Jump to content
Lpu8er

Animés en pagaille

Recommended Posts

Bonsoir,

Décidément, que de posts de Lpu8er en taverne non-RP ! Blague mise à part, je viens cette fois poster un sujet que certains n’apprécient pas du tout, d’autres bien plus… Bref, quelque chose sur lequel l’opinion varie énormément, et j’espère que ce topic se passera correctement.
 
Depuis quelques mois (presque années…) j’ai mangé pas mal d’animés. A la base, mon dada étaient plutôt les séries, mais les choses ont fait que… j’en ai découvert pas mal, et maté un certain nombre.

Au fil de tout ça, j’ai eu de bonnes et mauvaises surprises. J’ai reçu beaucoup de conseils, dont certains m’ont fait découvrir des séries excellentes, jusqu’à un point où j’ai conseillé certains à plusieurs personnes.

D’où l’idée de ce post. A la fois un post où je balance mes favoris (personnellement, dans un éclat d’égo démesuré) mais aussi et surtout pour parler des différents animés en cours (voire terminés, tant que cela ne part pas en flood, je ne rappellerais pas les règles...), si vous avez des conseils, des avis, etc.

Démarrons donc.
 
NB : si les images déconnent, ouvrez-en une avant de rafraîchir le topic. C'est un side-effect du fait que le site qui les héberge est sous Cloud Flare ;) j'en parle tout en bas.
 
 


Fullmetal Alchemist et Fullmetal Alchemist Brotherhood


 

fullmetal-alchemist-brotherhood-2360.jpg

 

Derrière ces deux titres se cache une franchise assez monstrueuse et extrêmement connu.
FMA, initialement, est un manga d’Hiromu Arakawa relatant l’aventure de deux frères dans un monde où une étrange magie - l’alchimie - est présente, et utilisable par ceux qui l’étudient suffisemment. Les deux frères vont évoluer, surpassant les épreuves les plus douloureuses, afin de rectifier une erreur qu’ils ont commises suite au départ de leur père et à la mort de leur mère. Pour cela, le plus jeune devient Alchimiste d’État, membre du corps militaire, utilisant ses pouvoirs pour le service du pays, recevant ainsi le titre de Fullmetal Alchemist… Leur objectif vaut-il leurs sacrifices ?
Le manga a été décliné en deux séries d’animés : FMA et FMA Brotherhood. Le premier est sorti d’abord, avec uniquement la trame générale et ce qui était présent dans le manga, et a dérivé, produisant une histoire alternative, clôturée par un OAV “Conquerors of Shambala”.
Le second suit la trame du manga, et est sorti par la suite, d’abord entièrement gratuit via Dybex. Bien plus long et consistent que le premier, et chose exceptionnelle, avec un très bon doublage français (bien meilleur que l’anglais).

Si vous êtes amateur d’animés un peu long, pleins d’actions, mais restant intelligents, c’est un très bon choix. La série est un bon mélange fantastique versant légèrement dans le steampunk, avec une touche d’humour prononcé sans être pénible pour FMA Brotherhood (l’humour est moins présent dans FMA, même si quelques épisodes “fun” viennent ponctuer le tout).
 
 


Gate


 

gate-jieitai-kanochi-nite-kaku-tatakaeri

 
Une grosse découverte 2015-2016. Gate relate l’histoire de l’apparition soudaine d’un bâtiment style grec au coeur de la capitale japonaise, dont la porte s’ouvre, laissant passer de larges troupes de cavaliers armés. Après un léger massacre des civils, les militaires interviennent rapidement et maîtrisent sans aucun problème les assaillants. Parmi ces militaires, Itami Youji était en civil, allant, en bon otaku, faire ses emplettes durant les soldes. Son intervention très rapide (ainsi que son riche historique, malgré lui) lui permet d’intégrer une division du SDF (Self-Defense Force) chargée de passer la porte, et de découvrir et sécuriser l’autre côté, pour éviter un autre drame.
Itami sera loin d’être déçu : un monde fantastique, empli de dragons, d’elfes, de magiciens, ou même d’une semi-déesse de la guerre habillée en gothic lolita l’attendent de l’autre coté. Mais pourquoi des soldats ont-ils attaqué ? Pourquoi cette porte est-elle apparue ? Et comment négocier la paix avec un empire belliqueux sans pour autant l’écraser et ainsi s’attirer l’antipathie du monde moderne ?
Gate reste dans de l’action et fantastique, mélangeant le monde contemporain et la magie. Sans forcément être très intelligent, l’animé se laisse regarder sans aucun problème, sans temps mort. L’intrigue progresse, même si elle n’est pas forcément des plus riches.
Gate étant en deux saisons, je conseillerais la série pour ceux qui cherchent un animé reprenant les codes de la fantasy, sachant sortir des sentiers battus, et qui ont un peu de temps et souhaiteraient se changer les idées.

