Jump to content
Ghideon

[accepté] Ghideon - Candidature à la citoyenneté

Recommended Posts

f86d4e21b0cae872557aa0489d0c421e.png

 

 

 

 

Bien le bonjour,

 

Après moult harcèlements et menaces de Pencroff, je viens aujourd'hui pour candidater au grade de citoyen de l'Empire Stendelien; je vous souhaite donc une bonne lecture ! :)

 

 

 

ecb3686676428eabb59fb2dbda99b089.png

 

 

  Faisons donc les présentations. Déjà, je me nomme Ghislain et j'ai l'âge de 15 ans, bien que je marche vers les 16 (dans 5 jours héhé !). Je suis actuellement en seconde générale&technologique, section européenne, et aimerais ensuite me diriger vers une première scientifique Sciences de l'Ingénieur, pour pouvoir plus tard intégrer une école d'ingénieur. Justement, je me suis dernièrement penché sur la programmation, me lançant dans le C avec l'aide d'un guide très clair sur internet, puisqu'il s'agit d'un domaine qui m'intéresse. Beaucoup l'auront remarqué en discutant sur mumble avec moi, je vis en Bretagne, prêt de Rennes, et ne suis pas peu fier de ma région. Aujourd'hui, mes centres d'intérêt se basent sur le karaté, art martial où je suis ceinture marron, et pourrai bientôt me lancer dans le concours pour devenir ceinture noire ! Mais je suis aussi très centré sur le monde des jeux-vidéos. Bien que je joue principalement sur Minefield, j'ai un intérêt particulier pour les jeux de stratégie, tels que Civilisation (je joue au V ainsi qu'à Beyond Earth, et compte me lancer dans le VI), Age of Empire, Heroes Might and Magic, Total war, Warcraft (Reign of Chaos et Frozen Throne), Planet Base. Il m'arrive tout de même de jouer à d'autres jeux, comme Elite Dangerous, The Witcher III, Skyrim, Star Wars Battlefront (le nouveau 1, et l'ancien 2),  etc ... Surtout des jeux Médiéval  fantastique ou de science  fiction en gros.

 

Que dire de plus ? Je suis aussi un très grand fan de l'univers de Star Wars (les films, les livres, ainsi que les histoires et jeux en parallèle) et de Tolkien, écrivain pour lequel j'ai le plus grand respect et dont j'adore les livres (Cf Seigneur des Anneaux) et l'ambiance qui s'en dégage. Pour finir, je suis à fond sur Doctor Who, une série des plus originales que je conseille à toute personne qui aime la science fiction déjantée et Game of Thrones, série médiéval fantastique juste géniale.

 

 

 

1c36f182c3ed7f7a05d3faac9d8887d2.png

561d40c4c1004bba2a3ed24d8fbfcfd1.png

 

 

  In-game, j'incarne le personnage de Ghideon Zorn, jeune homme ayant rejoint la Garde Volontaire en tant que soldat, et aujourd'hui général de toute la partie terrestre de celle-ci, c'est à dire Fort Herobrine, Terre-Morne, et les forteresses stationnées (ou plutôt qui seront stationnées) à Tolwhig.  Ghideon est une personne plus que curieuse sur le monde qui l'entoure, sans doute lié au fait qu'il n'est pas d'origine Stendelienne, mais plutôt d'une contrée située bien plus au Sud. Ses connaissances (notamment sur la magie, et les arts de la guerre (maniement de multiples armes, et stratégies militaires en tout genre)) le mèneront à devenir sage et respecté, malgré la hardiesse de son jeune âge. En partie renfermé sur lui même, il passe les trois quarts de son temps au Fort Herobrine, surveillant les nombreux chantiers qui s'y déroulent, ou isolé dans son bureau pour écrire ou signer des documents, réservant le dernier quart à son boulot de Garde : assurer la sécurité de l'Empire au cours de mille et une missions et expéditions.

 

Outre son tempérament de Garde, Ghideon est aussi quelqu'un de très cultivé, se passionnant pour l'histoire impériale et les régions qu'abrite l'Empire. Il ne serait pas rare, par exemple, de le croiser entouré d'une vingtaine de livres, plongé sur l'étude de la guerre entre le Nivem et l'Empire.

 

Si quelques adjectifs devaient décrire mon personnage, je le qualifierais d'intrépide, cultivé, hardi et déterminé.

 

 


ade2d5713039436d50bbd6e2a9fd004e.png

2f7893b4faa8fcaa5f14ad1302a405ab.png

 

 

  La question pour toute candidature, pourquoi ? Et bien, tout d'abord, le grade de citoyen m'intéresse principalement pour le métier. Et non pas les crafts que cela peut offrir, surtout le rp qui se dégage autour du métier choisi. Le métier de citoyen que l'on choisit, peut en effet correspondre à un "loisir" du personnage, ou quelque chose en rapport avec sa vie de tous les jours. Dans mon cas, Ghideon ayant acquis de nombreuses connaissances magiques, le métier d'enchanteur lui conviendrait parfaitement. Il lui élargirait tout d'abord sa palette de pouvoirs, mais surtout lui donnerait la possibilité d'être officiellement reconnu comme mage (l'enchantement étant une sorte de magie), et pouvoir apprendre lui-même à créer ses objets magiques, tels que les sceptres. Il y a aussi la couleur. Et je ne parle pas ici d'une question de goût sur est-ce que le cyan est beau ou pas, mais plutôt d'une question de symbole. La couleur cyan, c'est la couleur du citoyen, joueur bien ancré dans la vie minefieldienne. Ce n'est pas forcément ma façon de penser, et il existe des exceptions, mais il est vrai que le grade de citoyen, et donc sa couleur, sont marque d'ancienneté et de stabilité sur le serveur, et donc offrent une certaine "crédibilité". Vient également la possibilité d'acheter une parcelle. Encore une fois, ici, la parcelle ne m'intéresse pas réellement pour l'avantage de pouvoir y stocker des choses mais plutôt pour le rp, d'avoir une jolie petite maison en capitale, lieu de vie du citadin, dans laquelle l'on entrepose sa plus belle armure, pour les plus belles occasions, puis toutes sortes de décorations en lien avec le caractère de son personnage. Puis c'est tout de même vrai qu'avoir quelques affaires sur place est toujours pratique, pour dépanner. Point majeur de mes motivations, la possibilité de faire une candidature commerçante avec un métier citoyen. C'est sans doute ce qui me pousse le plus à faire cette candidature, le fait que je pourrai ensuite faire la demande pour être commerçant enchanteur, et avoir accès à tous les atouts que cela implique. 

Quant à la monture, utilisant la monture de guerre, elle ne me serait pas utile dans mon cas, mais il est vrai que je pourrais lui trouver l'utilité de cheval de civil, sans armure sur sa selle, donc un atout esthétique. 

 

 

 

3056fc38f413ea330c8c98ebe92bb920.png
6c9bad9831780c4d619676a81fe28ce0.png

 

 

-Ma présentation paysanne, postée le 24 mai 2016 :

 

-Ma candidature villageoise, acceptée le 10 Juillet 2016 :

 

 

 

c2b6f65dcba345769d070d829ba121e3.png
41d0fa032f780118e93d6ef065207659.png

 

 

  A peine arrivé sur Minefield le 22 mai 2016, que j'intégrais le Fort Herobrine, et donc les rangs de la Garde Volontaire, trois jours plus tard. Et c'est donc de cette manière que, depuis maintenant un an et sept mois, je participe activement sur ce projet, ou plutôt ensemble de projets, en comptant Terre-Morne, et récemment Middenheim (l'ensemble formant la Garde). Je commençais donc, en période de test, puis passais soldat, grade où je proposais mes premières idées.

