Jump to content

Jihair, le chevalier de fer


Jihair
 Share

Recommended Posts

ENTETE.png?ex=65ec3f00&is=65d9ca00&hm=5a

 

 

Bien le bonsoir ! Voici mon ultime candidature sur Minefield au rang de chevalier, merci de votre lecture.

 

 

 

Liens vers les précédentes candidatures : 

 

 

I. Présentation IRL et IG

 

Alors, alors... Moi c'est Jihair, Justin, JR-B38 ou encore justindu38 pour les intimes. Dans la vie, j'aime plein de trucs ! La création numérique, le sport, les jeux-vidéos, le cinéma, bref la liste est longue, retenez simplement que j'adore vivre, sans déconner c'est vraiment sympa.

Sinon, in-game, je suis le Général du 1er corps d'armée de la Garde-volontaire Jihair Glavallis, Citoyen de l'Empire et commerçant aventurier. 

Également à la charge du projet Arcahelm sur Stendel avec Suljii et membre du AAA 

 

 

II. Depuis le début :

 

Depuis mon arrivée sur Minefield, j'ai tout d'abord intégré la Garde Volontaire suite à mon parrainage, projet dont je fais toujours partie et ne quitterai probablement jamais. Échelon après échelon, mois après mois, je me suis lié d'amitié avec cette belle équipe que nous constituons, je peux affirmer aujourd'hui qu'ils figurent parmi mes plus proches amis au-delà de l'écran, mais pas que grâce à plusieurs rencontres IRL avec bon nombre d'entre eux.

Entre temps, sont venues les traditionnelles candidatures, d'abord villageoises puis citoyennes.
Puis, à la suite de ceci en parallèle avec le Fort-Herobrine, avec mon ami Suljii nous avons fondé Arcahelm, projet qui su à ces débuts susciter un bel engouement, bien que mit en pause un certain temps, nous avançons désormais à notre rythme, car c'est notre façon à nous d'être plus productif. Ce dernier, étant relativement conséquent et ayant subi une certaine modification mineure par rapport au plan initial suit aujourd'hui son fil rouge jusqu'à la réalisation compète de celui-ci.

Dans la même période, j'ai eu la chance d’intégrer la section graphique de Minefield, l'AAA dans laquelle je m'épanouis à la création de contenu. À la même période, vint le temps de la candidature commerçante, pour celle-ci, je me suis associé à Stalroc et Kolwako dans la firme The Adventurer, pour la spécialisation en tant qu'aventurier, cette dernière correspondant totalement avec le roleplay du personnage que je joue. Étant membre du collectif du WAM, j'ai pu participer à l'organisation de bon nombres d'événements communautaires, tel que la bataille de Nevah, Le grand concours, etc.

À la suite de ceci, j'ai été un peu loin de Minefield pendant une période, je suis désormais de retour dont cette candidature sonne le glas si je puis dire.
 

Voici un lien behance non exhaustif des travaux réalisés ces six dernières années : 

 

 

III. Motivations, pourquoi ce rang ?

 

En ce qui concerne mes motivations, acquérir ce rang n'est pas dû à un ego-trip, il s'agit à mon sens d'un accomplissement, je m'explique : en six ans, j'ai eu le plaisir de faire ce que j’estime être le grand tour de Minefield. J'ai eu la chance de rencontrer des personnes figurants désormais permis mes amis les plus proches, pris part à de nombreux événements, accompli en grande partie l'ensemble des quêtes disponible, aider le serveur de par l'AAA, et eu l'occasion de lancer un projet. 
Cette candidature, probablement la dernière que je réaliserai vient pour compléter ceci et ainsi rejoindre le cercle restreint des chevaliers.

Plus concrètement, bien que n'aimant pas me jeter de fleurs, j’estime qu'en six années passées sur Minefield, j'ai su faire mon petit bonhomme de chemin en tissant de bonnes relations avec bon nombre de communautés, en effet, je suis relativement quelqu'un de social autant sur le plan irl que sur Minefield. J'estime également avoir aidé quelques nouveaux arrivants à faire leurs premiers pas, bien que n’étant pas parrain et ne l'ayant jamais était, j'ai toujours mis un point d'honneur à mettre tout le monde sur le même pied d’égalité, chose que je dois à la communauté de la Garde-volontaire, car c'est ainsi qu'ils ont su m’accueillir et me donner envie de pleinement m'investir sur le serveur.

Également, j'ai à plaisir à aider la communauté dans sa globalité, et ce, en tant que membre du WAM et de l'AAA. À mon sens le grade de chevalier fait partis des plus prestigieux, le chevalier se doit de montrer l'exemple, en effet si l'on prend les différentes valeurs de la chevalerie tel que l'humilité, la bravoure et la courtoisie pour ne citer qu'elles, le chevalier ne peut pas se permettre de montrer un comportement qui entacherait son rang, il se doit de mesurer ces paroles et d'agir en conséquence 
Pour la suite, si cette candidature vient à être validée, je ne compte pas prendre de « résolution chevaleresque » mais simplement de continuer à jouer comme je l'ai fait jusqu'à présent. Ce qui changera en revanche, c'est mon implication qui elle s'en verra sûrement décuplée. 

 

IV. Roleplay

ROLEPLAY.png?ex=65ec4023&is=65d9cb23&hm=ed6573deb005f34a484cfc7bcd2d4021fde87e22796e729cfaaaa44d3ba7709f&=

 

Introduction

Divulgacher

Après des mois passés sur le front de la Campagne d'Asayaka, le général Jihair était enfin de retour au grand quartier général de la Garde Volontaire situé au Fort Herobrine. Pour la première fois depuis des mois, il pouvait enfin profiter de quelques jours de permission. Le général était épuisé, les combats avaient été rudes et la tension permanente avait mis à rude épreuve son corps et son esprit. Mais malgré la fatigue, il était heureux d'être de retour chez lui, même si cela n'était que temporaire.

Il profita de cette courte permission pour du temps seul à lire, à réfléchir et à méditer. Il avait un grand respect pour les arts et les sciences, et il était fasciné par la connaissance en général.

Maintenant, alors qu'il profitait de quelques jours de repos bien mérités, il se demandait ce que l'avenir lui réservait. La guerre n'était pas finie, et il savait qu'il serait bientôt rappelé au front. Mais pour l'instant, il était heureux de pouvoir se reposer et de se ressourcer avant de repartir au combat.

Quelques jours passèrent, il eu le temps de profiter de ses quelques jours de permission après la campagne d'Asayaka qu'il reçut une convocation urgente. Il se rendit rapidement au Grand Quartier Général de la Garde Volontaire, où il fut immédiatement conduit dans la salle de réunion de l'État-Major.

En entrant dans la pièce, Jihair sentit une atmosphère tendue. Les membres de l'État-Major étaient tous présents, ainsi que plusieurs représentants de la ville d'Arcahelm. Le maire en personne était également présent, ce qui n'était pas un bon signe.

Jihair prit place à la table, aux côtés de ses collègues de l'État-Major. Le général prit la parole pour introduire la situation.

 

Chapitre 1 :

 

Divulgacher

La salle de réunion de l'état major de la Garde Volontaire était plongée dans une obscurité relative, éclairée par quelques torches posées sur les murs en pierre brute. La grande table de chêne massif, au centre de la pièce, était déjà occupée par plusieurs hauts gradés de la Garde. Jihair, qui faisait partie de l'état major, arriva en retard et s'excusa auprès de ses collègues.

"Nous vous attendions, Jihair," déclara le Grand Commandeur et Maréchal d'Empire : Ghideon Zorn . "Asseyez-vous, nous avons beaucoup à discuter."

Le sujet de la réunion était la demande de la cité d'Arcahelm de stationner des troupes dans la ville pour aider à maintenir la sécurité. La ville était en proie à une criminalité croissante dans la basse ville, et les autorités avaient peur que cela ne se propage à la haute ville, où se trouvaient les érudits et les savants les plus éminents de l'Empire.

"Messieurs, nous avons été sollicités par la ville d'Arcahelm pour assurer la sécurité de leur haute-ville. La criminalité dans la basse-ville est en augmentation constante, et il y a eu plusieurs incidents récents qui ont inquiété les habitants de la haute-ville. Nous avons donc décidé de répondre favorablement à leur demande, et nous allons envoyer des troupes pour les aider."

"Nous avons besoin de faire quelque chose, et vite", déclara le général Delacroix, commandant de la Garde dans la région d'Arcahelm. "Mais je ne peux pas tout faire avec les effectifs dont nous disposons actuellement."

Jihair, qui était au courant de la situation, proposa une solution. "Pourquoi ne pas envoyer une partie du 5e régiment d'infanterie et un groupement de gendarmerie préfectorale sur place ? Ils pourraient être stationnés à Arcahelm pour aider les autorités locales à maintenir la sécurité."

Le colonel Marchand acquiesça. "C'est une bonne idée, Jihair . Vous êtes chargé de cette mission. Partez immédiatement avec le régiment et le groupement. Utilisez le navire HMS Formidable pour vous rendre à Arcahelm." Declara le Général Thalkion

Jihair remercia les hauts gradés et sortit de la salle de réunion. Il se dirigea vers les quais où il vit le navire, qui était en train d'être chargé de provisions. Il monta à bord et prit contact avec les officiers en charge de la navigation et de la sécurité.


 

"Mesdames, Messieurs, nous avons un objectif à accomplir, assurez-vous que tout soit en ordre" dit-il d'une voix ferme.

Le voyage fut long et difficile, avec des vents forts et des vagues hautes, mais finalement le HMS Formidable arriva à Arcahelm. La ville était imposante, avec ses hautes murailles qui la séparaient en deux parties : la haute-ville, propre, noble et élitiste, et la basse ville, pauvre, sale et dangereuse. Jihair accosta avec ses troupes au port la haute ville, où ils furent accueillis par les autorités locales.

"Nous sommes heureux de vous voir, Général" déclara le maire de la ville, un homme corpulent et chaleureux. "Nous avons besoin de votre aide pour maintenir l'ordre ici. La haute ville est notre trésor, et nous ne pouvons pas laisser ces quelques misérables bandits continuer de troubler l'ordre publique!"

A la suite de ceci, Jihair suivit le maire à travers les rues pavées de la haute-ville, passant devant des bâtiments imposants et des jardins soigneusement entretenus. Finalement, ils arrivèrent devant une caserne massive en pierre, flanquée de deux tours imposantes.

"Voici votre quartier général, messieurs", déclara le maire en souriant. "Nous avons rénové les installations pour vous accueillir, vous et vos hommes."

Jihair jeta un coup d'œil autour de la cour intérieure de la caserne, où des soldats s'entraînaient à manier leurs épées et leurs lances. Il repéra également plusieurs gendarmes préfectoraux en train de patrouiller le long des remparts de la ville.

"C'est un endroit magnifique", commenta Jihair en regardant autour de lui. "Je suis sûr que nos hommes seront heureux de servir ici."

"Je suis heureux que vous appréciez", répondit le maire. "Je suis sûr que vous et vos troupes ferez un excellent travail en maintenant la paix dans notre ville."

Jihair hocha la tête, reconnaissant le compliment. Il savait que la mission serait difficile, mais il était déterminé à protéger les citoyens d'Arcahelm à tout prix. Le maire se montra généreuse et invita le général et ses troupes à un banquet d'arrivée, organisé en leur honneur. "C'est la moindre des choses que nous pouvons faire pour vous remercier de votre aide, général", dit-il avec un sourire. "Nous sommes impatients de travailler avec vous pour rétablir la sécurité dans notre ville."

Profitant de se repas, le général en profita pour demander plus d'informations sur les récents troubles que subissent la ville.

Le maire prit une pause avant de répondre, le regard plongé dans le vide, cherchant les mots justes pour décrire la situation.

"Les troubles ont commencé il y a quelques mois, expliqua-t-elle enfin. La basse-ville est devenue un endroit extrêmement dangereux pour les habitants, avec une augmentation significative du nombre de cambriolages, d'agressions et de meurtres. La garde de la ville a eu du mal à faire face, elle est dépassée par la situation. La haute-ville a été épargnée jusqu'à présent, mais nous craignons que les criminels ne commencent à s'attaquer à des cibles plus riches et plus exposées."

Jihair écoutait attentivement, réfléchissant à la meilleure manière d'assurer la sécurité de la ville. Il prit la parole :

"Combien de soldats seront nécessaires pour protéger la haute-ville ?"

"Nous ne sommes pas sûrs", répondit le maire. "Nous avons besoin que vous évaluiez la situation et que vous décidiez de la meilleure manière de procéder. Nous comptons sur votre expertise en la matière."

Jihair hocha la tête, comprenant la gravité de la situation. Il savait que son régiment et la gendarmerie préfectorale auraient du pain sur la planche pour rétablir l'ordre dans la ville.

"Monsieur le maire, avez-vous pu savoir si les bandits semblaient êtres organisés, où s'ils agissent indépendamment ?" Demanda Jihair

Le maire répondit que les bandits semblaient agir de manière coordonnée et qu'ils étaient probablement sous la direction d'un chef de gang. Il ajouta également que la situation devenait de plus en plus préoccupante, car la criminalité se propageait maintenant à la haute ville, où se trouvaient les érudits et les nobles.

Jihair acquiesça, prenant note de l'information. Il savait que cette mission ne serait pas une promenade de santé, mais il était déterminé à remplir sa mission avec succès. Il se leva alors de table et salua le maire, lui promettant que la Garde Volontaire ferait tout ce qui était en son pouvoir pour rétablir l'ordre à Arcahelm.

