Jump to content
miti16

Expéditions dans les tréfonds - Nevah

Recommended Posts

La re-ouverture des tréfonds fait parler d'elle dans la capitale.

 

Après plusieurs mois de fermeture, la guilde des explorateurs vient d'annoncer que l'accès aux souterrains est de nouveau possible à ses membres. Il n'en fallait pas plus pour attirer l'intérêt des Nevains sur les mystères et trésors à découvrir sur place.

 

Rapport de l'expédition n°1 (première partie)
52 Kepsyna de l'an 496

41 Lérolia de l'an 247
28/06/2020
@gabjet, @miti16

 

Pour cette première expédition, l'équipe est composée de Gabjet et moi-même, Miti.  Une équipe volontairement réduite, afin de limiter au maximum les risques. L'objectif : faire un repérage des lieux et danger afin de préparer de prochaines expéditions en plus grand nombre. L'expérience au combat de gabjet, associé à ma connaissance (vague mais précieuse) du terrain, permettront à cette équipe de mener à bien l'objectif.

 

Le voyage s'annonce dangereux, Emma Nivelle de la guilde des explorateurs nous met en garde : "les tréfonds sont de nouveaux ouverts, mais prenez garde, ils ne sont pas moins redoutable qu'auparavant." Une première rencontre entre Gabjet et Emma qu'il n'oubliera pas facilement.

 

Après un voyage de 2 jours, nous arrivons au village d'Orth, le premier-maître Antonin fait son topo habituel, nous donne les contactes à rencontrer et nous voilà parti en direction des tréfonds. Avant de descendre, nous décidons de faire le tour du village afin de prendre des nouvelles et savoir ce qu'il s'est passé ces derniers mois. La vie du village n'a pas changé, Jules Puccinio est toujours là dans son coin et Orlson Lapinte continue ses affaires habituelles. Malheureusement, personne ne sera capable de nous renseigner sur les événements de ces derniers mois. Orlson nous informera simplement qu'il a vu passer le maréchal Pencroff un peu plus souvent ces dernières semaines, sans trop savoir si ça avait un lien. Bref, c'est avec ce peu d'informations, que nous décidons de nous diriger vers l'entrée des tréfonds.

 

A l'entrée de la grotte, se trouve toujours Alfred Roche. Il se défini comme un explorateur expérimenté. Avec un peu de dédain, il nous donne 2-3 conseils avant la descente. "Penser à vous équiper", "Une bonne préparation est la première étape d'une expédition réussie", mouai... pas fameux, mais c'est mieux que rien. Peut-être que ça peut aider des explorateurs totalement novices. C'est sur ces dernière phrases que nous commençons la descente. Dernière nous, au loin, nous faisons un dernier signe à Alfred pour lui dire à bientôt; nous savons que nous n'allons pas le revoir avant plusieurs jours.

 

Plus nous nous enfonçons dans la grotte, plus la luminosité et la température baissent, équipés de nos torches, nous parvenons à descendre cette pente abrupte et glissante. Après une petite heure de marche, nous arrivons dans une première cavité. Une luminosité ambiante règne dans ce lieu. Celle--ci semble provenir de sortes de cristaux qui nous sont inconnus. Bien qu'étrange, cette luminosité ambiante est bien pratique, nous permettant ainsi d'éteindre nos torches et de prendre de premières notes.
Alors que j'étais en train d'analyser et essayer de comprendre l'origine de ces cristaux, sans prévenir, gabjet décoche une flèche. Surpris par le tire, je me retourne et découvre à quelques mètres de nous la scène : une araignée des cavernes, empalée sur une paroi par la flèche qui venait d'être tirée. Une première frayeur de mon côté, mais une situation maîtrisée par gabjet.

 

Un peu plus loin dans la grotte, nous tombons sur un coin de verdure. Chose plutôt surprenante sous terre, mais qui peut se comprendre du fait de la luminosité ambiante. Au milieu de cette verdure, nous découvrons des fleurs que nous n'avions encore jamais vu. De premier abord, elles ressemblent aux primevères que nous pouvons trouver à la surface, mais avec quelques caractéristiques différentes. Dans nos notes, un résumé d'un autre groupe d'expédition parle de Primevère abyssale, c'est sans doute ça. Quelques unes de ces fleurs sont récupérées et nous continuons à avancer.