 

Durant ces mois, je montais en grade, devenant sergent, puis lieutenant. Fin de l'été 2016, j'étais promu capitaine, grade où l'une des fonctions était d'assister le dirigeant dans sa direction du projet. Puis, c'était au niveau de Janvier 2017 que le grand changement s'opérait. Pencroff, en vue de l'agrandissement de notre projet, passa la Garde de régiment à Brigade. Et donc, il passait de commandant à Colonel, et moi de capitaine à Commandant, c'est à dire grade de sous-dirigeant. Puis vînt l'été 2017. Pencroff, notre dirigeant, était très occupé, de part son travail et ses études. Aussi, je devenais Général de Brigade, et la Garde une Division. Ce nouveau grade signifiait que j'étais le nouveau dirigeant du projet, bien que Pencroff gardait son rôle de fondateur et son droit de véto.

 

A présent que j'ai parlé de mon évolution sur Fort Herobrine, voilà une série de screens sélectionnés, pour montrer un peu ce que j'ai fait dessus. Je précise également qu'il s'agit de mon projet principal, dans lequel j'ai toujours trouvé des personnes pour parler, des bonnes choses, comme des mauvaises, personnes envers lesquelles j'ai une infaillible confiance.

 

Révélation

A mon arrivée, mon premier chantier était la rénovation des cultures souterraines du Fort. Plus utilitaires désormais que décoratives, elles nous permettent de mettre des stacks de nourriture à disposition de nos membres.

 

En juin, je travaillais sur la prison de Terre-Morne. J'y terraformais avec Pencroff et Stranger l'ensemble de l'île, construisais les murailles, et aidais à creuser les souterrains. Voilà le rendu après travail (ne nous cachons pas qu'aujourd'hui nous qualifions cette prison de "moche" et comptons la refaire) :

 

256429fcd2aa1c100aaf6a95df1984ea54376420

 

Je bossais également sur Sandstown, où je travaille toujours. Bien que prochainement, de grands changements y seront opérés, j'y ai accordé beaucoup de temps.

 

En Octobre 2016, je bâtissais l'auberge du fort, le projet étant devenu une communauté marraine. Ce bâtiment sera également actualisé.

 

75760871448c20f614a079548477704e.png

 

Dans le même mois, nous reconstruisions la muraille de la nouvelle caserne, que voici (sur un pattern de Pencroff, modifié par Akaneo, et re modifié par Cauko).

 

ecf0d9723b44d522b57e62888a239466.png

 

Janvier 2017, je dirigeais un gros chantier : le Vieux Port et la forteresse d'artillerie. Bien que les deux vont être refaits, voilà des screens de la capitainerie et de la forteresse d'artillerie.


a3c3a343ab6ea18bb313a326696ce2c6.png

 

8d48a1a997c2d668eb3d1e801a50cdcd.png


b5fc28a36b88386c195ed62bae4603e2.png
 

Deux mois après, aux alentours de Février / Mars 2017, la forteresse d'artillerie finie, nous décidions avec Pencroff d'entourer le projet de murailles, et de construire deux autres forteresses. Je posais alors des balises autour de la majorité du Fort, définissant la forme de nos fortifications et la hauteur de chaque tour.

J'enchainais sur une nouvelle forteresse : la forteresse de cavalerie, dont voici les screens (les bâtiments intérieurs risquent d'être refaits) :

 

8b407e504da99a1c2cf7d49bbd31321f.png


50d205e3f4f6a46cd91cb029a8d116a2.png


04994049dfe267e60a2b9ea23dbb9041.png


d5e6297913e07f66101d9db8115732eb.png


24bd57be607e3185dcce05ea3f2bc9a4.png


993be40d965ebfe9ae398f85912a86f1.png


df6d2f0e1f8701fdf75227fbd55bdbdd.png

 

Je construisais, au fur et à mesure de mon parcours au fort, des shops, des maisons et des bâtiments publics pour Sandstown, comme la bibliothèque ou la taverne.

 

Puis, dans les environs de Juin 2017 je commençais avec d'autres gardes la rénovation des routes de Sandstown, sur un pattern que j'avais créé. Aujourd'hui, tout le projet est desservi par ces nouveaux axes routiers.

 

aafc0e9b99ce9baaa1ba46a0713ffb96.png

 

Peu après les routes, je bâtissais avec Thalkion un petit feu de camp installé dans une vieille tour complètement détruite.

Pendant la même durée, je construisais à côté un petit point d'eau et des arbres, menant à une grotte souterraine.

 

fa54597ff08ba9fac8c22898284de192.png

 

e0894421d5225c810e25b2f5447ed0ca.png


8b3e1f8c6209f3079abee3acbf617f51.png


5761ddb8e73997f3043e50aaca61b3c6.png

 

En été 2017, je prenais la décision de construire un bâtiment impérial (sorte d'antenne) pour consolider notre rp de Garde au service de l'Empire. A noter que cette infrastructure est située par dessus les murailles rénovées dont je parle à la suite.

 

9cfabac207930e0c16783cd006688492.png


03ffbf6d429218a6b67ea26cd54fab00.png


1a1460a3927bec4c27e55fe8feebd526.png

 

Par la suite, vers Septembre / Octobre 2017, je rénovais les murailles faites côté Simurgh, ainsi que la porte, afin d'améliorer le pattern des créneaux et murs. Il s'agit d'une construction qui m'a pris beaucoup de temps, mais j'ai pu compter sur l'aide de Thalkion surtout pour le terraforming (nous avons reterraformé toute la zone de Simurgh située après la rivière qui sépare nos deux projets). Je reconstruisais également le bâtiment d'accueil prêt de la dite porte. Voilà quelques screens de l'ensemble :

 

99d9e1d599d401c284b3cfedc03bf603.png


083df12c61f35cb4254f135c95e765c7.png


64efe123d0e37bca0eaf1048bacf3187.png


7b9d3ccaee31b4ed69e4a354a7337a99.png


db7801c760860ce541692de77530c6b0.png

 

Plus récemment, en Décembre 2017 / Janvier 2018, je construisais trois shops (maçon, armurier, menuisier) autour d'une place à Sandstown. Ce sont les bâtiments les plus récents du fort actuellement, qui représentent un style en pleine évolution (une orientation plus médiéval - espagnol).

 

e3b68bc2c90cc9ff02c0160b480e9685.png


0cd2ffb1353ee48e84f1649bfac900b1.png


5459e737db5af2cf3109fb50ac81cb57.png


56cb9e62e511ff52a8c3fc2bd298e428.png

 

Ici j'ai trié un peu les screens, histoire de ne pas en mettre trois mille, c'est pour cela que plusieurs choses n'apparaissent pas, notamment pour Sandstown. J'ai préféré privilégier les chantiers, vieux comme récents, qui me tenaient à cœur (Sandstown me décevant un peu).

 

Ce que vous voyez ici, c'est ma participation in-game pour le projet. Mais, vous pouvez trouver, sur le forum, une certaine activité de ma part sur la section de la Garde. En effet, je m'occupe généralement de pas mal de posts en tout genre (réunions, annonces, etc ...), notamment et surtout pour Sandstown (de nouveaux devraient bientôt sortir).

 

https://www.minefield.fr/forum/forum/962-garde-volontaire/

 

 

  Je suis aussi membre de Freiwald, à l'activité extrêmement irrégulière. Disons qu'actuellement, mon aide sur ce projet se résume à la construction depuis un an et demi de ma maison avec Poupek, et les plans récents d'une petite maquette, que je vous montre sans plus tarder, et dont la construction in-game sera prochaine.

