Jump to content

Stalroc

Minefieldien
  • Content Count

    2134
  • Joined

  • Last visited

About Stalroc

  • Rank

Profile Information

  • Localisation
    Simurgh
  • Pseudo minecraft
    Stalroc

Recent Profile Visitors

4890 profile views
  1. Wow wow wow ! La question ne se pose pas QCDARKILLQC possède en lui tout les prérequis pour devenir un très bon Villageois. C'est un joueur sérieux, motivé et très sympathique. Puis bon C'est drôle de voir un concurrent face à MrFalcar. (les Simurgheois comprendront la petite blague derrière ce message) Bref voici mon +1 à ce joueur de qualité. Stalroc, Roi de Simurgh Chevalier de l'Empire
  2. Salut et bienvenue sur le serveur draiko, Si tu as des questions ou besoin d'aides, n'hésites pas à venir à notre rencontre pour qu'on puisse t'aider. Tu suis quoi comme manga ? Bonne découverte du serveur. Stalroc
  3. Salut, On a revu le planning des évènements pour qu'un maximum de monde puisse participer. La majorité des events sont désormais à 21h. Je vous invite à aller voir le planning.
  4. Salut, Participation au Marché de Simurgh: Aventurier Nom du commerce : The Adventurer Commerçant : Stalroc Bon marché à tous.
  5. Salut et bienvenue sur le serveur Quiky o/ Si tu as des questions, que tu as besoin d'aides, que tu es perdu, n'hésites pas à me contacter. Je connais beaucoup de passionné de Basket sur Minefield. (Coucou @titi_montagnard) En tout cas soit le bienvenue parmi nous sur Minefield. A bientôt en jeu. Stalroc
  6. Yo, Bien que je t'ai répondu en vocal, je vais éclaircir le sujet pour tout le monde : En gros à travers cette extension et la naissance ses derniers mois du royaume de Simurgh, nous avons commencé à préparer la mise en place d'une armée chargée de la défense du Royaume : La Garde Royale de Simurgh. Un RP sera développé derrière, il y aura des grades, des titres de chevaliers, etc ... Cependant nous ne partirons pas dans l'extrême comme la Garde Volontaire avec les régiments d'infanteries, le 3eme peloton de cavalerie, ... Pour le moment peu d'informations vont être divulgué concernant le corps d'armée de Simurgh car on compte vraiment prendre nos temps pour développer tout ça. Ah et merci pour vos retours / soutiens. On compte accomplir énormément de projets avec cette extension, tout en rénovant constamment le projet initial.
  7. Bienvenue à toi, N'hésites pas à nous poser des questions si besoin. A bientôt en jeu.
  8. [Extension] Le Royaume de Simurgh et l’ordre du Lys d’Argent Bonjour et bienvenue sur notre nouvelle demande d’extension de Simurgh. Nous vous laissons découvrir dès à présent le plan de cette extension. Plan : I. Introduction II. Présentation de l’extension III. Le RP IV. Conclusion / Remerciement I. Introduction Suite à notre dernière demande d’extension, nous allons faire un petit tour des travaux accomplis sur cette dernière ainsi que les travaux qui ont vu le jour un peu partout sur le projet. C’est la demande d’extension qui nous a pris le plus de temps. (Nous faisions une extension par an avant). Pour commencer, l’extension du Comté de Willsburgh ainsi que de la forêt de Simurgh est une réussite. Tous les projets principaux sont présent, il reste quelques peaufinages à faire et l’installation d’un Easter Eggs que nous prenons le temps de discuter à mettre en place. La ville de Simurgh : Une rénovation totale de la ville a été engagé sur l’année 2019. Un seul quartier n’a pas encore vu de refonte (Le quartier Artistique). Cette amélioration du style architectural est la 4ème depuis la création de Simurgh (ou bien la 5ème j’ai des doutes). Le Château de Simurgh : Le méga projet qu’on a lancé sur l’année 2019. Ce château marque la création du Royaume de Simurgh. Bye bye la seigneurie. Le métro de la région Simurgheoise : Le deuxième plus gros projet de cette année avec la création d’une ligne de métro traversant tout Simurgh. Un gros GG à MrFalcar qui a très souvent fini ce qu’on a commençait. ^^ La rénovation de la campagne de Simurgh : Un projet lancé par Lyoriu sur l’ensemble de la campagne qui était assez simple par rapport à ce qui était produit sur Simurgh. Un gros GG pour son travail. Toujours la Campagne : Le Bourg Belette est achevé avec la pause du PNJ de Sasha et de Gobou le 1er Pomme’kémon 2019 a été une grosse année en termes de recrutement avec l’arrivée de : Shalaevar, LumLeBorgne, Balmir, FitchII, Félix_de_Félicis et Pinkza. (Gros GG à FitchII qui aura réussi à poster sa candidature après plusieurs mois de relance :p ) L’Official Simurgh Show : Le lancement d’une production humoristique sur Simurgh par Tancrede_F. Un travail de