Sur ces mots, Jihair et ses hommes quittèrent la salle du banquet et se dirigèrent vers la caserne qui leur avait été assignée. La mission ne faisait que commencer, et le général se prépara à relever le défi qui l'attendait.


 

Le lendemain matin, Jihair se leva de bonne heure et décida de partir à la découverte de la ville. Il avait besoin de se familiariser avec son nouvel environnement et de comprendre pourquoi la basse-ville était dans un état aussi déplorable.

Il marcha dans les rues bondées de la ville et constata que la pauvreté y régnait en maître. Les gens semblaient mal nourris et mal habillés. Les rues étaient sales et jonchées de détritus. Il croisa des mendiants et des vagabonds qui erraient sans but précis. Les commerces étaient peu nombreux et ceux qui existaient semblaient peu prospères.

Jihair interrogea plusieurs personnes sur la situation de la basse-ville et apprit que les habitants de cette partie de la ville étaient délaissés par les autorités. Les rares interventions de la garde se limitaient à des coups de filet sporadiques visant à arrêter quelques bandits isolés, sans jamais s'attaquer à la racine du problème. Les habitants de la basse-ville se sentaient abandonnés et méprisés par les autorités de la haute-ville.

Jihair comprit alors que la situation était plus complexe qu'il ne l'avait imaginé. Il se promit de faire tout ce qui était en son pouvoir pour améliorer la situation de la basse-ville et pour rétablir la confiance entre les autorités et les habitants de cette partie de la ville.

Le général se dirigea ensuite avers la bibliothèque, cherchant à en savoir plus sur l'histoire de la ville et sur les raisons de la séparation entre la haute et la basse ville. En entrant dans la grande salle de lecture, il fut frappé par le silence qui y régnait. Des étagères remplies de livres s'élevaient jusqu'au plafond, et de grandes tables en bois étaient disposées çà et là, chacune équipée de chaises confortables pour les lecteurs.

Il s'approcha du bibliothécaire, un homme âgé à l'air bienveillant, qui était en train de ranger des livres sur une étagère.

"Bonjour, monsieur. Je suis Jihair Glavalis, Général de la garde volontaire en mission à Arcahelm. J'aurais besoin d'informations sur l'histoire de la ville, en particulier sur la raison de la séparation entre la haute et la basse ville", expliqua-t-il.

Le bibliothécaire sourit et hocha la tête.

"Bien sûr, monsieur Jihair. Vous êtes au bon endroit. Notre bibliothèque contient une collection complète d'ouvrages sur l'histoire d'Arcahelm et de ses environs. Suivez-moi, je vais vous montrer où trouver les informations que vous cherchez", répondit-il.

Le bibliothécaire l'emmena dans une section de la bibliothèque dédiée à l'histoire de la ville. Il montra à Jihair plusieurs livres qui semblaient pertinents pour sa recherche et lui recommanda de commencer par les plus récents avant de remonter dans le temps.

Jihair remercia le bibliothécaire et s'installa à une table pour commencer ses recherches. Il se plongea dans les livres, lisant attentivement les pages pour en apprendre plus sur Arcahelm et sur les raisons de la division entre la haute et la basse ville.


 

En fouillant dans les archives de la bibliothèque, Jihair découvrit une vieille chronique qui décrivait l'histoire de la ville d'Arcahelm. Selon cette chronique, la ville avait été fondée il y a plusieurs siècles par deux cousins éloignés : Margrave et Sampson . Margrave était un savant, un érudit qui prônait les valeurs de la culture, de la science et du savoir. Sampson, quant à lui, était un marchand, un homme d'affaires qui avait pour ambition de faire d'Arcahelm une plaque tournante du commerce sur le continent de Stendel.

Au début, les deux cousins avaient réussi à travailler ensemble pour faire prospérer leur ville. Mais avec le temps, leurs ambitions divergèrent et ils commencèrent à se disputer pour savoir quelle direction devait prendre la ville. Finalement, ils décidèrent de se séparer et de fonder chacun leur propre ville. Margave fonda la haute ville, qui devint un centre de culture et de savoir, tandis que Sampson fonda la basse ville, qui se développa autour du commerce et des affaires.

Au fil des siècles, les deux parties de la ville s'éloignèrent de plus en plus l'une de l'autre, chacune ayant sa propre identité et son propre mode de vie. Les habitants de la haute ville se considéraient comme des érudits et des intellectuels, alors que ceux de la basse ville étaient perçus comme des marchands et des hommes d'affaires.

Cependant, malgré cette séparation, les deux parties de la ville ont toujours été unies sous un même blason et une même bannière. Mais dernièrement, les choses ont commencé à changer. La criminalité a commencé à augmenter dans la basse ville, tandis que la haute ville s'est repliée sur elle-même, se préoccupant peu des problèmes de ses voisins.

Cependant, il ne trouva aucune information sur la basse-ville au delà de cette époque, surpris, Jihair demanda alors pourquoi la haute-ville n'a pas cherché à rétablir les liens avec la basse-ville. Le vieil homme soupira et lui expliqua que cela avait été tenté plusieurs fois, mais que chaque fois les tentatives avaient été repoussées, les habitants de la basse-ville étant méfiants vis-à-vis de la haute-ville. Il semblerait que les événements qui ont conduit à la séparation des deux villes aient laissé des cicatrices profondes dans la mémoire collective de la basse-ville.

Jihair était perplexe devant cette situation. Il savait qu'il avait été envoyé ici pour maintenir l'ordre et la sécurité dans la ville, mais comment pourrait-il y parvenir si les deux parties de la ville étaient si profondément divisées ? Un simple conflit d’intérêt ne devrait pas en venir à de telles oppositions aussi radicales.


Surpris par ces révélation, il demanda des détails sur ce Sampson. Le vieil homme expliqua qu'il était un entrepreneur ambitieux qui avait réussi à faire de la basse ville un centre de commerce florissant. Il avait des projets de développement ambitieux pour la ville et avait rassemblé un grand nombre de partisans. Mais un jour, il avait tout simplement disparu, sans explication ni trace.

Jihair était perplexe et posa des questions sur les éventuelles investigations menées pour retrouver Samspon. Le vieil homme secoua la tête et expliqua que personne n'avait jamais su ce qui lui était arrivé, et que la disparition avait causé une grande confusion et une instabilité économique dans la ville.

Le vieil homme expliqua également que la situation s'aggrava au fil des ans, avec l'arrivée de bandits et de hors-la-loi qui s'installèrent dans la basse-ville et y régnaient en maîtres. Les citoyens qui pouvaient se le permettre déménagèrent vers la haute-ville, laissant les plus pauvres et les plus vulnérables derrière eux.

Malgré les efforts de certains pour rétablir l'ordre dans la basse-ville, la situation resta précaire et les pillages et les violences continuèrent. Le vieil homme conclut son récit en disant que la basse-ville était devenue un endroit dangereux et chaotique, où la loi du plus fort prévalait.

Jihair écouta attentivement les paroles du vieil homme, se faisant une idée plus précise de la situation de la ville. Il se demanda alors comment il pourrait contribuer à améliorer les choses et à rétablir la paix et la sécurité dans la basse-ville.

Il remercia le vieil homme pour son aide et promit de revenir si jamais il avait besoin de plus d'informations. Le général s’apprêtant à franchir la porte fût arrêté par le bibliothécaire une dernière fois : "Excusez-moi, mais il y a quelque chose dont je souhaiterai vous informer monsieur le Général"

Jihair se retourna, se demandant ce que ce vieil homme pouvait avoir à lui dire.

"Votre nom, Glavalis, il ne m'est pas inconnu, je suis presque certain de l'avoir déjà vu quelque part."

Jihair, surpris,lui qui ne connaissait personne portant le même nom et ne connais pas sa famille ni ces ancêtres. Il lui dit alors que dans le cimetière de la basse-ville, un caveau porte ce nom


 

Il décida d'aller voir le caveau dont il a été mit au fait. En se dirigeant vers le cimetière de la basse-ville, Jihair se met à penser à sa famille et à ses ancêtres. Il n'a jamais vraiment su d'où il venait, étant donné que ses parents étaient morts quand il était très jeune et qu'il avait été élevé par un garde volontaire qui l'avait recueilli.

Arrivé au cimetière, il cherche le caveau portant son nom et finit par le trouver. Il est surpris de voir que le caveau est en très mauvais état, envahi par les mauvaises herbes et les débris. Il se met alors à nettoyer les alentours et remarque qu'il y a une inscription gravée sur la porte en pierre : "Ici repose Sir Glavalis, fidèle serviteurs de la cité d'Arcahelm".

Jihair poussa la porte du caveau avec hésitation. L'obscurité régnait en maître dans cette petite pièce, seules quelques faibles rayons de lumière pénétraient par l'unique petite fenêtre couverte de poussière. Le sol était jonché de feuilles mortes, de toiles d'araignées et de débris de pierres. Au fond du caveau se trouvait un seul cercueil, celui qui portait le nom de sa famille.

Il s'approcha lentement, fixant les inscriptions qui couvraient le cercueil. "Traître", "Félon", "Maudit soit ton nom" pouvait-on lire. Le général frissonna. Il ne comprenait pas pourquoi son nom de famille était associé à de telles injures.

Il posa délicatement sa main sur le couvercle du cercueil, se demandant s'il devait ouvrir et découvrir ce qui s'y trouvait. Mais quelque chose le retint, une peur inexplicable, une intuition peut-être.

Il se releva et quitta le caveau, refermant la porte derrière lui. Le soleil brillait à présent, mais son esprit était encore troublé par ce qu'il venait de voir. Confus, il avait besoin d'en savoir plus sur l'histoire de sa famille et sur la vérité cachée derrière cette inscription. Mais cela ne doit pas prendre le dessus sur la raison de sa présence dans la ville.


 

De retour à la caserne, Jihair réunit ses soldats dans la cour, il les fit former en ligne et commença son discours. Il leur rappela l'importance de leur mission et la nécessité de maintenir l'ordre dans la ville. Il leur expliqua également que la basse-ville avait été abandonnée depuis trop longtemps et qu'il était temps de la redécouvrir et de la protéger.

Il leur donna des instructions précises : patrouiller dans les rues, assurer la sécurité des citoyens, identifier les zones à risque, et enfin, établir des contacts avec les habitants de la basse-ville pour comprendre leur situation. Jihair leur fit également part de son souhait de travailler main dans la main avec les gardes de la haute-ville, afin de maintenir une cohésion entre les deux parties de la ville.

Il leur donna également des consignes plus spécifiques, comme la nécessité d'identifier les bandits qui agissaient dans la ville et de les capturer. Le général conclut son discours en rappelant à ses soldats que leur mission était importante pour la sécurité de tous les citoyens d'Arcahelm, et qu'ils devaient faire preuve de discipline, de courage et de professionnalisme à tout moment.

Ainsi les troupes se mirent en mouvement et les premiers tours de gardes commencèrent.

 

Chapitre 2

 

Divulgacher

Les gardes étaient à pied d’œuvre dans la basse ville, patrouillant dans les rues sombres et étroites, à la recherche de toute activité suspecte. Certains étaient armés de lances, d'autres de sabres et de baïonnettes, mais tous avaient une expression déterminée sur leur visage.

Dans une ruelle étroite, deux gardes discutaient à voix basse, leurs torches éclairant à peine les murs décrépis qui les entouraient. L'un d'eux racontait une histoire effrayante qu'il avait entendue la veille, concernant une bande de voleurs qui opérait dans le quartier. L'autre gardait l’œil sur la rue, surveillant attentivement tout mouvement.

Plus loin, un groupe de gardes s'arrêtait devant une maison abandonnée. Ils étaient convaincus qu'un groupe de criminels s'était caché à l'intérieur. Ils vérifièrent chaque pièce, chaque recoin, avant de réaliser que leur source d'information avait été fausse.

Dans une autre rue, un garde remarqua un mouvement suspect derrière une porte. Il alerta ses collègues et, ensemble, ils forcèrent la porte pour découvrir un groupe de contrebandiers qui s'apprêtaient à fuir. Les gardes furent prompt à réagir et capturèrent les contrebandiers.

Soudain, ils entendirent des pas lourds derrière eux. Les gardes se retournèrent brusquement, les mains sur leurs épées, mais ne virent rien d'anormal. Ils continuèrent leur patrouille, mais l'un d'entre eux avait le sentiment qu'ils étaient observés.

Plus tard dans la nuit, les gardes croisèrent un groupe d'individus suspects. Les hommes étaient tous cagoulés et portaient des armes rudimentaires. Les gardes se mirent en position de défense, prêts à engager le combat, mais les bandits prirent la fuite en courant dans les rues sombres.

Les gardes se regardèrent, perplexes. Ils se demandèrent si les bandits savaient qu'ils étaient ici et s'ils cherchaient à les intimider. Mais Jihair avait prévenu ses hommes de rester vigilants et de ne pas baisser leur garde. Ils continueraient à patrouiller dans la basse ville, prêts à faire face à toute éventualité. Ces scènes de patrouilles s'enchaînaient régulièrement dans la basse ville. Les gardes étaient déterminés à maintenir l'ordre et la sécurité dans la ville, malgré les risques qui se présentaient devant eux.

Quelques jours passerent.

Jihair etait assis dans à bureau, écoutant attentivement le rapport de ses gardes. Il prend des notes sur un petit carnet tout en posant des questions pour mieux comprendre la situation. Le bureau etait spacieux et bien éclairé, avec une grande carte accrochée au mur, représentant la ville d'Arcahelm.