 

Après quelques heures supplémentaires de marches, nous commençons à voir des signes de civilisation. Je crois que nous sommes enfin arrivé au premier avant post "pacifié" des souterrains. Alors que nous nous dirigeons vers l'entrée de cette zone, un groupe d'araignée nous prend par surprise de côté. Les épées en diamant sorties, celles-ci ne font finalement pas long feu. On note néanmoins l'intérêt d'avoir l'enchantement "Bane of arthropods" sur nos armes, qui pourra nous être utile dans une prochaine expédition. L'information notée, nous entrons dans l'avant-poste.

Ce lieu est immense. L'atmosphère est pesante. Il semble daté de plusieurs centaines voir milliers d'années, mais aménagé pour répondre aux besoins des explorateurs : forges, armureries, entrepôts, tout s'y trouve. Une petite ville en somme. En s'avançant dans la salle, nous échangeons rapidement avec les gens que nous rencontrons. L’accueille est neutre, presque froid. Ça ne semble pas être particulièrement orienté contre nous, mais nous nous rendons compte qu'ici, tout le monde à connu la mort; de près ou de loin. Des explorateurs, souvent partis trop loin dans les profondeurs et dont la seule trace restante est le souvenir de ceux qui les ont croisés. Ceux-là même que nous rencontrons actuellement. Nous continuons d'avancer.


Sur le côté, une sorte de marché est organisé, peut être l'occasion de trouver des choses intéressantes. Alors que nous avançons à travers les stands, nous nous rendons compte qu'un homme, assis derrière son étale, nous observe depuis de longues minutes. Intrigués, nous nous orientons vers celui-ci et lançons la discussion. Forgeron de formation, cet homme, qui se nomme Gravel Dassier, est venu dans les tréfonds pour mettre son expérience et ses compétences au service des explorateurs. Avec les années, il a appris à utiliser les matériaux que les gens lui remontaient pour en faire des armures spécifiques. Dans le doute, nous lui montrons la primevère que nous avions trouver. Avec un petit sourire, il nous explique que les matériaux nécessaires sont un peu plus spécifiques. Nous voyant perdu dans la liste qu'il nous fait, il propose de nous vendre un livre résumant les matériaux nécessaires pour ces armures spécifiques. Pour 10 pièces d'argent, nous n'hésitons pas longtemps. Il nous explique que dans ces souterrains, dans certains paliers, se trouvent des Forges, qui permettent, sous conditions de savoir comment les utiliser de fabriquer soi-même ces équipements. Voyant le temps défiler, nous décidons de continuer notre chemin, et prévoyons de revenir auprès de Gravel pour nous expliquer le fonctionnement de ces forges.

 

Après une dizaine de minutes, nous arrivons au fond de la salle. L'espace est un peu plus dégagé, permettant notamment de voir une grande verrière sur le fond de celle-ci. Autour, se trouvent plusieurs statues et sculptures, qui semblent aussi vieille que l'est l'endroit. Au milieu de la zone, se trouve une personne,  seule et pensante, sans doute Enrol Flynn, le contacte que nous avait donné le premier-maître Antonin. En s'approchant de celui-ci, son regard s'oriente vers nous, une impression de joie se dessinant sur son visage. Sans doute heureux de voir de nouvelles têtes. Sans entrer dans le détails, il nous explique alors le fonctionnement du coin et nous donne le nom du prochain contacte : Hermes Danton.

 

Cela fait maintenant une quinzaine d'heures que nous sommes entrés dans les souterrains. Nous décidons alors de passer la fin de notre journée avec Gravel le forgeron, avant de se reposer quelques heures, et partir, demain, pour la suite de l'exploration.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après quelques heures de repos, nous préparons nos affaires pour continuer la descente. Pendant que Gabjet fait un tour dans le marché pour s'équiper, j'en profite pour continuer ma carte des souterrains. Elle nous permettra de gagner du temps lors des prochaines explorations et de retrouver notre chemin de retour. Enrol m'indique grossièrement le chemin à suivre pour la suite ainsi que les différents points d'intérêts et dangers qui nous attendent. Carte à la main, je me dirige vers la sortie de ce lieu et retrouve Gabjet. Nous sommes prêts à reprendre la descente.