qualité félicitations à lui. Sans oublier tous les projets plus ou moins secret au sein de la ville et qu’on laisse aux joueurs la liberté de les découvrir par eux même. II. Présentation de l’extension L’extension va être divisé en trois parties : Nous n’en dévoilerons que deux sur les trois en screen. La 3ème étant une surprise à découvrir en jeu quand elle verra son arrivée en jeu. Plan général : 1. Le Monastère de l’Ordre du Lys d’Argent L’Ordre du Lys d’Argent est un murmure d’auberge, un on-dit des ruelles sombres de la capitale, une légende des villages égarés de tout centre important. Un tenancier d’une taverne parle de rumeurs à la table d’une auberge, le récit tremblotant d’un vieillard décharné jonche une table d’une bibliothèque , le chant d’un ménestrel à l’esprit déjà égaré chante un récit mystérieux. Malgré ces nombreux signes, impossible de trouver la moindre trace officielle de l'existence de ce groupe. On parle d’êtres incapables de mourir, dotés de pouvoirs dépassant l’imagination, capables de commander aux nuages, de murmurer au vent, de faire rugir le sol et de faire pleuvoir le feu, d’un simple petit murmure. Des témoignages racontent les avoir vu affronter les ténèbres les plus obscures et en sortir triomphants. Et surtout… il se murmure qu’ils connaissent les secrets les plus beaux et les plus terribles de ce monde. En dépit des considérables racontars d’ivrogne de taverne, il est laborieux de trouver une description exacte du Monastère du Lys vu le peu de personnes ayant traversé le voile des apparences pour contempler l’architecture quasi éthéré de ce bâtiment millénaire. Seul une poignée de croquis peu précis dépeignent ce lieux: 2. Le village balnéaire de Valensburgh Chacune de nos extensions au fur et à mesure des années nous ont permis d'y apporter un peu plus de richesse à notre histoire. Depuis la Campagne de Simurgh avec le Bourg-Belette ou bien actuellement le Comté de Willsburgh, nous avons su à chaque fois être présent pour créer un espace plus vivant que jamais. Aujourd'hui, nous venons vous présenter le village balnéaire de Valensburgh : Ce petit village constitué de quelques maisons sera un village reculé dans la région Simurgheoise. Nous avons voulu faire un espace de repos et de tourisme pour les habitants de la région et de Minefield en entier : l'idée est d'y apportet un peu de dépaysement aux habitants afin de pouvoir revenir plus en forme en ville. Initialement prévu comme un projet Club de vacances type Club Med : la création du village fut au final le meilleur compromis possible afin d'y avoir un espace RP vivant et sympathique. Malgré la proximité de cette espace balnéaire avec le Monastère de l'Ordre du Lys d'argent, les habitants de la station ne sont que très peu méfiants de cette structure dominant la montagne contrairement aux habitants de la ville se posant énormément de questions envers cette espace d'enseignement d'arts mystiques. Le village de Valensburgh sera composé de quelques maisons, de quelques petits restaurants et d'une boutique de vente de serviettes de plages afin d'intensifier l'idée des vacances. Contrairement à l'image fourni, le village sera construit sur la génération actuelle de l'espace. Il se peut que l'architecture évolue entre le post de la demande d'extension et la release en jeu. 3. Le Fort Militaire Il est temps de faire une annonce de qualité pour annoncer ce fort Militaire. Simurgh, après de nombreuses années, a décidé de s'associer aux Traqueurs de l'ombre afin d'avoir une vraie et puissante force militaire. Cette association n'aurait jamais vu le jour sans la forte collaboration avec Titi_montagnard et FitchII. Ce projet ne sera donc pas dévoiler. C'est une démarche que nous faisons à chaque extension afin de garder un effet de surprise envers la communauté. Voici cependant quelques informations techniques concernant ce fort : Il sera situé sur l'unique île présente sur l'extension. Ce fort sera à but défensif. La protection du Royaume de Simurgh est la mission principale de ses militaires. La naissance de ce corps armée s'étendra au fur et à mesure sur Simurgh. Cependant nous n'avons pas l'intention de créer une force militaire tel que celle du FH. Le partenariat Simurgh x Traqueurs de l'Ombre offre une présence et une protection totale aux membres des Traqueurs de l'Ombre … qui sont déjà pour la plupart déjà Simurgheois. Un commandant sera désigné lors de sa construction. Naissance du corps d’armée de la Garde Royale 4. Terraforming et Aménagement du territoire. Le territoire demandé étant assez conséquent, il y aura un gros travail de terraforming, aménagement