Jump to content

Choupse

Minefieldien
  • Posts

    29
  • Joined

  • Last visited

About Choupse

  • Rank

Profile Information

  • Localisation
    [Guenet]
  • Pseudo minecraft
    Choupse

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour, Je viens plussoyer Dynnasty car il est très sympa et très actif . Je le connais depuis pas très longtemps mais j'espère qui sera accepté . Bonne chance Choupse
  2. Bonjour,Je viens soutenir Wariow parceque on a souvent besoin de nourriture et aussi car il est très actif. J'espère qu'il va pouvoir être commerçant bon chance . Un gros +1 Choupse
  3. Spécialisation : Forgeron Nom de l'échoppe : Forge & Co Localisation : Guenet Liens vers mes anciennes candidatures : Paysan V1 : https://www.minefield.fr/forum/topic/44290-refusécandidature-choupse/?hl=choupse Paysan V2 : https://www.minefield.fr/forum/topic/44655-acceptécandidature-choupse-seconde-tentative/?hl=choupse Villageois : https://www.minefield.fr/forum/topic/47576-acceptée-candidature-de-choupse-au-grade-de-villageois/?hl=choupse Citoyen : https://www.minefield.fr/forum/topic/51867-acceptécandidature-citoyen-choupse/?hl=choupse • IRL Je m’appelle Oscar, je vis à Paris et j’adore le foot. Je joue à minecraft depuis 4 ans maintenant et grâce à Minefield je ne m’en lasse pas ! J’espère jouer sur ce serveur encore longtemps ! • IG In-game j’ai d’abord été bucheron puis tisserand et enfin forgeron aujourd’hui. Je suis citoyen. J’ai une magnifique maison dans la capitale et j’espère y avoir bientôt un shop ! Je suis membre de Guenet, projet sur Stendel. J’ai bien participé à sa construction et j’y passe pas mal de temps en ce moment. J’adore les quêtes parce que j’adore les accessoires ! Je m’épanoui avec mon métier de forgeron offrant plein de crafts. Je ne m’embête jamais ! Choupse était maintenant citoyen depuis plusieurs années et vivait toujours dans l’ancien commerce de son ancien maître tisserand. Sa quête de soutiens pour obtenir le droit de rester dans la capitale était bien derrière lui. Dans tout le pays il était reconnu comme l’un des meilleurs. On venait des quatre coins de Stendel pour se procurer ses magnifiques lampions. L’objet était, en effet, à chaque coin de rue de chaque ville de chaque empire. C’est grâce à l’héritage de son maître que Choupse avait été le premier à developper le lampion en papier. Il était le seul à pouvoir leur donner ces couleurs vives sans pour autant prendre le risque qu’ils s’enflamment. Il avait commencé la conception de cet objet avec son vieux maitre et avait du la terminer seul. N’ayant pas le droit de les vendre directement dans son échoppe, Choupse passait par des commerçants de la capitale qui les revendait pour lui. Il empochait une petite somme d’argent mais les tisserands, eux, faisaient de vrais gros bénéfices. Toutefois cela ne les empêcha pas un jour d’avoir l’idée de reproduire le fameux lampion pour faire perdre à Choupse sa chère exclusivité. Rapidement chacun d’entre eux dévoila sa version du lampion, aux couleurs toujours plus pales et à la structure de moins en moins robuste. Ces commerçants les faisaient fabriqué à moindre coût par des paysans sans aucune notion d’artisanat. Ce retournement de veste fût un déclic pour Choupse qui décida, plutôt que de s’abattre, de faire front et de trouver une nouvelle idée qui révolutionnerait son lampion, et lui apporterait à nouveau le succès. Choupse partit se ressourcer quelques semaines dans sa maison de campagne, à Guenet. La ville était en grands travaux. Quelques jours plus tôt, une énorme tempête s’était abattue dans l’Est-Stendelien et avait fait cédé beaucoup de poutres dans la ville. Certaines maisons n’étaient plus habitables. Les experts mirent rapidement en cause les supports qui soutenaient les grosses poutres de sapin. Ceux-ci étaient en bois de chêne et bien que résistant en temps normal, ne l’étaient plus. Il fallut donc développer un nouveau support et l’acier fut le matériau choisi, principalement pour sa robustesse légendaire. Choupse qui était là pour se changer les idées décida de prendre part à ce projet en participant au développement de ce nouvel objet essentiel à Guenet. Bien avant sa formation intense de tisserand, Choupse travaillait dans une usine fabriquant des aiguilles en acier. C’est d’ailleurs là que sa passion se révéla. Ce simple travail qui devait lui permettre de payer ses factures lui apprit beaucoup et lui permit de savoir maitriser l’acier, de lui donner la forme qu’il voulait. Les ingénieurs peinaient à trouver une forme optimale pour le support. C’est Choupse qui proposa la première ébauche et elle ne fut d’abord pas très bien accueillie : - "Ce n’est pas un tisserand qui va nous apprendre notre métier ! Il est beau ton dessin mais irréalisable ! Si cependant tu sais comment faire on prend bien sûr haha ! Mais j’en doute mon petit …" - "Je vous apporte ça demain matin !" répondit Choupse