 

La suite des souterrains est moins naturelle, davantage construites, toujours d'anciennes structures usées par le temps. De temps en temps, nous remarquons les traces de passage de précédents explorateurs, une enclume faite avec les moyens du bord dans un coin, mais surtout des restes d'araignées qui jonchent le sol en grande quantités. L'avancée n'est pas facile, car nous rencontrons à notre tour de nouveaux groupes d'araignées, mais ça se fait. Le casque en fer que j'avais apporté me lâche, il faudra continuer sans. Alors que nous continuons d'avancer, la température augmente, signe que nous nous approchons du prochain point d'intérêt : la Forge. En effet, quelques minutes plus tard, nous y arrivons. Il est difficile de tenir par une telle chaleur. Nous repérons autour de nous les éléments et outils que nous avait décrit Gravel, certains semblent fonctionner à partir de lave, mais sans les composants, et surtout par cette chaleur, nous évitons de trop nous attarder dans ce coin. Nous prenons néanmoins quelques notes sur l'endroit, et prévoyons d'y revenir quand nous aurons les composants nécessaires.

 

Un peu plus loin, dans les ruines qui nous entourent, nous tombons sur une succession de trois salles toutes plus étranges les unes que les autres. Celles-ci possèdent des fresques, à moitié dessinées, à moitiés gravées sur les murs. Nous ne savons pas exactement ce qu'elles représentent ou ce qu'elles signifient, on y voit des formes végétales, des structures, de l'eau. Peut-être des représentations des paliers suivants. Dans l'une des salles, c'est le sol lui-même qui est gravé : une sorte de labyrinthe. Ce labyrinthe nous intrigue et nous semble suffisamment important pour y passer quelques heures à l'étudier. Il n'y pas pas d'entrée ou de sortie indiquées. Le seul élément qui sort du lot est un petit coin où la pierre a été coloré en noir, sans doute avec du charbon. Mais difficile à dire si c'est d'époque ou une marque laissée par d'autres explorateurs. Un schéma de ce labyrinthe est fait dans le doute. En sortant de la pièce, nous remarquons contre le mur de nouvelles indications que nous n'avions pas vu. Elles semblent dater de l'époque des ruines et l'usure du temps n'aide pas à lire ce qui est noté. Mais plus nous nous penchons sur celles-ci, et plus nous arrivons à une conclusion à laquelle nous ne nous attendions pas : nous venons de tomber sur un texte d'un alphabet qui nous est inconnu. Peut-être la réponse à nos questions. Mais sans davantage éléments, on réalise un croquis de ce texte et nous décidons de continuer le chemin en gardant en tête de se renseigner sur ce sujet.

 

La suite de l'exploration se fait sans trop de surprises, nos arachnides préférées sont toujours de la partie. Notamment dans cette grotte où deux ponts se croisent, elles auront bien failli nous faire tomber dans l'eau. Bref, les grottes et les ruines s'enchaînent, nous trouvons les matériaux décrits par Gravel, Mandragore blanche, Aventurine verte, Orthose rose, Fibre végétale... et notamment nos premières reliques ! Depuis le début de l'exploration, beaucoup de monde nous en parlait, mais rare étaient les personnes à savoir comment et où les trouver. Ce sont finalement les indications d'Enrol qui nous auront le mieux guidées. Ces reliques semblent fragiles. Pour éviter toute casse, nous les enrobons dans de petits sacs de cuir afin de les protéger. Quelques-unes iront dans la Bibliothèque de Nevah, le reste sera revendu au gars de la surface qui en fait le commerce.