de routes ainsi que des emplacements pour installer des maisons de joueurs. Il y aura des petites charrettes sur les routes, une petite auberge de route afin que des voyageurs puissent se reposer. Une ligne de métro Willsburgh ⇔ Station Balnéaire de Valensburgh sera mis en place. Aucun plan ne sera vraiment donné pour cette section car nous comptons tout simplement prolonger ce que nous faisons déjà dans la région de Simurgh. Cependant il y aura une seule structure : Le comptoir Commercial des Artisans Simurgheois qui sera tout simplement l’implantation de notre parcelle Ambassade sur la région Simurgheoise. Je vous fournis quand même un exemple de ce que ressemble nos campagnes et nos forêts en jeu : Accord des projets : Arcande : Thelos : Elryss : Les joueurs présents dans la zone seront contactés et des discussions seront lancés pour savoir l'avenir de leur maison dans la région. III. RP : Partie 1 : Thybaut gisait au sol. Son corps tout entier le brûlait, et la douleur le portait au bord d’une inconscience aussi mortelle que salutaire, mais son esprit brouillé tentait de reconstruire le flot d’une suite de pensées logiques. Tout d’abord, il était, pour le moment, bien vivant. Un rapide inventaire mental de son corps lui indiqua qu’il était encore en un morceau. Prenant soin de ne pas bouger d’un pouce, il fit jouer prudemment ses muscles, tentant de comprendre son état et arriva à l’évidente conclusion: il avait fait une chute suffisamment violente pour déchirer une bonne part de sa tunique et écorcher son corps en profondeur. Des taches sanguinolentes teintaient déjà son torse, ses jambes, ses bras, et le liquide épais dégoulinait également de son crâne rasé. Un sourire en coin, le jeune homme eu la joyeuse surprise de constater que son visage avait été épargné. Son nez trônait toujours au centre de sa figure et sa barbe flamboyante, bien que désormais incrustée de terre et de petits cailloux, demeurait intact Ses yeux étaient également fonctionnels, bien que pour le moment la violence du choc l’ait sonné, déformant encore sa vision, brouillant les contours de ses environs. La douleur était particulièrement vive dans son poignet gauche. Pariant sur la bonne santé de ses vertèbres, il inclina légèrement la tête pour tenter de regarder son bras. Celui-ci était gonflé. L’os n’avait pas l’air brisé, mais il avait dû se tordre méchamment pour provoquer une pareille réaction. Il ne pourrait pas compter sur ce membre-ci pour le reste de son voyage. Peu à peu, sa vue lui revenait, et les souvenirs affluaient également. L’Ordre du Lys d’argent. Monastère dissimulé par les nuages, là où il avait passé son enfance, adolescence et de ses années d’adulte. Élevé par ses frères et soeur de l’Ordre et suivant à la lettre les règlements instaurés par les hauts gradés, il avait longtemps rejeté le reste du monde qui baignait sous l’éclat corrupteur de l’astre solaire. C’était dans le monastère qu’il avait appris à marcher, à parler, à écrire Le souvenir du sons de ses pas lorsque, jeune enfant, il courait sur les arches de bois, au-dessus du grand hall principal, appelé Sh'Hall'A, avec ses amis. Suspendus à près de d’une vingtaine du sol, il dévoraient des yeux l’activité grouillante des adultes, qui oeuvrait à peaufiner leur étude des secrets du monde. La cacophonie de ces recherches s’élevait sous la voûte de bois de Sh'Hall'A, assourdissant les oreilles du jeune Thybaut et de ses camarades, mais pour eux, ce spectacle résonnait comme une symphonie divine, provenant du sanctuaire qui veillait sur eux, Ses enfants. Thybaut gisait toujours au sol. La douleur transperçait son corps. Quelque chose le poussait à se relever, à se dépécher, mais il n’était pour l’instant envisageable pour le jeune homme d’effectuer le moindre mouvement, Il fallait qu’il se hâte, pour une obscure raison, mais incapable de mettre le doigt dessus, il restait au sol, dans le flot délirant de ses souvenirs usés. Il y avait eu ce moment où il avait été autorisé à marcher aux côtés de ses pairs dans le Sh'Hall'A. Lui et ses amis, devenus adultes et ayant eux même commencés leurs propre études, attendaient ce jour où ils pourraient se mêler à la folie grouillante de leur Ordre avec autant d’excitation et d’appréhension que le jour de leur gradation. Ils s’étaient avancés ensemble dans l’allée centrale, entre les petits groupes d’individus qui étaient répartie ça et là dans le Sh'Hall'A, et s’étaient jetés ensemble dans le torrent des activités quotidiennes. Cependant, Thybaut, lui, n’avait pas bougé. Figé au milieu de la foule, tout n’était autour de lui que bruit