Jump to content

[Accepté][Mineur] La Novchenko Mining Corporation II


Zovsky
 Share

Recommended Posts

Mineur 

NMC ( Novchenko Mining Corporation ) 
Kubnigera, Antaris ( Harmonia et Port-Estroit envisagés ) 

 

*S’approche de la chaire et se racle la gorge*

Chers amis, je dois le reconnaitre, la NMC première du nom a vécu. Incapable de résister, dans un contexte de crise économique profonde, à l’absence de son directeur exécutif - votre humble serviteur - elle s’est vue placée en liquidation, et l’empire si soigneusement construit par ses soins balayé de la carte du monde.


Mais je vous l’affirme avec une conviction renouvelée, nous allons renaitre !

 

Après cette petite entrée en matière, permettez moi de faire l’habituel avertissement concernant l’ennui profond que ne manquera pas de susciter chez vous cette candidature, ainsi que de me décharger de toute responsabilité concernant l’éventuelle mort de votre poisson rouge. Rassurez-vous, cette postulation ne sera PAS encore plus violente que les précédentes et que je pense avoir relativement bien contenu mes ardeurs tolkienesques. Renoncez néanmoins tout de suite si vous ne vous sentez pas le courage d’affronter ce que mon esprit malade a concocté. En tout cas, si vous poursuivez, j’espère que vous ne regretterez pas votre lecture.

 

 

Présentation 



Bon, je me doute que si vous me lisez, c’est que vous avez au moins une vague idée de qui je suis. Ou pas. Et quand bien même, plusieurs petites choses ont changé depuis ma candidature chevalier, la dernière en date.

Première chose, je suis devenu (vraiment) vieux. Quand j’ai fait mon entrée sur le serveur ( ô présentation succincte, quand tu nous tiens ) en ayant tout juste fêté mon 19 ème anniversaire, je me retrouve - et c’est logique, après tout nous sommes un an plus tard - aujourd’hui âgé de vingt et une années et quelques mois. On peut donc considérer que la vieillesse, la décrépitude et la mort me guettent de leurs yeux rouges et vicieux.


Mais ce n’est pas tout ! Hasta la vista Marseille, Good Bye London, me voici désormais résident de la ville-lumière. Vous l’avez deviné, j’habite désormais à Paris ( dans le cinquième pour les curieux ). Il me semble l’avoir évoqué dans une de mes dernières candidatures, ce déménagement s’explique de part mon entrée à la Sorbonne ( une fac très sympa pour ceux à qui ce nom n’évoque rien. Pour rien ne vous cacher, cette situation elle-même est temporaire, et je m’apprête à sacrer mon camp à Vancouver l’année prochaine ! ( Canadiens dans la salle, comptez-vous ! )


Bien entendu, je suis toujours un fervent adepte du piano, cet instrument magique que j’ai le plaisir de pratiquer plusieurs heures chaque jour. Je me rends un peu moins souvent à Bruxelles qu’il y a un an, mais bon, on va dire que puisque je bosse désormais avec un prof du CNSM ( le conservatoire national supérieur = domaine des psychopathes ), je n’ai pas perdu au change.


Qu’ouïs-je ? On me réclame plus d’informations ? Et bien soit, mais vous l’aurez voulu.


En toute franchise, les jeux vidéos occupent une place bien moins importante dans mon existence qu’il y a un an. Je n’en pratique désormais plus vraiment de façon régulière, bien que Minefield rechigne à me laisser échapper à sa sphère d’attraction. Je n’ai pas pour autant bazardé mes consoles et autres instruments conçus à la gloire du virtuel, mais les choses ont tout simplement changé. Moins de temps, une IRL plus imposante : je préfère ne pas m’éparpiller et me consacrer lors de mes moments  de détente de façon pleine et entière aux  choses que j’affectionne.


Enfin, je pense qu’à côté de tout cela, nombre d’entre vous me connaissent pour mon humour moisi (merci Dicsi d’avoir été mon maître), mon...sale caractère, de temps en temps, et puis bien évidemment, pour tous les délires tordus que j’ai eu la joie de partager avec nombre d’entre vous, après tout, Zovsky  reste Zovsky.


Hum, on me souffle dans l’oreillette que parler de soi à la troisième personne n’est pas très bon signe, je vais arrêter ça.


Bref sans plus de cérémonie, je vous propose de passer aux terribles, aux incroyables

textepresentation


Antécédents et réalisations 

 

Il y a de cela…*argh* deux ans et quelques mois (l’AVC me guette) un jeune niais arrivait sur les terres minefieldiennes, fortement encouragé par un de ses amis IRL. Vous vous en doutez, le jeune niais n’est autre que moi-même, et ce cher ami IRL n’est autre qu’Imouff. Voilà, si vous devez me supporter depuis près d’un an, c’est grâce à lui. Comme qui dirait “ Vous pourrez remercier votre camarade.. après mon départ.”


Bref, après ma brève présentation, et durant plusieurs mois, je n’ai fait qu’excaver les sous-sols environnant ma maison. Cette période constituant probablement l’épisode le plus inintéressant de ma vie minefieldienne, je ne m’y appesantirai pas. J’ai eu cependant la chance d’être assez rapidement repéré par Chimé, qui, bien qu’il ne soit plus trop actif désormais, est tout de même celui à qui je dois mon intégration au sein de la vie sociale du serveur.


C’est donc auprès de la Colonie du Kubnigera que j’ai fait mes premiers pas, après que ma candidature - la première, et la seule que j’ai jamais formulée pour un projet - ait été acceptée à l’unanimité en décembre 2012. Considérez cela comme le début d’une grande aventure : c’est là que j’ai rencontré des personnes parmi celles que je considèrent le plus sur le serveur. Je ne peux bien évidemment pas oublier de mentionner les soirées de travail dantesques sur l’arbre, qui m’ont valu de très -trop- nombreuses morts violentes, à tel point que mes braves compagnons m’érigèrent un petit monument commémoratif au sommet de l’acacia.


