morceau de fer placé devant lui, et le martela de ses bras nus, la langue criante sous la brulure de ce métal meurtri et torturé. Les étincelles de feu qui étaient projetées illuminaient l’étroite pièce. Un talent prometteur allait naître.

 

 

3 Août 1283

 

Niouk progressait vite, comme si le don de forger était héréditaire. Il avait l'impression de faire cela naturellement, le métier avait peut-être été créé pour lui. Ayant pour professeur son propre père, cela ne pouvais qu'affirmer ce sentiment. Il travaillait au son des martèlements avec hargne, assiduité et persévérance. Malgré les montagnes de commandes qu'il avait, il les respectait toutes et avec la même qualité. Il s’amusait même à essayer de nouveaux styles et mélanges qui plaisaient.

 

Des journées et des nuits entières passèrent, pendant que d’autres s’amusaient dehors. Il était prêt à ne pas dormir ni manger pour respecter le délai que son père lui avait assigné.

 

7 Août 1283

 

 

Le jeune homme tenait entre ses mains la dernière pièce du puzzle qu’il devait forger, encore quelques coups de marteau et un bain froid pour la pièce métallique, et il aurait achevé sa commande. Afin de s’assurer que tout était en place, il compta une dernière fois ses créations : « 47 pelles, 60 faux, 22 pioches et 26 haches. Le compte est bon, je vais attendre son retour, j’ai hâte de connaitre son jugement. » Il s’assit sur une chaise en attendant son professeur. Les aiguilles de l’horloge tournaient, mais celui-ci n’était toujours pas revenu.

 

« Bon, je devrais peut-être aller le voir moi-même ce qu’il troque, il ne s’attend surement pas à ce que j’aie fini de si tôt. »

 

Il traversa les plaines enneigées, toujours dans ce même décor glacial, se rendit à la petite cabane lumineuse au pied de la montagne qui leur servait d’abri, et poussa les vieilles portes.

 

- Père ! Père ! J’ai terminé le boulot, viens vite voir ! Je suis impatient de te montrer le fruit de mon travail !

 

Il y eut un moment de silence. La maison semblait vide, où avait-il bien pu passer ? Il remarqua soudainement un mot posée sur la table de chevet. Il semblait lui être adressée.

 

 

-

:diamond: Cliquez pour afficher :diamond: -

Mon cher fils,

 

Si tu trouves ce mot, c'est sans doute que tu as fini le travail que je t'ai confié. Je te fais confiance, je ne doute pas que tu prendras la relève à merveille.

 

Cependant, je crains que tu ne puisses pas profiter de ton vieux père à nouveau. Je ne te l'ai pas dit, mais je suis tombé malade voilà plusieurs mois. Depuis que je t'ai laissé la forge, ces derniers jours, mon état s'est gravement détérioré. Mes pensées ne sont plus très claires, et c'est dans un élan de lucidité et de courage que je t'écris ce mot et la lettre qui y est jointe.

 

Mes heures se comptent sans doute. Je ne cesse de tousser. Pourtant, je ne me suis jamais senti aussi calme. Le repos éternel m'attend désormais, me tend les bras. L'un de tes frères a couru chercher de l'aide au village, mais j'espère qu'il ne rentrera pas à temps, j'ai assez souffert.

 

Assez parlé de moi, parlons de toi, de ton avenir. La lettre ci-jointe est adressée à l'empereur de Stendel lui-même. Elle te recommande comme fournisseur de tout l'empire. Je lui rappelle les services que j'ai rendus à la population.

 

Tu deviendras un très grand outilleur, tu créeras les meilleurs outils qui puissent exister. Pour ce faire, je te lègue tous mes biens. Bianca, la forge, les outils, les commandes déjà passées. Va t'installer vers Stendel, là où tu pourras faire fortune. Cette lettre t'aidera à te faire connaître, tu verras.

 

Avant de conclure, sache que je t'aime, je t'ai toujours aimé, bien que j'aie pu être sec avec toi, et ne pas t'avoir manifesté beaucoup d'affection.

 

Ton père.

 

Les mains tremblantes tenant fermement la lettre, yeux écarquillés par le choc, on pouvait lire sur le visage du jeune homme un mélange d’horreur et de tristesse. Il sentit les goutes salées de ses larmes couler, pour aussitôt se figer sur ses joues gelées.

 

-Mort ?... Il est mort ?

 

Le voilà complètement pris au dépourvu, consterné et dégoûté ! Il n’était plus dépendant que de lui-même, avec une entreprise à gérer et une malheureuse destinée sur les épaules. Mais malgré ce retournement de situation inattendu, il devait poursuivre ce qu’il avait commencé, pour la mémoire et l’honneur de son père. Il scruta une dernière fois la beauté insondable du ciel étoilé, la vallée enneigée où il avait vécu la majeure partie de son enfance, et prît la route vers New Stendel.

 

 

10 Août 1283

 

Il commençait à apercevoir au loin un immense rocher lévitant au dessus du sol, cette forteresse, oui c’était elle, plus un doute. Il y était enfin arrivé après ses longues heures de marches pénibles ! Ce spectacle était si fascinant, époustouflant, il voulait voir ça de plus près.

"J’espère surtout que j’y serais avant la tombé de la nuit" murmura t-il. Le ciel commençait à se noircir, comme si une tempête s’annonçait.

 

11 Août 1283

 

 

Il gravit tant bien que mal les escaliers de cette immense ville, malgré la fatigue qui pesait sur ses épaules, et se rendît à la mairie de la ville.