et disharmonie. L’unité qu’il avait cru percevoir des sommets de la salle durant toute son enfance avait disparu. Ce n’était plus qu’un flot brouillat coulant dans une même direction, c’était un chaudron de fange qui mijotait sur lui-même dans un bloblotement révulsants. Les odeurs le prenaient à la gorge, la chaleur l’étouffait, le bruit vrillait son crâne comme autant de coup de hache sur une bûche. Il avait envie de vomir. Chaque pas lui coûtait, portant son coeur au bord de ses lèvres, troublant sa vue déformée par l’éclat éblouissant de la lumière des sorts magiques des Membres de l’Ordre. Thybaut chercha à se redresser, lentement. Il ne pouvait pas rester étendu là. Le froid mordait sa peau, et il perdait du sang. Déchirant des bandes de sa cape, à l’aide de ses dents et de son bras valide, il vint bander sommairement ses plaies, lentement, une à une. Serrant les dents sous la douleur, il comprima et immobilisa son poignet gonflé sous des bandages de fortune, fermement tenus ensemble par sa ceinture. Son esprit semblait toujours étrangement détaché de ce qu’il était en train de lui arriver, noyant sa conscience dans les méandres de sa mémoire. Il n’avait pas osé raconter cela. Nulle part il n’était fait mention d’un ressortissant du Lys qui n’aurait pas réussi à se fondre dans le Sh'Hall'A. Chaque cycle qu’il passait dans le monastère lui semblait de plus en plus dénué de sens. Il ne parvenait plus à se réveiller, ni à se coucher, avec les autres. Il travaillait mal, à contretemps. Ses mauvais résultats n’allait pas tarder à se faire remarquer s’il ne se reprenait pas en main. Il était pourtant plutôt talentueux, mais il ne parvenait plus à se satisfaire des fragrances et saveurs qui l’entouraient. Son esprit ne cessait de l’enivrer d’hallucinations qu’il ne parvenait pas à expliquer. Il percevait des courant d’air inexistants qui faisaient frissonner tout son corps. Il rêvait de paysages où les cavernes se mouaient en étendues herbeuses, où la roche laissait place au sable, où les lacs bougeaient d’eux-mêmes et où leur surface s’étendait si loin qu’on n’en distinguait jamais le bout. Fièvreux, il rejoignit les archives du monastère. Il n’était pas concevable qu’aucun membre de l’Ordre n’ai jamais, par le passé, souffert de pareils maux et d’hallucinations aussi insensées. Prenant son courage à deux mains, Thybaut interrogea les archivistes, un à un, mais tous le regardaient avec de grands yeux dorés, lui suggérant d’aller se reposer et de ne pas parler de ses folies. Désespéré, il finit par se laisser sombrer, assis, entre deux rayonnages immenses. Prenant sa tête entre ses mains, Thybaut sentait bien que sa raison lui échappait. Les images s’imprimaient dans sa tête comme un marteau forgeait le métal, tordant sa conscience avec violence. Un puissant courant d’air inexistant balaya la bibliothèques, glaçant le jeune homme jusqu’aux os, sans pour autant soulever la moindre poussière. Il était fou. Il contemplait en face de lui l’abîme sans fond de l’incompréhensible, et sentait lentement sa conscience y sombrer. Un choc sur la tête, suivi d’un bruit sourd à ses côtés, le ramena tant bien que mal à la réalité. Un petit carnet de cuir gisait contre son pied droit, probablement tombé d’un rayonage. À l’intérieur, des pages jaunies par le temps présentaient des croquis aux couleurs délavées. L’homme s’en saisit machinalement. À l’intérieur, un nombre incroyable d’aquarelles à demi effacées occupaient chaque page. Ils étaients là, ils étaient tous là, ces paysages qui le hantaient. Les déserts brûlants, les océans sans fins, les falaises qui s’y précipitaient, les forêts grouillantes, les formes des nuages, les ciels nocturnes… Et tant de choses encore. Thybaut tremblait de tout son corps, des larmes brouillaient ses yeux qu’il dégageait avec acharnement, dégoulinant sur ses joues à grosses gouttes. Il n’était pas fou. Ou du moins, il n’était pas seul. D’où provenait ce carnet ? Pourquoi était-il tombé Était-ce le fruit du hasard, ou celui d’un destin plus grand, plus vaste ? Serrant l’objet contre son coeur, Thybaut s’était mis à courir, courir, courir, à travers les couloirs du monastère, toujours plus haut. Son coeur battait à tout rompre, ses poumons étaient en feu, et pourtant il continuait de courir, porté par le vent invisible qui soufflait dans son dos, et le poussait, d’escalier en escalier, toujours plus haut. Les couloirs se succédaient tandis qu’il s’aventurait vers les supérieurs du monastère. Il n’était pas sensé être là. Seuls les maîtres et les sages avaient le droit de se trouver ici, par dessus les murailles du