 

Parasyte


 

parasyte-the-maxim-6039.jpg

 

Le manga parasyte original n’est pas récent : 1990. L’adaptation en animé a vu le jour en 2014 néanmoins. Et elle est de qualité.
Une nuit, des spores de grosse taille tombent du ciel. Ceux-ci s’ouvrent, laissent sortir de petits vers, qui attaquent les êtres humains en entrant dans leurs oreilles, se frayant un chemin vers leur cerveau, afin de les contrôler, et de “cohabiter” avec le corps humain, comme de simples parasites. Mais ces parasites ne semblent mûs que par une chose : manger leurs congénères, humains en l’occurence.
L’histoire suit un adolescent, Shinchi Izumi. Ce soir fatadique, endormi avec des écouteurs, est attaqué par l’un de ces parasites. Se réveillant en sursaut alors que la bestiole tente de forcer le passage en trouant son poignet, il se fait un garrot. Le parasite fusionnant avec son bras, les deux individus cohabitent dans le même corps. Et ce parasite semble faire preuve d’une énorme capacité d’apprentissage… qu’il démontre en défendant son hôte contre ses congénères.
D’où viennent ces parasites, quel est leur but ? Shinichi parviendra-t’il à survivre, entouré d’ennemis qu’il ne peut reconnaître ? Le parasite en lui va-t’il finir par se retourner contre lui ?
Parasyte est également majoritairement orienté action, plutôt science-fiction. Plutôt court, l’intrigue évolue à quasiment chaque épisode, et les rebondissements sont inattendus. Le tout donne un animé classique, mais de bonne qualité, pour ceux souhaitant une série assez courte, rythmée, et avec une musique adaptée.
 


Watashi ga Motenai no wa Dou Kangaetemo Omaera ga Warui!


 

watashi-ga-motenai-no-wa-dou-kangaetemo-

 

Alors là. Derrière ce titre qu’on résumera “Watamote” pour des raisons évidentes, se cache un animé qui est bien plus intelligent qu’il n’y paraît au premier abord.
Le titre alternatif de Watamote est “No Matter How I Look at It, It's You Guys' Fault I'm Not Popular!” et indique clairement le thème. On suit ici une pré-ado en complet mal-être mais aussi en total déni de sa situation. Cherchant à tout prix la popularité auprès de ses pairs, en faisant preuve d’une maladresse monstrueuse, elle accumule les idioties malgré elle, dans un ballet d’actions drôles et dramatiques.
Ironiquement, Watamote est blessant pour toute personne ayant un minimum vécu des situations proches. Souvent cité pour son statut vis-à-vis de l’anxiété sociale, il présente certains aspects de cet âge, les mettant en exergue, les tournant en ridicule, faisant ressentir un mélange de moquerie, de pitié et de compassion.
Si vous cherchez quelque chose à mater avec un double sens, touchant mais aussi drôle, c’est un très bon choix. La série est courte, sa fin peut laisser une sensation de manque, mais permet à chacun d’imaginer la suite.
ATTENTION : Watamote n'est pas à mettre entre toutes les mains. L'âge n'importe que peu, mais le sujet peut choquer les plus sensibles.
 


Psycho-Pass


 

psycho-pass-4901.jpg

 

Probablement l’animé qui m’a fait plongé dans les animés. Psycho-pass met en scène un monde futuriste, au Japon pays désormais fermé. Un dispositif révolutionnaire est en place : le système SYBIL, analysant les données relatives à la santé mentale des citoyens. Cela se fait via l’intermédiaire de deux mesures : le coefficient de criminalité, et la nuance, intimement liée.
La nuance est une mesure colorimétrique quant à l’état mental de l’individu. Plus la couleur est sombre, plus l’individu est destabilisé mentalement d’une manière ou d’une autre, et amène à commettre des délits, crimes ou autres joyeusetés plus ou moins grave. S’ensuit logiquement la mesure du coefficient de criminalité. Si celui-ci dépasse un premier seuil, l’individu doit être conduit, volontairement ou non, à un centre de traitement psychiatrique. S’il dépasse un second seuil, bien plus haut, l’individu est jugé nuisible par le système SYBIL, et son exécution est autorisée.
Cette “justice” est rendue par des unités policières, sous la houlette du ministère de la santé publique, mêlant des enquêteurs classiques, à des individus déjà jugés nuisibles par le système, les exécuteurs.
Tous sont équipés d’un Dominator, engin dont la gâchette ne se déverouille qu’en visée d’un individu ayant un coefficient de criminalité suffisant (permettant donc une première sécurité : les enquêteurs ne peuvent être ciblés) et dont le mode d’action change en fonction de ce coefficient (paralyseur si sous le second seuil, léthal au-dessus).
La trame suit plusieurs personnages, majoritairement Akane Tsunemori et Shinya Kougami. La première est une jeune enquêtrice tout récemment embauchée en sortie d’école supérieure, qui a la faculté de conserver son calme, son pragmatisme et sa santé mentale sans faillir. Le seconde est un exécuteur aux méthodes jugées dépassées (comme le profiling, désormais désuet via le système SYBIL qui guide directement et est omni-présent) et perdant rarement son sang-froid.
Dans cette dystopie, comment les enquêteurs pourraient-il effectuer leur travail sans être affectés mentalement ? Quelle relation entretenir avec des criminels que l’on côtoie, sans savoir leurs crimes ? Le système est-il vraiment infaillible ?
Psycho-pass n’est pas uniquement un excellent animé d’action, il dispose d’un très bon rythme, d’une bande-son sympathique, et d’une trame de fond extrêmement riche. Le background permet beaucoup de choses, et l’histoire se prolonge sur deux saisons et un OAV qui ne conclue pas la série. Une troisième saison est envisagée mais non-encore programmée.
Je le conseille à tout personne n’étant pas effrayée des quelques scènes parfois légèrement gores et/ou violentes psychologiquement, et qui recherchent une intrigue riche mais claire.