 

Révélation

Ma maison à Freiwald, en construction depuis un an et demi, mélange d'idées de différents moments de l'année :

 

6ab295b74bb520b6e2a22e07467910bf.png

 

La maison de Madgicarp, enfin sa maquette, bientôt in-game :

 

e08fc994549f5502a8872b0f5efd0bea.png&key

 

 

  Il m'arrive également, pour sortir un peu du désert dans lequel je travaille, d'aller donner des petits coups de main au Neo-Dominion. Rien de bien régulier ou intensif, mais j'aime beaucoup ce qu'ils y font, avec l'originalité qui s'en ressort, et j'y trouve de la détente. J'ai donc aidé à mettre en place quelques pans de montagne, et à construire des maisons sur la rénovation du Vampire Bund (projet qui fait partie de l'alliance du Neo-Dominion).

 

Révélation

Une partie de la montagne en construction (la partie brute, avant que l'ensemble soit détaillé et remodelé), où j'ai travaillé (plus la zone à droite) :

 

81d307b48442d1add2e54ae9ef3552dc.png

 

Des maisons récentes du Vampire Bund. C'est par ici que j'ai aidé en recopiant des maquettes faites sur une map solo par :

 

a612f285b8a8763e54250a918b656c91.png

 

 

  Les évènements m'ont aussi porté au statut de conseiller de Tolwhig, projet récemment créé par Cauko. J'avoue qu'actuellement, je n'y ai presque rien fait, mis à part une simple toiture de paille. Mon vrai travail sur place, qui est en cours de réalisation en plans, consiste à la construction de trois forteresses sur place, dont voici des maquettes du style architectural. C'est un chantier donc, que je ne peux pas montrer réalisé in-game pour l'instant, mais sur lequel je me suis depuis peu penché.

 

Révélation

La toiture en paille faite sur Tolwhig (je la mets en screen vu la galère au début pour comprendre la logique du pattern) :

 

f7775505fa3d029671c28da6f00ccac4.png

 

Le premier schéma d'organisation de la forme des murailles de la forteresse :

 

beb245cf8ffd492de173e997963ed3a4.png

 

Le pattern de la muraille, à gauche, côté rivière, à droite, côté forêt :

 

737524029c9fdd935643a2f67a50fe4c.png

 

 

  Jusque là, j'ai surtout parlé de mon parcours sur des projets, mais, depuis Octobre 2017, je me suis lancé, avec l'aide de cinq minefieldiens, sur quelque chose de tout à fait différent : We Are Minefield. Il s'agit d'un mouvement communautaire, dont l'objectif est l'organisation d'évènements, concerts, marchés, et autres choses visant à animer la communauté minefieldienne. Au jour d'aujourd'hui, nous avons organisé trois choses. Deux petits évènements, l'un au Fort Herobrine, l'autre à Grabah, et un concert de Noël. Ce concert était plutôt petit dans le sens où nous étions dans un amphithéâtre assez petit, et pas forcément nombreux, cependant, il y avait eu de bonnes surprises musicales, d'excellents morceaux, et de bons moments passés.

 A titre personnel, je m'occupe de la gestion entière des fonds du WAM, mais aussi, je m'étais chargé de l'organisation de l'événement au Fort Herobrine, et du concert de Noël, c'est à dire réunir les musiciens et organiser la soirée. Voilà quelques liens sur le forum pour résumer tout ça :

 

Le poste d'annonce de la création de We Are Minefield que j'ai écrit :

 

Le lien de l'événement fait au fort, que j'ai organisé avec Pencroff :

 

Le lien de la news du Golden Jeu de Bâââle que j'ai écrite :

https://www.minefield.fr/minefield/events/golden-jeu-de-baaale.html

 

 

 

9e67e1cac86512f28308b592bf8e6bc3.png
ffef67ba10e78556dc9f3c8e597e44d0.png

 

Ce roleplay se déroule des années après celui de ma candidature villageoise. Mon personnage, Ghideon, y est déjà Général de Brigade de la Garde, l'époque correspond donc plus ou moins à celle actuelle in-game.

 

Bonne lecture.

 

 

Première partie : Un sabre émoussé, un général rouillé.

 

Révélation

 

  Je poussais la porte de bois située devant moi qui obstruait mon chemin. Celle-ci s'ouvrit dans un grincement qui brisait toute discrétion et fît virevolter mille poussières. J'entrais, précédant les trois gardes qui m'accompagnaient. Nous marchions avec précaution, plaçant tous nos efforts dans l'objectif d'avancer en silence.

 

Deux jours auparavant, j'apprenais qu'une famille habitant non loin d'Arcande avait subitement disparue. La zone étant en concordance avec le possible terrain de chasse d'un mage noir, je décidais de me rendre sur place avec trois hommes pour vérifier mes suppositions.

 

J'entrais dans la première pièce. Vide et intacte, je n'y trouvais aucun signe de lutte. Passant à la deuxième, celle-ci, sur ces points, était tout à fait identique à la première. J'avançais donc vers la troisième et dernière salle du rez-de-chaussée de ce qui était une maisonnette de bois, dont la taille et les matériaux montraient bien la pauvreté de la famille qu'elle abritait. Apercevant deux corps inertes au sol, j'ordonnais de suite au sergent de me rejoindre, et aux deux soldats de garder l'entrée de cette pièce. Ce qui avait semblé être une cuisine de fortune n'était désormais qu'un désordre de meubles calcinés et poutres brisées. Les corps eux, appartenaient aux propriétaires des lieux. En plus des multiples entailles qui les couvraient, je découvrais de grosses brûlures. Me penchant pour examiner les défunts de plus près, puis me relevant, j'affirmais à voix basse :

 

"Messieurs, nous avons bel et bien affaire au mage noir que nous pourchassons. Tenez-vous prêt, et suivez moi, nous allons fouiller l'étage."

 

Ainsi, nous grimpions marche par marche les escaliers biscornus de la maison, dans un silence rompu régulièrement par quelques grincements. Arrivés en haut, du bruit nous parvenait derrière la porte de droite, légèrement entrouverte. Dégainant mon sabre, je passais ma tête dans l'ouverture. Et, c'est à ce moment là que j'observai ce funeste spectacle. Au plafond, retenu par des chaînes qui s'enfonçaient dans ses poignets, un jeune garçon était là, mort, ensanglanté, les orbites abandonnés de leurs yeux. Sans faire le moindre bruit, je regardais la personne -qui ne pouvait être que l'ordure de mage noir que nous poursuivions- se tenant devant le cadavre du pauvre garçonnet. Un bras plongé dans le torse du jeune défunt, notre ennemi récitait lentement les paroles d'une vieille incantation. Peu à peu, le corps inanimé commençait à se tordre, à gesticuler, à se mouvoir. Il s'agissait là de nécromancie, que je devais arrêter avant la fin du rituel. La porte enfoncée, je chargeais, sabre en main, le mage noir. Esquivant de justesse, il me repoussait à l'aide de sorts que mon épée, enchantée, bloquait sans trop de peine. Parade sur parade, j'avançais vers mon adversaire, qui lui reculait vers le mur du fond. Pendant ce temps, mes hommes contournaient la pièce, se préparant eux aussi à foncer sur l'individu à neutraliser. Encerclé, et bloqué contre le mur, le mage tenta un sort de téléportation pour se défaire de nous, mais en vain : devinant ses intentions, et ayant remarqué que je n'avais pas là affaire à un excellent sorcier, je lançai un jet de flammes, qui enveloppa le fuyard, lui brûlant sa tenue, puis sa peau. Plié de douleur au sol, il suppliait de lui épargner la vie. Il répétait, en pleurs, qu'il n'avait pas eu le choix, que la magie et la soif de pouvoir lui avaient tout pris. Deux choix se présentaient alors. Le tuer, ou le faire interner à Terre-Morne. Jugeant que la prison ne disposait pas de place pour tous les monstres de ce monde, et que ce genre de créatures infestaient bien trop nos contrées, proliférant à bon vouloir, je levais mon sabre, le rabattant sur le cou du coupable qui céda sans la moindre résistance.