monastère, par dessus les brumes infinis qui entouraient les bâtiments de l’Ordre du Lys. Il courait sans s’arrêter, porter par le vent, enivré par le goût métallique qui avait envahit sa bouche, le regard fou les mains crispées sur le petit carnet qu’il plaquait contre lui comme le plus précieux des trésors. On le hélait, on lui ordonnait de s’arrêter, mais il n’entendait rien qui faisait sens. Rien, sauf le vent. Bientôt, une troupe de maître de l’Ordre le prit en chasses. Il franchissait les bornes. S’il allait plus loin, les conséquences seraient impardonnablement sévères. Mais à ce moment, rien de tout cela n’avait plus d’importance. Sans hésiter, Thybaut s’engouffra dans une série de passages oubliés, des portes dissimulées qu’il franchissait sans hésitation, comme si quelqu’un lui murmurait leur présence,. Il courait, courait, courait. Le toit du monastère était là, plus quelques pas sur l’ardoise glissante.... La chute avait été longue et douloureuses. Il avait rebondit et glissé à plusieurs reprises sur l’ardoise tranchante qui avait déchiré ses vêtements et écorché son corps, avant de finalement s’étaler de tout son long sur la roche, en bas de l’immense falaise où était installé le monastère de l’Ordre. Thybaut se releva douloureusement. Le corps usé, les vêtements en lambeaux, serrant contre lui entre ses doigts froids et crispés le petit carnet aux aquarelles, il jeta un dernier regard à la montagne qui abritait le monastère, puis lui tourna le dos. Sous un ciel noir comme l’ébène, piqueté de milliers d’étoiles aussi éclatantes que des diamants brisés, la nuit se penchait sur le jeune homme l’observant de sa face blanche éclatante. Les yeux de Thybaut brillaient d’une satisfaction émerveillée, son corps respirait au rythme du vent qui balayait ce monde nouveau qui s’offrait à lui. Il se mit en en marche, vers les lumières à l’horizon, un village sans doute, alors que la brume infinie se dissipait doucement, pour la première fois depuis la création de l’Ordre. Exposant le sommet de la montagne et le monastère à la vue de tous. Partie 2 : Même si la douleur lui perforait les côtes, il ne pouvait s’empêcher d’avancer à la découverte d’un nouveau monde qui lui paraissait si loin et si proche à la fois de là où il avait grandi. Sa première interaction avec un être vivant fût avec un écureuil qui déguerpit au moment où leurs regards se croisèrent. Mais pas le temps pour lui de lui courir après, de toutes façons, ses jambes ne l’auraient pas tenues suffisamment longtemps et ces lumières qui l’intriguaient n’étaient plus si loins. Une fois suffisamment proche, il put se rendre compte du nombre de maison mais surtout de l'architecture totalement inconnue à sa connaissance. Il voulait en savoir plus sur ce nouveau monde mais une dernière épreuve l’attendait, celle d‘un cour d’eau. Ayant grandi à l’abri derrière les murs de l’Ordre du Lys, il n’avait jamais vu une telle quantitée d’eau. Il se demandait bien d’où pouvait elle bien venir toute cette eau mais pour l’instant, elle lui barrait la route. L’endroit était si calme, la faune était encore assoupie et même la rivière ne faisait qu’un vague bruit de fond. Insouciant, le courant ne l’impressionnait pas et à peine avait-il l’eau aux genoux qu’il perdit l’équilibre et glissa sur quelques mètres par manque de force. Même si la rivière n’était pas très large, le pauvre homme n’ayant pas appris à nager, il ne pouvait que péniblement ramper de rocher en rocher jusqu’à l’autre rive. Ce bain forcé avait au moins eu l'avantage de l’avoir débarbouillé de ses précédentes aventures même si la douleur froide, elle, était toujours persistante. Malgré ces derniers tumultes, il était enfin arrivé au milieu des habitations et resta quelques instants à admirer les lieux. L’éclairage urbain rendait la voûte céleste difficile à observer et le nombre de maison semblable à une forêt émerveillait le jeune homme. Dans son admiration des lieux, il ne regarda pas devant lui et buta dans une caisse de l’étale avoisinante. Cette inattention arriva jusqu’aux oreilles du commerçant endormi qui se réveilla en sursaut. Il pensait au début à un voleur pas des plus habile mais se rendit vite compte qu’il ne s'agissait que d’une âme égarée qui s’émerveillait du moindre événement à proximité d’elle comme un chat pourchassant une sourit, le passage d’un papillon de nuit ou encore un homme le fixant par une fenêtre depuis l'intérieur de sa maison. Il dû sortir de chez lui muni d’une lanterne pour se rendre compte que l’homme était non seulement trempe mais aussi éraflé sur le corps tout entier avec de surcroît, une toge en bien mauvais état. Le commerçant s'avança vers lui, le pas hésitant. Même si le jeune homme ne semblait pas agressif, il était tellement en décalage avec le reste du monde que cela rendait ce dernier inquiétant. L’habitant des lieux engagea la conversation avec un simple “bonsoir” qui ne reçut d'abord aucune réponse, puis un simple regard montrant qu’il avait entendu mais qu’il était trop préoccuper à admirer les alentours. Il lui demanda s’il cherchait quelqu’un ou quelque chose mais tout ce qu’il obtint comme réponse fut “Y a-t-il quelque chose après ce village?”