Jump to content

SL Chronicles


SL
 Share

Recommended Posts

La tête de lapin est celle de mon skin (hormis les oreilles qui sont impossibles à faire comme ça)... que tu as déjà vu au moins deux fois et que tu as trouvé classe... erf -_-'

 

Enfin bref :P

Link to comment
Share on other sites

dixit SL 3 pages avant: "te forcer à reprendre l'avion pour tout lire"

 

TIC

TAC

TIC

TAC

L'avion est dans une semaine

TIC

TAC

TIC

it's my birthday today, i'm nineteen

TAC

TIC

TAC

Dis, tonton SL, tu nous racontes une histoire ?

TIC

TAC

TIC

Allez, soit gentil, parle nous des 11 pages que tu as prétenduement pondu voilà une semaine...

TAC

TIC

TAC

 

SLLLLLL... Oùù est tuuuuu ?

 

TIC.

TAC.

Link to comment
Share on other sites

Je suis la :D

 

Bon anniversaire déjà :P Ensuite tu souffriras du mot "prétendument" puisque tu n'est pas gentil...

Je n'ai pas le temps de les mettre en forme et de retravailler le style pour le moment, mais ça viendra (pas avant mon retour je pense par contre). ;)

Tiens je vais me faire une Méga SL Chronicles Update Week :lol:

 

Bon jeu !

 

EDIT: j'annonce un énorme chantier en cours sur les SL Chronicles. Je prépare en effet plusieurs choses et au delà du rajout de longueur du récit que vous aurez sans doute à mon retour, une autre chose va se profiler.

En effet, j'ai décidé de réécrire l'ensemble du récit. Il n'y aura pas de modification scénaristique je vous rassure. Cette réécriture permettra plusieurs choses :

:sheet: Correction des fautes de frappe et d'orthographe

:sheet: Travail plus approfondi des premières écritures. Je me suis légèrement amélioré et mes derniers écrits sont bien meilleurs que mes premiers jets. Je vais donc développer les premières parties des chroniques afin de leur donner la même qualité de description que les dernières.

:sheet: Recherche de toutes les incohérences, il y en a forcément :lol:.

:sheet: Peut être l'ajout de quelques lignes supplémentaires sur les premiers chapitres. En effet mon lapin est avant tout armé de chance plus que de courage. Je l'ai fait très peureux au début de mon RP et j'aimerais retrouver un peu cet esprit qui ne coïncide plus du tout avec les chapitres actuels. Je ne garantis rien mais deux ou trois voyages réalisés sous forme d'ellipse pourraient voir quelques nouvelles scènes.

 

Oui oui vous risquez de devoir tout relire, mais ce n'est rien en comparaison de la suite. Car avec les divers projets et autres choses que je prépare il va y avoir un très très gros paquet de lecture ;).

Link to comment
Share on other sites

:lol:

 

La suite prend peu à peu forme, je pense que je la posterai en plusieurs fois comme précédemment ;).

 

Bon jeu !

 

EDIT :

Pour cause de déménagement puis de congés je serai absent à partir de ce soir et jusqu'au 19 septembre. Je ferai quelques rares passages sur le forum (et éventuellement dans les deux premières semaines quelques passages IG).

 

Les SL Chronicles reviendront donc après car durant cette phase d'absence je tenterai de prendre quelques moments pour écrire ;).

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas pu m'empêcher, voici un petit morceau de la cuite pour vous faire patienter :D.

 

Chapitre XI : La loi du talion

 

:air: :air: « - Non ! »

:air: :air: Le ton était sans appel.

:air: :air: « - Nous devons immédiatement nous mettre en quête, je dois la retrouver.

:air: :air: - SL, sois raisonnable, nous te cherchons depuis fort longtemps et…

:air: :air: - Et bien rentrez à la cité. Je me débrouillerai seul. Je vais bien vous le voyez, je n’ai…

:air: :air: - Arrête tes inepties, tu ne pourras même pas faire plus de 20 mètres dans ton état. Tu viens avec nous, point !

:air: :air: - Et si je refuse que feras tu Corderaide ?

:air: :air: - Ne me force pas à répondre à cette question.

:air: :air: - Calmez vous les gars, ce n’est pas du tout la bonne… »

:air: :air: Mais SL avait déjà activé sa magie et un amas de terre comblait désormais la place occupée par Corderaide quelques secondes auparavant. L’assassin avait réagit promptement et se trouvait déjà derrière le lapin.

:air: :air: « - Il est vraiment très rapide, songea ce dernier. »

:air: :air: SL contra la première attaque de Corderaide qui visait son aine. Trop facilement, quelque chose clochait. Il vit alors la vraie attaque, dirigée vers sa gorge, et sut qu’il ne pourrait pas l’éviter. Sa magie mal contrôlée n’en fit qu’à sa tête et prit le relais de son possesseur pour le protéger. Une plaque d’obsidienne apparut devant la gorge du lapin, à l’endroit où frappait l’assassin d’albâtre. Celui-ci regretta immédiatement d’avoir frappé à main nue et le lapin profita de cet instant de flottement pour se dégager. Il ne comprenait pas ce qui venait de se passer, il aurait du recevoir le coup de plein fouet et à la place Corderaide semblait avoir mal. De son côté, l’assassin réfléchissait au dilemme dans lequel il se trouvait. Il ne pouvait raisonnablement pas attaquer SL avec des armes, il risquerait de le tuer. Il devait arriver à l’immobiliser tout en le conservant en vie… Plus facile à dire qu’à faire. C’est le moment que choisi Operamundi pour s’interposer.

:air: :air: « - Arrêtez vos enfantillages ! SL qu’est-ce que tu nous fait bon sang, nous sommes la pour t’aider rien de plus.

:air: :air: - Alors aidez moi à me venger, aidez moi à…

:air: :air: - Nous ne sommes que trois ! Quatre avec toi mais tu es dans un tel état d’épuisement que tu ne serais qu’un poids ! Reviens à la raison et nous aviserons ensuite.

:air: :air: - Je ne partirai pas sans elle.

:air: :air: - Tu ne nous laisse pas le choix alors… »

:air: :air: Operamundi se mit en position de combat et dégaina son épée. Immédiatement une voix résonna dans son esprit :

:air: :air: « - Du sang ! Oui un ami, tue le ! »

:air: :air: SL vit soudain son ami tomber à genoux et se prendre la tête entre les mains. Il en profita pour le charger. Mais Operamundi avait feinté le lapin et se releva, lui assénant un puissant coup d’un bâton de fer qu’il avait sorti de sa poche. Devant le manque de réaction de son possesseur, la magie de SL prit une fois de plus le relais, interposant des morceaux de sol entre les belligérants. Corderaide se glissa alors dans le dos du lapin. Operamundi lui avait créé une magnifique ouverture, il ne la raterait pas. Le tranchant de sa main s’abattit sèchement sur la nuque du lapin. La défense magique instinctive du lapin était trop occupée à gérer l’attaque d’Operamundi et SL n’avait même pas remarqué l’assassin. Il afficha donc un regard surpris en même temps qu’il s’écroula au sol.

:air: :air: « - Tu ne l’as pas tué j’espère !