Quelques temps plus tard, je me décidai finalement à déposer mon propre projet, Antaris, qui se vit recevoir l’insigne honneur d’être le premier projet à être accepté sur Nabes. C’est désormais à celui-ci que je consacre la plupart de mon temps, bien que les travaux avancent lentement.


Encore un peu plus tard, j’ai eu le privilège d’être sélectionné comme rédacteur de quête lors de la deuxième campagne de recrutement dirigée par feu Super_Pingouin, maintenant régie d’un sabot de fer par Hooder. Dur travail, qui avance lentement, mais on a également bon espoir de faire un jour souffrir les joueurs au travers d’épreuves plus sadiques les unes que les autres.


Accessoirement, j’ai lancé la création d’une nation sur Nabes, la Fédération, qui a pour but, en réunissant plusieurs projets actifs là-bas, d’impulser un élan de vie à cette map plus que délaissée ! Si vous voulez plus d’info, c’est par là. On espère tous, en dépit de la difficulté que constitue sa mise en place, qu’elle se verra bientôt officialisée.


Voici donc quelques unes des réalisations que j’ai dirigées ou auxquelles j’ai participé durant ma vie minefieldienne.

 

 

 

 

1423069518-1388571542-realisations1.png

1423069525-1388611329-realisations2.png

 

 

 

D’un point de vue moins “ minecraftien ” j’ai également pu participer à plusieurs concerts, à l’occasion desquels j’ai pu allègrement torturer mes auditeurs à l’aide de morceaux les plus affreux les uns que les autres !

Il y eut tout d’abord le concert de This Is Minefield, au Lotus de New-Stendel.

S’ensuivit le concert à l’occasion de la réouverture de Galianor.

Et bien sûr tous les concerts de l’opéra de Cérule, mes moments musicaux préférés en compagnie de mon beloved pongboum.


Comme vous pourrez bientôt vous en rendre compte, le rp a une GRANDE importance pour moi, j’ai de ce fait regroupé dans la taverne RP une partie des aventures de mon personnage, sous le nom de “ A Minefield Odyssey. ” Pourquoi un tel acharnement vis à vis des pauvres lecteurs, me direz vous. Tout simplement parce que l’univers de Minefield a été pour moi une fantastique source d’inspiration. Je ne conçois pas mes rp comme de simples formalités nécessaires aux passages de grades. A vrai dire développer  mon rp est peut-être la motivation qui m’a poussé à mener à bien la plupart de mes constructions sur le serveur.


Mais je m’égare, quant à parler de motivations, autant aborder la section correspondante !



Motivations 

 

Mes motivations pour devenir commerçant n’ont pas différé de ma première candidature, je vous y renvoie donc :


Comme pour chacune de mes demandes de grade, mes motivations sont multiples.

La première, je ne veux pas chercher à le cacher, est, considérant mes talents de bâtisseur plus que limités, pouvoir apporter un soutien d’une autre forme au rassemblement de projets placés sous l’égide de la SAK. Je parle donc d’un support financier pour Antaris bien entendu, mais aussi le Kubnigera, Bel-O-Kube...


La seconde, sachant que je dirige un des seuls projets actifs de Nabes, est que je suis par conséquent une des personnes les mieux placées pour favoriser la distribution du marbre blanc, une ressource pour le moment trop peu exploitée selon moi ( cf le projet mis en place par Tybalt et moi, l'exploitant à outrance :3 )  et qui mériterait de pouvoir être utilisée par d’autres que les riches chefs de projet. Mon but est d’ailleurs de favoriser l’accès à toutes les ressources minières que je serai en droit d’exploiter, lutter contre la tendance actuelle -ne serait-ce qu’à une échelle individuelle- clamant que les prix des commerces sont trop élevés. J’espère à long terme pouvoir contribuer à la redynamisation du marché des ressources.


La troisième est tout bonnement que l’accession au grade de commerçant serait une nouvelle consécration pour moi. En plus des avantages non négligeables que ce statut procure, cela me permettrait d'apporter une contribution d’un nouveau genre au serveur en favorisant les travaux effectués par jeunes arrivants, lesquels sont toujours heureux de se faire “réellement” rémunérer.


Finalement, devenir commerçant me permettrait de renforcer les points sur lesquels je travaille déjà depuis mon arrivée sur le serveur plutôt que de me diriger vers des horizons totalement nouveaux, mais j’espère que ces motivations vous auront convaincu !


Ajoutez à cela le désir somme toute basique de récupérer une licence bien rapidement perdue.



Screens des shops

Pour rester totalement en accord avec le rp que vous trouverez plus bas, j'ai décidé de ne présenter que des commerces "itinérants" c'est à dire construits au sein d'un moyen de transport.

 

• Pour celui d'Antaris, il s'agira d'un dirigeable, celui-là même que j'avais présenté il y a quelques temps dans le topic du projet et qui a été mis en scène dans le rp. L'accès sera bien évidemment possible, le navire sera amarré à l'aérogare d'Antaris en construction.

 

1360368986-2013-02-07-23-43-24.png


• Pour celui du Kubni, là encore ce sera un commerce itinérant, basé dans ce navire marchand ( le shop en lui même sera localisé dans le château arrière ).