 

"Les habitants du village voisin s'occuperont des corps, partons, notre part du travail est faite."

 

   Les chevaux scellés, nous nous remettions en route, vers le Fort. Le chemin n'était pas long, et nous connaissions bien la route. Traversant d'abord les plaines d'Arcande, nous tournions légèrement vers l'Ouest pour arriver en campagne, puis en ville de Simurgh. Les habitants s'affairaient, en ce milieu d'après-midi, de leurs tâches quotidiennes, encombrant les rues. Nous eûmes le droit à quelques salutations des passants, toujours heureux de croiser le chemin d'une poignée de gardes. La ville traversée, j'apercevais la porte Nord du Fort, resplendissante, positionnée de telle sorte que n'importe quel individu puisse être persuadé qu'elle fût toujours là. Les trompettes firent leurs bruits habituels, la herse se souleva, et, une fois la porte passée, de premiers hommes se présentèrent pour nous accueillir. En plus de l'ambiance chaude procurée par le désert, il régnait sur place une certaine agitation. Des fusiliers de ligne couraient de partout, tandis que leurs sous-officiers vociféraient des ordres. A d'autres endroits, des charrettes étaient chargées à rebord de matériel militaire en tout genre : tonneaux de poudre, sabres, mousquets, uniformes, rations militaires, la totale. Je devinais que la campagne pour Kel'Daer se préparait, et continuais mon chemin jusqu'aux écuries pour y mettre ma monture. Malgré un soleil plombant, je marchais vers ma chambre au commandement pour y dormir, la journée ayant été longue et dure, du repos s'imposait.

 

Après un réveil naturel, je me levais, bien décidé à entamer cette journée par un petit tour chez les mages du Fort. Mais, la vision de mon bureau me coupa tout espoir de pouvoir sortir. Une cinquantaine de papiers se dressaient là, sans doute déposés au petit matin par un officier. Assis, plume à la main et pot d'encre sorti, je débutais cette tâche très intéressante consistant à lire des documents et les signer. Il y avait de tout. Des autorisations de construction aux ordres de mission, passant par les commandes de carottes à nos fermes sur le monde de Nimps sans omettre les achats de caleçons pour les nouvelles recrues. Et voilà qu'après deux bonnes heures, ils étaient tous lus, tous signés. J'enchainais ensuite sur les deux autres paquets qu'un jeune adjudant m'avait apporté entre temps. Une fois fini, le Soleil venait d'atteindre son point culminant, il me fallait donc déjeuner. Plutôt que de rejoindre les autres officiers au messe, et être entrainé dans mille discussions, -dont la moitié était des récits de mon expérience de général pour les jeunes lieutenants admiratifs- je préférais passer discrètement aux cuisines, emprunter une miche de pain et un morceau de viande, puis repartir vaquer à mes occupations. Vérifiant qu'aucun papier de plus ne s'était glissé sur mon bureau, je sortais inspecter les travaux en cours et le bon fonctionnement des infrastructures, devoir journalier qui, m'emmerdait bien. Après plus de quatre heures de marche et discussions, je finissais enfin mes inspections, et décidais d'aller rendre visite chez les mages. En marchant, je repensais à cette unité d'élite dont j'avais ordonné la mise en place. Plus de deux-cents-cinquante mages, la plupart formés pour la sécurité de Terre-Morne, et une minorité pour protéger la caserne et traquer les mages noirs de tout l'Empire. Je ne cachais d'ailleurs jamais mon grand intérêt pour cette élite, moi-même mage (bien que dans mon cas, il s'agissait d'une magie issue de naissance, et non d'apprentissage), j'éprouvais un grand respect pour ces gardes, dont le pouvoir magique n'avait non pas corrompu leurs esprits, mais les avait assagi. Puis, j'aperçus le général Pencroff qui se dirigeait vers moi, ce qui brisa tous mes espoirs de répis. Cependant, ne l'ayant pas croisé depuis plusieurs semaines, je m'arrêtais et l'attendais, tout de même content de le revoir.

 

"Général, bonsoir, disais-je avant de me mettre au garde à vous.

 

-Repos général Zorn. Comment vous portez vous ? Mon aide de camp m'a signalé votre retour de mission, dites moi tout, en détail.

 

-Hum, ma foi, plutôt bien. Mais bon, vous connaissez la paperasse et les devoirs de général en tant de paix, rien de bien passionnant. Et oui, une famille disparue prêt d'Arcande. La zone coïncidait avec les dernières traces du mage noir que je poursuivais, j'ai sauté sur l'occasion. Grand bien me fasse, cette saloperie était bel et bien responsable des assassinats du couple de paysans et de leur enfant. Vaincue avec une facilité effarante, nous n'avons eu aucune pitié pour sa misérable existence.

 

-Bien, bien, très bien même, me répondait-il, tout en, comme à son habitude, astiquant sa moustache. Aussi, les raisons de ma visite. Je venais vous annoncer mon départ pour la capitale, la chevalerie m'appelle pour quelques mois, au minimum.

 

-Je vois oui, l'Empire avant tout. De mon côté, je vais poursuivre l'organisation de la campagne pour Kel'Daer, et discuter de la première charge que nous ferons sur place avec le Colonel Jihair. Je pense que celui-ci sera à la hauteur de la tâche que nous lui confions. Enfin bon, puissiez-vous faire bon voyage général.

 

-Il le sera, j'en ai nul doute. Je vous laisse donc, nous nous reverrons prochainement, et n'hésitez pas à passer en capitale, cela vous changera du sable. A bientôt.

 

-Oui, à bientôt, réussissais-je à prononcer tout en serrant la main de mon ancien formateur militaire."

 

  Le temps me prit de court pour rejoindre la tour des mages, le Soleil commençait à descendre, me faisant comprendre que les dits mages allaient débuter leurs rituels journaliers. Épuisé d'une journée particulièrement longue, je rentrais au commandement, bien décidé à dormir sans prendre la peine de manger. Sous le poids de la fatigue, je m'écroulais dans mon lit, et fermais les yeux. Au lendemain, une journée similaire à la précédente semblait m'attendre, à la différence que la pile de papiers étaient deux à trois fois plus grande. M'attelant à ma tâche, l'ennui me prenait dès les premières minutes. Après plusieurs heures de travail, je fis livrer mon déjeuner à mon bureau, pour m'éviter un déplacement inutile. Le repas des officiers étaient bien plus garni que celui-ci de la troupe. Là où les soldats avaient des miches de pain accompagnées de temps en temps de légumes, nous, officiers, avions le droit à de la viande, de l'alcool, de grandes panoplies de fruits, et autres plaisirs culinaires qui ne pouvaient que donner le sourire. Bien entendu, ces repas ne ressemblaient en rien à ceux distribués en campagne, où la nourriture devait être économisée. Mon assiette finie, je reprenais la lecture et la signature des dizaines de documents encore entassés sur ma table. Quelques heures passées, ma lassitude avait atteint son point culminent, quand les trompettes retentirent. Je tendais l'oreille, et un sursaut de joie me parcourut. Il ne s'agissait pas là de signaux sonores communs non, mais du son d'une attaque indirecte, qui signifiait le déploiement rapide d'un groupe d'hommes vers la zone menacée. Après avoir couru jusqu'à la place d'arme, j'attendais le rapport d'un garde sur la situation. Un adjudant d'infanterie se dirigea vers moi, tandis que l'endroit se remplissait d'officiers.

 

"Général, général ! Se mettant au garde à vous, puis au repos, il reprenait, une attaque général ! Les éclaireurs sont formels là-dessus !

 

-Développez donc, je veux des précisions, et rapidement.