:air: :air: - Je prie surtout pour ne l’avoir pas trop abîmé… Mais nous n’avions pas vraiment le choix n’est-ce pas ?

:air: :air: - En effet… Mais qu’a-t-il bien pu lui arriver ? Et c’était quoi ces matériaux qui se déplaçaient ? Et les lueurs sur ses mains ?

:air: :air: - Je n’en sais rien Opera… En tout cas joli contrôle de toi-même, j’avoue que j’ai également été pris au piège.

:air: :air: - Moi aussi pendant un instant… »

:air: :air: Corderaide décida de ne pas relever cette dernière remarque d’Operamundi et se tourna vers Chim3xKon3ko.

:air: :air: « - Tu aurais pu nous aider tout de même…

:air: :air: - Vous ne m’en avez pas laissé le temps. Et puis moi les combats…

:air: :air: - Il est vrai que je ne t’ai jamais vu combattre.

:air: :air: - Eyh je n’ai pas dit que je ne me battait jamais.

:air: :air: - Mais moi non plus. »

:air: :air: Les fourmis partirent d’un rire franc. Ils avaient retrouvé leur compagnon, désormais un long voyage de retour vers la cité les attendait. Ils décidèrent de laisser sur place le bateau de SL ainsi que celui que Corderaide avait acheté, au nom du lapin, pour faciliter leurs recherches. Il n’avait d’ailleurs que très peu servi. Corderaide chargea SL sur son dos et ils prirent la direction du portail de New Stendel.

:air: :air: « - Par contre on le portera à tour de rôle je vous préviens. »

 

:air: :air: La flamme ondulait devant les yeux d’Operamundi tandis que le doux crépitement du brasier parvenait à ses oreilles. Le feu était vraiment un élément magnifique, presque magique.

:air: :air: « - C’est pratique cette pierre du Nether que tu nous as ramenée tout de même Chimé. Je n’ose imaginer quels dangers tu as traversé pour la ramener.

:air: :air: - En fait je l’ai achetée à un marchand sur les terres de New Stendel…

:air: :air: - Tu vois quand je te dis que tu ne te bats jamais, ironisa Corderaide.

:air: :air: - Je n’aime pas la violence, ni la confusion. Mon combat c’est justement d’éviter les combats. J’use de mes mots pour cela, et ça a presque toujours été suffisant. Parfois ça ne l’a pas été en effet… Et le fait que je sois la pour en parler prouve qu’apparemment je ne me débrouille pas si mal… »

:air: :air: Corderaide et Operamundi échangèrent un regard.

:air: :air: « - Bon d’accord tu m’as cloué le bec, reconnut la fourmi albinos, en tout cas ton rock est très pratique pour faire des feux de camp.

:air: :air: - Mais où sommes nous ? »

:air: :air: Ils se retournèrent tous les trois. SL se tenait debout devant eux et se massait le cou.

:air: :air: « - Ah, enfin ! Je t’ai vraiment sonné on dirait. »

:air: :air: Un rire retentit soudain. C’était Chim3xKon3ko.

:air: :air: « - Extraordinaire, tu l’as porté le premier jour, Operamundi le deuxième, et au moment où ça allait être mon tour il se réveille, je suis béni des dieux ! »

:air: :air: Corderaide et Operamundi ne relevèrent pas.

:air: :air: « - Cela ne me dit pas où nous sommes…

:air: :air: - Et bien mon lapin… commença Operamundi

:air: :air: - Tu viens avec nous cette fois où il faudra encore te remettre les idées en place ? l’interrompit Corderaide.

:air: :air: - Je n’ai pas vraiment le choix… De plus j’ai quelques questions à résoudre avant que de me mettre en quête… Et puis tu as raison, j’étais vraiment faible…

:air: :air: - Je t’aurais tout de même eu SL, tu manques d’entraînement.

:air: :air: - Je le sais bien. Mais au final je ne sais toujours pas où nous sommes.

:air: :air: - Donc, comme je le disais… reprit Operamundi

:air: :air: - Ah oui excuse moi Opera je t’ai coupé tout à l’heure.

:air: :air: - Mais vous allez me laisser parler oui ? Donc je…

:air: :air: - Dépêche toi Opera je n’ai pas que ça à faire, le coupa à son tour SL

:air: :air: - Mais, mais… Oh et puis zut, finalement c’était mieux quand tu dormais.

:air: :air: - Au moins il a retrouvé un semblant d’esprit, fit remarquer Chim3xKon3ko. Allez Opera nous ne te couperons plus

:air: :air: - Donc ! Cela fait deux jours que nous marchons. Nous sommes repassés sur les terres de New Stendel et nous sommes actuellement dans une forêt, comme tu as du t’en apercevoir, à quelques cubes de la tour de Helm. Autrement dit demain matin nous prendrons la route pour arriver en début d’après midi à Bel-o-kube.

:air: :air: - Parfait, répondit le lapin. Corderaide, seras-tu disponible pour m’aider à m’entraîner à partir de demain ?

:air: :air: - Aussi rapidement ? Nous avons tout notre temps, tu devrais plutôt te reposer quelques jours. Et puis tu n’as pas vu la cité depuis si longtemps…

:air: :air: - S’il y a la moindre chance de la récupérer je dois la saisir.

:air: :air: - Mais de quoi parles-tu à la fin ? Vas-tu nous raconter ce qui t’est arrivé ? »

:air: :air: SL se tourna vers Chim3xKon3ko, se rendant compte que ses amis ne connaissaient rien de son aventure et de ce qu’il avait vécu.

:air: :air: « - Soit. Mais ça va prendre un peu de temps.

:air: :air: - Ce n’est pas grave, nous en avons justement tout plein dont nous ne savons pas quoi faire, ironisa Operamundi. »

:air: :air: Tandis que la lune parcourait le ciel SL conta à ses amis comment il avait découvert RiveBlanche, la magie et l’amour. Puis comment il avait perdu tout cela à cause de quelques mercenaires avides de fleurs. La lune emporta avec elle les étoiles et la nuit, laissant place à l’astre solaire. Les premiers rayons du soleil frappant la clairière surprirent les fourmis. Ils avaient passé la nuit entière à parler autour de l’aventure du lapin. Et tous étaient d’accord : ils devaient rendre une petite visite de courtoisie aux mercenaires de Kalyn. Quand à SL, le fait de raconter son histoire lui avait fait du bien. Il avait certes craqué plusieurs fois au cours du récit, cependant il n’en avait pas honte. Il savait que seuls ceux qui doutent d’eux ont honte de verser leurs larmes où de montrer leurs sentiments. Mais surtout il avait désormais les idées claires. Il allait s’entraîner avec Corderaide et devenir plus fort. Il demanderait également une aide à la Reine fourmi. Après tout la cité pourrait profiter d’une éventuelle attaque pour récupérer quelques richesses. Les quatre compères prirent donc la direction de la fourmilière, se fiant aux branches du Vénérable, l’arbre central de Bel-o-kube dont ils apercevaient déjà les plus hautes branches.