 

1371799396-2013-06-21-01-26-52.png

1370170750-2013-06-02-12-54-00.png

 

Petite rubrique prix


Diamant : 4 pa /u

• Flint : 10 pa/stack

• Lapis-Lazuli 0,5 pa/u

• Stonebrick craquelée 4 pa/stack

• Marbre blanc : 2,2 pa/u

• Marbre blanc raffiné : 2,5 pa/u

• Marbre noir 1 pa/u

• Marbre noir raffiné 1,2 pa/u

• Minerai de diamant 7 pa/u

• Minerai de lapis 0,7 pa/u

• Minerai d'or 1 pa/u

 

Le RP :

 

Confortablement installé sur le siège copilote de l'ornithoptère, le capitaine de vaisseau Liam Gin, pensif,  regardait  les vagues défiler à toute vitesse sous ses pieds. L'appareil, manoeuvré par le lieutenant Khas- pilote d'essai de l'armée de la Fédération - avait beau être un prototype, avec son cockpit tout en verre et ses trois énormes réacteurs rassemblant à eux seuls presque toute la masse du vaisseau, il était au bas mot impressionnant, et le capitaine frémit de fierté à l'idée que ce modèle avait été spécialement conçu pour soutenir la flotte Alpha, dont il  avait été désigné pour prendre le commandement.

 

La flotte Alpha avait été assemblée au profit d'une des plus longues trêves jamais observée entre la Fédération et l'Empire, dans l'espoir de constituer une force capable de prévenir une bonne fois pour toutes le territoire de l'alliance des incursions rageuses de l'ennemi. Projet mené dans le plus grand secret quasiment jusqu'à son terme, il semblait évident que sa réalisation avait bénéficié des connaissances du Fondateur, l'étrange conseiller du seigneur Astiul, tant les quelques ingénieurs chargés de superviser les travaux lui avaient assuré, lors d'un bref entretien peu avant son décollage pour le site d'assemblage, que les navires dont il s'apprêtait à prendre la direction marqueraient une véritable révolution dans l'ère de la marine de guerre ant. On lui avait aussi assuré que si les équipages avaient déjà été entrainés en vue d'opérer sur ces machines d'un nouveau genre, il aurait lui-même besoin d'une formation, qui serait assurée par un agent déjà sur les lieux. 

 

D'un geste rodé par l'habitude, le capitaine Gin sortit sa montre à gousset d'une des nombreuses poches de son uniforme gris, et l'ouvrit d'une saccade. Déjà plus de quatre heures qu'ils volaient, et le pilote n'avait toujours pas dit un mot, à se demander s'ils auraient assez de carburant pour atteindre leur destination. L'antium faisait des merveilles, mais comme toute chose, il avait ses limites...

 

L'antium, le trésor des Profondeurs, une substance découverte par hasard par une équipe de minage subaquatique, et qui, si elle s'était révélée très difficile à maîtriser, avait tout de suite révélé un potentiel exceptionnel. Si exceptionnel qu'après examen de la substance par les érudits de l'Atrium, des ordres spéciaux parvinrent du Palais des Nuées, exigeant qu'un régiment de sous-mariniers soit détaché et affecté à une " Unité spéciale" . On apprit peu après que de telles exigences avaient également été communiquées à la Régie des Profondeurs, réquisitionnant ouvriers et ingénieurs en nombre.  Rien ne filtra pendant de longs mois, et les rumeurs les plus extravagantes circulèrent sur ce que l'on nommait sobrement " Projet Nova". On prétendait que le Fondateur, soupçonné d'orchestrer la chose, avait cédé aux demandes sans cesse plus pressantes des dirigeants fédérés, et aidait les Ants à fabriquer des armes d'une puissance démoniaque. Si les plus optimistes pronostiquaient joyeusement la fin imminente de la guerre et l'effondrement de l'Empire, les plus sceptiques craignaient à chaque instant que l'île ne parte en fumée, dans le cas où les prétendus apprentis sorciers rateraient leur coup. 

 

Et tout avait bel et bien failli mal tourner. 

 

Le danger n'était pas venu d'une quelconque expérimentation aux applications meurtrières, le Fondateur campant en réalité sur ses positions et veillant à ce qu'aucune recherche ne soit entreprise dans ce sens. Bien plus insidieuse, la menace avait jailli de la substance en elle même, ou plutôt de sa méconnaissance par les chercheurs, manquant de causer la perte de l'entière équipe Nova.  Peu de temps après le début des travaux, de nombreux ouvriers-mineurs, et même certains ingénieurs tombèrent malades, présentant des traces de brûlures sur tout le corps - les plus graves se situant au niveau de leurs mains, littéralement calcinées. Bien que pris en charge immédiatement, leur état empira rapidement, et les patients présentèrent perte de cheveux, vomissements, hémorragies internes sans qu'aucun traitement ne parvienne à améliorer leur état. Au bout d'une semaine à peine, le centre de contrôle des maladies fut forcé d'annoncer le décès de l'intégralité des contaminés, sans qu'aucune explication satisfaisante n'ait pu être apportée sur leur dégradation soudaine. Négatifs à tous les tests réalisés,  ils venaient pour la plupart de secteurs différents de la cité, n'ayant ainsi pratiquement aucun point commun.

A vrai dire, ils n'en avaient qu'un : tous avaient manipulé de l'antium, ou participé à l'extraction originelle du gisement sous-marin. Sans exception.

 

Faisant rugir ses réacteurs, l'ornithoptère vira soudainement de bord. Malmené par le brusque changement de trajectoire, la tête du capitaine alla violemment heurter la paroi vitrée de l'habitacle.  Reprenant péniblement ses esprits, il s'apprêtait à exprimer au pilote tout le bien qu'il pensait de sa façon de manier l'appareil, mais celui-ci le prit de court.