très calmement. Il rentra chez lui et souffla la poussière qui recouvrait ses vieux outils de l’usine d’aiguilles. Il passa la nuit à forger le parfait support et retrouva ses anciennes sensations qu’il affectionnait tellement. C’est au bout d’une dizaine de tentatives qu’il réalisa un support qui lui convenait. Inutile de dire qu’il fut le héros le lendemain. Son prototype fut accepté et devint le support officiel de la ville. De nombreuses cités demandèrent même à leurs forgerons de trouver un moyen pour forger et reproduire ces mêmes supports. - "Comment as-tu fait ? C’est de l’art à l’état pur ! Bravo Choupse, tu devrais sérieusement considérer une carrière dans une forge de Stendel, tu as de l’avenir !" Choupse n’était plus seulement l’inventeur du lampion mais aussi celui du support en acier le plus solide du pays, deux objets complètement différents, mais si complémentaires … Grâce à cette invention Choupse fut allègrement récompensé. Il décida d’utiliser ces pièces d’argent pour renouveler son attirail de forgeron et surtout pour se procurer de l’acier afin de travailler sur un nouveau projet qui était né lors de sa nuit passée à forger le support. Cette aventure à Guenet lui fit réaliser que les deux blocs pour lesquels il était connu allaient extrêmement bien ensemble. Ses lampions étaient magnifiques lorsqu’ils étaient accrochés à un support. Beaucoup de citoyens avaient déjà repéré la complémentarité des deux blocs et s’en était servis pour éclairer leurs façades. Or, la structure en bois du lampion ne convenait pas à l’acier du support, et il était ainsi compliqué de les faire tenir durablement. De même, à l’extérieur, le papier prenait l’eau et il fallait rallumer la lampion plusieurs fois par jour. Choupse travailla des nuits sur une solution à ce problème et arriva à un résultat époustouflant. Il avait crée une sorte de cage pour le lampion, qui le protégeait des intempéries et qui s’accrochait parfaitement au support. Choupse était plutôt serein quant à la non reproduction, du moins rapide, de sa nouvelle création, mais décida tout de même de la garder dans son atelier, à l’abris de regards extérieurs. Le talent requis pour la création de cet habillage pour les lampions n’était détenu, pour l’instant, par personne d’autre. Il ne voulait toutefois pas refaire la même erreur, en le dévoilant un peu prématurément. Choupse était maintenant reconnu pour ses qualités de forgerons, de nombreuses personnes faisaient appel à ses services pour se procurer les objets de son métier. Les forgerons installés en capitale, en effet, n’étaient que très peu actifs et se renouvelaient très rarement. L’arrivée de Choupse dans ce secteur fit du bien au métal qui redevint à la mode. À chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un on lui demandait quand est-ce qu’il serait enfin possible d’acheter directement ses objets forgés, chez lui, dans son magasin. Cela l’amena à songer au commerce, d’autant plus qu’il lui restait plus que les quelques centaines de pièces d’argent requises pour acquérir la précieuse licence. Choupse se lança et rédigea sa demande dans laquelle il expliqua ses motivations, ses accomplissements en tant que citoyen et à laquelle il joint aussi les esquisses de ses futures échoppes. Il déposa la candidature le lendemain à la première heure, dans la boite aux lettres de la personne chargée des licences commerçantes. Et l’attente commença … La nouvelle se répandit et on vint vite supporter l’ancien tisserand. Cette fois-ci, Choupse n’allait manifestement pas avoir de mal à prouver qu’il méritait cette précieuse licence. Il était littéralement connu dans tout le pays et n’avait aucun d’ennemi capable de faire rater sa nouvelle perspective de carrière. Il préparait, dans l’attente, la production de ses nouvelles lanternes d’acier afin de les vendre en masse le jour venu. Toute la ville ne souhaitait, elle, qu’une chose : découvrir la nouvelle invention du prodige forgeron. Quelques mois plus tard Choupse obtînt sa licence si méritée. Immédiatement il alla enchérir sur la parcelle qu'il convoitait en capitale. Il était tout excité d'autant plus qu'aucun concurrent ne semblait pouvoir l'en empêcher. Il remporta donc facilement la vente et emménagea deux jours plus tard. Il avait demandé de l'aide à quelques amis qui l'aidèrent a déplacer ses outils, ses enclumes, tout le matériel de son atelier. Les plans de son échoppe dessinés depuis bien longtemps, la construction de son magasin fut aussi rapide. L'engouement autour de son futur magasin motiva la ville et tout habitant semblait heureux d'aider Choupse afin qu'il s'installe le plus rapidement possible et qu'ils puissent, eux, profiter de ses nombreux produits de qualité. De l'autre côté du pays Choupse pu aussi ouvrir une échoppe : à Guenet. Les dirigeants avaient promis au forgeron un point de vente après son aide précieuse pour la ville. Il aménagea