Aller au contenu

Recommended Posts

Lien vers la demande de projet 

Bonjour, bonsoir. 

 

Un petit topic nécessaire pour centraliser certaines informations, si vous avez des questions, qu'il manque des informations dans le topic n'hésitez pas à le signaler  je modifierais. 

Je suis commerçant où je cherche une maison, je souhaite acheter où obtenir une maison/shop

Merci de passer par le forum en priorité, ça permet de conserver une trace et surtout je ne risque pas d'oublier. précisez bien quel prix vous êtes prêt à mettre (si vous souhaitez payer autre chose que le cubo) votre spé, ce que vous allez vendre etc. 

Pour les maisons des joueurs hors projets vous pouvez tout modifier sous reserve de suivre un petite charte (pas bien méchante) vous pouvez aussi garder les maisons déjà construites bien entendu. 

 

 

Carte aventure  "Le Tombeau" en lien avec le projet

 

Lien de téléchargement  Quelques énigmes un peu de combat, durée approximative une heure version minefield 1.11.2

 

Rejoindre le projet, c'est possible? comment? 

Le recrutement est bien entendu ouvert, la seule condition à remplir est un petit entretien mumble qui des informations supplémentaires sur le projet. Si vous n'avez pas mumble un petit formulaire MP existe, mais c'est plus long et contraignant. 

 

Le projet est petit il ne risque pas d'être fini rapidement? 

même si la surface n'est pas très grande ça ne risque pas d'être fini rapidement, rien que pour les arbres ce n'est pas des choses qui se font en deux trois semaines. 

D'autant que la majorité du projet est en sous-sol.

Liste des commerces et habitations accessibles hors membres du projet

  • Herboriste: @miti16
  • Habitation
  • Chambre dans l'auberge
  • Chambre dans la garnison
  • Forgeron
  • Bûcheron @ruvac

Constructions de Prava présente dans d'autres projets 

Toujours constituer d'un lien vers le carto et de screens, rien de plus. 

Lyndae

Révélation

6BT7G7l.png

???

Révélation

2dC65EI.png

 

Caslean an Nightmare

Révélation

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Écrits disponibles dans la bibliothèque:

 

la Vie de Keles "l'ouvrage indispensable pour tout Pravien souhaitant connaitre un peu plus  l'histoire de notre village" 

Révélation

Préambule. 

Ce qui m'a poussé à écrire ce livre c'est de trouver Keles à plusieurs reprises dans la salle des anciens leaders de Prava, je trouvais étrange que l'ont ne connaisse aujourd'hui plus que des bribes de ces personnes. Nous avons pourtant à disposition un bon nombre d'ouvrages techniques sur tout ce qui nous entoure, mais rien sur les personnes qui ont fondé le village. Ou les personnes qui ont pris les décisions importantes, il existe bien des statues, des noms, mais peut-on prétendre les connaitre?  Voici d'ailleurs tout ce que j'ai pu rassembler sur les trois membres fondateurs, qui sont ceux ayant, il semblerait, dirigé ensemble la première génération d'habitants. 

 

Vient d'abord Nanchet dit "la mère"  on retrouve sa trace dans beaucoup d'ouvrages, surtout ceux lié aux plantes, la médecine et tout ce qui concerne de près ou de loin le confort du village. Elle serait la personne qui aurait rassemblé les habitants du village pour la première fois. ils s'étaient installés de l'autre coté des montagnes ce que l'on appelle maintenant "Phrava" malgré sa petite stature le trait qui ressort des écrits est son audace et sa ténacité. L'exemple qui me parle le plus pour décrire sa personnalité c'est quand elle avait traîné le chef des gardes par "la peau des fesses" jusqu’à l’orée de la forêt, c'était pourtant un sacré colosse, ensuite elle lui avait donné un arc et un couteau et  l'avait laissé la en lui ordonnant de partir vivre dans la forêt pendant une semaine. Ce qui est important de noter c'est qu'il n'a pas rechigné et qu'il a survécu dans la jungle pendant une semaine, l'expérience lui à semble-il été profitable. Pourquoi avait-elle réagit comme ça? C'est  la où ça devient intéressant. Le chef des garde avait tué un démon poilu en voulant le faire parler sur la position de leur cité. 

 

Ensuite Ni'roc dit "le démon" La statue bien qu'effrayante semble être fidèle, les cornes, la peau rouge et la stature plus qu'imposantes sont relatés par de nombreux écrits. Les capacités de combattant de ce fondateur ne sont plus à prouver, c'est lui qui a sauvé Nanchet d'une mort certaine à plusieurs reprises, qui a accomplis des prouesses dont personne n'osait penser de telles choses possibles. on sait maintenant qu'il faisait partie d'un peuple qui avait habité dans une région proche. 