"Je vois, donc la situation n'est pas aussi chaotique que ce que le maire a décrit", dit Jihair en regardant ses gardes. "C'est intéressant. Et vous êtes sûrs qu'il n'y a pas eu d'autres incidents majeurs?"

"Oui, général", répond un des gardes. "Nous avons fait plusieurs patrouilles et nous avons seulement rencontré quelques bandits. Mais rien d'extraordinaire."

Les yeux fixés sur le sol, un garde murmura d'une voix à peine audible : "Général, il y a... Il y a cinq de nos camarades qui manquent à l'appel." Ses paroles étaient empreintes de culpabilité et d'inquiétude.

"Comment cela ?", répond Jihair, les yeux écarquilles "ces cinq gardes manquants. Avez-vous des idées sur ce qui pourrait leur être arrivé?"

Les gardes se regardent les uns les autres, honteux. Finalement, un d'entre eux parle. "Eh bien, général, nous pensons qu'ils ont peut-être été enlevés. Nous avons cherché partout dans la ville, mais nous n'avons trouvé aucune trace d'eux."

Jihair fronce les sourcils, son regard se durcit. "Je vois. Cela doit être une priorité absolue. Nous devons les retrouver. Envoyez des équipes de recherche dans toute la ville. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des soldats"

Les gardes acquiescent en signe d'approbation. "Compris, général."

Jihair se lève de son bureau et regarde ses gardes. "Très bien. Allez-y, vous avez du travail à faire. Je vais rester ici et continuer à étudier la carte. Faites-moi savoir si vous avez besoin de quelque chose."

Les gardes sortent de la pièce, laissant Jihair seul dans son bureau. Il réfléchit à la situation, se demandant qui pourrait être derrière l'enlèvement des gardes. Il se promet de trouver une réponse et de ramener ses hommes sains et saufs.

Quelques minutes plus tard, un bruit sourd vint briser le silence et le calme du bureau du général, son aide de camp, le capitaine Reynald entre précipitamment. L'homme est essoufflé, signe qu'il a couru pour arriver jusqu'ici.

"Général, j'ai des informations importantes à vous transmettre", dit Reynald d'une voix précipitée.

Jihair lève les yeux, surpris par l'agitation de son subordonné. "Qu'est-ce qui se passe ? Prenez une profonde respiration et dites-moi ce qui se passe."

L'aide de camp reprend son souffle avant de poursuivre. "Nous avons interrogé quelques prisonniers que nous avons capturés lors des patrouilles. Ils ont commencé à parler, général. Ils disent que les bandits de la basse ville sont plus organisés et disciplinés que ce que nous avions initialement pensé. Ils semblent se cacher et attendent depuis notre arrivée sur Arcahelm. Leur chef doit être quelqu'un de très prudent, préparant certainement quelque chose de gros."

Jihair se redresse dans son fauteuil, les sourcils froncés. "C'est inquiétant. Nous ne pouvons pas nous permettre de sous-estimer ces bandits. S'ils préparent quelque chose, nous devons être prêts à y faire face."

L'aide de camp acquiesce, son expression sérieuse. "Exactement, général. Je recommande de renforcer les mesures de sécurité dans la ville, d'intensifier les patrouilles et de coordonner nos efforts avec les autorités locales. Nous devons également envisager de mettre en place des postes d'observation discrets pour surveiller les mouvements des bandits."

Jihair réfléchit quelques instants, pesant les paroles de son aide de camp. Il sait qu'il ne peut pas ignorer cette mise en garde.

"Très bien", répond Jihair d'une voix ferme. "Je vais immédiatement mettre en place les mesures que vous avez suggérées. Prévenez les autres officiers et informez-les de la situation. Je veux que toutes les troupes soient en alerte maximale. Nous ne laisserons pas ces bandits déstabiliser la ville."

L'aide de camp salue rapidement et s'éloigne pour transmettre les ordres. Jihair reste seul dans son bureau, pensif. Il se rend compte que la mission à Arcahelm est bien plus complexe et dangereuse qu'il ne l'avait imaginé. Il se promet de tout mettre en œuvre pour protéger la ville et mettre fin aux agissements des bandits, quel que soit le prix à payer.


 

Jihair se tient devant la fenêtre de son bureau, scrutant la vue de la ville qui s'étend en contrebas. Les paroles de son aide de camp résonnent dans son esprit, et une inquiétude grandit en lui. Comment est-il possible que les bandits aient été si bien préparés, au point de connaître l'arrivée imminente de la garde volontaire ?

Des pensées tourbillonnent dans l'esprit du général. Il réfléchit à toutes les possibilités, cherchant des réponses qui pourraient expliquer cette situation troublante. Un sentiment de frustration l'envahit alors qu'il réalise que l'ennemi est bien plus rusé et informé qu'il ne l'aurait pensé.

"Comment ont-ils pu être au courant ?" se demande Jihair à voix basse, comme s'il espérait trouver une réponse dans l'écho de sa propre voix.

Il se rappelle le calme apparent qui régnait lors de leur arrivée à Arcahelm. Rien ne semblait indiquer que les bandits étaient sur leurs gardes, prêts à riposter à la moindre provocation. Mais maintenant, avec des gardes manquants, il ne pouvait plus nier l'évidence : ils étaient observés, traqués depuis leur arrivée.

La réalisation s'abat sur Jihair avec une force oppressante. Il comprend que le chef des bandits était au courant de leur venue bien avant qu'ils ne débarquent sur Arcahelm. Quelqu'un dans la ville devait avoir divulgué des informations confidentielles, permettant aux bandits de se préparer à l'arrivée de la garde.

La confiance envers les autorités locales vacille dans l'esprit de Jihair. Il se rend compte que certains éléments corrompus pourraient collaborer avec les bandits, favorisant ainsi leurs actions criminelles. Cela expliquerait pourquoi les enlèvements de gardes se sont produits si rapidement et sans éveiller de soupçons.

Un feu de détermination s'allume dans les yeux du général. Il sait maintenant qu'il doit redoubler d'efforts pour démasquer les traîtres et rétablir la sécurité dans la ville. Il ne peut plus se fier aveuglément à ceux qui prétendent être du côté de la justice.

"Nous trouverons les responsables", murmure Jihair d'une voix empreinte de résolution. "Et nous mettrons fin à leurs machinations. La garde volontaire ne sera pas mise à genoux par des traîtres et des bandits. Nous protégerons Arcahelm, quel qu'en soit le prix."


 

Le capitaine Reynald ayant terminé de donner les consignes, rentre dans le bureau, ils s'installent autour de la grande table de travail, où une carte détaillée d'Arcahelm est étalée. Des pions colorés et des symboles indiquent les zones connues de la basse ville et les lieux supposés où les bandits pourraient se cacher.

Le général passe sa main dans ses cheveux, épuisé mais résolu. "Nous devons trouver leur repaire, Renard. Nous devons les frapper là où ça fait mal et mettre un terme à leurs méfaits."

Le capitaine Reynald acquiesce, fixant intensément la carte. "Nous avons interrogé les habitants, mais ils sont terrifiés et peu enclins à coopérer. Les bandits ont clairement instauré un climat de peur et de silence dans ces ruelles."

Jihair observe la carte pendant un moment, réfléchissant à une stratégie. Puis, une lueur d'espoir illumine son visage. "Nous devons les prendre par surprise, Reynald. Les traquer là où ils pensent être en sécurité, là où ils pensent que nous ne les trouverons pas."

Il pointe un endroit sur la carte, un dédale de ruelles sombres et étroites. "Cette zone, ici. Les rapports indiquent qu'elle est délaissée, abandonnée. Les bandits pourraient facilement y établir leur repaire sans éveiller les soupçons."

Le capitaine Reynald incline la tête, les yeux pétillants d'excitation. "Et si nous les attirons dans un piège ? Un faux convoi de marchandises, une occasion trop tentante pour qu'ils résistent."

Jihair sourit, appréciant l'idée. "Exactement. Nous organiserons un convoi factice, rempli d'hommes prêts à agir dès que les bandits se montreront. Mais nous devons garder cela secret, seulement quelques personnes de confiance seront dans la confidence."

Ils se regardent, complices dans leur détermination à reprendre le contrôle de la basse ville. Les préparatifs commenceront dès le lendemain, avec la sélection minutieuse des hommes qui participeront à cette mission risquée. Le général Jihair est convaincu que c'est le plan qui permettra de débusquer les bandits de leur cachette et de rendre justice aux gardes disparus.

"Reynald, nous sommes sur le point de tourner la situation en notre faveur", déclare Jihair avec une voix chargée d'espoir. "Nous trouverons leur repaire et nous restaurerons la sécurité dans la basse ville. Ils ne sauront pas ce qui les frappera."

Les deux hommes se serrent la main, scellant leur engagement mutuel pour éradiquer cette menace. Ils savent que la bataille ne fait que commencer, mais avec un plan solide et une détermination inébranlable, le vent finirai par tourner en leur sens.

Le général Jihair rassemble ses troupes dans la cour de la caserne, prêtes à exécuter le plan visant à retrouver les soldats disparus et à démasquer les bandits de la basse ville. Les visages des soldats reflètent une combinaison d'excitation et de détermination alors qu'ils se regroupent autour de leur commandant.

Placer devant eux, son regard perçant et sa voix forte remplissant l'air. "Mes soldats, nous sommes sur le point de mener une opération cruciale pour la sécurité de notre unité et de la ville d'Arcahelm. Nous ne pouvons pas permettre que nos camarades soient retenus en otage par ces bandits. Nous devons agir avec précision, intelligence et force."

Les soldats hochent la tête en signe d'approbation, se préparant mentalement à l'action imminente.

Jihair poursuit : "Notre plan est simple, mais il nécessite une exécution parfaite. Nous avons identifié une zone probable où les bandits pourraient avoir leur repaire. Nous allons créer un faux convoi de marchandises pour les attirer hors de leur cachette et les prendre par surprise."

Il désigne les soldats les plus expérimentés parmi eux. "Vous, avec moi, vous serez les membres du faux convoi. Nous devons agir comme de vrais marchands, attirant l'attention des bandits et les amenant à sortir de leur tanière. Mais rappelez-vous, nous devons rester vigilants et prêts à riposter à tout moment."

Il se tourne vers le reste de la troupe. "Le reste d'entre vous sera en position d'appui stratégique. Vous serez dissimulés dans les environs, prêts à intervenir lorsque les bandits seront exposés. Votre rôle est crucial pour notre réussite."

Les soldats acquiescent, conscients de l'importance de leur rôle dans cette opération. Le général Jihair prend une profonde inspiration, sa détermination étincelant dans ses yeux.

"Mes soldats, nous devons rester unis et disciplinés. Notre mission est risquée, mais nous sommes une équipe solide et nous triompherons. Soyez prêts à faire preuve de courage, de ruse et de détermination. Le sort de nos camarades et la sécurité de la basse ville reposent sur nos épaules."

Un silence solennel s'installe dans la cour alors que les soldats absorbent les paroles du général. Leur détermination grandit, nourrie par la confiance et le leadership de leur Général.

"Nous partons demain à l'aube", annonce le général d'une voix forte. "Préparez-vous, mes soldats. Armez-vous de courage et de résolution. Nous retrouverons nos frères d'armes, et nous ramènerons la paix dans la basse ville. Que Stendel veille sur nous."

Les soldats se dispersent, se préparant pour la mission à venir. L'excitation se mêle à une concentration féroce alors que chacun d'entre eux se prépare à jouer son rôle dans l'opération. Le général Jihair, quant à lui, s'attelle à finaliser les détails.

 

Chapitre 3 :

 

Divulgacher

Le jour de l'opération, l'aube teinte le ciel d'une lueur rosée alors que le général Jihair et son faux convoi de marchandises quittent discrètement la caserne. Les chariots lourdement chargés avancent lentement dans les rues encore endormies de la basse ville.

Jihair est vêtu d'une cape terne et d'un chapeau à large bord, dissimulant ainsi son uniforme de général. Il se fond parfaitement parmi les membres du convoi, adoptant l'apparence d'un simple marchand itinérant. Sa tête est remplie de stratégies, d'hypothèses et de plans d'action en cas de rencontre avec les bandits.

Les soldats avancent avec prudence, leurs yeux scrutant chaque recoin sombre et chaque passage étroit. Ils se fondent dans la masse de la ville, se mêlant à la vie quotidienne de la basse ville, espérant attirer l'attention des bandits.

Les murmures des habitants résonnent dans les rues étroites alors que les nouvelles de l'arrivée du convoi se propagent rapidement. Les gardes volontaires ont fait irruption dans leur quartier, leur présence suscitant à la fois l'inquiétude et l'espoir chez les citoyens.

Le général Jihair reste en alerte, cherchant tout signe de mouvement suspect, de regards furtifs ou de réactions inhabituelles parmi les passants. Chaque rencontre est une occasion de collecter des informations, de sonder les esprits et de rassembler des indices.

Leur présence discrète et leurs efforts pour se fondre parmi les habitants de la basse ville leur permettent d'observer de plus près les activités de la criminalité locale. Des échanges secrets, des signes codés et des regards lourds de sens suggèrent une organisation clandestine derrière les apparences chaotiques de la basse ville.

Le général Jihair reste attentif aux signaux que ses hommes lui envoient. Les messages codés, les regards discrets et les gestes imperceptibles entre eux communiquent les informations cruciales. Ils se guident mutuellement à travers les dédales de la basse ville, se rapprochant de la source de l'activité criminelle.