 

" - Pardonnez-moi pour les turbulences, capitaine Gin, les détecteurs m'ont prévenu un peu tard de la présence d'une escadrille impériale... Pas eu d'autre choix que de virer sec pour rester hors de portée. Ces chiens ne me facilitent pas la tâche depuis que nous avons quitté l'espace aérien d'Antaris...quelle tuile que le Symphonia soit en mission, avec lui ça aurait été du gâteau ! Boum, direct dans la stratosphère ! "   

 

Gin acquiesça silencieusement. Il commençait à comprendre pourquoi ils volaient depuis si longtemps. Slalomer entre les patrouilles de l'Empire n'avait rien d'une partie de plaisir...

 

" - Il semblerait que j'ai sous-estimé l'avancée des forces ennemies, soupira-t-il, autant pour lui même que pour le lieutenant Khas, nous ne sommes pourtant pas si loin de Keysington...

 

- Mais la Fédération vaincra, capitaine, énonça le pilote, laconique, comme toujours. Ne vous en faites plus pour les patrouilles, nous sommes pratiquement arrivés, le secteur est sûr."

 

Gin ne répondit rien. Il repensait distraitement à l'antium, et comment les érudits de l'Atrium - des hommes vénérables, respectés de tous sur l'île - durent supplier le Fondateur d'intervenir pour sauver le reste des ants contaminés, avant que celui-ci ne se décide enfin. Mais au final, Sözdatel avait même fait plus que sauver quelques uns des leurs. Bien plus. Il leur avait appris à raffiner le précieux minéral et à en extraire le principe actif, le processus aboutissant à un composé liquide, facilitant grandement son stockage et son utilisation comme carburant. Tout en nous promettant de terribles représailles si jamais nos scientifiques s'avisaient de s'en servir comme d’une arme, les indications du Fondateur nous permirent de faire un bond de plusieurs dizaines- voire centaines - d'années en avant en matière d’ingénierie. Le premier grand pas en avant qu'il nous fallut faire sur le chemin menant à la maîtrise de l'antium fut la construction d'une plate-forme d'exploitation et de traitement, dans la baie où le premier gisement avait été découvert. Selon le Fondateur, procéder de la sorte nous permettrait de manipuler le produit sans le faire pénétrer dans la cité même, minimisant ainsi les risques en cas de problème ou de contamination, la plate-forme pouvant aisément être placée en quarantaine, n'étant reliée aux Profondeurs que par un tunnel sous marin scellable depuis la Régie même.

 

L'Ascension et le Symphonia furent les deux premiers appareils de classe -A-, c'est à dire à bénéficier de moteurs à antium,  mais ces deux prototypes furent rapidement rejoints par le sous-marin Über, premier bâtiment fédéré de ce type. Bien que leur construction et leur assemblage n'aient été que des suites de revers et de complications innombrables, les prouesses qu'ils accomplirent par la suite sur le champ de bataille ne purent qu'encourager les conseillers des Nuées à poursuivre la production de vaisseaux de classe A. Le capitaine peinait encore à réaliser qu'il allait prendre le commandement des navires dotés de la technologie la plus avancée de tous les plans connus - plaçant ainsi entre ses mains une puissance qu'aucun autre homme, ou presque, ne pourrait jamais espérer détenir. Cela avait de quoi faire tourner la tête...

 

Gin soupira profondément, et scruta les cieux de plus belle, à l'affût du moindre signe pouvant indiquer qu'ils approchaient du chantier naval. Le militaire était las. Malgré les explications du lieutenant Khas concernant la longueur quasi-exaspérante de leur trajet, cette histoire demeurait toujours incompréhensible. Antaris disposait des ouvriers et équipements les plus perfectionnés de la Fédération, pourquoi ne pas avoir fait construire ces bâtiments déterminants pour l'issue de la guerre au sein même de l'île, dans les chantiers des Profondeurs ?

 

Dans un dernier vrombissement de réacteur l’ornithoptère vira de bord, passa sous une arche naturelle entre deux falaises et, pénétrant dans une considérable baie cernée de montagnes céruléennes, lui dévoila la réponse. 

Au centre de cette rade façonnée par la nature se trouvait une des plus étranges structures qu’il ait été donné à voir au capitaine Gin. Toute faite d’acier, elle n’était pas sans lui rappeler la plate-forme de forage édifiée dans la crique d’Antaris , à ceci près que le modèle qu’il  avait sous ses yeux était au bas mot quatre à cinq fois plus grand. Mais, si stupéfiante que pouvait être cette étrange réalisation, ce n’était pas sur elle que se focalisait l’essentiel de l’attention du capitaine. Malgré toute son écrasante hauteur, le tout nouveau et très secret G.Q.G de la Fédération n’était pas ce qui, dans les yeux du marin, allumait cette curieuse étincelle qu’on ne croit trop souvent pouvoir déceler seulement dans les yeux des amants ou des croyants. 

 

Amarrés au G.Q.G fédéral se trouvaient les plus beaux et les plus terrifiants navires jamais construits de main humaine. Terriblement imposants malgré la distance -laquelle se réduisait de plus en plus tandis que l’ornithoptère amorçait son approche finale - ils brillaient littéralement dans le lointain, leur coque de métal lustrée se jouant joyeusement des rayons du soleil à son zénith. Sans voile, sans canons latéraux, seul un mât d’acier  jaillissait en leur centre, se propulsant à une hauteur invraisemblable et son sommet hérissé de toute une panoplie d’antennes lui donnant des airs de communicateur géant. A la proue, ce que le capitaine Gin n’identifiaient encore que comme des casemates étaient en réalité deux formidables canons, à la puissance de feu invraisemblable pour leur taille. 

 

Ferveur. Transcendance. Certitude de contempler une chose le dépassant de loin.

C’est avec une foi renouvelée dans son armada que le capitaine s’extirpa du cockpit.

 

- Bienvenue au GQG commandant, l’invectiva un jeune officier, criant à moitié pour couvrir le bruit des réacteurs en train de s’ éteindre.  Suivez-moi, je vais vous présenter.