 

Alors que je cartographie les lieux depuis plusieurs heures maintenant, Gabjet se penche sur la carte, d'un air trop sérieux pour ne pas cacher quelque chose. C'est à peine quelques secondes plus tard qu'il se jeta dans l'eau en criant de le suivre avant de disparaître au fond de la rivière. Étonné et inconscient, je décide de le suivre sans réfléchir. Gabjet venait de découvrir un passage entre différentes rivières. Et oui, il semblerait que la majorité des rivières et lac de ces grottes soient reliés entre eux ! Il sera intéressant d'étudier tout cela plus en détails. Alors que je suis Gabjet avec difficulté, respiration retenue dans un coin totalement submergé, nous sortons finalement la tête de l'eau au milieu d'un puits. Oui, un puits. Malgré le côté improbable de la situation, nous venons néanmoins de trouver un nouveau lieu, qui plus est, civilisé. Mais avant d'aller plus loin et découvrir l'endroit, nous décidons de prendre une pause, le temps de se reposer un peu et sécher nos affaires.

 

Reposé et sec, nous nous avançons en direction du bruit qui provient du fond de la grotte. Sur les côtés, des fioles, des bouquins et des caisses d’ingrédients divers jonchent le sol. Alors que nous avançons au milieu des affaires, nous tombons finalement sur une petite salle aménagée, avec, à côté de l'entrée, un panneau indiquant "Atelier de l’alchimiste Valdemarne". Encore plus qu'à l'extérieur, l'endroit est rempli de livres, tous plus improbables les uns que les autres "Comment cultiver la mandragore en milieu hostile" "Les Notes du professeur Braham" "Comment réaliser un bon vin de scène". C'est au milieu de tout ce bazar que se trouve Valdemarne. En échangeant avec lui, il nous apprend l'art de l'alchimie à partir des végétaux des tréfonds. Une sorte de Gravel de la potion. Comme pour Gravel, il nous propose aussi son livre de recettes pour 10 pièces d'argent, que nous prenons sans hésiter. Après une petite heure, nous quittons ce lieu, reprenant le chemin à travers la grotte dans la direction opposée.

 

L'exploration commence à se faire longue. De l'ensemble des zones décrites par Enrol, nous les avons toutes traversées, sauf une. La plus intéressante bien évidemment, la "grande salle vers le palier deux". Avec Gabjet, on se demande à quel point cette salle est réellement grande ou non. Pourquoi n'a-t-elle pas été nommée ? Bref, on discute pour faire passer le temps. C'est finalement près de quatre heures après avoir quitté l'alchimiste que nous commençons à distinguer de nouvelles structures non naturelles. La pierre au sol laisse place à des lattes de bois et des passerelles. Et nous voilà dans la "grande salle vers le palier deux". Effectivement la salle est grande. La zone est un mélange entre structures millénaires mangées par la nature, et installations diverses et variés d'explorateurs. A l'entrée de celle-ci, nous croisons quelqu'un re-habilitant une prison, il nous pointe du doigt le fond de la salle, nous indiquant où se trouve Hermes. Après de longues minutes de marche, ralentit par l'intérêt porté à cet environnement impressionnant, nous arrivons finalement devant un petit bureau posé à même le sol, à moitié sur l'herbe. Nous laissant à peine le temps de s'approcher, la personne assise se lève et se présente "Bien le bonjour, Hermes Danton, pour vous servir ! Bienvenue à l'entrée du palier deux !"

Notre objectif est enfin atteint.

Pendant de longues minutes, nous échangeons avec Hermes. Il nous décrit les difficultés rencontrées et les besoins de la guilde en lien avec les tréfonds. Et en effet, il y a du travail. N'étant que deux et notre premier objectif atteint, nous décidons d'arrêter notre descente ici. Il faudra davantage de monde pour aller plus bas. De ce que nous décrit Hermes, les créatures sont encore plus dangereuses. Avant de partir, nous faisons la promesse à Hermes de revenir plus nombreux et mieux équipés, afin d'aider la guilde dans ce deuxième palier. Appréciant le geste, il nous indique sur la carte que j'avais en main, un raccourci permettant de gagner une journée de voyage pour notre remonté. Nous lui disons ainsi au revoir et à bientôt. 