:air: :air: Au bout de quelques heures de marche Corderaide s’arrêta net. Quelque chose n’allait pas, il le sentait. Il sembla parler pour lui-même :

:air: :air: « - Ils sont si peu nombreux… Et si forts… Et celui de la Reine est si faible… Mais que se passe-t-il ? »

:air: :air: SL avait compris. Il parlait des battements de cœur des fourmis de la cité, c’était certain. Un court silence s’installa, rompu par Operamundi :

:air: :air: « - Que se passe-t-il Corderaide ? Explique-nous.

:air: :air: - Nous devons courir, nous devons nous presser ! Il y a un problème à la fourmilière ! »

:air: :air: Sans dire un mot de plus il entama une longue course, suivi par Operamundi, Chim3xKon3ko et SL. L’assassin était bien plus rapide que ses compagnons, si bien que quand ils furent en vue de la fourmilière il les avait déjà distancés de plusieurs dizaines de cubes. En se rapprochant de Bel-o-kube les fourmis et assimilés purent entrer en relation mentale avec les habitants de la cité. Mais les images qui leur parvinrent étaient confuses. De l’eau, beaucoup d’eau. La Reine qui se noyait et qui était sauvée par ses fourmis. Et des morts, beaucoup de morts. SL ne sentait plus qu’une dizaine de Bel-o-kubiennes. Sur la centaine que comptait la cité avant son départ cela représentait beaucoup de pertes. Ils entrèrent dans le dôme et descendirent vers la grande salle. Et ils comprirent.

:air: :air: La salle était entièrement noyée sous les flots. Une poche d’eau avait visiblement été rompue lors du creusement de la grande salle, déversant ainsi des cubes et des cubes de liquide sur les malheureuses myrmécéennes. Et au milieu des eaux, sur un minuscule îlot, se tenaient dix fourmis. La Reine en faisait partie, mais elle était faible et ne pouvait utiliser ses pouvoirs pour les sortir de la situation. Corderaide se tourna vers SL.

:air: :air: « - C’est le moment de nous montrer ta magie…

:air: :air: - Je ne pourrai jamais , tu as vu la masse d’eau que cela représente ? De plus je ne peux pas prendre le risque de créer un pont à partir de la terre, tout risquerait de s’effondrer.

:air: :air: - En s’y mettant tout ensemble on devrait arriver à faire quelque chose bon sang !

:air: :air: - J’ai une idée, s’exclama soudain Chim3xKon3ko. Corderaide et Operamundi, vous allez chacun vous débrouiller pour tendre une corde entre l’îlot et cette entrée. Avec un arc et une flèche ça devrait fonctionner. SL pendant ce temps tu vas geler la surface de l’eau entre les deux cordes. Ainsi on disposera d’un chemin relativement sécurisé pour évacuer les fourmis. J’irai moi-même les chercher afin de pallier à tout éventuel problème.

:air: :air: - Euh… tu sais que tu encoure le risque que la glace ne soit pas assez résistante et cède ? Tu as vu la maîtrise que j’ai de mes pouvoirs…

:air: :air: - Et bien dans ce cas je verrai bien. Nous devons sauver la Reine, nos vies ne sont rien comparées à la sienne. »

:air: :air: Le plan étant approuvé par tous, SL se concentra sur la surface de l’eau tandis qu’Operamundi et Corderaide confectionnaient des cordes à partir de fils récoltés par Chim3xKon3ko sur Nubes. Le lapin fit le vide dans son esprit et ferma les yeux. Il entendit la voix de Chimé à côté de lui :

:air: :air: « - Allez tu vas y arriver, concentre toi bien tu peux le faire ! »

:air: :air: Puis ce fut le silence. Le silence et le froid. Il faisait de plus en plus froid. SL sentait les vibrations de l’eau qui se calmaient peu à peu. Il entra en phase avec elle et combina dans son esprit le froid et l’eau. Il visualisa le chemin qu’il créait et décida de le rendre plus solide en gelant l’eau plus en profondeur. Il augmenta donc sa puissance et sentit le froid l’entourer et commencer à lui échapper. Il devait conserver le contrôle s’il voulait y arriver. Usant de toutes ses forces il canalisa l’énergie gelée vers l’eau puis ouvrit les yeux. Il avait réussi, cela s’était bien passé. Il avait réussi à transformer un élément au lieu de simplement le déplacer. Une magnifique surface de glace était apparue entre les deux cordes et l’air qui l’entourait se réchauffait peu à peu. Il se tourna vers Chim3xKon3ko.

:air: :air: « - Allez tu peux y all… »

:air: :air: Le lapin s’interrompit devant l’expression de la fourmi. Un cube de glace entourait le bas de son corps.

:air: :air: « - Tu as recouvert mes pattes de glace !

:air: :air: - Je me disais bien que j’avais senti une légère perte de contrôle… Je suis désolé.

:air: :air: - Mais enlève moi ça, j’ai super froid la !

:air: :air: - Ok ok, ne bouge pas je vais tenter le coup.

:air: :air: - Tu ne fais pas disparaître mes jambes hein !

:air: :air: - Non non promis ! »

:air: :air: Le lapin parvint à déplacer la glace assez facilement. Il était cependant très content de lui. Non seulement il avait réussi à transformer un élément, mais il avait également réussi, bien qu’involontairement, à le déplacer en même temps. Avec un peu d’entraînement il finirait bien par y arriver plus facilement. Chim3xKon3ko s’engagea sur le pont de glace et rejoignit les rescapés. Un par un ils regagnèrent le tunnel d’entrée de la fourmilière et sortirent. Le soleil serait sans aucun doute le meilleur remède pour recharger les batteries de la Reine fourmi et des autres rescapés.

 

:air: :air: Cinq jours passèrent. Cinq longues et ardues journées au cours desquelles les quelques fourmis restantes creusèrent des galeries pour évacuer l’eau de la cité. Cinq jours à voir passer les cadavres de leurs sœurs emportées par les flots. Cinq jours durant lesquels la Reine reprit des forces et transforma de nouveaux êtres en fourmis, augmentant ainsi leur nombre à cinquante. La cité fut réinvestie le sixième jour et l’on commença de réparer les dégâts. SL partagea alors son temps entre cette activité et l’entraînement. La journée il creusait, réparait, nettoyait la cité et le soir venu il partait avec Corderaide peaufiner la maîtrise de ses pouvoirs. L’assassin s’avéra un excellent professeur et SL retrouva rapidement ses marques. Parfois quelques fourmis curieuses assistaient aux séances d’entraînement. L’histoire du lapin avait en effet fait le tour de la cité et tous connaissaient son désir de vengeance. Jesollas, la Reine, avait décidé d’apporter son aide au lapin en confiant aux sexués de la cité la tâche de créer une armée. Dem0_crix et Operamundi s’étaient portés volontaires pour la mise en place de cette force Bel-o-kubienne et travaillaient actuellement sur la préparation des fourmis au combat.