Il n'était que peu présent pour les villageois c'est pourquoi peu de personnes l'ont connu, mais les rares qui ont eu l’occasion de le côtoyer ont toujours été impressionnés. 

L'une des choses les plus marquantes est quand une famine a éclaté au début de l'installation de Prava, il se privait bien souvent de nourriture et était un des plus efficace pour en rapporter. Ce qui lui a valu de nombreuses louanges également. 

 

Pour finir Crowley dit "l'explorateur" malheureusement je n'ai pas pu obtenir beaucoup de descriptions de ce fondateur, en effet la statue a été dégradée volontairement ou non il y'a de nombreuses années. on possède énormément d'écrits de ce fondateur, plus que Nanchet c'est pour dire. Mais on ne peut connaitre son histoire et sa personnalité qu'à travers d’infimes détails dans ses rapports d'exploration. C'est donc très peu. 

Il était en revanche l'un des premiers à encourager les explorations dans les catacombes, les ruines présentes dans la jungle, ou dans les profondeurs des mangroves. La où des ruines sous marines sont présentes.

 

Je vais également faire un portait de Keles notre maire actuel

Le maire de Prava, un homme à l'ossature imposante, la barbe poivré sel et l'air fatigué. Il est le plus ancien habitant du village encore en vie, il est par exemple le seul à avoir vécu la bataille de Cynthe qui avait drastiquement fait baisser le nombre de combattants de Prava à l'époque. 

Il ne s'était pas particulièrement illustré mais peu ont vécu assez longtemps pour conter cette bataille. où même en garder les mérites. 

Ça avait toujours été un trouillard, c'est d'ailleurs sans doute pour cela que c'est le seul qui ne s'est pas lancé dans l'exploration des catacombes. 

Et puis voir tout ses camarades disparaître les uns-après les autres, lors d'exploration dans celles-ci n'avait rien de rassurant, un peu comme si ils avaient été engloutis. 

Les différents extraits de son journal permettent de retracer aujourd'hui une histoire presque fidèle du village, malheureusement  du à l'état des ouvrages abîmés par l'humidité, et la mémoire désormais un peu défaillante de Keles certains passages sont bien trop flous où manquants. 

Les ouvrages récupérés ont commencé a être rédigés lors de sa prise de fonction, mais d'autres choses ont été ajoutés comme les archives de l’architecture, de l'outillage et de la construction au sein du village. 

J'ai néanmoins pris la peine de retranscrire ce qu'évoquait les différents moments historique à Keles, vous trouverez les notes jointes comme celle que vous lisez actuellement.

Bonne lecture.

 

Le campement qui avait été établi dans une clairière apportait de nombreux atouts, de l'eau douce avec la rivière non loin, de la lumière et un sol fertile idéal pour la culture, de l'ombre fournie par les arbres en cas de forte chaleur.  

Mais un point primordial avait été oublié, lors de la fondation de Phrava par Nanchet, se retrouver au milieu d'un terrain dégagé avec des arbres qui entourent la ville.. ce n'est peut être pas la meilleure idée du monde, surtout quand des démons poilus vous veulent du mal. On se rends rapidement compte en cas d'attaque, que l'eau douce non loin n'empêche pas les incendies, et qu'avoir un champ de carotte ne protège pas d'un jet de pierre. 

Ce ne sont pas les vulgaires piques de bois qui vont stopper un envahisseur. 

Ni'roc lui nous a rapidement conduit dans un emplacement plus adapté pour fonder une ville.

En quelques heures à peine il avait réussi à tous nous rassembler, nous qui, dans notre fuite effrénée dans la jungle, toujours plus épaisse, pensions ne plus avoir d'avenir. 

Un arbre, tout aussi grand que les autres brûlai, c'était un signal qui se voyait des kilomètres à la ronde tant pour nous que nos assaillants.

Nul ne sut jamais comment il avait réussi à enflammer un arbre aussi grand, et comment le feu ne s'était pas propagé plus loin que le carré qu'il nous avait défendu de franchir. 

Une chose est sure, pour se battre contre les démons poilus, le feu était une bonne arme, une simple branche enflammée était d'ailleurs une chose que l'ont pouvait passer à tout le monde pour se défendre. Un peu plus efficace que les simple outils dont nous disposions à ce moment la

 

Prava a eu des débuts difficiles, la nourriture et l'équipement n'étant pas facile à se procurer, Le bois matériel de construction était omniprésent, mais nous étions incapables de tirer grand chose d'autre de la jungle à l'époque. La scierie ainsi que les tentatives de dégager la forêt aux alentours a rapidement été stoppé. Non seulement car faire tomber de tels arbres était dangereux, compliqué, mais surtout que nous ne trouvions pas l'utilité à tant de bois. Qui finissait bien souvent par se dégrader due au mauvais stockage face à l'humidité ambiante et la mousse envahissante. 