Le chemin du retour se passe sans encombre. Avec l'expérience, il devient plus facile d'abattre les araignées que nous croisons. Sur les dernières heures de marche, nous trouvons même de nouvelles reliques ! La sortie est désormais proche, nous reconnaissons les cristaux luisants que nous avions vu quelques jours auparavant. D'un coup, c'est une brise d'air frais qui vint nous caresser le visage et quelques minutes plus tard, marchant, escaladant, grimpant à vive allure pour atteindre le bout, c'est enfin la lumière du soleil qui nous éblouie et nous réchauffe le visage.

 

Le bruit de la nature, le vent dans les arbres, la chaleur du soleil, des plaisirs simples, mais que nous redécouvrons et apprenons à apprécier de nouveau.

 

Cette première expédition est maintenant terminée. Nous sommes le 60 Kepsyna de l'an 496, elle aura duré 8 jours. Les connaissances et l'expérience acquises sont grandes et précieuses. Demain, nous prendrons le SPLASH en direction de la capitale puis du Duché de Nevah pour ramener ces informations; et, si le duc nous le permet, de lever une nouvelle expédition vers le palier deux des Tréfonds.

 

MlN0ZTg.png
Cartographie du palier 1 par Miti
lors de l'expédition n°1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rapport de l'expédition n°2
62 Louvina de l'an 496

59 Holevent de l'an 247
29/06/2020

@ackashi, @AntoineMoi61, @gabjet, @miti16

 

Pour cette deuxième expédition, nous repartons sur la même équipe initiale que précédemment, à savoir Gabjet et moi-même, à laquelle s'ajoute Ackashi et AntoineMoi. Ackashi, plutôt explorateur, sera d'une aide utile dans la prise de note et les analyses. Du côté d'AntoineMoi, nous avons un bon guerrier. Il sera un bon atout dans cette descente, prenant les ennemis au corps à corps, permettant ainsi à Gabjet d'utiliser davantage sa magie à distance. Aussi, cette équipe plus conséquente, devrait nous permettre d'affronter les dangers du palier 2 en réduisant au maximum les risques.

L'objectif de l'expédition : descendre dans le palier 2, le cartographier et en profiter pour donner 2-3 coups de main à la guilde.

Le rendez-vous est donc fixé pour le 61 Louvina de l'an 496 à Orth. L'idée est de passer la nuit dans l'auberge pour partir le lendemain matin dans les tréfonds.

 

Après de rapides préparatifs, je retrouve Gabjet sur la place de New-Stendel, non loin du cochon grillé, et faisons le trajet ensemble jusqu'à Orth. Une fois sur place, nous nous installons dans l'auberge du village, prendre le déjeuner, en attendant nos camarades. Dans le milieu d'après-midi, c'est Ackashi qui ouvre les portes de l'auberge. Il nous rejoint à notre table et commençons à lui présenter notre plan de descente, dans l'objectif de ne pas s'attarder au palier 1 et prendre davantage de temps sur le palier 2. Les heures passent. Le soleil tend vers l'horizon et toujours aucune trace d'AntoineMoi. Alors que nous décidons de ne pas tarder et de se coucher, une missive arrive auprès de l'aubergiste. Celle-ci provient d'AntoineMoi, qui s'excuse de son retard, mais sera là, dès demain matin, aux premières lueurs du soleil.

 

vaDtKSM.png

 

La nuit passe et l'heure du départ sonne. Nous rassemblons nos affaires et sortons de l'auberge. Devant nous, comme prévu, nous retrouvons notre ami, AntoineMoi, attendant patiemment sur la place centrale du village. C'était la première fois qu'il venait sur place et avait déjà un peu discuté avec les rares villageois déjà levés. Rassemblés, nous nous dirigeons vers la cascade marquant l'entrée des tréfonds.

Avant de descendre sous ces terres et abandonner cette nature en train de se réveiller, nous prenons le temps de refaire un point sur le plan de descente et le chemin choisit. Quelques conseils sont donnés à Ackashi et AntoineMoi.