:air: :air: Les jours passèrent encore et SL fit quelques progrès supplémentaires. Il parvenait désormais à gérer deux assaillants à la fois et, bien qu’il n’égalait pas Corderaide, il avait accru sa vitesse de réaction et de déplacement. Le temps de concentration nécessaire à l’utilisation de ses pouvoirs se réduisit également au fur et à mesure du temps, tout du moins pour les déplacements de matière. Il apprit également à composer avec sa magie. Celle-ci le protégeait parfois de façon « automatique » tout comme elle l’avait fait lorsqu’il s’était battu contre Corderaide. L’assassin s’était renseigné auprès de mages d’autres contrées mais personne n’avait jamais entendu parler d’une telle chose. Une légende lointaine évoquait bien un certain sorcier des sables que la magie protégeait sans qu’il le veuille, mais aucun détail précis n’était donné et personne ne pouvait certifier la véracité de l’histoire. Aussi le lapin décida de ne pas baser sa défense sur cet étrange phénomène mais plutôt de l’utiliser pour placer de puissantes attaques risquées tout en disposant d’une protection correcte. Chaque soir Corderaide et SL s’entraînèrent, et chaque soir ils progressèrent un peu plus. Mais le temps passait vite et les chances de retrouver Lilwenn s’amenuisaient au fil des jours. Trois semaines après leur retour à la cité ils décidèrent donc qu’il était grand temps de lancer leur offensive. Jesollas donna son accord pour que quarante unités de la déferlante noire accompagnent les quatre compères. La soirée fut consacrée à l’équipement et à la constitution des paquetages de nourriture, si bien que lorsque les premiers rayons du soleil frappèrent le dôme de la cité, ils étaient prêts. Corderaide en tête, la sombre armée prit la direction de New Stendel pour rejoindre Nubes. La majeure partie du trajet se fit dans le plus grand silence. La plupart des créatures fuyaient ou se terraient devant le passage de la petite mais menaçante armée et les fourmis elles-mêmes ne trouvaient pas les phéromones pour communiquer. Certaines voulaient plaisanter, ou commenter le paysage, mais elles n’osaient pas de peur de distraire l’esprit militaire du cortège. Operamundi se concentrait pour refouler le démon du Nether fou de joie à l’idée d’un combat sanglant, Chim3xKon3ko paraissait perdu dans ses pensées et Corderaide se concentrait sur leur route. SL quand à lui aurait souhaité les remercier tous pour leur soutient et leur aide, mais il ne trouvait pas les mots.

:air: :air: Le voyage se déroula sans encombre, bien que Corderaide dû mentir aux gardes de la cité de New Stendel afin de justifier la taille de leur groupe armé.

:air: :air: « - Nous allons nettoyer Nubes de quelques mobs afin d’aider ses habitants. »

:air: :air: Cette phrase suffit à convaincre les valeureux soldats qui les encadrèrent néanmoins afin de les accompagner jusqu’au portail. Les créatures du Dominion avaient mauvaise réputation et ils ne pouvaient courir le risque de laisser déambuler un groupe aussi important dans les rues de la capitale.

:air: :air: Une fois sur Nubes, l’armée prit la direction du port des mercenaires de Kalyn. Corderaide connaissait le chemin et il ne leur fallut pas plus d’un jour de marche pour parvenir en vue des portes de la petite citadelle qui protégeait les quais. Ils établirent leur campement en bordure de l’île flottante, derrière une petite colline. SL s’empressa de la gravir afin d’observer les remparts des ennemis. Les navires aux coques de bois sombre et netherock étaient tous à quai, flottant dans les airs. Le soleil rouge à six branches sur fond noir, emblème des redoutés mercenaires, était reproduit partout, depuis les voiles des navires jusque sur les armures légères des guerriers en passant par une version immense drapée au dessus de la lourde herse barrant l’entrée de la citadelle. Corderaide rejoignit le lapin au sommet de la colline.

:air: :air: « - Viens avec moi, je vais vous expliquer à tous le plan d’attaque. »

:air: :air: Ils redescendirent donc et se rassemblèrent pour une dernière mise au point.

:air: :air: « - Bon nous allons nous séparer en trois groupes, entama Corderaide. Le premier sera commandé par Operamundi. Vous attaquerez la citadelle de face afin de provoquer une diversion. Ne vous exposez pas trop franchement, nous aurons besoin de vous après. Le second groupe sera commandé par Chimé. Vous embarquerez à bord du bateau que j’avais acheté pour rechercher SL. Il est par chance amarré à quelques dizaines de cubes d’ici. Les mercenaires sont rompus au combat et s’attendront à une attaque à revers. Nous allons donc la leur fournir avec vous. Mais vous ne serez qu’une seconde diversion. La réelle attaque viendra du groupe que je commanderai et dans lequel tu seras SL. Nous creuserons depuis ici jusque dans la citadelle. Mais nous ferons en sorte de ressortir au milieu du bâtiment central. Ainsi nous les attaquerons en leur cœur et nous pouvons espérer qu’ils seront suffisamment surpris pour ne plus savoir où donner de la tête. Logiquement avec ces trois attaques simultanées nous devrions parvenir à ouvrir la herse principale afin que toute notre petite armée pénètre dans l’enceinte. Les mercenaires sont plus nombreux et bien meilleurs au combat que nous, aussi c’est notre seule chance. Après nous compterons un peu sur la chance pour trouver leurs chefs et les tuer. Sans leurs meneurs la désorganisation sera encore plus grande. Des questions ?

:air: :air: - Oui moi j’en ai une, le bateau sera extrêmement exposé au danger et aux bombardements. S’il est touché nous risquons de subir un cuisant échec, fit remarquer une fourmi.

:air: :air: - C’est l’une des nombreuses parties du plan pour lesquelles un coup de pouce de la chance serait appréciable, lui répondit Corderaide. Sachez que nous ne reviendrons pas tous, vous devez en être conscients. C’est une bataille, un combat à mort. Ne lâchez rien, soyez attentifs, vifs et attaquez toujours en premier. Sur ce allons nous coucher, nous devons être en forme pour demain, nous attaquerons dès l’aube. Cela nous permettra de faire arriver le navire par la direction du soleil levant qui les éblouira et leur donnera des difficultés pour viser. »

:air: :air: Mais les fourmis n’avaient pas sommeil. Elles n’avaient pas non plus peur, leur vie leur importait peu. Seule l’excitation les empêchait de s’endormir. Toutes rêvaient depuis si longtemps de combats. Et elles y étaient enfin… La nuit passa très rapidement et certaines n’avaient pas trouvé le sommeil. Les trois groupes se mirent en place. Corderaide entraîna SL à part.

:air: :air: « - Dès qu’on arrive tu te débrouilles pour neutraliser leurs canons. Cela devrait aider l’équipage de Chimé à débarquer. Ne te disperse pas, nous sommes tous ici pour t’aider et nous devons faire en sorte d’être un maximum à rentrer en vie. Ne l’oublie surtout pas, nous irons trouver les responsables du massacre tout ensemble. Ne laisse pas tes sentiments te déborder.

:air: :air: - Ne t’en fais pas, je ferai en sorte de contrôler tout cela, je pense être prêt. »

:air: :air: Les dizaines de mandibules claquant d’excitation produisaient un bruit étrange qui inquiéta les mercenaires de Kalyn. Jamais ils n’avaient entendu un tel son et ils se demandèrent quelle en était l’origine. Une masse noire émergea alors de la colline située à quelques cubes de la porte principale. La vigie hurla.

:air: :air: « - Ennemi en vue ! »

:air: :air: Malgré l’heure matinale, la réponse du chef des gardes ne se fit pas attendre.