Toradora


 

toradora-2118.jpg

 

Aaaah Toradora. On change ici totalement de registre. Toradora est classé en “tranche de vie / comédie / romance”, et c’est ma foi assez bien défini, même si la richesse de l’animé mérite clairement le détour, et peut-être de se laisser tenter même si le style ne vous attire pas.
Toradora relate l’histoire de deux adolescents et de leur entourage : Ryuji Takasu et Taiga Asaka. Le premier est follement amoureux de la meilleur ami de la seconde, ce depuis des années, sans -évidemment- oser le lui dire.
La seconde est follement amoureuse du meilleur ami du premier, ce depuis des années.
Le choc de ces deux personnalités très fortes et extrêmement craintes - pour le premier de par sa réputation imméritée et pour la seconde de par ses excès de colère monstrueux - laisse place à une collaboration des plus étonnantes : ils vont s’entraider pour conquérir le coeur qu’ils recherchent.
Comment ces deux inadaptés sociaux vont faire ? Pourquoi ce qui paraît simple s’avère au final extrêmement compliqués, mobilisant bien plus de sentiments et d’efforts qu’il n’y semble au départ ?[/size]
Toradora est un mélange extrêmement bien dosé de situations comiques, dramatiques, touchantes sur tous les points, avec un final destabilisant et bouleversant. Je le conseille fortement à toute personne, quelle qu’elle soit, tant cela met du baume au coeur, tout en jouant avec ses propres émotions. Une petite perle en 25 épisodes.





ERASED


 

erased-7283.jpg

 

Pour conclure, une autre très bonne surprise 2016. ERASED raconte l’histoire d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, Satoru Fujinuma) tentant de percer en tant que mangaka, assez piètrement pour devoir remplir un second travail, ici livreur de pizzas. Seulement, il dispose d’un étonnant “don” : le rewind, qui lui permet de voir une situation légèrement à l’avance. Une fois la situation passée, il revient en arrière dans le temps, et tente de la rectifier. Mais il est rare qu’il doive ainsi sauver un conducteur de camion endormi qui allait écraser un enfant. Encore plus rare qu’il se retrouve impliqué dans l’accident. Puis de revenir sur les traces du pire incident qu’il ai connu enfant : l’enlèvement puis le meurtre d’une de ses camarades de classes de primaire : Kayo Hinazuki. Que se passerait-il s’il revenait dans le temps, afin de changer cela ? Cela comblera-t-il cette impression de vide, cette nonchalence continue qu’il a en lui depuis cet événèment ? Pourrait-il, à lui seul, arrêter un tueur ?
ERASED fait fi des codes habituels des “voyages dans le temps”, et se concentre sur l’enquête, la psychologie, le rythme et les impressions du spectateur. L’animé joue énormément sur ce qu’on pense, ce qu’on pourrait déduire, et ajoute des éléments au fil du temps. Le tout s’avère très malin, très prenant, et se laisse regarder sans aucun soucis. Les moments où le protagoniste est dans son enfance sont parfois touchants, souvent marquants. Peut-on vraiment tordre sa destinée et se retrouver soi-même ? A quel prix ?
ERASED est assez court et conseillé à toute personne. Les thèmes abordés sont pour moi à mettre devant tous les yeux, et la série s’avère très agréable.
 
 
Ouf ! C’est assez long, et j’en ai un sacré paquet de connus… Je vous laisse piocher : http://www.anime-planet.com/users/Lpu8er/anime
Les animés sont extrêmement riches, et possèdent pour moi un gros avantage par rapport aux séries : pouvoir s’affranchir des limites de la réalité. Et la liste est très longue, des choses plus “vieillottes” mais “efficaces”, à d’autres bien plus atypiques…

Je laisse le sujet ouvert pour discussion !


DISCLAIMER / RAPPEL : tout lien vers site externe de streaming / dl / etc. bref toute notion partant vers de l’illégal sera shot à vue, conformément aux règles.
 
Nota Bene : tous liens d'images sont vers les covers Anime-planet. Les droits sont les leurs, ils peuvent donc décider de déréférencer, délinker, supprimer... donc les images peuvent sauter, et c'est normal ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien le bonjour! ^^

 

Le seul que je connais dans ta liste c'est FMA x')) il est vraiment genial!

 

J'ai pas une trés grande culture manga, avant je regardais bleach, one piece, fma, fairy tail et blakc butler...

 mais bon maintenant je regarde plus que du hentai :'))

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention, chopine, n'oublie pas qu'il y a parfois des personnes jeunes sur le forum.