 

9BXImGU.png

 

La descente à travers le premier palier se fait bien et rapidement. Avec Gabjet, nous prenons le temps de montrer les lieux où nous avions trouvé nos premières reliques. La présence dans l’équipe de deux camarades supplémentaires aide bien à éliminer les araignées que nous rencontrons. Cependant, après quelques heures de descente, Gabjet semble remarquer que le bruit engendré par cette plus grande équipe, attire davantage les ennemis autour de nous. Nous ferons attention à rester au maximum silencieux pour la suite de l’exploration. Malgré notre silence, nous remarquons un très grand nombre d’araignée sur notre chemin, le fait d’être quatre est d’une grande aide, mais avancer devient très difficile. Après avoir longuement bataillé, nous arrivons au niveau de la Cathédrale. Alors que nous rentrons dans la salle, nous entendons, provenant du fond de celle-ci, deux voix qui brisant cette ambiance mortuaire. Ces voix provenait de @Dargans et @Valkyrie04, deux bonnes connaissances de Nouvelle-Azur. Nous apprenons alors qu’ils étaient arrivés ici à peine une heure ou deux avant nous, et étaient ainsi sûrement l’origine de la grande quantité d’arachnide rencontrée. Après un rapide échange, autour d’un bon repas, nous nous séparons et repartons vers la suite du premier palier.

 

QxyqTax.png

 

Alors que nous nous approchons de l’entrée du palier deux, Ackashi nous demande s’il peut prendre un moment pour aller à la rencontre de Valdemarne, dont nous lui avions parlé un peu plus tôt dans la journée. En effet, il lui semblait important d’en savoir un peu plus sur ce personnage mais surtout de passer un peu de temps dans sa bibliothèque. La descente s’étant faite assez rapidement et l’après-midi étant bien avancée, nous décidons de nous arrêter là pour aujourd’hui et établir notre campement. Nous laissons ainsi Ackashi y aller, le chemin n’étant que peu dangereux et prévoyant de revenir pour la nuit. C’est en début de soirée, au moment où nous allions passer à table, qu’Ackashi revint de sa petite expédition. Sur Valdemarne en lui-même, rien de nouveau, il était simplement ivre-mort, allongé au sol. Par contre c’est dans la bibliothèque qu’il fit une découverte intéressante. Lors de la précédente expédition nous étions tombé sur le livre « Les notes du professeur Braham Héolog», mais nous n’y avions pas porté plus d’intérêt que ça avec Gabjet, cette fois-ci, Ackashi a pris le temps de le parcourir et à trouver des références à l’alphabet ancien sur lequel nous étions tombés. Les informations sont réduites, néanmoins nous savons désormais comment l’un des symboles se prononce !
C’est un premier pas, mais c’est une avancée. C’est là-dessus que nous prenons ensemble notre repas, avant de se reposer pour la nuit et descendre dans le palier deux demain.

 

5oLl6ZS.png

 

L’entrée du palier deux ne manque pas de mise en scène, à peine entré, nous tombons sur une grande salle d’une toute autre ambiance. La grotte est assez grande, c’est une sorte de grand cylindre, d’une cinquantaine de cube de diamètre. L’arrivé se fait par le haut. Le chemin par sur la droite et longe le cylindre pour descendre. A côté de ce chemin se trouve quelques maisons / structure qui servent de campement à des explorateurs. Au fond de la grotte, c’est un épais brouillard bleu qui remplit la zone. Quelques structures dépassent de ce brouillard, une statue particulièrement, au centre, qui ressemble beaucoup à celle de la première zone, dans la cathédrale. Autour ce sont des ossements géants qui sortent légèrement du brouillard. Nous prenons le chemin afin de descendre, et une fois en bas, faisons la rencontre d’un nouvel explorateur que nous n’avions encore pas vu : @Jihair. Celui-ci est connu dans les parages, explorateurs depuis plusieurs années, il fait partit de ceux qui ont une bonne expérience du terrain.  Nous échangeons rapidement 2-3 mots avec lui, mais nous ne nous attardons pas. En effet, il part rejoindre son compagnon d’exploration @Ghideon, un autre grand nom des explorateurs de la première heure des Tréfonds. Nous le laissons partir devant d’un pas décidé.