. Cette question laissa le riverain sans voix. Après cette question qui sonnait comme un coup de tonnerre, une question lui vint. Mais d’où venez vous? Le jeune homme se retourna et pointa du doigt le haut de la montagne. Le commerçant écarquilla ses yeux et devint tout aussi pâle que la mort à la vue des hauteurs. Un immense bâtiment venait d'apparaître pendant la nuit au sommet de la montagne voisine. Une sueur froide lui parcourut l’échine, ses jambes le tenaient tout juste et sa vision devenait flou. Il avait toujours vécu là sans n’avoir jamais rien vu à ce sommet et pourtant ce bâtiment était là comme si il l’avait toujours était. Après quelques secondes à fixer la structure pour vérifier quelle était bien réelle. Il attrapa le jeune homme et tous deux se mirent en route vers l’habitation du dirigeant local, le comte de Willsburgh. Même si lui même était d’un âge avancé et la personne qu’il traînait était en mauvaise état, ils avançaient tous deux d’un pas rapide entre les différents points d’eau et les ombres des maisons créées par la lune. Une fois à porté de la grande maison du comte, leur chemin fut barré par un garde posté devant l’entré. Il leur hurla de s'arrêter et de présenter la raison de leurs venu. Après cette course effrénée, la seule chose qui sortie de la bouche du garde fut des bafouillements incompréhensibles. Alors plus que des mots, il se retourna et pointa du doigt les hauteurs où se trouvaient le mystérieux bâtiment. Le garde pâli à la vue de ce nouveau paysage. Pendant qu’il ouvrait la porte de la résidence, une nouvelle injonction jaillit du garde : “Suivez moi !” Le garde informa les deux hommes qu’ils allaient raconter directement au Comte ce qu’ils avaient vus après que lui même est expliqué la situation. Le garde frappa à la porte avec empressement puis entra dans les appartements du comte. Le dirigeant des lieux était là, debout devant la fenètre donnant sur la montagne en question. Le garde encore essoufflé de sa course jusqu'à cet étage s’écria: “Monsieur! Nous avons un probl…” “Oui, je sais déjà. Amenez les à mon salon, nous devons discuter.” Dit le comte sur un ton sûr de lui. Le dirigeant des lieux avait été réveillé par les injonctions lancées par le garde à la porte de son domaine. Mais au moment où il avait ouvert les yeux, une étrange pénombre imprégnait la pièce alors que la lune devait pourtant être visible. Pour en avoir le coeur net, il se leva et fit face au bâtiment, posé devant la trajectoire des faisceaux lumineux provenants de la lune. Même si le premier sentiment qui lui vint fut la stupeur, il ne se laissa pas impressionner. Quand les deux hommes accompagnés du garde déboulairent dans la chambre, il prit les devants sans céder à la panique. Après une brève discussion où le Comte comprit ce qu’il c’était passé sous leurs yeux depuis si longtemps, il décida de monter une expédition vers les hauteurs pour ne plus être spectateur des événements mais bien prendre les devants. Au petit matin, une petite équipe située aux pieds du lit de la rivière composée sur le tas était parée au départ. Elle était composée d’une poignée de gardes locaux, un explorateur que l’on a dépêché depuis Simurgh ainsi que le Comte qui tenait à être présent. Partie 3 : Même si la montée était difficile du simple fait de l’absence de chemin d'accès, ils finirent par atteindre les hauteurs. Aux frontières des nuages, une façade essentiellement faite de bois parsemée de vitraux finements ouvragés paraissait évidemment beaucoup plus réel une fois aux pieds de cette dernière. Le comte ne put s'empêcher de poser la main sur cet édifice pour confirmer son existence. Un frémissement parcourut la pierre ainsi que son avant bras. Une chose était sûre pour lui, une magie puissante habitait les lieux. Le reste des troupes hormis l’explorateur était à bout de souffle. Le jeune homme à peine sorti de l’académie était incapable de retenir son excitation à la vue de cette grande inconnue et griffonnait frénétiquement des schémas et notes sur un calepin emporté pour