- Bonjour monsieur, que puis-je pour vous ? Lança délicatement la secrétaire assise derrière le comptoir.

-Bonjour, je désirerais rencontrer le gouverneur de cette ville, c’est au sujet de…

-Ah c’est donc vous le fils des Belghar, nous vous attendions, et désolé pour ce qui est arrivé à votre père. M’interrompit-elle.

Quoi ? Mon père avait donc planifié mon arrivée à l’avance ?

 

- Malheureusement, notre bien aimé gouverneur est très occupé ces jours-ci et n’est apte à vous recevoir, vous pouvez par contre lui laisser un message, vous avez bien une lettre sur vous ?

 

-Oui, la voilà tenez donc. Rétorqua t-il en sortant la lettre de sa poche. Celle-ci s’était mouillée avec la pluie, mais l’encre ne s’était pas totalement déteint et restait donc lisible.

 

-Merci, quant à votre commande, nous enverrons dès que possible nos hommes pour la récupérer. Sachez aussi que nous ferrions un plaisir de vous accueillir dans notre taverne de Stendel, si vous avez besoin d’un lit pour la nuit. L’aubergiste sera aussi à votre service et à nos frais.

 

Quelle joie ! Après ce long périple, il allait enfin goûter aux mets raffinés local, et se reposer. Ce qui n’était pas de trop au vu de ce que j’ai enduré ces jours ici… Et il quitta la mairie, en attendant le traitement de sa requête.

 

-

:diamond: La fameuse lettre en question :diamond: -

7gzl5lwjrx.png

 

 

In Game

 

Oyez oyez jeunes gens !

 

Vous ! Oui vous !

Vous cherchez des pioches solides à en faire éclater la plus résistante des obsidiennes ? Ou des bêches aiguisées à en faucher le plus dur des blés ? Ou peut être même des haches tranchantes à en couper les plus robustes des chênes ? Ne cherchez plus ! Vous êtes tombez sur la bonne échoppe. Chez nous, nous ne vendons que de la qualité, de la très bonne qualité et à excellent prix en plus.

Alors, amis mineurs, fermiers ou même bûcherons, n'hésitez plus. Notre échoppe est faite sur mesure pour vous !

 

:goldblock: A part ça :goldblock:

 

Voilà maintenant presque 3 Mois que j'ère dans ces terres stendeliennes et je m'y plaît toujours comme au début. Je souhaiterais passer marchand afin de pouvoir vendre mes créations aux joueurs dans le besoin, en tout légalité, et à prix plus qu’abordable. D’autre part je suis un férvant habitant du Hameau doré, et j'y participe aussi beaucoup financièrement parlant. J’ai déjà 2 chantiers à mon actif en attente de cuboïdage et ce nouveau statue me donnerait un grand coup de pouce pour payer ceux-là, ainsi que ceux à venir.

Le surplus pourrait quant à lui me permettre des petits plaisirs.

 

Bien sûr, comme indiqué dans le titre, l'échoppe se nommera "The kings secrets" et sera spécialisée dans la vente d'outils (Haches,pioches...) , ayant moi même choisis le métier d'outilleur.

 

Voici maintenant pour l’architecture de mon échoppe, j’ai tenté de garder un style qui reproduit le plus fidèlement possible une outillerie/forge. Il ne s'agit là que du modèle du bâtiment principal, si d'autres échoppes voient le jour, elles pourront s'adapter à la terre d'accueil. ;)

 

mini_977280One.png

 

mini_894068510.png

 

mini_799578Two.png

 

Les futurs tarifs : (Le prix des outils en obsidian pourra être revu en fonction du cour de l'économie.)

tarifshwh.png

 

(Note: Vu que c'est 10 articles par magasin, je virerais en premier temps les faux en fer et en diamant)

 

Et bien sûr son emplacement :

emplacnmn.png

Une grande partie de l'image est cachée par un Voltemont mais on voit qu'il s’agit de la banlieue stendelienne sud. J'en ai parlé avec ces gérants, et pour l'instant c'est sur le point de se concrétiser.

Sinon, comme dit plus haut, l'échoppe aura des filières un peu partout sur stendel, ainsi que sur d’autres mondes.

 

 

Pour terminer, je dirais juste que l'argent pour payer la licence est prêt, ainsi que tout le reste pouvant servir à monter mon échoppe ou à éviter une pénurie des stocks.

 

Merci d'avoir lu ! En espérant que la réponse soit favorable. :D

 

Au revoir et bon jeu !

Link to comment
Share on other sites

Que dire de cette postulation ?

 

Un RP précis, bien rédigé, intéressant, une présentation soignée, tout cela prouve son investissement. Niouk s'investit sur le jeu, sur le chat et au Hameau Doré, en faisant un joueur de qualité, en plus de sa sympathie. Il nous montre ses talents de grand architecte, avec les screens de son échoppe très détaillée.

 

En bref, ce joueur mérite amplement ce grade et sa licence de marchand.

Link to comment
Share on other sites

Je réponds à la postulation de Niouk dans l'espoir que son intégration dans les rangs des marchands se fasse au plus vite. C'est un bonheur de jouer avec lui tant par sa bonne humeur que par sa grande sympathie. Que dire sur son RP ? Tout simplement génial et je pèse mes mots. J'ai vraiment hâte de connaître la suite de ses aventures.

En attendant :

+1

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...