 

rUctYSV.png

 

Nous arrivons dans un nouvel écosystème, alors qu’avant nous étions précédemment dans une zone sans vie et occupée par un épais brouillard bleu, celui-ci laisse place petit à petit à un brouillard mauve. La flore semble suivre cette tendance de couleur. Alors que nous nous approchons d’un feuillage violet pour prendre quelques échantillons, c’est une Endermite qui nous attaque par surprise. Un coup d’épée d’AntoineMoi et l’affaire est close. Mais à peine quelques secondes plus tard, c’est une deuxième puis une troisième et finalement une douzaine d’endermite qui nous saute dessus. Nous comprenons alors rapidement que notre seule solution va être de prendre de la hauteur afin d’échapper à cette vague de bestiole. Après quelques essaies à droite à gauche, nous trouvons finalement un pilier rocheux suffisamment haut pour se tenir à l’écart. Au loin, nous repérons un autre explorateur qui s’était lui aussi mis en hauteur et installé un petit campement à flanc de falaise.

Alors que l’exploration de la zone continue, Gabjet parvient à trouver l’entrée d’une nouvelle zone entièrement immergée. Avec la précédente exploration, faut croire qu’il a le flair pour ce genre de chose. Malheureusement il ne réussira pas à l’explorer pleinement du fait de Guardians vivant dans cette zone. Il note toutefois la présence d’une épave, ce qui laisse supposer qu’un autre accès doit exister.

Dans cette exploration, nous retombons sur l’environnement avec le brouillard bleu, mais il semblerait que ce soit un réseau de grotte différent. Dans cette zone, nous tombons sur un campement précaire, aménagé à même le sol, permettant d’accueillir les explorateurs pour se reposer un peu. Nous faisons la rencontre de quelques personnes, la plupart cherchant des camarades perdus.

Les jours suivants, la cartographie de la zone continue. Les explorateurs perdus et recherchés sont nombreux, pendant notre avancée, nous tombons sur plusieurs cadavres, dont ceux de Basile Nivet, recherché par Hermes, et le cadavre de Marvin Branagh. Alors que nous avançons vers un dernier cadavre, nous découvrons avec effroi que celui-ci est encore en vie, il s’agit d’un certain Tempête. Totalement à l’agonie et sans possibilité de s’en sortir, celui-ci nous raconte, d’un ton fragile, son histoire et comment une araignée géante l’a mis dans cet état. Alors que sa voix devient de plus en plus faible, nous lui faisons la promesse de s’occuper de cette araignée et de le venger. Il nous remercie avec un léger sourire, avant de perdre connaissance définitivement.

Affecté par cette histoire, AntoineMoi pris alors son épée et sauta dans un trou que nous avait indiqué Tempête. A peine quelques secondes plus tard, ce sont des cris de guerre que nous entendions, il venait de tomber sur l’araignée géante. Autant que possible, nous essayons de l’aider au loin avec nos arcs, mais rien y faire, il ne voulait pas de nous et s’occuper de cet arachnide seul. D’en haut, il n’est pas facile de distinguer facilement comment ça se passe, mais le combat semble difficile et commence à durer de longues secondes. Après plusieurs échanges de coups, l’araignée arrive à trouver une faille dans l’armure d’AntoineMoi et vient planter ses crocs dans son bras. C’est un cri effroyable de douleur qui retenti. Voyant AntoineMoi s’écrouler au sol, Ackashi, Gabjet et moi-même sautons alors à son secours. Le combat est violent. Après quelques instants c’est une seconde puis troisième araignée géante qui rejoignent le combat. Elles nous attendaient sûrement juste derrière. Le sang des arachnides gicle sur les parois et après de très longues minutes de combat, nous arrivons à sortir vainqueur de cette épreuve. Néanmoins, AntoineMoi est mal en point, et nous décidons de le ramener au campement découvert précédemment pour le soigner. Son cri avait retenti à travers le palier, et nombreux sont les explorateurs à être venu à notre rencontre pour voir ce qui s’est passé. Leur soutien et leur aide pour soigner AntoineMoi ont été grands.