l’occasion. Malheureusement une façade sans entrée leurs faisait face et le comte rejeta l’idée d’une entrée en brisant un vitrail. Il opta pour rechercher une entrée en longeant les falaises. Ils ne risquèrent pas leurs vies bien longtemps en bordure de falaise car rapidement, une arche d’entrée se dessina au passage d’un pan de mur. Le comte accéléra le pas en direction de l’ouverture ignorant les consignes de sécuritées promulguées par le garde resté derrière lui et ralenti par son armure intégrale. Mais arrivé au seuil de la porte, une force étrange le repoussa d’un pas en arrière et un champ de force de couleur octarine l’enserra rapidement. Identifiez-vous,voyageurs ! Demanda une jeune elfe d’un ton inquisiteur, apparaissant au seuil de la porte, visiblement en position de combat, les yeux clos et les poignets entouré de cercles runiques violacé. Les soldats dégainèrent immédiatement leurs armes au clairs et entamèrent une charge vers la menace mais furent vite stoppés net par le poing levé vers le ciel du Comte. Même si leur première action fut de l’emprisonner, il voulut quand même tenter une approche diplomatique. La jeune femme campait sur ses positions en maintenant son sort actif tandis que les gardes, totalements immobiles ne la quittaient pas des yeux. Un statu quo venait tant bien que mal de s’imposer par lui même et un climat favorable aux dialogues était désormais d’actualité. Alors le Comte ne se laissa pas prier et prit la parole en direction de la jeune elfe. Je suis le dirigeant de la petite ville voisine. Aucune carte ne faisait référence à ce lieu. Par conséquent, nous souhaiterions entrer en contact avec votre chef en vu de cohabiter. Il resta sur un ton sûr de lui malgré le stress dû à la captivité. La jeune elfe écouta avec attention chacun des mots de l’homme devant elle et après quelques secondes de silence elle répondit : Vous l’avez devant les yeux, petit homme. Je vous recommande d’ordonner à vos hommes de déposer leurs armes, sans quoi vous risquez une chute de plusieurs mètres, jusqu’en contrebas de la falaise. Toujours sous l’emprise du sort, l’homme politique ordonna à ses hommes de laisser tomber sur arme au sol. Lorsque la dernière lance toucha le sol, le champ de force ainsi que les cercles runiques estompèrent simultanément, libérant le Comte. Un petit sourire narquois accroché aux lèvres, l’Elfe à la tenue pourpre laissa siffler entre ses dents quelques brefs mots: Suivez moi sans traîner. Suite à cette démonstration de force et malgré une première rencontre mouvementée, le petit groupe d’homme s'engouffra dans l’énorme bâtiment, suivant l’elfe à la chevelure de flamme de très près. Sur leur passage, toute activité cessait. Les membres du Lys restaient immobiles, dévisageant les inconnus tout au long de leur progression dans la cour intérieure. Après ce qu’il leur a semblé être une éternité, les soldats finirent par entrer dans l’aile principale du bâtiment. Là encore, les sorciers de l’Ordre s’arrêtaient aux passages du groupe, comme s'ils cherchaient à cacher leurs activités face à des étrangers. La jeune Elfe expliqua rapidement que les étages supérieurs du monastère ainsi qu’une partie des ailes secondaires de la forteresse étaient strictement réservés aux Apprentis et Membres de l’Ordre. Les derniers étages étaient eux aussi réservés et occupés par les dirigeants. C’est au détour d’un couloir que les doutes du Comte s’estompa. Il pu remarquer très brièvement un groupe de personnes, entourés de nombreux, très nombreux cercles runiques orangés. Le sol sur lequel se tenait les hommes étaients parcouru de veinule d’énergie dégageant une couleur jaunâtre, se regroupant en un point central, là où se trouvait une créature sortie tout droit d’un monde cauchemardesque. Tout le monde dans la région avaient entendu parler des choses qui emplissent l’atmosphère une fois dans l’étreinte glaciale des langues opaques et ternes qui ont envahit le sommet de la montagne. Les contes, les légendes, les récits, les racontards abondent au sujet des formes indescriptibles qui se découpent dans la pénombre et tortillent leurs membres contre-nature à la lisière de la perception des vivants. Ces histoires, tous ici les connaissent. On leur a raconté que l’air pouvait s’emplir d’une pourriture telle que les poumons se décomposaient. On leur a dit que les animaux qui n’avaient pas été tués par la Brume n’avaient plus rien de reconnaissables, et rampaient en gémissant ou en hurlant à travers la lande désolée où des arbres sans feuilles tendaient leurs branches blanchies et agonisantes, comme autant d’ossements privés de