 

Acquiesçant silencieusement - il ne se sentait de toute façon pas le courage de se briser les cordes vocales pour demander à qui on pouvait bien le présenter - Gin lui emboita le pas. Ils avaient atterri sur une large plate-forme de métal, de forme vaguement circulaire et, dans l’ombre de la haute tour de contrôle en son centre, emplie d’une animation aussi vive que confuse. Ce n’était partout qu’aéronefs au décollage et en approche, barils de carburants poussés à toute allure, messagers se précipitant dans des trappes menant aux profondeurs du QG. Le contraste avec l’immensité du lieu, son ouverture sur le ciel et la mer, était saisissant. 

 

 

A l’extrême bord de la plate-forme, silhouette solitaire face à l’abîme, un homme se tenait, son long manteau - bleu marine peut-être, la couleur était difficile à discerner à contrejour - claquant furieusement au vent. Il ne fallut pas longtemps au commandant Gin pour comprendre que, qui que ce fut, c’était à lui qu’on le menait. 

 

Qui que ce fut, c’était lui qui dirigeait ici. 

 

Un millier de questions se pressaient dans l’esprit du commandant, et c’est à peine s’il réalisa que déjà il se trouvait face à l’homme, et que celui-ci, d’une voix calme et douce, mais à laquelle l’empreinte de l’autorité conférait des accents glacials, lui déclarait : 

 

« - Commandant Gin, votre réputation vous précède, ravi de finalement vous rencontrer. 

 

Le militaire bredouilla un vague remerciement, un affreux doute étreignant soudainement son esprit. 

 

- Il n’y a pas de quoi vous inquiéter, reprit l’homme au manteau. Après tout, ne suis-je pas Sozdätel ? » 

 

 

 

 

Le groupe avançait lentement au milieu des chantiers navals. Comment ? Comment était-ce possible ? Le Seigneur Astiul avait formellement interdit à Sozdätel de s’impliquer plus avant de façon active dans la stratégie militaire de la Fédération. Comment celui-ci en était-il arriver à prendre le commandement, dans le plus grand secret, du Centre d’Opérations le plus titanesque de toute l’Alliance nabessienne ?

 

« - Comment avez-vous fait ? souffla Gin, plus pour lui même que pour le Fondateur Comment avez vous trompé à la fois la surveillance Ant et celle de l’ennemi ? »

 

Le Fondateur resta longtemps silencieux avant de répondre. Ils se déplaçaient sur une passerelle survolant littéralement les sites de construction, tous situés au niveau de l’océan, dans l’ombre de la gigantesque piste d’atterrissage et l’étrange conseiller d’Astiul semblait inexplicablement savourer le vacarme - ce fond sonore incessant et entêtant, pareil aux effluves d’huile et de métal fondu à laquelle on ne pouvait échapper dans ce fief de l’industrie - dans lequel ils évoluaient. 

 

« - Avez vous déjà entendu parler de la Compagnie, mon cher commandant ? demanda-t-il finalement.

 

- La Compagnie ? s’étonna l’autre, décontenancé. Vous voulez dire ce gigantesque Consortium minier qui a jailli du néant voilà deux ans ? Qui a permis à Speiqua de contourner le blocus impérial, établi des avants-postes dans tous les territoires connus et constitué une véritable bouffée d’air frais pour notre économie ? Pour sûr que j’ai entendu parler de la Compagnie…encore un mystère, qui l’a créée et comment ont-ils procédé à leurs débuts..

 

Le Fondateur ne put réprimer un sourire.

 

- J’ai créé la Compagnie, mon cher Liam. J’ai utilisé le Symphonia, mon appareil, et les réserves minières d’Antaris - auxquelles Astiul refusait de toucher dans sa stupidité - pour effectuer les premières transactions, et mes associés de la première heure ont ensuite pris le relai, me permettant de conserver l’anonymat. La Compagnie, ou devrais-je dire, pour citer son nom exact, la Compagnie Minière de Karajan, a toujours été une création Ant.

 

Gin était si abasourdi - de telles révélations mettaient en danger des dizaines de personnes, le Seigneur d’Antaris mettrait à mort sans hésiter quiconque avait oser toucher à son trésor, qu’il ne trouva qu’une seule question à poser - que plus tard il trouverait tellement stupide qu’il en rougirait à la seule pensée.

 

- Pourquoi me dites-vous tout ça ? Je pourrais tout aussi bien aller tout répéter aux autorités compétentes, à la seconde où je quitterais cette base…

 

- Croyez-vous vraiment que je vous révèlerai tout ceci si j’avais le moindre doute sur votre loyauté, votre loyauté à la Fédération et non pas à ses dirigeants ? Je n’ai pas confiance en vous pour ainsi dire, Gin, mais je sais que vous ferai ce que je vous dis, car je sais que vous ferez ce qui est juste.

 

- Et…que voulez-vous que je fasse….Sire ? répondit le commandant, ne sachant plus s’il devait s’agenouiller devant le conseiller ou se rebeller ouvertement. 

 

Le sourire du Fondateur s’élargit encore.

 

- Vous allez m’accompagner au coeur des territoires impériaux. J’ai un chargement spécial à vendre, et nous allons convertir un Gouverneur impérial. Le commerce, mon cher commandant, est parfois plus efficace que la plus grande des armées. 

 

 

 

—————————————————————

 

« Une démonstration ! » s’insurgea le Gouverneur, méprisant. Dominant la foule au pied de son trône, il se cala dans ses fourrures et serra dans sa main décharnée le long bâton orné de pierreries qui lui servait de canne, de fléau et de sceptre.

 

« Et de l’or, Votre Seigneurie, précisa Karajan.