 

nf4xZEw.png

 

7BZn1jv.png

 

Pendant qu’AntoineMoi se reposait, nous partions chacun notre tour à l’exploration des lieux afin de toujours garder un œil sur le blessé. Au retour d’Ackashi, celui-ci nous explique avoir rencontré une oie… oui oui, une oie, une oie dans les Tréfonds. Et ça ne s’arrête pas là ! Cette oie, elle parle… avec des phrases composées de mots. Bref, Ackashi a sûrement profité d’être avec l’alchimiste pour lui prendre quelques champignons ou potions pas nettes.

Après deux jours à se reposer, AntoineMoi se réveille finalement. Un peu affaiblit, il souhaite néanmoins reprendre rapidement l’exploration afin de ne pas perdre davantage de temps et continuer à avancer. Dans les heures qui suivent, nous faisons la rencontre d’Alboise de Pontoise. Une exploratrice là pour ouvrir de nouveau passage, celle-ci a un besoin quasi-quotidien de TNT, nous notons son besoin et lui promettons de lui en ramener à notre prochain passage. L’exploration continue et nous faisons la rencontre de @JeeGaz. Explorateur venu en solitaire à la recherche du campement de la zone bleue. Gabjet prend alors le temps de lui expliquer le chemin, avant de reprendre l’exploration ensemble pendant quelques jours.

 

s2P0dZW.png

 

Lors de ces trois dernières journées, nous avons rencontrés quelques difficultés. Les équipements que nous avions commençaient à nous lâcher et la tension continue de ces lieux, du fait des dangers et de l’ambiance pensante, commençait à nous toucher ; tant physiquement que moralement. Ainsi, c’est d’abord Gabjet, qui a perdu connaissance avant-hier, rattrapé par un groupe d’Endermite trop nombreux pour lui. Heureusement, avec Ackashi et AntoineMoi, nous avons pu le récupérer à temps. Et c’est ce matin même, qu’un autre troupeau d’endermites a pris pour cible Ackashi. Essayant de s’échapper, il a sauté d’un champignon, malheureusement un poil trop glissant, ce qui lui a offert une belle chute sur le sol et une perte de connaissance. Encore une fois, heureusement que nous n’étions pas trop éloigné pour le récupérer. Nous décidons de nous poser de nouveau au campement de la zone bleue, en attendant qu’Ackashi reprenne connaissance, avant de prendre une décision sur la suite de l’exploration.

 

Ovj61jx.png

 

Après quelques heures, Ackashi sort finalement de son sommeil. C’est autour d’un repas un peu plus garni pour remonter le moral de l’équipe que nous faisons le bilan.

 

La cartographie de ce palier n’est pas finie, mais après 9 jours d’explorations, nos réserves commencent à être faibles et la fatigue commence à se faire sérieusement sentir. Nous ne pourrons pas tenir beaucoup plus longtemps. Nous décidons de nous arrêter là pour ne pas risquer le pire et de rentrer sur Nevah, afin de rapporter toutes ces nouvelles informations au duché.

Côté nouvelles ressources, cette exploration nous a permis de bien remplir nos sacs : pervenche rose, cerfeuil pourpre, mousse d'eumycota violet et eumycota bleu. Côté reliques, c’est un total de six nouveaux endroits qui ont été découverts.

Avant de rentrer, nous passons voir le premier-maître Antonin pour l’informer de notre avancer. N’oublions pas qu’en plus de Nevah, c’est aussi lui qui fait le lien avec la guilde des aventuriers qui finance notre exploration. Alors que nous arrivons devant lui, nous avons la surprise de rencontrer le gouverneur @Squirkiz, qui nous attendait. Celui-ci nous observait depuis quelques jours, et nos dernières découvertes l’avaient impressionné. Aussi, il a souhaité nous féliciter de vive-voix, pour cette deuxième expédition.

 

Fiers de toutes ces découvertes, nous prenons la route en direction du Duché de Nevah, avec la même envie que la dernière fois : revenir à Orth prochainement et continuer l’exploration et la cartographie totale des Tréfonds.

 

62 Louvina de l'an 496, fin de l’expédition.

 

WbzCAUQ.png
Début de cartographie du palier 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...