Dans la construction et la disposition des maisons, dans l'espace restreint dont nous disposions, certaines choses n'avaient pas été prises en compte. Le feu.. Après deux incendies ravageurs pour le village entièrement constitué de bois, les choses ont commencer à évoluer. La construction d'un puits permis d'apporter de l'eau douce dans cet endroit qui en était dépourvu à proximité immédiate.  L'utilisation de bois brûlé dans les bâtiments eu quelques avantages, comme repousser la vermine. 

Se procurer des armes et des outils ne fût pas non plus une mince affaire. Les excavations et mines étant en permanence gênés par les racines des arbres, mais quelques expéditions dans les ruines sous-marines ont permis de constituer un stock de nodules et de granite largement suffisant pour la petite population de Prava. 

 

"Au tout début, on avait même pas de quoi creuser le sol, on a du se faire des outils avec les pierres trouvées dans le ruines qui sont présentes dans une grande partie de la jungle. 

Bien que vivant presque en autarcie, Prava a bien conscience du monde extérieur, mais n'entretient aucune relation diplomatique ou commerciale avec d'autres nations. D'ailleurs le plan d’accès au village n'est connu que des aventuriers et explorateurs qui viennent fouiller les ruines dont je viens de te parler. C'est un peu ça qui fait vivre le village tu sais? Les nombreux explorateurs et aventuriers de passage, une bonne partie finis d'ailleurs par s'installer où disparaître, on retrouve parfois le cadavre, parfois pas. "

 

Après trois générations de leader s'étant imposé d'un commun accord dans le village, ce n'était maintenant plus le cas, les protestations et les conflits commençant à éclater. 

Ce n'était même pas forcément les compétences ou les talents qui les avaient mis la, mais souvent la conciliation des deux mondes coexistants au sein du village. 

Il y a les explorateurs, les aventuriers, ceux qui se battent, puis, tous les autres.

Ils sont bien plus nombreux, mais pas forcément aussi respectés, c'est d'ailleurs pour ça qu'avant que je me retrouve propulsé ici, c'était vidpa, le chef des gardes qui était tout désigné pour devenir chef. 


Pour une raison que j'ignore, il n'a pas souhaité endosser ce rôle, et a préféré qu'un vote à main levée se fasse.. aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est lui et un grande partie des guerriers qui ont fait pencher la balance en ma faveur, surtout que ce genre de soutien fait taire tout envie de protestation. 

Mais pourquoi moi? Un simple garde, loin de sa première jeunesse.. 

L'idée me semblait farfelue, mais maintenant je comprends pourquoi cette décision. ce n'est pas facile à voir au début, mais ce qui avait lié les leaders successifs c'est cette connaissance du l'histoire de Prava, on fait toujours plus confiance aux anciens, c'est lorsque je n'ai plus eu accès à la sagesse de mes aînés que j'ai été frappé de plein fouet par cet état de fait. 

 

"Oh je me souviens de mon élection comme si c'était hier, le village est composé de beaucoup d'individualités, c'est un peu dur d'établir des classes sociales, mais il y a ceux qui se battent pour vivre, et ceux qui vivent pour se battre, chasser, cueillir des herbes, faire la cuisine, fabriquer des outils, des vêtements, tout l'entretien que demande les armes, le village, ça prend beaucoup de monde ! j'avais beaucoup de soutien dans le village, mais très peu de la garde m'ont soutenu, pourtant nous étions collègues. Étonnant non? "

 

 

Point positif, les poilus ne sont plus trop présents. bien que la position de leur Citée ne soit toujours pas connue, nous avons réussi à avoir notre territoire, ils ne s'aventurent plus trop dans celui-ci. Cette situation est toujours mieux qu'une guerre ouverte; mais j'aimerais pouvoir régler le problème définitivement. 

 

La guerre avec les poilus? hmm c'est vrai que ça fait quelques années que c'est calme, mais en même temps qui pour se plaindre? même vidpa commence à être fatigué lui aussi. mais j'ai vu qu'il formait un petit jeune prometteur, comment il s’appelle déjà ? 

 

Journal de Nanchet

Révélation

The jungle was dense, but Ni'Roc didnt even sweat. The air was heavy and hot, and the pace was too much for her.

Not a single word was said since dawn.