 

- Des montagnes d’or, renchérit Gin.

 

- Des montagnes d’or… » marmonna le Gouverneur, comme s’exerçant à la visualisation mentale d’une telle chose.

 

Gin posa à terre le coffret qu’il portait à bout de bras depuis leur débarquement, et l’ouvrit avec un détachement bien mal feint tant son malaise transparaissait. Il se sentait seul, même en compagnie de Sozdatel - qui se présentait depuis leur sortie du territoire fédéré sous le nom du Capitaine Karajan - perdu au milieu d’un territoire hostile. La même impression qu’il avait ressentie lors de son premier voyage en mer, avant la Grande Guerre.

 

Le demi-cercle de conseillers, barbus et enfarinés, regardaient les marchands d’un air peu amène. Derrière les portes de la salle, une petite armée attendait la suite des événements. Karajan et Gin étaient bel et bien coupés de leur navire. Leur éloquence et la corruption était désormais leur seule arme.

 

Karajan procéda aux derniers réglages du monstrueux assemblage d’engrenages qui avait occupé le Fondateur tout le long du voyage, et, une dernière fois, récita une courte prière pour que l’enveloppe de quartz et de fer confinant le coeur d’antium tienne.

 

- Qu’est ce que c’est que cette horreur ? demanda le Gouverneur.

 

Karajan recula d’un pas et répondit «  Un petit appareil, monseigneur, que j’ai construit moi-même.

 

- J’ai des yeux pour voir messire, mais ce n’est pas vraiment cela qui m’inquiète. Serait-ce une de ces abominations chimiques venues des barbares de la Fédération ?

 

 

- Elle fait certes appel aux principes de la chimie, reconnut gravement Karajan, mais vous n’aurez aucunement à vous en soucier. Il est réservé à mon seul usage, et je prends sur moi d’assumer toutes les abominations pouvant en surgir.

 

Le Gouverneur avait brandi son sceptre d’un air menaçant dans la direction du transmutateur, et on pouvait lire sur ses lèvres la déclamation d’un antique mantra purificateur.

 

- Peu importe. Quel rapport y a-il entre cet engin diabolique et l’or qui sauvera peut-être votre vie et celle de votre compatriote ?

 

- Avec cet machine, Sire » déclara tranquillement Karajan en posant les pains sur les flancs éraflés de la cavité centrale « je peux transformer le fer, dont vous vous fichez éperdument, en or de la qualité la plus pure. Ceci est le seul appareil connu de tous les plans capable d’une telle prouesse, transmuter le fer  - dont vous avez vulgairement recouvert les parois de vos cachots - en or sonnant et trébuchant.

 

Karajan se dit qu’il sabotait son boniment. D’habitude, son discours était plus coulant, plus plausible. Cette fois, ses arguments lui semblaient s’élancer vers leur cible avec la même grâce d’un convoi de navires marchands de 300 tonneaux chacun. Mais au final, tentait-il de se convaincre, c’était le fond, non la forme, qui intéresserait le Gouverneur.

 

- Alors c’est cela que vous prétendez réaliser ? La transmutation ? Des imbéciles s’en sont déclarés capables. Ils ont payé cher leur sacrilège…

 

 

- Et avaient-ils réussi ?

 

 

- Non. » Le Gouverneur parut goûter la plaisanterie. « Réussir à produire de l’or eut été s’absoudre du crime tout en le commettant. C’est l’essai, suivi d’un échec, qui est fatal. 

 

Un long silence s’établit dans l’assemblée, que le Gouverneur se décida finalement à briser, rompant du même coup la tension.

 

« Oncle, vos fermoirs. Allons, ne vous faites pas prier, on vous les remplacera doublement s’il le faut. »

 

Les fermoirs furent passés de main en main. Le Gouverneur les soupesa d’un air pensif.

 

« Tenez », dit-il d’un ton dédaigneux en les lançant aux pieds de Karajan.

 

Karajan les ramassa. Il lui fallut forcer pour ouvrir le cylindre de compression, puis, clignant fortement des yeux tant il se concentrait, il posa avec le plus grand soin les fermoirs au centre du plateau constituant l’anode de l’appareil. Plus tard, la tâche serait plus aisée, mais il ne pouvait pas commettre d’erreur cette fois-ci.

 

Pendant dix longues minutes, le transmutateur artisanal émit des grésillements de mauvaise augure tandis qu’une forte odeur d’ozone se répandait dans l’atmosphère. Les Impériaux reculèrent en grommelant de peur, seul le Gouverneur demeurait impassible.

 

Les fermoirs, quand ils réapparurent, étaient en or.

 

Karajan les tendit au Gouverneur en murmurant « Votre Altesse vénérable ! », mais l’homme hésita, puis les repoussa d’un geste. Son regard s’attardait sur le transmutateur.

 

« Messieurs, dit Karajan avec empressement, ceci est de l’or. De l’or véritable, du plus pur qui soit. Et n’importe quel fer peut être traité de la sorte. Laissez moi accéder à vos mines, laissez moi industrialiser vos terres, et vous deviendrez rapidement une des provinces les plus riches de l’Empire.

 

Le  regard du Gouverneur allait de la machine à l’or, de l’or à Karajan. Il semblait ne pas se rendre compte de l’agitation qui s’était emparée de l’assemblée. 

 

« Vous dites province…cet or est de l’or…je dis royaume… Les mines de l’Empire vous sont ouvertes, capitaine Karajan. »

 

La foule explosa, et les gardes durent former un cordon de sécurité pour protéger les dignitaires. Le Fondateur s’efforçait d’afficher une mine réjouie, mais en son fort intérieur il savait ce qu’il en était réellement : 

 

Dans le conflit avec l’Empire, il venait de miser ce qu’il avait de plus précieux. Et la seule chose qu’il venait de gagner, c’était le droit de continuer à jouer…et à miner.