 

Merci de rester clean dans la discussion ;)

 

DarkHoshin : Deadman wonderland, très bon, mais le fait qu'il n'est pas fini (et ne le sera pas, au vu du studio qui est tristement réputé pour créer un début et laisser tomber) gâche pas mal la chose, hélas :(

 

Black Butler m'a pas trop tenté de par son thème; après Toradora n'est absolument pas dans mes thématiques habituelles, mais j'ai adoré (comme K-On et Your lie in April, remarque).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne regarde pas d'animé perso. Je lis juste.

 

Parfois, les animés rajoutent quelque chose de très intéressant. L'exemple de FMA est flagrant : Brotherhood est l'histoire du manga alors que FMA est carrément une histoire alternative.

 

D'autres sont de très bonnes adaptations, comme Parasyte, cité plus haut. Toradora est un autre excellent exemple, bien plus touchant en animé qu'en manga, je trouve.

 

 

EDIT : plus je relis l'article de base, plus je m'aperçois des fautes grossières (style, orthographe, grammaire...) qu'il contient... My bad, honnêtement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors, deux-trois que j'ai pas vu dans ta grande liste mais qui doivent être vus selon moi :

 

Afro samuraï (attention : violent et sanglant), pour la culture.

Ano hi mita hana no namae bokutachi wa mada shiranai (ouais, ce titre est long xD), pour les amateurs de drama.

Baccano (attention : violent et sanglant), par les gars de Durarara.

Black Rock Shooter, ou le manga assez swag qui a Hatsune Miku dedans.

Clannad, et Clannad After Story, pour les amateurs de drama.

Fate/Zero, la préquelle de Fate Stay Night. Ma préférée entre elle, Fate stay night et unlimited blade works.

Hellsing Ultimate, OAVs de Hellsing présentant une histoire plus fidèle aux bouquins. (attention : violent et sanglant)

Kara no Kyoukai (par les gars de Fate Zero et Unlimited blade works), une série de films/épisodes longs (entre 30 et 2h l'épisode grosso modo suivant les cas) qui vaut vraiment le coup (attention : violent et sanglant)

Kokoro Connect. Parce que c'est vachement cool.

Madoka Magica, ou le magical girl qui a pas une tronche de magical girl et qui te fait aimer les magical girl (c'est pas un truc girly tout gentil quoi).

Mushishi

Nichijou, parce que c'est HILARANT.

Phantom.

Rurouni Kenshin. Il a vieilli et est un peu long mais ça reste une référence, juste pour la culture.

Seirei no Moribito.

Soul Eater, parce que lol.

To aru kagaku no railgun. Parce que lol.

De manière générale, toutes ou presques toutes les séries de Clamp, qui sont vraiment cool et ont vraiment une patte.

Et en films : Stranger Mukoh Hadan, et Ibara no O.

 

Et ceux que y'a dans ta liste mais qui sont pas cités dans ton post, que je met en highlight histoire de :

 

Claymore

Durarara

Fate Stay Night (préférence pour Unlimited Blade Works, j'ai jamais été fan de la première série) (PS : si vous voyez Unlimited Blade Works, voyez Fate Zero avant)

Guilty Crown

K-on !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention, je n'en ai cité que quelques-uns au dessus; majoritairement ceux pouvant être vus de tout âge, bonne diversité, et public open. Genre, j'ai pas cité Mirai Nikki qui est pourtant l'un de mes gros favoris (Yuno <3 ).

 

Pour ta liste;

 

BRS est plus qu'un animé. BRS est tout un univers, centré autour d'un personnage et un concept. Excellent.

Juste pour détailler. BRS met en scène les personnes comme leur "moi" profond, en symbolisant les liens, leur explosion et tout ce qui accompagne le passage à l'âge adulte, via le sacrifice.

Le concept est ultra-riche, et il faut mater plusieurs fois pour vraiment saisir, je trouve.

 

Fate m'a gavé. L'impression de sortir la même histoire fan-serv (pas dans le sens habituel du terme, plus "prolongation de la série jusqu'à la mort" ). J'ai vu l'original, commencé à regarder les alt, mais sans plus.

 

Madocka... Les magical sont un des genres qui bloque beaucoup chez moi. Après, si je restais bloqué, j'aurais jamais maté K-On ou Your Lie in April :D mais j'ai prévu de mater un magical à un moment ou à un autre.

 

Claymore, vu, et l'adaptation animé a été une énorme déception par rapport au manga...

Guilty Crown, grosse déception aussi. L'impression de voir le scénario, le scénariste, et masse de choses changer tous les 8 épisodes à coup de reverts improbables. Après, je sais que d'autres ont adoré.

K-On! bonne surprise, qui m'a réconcilié avec le genre. A la limite du mélange moe (persos "mignons" exacerbés) / musical et détendant, plutôt cool, et la larme à l'oeil à la fin :D

 

Pour les autres, je note dans un coin ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Madoka Magica te réconciliera avec le genre je pense, surtout si tu as bien aimé Black Rock Shooter pour l'aspect psychologique. ;) Il en va de même pour Ano hi et Kokoro Connect, même si c'est pas du tout des magical. ^^

Pour fate, la première série est très mauvaise à mon sens. En revanche, j'ai trouvé Fate Zero excellent sur plein de points. Unlimited est sympa, et clairement mieux que la première version.