Au fil de leur progression, l'excitation mêlée à l'anxiété grandit dans les cœurs des soldats. Ils se demandent si leur ruse sera suffisante pour tromper les bandits, s'ils pourront les attirer hors de leur repaire et retrouver les soldats disparus.

Le général Jihair garde ses pensées concentrées sur l'objectif final. Sa détermination reste inébranlable, son esprit analysant chaque mouvement et chaque détail qui se présente à lui.

Ils se rapprochent de l'endroit présumé du repaire des bandits. Le calme inquiétant qui règne dans les rues renforce leur conviction que quelque chose se trame dans l'ombre.

Le général Jihair murmure quelques mots de réconfort à ses hommes, leur rappelant l'importance de rester vigilants et prêts à agir. Les battements de leur cœur s'accélèrent.

Alors que le faux convoi avance dans les ruelles sombres de la basse ville, le général Jihair sent une présence inquiétante qui se resserre autour d'eux. Des ombres furtives se déplacent à la périphérie de leur vision, des murmures étouffés flottent dans l'air oppressant.

Soudain, sans aucun avertissement, une pluie de flèches fonce sur le convoi. Les gardes se jettent instinctivement en avant, cherchant à se protéger derrière les chariots. Les flèches sifflent et s'enfoncent dans le bois, créant des éclats et des cris de douleur parmi les hommes.

Le chaos s'installe alors que les bandits sortent de leur cachette. Ils surgissent des toits, des coins sombres et des recoins étroits de la basse ville. Leurs visages masqués de bandanas, ils se déplacent avec une agilité étonnante, encerclant le convoi sous la pluie de flèches et de lames.

Le général Jihair réagit avec une rapidité et une fermeté impressionnantes. Il saisit son sabre, se frayant un chemin à travers les assaillants qui tentent de s'approcher. Ses mouvements sont fluides et précis, sa lame dévie les attaques et repousse les bandits avec force.

Les gardes qui les accompagnent se battent avec vaillance, déployant leur formation et utilisant leurs compétences acquises au fil des années. Ils se soutiennent mutuellement, formant une ligne de défense solide autour du général.

Cependant, les bandits sont nombreux et déterminés. Ils attaquent avec une férocité implacable, cherchant à submerger les défenseurs du convoi. Les gardes doivent faire face à une lutte acharnée, leurs mouvements précipités et leurs parades de plus en plus difficiles.

Malgré leur résistance, le général Jihair et les gardes se retrouvent peu à peu acculés contre les chariots. La tension monte alors que les bandits resserrent leur étreinte, réduisant l'espace de combat et menaçant de les submerger.

Jihair lance un regard déterminé à ses hommes, son esprit vif cherchant désespérément une solution. Il réalise qu'ils sont tombés dans une embuscade parfaitement orchestrée, où chaque mouvement des bandits a été calculé avec précision.

Dans un dernier acte de bravoure, il ordonne à ses hommes de se regrouper et de tenir bon. Ils forment un cercle défensif, leurs armes étincelant dans la lumière faible de la basse ville. Ils résistent avec acharnement, frappant avec force et esquissant des parades désespérées.

L'air est rempli du bruit des combats, des cris de douleur et de la détermination farouche des deux camps. Le général Jihair se bat avec une rage inébranlable, son esprit tactique travaillant sans relâche pour trouver une ouverture dans l'encerclement.

Le général ressent une profonde frustration et une pointe de colère lorsque, au milieu de la bataille acharnée, il réalise que les bandits ont réussi à les devancer. Cette découverte lui serre le cœur, car il comprend que l'embuscade était minutieusement planifiée et qu'ils ont été pris au piège.

Alors qu'il se bat avec une intensité croissante, des pensées tourbillonnent dans l'esprit du général. Il se demande comment les bandits ont pu anticiper leurs mouvements et les intercepter si rapidement. Une vague d'inquiétude le submerge, car cela signifie que les soldats disparus pourraient être encore plus en danger que prévu.

Dans cet instant, Jihair doit faire face à un dilemme. Doit-il continuer à lutter contre les bandits qui les encerclent, ou devrait-il trouver un moyen de s'échapper et de poursuivre les bandits jusqu'à leur repaire pour sauver ses soldats disparus ?

Une lueur de détermination brille dans les yeux du général. Il sait qu'il ne peut pas abandonner ses hommes. Les bandits peuvent avoir réussi à les devancer, mais il refuse de les laisser triompher.

Malgré les obstacles et le danger qui les entourent, le général Jihair rassemble toutes ses forces et concentre son esprit sur une nouvelle stratégie. Il se fraye un chemin à travers les rangs ennemis, dirigeant ses gardes avec détermination, cherchant à créer une brèche dans l'encerclement.

Dans son esprit, il visualise chaque mouvement, chaque attaque et chaque décision qu'il doit prendre pour inverser la situation. Il cherche des opportunités, des faiblesses dans la défense des bandits, et des moyens de rallier ses troupes à un dernier assaut.

Le général Jihair se rappelle de ses responsabilités envers ses soldats disparus, de la confiance qu'ils ont placée en lui en tant que commandant. Il refuse de céder à la défaite, car la vie de ses hommes est en jeu.

Alors qu'il se bat avec une intensité accrue, une détermination féroce s'empare de lui. Il canalise sa frustration et sa colère en une énergie combative, une volonté inébranlable de poursuivre la bataille jusqu'à la victoire.

Les bandits peuvent avoir réussi à les devancer, mais le général Jihair sait que la lutte n'est pas terminée. Il doit continuer à se battre, à diriger ses hommes avec courage et à poursuivre les bandits jusqu'à leur repaire, afin de retrouver les soldats disparus et d'assurer la sécurité de ses troupes.

Malgré l'adversité, le général Jihair reste résolu, sa détermination et sa volonté de protéger les siens ne faiblissent pas. Il se prépare à mener ses hommes dans une ultime charge, prêt à affronter tous les obstacles qui se dressent sur leur chemin.


 

Le chaos règne sur le champ de bataille, soudainement, les flammes d'un incendie se propagent rapidement, créant une barrière ardente entre les troupes du général Jihair et une partie de ses hommes. La fumée épaisse obscurcit la vision, rendant la situation encore plus chaotique.

Alors que le général Jihair tente de coordonner ses troupes pour contenir l'incendie et secourir ceux qui se trouvent de l'autre côté des flammes, une silhouette imposante émerge de la fumée. C'est le chef des bandits, vêtu d'une armure sombre et d'un sourire suffisant.

Le général fixe intensément le chef des bandits, son regard empli de détermination. Il sait que c'est un moment critique, un face-à-face qui peut décider de l'issue de cette bataille. Les flammes crépitent autour d'eux, éclairant leurs visages crispés par la tension.

Le chef des bandits, d'un ton moqueur, s'adresse au général : "Glavalis, tu pensais pouvoir venir ici et nous chasser de notre territoire ? Tu es naïf. Nous sommes ici depuis bien plus longtemps que toi, nous connaissons chaque ruelle, chaque recoin de cette ville."

Le général Jihair ne se laisse pas démonter. Il resserre la prise sur la poignée de son épée et répond avec fermeté : "Je suis ici pour ramener l'ordre et la sécurité dans cette ville, peu importe depuis combien de temps vous vous cachez. Vos jours de pillages et de violence sont comptés."

Les flammes créent une ambiance surréaliste, amplifiant la tension entre les deux hommes. Le chef des bandits dévoile un sourire arrogant, ses yeux luisant d'une lueur malsaine. Il fait un pas en avant, défiant le général Jihair.

"Tu ne comprends pas. Je suis Ragnor, cette ville nous appartient désormais. Les faibles seront écrasés, les forts survivront. Et tu, tu ne fais pas le poids."

Le général serre les dents, puis il fait un pas en avant à son tour, se rapprochant du chef des bandits. "Je ne suis pas ici pour m'enfuir face à des criminels comme toi. Je suis ici pour protéger les innocents et restaurer la justice. Que le destin décide qui sortira vainqueur de cette confrontation."

Les deux hommes se retrouvent face à face, le sabre du général Jihair brandi, prêt à fendre l'air. L'atmosphère est électrique, tous les regards sont rivés sur eux.

Soudain, les flammes crépitent encore plus fort, l'incendie se propageant avec une intensité nouvelle. Les troupes du général Jihair sont momentanément coupées du reste du champ de bataille, les laissant seuls face à face.

Le général Jihair fixe le chef des bandits avec détermination. Il sait que ce duel est plus qu'une simple confrontation physique, c'est un symbole de la lutte entre l'ordre et le chaos, entre la justice et la cruauté.

Dans le crépitement des flammes, le général et le chef des bandits se préparent à en découdre.

Le combat débute, leur épées s'entrechoquent violemment, créant des étincelles qui se mêlent aux flammes dansantes de l'incendie. Chacun des combattants montre une habileté et une détermination féroces.

Entre deux assauts, Ragnor, un sourire narquois aux lèvres, prend un instant pour se vanter de ses connaissances. D'un ton dédaigneux, il murmure au général : "Tu penses être le premier de ta famille à fouler les terres d'Arcahelm ? Tes ancêtres ont une histoire sombre, Jihair. Ils ont trahi ma famille, les fondateurs de la basse ville."

Le général Jihair, les traits crispés par l'effort du combat, est surpris par cette révélation. Les mots de Ragnor résonnent en lui, éveillant une curiosité mêlée d'appréhension. Il sait que c'est le moment opportun pour en apprendre davantage sur ses origines et le passé trouble de la ville.

Les deux combattants prennent une brève pause, se fixant intensément. Le général, tout en restant sur ses gardes, demande d'une voix tendue : "Que veux-tu dire, Ragnor ?"

Ragnor, se délectant de son pouvoir de révélation, explique d'un ton méprisant : "Tes ancêtres, les fondateurs de la haute ville, ils aspiraient à la grandeur, à la culture, et au savoir. Mais ils ont trahi ma famille, les fondateurs de la basse ville, qui rêvaient de faire d'Arcahelm un centre commercial prospère et florissant."

Le général Jihair ressent une vive émotion, mêlée de surprise et d'indignation. Il peine à concevoir que ses ancêtres aient pu trahir une autre famille, plongeant ainsi la ville dans le chaos et la division.

Submergé par un mélange d'émotions contradictoires. Il ressent à la fois le poids de l'histoire de sa famille et la nécessité de réparer les erreurs du passé. Il ne peut se laisser distraire par ces révélations troublantes. Son devoir premier est de mettre fin aux méfaits de Ragnor et de protéger la ville.

Il repris alors fermement son épée et regarde Ragnor droit dans les yeux. "Que ce soit la vérité ou non, Ragnor, cela ne changera rien à notre combat. Je suis ici pour rétablir l'ordre et la sécurité dans cette ville, peu importe les péchés de mes ancêtres. Je ne reculerai pas devant toi."

Le général Jihair, poussé par une détermination sans faille, parvient à prendre le dessus sur Ragnor. Son épée s'abat avec une précision implacable, forçant le chef des bandits à reculer sous l'assaut.

Alors que le combat atteint son point culminant, le général Jihair fixe intensément Ragnor et lui adresse ces mots d'une voix ferme : "Je me fiche de ce que mes ancêtres ont fait il y a des siècles. Leur histoire ne détermine pas qui je suis ni ce que je suis venu accomplir ici. La garde volontaire est ma seule famille, et nous sommes unis par notre engagement à protéger cette ville et ses habitants."

Ragnor, le souffle court, contemple le général Jihair avec un mélange de colère et d'admiration. Il reconnaît la détermination sans faille de son adversaire et comprend que ses propres actes ne peuvent être justifiés par les erreurs du passé.

Le général Jihair, reprenant son souffle, poursuit avec conviction : "La véritable grandeur d'une personne réside dans ses actions présentes. Je suis ici pour rétablir la justice, la sécurité et l'espoir dans cette ville. Les divisions du passé ne doivent plus dicter notre avenir."

Ragnor, éprouvant le poids de la défaite imminente, baisse lentement son arme. Un mélange de frustration et de résignation traverse son regard. "Tu es un homme têtu, Jihair. Mais peut-être qu'il est temps que quelqu'un mette fin à cette spirale de violence."

Le général Jihair, sans baisser sa garde, répond d'une voix ferme : "La violence cessera lorsque vous et vos bandits choisirez de suivre un chemin plus honorable. Je ne m'arrêterai pas tant que la justice ne sera pas rétablie."

L'atmosphère chargée se dissipe peu à peu, laissant place à un silence tendu. Les flammes crépitent dans le fond, témoignant de la destruction causée par l'incendie, mais aussi de la détermination du général Jihair à restaurer l'ordre.

Le général Jihair fixe Ragnor, une lueur d'espoir dans les yeux, alors qu'il se prépare à prendre des mesures pour rétablir la sécurité et la confiance dans la ville. Il sait que la bataille n'est pas encore terminée, mais il est prêt à affronter tous les obstacles pour accomplir sa mission.

Dans cet instant de calme relatif, le général Jihair se concentre sur l'avenir, laissant derrière lui les erreurs du passé. Il est déterminé à bâtir un avenir meilleur pour Arcahelm, où la justice et la solidarité prévaudront.

Soudainement, le son des sabots de chevaux résonne dans l'air, accompagné d'un tumulte grandissant. Reynald, avec le reste des troupes de la garde volontaire, arrive en force sur la scène du combat. Leurs armes étincellent à la lumière du soleil déclinant, et leurs visages expriment une détermination inébranlable.