:air: :air: « - Combien ? »

:air: :air: « - Environ vingt créatures noires inconnues qui se dirigent vers la porte. »

:air: :air: Le chef des garde fonça aussitôt réveiller les différents responsables. Très rapidement les mercenaires se levèrent, s’équipèrent et se mirent en place. Partout dans la citadelle des hommes couraient, s’habillant et saisissant leurs armes.

:air: :air: « - Ils sont fous, ils ne sont que vingt et ils nous attaquent de face. Ils vont droit à la mort, remarqua un mercenaire.

:air: :air: - Pas si sûr, lui répondit le chef des gardes. Un équipage entier reste en retrait, hurla-t-il alors. Vigies, vous êtes chargés de repérer une éventuelle seconde attaque, celle-ci n’est sans doute qu’une diversion ! ».

:air: :air: La tension était palpable tant au sein du camp que dans les rangs des fourmis. Déjà les mercenaires armaient leurs arcs. Un rayon de soleil vint frapper la légion fourmi. Operamundi reçut alors la transmission mentale de Corderaide. Le signal d’attaque. Le cri d’assaut lancé par Operamundi et les fourmis fut audible sur toute l’île.

Link to comment
Share on other sites

En fait, si c'est vraiment petit. C'est trop petit ! Quand on a fini de lire, on sens que ce n'est qu'une introduction à un épique dénouement beaucoup plus impressionnant. Chose qu'on attend avec impatience, comme d'habitude. ;)

Link to comment
Share on other sites

Yop !

 

Je cesse de vous faire attendre, j'ai largement assez de pages d'avance pour commencer à publier le début de cette bataille !!!

 

Voici donc une partie de la suite !!! Il n'y a vraiment pas grand chose mais je préfère y aller doucement :D. J'abandonne finalement l'idée de la SL Chronicles update week, je préfère travailler plus paisiblement les RP avant de les servir ;).

Je suis en parallèle en train de relire l'ensemble du RP et d'y apporter des corrections. Il se peut donc qu'il y ait des fautes dans celui-ci, mais ce sera corrigé par la suite ;).

 

Bonne lecture !

 

:air: :air: Sous terre les fourmis creusaient inlassablement. Les combats avaient commencé là haut, elles ressentaient les vibrations dans le sol. Certaines se surprirent à penser à leurs compagnes qui mourraient à quelques cubes d’elles tandis qu’elles contournaient l’ennemi dans une toute relative sécurité.

:air: :air: « - Concentrez vous, plus vite nous arriverons mieux ça sera pour les autres. Si vous pensez à eux vous ralentirez et il sera trop tard. »

:air: :air: SL resta muet. Les capacités de Corderaide le surprenaient un peu plus chaque jour. Lui aussi entendait les échos du combat et ressentait les vibrations dans le sol. Il s’arrêta quelques instants et se concentra afin de repérer leur position. Il lui fut très difficile de projeter ses capacités sensorielles 10 cubes au dessus de lui mais il y parvint, et ce malgré l’agitation faramineuse qui régnait à l’air libre. Ils n’étaient pas loin de la muraille. Encore quelques cubes à creuser et ce serait bon. SL ne résista pas à la tentation de repérer ses amis. Ce qu’il ressentit le laissa perplexe. Il devait les aider. Une idée lui traversa alors l’esprit…

 

:air: :air: La première salve de flèche s’abattit sur les rangs des fourmis. Les mercenaires de Kalyn ne trahirent pas leur réputation d’excellents archers et toutes leurs flèches touchèrent leur but, que ce soit un abdomen, une tête ou une patte. Déjà les humains souriaient et se félicitaient. La bataille serait de courte durée. Mais alors qu’ils bandaient leurs arcs à nouveau pour achever d’éventuels survivants ils remarquèrent qu’aucun assaillant n’était à terre. Ces derniers leur fonçaient toujours dessus et ne semblaient pas avoir ralenti. Ils décochèrent une deuxième salve sous les hurlements du chef des gardes.

:air: :air: Operamundi avait désormais le sourire. Les flèches qu’il avait tant redouté étaient finalement inefficaces. La seconde salve tirée par les mercenaires fit comme la première : elle se planta dans les puissantes chitines des fourmis, ne parvenant pas à les transpercer plus. Cette armure naturelle était vraiment d’une efficacité remarquable. Ils avaient réussi l’essentiel du plan de Corderaide : s’approcher suffisamment de la muraille pour occuper les mercenaires, le tout sans perdre une seule unité. Mais Operamundi voulait vraiment aider SL et il avait décidé d’ajouter sa touche personnelle. Il tendit son bras droit et exécuta le signal convenu avec ses fourmis. Aussitôt quatre d’entre elles relevèrent leur abdomen pour être en position de tir tandis que quatre autres le saisissaient, lui et une autre fourmi, afin de les projeter au dessus de la muraille. Le trajet dans les airs fut court mais l’atterrissage compensa la déception d’Operamundi de ne pas avoir profité du vol. Les deux mercenaires les plus proches de lui n’eurent pas le temps de réagir. Le blason d’or tourna sur lui-même avec son épée qui trancha net la tête du premier avant de finir sa course dans l’abdomen du second. Deux autres guerriers qui s’approchaient de lui reçurent chacun un tir d’acide formique hautement concentré. Leurs têtes et leurs membres fondirent sous l’effet de la substance, mettant par la même occasion fin à leurs jours. Il se précipita alors vers le mécanisme d’ouverture de la porte. La seconde fourmi lancée avec Operamundi connut un sort moins heureux. A peine avait elle touché la muraille que trois mercenaires la transpercèrent de leurs épées. Elle s’écroula à leurs pieds, sans vie.

:air: :air: « - Regardez ça, c’est une fourmi géante. Beuark c’est répugnant ! commenta un premier mercenaire.

:air: :air: - Oui mais il y a plus important, lui signala le chef des gardes qui se trouvait juste à côté de lui, profites en pour regarder les failles de son armure. Regarde, la, la et la, aux articulations. Ce sont les points qu’il faut viser pour les atteindre. »

:air: :air: Il hurla alors à l’attention de ses hommes :

:air: :air: « - Visez leurs articulations, ce ne sont que des insectes faites leur subir le sort qu’ils méritent !

:air: :air: - Chef une intrusion ! L’ennemi se dirige vers l’ouverture des portes juste en dessous de vous !

:air: :air: - Je m’en occupe. Quand à vous faites le ménage devant la porte ! »

:air: :air: Il sauta alors de la muraille et tomba face à Operamundi.

:air: :air: « - Tiens tiens… Tu n’es pas une fourmi toi, tu as juste une armure qui ressemble à leur protection… Tu es encore plus répugnant que ces insectes, je vais t’écraser ! »

:air: :air: Le chef des gardes faisait approximativement deux fois la taille et le poids d’Operamundi qui, par conséquent, n’en menait pas large. Il était vêtu de la tenue de combat classique des mercenaires, à savoir une armure légère constituée de cuir et de fer protégeant ses points vitaux tout en lui laissant une certaine liberté de mouvement. Le fait qu’il soit équipé d’une lourde hache n’arrangeait pas non plus les choses. Le blason d’or vit rapidement à travers la herse ses compagnes subir un nouveau tir des mercenaires qui visaient cette fois les articulations. Les flèches transpercèrent ces dernières tuant ainsi deux fourmis et en blessant cinq autres.