 

 

 

 

Petit PS candidatures 

 

Villageois : devenir-villageois-f967/candidature-villageoise-zovsky-t55449.html

Kubnigerien : creche-salle-ponte-f654/candidature-zovsky-aupres-alliance-myrmeco-lacustre-t55773.html
Citoyen : citoyens/demande-citoyennete-zovsky-t58730.html

• Commerçant 1 : https://www.minefield.fr/forum/topic/52428-acceptémineurla-novchenko-mining-corpora/

• Chevalier = https://www.minefield.fr/forum/topic/55380-acceptéle-cycle-sachève-candidature-à-la-chevalerie/

Link to comment
Share on other sites

Bonjour.

 

Moi, Mopitio, Gouverneur de Kallanos, Conseiller du roi d'Ysera, Consul Port-Estrien, Chef de la division scientifique de la KISA, Ambassadeur de l'ANA, Scribe de l'empire, Citoyen de Minefield, Maître rédonnien,

 

Apporte officiellement mon soutien a nôtre cher Zovsky, qui œuvre dans la reconstruction de l'un des plus grands empires marchands qu'est la Novchenko Mining Corporation

J’espère revoir prochainement la présence de ce commerçant (honette) dans les halles marchandes.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, 

 

En tant qu'ami IRL, et ayant eu le privilège d'assister aux talents de spéculateurs de zovsky, je ne peut que soutenir cette nouvelle candidature.

Du temps de sa première licence il avait été le premier mineur a jouer le rôle vis a vis de l'implantation de novum et dans le fait de baisser radicalement les prix des minéraux.

 

Je ne compte pas les jeunes paysans/villageois qui se sont fait leur premières PAs grâce à ce psycopathe!!!

 

En plus j'ai grand besoin de beaucoup de lapis lazuli^^

 

 

imouff, chevalier de l'empire, scribe de l'empire, premier consul de Port-Estroit,cofondateur ant,conseiller kallonien, kelare, amiral honoraire de keysington, citoyen honoraire d'Icarus, charpentier de navire, PDG de la imouff industries filiale de la piloushooter corp.

Link to comment
Share on other sites

*Bien que non appelé à comparaitre, Tybalt s'approche lentement... Trèèèèèès lentement de la chaire dédiée aux témoins, et devant la stupéfaction de tous, entame son discours*

 

 

Hmm hmm, broum broum,

 

Mes biens chers frères, mes biens chères soeurs, répétez après moi tous en coeur ♫♪ , si j'affronte tous les périls liés à la marche et à mon âge avancé, pour parvenir à cette ù%$£€ de chaire, ce n'est pas en vain. 

L'homme que vous voyez devant vous est coupable. Et cela ne fait absolument aucun doute, messieurs les jurés, et j'insiste.

Il est coupable d'être un fervent et fidèle compagnon en toutes occasions.
Il est coupable d'être devenu un ami cher 

Il est coupable d'avoir un des meilleurs esprits commerçants de ce serveur, peut être un des derniers non canadiens d'ailleurs (pas pour longtemps certes...)

Il est coupable d'avoir lancé un projet pharaonique en collaboration avec moi même (votre dévoué serviteur *courbette*)

Il est enfin coupable d'être un formidable joueur restant encore sur Minefield, et il se paye même le luxe d'être polyvalent.

 

C'est pour ces raisons, et tant d'autres que je n'arrive plus à trouver, que vous devez l'accepter comme commerçant à nouveau, car le retour de Zovsky comme actif, est une des meilleures nouvelles qui nous soient jamais arrivée depuis le départ de Dicsi :3

 

J'ai dit.

 

Cordialement,
 
Tybalt, Grand prêtre du Cactus Primordial, Ancêtre ralenti et acariâtre interné à l'AVC, Lacustre retraité, conseiller Kubnigérien, embouseur de Dryadiens, adepte du RP, écrivain des Tales Of Minefield, militant actif du mouvement "NLPLCDD" (Ne Lisons Pas Les Chroniques De Dom), heureux possesseur d'un tromblon MF42 calibre 12 flambant neuf datant d'avant la naissance de ta mère, serial posteur, Minefieldien pommé, dépositaire de la Sagesse, Docteur es Awesomenauts spé Teddy, grand comploteur devant l'Eternel et éminent membre du FLTRD (Front de Libération des Titres à Rallonge de Domfulmen)
Link to comment
Share on other sites

Bonjour, bonsoir, et à nouveau bonjour,

 

Voilà déjà un petit moment que je connais Zovsky – un grand moment même pour ne rien vous cacher – et, comment dire, c'est quelqu'un d'assez spécial. Déjà, c'est quelqu'un qui a un sens des affaires très poussé, en témoigne son ancien commerce. Il est radin juste comme il faut, mais sait aussi faire preuve de générosité lorsque l'occasion se présente, même s'il serait vexé comme un pou si on le lui disait. C'est également quelqu'un ayant la fibre dirigeante, comme le montre son projet sur Nabes, Antaris et son nouveau projet sur Stendel, dont je ne sais plus le nom x)

Donc voilà, je pense que s'il n'y avait que dix personnes sur le serveur capables de faire du commerce de la manière la plus efficace, Zovsky en ferait partie. Que ta probable future licence te soit utile pour faire évoluer Antaris, qui m'a foi est un très beau projet =)

 

Glieps, Chevalier fou de chatons

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

c'est à mon tour de plussoyer Zovsky.Il a déjà été commerçant donc je pense qu'il saura gérer de nouveau un commerce.Il gère de main de maître la cité d'antaris.Cette licence sera d'une grande aide pour qu'il puisse à continuer à payer les cubos d'antaris.