Leur arrivée inattendue fait tourner la situation à l'avantage de Jihair et de ses hommes. Les troupes de Reynald, galvanisées par la vision de leur général en difficulté, se jettent sur les bandits restants, les encerclant rapidement.

Ragnor, pris au piège, réalise que ses options se réduisent. Son visage se crispe de colère et de frustration, mais il ne montre aucune intention de se rendre. Il fait face à la nouvelle vague d'assaillants avec une ténacité farouche.

Le combat qui s'ensuit est féroce. Les lames s'entrechoquent, les cris de rage et de douleur remplissent l'air. Les gardes de Jihair et les troupes de Reynald se battent avec ardeur, repoussant les bandits et les tenant à distance.

Au milieu de cette mêlée chaotique, Jihair retrouve sa détermination. Son esprit est clair, sa volonté est inébranlable. Il dirige ses troupes avec habileté, les encourageant et les guidant dans cette ultime bataille.

Les minutes semblent durer une éternité alors que la lutte se poursuit. Mais finalement, les bandits, submergés par le nombre et la détermination de leurs assaillants, commencent à reculer. Ragnor, blessé et épuisé, se retrouve isolé, sans échappatoire.

Jihair s'approche de Ragnor, le regard fixé sur lui avec une lueur de défi. "C'est terminé, Ragnor. Ta tyrannie prend fin ici."

Ragnor crache au sol, un mélange de défi et de dédain dans ses yeux fatigués. "Peut-être, mais ton règne sur cette ville ne durera pas. La basse-ville reprendra son destin en main."

Le général Jihair reste imperturbable face aux paroles de Ragnor. Il sait que la véritable victoire réside dans la restauration de l'unité entre la haute et la basse-ville, dans la réconciliation des deux parties de cette cité autrefois unie.

Les gardes de Jihair s'approchent de Ragnor, le maintenant fermement. La bataille est terminée, Ragnor est alors capturé par les troupes de la Garde Volontaire.


Chapitre 4 :

 

Divulgacher

Quelques jours se sont écoulés depuis la bataille qui a vu la défaite de Ragnor et de ses bandits. Arcahelm est enveloppée d'un calme relatif, la population commençant à retrouver une certaine sérénité. Cependant, l'ombre des soldats disparus plane toujours sur la ville, créant une tension palpable.

Dans les profondeurs de la caserne, dans une salle d'interrogatoire austère, le général Jihair se tient devant la porte de la cellule de Ragnor. La pièce est plongée dans une semi-obscurité, les murs en pierre froide et le sol carrelé ajoutent une atmosphère oppressante à l'endroit.

D'un geste, Jihair ouvre la porte et entre dans la cellule. Ragnor est là, assis sur une chaise de bois usée, ses poignets entravés par des menottes. Son regard dur et défi ne montre aucun signe de repentir.

Jihair s'approche de lui avec une assurance calme, posant ses mains sur la table entre eux. "Ragnor, le temps des jeux est terminé. Il est temps pour toi de répondre de tes actes."

Ragnor laisse échapper un rire cynique. "Que veux-tu savoir, général ? Je suis ici, derrière ces barreaux. Que plus veux-tu obtenir de moi ?"

Le général fixe intensément Ragnor, ses yeux reflétant une détermination inflexible. "Je veux savoir où sont nos soldats disparus. Tu les as enlevés, tu les as cachés quelque part. Il est temps de dire la vérité."

Un sourire narquois se dessine sur les lèvres de Ragnor. "Et si je ne dis rien ? Que feras-tu alors ?"

Jihair garde son calme, conscient de l'importance de cette interrogation. "Si tu refuses de coopérer, Ragnor, sache que les conséquences seront sévères. La justice sera rendue, d'une manière ou d'une autre."

Ragnor lance un regard dédaigneux au général. "La justice, hein ? La justice a été bafouée depuis longtemps dans cette ville. C'est pourquoi nous nous sommes élevés. Nous avons été les voix de ceux qui n'avaient pas de voix."

Jihair serre les poings, mais reste maître de lui-même. "Tes actions ne sont pas justifiées, Ragnor. La violence ne mène qu'à plus de souffrance."

Le bandit se redresse, fixant Jihair avec un regard froid et provocateur. "Et toi, général, comment justifies-tu les actes de tes ancêtres ? Les trahisons commises par ta famille ?"

Un frisson traverse l'échine de Jihair, mais il refuse de flancher. "Je ne suis pas responsable des actes de mes ancêtres. Je suis responsable de mes propres actions, et je m'efforce de bâtir un avenir meilleur pour cette ville."

Ragnor ricane à nouveau, son regard perçant celui du général. "Et que sais-tu de l'avenir, Jihair ? Cette ville est maudite, et rien de ce que tu feras ne pourra la sauver de sa propre destruction."

Jihair fixe intensément Ragnor, intrigué par ses paroles. "Comment es-tu au courant de l'événement où la basse ville a rompu les liens avec la haute ville ? Même les écrits de la bibliothèque ne font pas mention de cet épisode. Comment peux-tu prétendre en savoir autant ?"

Un sourire énigmatique se dessine sur les lèvres de Ragnor, mais il reste silencieux un instant, comme s'il pesait ses mots. Puis, d'un ton calme mais chargé de mystère, il répond : "Certains secrets sont gardés loin des yeux curieux, général. Les vérités oubliées peuvent parfois être découvertes dans les recoins les plus sombres de la mémoire de ceux qui les ont vécues."

Jihair ressent un mélange de frustration et de curiosité grandir en lui. "Explique-toi, Ragnor. Comment as-tu accès à des informations qui semblent dissimulées à tous les autres ?"

Ragnor laisse échapper un rire énigmatique. "La vérité est un trésor caché, Jihair. Certains ont les clés pour la dévoiler, et d'autres ne font que gratter la surface. Ce que tu ne sais pas pourrait te surprendre, général. Il y a plus à découvrir sur tes ancêtres et sur l'histoire de cette ville que tu ne peux l'imaginer."

Les paroles de Ragnor piquent la curiosité de Jihair, mais il sait qu'il ne peut pas se laisser distraire par des jeux d'énigmes. Les vies de ses soldats disparus sont en jeu. "Assez de ces énigmes, Ragnor. Dis-moi où sont mes hommes. C'est la seule information qui m'importe."

Ragnor sourit de nouveau, mais cette fois, il ne dit rien de plus. Son regard laisse planer le mystère sur ses intentions, ses connaissances et les secrets qu'il prétend détenir.

Jihair sent monter en lui une frustration mêlée à une détermination renforcée. Il est prêt à tout pour retrouver ses soldats disparus et apporter la justice à Arcahelm. Il se lève de sa chaise, déterminé à continuer ses investigations, même si cela signifie affronter les secrets enfouis depuis longtemps dans les profondeurs de cette ville divisée.

Le général quitte la cellule de Ragnor, laissant derrière lui le bandit silencieux et le mystère qui entoure ses déclarations. Il sait que la quête de vérité ne fait que commencer, et que chaque pièce de puzzle révélée le rapprochera de la résolution de l'énigme qui lie le destin d'Arcahelm et celui de ses ancêtres.


 

Jihair retourne à son bureau, la tête emplie de pensées tourbillonnantes. Les paroles énigmatiques de Ragnor ont ébranlé ses convictions et éveillé en lui une curiosité insoupçonnée. Assis derrière son bureau, il fixe le vide, perdu dans ses réflexions. Il se parle dans sa tête, la voix de l'incertitude mêlée à celle de la détermination. Il se rappelle qu'il a toujours été un homme de devoir, un soldat dévoué à sa tâche. Mais à présent, il se retrouve plongé dans une intrigue politique et historique complexe, dont les enjeux dépassent de loin ses fonctions habituelles.

Il se demande comment il pourra rassembler toutes les pièces manquantes de ce puzzle qui semble s'étendre sur plusieurs siècles. Son amour pour l'histoire et sa curiosité naturelle lui ont toujours permis de démêler les fils du passé, mais cette fois-ci, les enjeux sont plus grands. Il est confronté à des divisions profondes, à des secrets enfouis et à des récits divergents. Comment pourra-t-il distinguer la vérité de la fiction, alors qu'il n'a qu'un aperçu fragmentaire de l'histoire ?

Une part de lui est tentée de laisser tomber, de se concentrer uniquement sur la tâche immédiate de retrouver les soldats disparus. Après tout, il est un homme de terrain, habitué à l'action et à la résolution des problèmes concrets. Mais une autre part de lui, plus intrépide et insatiable, refuse de céder. Il sait que pour rétablir la paix et l'unité dans Arcahelm, il doit démêler les fils de l'histoire, même si cela signifie plonger dans les arcanes du passé et affronter des vérités dérangeantes.

Il se rappelle les paroles de son mentor, l'ayant recueilli à la garde volontaire : "La connaissance est une arme puissante, mais elle doit être maniée avec sagesse et discernement." Jihair réalise que s'il veut parvenir à comprendre cette histoire complexe, il devra être prêt à questionner les récits préexistants, à écouter les voix des deux camps, et à trouver sa propre voie à travers les méandres du passé.

Il prend une profonde inspiration et se recentre sur sa mission. Il sait que ce chemin sera semé d'embûches, mais il est prêt à relever le défi. Il fera preuve de prudence, d'objectivité et de patience, tout en gardant à l'esprit l'urgence de la situation.


 

Quelques jours se sont écoulés, les recherches pour retrouver les gardes disparus n'ont rien données. Malgré les efforts inlassables de la garde volontaire, aucune piste n'a été trouvée. L'inquiétude grandit parmi les troupes, tandis que la tension persiste dans la cité d'Arcahelm.

Dans une petite salle d'interrogatoire au sein de la caserne, le général Jihair s'apprête à rencontrer à nouveau Ragnor, le chef des bandits. Les gardes surveillent étroitement la pièce, prêts à intervenir au moindre signe de danger. Jihair pénètre dans la salle avec une certaine appréhension, se demandant si Ragnor sera disposé à partager des informations cruciales.

Ragnor, assis sur une chaise, est visiblement affaibli par sa détention prolongée. Ses vêtements sont déchirés, sa barbe mal entretenue. Son regard est empreint d'une lueur de résignation mêlée de défi. Alors que Jihair s'assoit en face de lui, une tension palpable remplit l'air.

Le général fixe intensément Ragnor, essayant de percer le voile de méfiance qui entoure cet homme brisé. Une lueur d'espoir traverse ses yeux lorsqu'il se rend compte que Ragnor semble prêt à parler, prêt à révéler des informations qui pourraient changer la donne.

Le silence s'installe dans la pièce alors que Jihair encourage Ragnor à s'exprimer. Les mots du chef des bandits se frayent un chemin dans l'air, empreints d'une certaine résignation mêlée d'un désir de rédemption. Ragnor raconte comment il est arrivé à la tête de cette bande de hors-la-loi, comment la misère de la basse ville a forgé sa détermination à renverser l'ordre établi.

Il parle de sa connaissance des secrets cachés dans les méandres de l'histoire d'Arcahelm, de sa compréhension des liens entre les familles fondatrices et des trahisons qui ont marqué le passé. Ses paroles sont chargées d'une certaine amertume, mais aussi d'une volonté de révéler la vérité, peut-être pour expier ses propres erreurs.

Jihair écoute attentivement, absorbant chaque mot avec une soif de connaissances. Les révélations de Ragnor ébranlent les fondations même de sa compréhension de la situation. Il réalise que pour comprendre les événements présents, il faut plonger au cœur des conflits passés, même s'ils semblent lointains et oubliés.

Au fur et à mesure que Ragnor parle, Jihair sent grandir en lui une nouvelle détermination. Il comprend que pour rétablir l'ordre et la paix dans Arcahelm, il devra se confronter aux secrets du passé, démêler les intrigues et les mensonges qui ont forgé le présent.

Une fois l'interrogatoire terminé, Jihair se lève de sa chaise, remerciant Ragnor pour ses révélations. Mais une part de lui ne peut s’empêcher de penser que la vérité sur l'histoire de la ville est encore plus complexe que ce que Ragnor semble décrire.

Ragnor, après une longue hésitation, finit par révéler à Jihair avant qu'il ne quitte la pièce l'emplacement où les gardes disparus sont cachés. Les mots de Ragnor résonnent dans la salle, chargés d'une certaine incertitude quant à leur état de santé.

Le général saisit chaque détail, gravant les informations dans sa mémoire. Il sait que chaque instant compte pour tenter de sauver les gardes, et il ne peut laisser la moindre chance de côté. Il remercie Ragnor d'avoir partagé cette précieuse information, reconnaissant que cela représente un tournant dans l'enquête.

Jihair comprend que la tâche à venir est risquée et exigeante. Il doit mettre en place une opération de sauvetage minutieuse pour libérer les gardes disparus. Mais en même temps, il ressent un regain d'espoir, car il possède maintenant un indice concret pour retrouver ses hommes.

Le général quitte la salle d'interrogatoire avec détermination, prêt à agir sans plus attendre. Il convoque ses officiers de confiance et expose les informations obtenues. Ensemble, ils élaborent un plan précis, tenant compte des risques et des obstacles potentiels.

Les heures qui suivent sont remplies d'une activité intense. Les troupes se préparent pour l'opération de sauvetage, vérifiant leur équipement, affûtant leurs compétences et se préparant mentalement à l'adversité à venir. Jihair s'assure que chaque détail est pris en compte, veillant à ce que la sécurité de ses hommes soit primordiale.