:air: :air: « - Collez vous aux murailles, ils auront plus de mal à vous atteindre ! leur cria Operamundi. »

:air: :air: Mais il n’eut pas le temps d’en dire plus. Il aperçut du coin de l’œil la hache du chef des gardes qui s’abattait sur lui et se jeta sur le côté. La lourde arme se planta dans le sol, obligeant le mercenaire à la prendre à deux mains afin de l’en sortir. Operamundi profita de cet instant pour se précipiter sur le mécanisme d’ouverture de la herse. Mais une violente douleur, accompagnée d’un soudain retour en arrière, le saisit au ventre. Son ennemi massif avait lâché sa hache afin de lui assener un violent coup de pied dans l’abdomen. Le souffle coupé, Operamundi resta au sol quelques instants. Le chef des gardes en profita pour se ressaisir de sa hache, qu’il arracha du sol non sans une petite difficulté, et s’avança vers lui.

:air: :air: « - On va jouer un peu tous les deux ! Tu vas commencer par… »

:air: :air: Il reçut une pierre en pleine face avant de finir sa phrase.

:air: :air: « - Cheeeeeef, ils ont percé une brèche dans la muraille !

:air: :air: - Comment ? Mais c’est impossible ! »

:air: :air: Pourtant il y avait bel et bien un trou dans la muraille à quelques cubes de lui, et les fourmis s’y engouffraient. Il hurla de rage et s’élança sur les légions noires, tranchant en deux les trois premières qui lui faisaient face et qui avaient osé lui jeter une des lourdes pierres de la muraille. Il vit alors le trou dans la muraille. Aucun dégât n’avait été fait autour, comme si les pierres avaient été déplacées. Il s’adressa à ses hommes en reculant :

:air: :air: « - Massacrez les jusqu’au dernier ! Mais soyez prudents, ils ont sans doute un mage avec eux. Prévenez immédiatement le Hartäg Goltrung afin qu’il nous envoie des mages ! Nous devons avoir fini ce combat avant le retour de notre Jirshün bien aimé !

:air: :air: - Si je comprends bien le Jirshün est votre chef et le Hartäg est son second c’est ça ? »

:air: :air: Operamundi s’était relevé et se dressait face au chef des gardes.

:air: :air: « - Oui, bravo petit. Mais tu ne les verras pas car je t’aurai écrasé bien avant que notre chef rentre de mission. Et même avant que Goltrung arrive ici je pense…

:air: :air: - Chef, chef ! Navire inconnu en vue !

:air: :air: - Alors c’était ça votre plan hein ? Quel manque de chance nous avons justement des canons prêts à servir… »

:air: :air: Operamundi se rua sur le massif chef des gardes mais ce dernier bloqua aisément son attaque et lui décocha un violent uppercut qui le projeta à terre.

:air: :air: « - Que la fête commence messieurs ! Je n’aime pas m’amuser sans musique, faites chanter les canons, et surtout ne soyez pas avares sur la quantité ! »

:air: :air: Les fourmis étaient engagées dans un rude combat contre les mercenaires à quelques cubes de lui. Ils avaient l’avantage, c’était évident ! Il se plaça devant Operamundi et brandit sa hache au dessus de sa tête avec un sourire cruel.

:air: :air: « - Un dernier mot petit ? »

 

:air: :air: « - Mais tu es malade ou quoi ?! »

:air: :air: SL ne comprenait pas. Il était plutôt fier de lui d’avoir réussi à ouvrir un passage dans la muraille et voila que Corderaide était mécontent.

:air: :air: « - Grâce à ta précipitation ils savent sans doute désormais qu’il y a un mage parmi nous ! Ils vont donc en toute logique faire appel à leurs mages et là ça renverse sacrément la vapeur. Déjà ils sont plusieurs mais en plus ils ont certainement une plus grande maîtrise que toi de leurs pouvoirs. Mais tu as raison c’était sans doute un peu trop facile…

:air: :air: - Epargne moi ton ironie, je pensais bien faire.

:air: :air: - Il va falloir qu’on se dépêchant maintenant, encore plus qu’avant !

:air: :air: - Pardonnez moi d’interrompre votre conversation, commença une fourmi, mais il me semble que si vous êtes pressés vous feriez mieux de creuser au lieu de vous disputer. »

:air: :air: Les deux amis la regardèrent. Son raisonnement leur avait cloué le bec.

:air: :air: « - Reculez, je vais tenter quelque chose, leur dit alors SL. Après tout s’ils savent que nous avons un mage il n’y a plus aucune raison de ne pas utiliser mes pouvoirs non ? »

 

:air: :air: Chim3xkon3ko entendit les premiers « boum » significatifs d’un tir de canon et fut saisi d’une soudaine appréhension. Rien ne dépendait de lui à présent. Il n’avait aucun contrôle sur son futur. Il suffisait qu’un bloc de TNT touche au but et pouf ils seraient dispersés dans le vide. Cette idée lui fit froid dans le dos mais il n’eut pas le temps d’y réfléchir plus. Trois blocs de TNT passèrent au dessus et en dessous du navire et explosèrent plus loin. Le dernier avait vraiment frôlé le mat.

:air: :air: « - Prenez n’importe quelle direction, nous devons bouger au maximum afin d’être difficiles à viser ! Arrangez vous également pour faire exposer le moins de surface possible afin qu’ils aient moins de chances de nous atteindre ! »

:air: :air: Les ordres n’étaient pas très précis mais ni Chim3xkon3ko ni les fourmis n’avaient jamais navigué. Et ils regrettaient amèrement ce manque d’expérience à présent…

 

:air: :air: Operamundi fut sauvé de justesse grâce au jet d’acide formique d’une artilleuse qui força le chef des gardes à reculer. Ce fut d’ailleurs la dernière action de la fidèle fourmi qui succomba aux lames de deux mercenaires. Elles n’étaient plus que douze et étaient acculées contre la muraille face à plus de trente guerriers. Operamundi se releva péniblement et reprit son épée en main afin d’aller leur porter secours mais le chef des gardes l’attrapa par le bras et le ramena en arrière.

:air: :air: « - Nous n’avons pas fini tous les deux ! »

:air: :air: Operamundi ne laissa pas à son ennemi le temps de réfléchir. Il bondit lame en avant en visant le cou. Mais la lourde hache fendit l’air, le forçant à contrer. Il encaissa le choc et se rétabli quelques cubes plus loin. Sa lame vibrait encore tant la puissance du coup avait été grande. Le chef des gardes l’attaqua alors, faisant des moulinets avec sa hache. Operamundi réfléchi. Il ne devait pas se faire toucher, s’il prenait un coup s’en était fini de lui. Mais son ennemi était habile et rompu au combat, il ne laissait aucune faille, aucune ouverture. Une voix résonna dans sa tête.

:air: :air: « - Tu as besoin d’un peu d’aide ? »

:air: :air: C’était le démon du Nether. Il avait soif de sang, de bataille, et surtout il ne voulait pas disparaître avec son hôte.