Na:“It was the name of your wife?” She said, trying to catch her breath, pumping every last piece of air she could.

He stopped for a moment confused, for how long was she suffering? Then slowed down a bit.

His voice was warm, slow and strong.

Ni:“This name is why im here, helping your kind, what does wife mean?”

Na:“It’s someone important, that you are willing to spend the rest of your life with. Even give your life”

Ni:“like you?”

Nanchet, took support on a nearby tree smiling

Ni:“you cant walk again? We can take a break at the next glade but not before”

Na:“no im fine, we can keep going, but no, not like me. More like someone you choose before anything.”

Ni'roc brushed one of his horns, thinking.

Ni:“okay i got the idea, you have a wife too?”

Na:“i had someone like this too, but it’s in the past now”

Ni:“Oh, she is dead? Why didnt you go with her?”

Na:“i was here but..” she sigh “we are not strong like you, sometimes it doesnt go as planned, but he did great”

Only the sound of the rainforest accompagnied them until noon.

Ni:“how long do you need to eat?”

Her lips were dry, and is voice throaty she weakly said

Na:“at least an hour, i will need to get some water too”

Ni'roc while setting up a fire bare-handed.

Ni:“i will get the water to fill your bag”

Na:“again. It’s not a bag!”

Ni:“yes, yes because it’s just for water”

The meal nanchet started eating was just some dried meat. It was quick, so she

Even had time for a little nap, before Ni'roc came back with water.

After taking some ember in the palm of is hand and examinating them, Ni'Roc got up.

Ni:“the wood is strange here. Your ready to go?”

Na:“to do a fire with wood this wet strange enought for me, but yes im ready to get going”

Ni:“perfect, maybe we can be there before nightfall”

Na:“i was thinking, of you could have been here at the good time, you would have followed her?”

Ni:“yes for sure, why?”

Na:“but you would have died too,I mean, she was stronger than you, no? Even both of you wouldnt change the outcome..”

Ni:“i would have died for sure yes. She trained me, so yes i think, but didnt you knew about her ?”

Na:“yes i heard stories but it’s a hard time seeing your strengths sometimes.. i still dont really know why you are helping us!”

Ni:“because she wanted it, im bond to help the village raise and be safe.. im sure you will soon dont need me anymore”

She chuckle

Na:“if we dont get all lost in this jungle”

Ni:“you are really good at this that’s true”

They keeped the pace until the village. Not knowing about the shadow that was following them, jumping tree from tree.

 