Finalement, le moment tant attendu arrive. Les forces de Jihair se déploient avec précision vers l'emplacement indiqué par Ragnor. La tension est palpable alors qu'ils se rapprochent de leur objectif, prêts à affronter tous les obstacles qui se dressent sur leur chemin.

Le général Jihair mène la charge, sa détermination inébranlable guidant ses troupes à travers les sentiers tortueux menant au repaire des bandits. Il est prêt à tout pour retrouver les gardes disparus et les ramener sains et saufs.

Arrivés sur le lieu indiqué par Ragnor, les forces de la garde avancent avec détermination. La tension est palpable dans l'air alors qu'ils se préparent à affronter les bandits qui gardent les lieux. Les soldats sont prêts à donner le meilleur d'eux-mêmes pour sauver leurs compagnons disparus.

Les premiers échanges de coups résonnent bruyamment, signalant le début de la bataille. La garde, bien entraînée et coordonnée, surpasse rapidement les bandits désorganisés qui n'étaient pas préparés à une telle attaque. Leur résistance est brisée face à la détermination et la discipline de la garde.

Les combattants de la garde se répandent à travers le repaire des bandits, libérant un à un leurs compagnons capturés. Les gardes disparus, affaiblis et épuisés par leur détention, sont remplis d'un mélange de soulagement et de gratitude lorsqu'ils aperçoivent leurs camarades venus les secourir.

Les soldats de la garde redoublent d'efforts pour désarmer les bandits restants et sécuriser la zone. Ils travaillent ensemble, utilisant leurs compétences et leur détermination pour vaincre leurs ennemis. Les cris de combat résonnent dans l'air, mêlés aux ordres précis du général Jihair, guidant ses troupes vers la victoire.

Au fur et à mesure que la bataille se calme, un silence précaire enveloppe le repaire des bandits. La garde a réussi à éliminer la menace et à ramener tous leurs compagnons disparus. La satisfaction se mêle à l'épuisement sur les visages des soldats, sachant qu'ils ont accompli une mission périlleuse avec succès.

Jihair se tient debout au milieu de ses hommes, fier de leur bravoure et de leur dévouement. Il les félicite pour leur courage et leur esprit d'équipe, rappelant l'importance de l'unité et de la solidarité au sein de la garde. Les regards fatigués mais déterminés de ses soldats témoignent de leur engagement à protéger Arcahelm et à maintenir la paix dans la cité.

Les gardes retrouvés sont escortés hors du repaire, accueillis par des applaudissements et des sourires de soulagement. La garde se rassemble pour un court instant, partageant leurs expériences et exprimant leur reconnaissance envers ceux qui les ont sauvés.

La journée se termine par un sentiment d'accomplissement. La garde a réussi à retrouver ses compagnons disparus, éliminant une menace pour la sécurité d'Arcahelm. Mais le travail n'est pas terminé. Le général Jihair sait que la découverte des secrets de l'histoire d'Arcahelm est essentielle pour la stabilité future de la cité. Il se prépare à poursuivre ses investigations et à faire face aux défis qui se présentent à lui, déterminé à trouver les réponses nécessaires pour rétablir la paix et l'unité dans la ville.

 

Chapitre 5 :

 

Divulgacher

Dans le bureau du général Jihair, la lueur de la lampe à huile éclaire la pièce tandis qu'il s'attelle à rédiger une lettre importante. Son regard est fixé sur le parchemin devant lui, tandis que sa plume glisse avec assurance sur le papier.

Le général écrit chaque mot avec soin, exprimant ses pensées et ses intentions avec précision. Il explique la situation actuelle à Fort-Herobrine, la victoire remportée par la garde volontaire et le besoin de renvoyer le groupement de gendarmerie préfectorale dans leur base. Il assure aux autorités du grand quartier que la ville d'Arcahelm est maintenant sécurisée.

Cependant, il souligne également que le 5ème régiment d'infanterie doit rester sur place. Il explique qu'il a décidé de poursuivre ses recherches sur le passé de la ville, afin de comprendre les événements qui ont conduit à la séparation des deux parties de la cité et de prévenir toute récurrence de tels conflits. Il est convaincu que la connaissance de l'histoire est essentielle pour bâtir un avenir plus harmonieux pour Arcahelm.

Le général Jihair met en avant sa détermination à rester sur place, démontrant son engagement envers la ville et son désir de la protéger de toute menace future. Il conclut la lettre en demandant que aucun renfort ne soit envoyé, car il estime que les ressources actuelles sont suffisantes pour maintenir l'ordre et la sécurité à Arcahelm.

Une fois la lettre terminée, il relit une dernière fois pour s'assurer de sa clarté et de sa pertinence. Il scelle ensuite l'enveloppe d'un geste ferme, apposant son sceau personnel sur le revers. La lettre est prête à être expédiée.

Le général Jihair prend un moment pour contempler la scène devant lui. Le bureau est empreint d'un sentiment de calme après la victoire remportée, mais le travail n'est pas terminé. Il sait qu'il a une responsabilité envers la ville et ses habitants, et il est prêt à continuer ses recherches et à faire tout ce qui est en son pouvoir pour préserver l'unité et la paix à Arcahelm.

Avec détermination, Il se leva de son bureau, saisit la lettre et se dirige vers le messager qui l'attend à l'extérieur. Il lui confie la missive, lui donnant des instructions précises pour sa livraison rapide et sûre.

Alors que le messager s'éloigne, le général Jihair se tourne à nouveau vers son bureau, prêt à se plonger dans ses recherches. Il sait que la quête de vérité et de compréhension ne sera pas facile, mais il est prêt à affronter les défis qui se présenteront à lui. Avec une détermination renouvelée, il décida pour la troisième fois de confronter Ragnor dans le but de lui soutirer d'autres informations.


 

En s'approchant de Ragnor, qui est extrêmement affaibli et très mal en point après sa détention. Il le regarde avec détermination, mais aussi avec une pointe de compassion. Il sait que pour obtenir les réponses dont il a besoin, il doit essayer de gagner la confiance de Ragnor.

Jihair s'adresse à Ragnor d'une voix calme mais ferme : "Ragnor, je comprends que tu aies des raisons de garder le silence, mais écoute-moi. Je suis ici pour comprendre toute l'histoire, pour démêler les fils du passé et assurer la sécurité de cette ville. Si tu coopères avec moi, je peux t'assurer que la justice sera plus clémente envers toi. Je ferai tout mon possible pour obtenir la meilleure résolution possible pour tous."

Ragnor lève lentement les yeux vers Jihair, mêlant méfiance et résignation dans son regard. Il ne répond pas immédiatement, semblant peser les mots du général. Finalement, d'une voix faible mais déterminée, il murmure : "Vous promettez que je ne serai pas condamné à la potence ? Que ma vie aura une chance de changer ?"

Les deux hommes se fixent droit dans les yeux, l'expression sérieuse et honnête, Jihair déclara : "Je ne peux pas te garantir l'absolution totale de tes actes passés, mais je peux t'assurer que je ferai tout en mon pouvoir pour plaider en ta faveur et obtenir une sentence juste et équitable. Je veux connaître la vérité, et ta coopération sera cruciale pour cela."

Ragnor semble hésitant, mais il finit par acquiescer, comprenant que c'est peut-être sa meilleure chance de se racheter d'une certaine manière. Il commence alors à raconter les détails de son implication dans les activités criminelles, les connexions qu'il avait avec d'autres bandits et les secrets qu'il a gardés pendant des années.


 

Alors que Ragnor continue son récit, il dévoile des détails troublants sur l'histoire de la famille de Jihair. Il explique comment, après plusieurs générations, un membre de la famille Glavalis a orchestré une machination visant à affaiblir et à prendre le contrôle de la basse-ville. Cette personne, l'arrière-petit-fils de Margave, avait manipulé les événements de manière à rendre la vie insupportable pour les habitants de la basse-ville, tout en veillant à effacer les preuves de ces actes cruels des écrits historiques.

Ragnor révèle que sa propre lignée, descendant de Sampson, a continué à entretenir une rancœur tenace envers la haute-ville et la famille de Jihair. Il explique comment il s'est senti investi de la mission de venger ses ancêtres en organisant la rébellion qui a semé le chaos dans la ville.

En entendant ces révélations, Jihair reste silencieux, laissant les mots de Ragnor résonner dans sa tête. Il réalise la complexité de l'histoire d'Arcahelm et la profondeur des divisions qui ont séparé les deux parties de la ville pendant des générations.

Malgré tout, Jihair ne peut s'empêcher de ressentir une profonde tristesse face à ces révélations. Il se sent pris entre deux feux, héritier d'une famille dont l'intention originelle était de préserver l'harmonie entre les deux parties de la ville, mais également responsable de réparer les torts causés par les actions de ses ancêtres.

Jihair fixe intensément Ragnor, les yeux brillants d'espoir mêlés à une pointe d'appréhension. Il sait que la réponse à sa prochaine question pourrait influencer le cours des événements de manière significative.

Jihair : "Ragnor, je te demande sincèrement, y a-t-il d'autres descendants de Margave et Sampson encore en vie aujourd'hui, en dehors de nous ?"

Ragnor, encore haletant après son récit, prend quelques instants pour rassembler ses pensées avant de répondre d'une voix rauque.

Ragnor : "Général Jihair, à ma connaissance, nous sommes les derniers représentants des familles Glavalis et Sampson. Depuis bien longtemps, la ville d'Arcahelm est dirigée par un maire élu, et les liens avec les anciennes familles se sont progressivement estompés."

Un silence pesant s'installe dans la pièce. Jihair absorbe cette information, réalisant l'ampleur de la responsabilité qui repose désormais sur ses épaules. Les familles qui ont façonné l'histoire d'Arcahelm sont sur le point de s'éteindre, et il se rend compte que lui et Ragnor sont les derniers témoins vivants de ces lignées autrefois puissantes.

Jihair : "Alors nous sommes les derniers gardiens du passé, Ragnor. La destinée d'Arcahelm repose entre nos mains. Nous devons faire en sorte que les erreurs du passé ne se répètent plus, que la division entre la haute-ville et la basse-ville soit réconciliée."

Ragnor acquiesce lentement, son visage marqué par la fatigue et la résignation.

Ragnor : "Nous ne pouvons pas laisser les erreurs de nos ancêtres dicter le futur de cette ville. Il est temps de réparer les torts, de panser les blessures et de rassembler les habitants d'Arcahelm."

Jihair : "Je suis d'accord, Ragnor. Nous devons nous atteler à cette tâche avec détermination et honnêteté. Je veux savoir la vérité sur ce qui s'est passé, et je veux que la justice soit rendue à tous ceux qui ont souffert des divisions entre les deux parties de la ville."

Ragnor : "Je suis prêt à vous aider, Général. Je vais coopérer pleinement avec vous pour révéler les secrets du passé et trouver une voie vers la réconciliation."

Un léger sourire se dessine sur le visage de Jihair. Il sait que le chemin sera ardu, mais avec Ragnor à ses côtés, ils pourront progresser ensemble vers un avenir meilleur pour Arcahelm.

Jihair : "Merci, Ragnor. Ensemble, nous allons faire en sorte que l'histoire d'Arcahelm prenne un nouveau tournant. Nous rétablirons l'harmonie entre la haute-ville et la basse-ville, et nous bâtirons un avenir où tous les habitants pourront vivre en paix et en prospérité."

Jihair fixe intensément Ragnor, son regard empreint d'une mixtion de méfiance et d'appréciation pour sa coopération. Il prend une profonde inspiration avant de s'exprimer d'une voix calme mais ferme.

Jihair : "Ragnor, je tiens à te dire que j'apprécie ta sincérité et ta volonté de coopérer. Cependant, nous ne devons pas oublier les nombreux actes répréhensibles que tu as commandités dans le passé. Des vies ont été perdues, des innocents ont souffert."

Ragnor baisse la tête, semblant prendre conscience du poids de ses actions passées. Il sait qu'il doit maintenant assumer les conséquences de ses choix.

Ragnor : "Général Jihair, je suis conscient des torts que j'ai causés et de la souffrance que j'ai infligée à d'autres. Je ne cherche pas à échapper à mon jugement, mais à vous aider à réparer les erreurs du passé."

Jihair acquiesce, appréciant l'attitude responsable de Ragnor.

Jihair : "Je suis heureux de voir que tu comprends la gravité de tes actes. Nous devons faire face à la justice et accepter les conséquences de nos actions, même si cela peut être difficile. Cependant, ta coopération sera prise en compte lors des procédures judiciaires."

Ragnor : "Je comprends, Général. Je suis prêt à assumer ma responsabilité et à témoigner de tout ce que je sais. J'espère sincèrement que cela contribuera à apporter la paix et la réconciliation à Arcahelm."

Jihair : "Tes paroles sont importantes, Ragnor. Nous devons travailler ensemble pour guérir les blessures du passé et prévenir que de tels événements ne se reproduisent à l'avenir. Cela nécessitera du temps, des efforts et une véritable volonté de changer."

Les deux hommes se regardent, reconnaissant que la route vers la rédemption sera longue et semée d'embûches. Mais ils sont déterminés à affronter les épreuves et à bâtir un avenir meilleur pour leur ville.

Jihair : "Nous sommes à un tournant décisif, Ragnor. Je compte sur toi pour coopérer pleinement avec les autorités et pour révéler toute la vérité. C'est ainsi que nous pourrons avancer vers la réconciliation et la justice."