:air: :air: « - Oui mais seulement d’un peu, ne compte pas sur moi pour te laisser prendre le contrôle !

:air: :air: - C’est ce que tu penses pour le moment… »

:air: :air: Soudain la force dans ses bras se décupla. Il cessa de reculer.

:air: :air: « - Ah ah ! triompha le chef des gardes. Tu te résignes enfin à ton sort ? »

:air: :air: Operamundi tendit sa lame et stoppa net la hache.

:air: :air: « - C’est amusant, une de mes phrases fétiches parle justement de sort… Alea jacta est ça te dit quelque chose ? »

:air: :air: A ces mots il sauta par dessus son ennemi et trancha le manche de sa hache avec sa lame. Ce dernier eut tout juste le temps de rouler à terre, malgré sa stupéfaction, pour éviter le second coup d’épée qui trancha le vide où, une demie seconde plus tôt, se tenait sa tête. Confiant en sa nouvelle force Operamundi se rua alors sur lui afin de lui assener un coup d’épée mais le chef des gardes fut plus rapide. Il se saisit du poignet qui tenait l’épée tandis qu’il envoyait son pied à la rencontre du thorax d’Operamundi. Le choc fut violent, d’autant que le massif guerrier tenait toujours le bras du blason d’or. Il lui tordit alors le bras qui cassa dans un horrible craquement, arrachant un hurlement de douleur à Operamundi qui s’écroula à terre.

:air: :air: « - Que se passe-t-il ici ?! tonna alors une puissante voix.

:air: :air: - Hartäg, nous sommes attaqués par de médiocres insectes, répondit le chef des gardes en lâchant le bras d’Operamundi.

:air: :air: - Et tu me déranges pour si peu ?

:air: :air: - Je n’oserais pas grand Goltrung. Nous avons l’avantage cependant un mage semble se dissimuler parmi eux.

:air: :air: - Je vois… Toi, ordonna-t-il à l’un des quatre mages qui le suivait, trouve ce mage et fais lui regretter son insolence. Je vous laisse gérer la situation chef des gardes, ne me décevez pas ! »

:air: :air: Goltrung tourna les talons et repartit vers ses appartements accompagné des trois autres mages. Le chef de garde observa le mage restant quelques instants et décida finalement de retourner à la bataille. Le maître des arcanes savait ce qu’il faisait et le mercenaire ne lui serait certainement d’aucune aide. Il sortit une courte dague de son armure et s’accroupit près d’Operamundi qui gisait au sol.

:air: :air: « - Tu as détruit ma hache… Ma si belle hache, seul souvenir laissé par mon défunt père. Je devrais te torturer mais je n’en ai pas le temps. Alors je vais au moins te faire souffrir. Les combattants que tu as amenés avec toi meurent un par un sous les coups de mes puissants guerriers. Tu les entendras souffrir et s’éteindre tout en attendant la mort. Et tu souffriras toi aussi ! »

:air: :air: Avant qu’Operamundi puisse réagir, le chef des gardes le frappa de sa dague qu’il laissa plantée dans son thorax.

:air: :air: « - Juste à côté du cœur. Tu as sans doute un poumon perforé, mais tu ne te videras pas de ton sang, tu mourras à petit feu. A très bientôt petit. »

:air: :air: Le mercenaire se releva et sortit du champ de vision du blason d’or. Ce dernier avait du mal à respirer et ne pouvait même plus gémir ni parler tant la douleur qui l’envahissait était grande.

:air: :air: « - Alors ? Ma proposition de me laisser faire tient toujours tu sais ? »

:air: :air: Le démon du Nether. Operamundi sentit soudain sa force noire l’assaillir. Mais il résista.

:air: :air: « - Je ne te laisserai pas faire, je préfère encore mourir.

:air: :air: - Et tu t’éteindras en laissant tes compagnons à leur triste sort ? Tu les entendras tomber un par un autour de toi dans ta lente et douloureuse agonie.

:air: :air: - Tu ne parviendras pas à me corrompre. Les autres s’en sortiront, j’en suis certain. Et toi tu mourras avec moi.

:air: :air: - Oh que non ! Ton âme est noble, mais l’esprit ne fait malheureusement pas tout ! Tes forces vont peu à peu te quitter. Et plus tu seras faible, plus je pourrai facilement m’emparer de toi. Et quand bien même je n’y parviendrais pas d’autres pourraient s’en charger, tu le sais n’est-ce pas ?

:air: :air: - Je vous résisterai, et vous disparaîtrez avec moi ! »

Link to comment
Share on other sites

C'est ce que j'aime le plus... j'ai déjà la suite, la, à portée de main... prête à copier coller... mais non, pas pour ce soir :lol:.

 

Je retravaillerai surement la bataille afin d'y ajouter plus de détails par contre... ça ne me convient pas :).

Link to comment
Share on other sites

Naaooooooon ! SL, tu n'as pas le droit de laisser un suspens aussi dément ! C'est vraiment du grand SL qu'on a là, les scènes s'enchainent avec un bon rythme, quelques passages un peu trop rapides, mais le tout est diablement attachant ! Et mince, qu'est-ce que j'aime lire mon personnage dans tes chroniques ! ;)

Link to comment
Share on other sites

J'ai enfin trouvé le courage de lire les SL Chronicles et voila mes trois réaction pendant la lecteur

 

:D:shock::cry:

 

Oui j'ai eu les larmes aux yeux pendant toute la parti sur Riveblanche et le retour a BOK :cry:

 

j'ai vraiment hate de lire la suite

Link to comment
Share on other sites

Waou I'm soooo happy !!!!! :P

 

Merci d'avoir pris le temps de lire tout ça Ox, ça fait vraiment plaisir :D.

 

Comme je te l'ai dit je suis en train de tout retravailler, l'histoire reste la même mais je vais ajouter quelques détails (voire même quelques scènes au début), supprimer les fautes, incohérences etc...

Tu pourras donc tout relire \o/ !!!! :lol:

 

Bon jeu !

Link to comment
Share on other sites

Waouh! J'avais entendu parler de tes Chroniques et apres notre petit échange, je me suis dit qu'il était peut-être temps de lire ces merveilles et Oh surprise! ce sont bel et bien des merveilles!

 

Tu as vraiment du talent (malgré quelques incohérences que tu as toi-même admises, mais c'est vraiment pour chipoter :)

Et pour avoir lu nombre de bouquins papiers ou sur le net, je peux t'affirmer qu'il est très dur de me tenir river à mon écran aussi longtemps, immergée dans une histoire. Mais là, "ici et maintenant" comme dirais l'autre (philo quand tu nous tiens!), j'admets volontiers que tu m'as épaté!

 

J'espère que nous aurons l'occasion de faire plus ample connaissance dans l'avenir!

 

Tu as intérêt de continuer: tu nous fais tous rêver! ^^

 

Bien à toi,

Lyli

Link to comment
Share on other sites

:oops::oops: Eh ben c'est de pire en pire les commentaires ici, entre Ox et Lyl je commence à rougir :D.

 

Je suis actuellement coincé sur le développement d'un passage quelques pages après (alors que j'ai déjà développé la suite -_-') mais je vous livrerai au moins un premier morceau très très vite :).