donc un petit point de vente à partir de la maison qu'on lui avait offerte. Il pu ouvrir rapidement son commerce et faisait déjà l'unanimité chez les citoyens de la ville. Ainsi, pendant que son magasin en capitale se construisait petit à petit, il resta à Guenet et goûta au commerce dont il avait tant rêvé. Il ne se contentait pas de donner quelques coups de mains, il prenait des commandes ou conseillait des clients sur l'objet le plus adéquat à leurs envies. Son activité lui rapportait déjà de l'argent alors que seul son magasin de campagne était ouvert au public. Les travaux en capitale étaient terminés et Choupse communiqua à tout le monde la date officielle d'ouverture de son magasin. En attendant il arrangea son atelier comme il le voulait et prépara ses stocks pour la grande journée. Il en profita aussi pour enlever la poussière qui s'était amassée sur ses nouvelles lanternes qu'il allait enfin pouvoir révéler. Extrêmement méticuleux il fit même quelques retouches sur certaines soudures, il y passa finalement la nuit. Le lendemain c'était déjà la grande ouverture et de nombreuses personnes étaient aux rendez-vous. La rumeur avait couru et les gens avaient fini par savoir que Choupse préparait quelque chose de spécial. La journée fut éprouvante mais riche pour Choupse qui écoula presque la totalité de son stock de lanternes en acier. Elle fut un grand succès. Dès le premier jour d'ouverture la ville était déjà plus lumineuse. Les lanternes éclairaient les rues de manière remarquable et même par temps de pluie elles restaient praticables. Le jeune forgeron était comblé. Il avait bien mérité ce moment de fierté. Chaque matin il se levait fier de son travail auquel il avait donné un réel sens avec le commerce. Commercer était en fait une vocation pour lui, il était né pour cela. Ses magasins Forge & Co. étaient devenus de vraies entreprises pour le pays. Choupse travaillait avec des mineurs qui lui procurait les précieux minerais dont il avait besoin pour réaliser son alliage particulier. Il avait également embauché quelques apprentis avec qui il partageait son savoir-faire. Il était déterminé à transmettre ce que son maître lui avait transmis à l’époque, lorsqu’il n’était qu’apprenti. Choupse était maintenant bien plus que le simple forgeron qu'il était il y a encore quelques mois. Sa réputation, bien que déjà bonne, avait explosé et son travail était reconnu dans tout le pays. Ses lanternes de qualité avaient eu un franc succès et il travaillait déjà sur de nombreux projets très prometteurs accompagné par ses jeunes apprentis regorgeants d’excellentes idées. La firme Forge & Co. avait un futur bien assuré ! Les tarifs ne sont pas tous présents car j'ai prévu de pratiquer les prix de la corporation. J'ai néanmoins mis les objets que je vendrai. Je n'ai prévu pour l'instant qu'un seul shop se situant à Guenet. Néanmoins j'aimerais beaucoup m'installer en capitale. Ci-dessous un screen de la décoration plutôt simple de mon échoppe à Guenet : Dans ma candidature pour devenir citoyen je dis que je compte m’arrêter là et ne pas me lancer dans le commerce. J’ai changé d’avis. D’abord car à l’époque j’étais tisserand et que je ne me voyais pas m’installer en capitale, ou nulle-part ailleurs d’ailleurs, pour vendre de la laine ou des capes. Mais avec leur disparition le métier a vraiment perdu quelque chose et j’ai donc décider de passer forgeron : la spé avec le plus de crafts possibles. Depuis je suis toujours sollicité au moins une fois par jour pour un craft et ainsi je ne m’embête absolument pas. D’autre part, les forgerons en capitale sont peu actifs, j’aimerais beaucoup m’y installer et offrir d’autres objets aux joueurs. Si je veux passer commerçant c’est parce que je me sens utile en tant que simple citoyen mais surtout parce que je pense que le serai encore plus en ayant une licence ! Merci de m'avoir lu ! Choupse
  4. Je prends, suite à la remise en vente de mon autre parcelle. Merci !
  5. Juste pour vous prévenir au cas ou vous auriez besoin d'un forgeron je le suis désormais
  6. [barrer]Ouai mais du coup ma tête ne s'affiche plus dans le profil, je vais demander à un admin de changer mon nom forum.[/barrer] EDIT : RÉSOLU
  7. Comme pouvez l'avoir compris en lisant le titre du message, il y a une erreur dans l'indication de mon rang et ça depuis que je suis devenu paysan. Je suis toujours indiqué comme paysan. Voila si vous pouviez m'aider ça serait super ! Choupse
  8. Je plussoie Mopitio car il est très actif sur toutes les maps et c'est un bon ami. J'espere qu'il va être accepter en temps que citoyen . Alors Mopitio +1 .
  9. Je vien plussoyer thejuliuscesarus car c'est un bon ami au nether et aussi sur les autres map . Alors thejuliuscesarus + 1 Et aussi bonne chance .
  10. Je plussoie mon ami theor car c'est un bon ami au nether . Alors theor +1. J'espere qu'il deviendra citoyen Bonne chance !
×
×
  • Create New...