 

-Ce matin, un campement de bûcherons stationnés dans une forêt du Sud-Est s'est fait attaquer, piller et brûler. Il y a, selon nos premières informations, il n'y a aucun survivant.

 

Impatient, j'ordonnais rapidement, Faîtes préparer cinquante hommes, des fusiliers de ligne, deux sergents et un lieutenant. Je veux également du matériel d'expédition, nourriture, poudre, munitions, la totale. Dépêchez vous !

 

-Mais, général, avec tous mes respects... Il ne s'agit pas d'une priorité pour vous, un lieutenant, voir même un adjudant, pourrait amplement s'occuper de cette situation ?

 

Je saisissais alors le col du sous-officier, et le soulevais du sol :

-Hommes, matériel, vite, est-ce clair ? Faites savoir au colonel Wendy qu'elle sera en charge de la Brigade en mon absence, et ne discutez plus mes ordres, je ne serai pas toujours aussi indulgent.

 

Une fois reposé à terre, le pauvre homme, encore surpris, me répondait,

-Oui mon général, je ... je m'en occupe dès maintenant."

 

Je repartais alors, vers mon bureau. J'y prenais un paquetage avec tout le nécessaire, soit un sabre, un poignard, des cartes, un mousquet, des munitions de plomb, de la poudre et une boussole. Déposant une des cartes sur la table devant moi, j'examinais la région du Sud-Est. On y trouvait, entre les kilomètres d'arbres, la fabrique de navires de la Garde : Middenheim. Un peu plus à l'Ouest, les Terres magiques puis les arènes barbares de Balhaiz. En remontant vers le Nord, les forêts étaient entourées des vieux royaumes de l'Alliance nivemie, vaincue bien des années auparavant par l'Empire. Il me fallait avoir davantage de précisions sur la forêt de l'attaque, mais je devinais par moi-même qu'il fallait mieux nous diriger vers les étendues de conifères, en vue du peu de profit exploitable sur les zones marécageuses pour des bûcherons. Sorti de mon bureau, j'allais au poste de prévôté, d'où partait chacune de nos expéditions. J'y retrouvais une troupe de fusiliers et leurs montures, chargées de paquetages. Le lieutenant de cette petite troupe vînt me voir. J'étais content que celui-ci nous accompagne, il s'agissait là d'un vieux frère d'arme, engagé dans la Garde à la même époque que moi.

 

"Général, mes respects. Après s'être mis au garde à vous, puis au repos, il reprenait calmement, Nous sommes tous prêts,  et le paquetage est chargé, nous partirons quand vous en donnerez l'ordre.

 

-Lieutenant, ne perdons pas de temps. Après une petite pause, je haussais la voix, Gardes ! En selle, nous partons plein Est ! Suivez moi, au galop !"

 

Tous se précipitèrent sur leurs montures et partirent à ma suite. Quelle que pouvait être la menace que nous traquions, nous allions la trouver, et la détruire.

 

Deuxième partie : L'appel de l'action.

 

Révélation

  Le Fort quitté, nous nous engagions à toute vitesse dans les rues de Simurgh. Les passants s'écartèrent à la dernière minute tout en laissant échapper quelques injures à notre encontre. Nous quittions la ville rapidement, pour poursuivre vers la campagne d'Arcande. Là, deux choix s'offraient à nous. Passer par les montagnes enneigées qui séparaient Arcande de Novi, chemin le plus rapide, ou contourner pour éviter le froid et la neige par derrière la cité. Cette seconde option nous aurait ralentie de plus d'une heure, et le temps nous était précieux, aussi nous décidions de choisir le chemin le plus court. Mais la mauvaise fortune s'invita au voyage : les routes étaient submergées de neige et roches, emportées par les avalanches régulières de la zone. Les hommes avaient froid, leurs doigts de pieds étaient bleuis par la basse température, et les chevaux avançaient avec difficulté. J'ordonnais d'accélérer le rythme, et, une heure après, nous sortions de cette région de neige pour continuer plein Est. Parcourant des kilomètres de plaine, nous arrivions devant les premiers arbres, et nous engagions en pleine forêt de chênes. Alors que le Soleil finissait sa descente dans le ciel, un des soldats aperçu au loin des conifères : la région que nous recherchions n'était plus très loin. Une trentaine de minutes passées, nous explorions les étendues de pins, sapins et autres épineux à la recherche du fameux campement. Pendant ce temps, les derniers rayons de lumière disparaissaient, donnant place à l'obscurité de la nuit, rompue de temps à autre par la Lune. Les torches allumées, nous continuions, jusqu'à apercevoir un groupement de tentes.

 

Le dit campement ne ressemblait plus qu'à un charnier. Tandis que les tentes étaient déchirées, je ne voyais au sol que des corps déchiquetés et démembrés. Là venait le cadavre d'un jeune homme, à la peau manquante, ici se trouvait un groupe d'enfants, tués sans une once de pitié devant les yeux de leurs mères, elles aussi massacrées, après avoir été sans doute violées. Autant d'horreur me répugnait, ce cabaret de boue, sang, os, chaires n'avait rien d'humain, et rapidement, les bottes de la troupe entière se salissaient d'un rouge sombre caractéristique du sang de cadavre putréfié. La même putréfaction qui, par ailleurs, invitait des milliers de mouches à un diner funeste, ne faisant qu'empirer l'aspect sinistre de l'endroit. Le nombre de corps se comptait à une centaine, au moins. Je me penchais alors, mon regard ayant, en un court instant, retenu mon intention sur un élément au sol : une emprunte de pieds. Mais pas n'importe laquelle, celle-ci semblait bien plus grosse qu'une emprunte humaine, et bien plus profonde ce qui indiquant un fort appui ... ou un poids plus élevé que celui d'un humain. Je continuais donc mon "enquête" à travers les cadavres, pendant que mes hommes préparaient un campement de fortune pour passer la nuit. Je remarquais un corps plus ou moins intact, et m'accroupissais à côté pour en examiner les entailles. Une hache, je reconnais la marque d'une hache de guerre sur la peau quand j'en voyais une. Après une fouille complète de l'endroit, je réunissais mes informations, soit, des empruntes non-humaines, appartenant à des créatures lourdes, des armes barbares, et une odeur, outre celle de la moisissure, désagréable. Nul doute, un tel carnage, une telle sauvagerie, ne pouvaient donc qu'être l’œuvre d'un groupe d'orcs. Je me perdais dans mes pensées ... Comment des orcs pouvaient être ici ? Les rares représentants de cette espèce n'étaient plus l'ombre d'eux-même, pacifiques et éparpillés dans quelques campements au Neo-Dominion, sur New-Stendel. Que faisait donc ici un groupe de ces spécimens ? Et pourquoi l'usage d'une telle violence ? Je retournais voir mes hommes, qui mangeaient autour d'un feu, et commençais :

 

"Bien, messieurs. Nous avons à faire à des orcs, agressifs, et imprévisibles. Dormez bien ce soir, demain nous partirons à la traque, et assurez-vous qu'il s'agit de votre dernière nuit de sommeil profond avant longtemps.

 

L'un d'eux, se tournant vers moi,

-Général, combien peuvent-ils bien être ? Est-il prudent de nous aventurer là-dedans à cinquante ?

 

-Non, ce n'est pas prudent, mais téméraire et dangereux. Pourtant, nous allons le faire. Je prenais une miche de pain, croquais dedans, et reprenais, Allez vous coucher, la journée sera longue."

 

Je m'enroulais autour de quelques draps, et m'endormais, prêt à affronter une journée qui allait être bien mouvementée, et ignorant les soldats qui râlaient face à la situation dans laquelle ils se trouvaient. Je me réveillais sous les premiers rayons de Soleil, et faisais lever la troupe. Je donnais mes instructions au lieutenant :

 

"Faites brûler les corps lieutenant, tous les corps. Puis, je veux que les hommes soient prêt au plus vite, nous partirons dès que possible.