Ragnor : "Je ne vous décevrai pas, Général Jihair. Je suis prêt à faire face à mon jugement et à témoigner en faveur de la vérité."

Sur ces paroles chargées de responsabilité, Jihair et Ragnor se séparent, chacun se préparant à affronter les épreuves qui les attendent, dans l'espoir de restaurer la paix et l'unité dans la ville d'Arcahelm.


Quelques jours passèrent avant le jugement de Ragnor.


La salle du tribunal était emplie d'une atmosphère solennelle alors que le procès de Ragnor, l'ancien chef des bandits, prenait place. Les membres du tribunal étaient réunis, prêts à rendre leur verdict sur les actes répréhensibles commis par Ragnor.

Le juge, d'une voix grave, annonça la décision du tribunal.

Juge : "Ragnor, après avoir examiné attentivement les preuves présentées et entendu les témoignages, ce tribunal a délibéré sur votre cas. Vous êtes reconnu coupable d'avoir commandité de nombreux actes criminels, causant la souffrance et la perte de vies innocentes. Ces crimes ne peuvent être tolérés."

Ragnor, debout devant le tribunal, afficha une expression résignée, acceptant le poids de ses actions passées.

Le juge continua : "Cependant, compte tenu de votre coopération lors des enquêtes, de votre volonté de révéler la vérité et de témoigner contre vos complices, le tribunal a décidé de ne pas vous condamner à la peine capitale."

Ragnor laissa échapper un soupir de soulagement mêlé de gratitude pour cette clémence inattendue.

"Néanmoins, vos crimes sont graves, et la justice doit être rendue. Vous serez condamné à la réclusion à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle pendant une durée minimale de trente ans. Cette peine vous permettra de méditer sur vos actions et de chercher la rédemption."

Ragnor baissa la tête, acceptant la décision du tribunal. Il savait qu'il devrait purger une peine sévère, mais il était soulagé de ne pas perdre la vie.

Le juge fit signe aux gardiens de conduire Ragnor hors de la salle d'audience, pour le ramener à sa cellule où il commencerait sa sentence.

"Que cette décision serve d'exemple à tous ceux qui cherchent à semer la discorde et à causer le mal. Que cela nous rappelle également que la justice est impitoyable envers ceux qui enfreignent la loi, mais qu'elle offre aussi une chance de réparation pour ceux qui font preuve de repentance sincère."

Sur ces mots, la séance du tribunal prit fin. Ragnor fut emmené, et la salle se vida peu à peu, laissant derrière elle les échos du jugement et l'espoir d'une nouvelle ère de paix et de réconciliation pour Arcahelm.

 

Conclusion :

 

Divulgacher

Le général Jihair, assis à son bureau, plongé dans ses pensées, saisit la plume et commence à écrire une lettre détaillée à l'attention des deux maréchaux d'Empire, les rapportant sur les événements survenus depuis le départ des troupes de la garde volontaire d'Arcahelm. Son écriture est soignée et précise, chaque mot étant choisi avec soin pour transmettre l'ampleur des récents événements.

Chers Maréchaux,

Je m'adresse à vous avec une humble conscience de mes responsabilités et une volonté inébranlable de faire éclater la vérité. Depuis notre départ d'Arcahelm, les événements se sont enchaînés de manière inattendue, révélant des secrets profondément enfouis dans les racines de notre ville.

Je dois commencer par mentionner Ragnor, le chef des bandits, qui après avoir été capturé et interrogé, a révélé des informations cruciales. Il a mentionné les liens troubles entre nos ancêtres et la basse ville, ainsi que les actes de trahison commis par certains membres de notre famille Glavalis. Cette révélation a secoué mes fondations, me laissant empli d'un profond sentiment de honte et de responsabilité.

Je ne peux occulter la vérité : un de mes lointains ancêtres, dont le nom a été effacé de l'histoire, a joué un rôle déterminant dans la montée des tensions entre la haute et la basse ville. Les motivations de cet ancêtre sont encore floues, mais il est indéniable que ses actions ont semé les graines de la discorde qui ont finalement conduit à la situation actuelle.

La coopération de Ragnor a permis de localiser les gardes disparus, bien que certains aient malheureusement perdu la vie. Cependant, grâce à cette révélation, nous avons pu rendre justice aux victimes et libérer ceux qui étaient encore en captivité.

En ce qui concerne la situation actuelle à Arcahelm, je suis honoré d'annoncer que j'ai été nommé citoyen d'honneur de la ville par le maire. Cela témoigne de la reconnaissance de mes efforts pour rétablir l'ordre et la sécurité dans la basse ville. J'ai également le plaisir de vous informer que des travaux de réhabilitation sont en cours pour améliorer les conditions de vie dans cette partie de la ville. Les efforts seront considérables, étant donné l'état pitoyable dans lequel se trouve actuellement la basse ville, mais je m'engage personnellement à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour redonner à ces quartiers une atmosphère plus vivable et digne.

Dans deux jours, je prendrai la route en direction du grand quartier général. Je compte vous rejoindre personnellement pour vous rendre compte de la situation sur le terrain et discuter des mesures à prendre pour éviter que de tels événements ne se reproduisent à l'avenir. Je suis conscient de l'ampleur de la tâche qui nous attend, mais je suis déterminé à faire rayonner le nom de ma famille et à préserver l'intégrité de notre empire.

Je vous prie de recevoir mes salutations les plus distingués,

Général du premier corps d'armée. Jihair Glavalis.

Des semaines s'écoulèrent depuis le départ du général Jihair d'Arcahelm. Malgré ses multiples responsabilités au grand quartier général, son esprit ne pouvait s'empêcher de revenir sans cesse sur les révélations troublantes faites par Ragnor, le chef des bandits. Le poids de l'histoire de sa famille pesait lourd sur ses épaules, et il savait qu'il devait faire face à cette vérité.

De retour dans la quiétude de son bureau, Jihair fixa les parchemins étalés devant lui. Il avait entrepris des recherches approfondies sur l'histoire de sa famille, en quête de réponses sur l'ancêtre dont le nom avait été effacé des archives. Mais ses investigations restaient vaines, les pièces du puzzle manquaient cruellement.

Un sentiment de frustration s'empara de lui. Il savait que pour comprendre pleinement les motivations et les actes de son ancêtre, il devait retracer l'histoire de cette période troublée où la basse-ville avait été laissée dans l'ombre.

Cependant, les affaires pressantes et les responsabilités de commandement le maintenaient occupé, repoussant sans cesse le moment où il pourrait se plonger pleinement dans ces recherches. Mais Jihair était résolu à ne pas laisser cet aspect de son histoire personnelle dans l'oubli. Il savait que son devoir envers sa famille et envers la mémoire de la haute-ville exigeait qu'il creuse encore plus profondément.

Dans son esprit, il planifiait déjà les futures démarches qu'il entreprendrait pour en apprendre davantage. Il solliciterait des érudits, des historiens et des archivistes, leur demandant de l'aider à exhumer les vérités cachées dans les écrits anciens. Il voulait comprendre comment et pourquoi son ancêtre avait trahi les idéaux de sa propre famille, pour pouvoir ensuite affronter cette vérité et trouver la rédemption.

Mais Jihair savait que cela prendrait du temps. Les ressources et les personnes nécessaires pour démêler cette histoire étaient dispersées dans tout l'Empire, et il devrait patiemment rassembler les pièces du puzzle pour reconstituer l'image complète.

Alors, avec une détermination renouvelée, le général Jihair reprit sa plume. Il écrivit des lettres, des demandes d'informations et des requêtes, préparant ainsi le terrain pour les futurs chapitres de cette quête de vérité. Il savait qu'il faudrait être patient, mais il était prêt à se lancer dans cette recherche, animé par le désir profond de comprendre et d'honorer les ancêtres qui avaient tracé le chemin avant lui.

Et ainsi, l'histoire de cet ancêtre maudit demeura en suspens, attendant le moment propice où Jihair pourrait enfin se consacrer pleinement à percer les mystères du passé.


 

Fin.


 

Remerciements

 

Je ne vais pas faire dans le détail, je souhaite du plus profond de mon cœur remercier tout d'abord Minefield d'exister, lorsque j'ai débarquer ici un jour de 2017, je ne m'attendais à rien. Je suis tombé sur des communautés formidables, attachantes, drôles etc.

j'ai partagé des moments inoubliables avec des personnes fantastiques qui comptent maintenant parmi mes plus proches amis, pour certain nous avons partagé des vacances, des moments de vie, des discussion sans fin, parfois des galères, de la rage parfois, mais je ne retiendrai la que le positif, car il représente 99,9% de ce que j'ai eu la chance de vivre avec vous sur Minefield.

L'aventure n'est absolument pas terminé et je ne doute pas d'avoir encore l'occasion de tous vous remercier de nombreuses fois ! C'est non sans une petite émotion que je met un point finale à cette candidature lourde de sens pour moi, encore merci à tous.

Link to comment
Share on other sites

Firssssst ²

 

Bien le bonjour,

 

Je viens en toute logique plussoyer le Just1 dans sa candidature chevalière. Joueur investi dans ses projets, agréable en vocal comme en jeu, talentueux... sa candidature parle d'elle-même. Au-delà de son profil de joueur il s'agit aussi d'un membre de l'AAA qui fourni un travail de qualité.

A titre perso, nous sommes arrivés sur le serveur à 1 semaine d'intervalle c'est donc l'une de mes plus vieilles connaissances et amitiés sur le serveur si bien que nous nous retrouvons maintenant ailleurs que sur MF !

 

Brefff, Il mérite largement ce grade de chevalier. Tu as tout mon soutien pour ta candidature !

 

Bienvenue au club de ceux qui on posté leur candid :p

 

Sky

Link to comment
Share on other sites

Salut,

 

Que dire ? Que dire à propos de Jihair ? Dois-je parler du jeune homme que j'ai rencontré un après-midi de 2018, lors d'une mission de garde, à laquelle je m'étais engagé en rentrant la veille dans un état plus qu'alcoolisé ? Dois-je évoquer la personne avec qui j'ai réalisé mon premier véritable projet sur Minefield ? Dois-je mentionner celui que j'ai sérieusement agacé en lui envoyant 100 photos de chiens par jour ? Dois-je parler de mon partenaire dans divers projets ? De nos discussions interminables ? Au final, je ne parlerai que de Jihair : mon ami.

 

Tout le monde sait que Jihair mérite le titre de Chevalier (peut-être même davantage, à mon avis).

C'est l'homme le plus compétent et volontaire que je connaisse, malgré sa flemme légendaire. Un jour, j'ai rédigé une candidature pour un projet pendant une semaine, je l'ai travaillée, elle était ridicule. Dix minutes avant de la poster, je lui ai demandé s'il voulait lancer Arcahelm avec moi, il a dit oui. Nous avons soumis la candidature du projet et avons passé le reste du temps à le remodeler ensemble (il ne ressemble plus du tout à ce que j'avais prévu, et c'est tant mieux).

 

Pendant une année, on ne s'est presque pas parlé. On s'est retrouvé sur Discord pour jouer à je ne sais plus quoi et rien n'avait changé : on aurait pu avoir joué dix heures la veille que cela n'aurait rien changé. Le gars est toujours le même, authentique. Le gars m'a fait la bise quand je l'ai croisé dans la vraie vie. Le gars m'a écouté me plaindre et râler contre une foutue maison sur Mumble et Discord pendant des heures. Je me suis disputé avec ce gars. Je me suis putain de bien marré avec ce gars. J'ai toujours apprécié ce gars finalement.

 

Encore une fois, je ne vais pas m'embêter à expliquer pourquoi le gars mérite une chambre au château. Tout le monde sait qu'il est talentueux de bien des manières : il sait faire de la 3D, des textures, des textes, il sait cuisiner, il donne de l'or aux pauvres et a envoyé Thomas Pesquet sur Saturne. Le gars m'a joué la cinquième de Beethoven au piano avec ses pieds tout en faisant la vaisselle avec son coude droit pendant qu'une vieille dame ronflait sur la gauche.

 

Je ne voulais pas rédiger un simple plussain, car je sais que la candidature sera un triomphe similaire à la bataille d'Austerlitz. Je crois que tu sais très bien ce que je pense de toi, mais je devais le répéter. Tu es l'une de mes plus belles rencontres sur internet (et au-delà).

 

Je ne sais pas quoi ajouter.

 

Gros soutien, mon ami, JR_B38

 

Suljii

Edited by Suljii
bah normal
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Je viens en ce jour soutenir Jihair, aka le J, dans sa démarche de chevaliérisation.

 

Pour ce faire, je vais vous démontrer par A+B qu'il a toutes les qualités d'un pilier de la communauté, cela est même inscrit dans son pseudo :

 

- J pour Jentil, Jihair est quelqu'un avec qui j'ai toujours eu plaisir à communiquer, un joueur là pour les autres, toujours volontaire (c'est pour ça qu'il est dans la Garde... Volontaire Lol xptr mdrrrr)

- I pour Intégré dans la communauté, je pense que rares sont les personnes qui n'ont pas entendu parler de lui.

- H pour Hilarant, toujours de bon délire (aux nombres de conneries qu'on a pues entreprendre ensemble, et ce toujours dans la bienveillance :p).

- A pour Ami depuis bientôt 6 ans, voilà rien de plus. On est même parti en vacance une fois il parait.

- I pour Impliqué dans ce qu'il fait : AAA, WAM, projets IG etc...

- R pour Ravioli, parce que why not.

 

Voili voilou, tu as tout mon soutien gro !