Recueil de légendes - Singes carnivores, par Anneloup Roncin

Révélation

Branley était un petit enfant de neuf ans, et son rêve le plus fort était de devenir un aventurier, un explorateur, un guerrier. Il idolâtrait Crowley et espérait marcher dans ses pas. Branley était le pire des chenapans ; sa mère lui courait sans cesse après, délaissant ses tâches pour retrouver son petit dernier. Ce n’était pas sa sœur aînée qui allait l’arrêter : au contraire, c’est elle qui lui fournissait distractions et conseils. Il a ainsi appris à rester caché le temps que la voie se libère, et surtout il a appris à faire tout ce qui lui plaisait.  
Un jour, alors que le petit Branley avait fait une bêtise particulièrement alarmante, le chef du village lui-même s’est énervé. C’était pour le moins inhabituel, car voyez-vous, Branley était le fils du chef. Celui-ci était souvent bien trop occupé pour s’enquérir de son fils, et c’était à sa mère qu’il revenait de l’élever. Mais cette fois-ci, l’enfant était allé trop loin. Il avait profité de l’inattention de sa mère, distraite par son nouveau né, pour s’engouffrer dans le bureau de son père et lui dérober quelques objets lui semblant fort singuliers. Evidemment, il n’en avait pas compris l’importance et, jouant maladroitement avec le plus fragile d’entre eux, il détruisit un artefact ancien. Sa mère le retrouva enfin, et fut confrontée au tableau décevant de son fils et d’une des reliques les plus sacrées du village, brisée en mille morceaux. D’où l’intervention furieuse de son père.
Haut de ses neuf ans, outré et humilié par cette réprimande publique, Branley a alors décidé de se venger. Son plan était parfait. Il allait accomplir ce que personne n’avait jamais tenté. Trouver le village caché des singes de la montagne et revenir en héros, une troupe de singes pacifiques sur les talons. Son autorité, sa force et son esprit allaient réduire ces animaux à l’obéissance, plaçant les hommes en rois incontestés de la forêt. Il imaginait déjà la scène : tous les villageois en larmes, hurlant leur adoration et lui donnant maintes récompenses. Le chef s’inclinant devant lui et lui offrant sa place de chef, sa mère s’excusant de s’être mise sur sa route et de lui avoir claqué la joue. Il voyait si bien ce qu’il se passerait qu’il n’a pas hésité une seconde de plus. Le soir venu, alors que tout le monde dormait, Il a volé une pomme et s’en est allé en suivant son instinct d’aventurier.  
Il marcha longtemps avant que les bruits de la forêt ne lui agacent les oreilles. Il y était habitué, après tout. Les craquements l’inquiétaient peu, le hululement des chouettes lui donnait envie de siffler en cœur, et la faim ne le taraudait pas encore. Branley était un enfant très courageux. 
Pourtant, quand il eut marché plus loin qu’il n’était jamais allé seul et qu’il s’arrêta enfin pour manger sa pomme, des frissons de peur lui escaladèrent l’échine. La nuit était encore forte et la lumière de la lune et des étoiles ne s’engouffrait plus à travers les hautes branches. Le petit garçon avait marché tout droit, sans prendre garde au chemin emprunté habituellement par les chasseurs du village. Mais Branley était certain de pouvoir retrouver sa maison n’importe quand, aussi il décida de poursuivre sa route. Sans doute n’était-il plus très loin, il avait marché si longtemps !
Et effectivement, alors qu’il contournait un arbre particulièrement large, un caillou tomba à ses pieds. Branley en trébucha de surprise et s’étala sur le sol. Il se figea en entendant d’étranges sons. Sans se relever, l’enfant leva la tête et les yeux et fouilla les branchages du regard. Il s’était bien adapté à l’obscurité, et le petit se sentit pâlir alors que ce qu’il voyait s’imprégnait bien dans sa rétine. Là où il avait cru ne voir que de simples ombres se trouvaient deux monstres. Deux monstres perchés dans les arbres, un nonchalamment étalé sur une branche haute, l’autre ne s’y retenant que d’une main. Tous deux le regardaient, et Branley aurait pu jurer qu’ils riaient à ses dépends.
Fort de ses résolutions de la journée, l’enfant se releva et s’épousseta. Il prit une grande inspiration et tenta de parler. Malheureusement, l’émotion était trop forte et il se sentit bégayer quelques mots que personne n’aurait pu entendre. Serrant les poings de frustration, Branley ramassa le caillou qui l’avait surpris et le brandit au-dessus de sa tête, dans ce qu’il espérait être une posture menaçante.
Aussitôt, le singe qui se retenait à la branche d’une main se laissa tomber, à deux mètres du petit humain. Comme Branley, l’être se tenait debout. A l’inverse de Branley, il était très grand ; au moins aussi grand que son père. Le singe se baissa et attrapa lui aussi un caillou, reproduisant le geste de l’enfant. Ses dents révélées brillaient dans le noir. Elles semblaient faites pour croquer de la chair fraîche. 
Branley avait grandi dans la forêt. Il  savait comment faire fuir un sanglier, comment éviter les serpents. Il savait qu’il ne devait pas tourner le dos à un prédateur, ni le provoquer d’une quelconque façon. Mais Branley était ici pour une raison, et il comptait bien atteindre son objectif. Alors il s’avança et poussa un grand cri guerrier, pensant impressionner la bête. Celle-ci en lâcha son arme et recula d’un pas, les mains levées comme pour le repousser.
Branley était extatique. Il avait gagné ! Fort de sa victoire, il amorça un sourire quand il se sentit quitter le sol. Le deuxième singe, auquel il n’avait prêté aucune attention, s’était glissé derrière lui et l’avait empoigné. Il le soulevait aisément. Branley paniquait, étranglé par la prise du monstre. Celui face à lui reprit une posture menaçante, et pire encore, moqueuse. 
Des bêtes sauvages ? Branley allait les vaincre par son intelligence ? Les deux singes l’avaient fait tourner en bourrique ! L’un jouant la peur et le distrayant pendant que l’autre se faufilait dans son dos ! 
Branley fut emporté par les singes.
A ce jour, nous ignorons encore ce qu’il est advenu de lui. Cependant, les recherches du village ont permis à ses habitants de retrouver une chaussure par ici, un morceau de tissu par là. On dit que ce dernier était recouvert de sang.
Ce qui est certain, c’est que les singes de la montagne sont très intelligents – peut-être autant que les hommes. Ils sont encore moins de simples bêtes sauvages que l’on peut apprivoiser ou vaincre seul. Si Branley avait écouté ses parents, sans doute serait-il encore en vie aujourd’hui.