 

-Bien. Aussi, les hommes ont peur général, notre objectif leur semble trop dangereux pour notre nombre.

 

-Qu'ils n'aient point de crainte, je sais évaluer la situation, et je vous assure que tout devrait plus ou moins aller. Je vous laisse, j'ai à me préparer."

 

Je réunissais mes affaires, pliais mes draps et nettoyais mes armes. Pendant ce temps, des panaches de fumées commençaient à s'élever dans le ciel, signe que le charnier disparaissait dans les flammes. Quelques minutes plus tard, nous nous mettions tous en marche en pleine forêt, laissant nos chevaux sur place. Nous suivions des traces encore visibles au sol, qui allaient vers l'Est, c'est à dire en direction de la frontière impériale. Le campement quitté, nous nous offrions à danger futur non-écartable.

 

  Deux heures. Voilà bien heures que nous marchions, toujours à la suite des traces, sans aucune nouvelle indication, et celles-ci semblèrent s'écarter dans toutes les directions... Qu'avait bien pu faire cette troupe d'orcs ? Vu le nombre d'empreintes, ils devaient être plus d'une cinquantaine, voir une centaine. C'est alors que, je regardais attentivement la direction de ces empruntes, tandis que mes hommes rompaient leur formation serrée et commençaient à se disperser. Certaines allaient vers les arbres, puis disparaissaient, et d'autres fuyaient vers des ensembles de buissons et petits arbres. Quel sens pouvait bien avoir tout cela ? Me rapprochant d'un arbre, je compris, mais trop tard. A peine eus-je le temps de crier "A couvert !" qu'un monstre vert sautait d'une branche, et m'assénait un coup de hache dans les cotes. Me pliant sur moi-même, je reculais. La troupe entière était attaquée par surprise. Des orcs jaillirent des buissons, d'autres sautèrent des arbres pour bondir sur le premier adversaire venu. Par l'effet de surprise, les premiers hommes tombèrent, alors que le nombre d'orcs grimpait à vu d’œil. Les cotes de mon flanc gauche brisées, et mes mains trempées de sang, je hurlais à la dispersion, et courrais à travers les arbres, me dépêchant avant d'être poursuivi, ou pire, encerclé. Je laissais derrière moi une quinzaine de soldats à terre, dont quelques blessés, et me dépêchais autant que je le pouvais, trébuchant de temps à autre sur des racines et pierres. L'entrée d'une grotte se profilait à travers les arbres, je me précipitais à l'intérieur. Je m'éclairais par magie, et utilisais cette même magie pour guérir ma plaie, une fois à couvert derrière quelques rochers. Après une dizaine de minutes d'efforts, celle-ci se referma, laissant à la surface de ma peau une longue cicatrice. Je prenais la décision de me relever, quand j'entendis du bruit. J'arrêtais alors de produire de la lumière, et ne bougeais plus. Plusieurs individus entrèrent dans la grotte, et au vu de leurs grognements et de leur dialecte inconnu, je devinais qu'il s'agissait d'un groupe d'orcs. J'écoutais attentivement le nombre d'intonations de voix, et jugeais qu'ils n'étaient que trois. Tranquillement, je me relevais, et m'exposais à la lumière de leurs torches. Ils eurent d'abord des sourires sadiques, sans doute liés au fait qu'ils étaient trois, et que j'étais seul. A leur grande surprise, j'explosais de rire :

 

"Ahahahah. Ah, ah, ah, ah. Avez vous pensé, bande de petites merdes vertes, que vous alliez pouvoir venir à bout aussi facilement d'un Général de la Garde ? Vous ne pourrez pas user ici de vos fourbes attaques lâches, vous devrez m'affronter, face à face."

 

Deux d'entre eux se jetèrent sur moi. D'un revers de la main, je projetai leurs armes au sol, puis dégainai mon sabre. Je bondissais. Sans le moindre effort, je fendis alors le crâne du premier en deux, et séparai les bras du deuxième de leur misérable et insignifiant corps. Mes deux adversaires au sol, j'avançais vers le troisième qui reculait, serrant ses mains contre sa hache. Sans même prêter attention à lui, des flammes jaillirent de ma main gauche, s'enroulèrent autour de ses jambes, son torse et sa tête, et lui fondirent la peau. Je sortais alors de la grotte, entendant toujours les hurlements de douleur de la torche qu'était devenu l'orc, en quête des survivants de ma troupe pour affronter la menace, en face. A travers les bois, gisaient ici et là quelques corps de gardes, tués dans leur fuite. Soudain, à une dizaine de mètres devant moi, au sol, j'aperçus le lieutenant, au torse plus qu'entaillé, mais encore en vie. Je courrais à son secours, et mes mains recouvrant ses plaies, j'exerçais ma magie médicale, tout en lui faisant boire une potion de soin. Il s'appuyait alors sur moi pour se relever, puis marcher, et nous avancions dans la forêt vers la zone de l'attaque. Arrivés sur place, je fouillais dans mes affaires, et en sortais un pistolet de marine, équipé pour tirer des fusées. Je mettais dans sa bouche une fusée de ralliement, et la tirais. Elle fût propulsée à une centaine de mètres dans le ciel, puis explosa en mille étincelles vertes. Je savais à partir de ce moment là qu'il fallait agir vite. Les survivants devraient rappliquer rapidement, mais les orcs aussi.

 

  De premiers hommes surgirent de part et autre, pour certains blessés, et en peu de temps, nous étions une vingtaine. Le sergent ne revenant pas, j'en déduisis qu'il était mort. J'ordonnais aux soldats présents de se tenir prêts à former un peloton de tirs, à l'arrivée des orcs. La tension monta d'un cran, nous jouions notre vie, et certains d'entre nous avaient des familles à rejoindre. Des cris se firent entendre. Puis le sol trembla, martelé de pas. Apparurent alors une soixantaine d'orcs, armés et furieux, qui nous chargèrent. Les hommes se mirent à toute vitesse en formation, et à la seconde où les bêtes se rapprochèrent jusqu'à êtres à portée de tir, les mousquets rugirent, et furent les responsables de la mort d'une quinzaine d'entre elles. D'autres enjambèrent les cadavres de leurs compagnons, et tombèrent raides mortes, pour les mêmes raisons que ces dits compagnons. Une trentaine d'orcs avaient ainsi pu êtres tués, mais les suivants étant tout prêt, il fallait passer au combat au corps à corps. La première rangée de gardes se détacha de la seconde, et chargea, sabres au clair. La seconde, elle, après avoir fait cracher ses mousquets une troisième fois,  rejoignit la première. J'accompagnai alors mes hommes, prêt à combattre. Cependant, nous étions toujours en infériorité numérique, et bien moins imposants que ces montres, ce qui eut comme conséquence la mort d'une dizaine d'entre nous. Les autres combattaient avec rage, mettant à terre bon nombre de ces peaux vertes. De mon côté, je tranchais membres, brisais os, écrasais tout espoir de répis pour ces sauvages, m'acharnant sur les premiers venus. Pendant que mon sabre déchiquetait, ma main gauche envoyait flammes sur flammes, sans relâche. Malgré nos efforts surhumains, notre nombre chuta encore, et il ne restait que mon lieutenant, six hommes et moi-même. Les hommes perdirent espoir devant la vingtaine d'orcs restante qui les chargeait, et les cadavres de leurs camarades, ensanglantés de toute part. C'est alors, dans le plus grand effet de surprise, qu'une dizaine de cris de guerre furent poussés, précédant la charge d'un groupe de survivants, avec en tête le sergent. La petite troupe s'encastra dans les orcs, qui prirent du temps avant de comprendre qu'ils étaient encerclés. Il n'y eut aucune pité, les armes de fer et acier s'entrechoquèrent, et les derniers ennemis tombèrent au sol, vaincus.