Donc un grand +1 pour zovsky

arawn magnus

Link to comment
Share on other sites

....HHHuuuuuummmm.....huuummm ? ....hummmm .... Je sais pas ce qu'il se passe ....

J'ai une impression de déjà-vu ....étrange .... j'aurais parié que zovsky avait déjà fait une candidature commerçante avant ce jour ... erf je dois surement rêver ...

 

 

Alors que dire...

 

...

 

Bah rien en faite .... j'imagine que l'on déjà un peu tous au courant du bonhomme, bon peut être qu'ils y a des personnes sur le serveur qui n'ont jamais entendu/vu/imaginer son speudo mais bon, c'est une expression de parler.

Donc bah y a pas grand chose à dire que l'on ait pas déjà dit par le passé, et vu que j'aime pas spécialement me répéter dans mon argumentaire à mainte reprise sur un même sujet, je dois avouer qu'ici il ne me reste rien à dire sur zovsky que je n'aurais pas déjà dit par le passé. 

Donc voilà, je sais pas quoi dire.

 

 

Ah si !

 

 

Il a pas changé ... ouai je sais ça le fait pas vraiment ... ça aurait bien qu'il se mette à refiler gratos ses matières mais faut pas rêver non plus .... malheureusement d'ailleurs.

 

Ah et petite remarque aussi personnelle, j'aime bien le rp, mais je le trouve bizarre ... il est surement pas assez long en faite je me dis, il manque des pages en faite je pense, surement un oublie de copier collé :P

 

Bon c'est tout. Donc bah plussoiement pour Monsieur Zovsky. Voilà, voilàà ... 

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,


Je partage l'avis de mon camarade Arthur... Tout ceci à une allure de déjà-vu trop perturbante pour être vraie.

Zovsky, pour autant que je m'en souvienne, s'est pointé plus ou moins comme une fleur au Kubnigera, amené par les mains expertes de feu Chim, voilà longtemps. Depuis lors, il a toujours été plus ou moins dans le coin, pour autant qu'on le sache, et on a jamais vraiment réussi à nous en débarrasser. Au final, le Zovsky sauvage est resté, a fait des choses, et n'est jamais vraiment repartit (bien qu'il ait essayé, soyons d'accord).

 

Zovsky, du coup, c'est un petit bout de monsieur pianiste, avec une très belle plume, pour faire court. C'est aussi un gentil gars tout chou, que j'ai eu le plaisir de rencontrer et côtoyer en-dehors du jeu, et même IRL, avec un grand plaisir.

En tant que joueur également, il a largement fait ses preuves : Antaris est une ville bien développée, l'une des plus avancées de Nabes, il a un passif reconnu en tant qu'ambassadeur et codirigeant de l'ANA, et a participé à plusieurs projets divers et variés.

 

Niveau commerce, sa candidature est complète, comme on s'y attend. Comme il l'a déjà montré lors de son précédent mandat de commerce, il a fait preuve d'un sens marchand très poussé, et je ne doute pas que ce soit encore le cas. D'autant que s'il veut faire son projet de château avec Tybalt, il lui faudra des fonds pour préserver les coffres du Kubni. J'en ai assez de garder l'entrée de la salle des coffres pour empêcher ces deux zouaves de la piller.

 

Je plussoie donc Zovsky pour sa candidature. Il a déjà fait un très bon commerçant par le passé, et n'a perdu sa licence que par son inactivité ; il me semble donc juste de le soutenir pour qu'il la recouvre.

 

Amicalement et littérairement,

Dom.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour tout le monde,

 

Il est vrai que j'arrive assez tard pour ce plussoiement mais comme on dit, "Mieux vaut tard que jamais" (comme ce fut malheureusement le cas sur ta candidature chevalier, désolé encore  :? ). Et puis je n'arrive que 3 jours àprès Dom, donc j'estime ça correct  8-) .

 

Que dire de Zovsky ? C'est un joueur que je connais depuis ses premiers jours sur MF, lors de son arrivée au Kubnigera dans lequel il a rapidement montré beaucoup d'implication. Et c'est là l'une des premières qualité qui ont fait, et qui feront, sa renommé dans le commerce. 

 

Et cette implication, cet investissement vont de pair avec son ambition.

 

Car oui, Zovsky, depuis ses débuts, a toujours montré de l'ambition. Décider de lancer un projet en étant jeune paysan tout juste arrivé, sur Nabes pour laquelle la modération est d'une exigence particulière. Et c'est lui-même qui a inauguré la section chantier de cette même map. 

 

Et l'ambition seule ne vaudrait rien si Zovsky n'avait pas cette implication lui permettant de mener à bien ses projets. Tout d'abord car il travaillé dur avant l'acceptation d'Antaris afin de répondre au critique afin de peaufiner son projet et a continué le travail afin d'en faire la ville qu'elle est actuellement, le tout en gérant de main de maître son commerce et ses échoppes, le tout en proposant ses talents de pianiste de talent aux différents projet lui en faisant la demande.

 

Ce gars est incroyable je vous dis ...

 

Je lui accorde mon soutien, car il le mérite et je sais qu'il ne me décevra pas.

 

Cordialement,

 

Le dernier orc sur les terre de Minefield, JDlafontaine.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

 

Ta candidature est complète et soutenue, cependant ton RP ne correspond pas à ce qui est attendu pour une candidature de commerçant. Le problème ne vient pas de la forme qui est comme pour tes précédentes candidatures irréprochable, mais du fait qu'il n'est pas du tout centré sur le commerce ( Le topic de Hercey te donnera plus de précisions sur ce sujet ).

 

Je place ta candidature en attente, et t'invite à me contacter par MP forum une fois que tu auras apporté les modifications demandées.

 

Yann.

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...