Journaux anonymes - Au sommet de la montagne

Révélation
Bien que je ne puisse pas être rattrapé, la jungle qui était très dense, épaisse, voir impénétrable  jusque la, me permet maintenant d'avancer plus aisément, les troncs s'élargissent, la canopée  bien plus clairsemée.
 
En m'installant prés d'un lac pour la nuit je remarque face à moi, en levant les yeux, dominant tout les feuillages alentours, perçant même au travers, le brouillard m'empêche d'en voir la fin.
 
Le moment n'est pas idéal pour entreprendre une telle ascension, il serait idiot de perdre le peu d'avance grappillé, surtout que sans matériel, de nuit, mis à part me blesser je n'arriverait à rien.
 
Le repas chauffe, l'abris de fortune devrait me permettre de passer la nuit, où du moins d'avoir un peu de repos jusqu’à l'aube, je ne peux m'empêcher de contempler, bouche-bée la grandeur qui me fait face.
 
Même avec du matériel adapté, cela ressemble de plus en plus à un acte de pure folie, impossible à réaliser; La brume empêche de voir suffisamment loin pour évaluer l'effort, quand bien même je le saurais, c'est bien trop abrupt et long pour humainement pouvoir le faire. 
 
Peut être est-ce ma situation, où mon repas frugal, mais je doit devenir fou, intrigué oui, mais l'envie de me lancer dans cette folie devient deviens présente, oppressante, j'aimerais contempler le paysage d'en haut, percer les mystère présent par delà de cette brume. 
 
En réfléchissant un peu, personne ne penseras à venir me chercher la haut, je serait au moins tranquille pour prendre un peu de repos, au vu du lac présent au pied de ce géant, l'eau, source de vie est présente. Ce qui est rassurant quand à une source de nourriture en hauteur. Après tout, pourquoi pas? en profitant de la fraîcheur de la nuit ça me semble à porté de main. 
 
En essayant de faire le tour pour trouver un endroit plus propice à l'acension je suis tombé sur une petite galerie qui descend dans les profondeurs, bien qu'elle ne me soit pas utile, elle m'indique la voie d'un chemin pour monter, invisible avant de l'emprunter.
 
Au sol les mots suivants sont gravés sur 3 étages différents, comme pour des marches, abîmés par le temps, la mousse recouvrait certaines lettres.
 " Petits êtres poilus; Lueur jaune dans les yeux; Foyer perdu " 
 
Ce n'est pas une mise en garde où un avertissement, bien que le sens m'échappe, ce chemin me permet de monter, l'ascension me tends les bras, je vais pouvoir enfin voir la tête de ce géant, peut être n'est-elle pas si lointaine.
 
Plus rude que je ne l'aurais pensé, le souffle court, ma torche s'est éteinte, les reflets de la lune ne m'éclairent pas assez, la nuit n'est pas être pas la meilleure chose pour voir autours de soi, je cherche tant bien que mal un abris, pour attendre le jour, moi qui espérait le voir d'en haut. 
 
La chance me souris,finalement je vais pouvoir continuer ma route, en cherchant un abris à taton contre la paroi, j'ai trouvé un renfoncement qui était une cache, à l'intérieur je n'ai pas trouvé de quoi rallumer ma torche, mais un étrange bâton, dur et froid au toucher.
 En essayant de l'examiner à la lueur de la lune, il se mit à briller d'une lueur phosphorescente. j'ai beau chercher, la cache ne contient rien d'autre, mis à part quelques feuilles et de la mousse.
En éclairant l'intérieur avec le bâton, quelques mots surgissent de l’obscurité.
"Précieux liquide; Caché profondément; Protection craquelée"
L'éclat est Largement suffisant pour continuer ma route,
 
Je tente désespérément de pomper l'air autour de moi, je suis épuisé, pourtant ça monte encore, le noir sans fond au dessus et au dessous.Je m'écroule finalement au premier emplacement plat que je trouve. Le sol semble vibrer, comme si il était vivant, tout tourne autours de moi, après tout je suis peut être bien devenu fou? Peut être que je n'aurais pas du manger ses baies.. Et se ruissellement qui n'en finit plus.. 
 
C'est un lac, un autre lac! Je suis certain d'avoir, grimpé, impossible d'avoir tourner en rond, je suis la rive pour me rassurer, si mon campement n'est pas la c'est que je suis ailleurs, un autre lac, plus haut, ça parait irréel. Tout me parait irréel. 
 