sépultures. On les a prévenu qu’à chaque inspiration, ils avaleraient ce mal gris, humide et froid, et qu’ils le sentiraient grandir en eux, plonger ses racines dans leur coeur, leurs veines, leurs os, et qu’ils se dissolveraient dans la Brume comme du sel dans la mer. Le Comte avait devant lui la preuve que ces histoires n’étaient finalement pas si imaginaire qu’il le pensait lors de l’escalade de la falaise. L’ensorceleuse aux oreilles pointues s’arrêta l’espace d’un moment, plongea son regard vert émeraude dans les yeux du Comte et afficha un mince sourire en coin, sachant pertinemment ce que l’homme avait vu. Le teint pâle de l’homme politique ne ment pas, il est totalement terrifié. Cette révélation pesait sur le moral du Comte lors des échanges verbaux suivants avec la jeune Elfe. Il prit conscience de la lourde tâche que cette Ordre mystique accomplissait dans le plus grand secret depuis des centaines d’années. Ainsi, malgré des points de vues divergents sur certains points, la discussion aboutit à un accord politique. En échange d’une paix avec les habitants de la région ainsi que l’influence de la châtellerie Simurgeoise sur les terres aux alentours de la montagne, l’Ordre du Lys gardait sa totale indépendance, le monopole sur la montagne où se trouvait cette dernière et continuera à protéger la région des engeances qui se terraient dans les ombres et la brume. Même si cela ne rentrait pas dans l’accord, l’ordre du Lys accepta de commercer à l’occasion avec les commerçants du coin ainsi que de rester en contact avec les autorités Simurgeoises. Une fois l’envoyé de Simurgh de retour dans sa ville, il fit un rapport à la main du Roi qui, après s’être concerté avec le reste des hautes instances de Simurgh fit débuter des travaux dans les voisinage du monastère soudainement apparu. Suite à la progression des bandits dans les campagnes du pays mais aussi du nombres de bateaux grandissants dans les alentours mais surtout l’apparition de cette nouvelle force armée poussa la chatellerie à lancer la construction d’un fort maritime pour réguler les allés et venues dans le secteur ainsi que diminuer l'influence des bandits dans les campagnes. De plus, le permis de construction de résidences non loin du fort fut déposé pour permettre un pied à terre ainsi que faciliter le débarquement des gardes ainsi que des civils. IV. Conclusion Je prends la parole ici (Stalroc) pour remercier principalement toute l'équipe de Simurgh. C'est un plaisir de passer du temps avec vous tous et on est une très grande bande de pote. C'est un plaisir de jouer avec vous au quotidien. D'ailleurs voici un petit screen avec la majorité d'entre vous : Je tiens également à remercier toutes les personnes qui nous suivent depuis maintenant des années et qui nous ont soutenu dans nos différentes extensions, projets, constructions de tout genre et également en nous aidant à travers des dons, des conseils, du partage de connaissance. Un grand merci à toutes les personnes qui ont contribué de prêt ou de loin à l'essor de Simurgh. Un merci à la communauté de Minefield en général car vous êtes un moteur, une inspiration qui nous permet d'améliorer notre projet.
  9. @glandudu68 Fait ! @ArthurB Fait ! Bonne construction o/
  10. Encore bienvenue sur le serveur. Shala' m'a dis qu'on te prenait en charge, du coup je t'ai dis à très vite en jeu. Stalroc, Roi de Simurgh
  11. Salut, j'annonce que le concours de construction est officiellement ouvert. @glandudu68 Je t'ajoute sur ta parcelle dès que je rentre du boulot. Bonne construction à tous o/
  12. Salut, Merci pour le communiqué. Ça fait plaisir de voir que le serveur recommence à avoir de bons petits pics d'activités. Gros GG pour le palier 4. Hâte de voir ça en jeu.
  13. @Gibbon_Boy je viens de voir la référence aux Gras Bâtards x) j'ai bien ri. Sinon @Gibbon_Boy et @Jihair je vous ai affecté vos parcelles constructions. Un PNJ au spawn de Freefield vous téléportera directement au lieu du concours. J'ai laissé un panneau sur vos îles avec vos pseudos Pour tout les autres joueurs, n'hésitez pas à vous inscrire aux concours de construction de Simurgh ... y'a de la thunasse à gagner o/ J'ai affecté Lyoriu, titi_montagnard, MrFalcar et Shalaevar sur toutes les parcelles ils pourront vous ajouter sur des parcelles concours
  14. Salut, y'a le groupe Stalroc et MrFalcar aussi.
  15. Yo, Il y a encore pas mal de place de disponible pour le concours de construction. Vous serez tous ajouté dessus à partir du dimanche 9 février. Même chose pour le marché vous serez tous ajouté à partir du dimanche 16 février.
×
×
  • Create New...