 

Pour Claymore je comprends que t'aies pas aimé, je la trouve juste sympa. ^^

Guilty Crown... Boarf, j'ai aimé, mais chacun ses goûts. ^^

 

Tous les autres, y'en a certains que j'ai pas vu depuis longtemps, et donc je me souviens juste de la bonne impression laissée plus qu'autre chose, mais normalement y'a de bonnes choses à prendre un peu partout, et j'en considère certains comme des perles, donc have fun. ^^

 

EDIT : OH GOD. QUEL NOOB.

J'ai oublié l'un de mes anime favoris de tous les temps. Mushishi. L'anime le plus peaceful et féérique de l'histoire. À voir. Je l'ajoute à ma liste du dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors alors, j'apporte un peu de folie dans tout ca:

 

(En fait, en relisant le post de Dom, toutes mes propositions y sont... f*ck. Bon, au moins ca donne une autre description/point de vue)

 

Soul Eater - bien que la fin ne colle pas avec la fin du manga, au moins c'est une fin... ce qui n'est pas le cas pour le manga. Soul Eater se deroule dans un univers regit par l'ordre et la folie, ou cette derniere corrompt les ames des gens, jusqu'au bout ou elles doivent etre fauchées par la mort... ou par ces disciples. Un univers loufoque avec des personnages tres attachants, basé sur un monde regit par Halloween.

 

Hellsing et Hellsing Ultimate - des bains de sangs, un personage mysterieux et OP, le mythe du vampire refait avec une sauce moderne... des Nazis... des zepelins... des pretres catholiques... euh... un chat? Un peu de fan service? "B*tches love cannons"?

Amusant et bien fait, Hellsing suit une fin alternative, tandis que Ultimate suit le manga et recoit une mise a jour de l'animation (ah oui, cest tres beau d'ailleur). Avis preventif: du sang. Beaucoup.

 

KILL LA KILL - What the fuck complet. Dans un univers ou la societe entiere est basé sur le status que tu as dans une ecole, Ryuko Matoi cherche l'assassin de son pere. Mais sur son chemin elle croisera un uniforme d'ecoliere bien particulier.

 

Du fou rire garantit et une vraie histoire si vous tenez le coup, avec des plot twist plutot oufs. Attention: Nudité a un certain degré, mais bizarement ca fait partie de la morale.

 

Nichijou - description: Japon. Slice of life tout a fait safe for work. Mais japon. Japon japon japon... bon amusement :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors je suis une brèle en manga, pour dire, je n'en n'ai vu que deux : Death Note, bien-sûr qui, même s'il est ultra connu, est important de citer car je pense que c'est un très bon moyen pour commencer à voir des animés. Une bonne porte d'entrée pour les non initiés, en gros.

 

Et alors je ne peux pas poster sans citer l'animé qui m'a foutu dans tout mes états à l'époque à tel point que je sais pas encore si j'aurais la force de le revoir : Elfen Lied. Je ne sais pas quelle place il a sur le podium des animés, mais bon sang... J'ai ris, pleuré, eu peur, été dégoutté, été submergé par l'émotion etc... etc... J'suis passé par toute les étapes. Je vous invite très très fortement à voir ne serait-ce que le générique, magnifique. En plus l'animé est court et se regarde rapidement (je mettrais le lien ce soir, j'vais être à la bourre là XD ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yeah ! Bon topic ça !

Un des récents que j'ai vu et aprécié : One Punch Man, où comment réussir à avoir une histoire sympa et du suspens malgré un personnage ultra cheaté qu'on est sûr de voir tout le temps gagner. C'est quasiment un anti shonen avec bien sûr beaucoup d'humour débile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ahhhhh !!!

 

me voilà ! combien, puis-je en ajouter ?

 

Seirei no moribito ! trop classe Dom !

Elfen Lied : j'ai bien aimé mais il est un peu sanglant comme même meikah !

 

bon soyons bref :

 

- Nanatsu no taizai (qui reprend le manga...)

- Kémono no souja erin (pour son univers...)

- Koukakou no regios (très bel anime même si on ne comprend pas tout et qui n'est pas terminé....)

- Magi (très sympa !!)

- Heroic Age (pour l'univers et l'histoire !)

- Gundam seed et destiny (dans la suite des gundams => j'aime beaucoup les films qui récapitulent les saisons)  

- Shonen Onmyoji (un de mes préféré ! vraiment très sympa !)

- Tears to tiara : L'anime pas le jeux vidéo ;)

- Phi Brain

- Noir (peut-être un peu lent... )

- Kaze no stigma

- Sword art online bien sur !

- soredemo sekai wa utsukushii : un shojo sympa... je reste une fille malgré tout :)

- Akagami no Shirayukihime (très bel anime !)

- Mahou lyrical Nanoha (shojo magical girl !)