Pas e de trace de mon abris, c'est une bonne nouvelle, je crois ? J'ai encore trouvé des mots, gravés à même la roche cette fois. 
"Grand géant inamovible; Coeur convoité; Nombreuses saignées impassibles"
 
Le jour se lève enfin, je ne suis pas arrivé en haut, j'en suis d'ailleurs parfaitement incapable, je me tiens ici, entre terre et ciel, les branches ne semblent pas avoir de fin, mais elle se font plus finies ici, j'ai grimpé le tronc, déjà une belle victoire, contempler la hauteur est effrayant et fascinant à la fois, le sol d'ici est caché par la brume, qui n'est pas spécialement levée où plus dense avec l'aurore et la rosée qui perle sur les feuilles autours. 
 
La vue est vraiment magnifique, d'ici je peux voir l'orée de la forêt, ainsi que la fumée qui s’élève de la où je viens. On ne me poursuivras pas ici, mais qu'en est-il des autres? 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si vous avez des talents d'écrivains où aimer raconter des histoires n'hésiter pas à me MP je cherche du monde pour remplir la bibliothèque de villages de contes, légendes et livres divers.  C'est payé 100 PA par livre (si il correspond à ce que je cherche) 

 

J'en profite également pour dire que je rajouterais les screenshots des différentes constructions présentes sur d'autres projets au fur et à mesure 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une carte aventure à été réalisée téléchargeable ici d'une durée approximative d'une heure elle est principalement la pour apporter de la profondeur au histoires du village en menant l'enquête. Pas de Jump mais quelques énigmes. J'espère qu'elle vous plairas. 

La version de la carte est celle actuellement utilisé par minefield. 

 

La lecture de cette légende est conseillée (mais non obligatoire pour réussir la map) 

