Jump to content

[RP] De la tournure des évenements dans le proche-sud-ouest stendelien


Thalkion
 Share

Recommended Posts

A l'attention des hauts responsables de l'Empire de Stendel ;

Grands empereurs, estimés conseillers,

 

Il est, depuis quelques moments, des faits qui me pousse, au nom du domaine de Rousset à vous écrire cette humble lettre en ces temps et heures. Il se raconte que la région du sud-ouest de Stendel est en proie aux désordres et aux échauffements entre peuples et nations ; nous, peuple de Provence, ne sommes guère au fait même de comprendre la raison de toute cette agitation, car, après tout, nous ne sommes que de simples étrangers arrivés il n'y a pas si longtemps en ces terres, d'ailleurs si gracieusement offertes par votre bonté. Nous, le domaine de Rousset, ne sommes point diplomates, pas plus que gens-savants, ni même guerriers. Pourtant, les agissements qui poussent la baronnie, maintenant royaume de Glindel à la surveillance accrue de ce pourtour des monts de Tsuribashi font planer une ambiance anxieuse sur notre vignoble ; et par les décrets promulgués par le roi Carlyto, nous posent face à un problème plus grand encore : les ouvriers issus de l'empire nous avertissent en chaîne de risques que nous ne connaissions pas jusqu'alors. Certains sont allés jusqu'à arrêter de travailler, préférant la vie en une autre région en attendant que cette affaire, je l'espère, se calme. Alors que les gardes-frontière de Glindel se sont retranchés derrière leur forteresse, les routes sont plus ouvertes, et plusieurs de nos ouvriers affirment avoir vus des collines ayant des yeux ; vraisemblablement des bandits. De plus, il est une affaire dont nous espérons votre aide puisque récemment, l'une de nos caravanes marchandes en halte à Glindel s'est retrouvée immobilisée et nos gens jetés en détention. L'on nous rapportait que c'était à cause de l'interdiction de boire quelconque alcool dans l'espace public. Nous ne connaissions pas le décret du roi Carlyto jusqu'alors et nous entretenions avec ce dernier des relations cordiales jusqu'ici. En Provence, nos traditions nous incitent à boire du vin aux pauses du grand repas de midi. L'administration de Glindel n'ayant rien voulu savoir, nous espérions de votre part une certaine compréhension, et possiblement, nous aider à retrouver nos braves gens. 

 

Enfin et surtout, si nous, domaine de Rousset, nous mettons à l'œuvre pour vous faire parvenir cette lettre, c'est en partie pour vous demander une certaine protection, à titre préventif, nous entendons ! N'étant guère gens d'action, nous ne souhaitons pas observer, si malheureusement une dégradation s'opérait, de répercussions sur nous ou les terres données par vos soins. En somme, nous venons demander qu'une aide soit apportée sur place. Le grand Prophète nous le reprocherait, mais nous ne savons point comment donner pour recevoir votre aide. En somme, nous ne savons pas quelle contrepartie donner à l'Empire en l'échange d'une sécurité accrue. Nous nous tenons sincèrement à votre disposition et plus, et nous sommes prêts à toute contre-demande de votre part.

 

 

Puisse cette lettre trouver votre immense palais sans peine, et en vous remerciant, si tel est le cas, de votre temps et votre miséricorde.

 

Thomas de Brinvert, fils de Jean de Brinvert,

Patriarche de Rousset

 

Link to comment
Share on other sites

lettre adressée au bourgmestre du domaine de rousset

 

Bien le bonjour cher voisin, j'ai en effet été informé ce matin qu'hier en début d'après midi une caravane en provenance de chez vous avait été arrêtée sur la route non loin de la forteresse d'Agram. Il m'a été raconté que toutes les personnes étaient enivrées comme des coings et beuglaient et chantaient à tue tête sur la route zigzaguant et manquant de peu de percuter d'autres caravanes roulant en sens inverse.

 

Vos traditions sont de boire dans la journée et reprendre la route, mes traditions sont d'assurer la sécurité des routes sous ma juridiction et d'éviter les accidents.

Il est bien aussi de se tenir au fait des lois des pays que vous traversez.

 

Après une bonne nuit passé au frais à décuver, j'ai le plaisir de vous informer que vos Concitoyens ont été relâché ce matin même et autorisé à repartir en direction de Rousset. Leurs papiers leurs ont été restitués mais il sont désormais pour une durée de 5 ans interdit de territoire Glindellien.

Je veux avant tout protéger mon peuple de tout danger quel qu'il soit soit, aussi risible soit il.

 

Cordialement

 

Carlyto, HAUT SEIGNEUR de Glindelhall

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...