- Et CLAMP (comme l'a dit Dom!!) : Sakura, Tsubasa reservoir chronicle, X1999..... trop trop bien !

 

J'en ai tellement plein d'autres !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Me disais aussi que quelqu'un allait parler de SAO :D Très cool, même si le premier opus surpasse bien plus les deux arcs suivants !

 

No Game No Life, excellent ! Si ce n'est que... même studio que Deadman Wonderland, donc mort depuis un moment et ne sera jamais suivi.

 

Elfen Lied a été cité plusieurs fois et est clairement une référence dans le genre. Le coté sanglant à souhait est exacerbé, et beaucoup de gens y voient un très fort fanserv (probable aussi...). Après, ça reste un de mes gros coups de coeur perso de l'époque.

 

Avec Serial Experiments Lain. Très psyché, dans un univers "moderne" (de l'époque, l'animé est vieux), posant de grandes questions autour d'une trame techno sci-fi. Excellent à voir si vous n'avez pas peur pour votre santé mentale.

 

NB : En passant, si vous balancez les titres originaux, envoyez aussi au possible les alt (généralement en anglais), ça aide beaucoup. Sur Anime-planet, vous avez les deux ;) je vous conseille vivement le site, étant donné qu'ils sont en partenariat avec crunchy & co, permettant de visionner le tout légalement. Moins cher que l'import dans certains cas (surtout que les DVDs d'animés en France... c'est clairement quelque chose de quasi inexistant sorti des gros blockbusters Naruto / Bleach / One piece / FMA ...)

 

NB2 : je pense reposter ce soir ici-même avec la liste des éléments que vous avez cité, en décrivant un peu plus : pitch, points forts ou faibles, public conseillé (selon mon opinion, évidemment). Si le coeur vous dit de faire de même, c'est avec grand plaisir et totalement dans la lignée du topic, je pense :D 

Share this post


Link to post
Share on other sites

One Punch Man effectivement il est <3 (c'est un peu le Deadpool du manga), un must see.

Tout comme Erased dont la fin est terriblement squizée comparée au manga papier mais qui vaut tout de même le coup ne serait ce que pour le suspense et ces cliffhanger à tout bout de champs.

 

Ces deux là m'ont fait aimer le genre, pourtant j'ai du mal à trouver d'autres à leur hauteur, même si j'ai regardé pas mal de FMA, j'avoue avoir du mal à accrocher à l'animé d'une façon large.
Ceci dit, je crois que la version télé est assez naze, mais Tokyo Goul c'est plutôt sympa à lire :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elfen Lied ça m'a filé des cauchemars...

 

Sinon je conseille Karas, Berserk et Jin-Roh (attention celui-ci est un film) qui font partie de mes favoris.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elfen Lied ça m'a filé des cauchemars...

 

Sinon je conseille [...] Berserk [...]

 

WTF ? T'as réussi à faire des cauchemars sur Elfen Lied mais pas sur Berserk ?

 

 

Tybalt, Tokyo Ghoul m'a donné la même sensation que Guilty Crown, genre "on en rajoute quand tu t'y attends pas, tu comprends pas tout, on t'explique 10% et on t'en rajoute encore". Chaud cacao. Le manga est plus clean du coup ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu décris typiquement le manga grand public là Lpu, à rajouter des intrigues sur des intrigues XD. Mais effectivement le manga est un poil plus clean, plus sombre également (ces couleurs dans l'animé OMG). Et puis c'est une série terminée, et j'ai la sainte horreur des mangas à rallonge (coucou Naruto et DBZ), donc oui ça vaut le coup de tenter le papier. Ne serait ce que pour se sortir de nos écrans :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yoooo ! On va expliciter un peu pour certains du coup :D

 

 

Deadman wonderland

 

deadman-wonderland-3419.jpg

 

Un adolescent, Ganta Igarashi assiste impuissant au massacre de sa classe entière par un être surnaturel, surgissant d'on ne sait où. Jugé à tort, il est condamné à perpétuité au Deadman Wonderland, une prison / parc d'attractions où les occupants sont mis en scène dans différents jeux macabres pour la distraction du public. Et impossible d'y échapper : seule la victoire leur assure l'accès aux bonbons d'antidote au poison qui leur est injecté continuellement par un collier qui leur est imposé.

Ganta parviendra-t'il a prouver son innocence, ou à défaut, à survivre au Deadman Wonderland ? Qui était cet être qui l'a expédié dans cet enfer ? Comment un tel parc est-il possible, et que cache-t'il en son sein ?

Deadman Wonderland est plutôt violent, assez court (et aucune fin ne sera fourni, ni suite, vous êtes prévenu !) et se laisse regarder sans trop d'efforts ni réflexion.

 

 

 

Guilty Crown

 

guilty-crown-4312.jpg

 

Dans un futur proche, un échantillon étrange nommé le "Void genome" est volé par une idole, Inori. Celle-ci, durant sa fuite contre les membres du GHQ - comité de sécurité chargé de préserver le pays contre la résurgeance d'un virus nommé Apocalypse Virus - elle tombe sur un adolescent je-m-en-foutiste, Shuu Ouma. Une chose en entraînant une autre, Shuu absorbe par mégarde le Void Genome, lui accordant un étrange don : de tirer des adolescents - dont Inori - une arme dépendant de cette personne. Rejoignant l'organisation terroriste sous laquelle Inori travaille, le combat contre le GHQ commence...