Révélation

Branley était un petit enfant de neuf ans, et son rêve le plus fort était de devenir un aventurier, un explorateur, un guerrier. Il idolâtrait Crowley et espérait marcher dans ses pas. Branley était le pire des chenapans ; sa mère lui courait sans cesse après, délaissant ses tâches pour retrouver son petit dernier. Ce n’était pas sa sœur aînée qui allait l’arrêter : au contraire, c’est elle qui lui fournissait distractions et conseils. Il a ainsi appris à rester caché le temps que la voie se libère, et surtout il a appris à faire tout ce qui lui plaisait.  
Un jour, alors que le petit Branley avait fait une bêtise particulièrement alarmante, le chef du village lui-même s’est énervé. C’était pour le moins inhabituel, car voyez-vous, Branley était le fils du chef. Celui-ci était souvent bien trop occupé pour s’enquérir de son fils, et c’était à sa mère qu’il revenait de l’élever. Mais cette fois-ci, l’enfant était allé trop loin. Il avait profité de l’inattention de sa mère, distraite par son nouveau né, pour s’engouffrer dans le bureau de son père et lui dérober quelques objets lui semblant fort singuliers. Evidemment, il n’en avait pas compris l’importance et, jouant maladroitement avec le plus fragile d’entre eux, il détruisit un artefact ancien. Sa mère le retrouva enfin, et fut confrontée au tableau décevant de son fils et d’une des reliques les plus sacrées du village, brisée en mille morceaux. D’où l’intervention furieuse de son père.
Haut de ses neuf ans, outré et humilié par cette réprimande publique, Branley a alors décidé de se venger. Son plan était parfait. Il allait accomplir ce que personne n’avait jamais tenté. Trouver le village caché des singes de la montagne et revenir en héros, une troupe de singes pacifiques sur les talons. Son autorité, sa force et son esprit allaient réduire ces animaux à l’obéissance, plaçant les hommes en rois incontestés de la forêt. Il imaginait déjà la scène : tous les villageois en larmes, hurlant leur adoration et lui donnant maintes récompenses. Le chef s’inclinant devant lui et lui offrant sa place de chef, sa mère s’excusant de s’être mise sur sa route et de lui avoir claqué la joue. Il voyait si bien ce qu’il se passerait qu’il n’a pas hésité une seconde de plus. Le soir venu, alors que tout le monde dormait, Il a volé une pomme et s’en est allé en suivant son instinct d’aventurier.  
Il marcha longtemps avant que les bruits de la forêt ne lui agacent les oreilles. Il y était habitué, après tout. Les craquements l’inquiétaient peu, le hululement des chouettes lui donnait envie de siffler en cœur, et la faim ne le taraudait pas encore. Branley était un enfant très courageux. 
Pourtant, quand il eut marché plus loin qu’il n’était jamais allé seul et qu’il s’arrêta enfin pour manger sa pomme, des frissons de peur lui escaladèrent l’échine. La nuit était encore forte et la lumière de la lune et des étoiles ne s’engouffrait plus à travers les hautes branches. Le petit garçon avait marché tout droit, sans prendre garde au chemin emprunté habituellement par les chasseurs du village. Mais Branley était certain de pouvoir retrouver sa maison n’importe quand, aussi il décida de poursuivre sa route. Sans doute n’était-il plus très loin, il avait marché si longtemps !
Et effectivement, alors qu’il contournait un arbre particulièrement large, un caillou tomba à ses pieds. Branley en trébucha de surprise et s’étala sur le sol. Il se figea en entendant d’étranges sons. Sans se relever, l’enfant leva la tête et les yeux et fouilla les branchages du regard. Il s’était bien adapté à l’obscurité, et le petit se sentit pâlir alors que ce qu’il voyait s’imprégnait bien dans sa rétine. Là où il avait cru ne voir que de simples ombres se trouvaient deux monstres. Deux monstres perchés dans les arbres, un nonchalamment étalé sur une branche haute, l’autre ne s’y retenant que d’une main. Tous deux le regardaient, et Branley aurait pu jurer qu’ils riaient à ses dépends.
Fort de ses résolutions de la journée, l’enfant se releva et s’épousseta. Il prit une grande inspiration et tenta de parler. Malheureusement, l’émotion était trop forte et il se sentit bégayer quelques mots que personne n’aurait pu entendre. Serrant les poings de frustration, Branley ramassa le caillou qui l’avait surpris et le brandit au-dessus de sa tête, dans ce qu’il espérait être une posture menaçante.
Aussitôt, le singe qui se retenait à la branche d’une main se laissa tomber, à deux mètres du petit humain. Comme Branley, l’être se tenait debout. A l’inverse de Branley, il était très grand ; au moins aussi grand que son père. Le singe se baissa et attrapa lui aussi un caillou, reproduisant le geste de l’enfant. Ses dents révélées brillaient dans le noir. Elles semblaient faites pour croquer de la chair fraîche. 
Branley avait grandi dans la forêt. Il  savait comment faire fuir un sanglier, comment éviter les serpents. Il savait qu’il ne devait pas tourner le dos à un prédateur, ni le provoquer d’une quelconque façon. Mais Branley était ici pour une raison, et il comptait bien atteindre son objectif. Alors il s’avança et poussa un grand cri guerrier, pensant impressionner la bête. Celle-ci en lâcha son arme et recula d’un pas, les mains levées comme pour le repousser.
Branley était extatique. Il avait gagné ! Fort de sa victoire, il amorça un sourire quand il se sentit quitter le sol. Le deuxième singe, auquel il n’avait prêté aucune attention, s’était glissé derrière lui et l’avait empoigné. Il le soulevait aisément. Branley paniquait, étranglé par la prise du monstre. Celui face à lui reprit une posture menaçante, et pire encore, moqueuse. 
Des bêtes sauvages ? Branley allait les vaincre par son intelligence ? Les deux singes l’avaient fait tourner en bourrique ! L’un jouant la peur et le distrayant pendant que l’autre se faufilait dans son dos ! 
Branley fut emporté par les singes.
A ce jour, nous ignorons encore ce qu’il est advenu de lui. Cependant, les recherches du village ont permis à ses habitants de retrouver une chaussure par ici, un morceau de tissu par là. On dit que ce dernier était recouvert de sang.
Ce qui est certain, c’est que les singes de la montagne sont très intelligents – peut-être autant que les hommes. Ils sont encore moins de simples bêtes sauvages que l’on peut apprivoiser ou vaincre seul. Si Branley avait écouté ses parents, sans doute serait-il encore en vie aujourd’hui.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvelle version de la carte aventure le Tombeau, avec pas mal de correctifs. Et l'ajout de la possibilité au départ de pouvoir changer de difficulté. Ainsi que la correction de pas mal de fautes. 

Encore une fois n'hésitez pas à me mp si vous êtes bloqués, où avez une suggestion. 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cherche toujours des commerçants particulièrement armurier et forgeron. 

 

Sinon la seule chose qui avance bien c'est la terraformation. Ah si les catacombes on beaucoup avancer aussi. Le réseau de caves sous le village et la section militaire on été passé en pause pour manque de ressource, j'irais les acheter dès que j'ai le temps.  

 

Peut être une demande d'extension pour les différents autels serait plus adapté plutôt que de construire uniquement dans d'autres projets.  

 

Une autre nouvelle est en rédaction également. Mais l'ecrivaine faisant ça le fait sur son temps libre, dont ça prendras le temps nécessaire avant d'être complété  (=pas pour tout de suite) 

 

J'ai pris en compte les retours pour la carte aventure également. Je ne pense pas la modifier sous peu, mais c'est noté, je le garde sous le coude pour quand j'aurais fini la version en anglais. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×