 

Les survivants de la bataille, victorieux, s'écroulèrent, épuisés. Je faisais le bilan. Partis du fort à cinquante-trois, soit cinquante soldats, un sergent, un lieutenant, et moi-même, nous n'étions à présent plus que quatorze. Le sergent et le lieutenant étaient en vie, mais trente-neuf hommes étaient tombés au combat, ce qui laissait un bilan morbide. Il fallait, et ce au plus vite, regagner notre campement, nos chevaux, et rentrer au fort. Les bandages mis, les potions bues, et les morts pleurés, nous reprenions la marche, bien décidés à partir de cet endroit de malheur. Les corps des gardes défunts eux (enfin la charpie qu'il en restait), furent amassés en un tas, protégés par une toile, afin d'envoyer plus tard des charrettes pour les rapatrier. Les chevaux scellés, le campement provisoire défait, nous partions au galop, laissant derrière nous, les traces d'un funeste combat.

 

 

Troisième partie : La citoyenneté.

 

Révélation

  Après des heures et des heures d'un voyage interminable, nous arrivions au fort, accueillis par des gardes, surpris de notre petit nombre. L'un d'eux, un sergent chasseur, s'approcha de moi :

 

"Général ... Où sont donc passés tous les autres ? C'était une expédition suicide ! Pire encore, un véritable ma ...

 

Je lui coupai la parole :

-Oui, merci de me le demander, nous avons fait bonne route. Maintenant, allez quérir des médecins, prenez en charge nos chevaux, et ordonnez la préparation de repas chauds, avant que je n'vous envoie au gibet espèce d'abruti. Les sacrifices sont dans les devoirs d'un garde, et ces morts ont eu bien plus d'honneur que vous n'en aurez toute votre vie.

 

-Mais, comment osez-v ...

 

Je levais la main, agacé, et à la suite de ce geste, le corps du téméraire sergent s'écrasa au sol, s'enfonçant dans le sable.

-J'espère, et je ne me répéterai pas, que vous avez bien compris mes instructions.

 

Je descendais de mon destrier, et, suivis des survivants, me dirigeais vers la caserne. Derrière nous, nos montures et affaires étaient prises en charge par une dizaine de chasseurs, guidés par les rugissements d'ordres du sergent que j'avais, tantôt, rabaissé devant ses hommes. Les blessés graves, qui n'avaient pas pu être soignés correctement, se dirigèrent vers l'hôpital, tandis que les autres soldats, et le sergent, se précipitèrent à la forteresse d'infanterie, pour y manger. Moi-même, accompagné du lieutenant, me dirigeai vers le messe des officiers, affamé. Rassasié, je me posais sur une chaise, dans mon bureau, et méditais sur les derniers évènements.

 

La menace orc était détruite, mais j'avais tout de même ordonné des patrouilles régulières aux frontières impériales de la zone, au cas où d'autres monstres viendraient troubler l'ordre public. Durant mes combats, je me rendais compte que l'utilisation de la magie était devenue régulière, habituelle même. Il est vrai que cette source de pouvoir m'offrait de grandes possibilités, tant en guérison, qu'en destruction, et que j'aimais exercer cet art. Je me posais alors une question, mon métier de fermier, m'était-il encore utile ? Quand je n'étais que soldat, ou sous-officier, à une époque où la garde ne comptait qu'un millier d'hommes, celui-ci me permettait de cultiver des champs, amasser de la nourriture, et m'avait par la suite permis de devenir cuisinier. Mais aujourd'hui, nous avons au Fort Herobrine plus de trois mille hommes, sans compter les trois mille autres bientôt stationnés à Tolwhig, et je les dirigeais tous. De plus, nous disposons d'une masse de fermiers et cuisiniers. Ce métier ne m'était donc, d'aucun intérêt désormais. Mais mon grade, non pas au sein de la Garde, mais celui de civil impérial, c'est à dire villageois, ne m'offrait que quatre métiers au choix, et aucun ne me convenait. Que faire ? Une idée sembla se profiler dans ma tête. Enchanteur. Métier de beaucoup de mages, il permettait de gagner sa vie en exerçant sa passion. Enchanter était cependant une magie bien particulière, et l'apprentissage ne devait être aisé. Les choses difficiles ne me faisaient pas peur, de plus, pour devenir enchanteur, il me fallait passer citoyen, ce qui me donnerait la possibilité d'acquérir une bâtisse en capitale. Le choix était donc fait. Une plume, un pot d'encre, quelques feuilles, je rédigeais. Quelques jours passèrent, ma lettrine bien taillée, mes formulations bien écrites, je courrais aux écuries. Bousculant soldats, sous-officiers et officiers, je me dépêchais de sceller mon cheval, de prendre quelques rations, et je partais au triple-galop, sans même prévenir qui que se soit.

 

Le voyage pour la capitale me prit toute une nuit, mais, au petit matin, j'aperçus les murailles de pierres s'imposer dans le paysage, les multiples fumées des maisons s'élever dans le ciel, et bientôt, j'entendais déjà le bruit caractéristique de l'activité de la capitale, où les rues étaient toujours bien remplies. Franchissant la porte Ouest, je traversais l'une des avenues principales. Là des marchands hurlaient la qualité de leurs produits, ici quelques charrettes passaient, remplies de spécialités de tout l'Empire. La vie semblait en capitale, bien différente que dans le reste de Stendel. Tout le monde avait la bonne humeur, à chaque coin de rue l'on croisait musiciens, danseurs et jongleurs, l'endroit était presque utopique à vrai dire, mais je m'y plaisais déjà. Je m'arrêtais à la première auberge venue, devant laquelle quelques filles de joie vinrent m'offrir leurs services, que je déclinai, ayant peu de temps. Après un déjeuner fortement garni, je partais au château des empereurs, où se trouvait le bureau du gouverneur en charge des demandes de citoyenneté. Je glissais dans la boîte prévue à cet effet l'ensemble de mes papiers, et déposais une petite caisse, de cookies. Ceci-fait, je repartais, n'ayant plus qu'à attendre une réponse.

 

 

Fin.

 

 

 

Merci pour la lecture de cette candidature, et à bientôt :)

 

Remerciements :

 

Pencroff : Parce que mon dirigeant, parce que m'a accompagné et aidé dès mes premiers jours et parce qu'il est toujours là au moindre besoin

Poupek : Le meilleur poulpe au monde, celui qui m'a appris à build \o/ (puis aussi, il m'a appris à accorder mes chaussettes avec mon pantalon)

Thalkion : Le campagnard sudiste, architecte de qualité et mon nouveau "prof" de build, un génie

Jihair : Le fameux nouveau avec son micro de merde que l'on comprenait jamais et auquel on répondait "oui oui", mais une personne très sympathique avec laquelle on rigole toujours

Wariow : Toujours aussi jaloux de la Bretagne, mais ilécool

Wendy : Gentille au premier regard, attention à son parapluie elle est dangereuse

Cauko : Monsieur Sel, mais bon, quelqu'un de cool (quand il force pour que je vienne sur rocket league)

Suljii : Le fameux garde-pnj,  toujours de bons moments passés en sa présence

Darkalne : Il faut bien quelqu'un pour jouer avec moi sur Napoleon Total War :3

Saboteur : Avec son lycée plus dangereux que la Syrie

Saguya : Monsieur ASMR

Spat : L'québécois

Rocky : Le jumeau salé de Cauko

Stalroc : Jamais absent pour nous aider au FH, un voisin très cool

Rikka : J'ai pris de la barbe après avoir passé une soirée avec elle et Suljii, n'essayez pas de comprendre pourquoi

MrFalcar : Discret, mais super sympas

Gibbon : Monsieur bling bling, avec des idées toujours plus géniales

Shrui : L'confrère breton

Stranger : La frite,

Zayhr : Il est normand mais sympas

SissiGiroux : Parce que beaucoup de moments drôles passés avec lui à mes débuts

Arthur : Mon usine à skins et commandes 3D \o/ (puis, étonnamment, il est drôle)

Xadrow : Calme, posé, d'excellentes discussions en sa présence

 

+ Les personnes que j'ai pu oublié, ou celles avec lesquelles j'ai passé d'excellents moments !