 

Pour info j'ai relu et corrigé la première moitié des chroniques (le nombre de fautes c'est impressionnant...) et je suis en plein dans le développement des premiers voyages (le côté paumé et peureux du lapin me manque un peu, je lui ajoute donc quelques scènes pour m'éclater !!! :D).

Svp svp svp si vous voyez des passages qui mériteraient d'être développés ou des incohérences signalez moi par MP afin que je ne les rate pas ;).

 

Merci vraiment merci pour vos commentaires c'est très très encourageant !

@Lyl : bien évidemment, j'apprécie toujours d'élargir mon cercle relationnel, surtout avec les gens qui ont des lapins :lol: !!!

 

Bon jeu !

Link to comment
Share on other sites

Yop !!

 

Un petit bout de la suite car Operamundi en a marre d'attendre dans cette posture :). Mais ce n'est qu'un tout petit bout, et au final... :D Bonne lecture !!

 

:air: :air: Chim3xkon3ko évita de justesse un bloc de TNT qui explosa plus loin derrière le navire. Les fourmis étaient pour le moment chanceuses. Tout du moins celles du navire. Malgré les nombreux tirs qu’ils subissaient ils n’avaient pas été touchés une seule fois. Le soleil levant se révélait très efficace pour empêcher les mercenaires de viser et les insectes semblaient exceller dans l’art d’éviter les projectiles. Lui-même s’habituait a donner des directions plus précises. Il n’avait de toute façon pas le choix. Il risqua un rapide coup d’œil vers la muraille où le premier assaut avait été donné. Les fourmis semblaient en grande difficulté et il ne voyait plus Operamundi. Une déflagration secoua le navire, le ramenant à sa mission première.

:air: :air: « - Tout va bien, un bloc a explosé a proximité du bateau mais nous n’avons pas de dégât, lui signala une fourmi.

:air: :air: - Virez à bâbord et souquez les artimons !

:air: :air: - Comment ? « Souquez les artimons » ? Qu’est-ce que ça signifie ?

:air: :air: - Euh… j’ai entendu ça une fois dans une discussion à propos de navires, je me suis dit que ça pouvait peut être servir… Virez déjà à bâbord, on… »

:air: :air: Une flèche se planta soudain dans sa chitine au niveau de la joue. Chim3xkon3ko l’arracha d’un coup de patte et se tourna vers son équipage.

:air: :air: « - J’ai deux bonnes et une mauvaise nouvelle ! La mauvaise : nous sommes à portée de tir pour leurs archers. Cependant nos chitines semblent résister à leurs flèches, ce qui constitue la première bonne nouvelle. La seconde bonne nouvelle c’est que nous sommes relativement proches des quais. Nous allons donc pouvoir aborder et lancer notre assaut terrestre. Nous allons procéder comme suit : premièrement en avant toute direction les quais pour les quelques dizaines de cubes qu’il nous reste à parcourir. C’est risqué mais nous n’avons pas le choix. Deuxièmement quand nous serons à six cubes du quai le plus proche, barre à tribord. Le bateau heurtera le sol par le flanc et nous pourrons ainsi débarquer en grand nombre d’un coup en sautant d’un peu partout. Ne vous occupez pas des canons quand nous serons à terre, ils ne nous gêneront pas. En attendant ce beau programme, artilleuses en position pour riposter ! »

:air: :air: Les vaillantes combattantes coururent à la proue du navire et se disposèrent de façon à disposer chacune d’un angle de tir. L’acide formique hautement concentré fut expulsé des abdomens relevés en direction des mercenaires. Certains tirs se perdirent dans le vide séparant les fourmis des quais, d’autres touchèrent le sol. Deux seulement atteignirent leur cible, le bras d’un archer pour le premier et la bouche d’un canon pour le second. Une pluie de flèches fondit sur le navire tandis que les fourmis tiraient à nouveau.

:air: :air: « - La victoire est proche mes amis, se réjouit Chimé, nos tirs les blessent et ils ne parviennent pas à nous toucher avec leurs canons ! Quand à leurs flèches, elles ne nous fons aucun m… »

:air: :air: Une flèche transperça le cou d’une artilleuse sur sa droite. Surprise, elle écarquilla les yeux avant de s’écrouler sur le pont.

:air: :air: « - Bon c’est la seconde mauvaise nouvelle, ils vont viser les articulations ! Restez baissés surtout. Faites monter le navire, je viens d’avoir une autre idée de plan. On passe au dernier moment au dessus des quais et on les arrose d’acide. On prendra ensuite la direction de la réserve de TNT, le but étant de mettre le feu au navire et de le laisser s’écraser dessus. On se place ainsi hors de portée de leurs flèches et on crée une belle pagaille. A mon commandement on évacuera le bâtiment. Des questions ?

:air: :air: - Euh… et bien…

:air: :air: - Parfait tout le monde est d’accord, en avant toute ! »

:air: :air: Le bateau prit de l’altitude et s’approcha des quais. Les mercenaires, surpris par ce changement de cap, réagirent tardivement et se retrouvèrent à portée de tir des fourmis. Cette erreur leur coûta, pour une grande partie d’entre eux, la vie. La proue du navire franchit la limite des quais et les artilleuses purent déverser leur acide mortel depuis leur position de choix environ cinq cubes au dessus du sol.

:air: :air: « - Allez on se dirige vers la réserve à TNT maintenant, préparez un briquet ! La vic... »

:air: :air: Un bruit sourd retentit et le bateau tangua.

:air: :air: « - Nous sommes touchés ! Nous sommes touchés ! »

:air: :air: Une seconde explosion se produisit, puis un craquement. La troisième explosion embrasa le navire qui piqua vers le sol. Chim3xkon3ko était entouré de flammes et de fumées. Aucune issue ne se présentait à lui et il sentit le pont s’incliner dangereusement. Soudain un espace vide lui apparut. Sans prendre le temps de réfléchir, il sauta. Le navire s’écrasa au sol à peine une seconde plus tard, emportant son équipage et quelques mercenaires malchanceux dans un incommensurable fracas.

 

Voila maintenant vous êtes deux à être dans une situation inconfortable ;).

 

Merci d'avoir lu, n'hésitez pas à critiquer etc...

Link to comment
Share on other sites

Mais tu es carrément horrible ! C'est parfaitement inhumain de nous faire subir toutes ces atrocités ! Et quand je dis nous, c'est à la fois en tant que lecteurs subissant tes odieux cliffhangers en chaine qu'en tant que personnages, malmenés par tant d’événements si malencontreux qu'ils feraient d'excellentes illustrations à la loi de Murphy !

Viens, Chimé, rejoins-moi parmi les maltraités des SL Chronicles, et fomentons un plan pour obliger ce charlatant à donner à ses protagonistes un peu plus de bonheur !

 

Bon sinon c'était bien, mais c'était bien trop court. ;)

Link to comment
Share on other sites

Oh my god...Simplement,bravo,tu est tout simplement génial,en lisant tes chroniques,j'ai l'impression d'être devant un écrivain professionnel comme Stephen King.Chapeau pour tout le temps que tu consacre au SL's chronicles et pour la qualité de tes écris :D .

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...