 

Cordialement,

Darkalne

Link to comment
Share on other sites

Bien le bonjour,

 

Je me permets de prendre la parole afin d'exprimer mon soutien envers Jihair et sa demande d'adoubement (chevaliérisation comme certains aiment le dire).

 

Son implication au sein de la communauté n'est plus à démontrer, les soutiens précédents en témoignent et le soulignent bien mieux que je ne le ferais moi-même. Il fait en effet partie des joueurs connus de tous sur minefield.

 

Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois en jeu. C'était lors de nos différents échanges que j'ai eu l'occasion de constater son engagement au service des autres, sa bonne volonté et à son implication au sein des nombreux projets et communautés dans lesquelles Jihair est actif.

Jouissant ainsi d'une excellente réputation de mon point de vue, qui est une qualité inhérente au grade de Chevalier, je réitère ainsi encore une fois mon soutien éclairé à sa candidature chevalière.

 

À très vite !

 

black_shift0

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

 

tu croyais t'y pas que t'allais y louper ? Eh bah non.

 

Je soutiens Jihair dans sa volonté de devenir fondateur du serveur, notamment parce qu'il a arrêté l'alcool depuis 3 ans. C'est courageux de faire partie des Alcooliques Anonymes Aphones, par contre, c'est dommage de t'être fait retirer les cordes vocales exprès... Bref.

Jihair, c'est un gars, avant de discuter avec lui t'es un peu tristoune, et après t'es moins tristoune vu qu'il est sympa.

Proinde die funestis interrogationibus praestituto imaginarius iudex equitum resedit magister adhibitis aliis iam quae essent agenda praedoctis, et adsistebant hinc inde notarii, quid quaesitum esset, quidve responsum, cursim ad Caesarem perferentes, cuius imperio truci, stimulis reginae exsertantis aurem subinde per aulaeum, nec diluere obiecta permissi nec defensi periere conplures.

Il a monté un projet avec un autre gars un peu bizarre Julsi ou un truc du genre. C'est très beau, chapeau bas l'artiste.

Pour reprendre la méthaphore mathématique de Darkalne au-dessus, je dirais que Jihair, il est comme le nombre de Reynolds, adimensionnel. Prenez-le comme vous voulez, mais en positif.

 

TO-DO : la fin

Ok google, rappelle moi de finir le soutien à Jihair dans deux ans avant la validation. 

Link to comment
Share on other sites

Hello Jihair!

 

Avant toute chose, j'aimerais te féliciter pour le travail créatif que tu fais sur Minefield. Je dois avouer que les rendus sont impressionnants!

Tu ne comptes pas tes heures, c'est indéniable, et ton dévouement pour le serveur est sans faille!

Tu t'impliques dans un grand nombre de projets et d'événements, et selon moi, ton rang de chevalier est amplement mérité.

 

Hâte de continuer à travailler à tes côtés, notamment sur la communication de Minefield!

Encore félicitations pour ton travail!

 

Lako'

Link to comment
Share on other sites

J'apporte tout mon soutien à Jihair, joueur exemplaire du serveur.

Entre Arcahelm, sa participation au FH, sa grande implication chez les AAA (quelle qualité de production !) et sa propension à toujours donner un coup de main à qui le demande, Jihair est une personne incroyable de la commu MF ! Il mérite amplement le grade de chevalier (et je dirai même plus, le grade snobe juste au dessus...).

 

Giga +1 !

(en plus il est à jour dans One Piece)

Link to comment
Share on other sites

Bonssssssssoir !


 

C'est avec un réel enthousiasme que je viens soutenir la candidature de Jihair. Tel un excellent nom pour un salon de coiffure, il est un parfait candidat au prestigieux titre de Chevalier.

 

Son implication chez les scribes ainsi qu’au AAA ne manque pas et témoigne de son dévouement pour le serveur mais aussi envers la communauté. Son implication dans d'importants projets sur Arcahlem et Fort Herobrine, atteste de sa maîtrise créative et de son dévouement. Jihair a démontré sa capacité à apporter une contribution significative en laissant une  empreinte indélébile sur le paysage de Minefield.

 

Au-delà de ses compétences techniques, Jihair incarne l'esprit du serveur en étant toujours là pour accueillir les nouveaux joueurs mais également côté scribe, en améliorant celle des anciens.

 

En conclusion, je soutiens pleinement la candidature de Jihair au grade de Chevalier.


 

Amicalement mais pas trop,

 

MrFalcar,

Chevalier de l'Empire.

Link to comment
Share on other sites

Bonssssoir !

 

Je viens ici soutenir la candidature chevalière de Jihair,

Je connais Jihair depuis son arrivé sur le serveur et au FH (vers 2017 ap JC environ). C'était à l'époque quelqu'un de très drôle et de très impliqué dans ce qu'il faisait.
Notre relation a connu des haut et des bas et nous nous sommes ensuite perdus de vue.

Mais depuis quelques années, suite à son arrivé au AAA et avec le rétrécissement de la commu active sur le serveur, nous avons repris contact, et c'est un plaisir de constater que Jihair est toujours aussi fun et engagé dans ses projets, surtout les projets de "background". C'est toujours autant un plaisir de discuter avec lui.

Jihair a beaucoup contribué au AAA et continu encore à contribuer à la gestion backstage de minefield. Je ne connais pas l'étendue de son implication sur Arcahelm, mais au vu de l'inactivité profonde, répété et insolente de Suljii (;)) et de l'avancée du projet. Je ne serais pas étonné qu'il y ait apporté une participation importante.

Enfin, je n'oublierais pas ces moments passés avec Jihair notament sur d'autres jeux, dont H&G pour ne citer que celui-là.

Je te souhaite une bonne continuation !
Bonne soirée.

 

Link to comment
Share on other sites

Salutations Bonsoir ! 

 

Voilà que je viens de constater que j'ai soutenu tous mes camarades de la Garde sauf ce bon vieux Jihair. Alors par la présente, voici ce que je peux dire sur ce brave parmi les braves. 

J'ai fait la rencontre de Jihair il y a de ça quelques années c'est un joueur ayant un capital sympathie fort élevé. J'ai passé que ce soit avant de rejoindre la garde ou actuellement pas mal de soirées sur Discord avec lui et ma fois ce ne sont que des soirées mémorables. 

Par ailleurs, Jihair est connu pour être le dirigeant d'Arcahelm avec Suljii, si ce projet continue d'avancer aujourd'hui c'est bien grâce à eux. Jihair est également connu pour ses talents d'Artistes, bon nombre d'accessoires sont le fruit de son talent.

Enfin Jihair est connu pour son implication sur MF en étant l'un des principaux fer de lance du mouvement "We Are Minefield !". Je pense donc qu'il mérite amplement le statut de chevalier de l'empire de par son implication et son dévouement à Minefield.

 

Amicalement Lugnasad,

Chevalier de l'Empire,

Chevalier Dolenti,

Lieutenant Colonel du 8e Régiment de Hussards

Link to comment
Share on other sites

Plot !

 

Comme d'habitude, je suis en retard, mais je viens également écrire un petit message de soutien à Jihair au titre de chevalier. Comme l'autre candidature que j'ai déjà pu soutenir, je vais commencer par faire un petit rappel de ce que disait Louvinette au sujet des chevaliers : 

 

Divulgacher

“Pour passer chevalier il vous faut être un citoyen connu et reconnu depuis plus de trois mois [...] Veuillez noter qu'il vous faut être connu et reconnu par les joueurs certes, mais aussi par les Gouverneurs qui, en interne, émettent un avis objectif sur chaque personne. N’oubliez pas que changer de grade est un privilège et non un droit”

 

Bon, commençons tout de suite par voir, à mon sens, en quoi Jihair est un citoyen reconnu depuis plus de trois mois (?) Bon évidemment, il est arrivée en 2017, donc ça commence à dater, bref trop plein d'inepties, enchainons ; Jihair est sans doute, et je pense pas trop me mouiller en disant cela, un nom qui résonne dans la plupart des têtes de joueurs qui ont pu le cotoyer sur MF. Arrivé en 2017, le JR_b a rejoint la Garde un peu plus tard, c'est comme ça que je l'ai connu personnellement. Armé d'un micro tout simplement dégueulasse (je suis d'ailleurs étonné qu'aucun de mes collègues n'en ai parlé), il s'est taillé bien vite une bonne réputation, autant "chez nous" que sur le serveur. Je me souviens qu'il a pas mal miné pour de nombreuses commandes ici et là, farmé pour la Garde et aidé de façon plus générale à beaucoup d'endroits et beaucoup de personnes. Tout ça pour dire, au final, qu'à mon sens, il remplit déjà parfaitement le premier critère que faisait observer l'impératrice. Tout chez Jihair tend à prouver un engagement certain envers les joueurs. Parlons de ses engagements au sein du WAM dont il a été l'un des pionniers et principal moteur (oui j'ai sorti l'argument du WAM), sont à mon sens l'une des plus belles démonstrations de ce que peut faire une communauté pour une communauté sur un serveur de jeu vidéo. Fort de ses talents qu'il met à contributions pour l'AAA notamment, c'est toujours un plaisir de voir de nouveaux accessoires (ne nous mentons pas, ils sont vraiment bien faits).

 

Tout ça pour dire au final, que Justin, c'est vraiment un bon gars. Eh oui, parce que je dresse un CV sérieux du joueur mais au final, Jihair c'est juste la définition même du bon boug', toujours enclin à mettre de bonne humeur, je dois bien avouer que c'est toujours un plaisir d'allumer Discord et de le voir connecté en vocal, on sait en général qu'on va bien rire. Pour l'anecdote c'est le premier joueur que j'ai croisé hors du jeu, ça commence à remonter mais les ravioles du resto étaient vraiment folles ce jour là.

 

Bien des choses et des attitudes résumées en ces quelques lignes, je pense de toute façon ne convaincre personne en disant qu'il le mérite son titre de Chevalerie, et à bien des égards c'est surtout le rang Noble qu'il mérite véritablement, soyons honnêtes =)

 

Bon courage pour cette candidature Justin, on se revoit au château des Empereurs o/

 

Thal'

 

Link to comment
Share on other sites

Salut o/


Retrouver mon mot de passe forum aura été le point le plus compliqué pour entamer ce plussoiement :')

Jihair est un joueur que je connais depuis quasiment ses débuts sur Minefield. A l'époque où c'était un pitchoune dans la communauté. Je l'ai vu évoluer sur le serveur et je l'ai soutenu dans la majorité de ses projets de près ou de loin. Et quel plaisir de le voir aujourd'hui déposer sa candidature pour rejoindre l'équipe des chevaliers !

Il est aujourd'hui le seul représentant actif de The Adventurer et c'est une fierté à mon niveau et également celui de Kolwako (Egalement porté disparu comme moi) de voir que l'enseigne existe encore aujourd'hui via Jihair ! Bien que je ne sois plus vraiment là aujourd'hui pour suivre ses aventures, je n'ai aucun doute sur la réussite de ce dernier. Et j'espère qu'à son tour il formera l'avenir de The Adventurer <3

Ce monsieur est également un joueur bien intégré dans la communauté notamment au travers du FH et son gigantesque univers qui couvre énormément du territoire Minefieldien. Il est dirigeant d'un chouette projet qui est Arcahelm (qu'il faudra que je repasse visiter un jour sans aucun doute)

Je n'ai aucun doute que Jihair incarnera cette nouvelle vague de Chevalier et j'espère bien être présent lors de son adoubement à l'Académie.


Cordialement,

Stalroc,
Chevalier de l'Empire

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir,

La voila enfin cette candidature!
ça mérite que je sorte de mon hibernation rien que pour voir ça.


J'ai le plaisir de te voir enfin postuler pour devenir un camarade défenseur de Minefield! 
C'est selon moi amplement mérité au vu de la quantité de travail que tu as fourni au serveur. 
Tu fait partie du cœur de Minefield actuel, non seulement par ton implication mais aussi ton rayonnement. 
C'est toujours avec joie que je partage des moments de jeu avec toi, aussi bien que des maxi tacos 3 viandes bien juteux sah.

 

Bref, Un minefieldien aussi investi que toi a largement sa place en temps que modèle de la communauté.

Puisse tu encore longtemps embellir notre serveur de cœur!

 

C'est ainsi, en ma qualité de Chevalier, que j'apporte mon soutient à notre Jihair pour nous rejoindre et porter fièrement les couleurs de Minefield (avec le bleu clair).

 

Amicalement,

Guillaume73

Link to comment
Share on other sites

Bonjour !

 

Bon je vais pas mentir je fais un prix de groupe aujourd'hui et comme dit sur la candidature de Dark, Jihair ainsi que tout les menbres de la Garde Volontaire sont tous méritant d'obtenir le titre de chevalier par leurs investissement respectif dans la vie du serveur, aujourd'hui quand je pense Minefield je pense à lui et à tous les membres de la Garde Volontaire qui font à mes yeux partie de l'âme du serveur, c'est indissociable à mes yeux

 

Bien que je sois très peu présent sur le serveur, mes rares passages me permette de constater la présence régulière de Jihair sur le serveur

 

Et comment ne pas encourager Jihair qui est mon partenaire d'exploration des Tréfonds à un stade ou confronter nos théories et interprétations folles des lieux ne fait que rivaliser avec nos combats contre le flots incessant de bestioles des différents paliers ( théories loufoques qui se sont pour la plupart avéré être vrai d'ailleurs )

 

Bref vous l'aurez compris c'est un grand +1 pour moi 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...