Mais les choses sont-elles aussi simples ? Qu'est exactement le Void Genome, et quel est son lien avec l'Apocalypse Virus ? Le combat finira-t-il un jour, et à quel prix ?

Guilty Crown est très particulier. Composé de micro-arcs, les intrigues se suivent sur un rythme différent (rapide au début, lent vers la fin), et peut destabiliser. Il reste très bon pour les amateurs d'action et pour ceux qui apprécient les musiques de type pop en BO.

 

 

 

K-On!

 

k-on-2366.jpg

 

On change totalement de registre. K-On! relate l'histoire des membres du club de musique légère (musique libre, sans fort thème ni instrument prédominant) qui se monte, et qui redoublent d'efforts pour faire vivre ce club. D'abord la formation de ses membres, les concerts, le soutien professoral... mais aussi les relations entre les membres, ou envers les autres élèves.

K-On! est très axé Moe (petits personnages mignons, avec un dessin très particulier) et très léger, sans aborder des thèmes dramatiques, ni une intrigue folle. Idéal pour retrouver un coeur léger, ou pour écouter quelques musiques sympathiques et rythmées au fil de l'animé.

 

 

 

Elfen Lied

 

elfen-lied-693.jpg

 

ATTENTION : Elfen Lied est fortement déconseillé à un public mineur, en raison des scènes de nudité et de violence. Vous êtes prévenu.

Dans un centre aseptisé, quelques têtes volent. Une femme nue aux cheveux roses parcourt les couloirs, un casque opaque masquant son visage. Elle semble s'enfuir, mais les policiers et laborantins sur son chemin n'ont pas envie de l'affronter, étant donné le destin qui les attends. Au bout de cette fuite lente, la femme est blessée par balle et tombe à l'eau, du haut d'une falaise.

Dans une maison de campagne, Kouta et Yuka, deux amis d'enfance habitant dans le même foyer, vivent leur petite vie... jusqu'à tomber sur une femme nue aux cheveux roses sur la plage, qui semble incapable de parler. La baptisant Nyu, ils la ramènent chez eux pour l'héberger quelque temps.

Malheureusement, cette Nyu reste pourchassée. Pire, lorsqu'elle ou ses proches se retrouvent menacés, elle explose de colère, révélant une nouvelle personnalité : Lucy, capable de manier des bras immatériels et invisibles capables de très lourds dégâts...

Comment cette situation va-t-elle dériver ? Pourquoi Nyu/Lucy est-elle pourchassée, et qu'est-elle capable de faire au juste, physiquement et mentalement ? Et comment Kouta et Yoka vont-ils gérer cette situation qui les dépasse totalement ?

 

 

 

Sword Art Online

 

sword-art-online-4472.jpg

 

L'une des références du genre (même si pour moi .hack reste premier sur le genre) des "reality MMO". Ce genre rassemble tous les animés / mangas qui décrivent un monde type MMO dans lequel sont coincés ou vivent simplement des joueurs : .hack, SAO et Overlord en sont des exemples.

Décomposé en trois arcs (même si le découpage est réellement bordélique) majeurs.

Je vais décrire le premier Arc : Aincrad, très souvent considéré comme le meilleur de la série.

Le Nerve Gear est sur le point de sortir de sa version bêta : un dispositif plongeant son porteur en immersion complète, interceptant les signaux nerveux permettant de jouer à des jeux avec un réalisme inégalé. Kirito est un personnage de MMO. Participant à la version bêta, joueur chevronné mais très solitaire, il s'immerge directement.

Mais à la fin de la première journée de jeu, un problème apparaît : aucune commande de logout n'est présente. Des cieux se transformant en sang, une silhouette capée descend, annonçant être le concepteur du jeu, et distribuant la donne : il n'existe aucun moyen de sortir du jeu. Si quelqu'un débranche le Nerve Gear de l'extérieur, une charge détruit le cerveau. Si quelqu'un meurt dans le jeu, cette même charge est actionnée. Le seul moyen pour les joueurs de mettre fin à cela : terminer entièrement le jeu, en nettoyant tous les niveaux.

Kirito, en joueur averti, fonce directement afin d'acquérir les ressources et l'expérience nécessaire pour avancer le plus vite possible cette tâche titanesque. Mais rien n'est simple. Au fil des mois qui passent, les compagnies tombent au fur et à mesure, et la menace s'avère bien réelle. En chemin, il croise de nombreuses personnes, dont l'intrépide Asuna.

Comment vont-ils sortir de cette situation ? Pourquoi le concepteur a-t-il mis en scène ce délire ? Quelle est la teneur des relations virtuelles et leurs conséquences, comme l'amitié, voire l'amour ou le deuil ?

 

Je ne peux pas décrire les deux autres arcs, ceux-ci étant fortement liés (enfin, surtout le second) aux événements du premier arc, mais ceux-ci sont généralement boudés par les gens ayant vu la série. Ils restent intéressant à regarder, dans la continuité (je vous mets au défi de ne pas regarder au moins le début du second :P ).

 

SAO est un excellent animé d'action mais surtout pour ceux intéressés dans l'évolution des relations virtuelles, de leurs conséquences, et des intrigues en filigrane, sans être trop importantes. Plutôt long et imposant, son rythme est relativement irrégulier et sa conclusion à elle seule vaut clairement le coup de se laisser tenter.

 

 

 

Nota Bene / Rappel : n'oubliez pas que les images sont chez anime-planet. Il faut donc passer manuellement leur vérif DDOS (Cloud Flare) en faisant un clic-droit > ouvrir dans un nouvel onglet, attendre la validation, puis rafraîchir la page ici-même pour voir TOUTES les images ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne pense l'avoir vu donc je vais le citer : Samurai Champloo, c'est un must see tellement qu'il est bon. La bande son de l'anime fait un truc genre six ou huit heures et y'a presque pas une seule fois où ils réutilisent la même piste, tout ça fait avec des artistes de hip-hop japonais et américain. L'animation est très bonne et les épisodes se suivent bien dans leurs moments drôle, sérieux et émouvant. L'anime mélange la culture hip-hop au chambara, les personnages sont bien développé et ça change des classiques shônen avec leurs héros qui se battent pour l'amour, l'espoir et l'amitié.

Dans le même genre il y a évidemment Cowboy Bepop, par les mêmes gars avant Samurai Champloo, là ils ont mélangé SF et Jazz.

 

Pour rester dans les années 90 et début 2000, je recommande Fooly Cooly, un bon gros délire bien animé et bien barré, par les mecs à l'origine de Tengen Toppa Gurren Lagann, Kill La Kill et Panty & Stocking With Garterbelt. Si vous cherchez un animé avec beaucoup de sens et pas trop de mindfuck, c'est pas ça qu'il faudra regardé par contre. Les mecs devaient avoir prit de la drogue quand ils ont fait ça. :')

 

Toujours année 90 : Trigun, mon animé préféré, le personnage est drôle, l'histoire est cool, l'univers est bien pensé, typique des trucs qu'ils pouvaient faire dans les années 90 en matière de dessin et de design !

 

Sinon dans les plus récents, comme cité plus haut : Tengen Toppa Gurren Lagann, animation de malade, une histoire sympa, de la grosse baston débile et un bon humour. Une parodie de shônen qui prend un malin plaisir à se moquer du genre.

 

Panty & Stocking With Garterbelt : C'est délirant, c'est pipi-caca, c'est bien animé, c'est pas pour les moins de seize ans, c'est complètement barré et ça ne se prend pas au sérieux du tout (rien que le nom). Pour en rassurer certains, non ce n'est pas un ecchi un peu drôle, c'est difficile à lui coller une étiquette précise, c'est de la baston avec des anges paumées et leur prêtre afro qui frappent sur des démons tous plus débiles les uns que les autres en transformant leurs sous-vêtement en katanas et en flingues. 

Ouais, je sais, ça a l'air bizarre. Mais bordel ce que c'est bon !

 

Sinon dernièrement je me suis maté Dimension W, à la recherche d'un truc qui change des shonens et des animés qui sortent en ce moment avec des belles couleurs et des trucs bien clean mais complètement vide. Bon, c'était avec de belles couleurs et des trucs bien clean et c'était un shonen un peu déguisé. Mais ça ne m'a pas déçu pour autant, le héro change des classiques Luffy/Naruto/LegarsdeBleach ou les héros de shonen qui sont vide à l'intérieur et laisse le rôle principale à un autre personnage sensé être secondaire. Pour le coup j'aurai aimé plus d'épisodes qu'une demie-saison, 24 aurait permit de mieux développer les personnages mais je suppose que le budget a du jouer.

 

Dans les autres trucs que je peux recommandé, un peu moins barré mais quand même vachement bon y'a Shingeki no Bahamut, une bonne animation, des personnages bien sympa, un scénario qui change un peu et c'est très court avec 12 épisodes donc pas de risque que ça rallonge pour rien.

On a aussi Tiger & Bunny, un truc qui parlent de super-héros, très sympa, un peu orienté girly de temps en temps, mais de manière général y'a une bonne intrigue et des personnages bien sympas !

 

Voilà, désolé de ne pas faire un post très structuré, je cite les animés qui me passent par la tête et qui m'on plus ou moins marqué en bien.

 

Sinon, pour reprendre quelqu'un qui parlait de Fate/Stay Night et de tout ces animés dérivés, il faut savoir que c'est un Visual Novel avec un nombre de routes différentes assez important, donc au vu du succès du jeu et de l'anime ils ont été obligé de faire toutes les routes une par une. C'est comme pour CLANNAD et ces différentes routes. Bon, j'ai pas été jusqu'au bout de CLANNAD, à l'époque je n'étais pas assez fort émotionnellement pour tenir plus loin que le premier arc... Ne touchez pas à ce truc si vous n'avez pas le mental suffisamment fort !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...