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca fait quelques mois que je m’entraîne à écrire des soutiens pour mes amis, ainsi que des petits textes remplis de bêtises amusantes, et ce pour plusieurs raisons.

Premièrement, pour  simplement les aider à changer de grade, évidemment. C’est –entre autres raisons– pourquoi je reçois de  fréquentes menaces, souvent réitérées à cause de mon retard.

Deuxièmement, mes écrits sont souvent l’occasion de faire une propagande intensive pour la République de Freiwald. Etant son chancelier, chargé de la communication, je suis dans l’obligation de crier sur tous les toits que mon pays est un havre de paix, de démocratie, et de Roleplay. Et il est toujours satisfaisant de voir que les pauvres gens heureux croient à mes bobards et font des candidatures pour nous rejoindre. Qu’elle n’est pas leur déception lorsqu’ils découvrent la faune –ainsi que la flore que deal Valky– qui compose notre glorieux pays. Pour remettre cette remarque dans un contexte qui permettra au lecteur de rire à ma blague ma foi fort tordante, sachez que le Channel de Freiwald est connu –et à raison– comme étant un lieu de débauche, où se réunissent les rebus de la société, pour imiter des gens très méchants, et s’envoyer des liens que la morale réprouve (Attention toutefois à ne pas essayer dans le Channel du FH, #AkaStyle). Mes posts sont donc implicitement une propagande pour embrigader les jeunes gens fraîchement arrivés sur le serveur, et ainsi les corrompre.

Troisièmement, parce qu’il est m’est apparu depuis un certain temps que je prends beaucoup de plaisir à écrire, que ce soit de manière sérieuse dans une histoire Roleplay (qui aurait cru qu’un Freiwaldi puisse dire ça ?), de manière hRP, ou bien tout simplement lorsque je discute avec la communauté. L’écriture est pour moi comme la cuisine (mais pour les hommes ;D), il est surtout question de choisir les bons ingrédients, et de les doser. Mes talents culinaires ne m’ont jusqu’ici apportés qu’une faim inextinguible et qu’une invitation au bal annuel des sapeurs-pompiers, car cuire des pâtes peut s’avérer dangereux, très dangereux. À contrario de cette fatale activité qu’est la cuisson de plats surgelés achetés au bout de la rue chez Picard, je n’ai jamais risqué ma vie en écrivant mes inepties. Cette activité paisible et Squid-Safe est quelque chose que j’adore faire, et je cherche sans cesse des occasions de la pratiquer. De plus, mon maigre talent et les jolis mots rigolos que j’utilise m’ont parfois permis les louanges de mes camarades. Que ce soit simplement un « Jerry golay », ou des hurlements de rire de Valkyrie, il m’est toujours agréable de savoir que certains peuvent rire de mes blagues souvent débiles, parfois amusantes.

Ces nombreux textes sans sens (si seulement ça servait) semblent si stupides, si impertinents, si sauteuses, que nul n’a songé à leur utilité profonde. Et pourtant, je nourris de grands desseins, ainsi que les pigeons nichés sur mon balcon.

On dit parfois (Enfin je viens de le dire, on sait jamais, ça peut lancer une mode) qu’un loup n’est qu’une pièce de ce complexe puzzle qu’est une meute de loup. Et l’ensemble de mon œuvre est comme le reflet d’un loup dans un miroir : elle ressemble à ce même loup, mais à l’envers.

Mes plussoiements semblent solitaires, car ils ne sont pas (ou peu) reliés entre eux. Ils sont aussi tro d4rk car j’écris en noir. Solitaire et ténébreux, telles sont les caractéristiques du loup sauvage d’Europe, celui-là même qui épouse les formes grasses et flasques d’un vieux beauf de 58 ans, parti au camping avec la vieille Monique, une bouteille de Ricard dans une main, sa carabine dans l’autre. Cet ignare inné n’ayant ni ouïe ni gout, il porte un T-shirt de la tournée 82 de Johnny, avec un loup ténébreux, solitaire et virile dessus, 100% coton.

Revenons à nos moutons (ceux-ci mêmes qui composent le T-shirt de la tournée 82 de Johnny, tout est lié). Tous les textes idiots que j’ai écrits jusqu’ici ont toujours une visée plus grande qu’un simple passage de grade, ou qu’une propagande Freiwaldie. Des forces occultes agissent dans l’ombre, et un grand événement se prépare. « L’heure approche », disait l’Oracle Uhr. Les engrenages s’activaient un à un, toutes les pièces du puzzle se dévoilaient peu à peu, et l’inévitable allait bientôt arriver.

 

À suivre...

(lol le bac blanc c'est demain)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

 

Je viens ici pour m'opposer à la demande de citoyenneté de GhideonZorn.

 

En effet, il me semble que devenir citoyen est réserver aux joueurs qui ont prouver leur investissement. Qu'ils font preuve de maturité et de sérieux que se doit sur le forum ou IG. Ghideon ne remplis aucune de ces conditions. Il faut savoir que Ghideon insulte régulièrement les autres joueurs ainsi que la modération. Pensant ainsi crécher la "bonne parole" comme il nous le rappel souvent. J'espère que les modos vont enfin se pencher sur son cas pour déterminer une sanction à la hauteur du ridicule de cet odieux personnage.

De plus, si Ghideon passe citoyen, je n'aurai alors plus rien contre lui car il sera mon égal. Et je ne pourrai dès lors plus lui dire qu'avec un pseudo en vert, on ne peut pas parler tout en pensant être pris au sérieux. Ou autre phrase du genre. Imaginez ça, moi ? Devoir respecter Grosdeon ? Je préfére encore finir pendu.

 

 

 

 

EDIT :

 

1518358166-2018-01-16-21-37-41.png

  

Bien le bonjour.

 

J'ai attendu ce jour depuis des mois maintenant. Et ce jour est enfin arrivé. Je viens donc fièrement soutenir GhideonZorn. En effet, il me semble que devenir citoyen est réserver aux joueurs qui ont prouver leur investissement. Qu'ils font preuve de maturité et de sérieux que se doit sur le forum ou IG. Ghideon remplit totalement ces conditions !  Il faut savoir que Ghideon n'insulte jamais les autres joueurs ni la modération. Il passe plutôt son temps à crécher la "bonne parole" comme il nous le rappel souvent. J'espère que les modos vont enfin se pencher sur son cas pour récompensés ses efforts en le passant citoyen de l'empire. Un grade à la hauteur de la splendeur de ce charismatique personnage.

De plus, si Ghideon passe citoyen, je n'aurai alors plus rien de différent avec lui. Et je pourrai dès lors lui dire qu'avec un pseudo en bleu, on peut  parler tout en  pensant être pris au sérieux. Ou autre phrase du genre. Imaginez ça, moi ? Devoir ne pas respecter Le grand Ghideon ? Je préfère encore finir pendu.

 

 

UN RP soon.

Edited by Wariow

Share this post


Link to post
Share on other sites

Messieurs dames, bonjour.

 

De retour à mon bureau après un long périple sur les routes stendeliennes, je trouvais, glissées sous ma porte, une petite dizaine de missives.

Parcourant lesdites lettres dont la plupart étaient d'une importance relative, je tombais sur un court message de mon vieil ami, le général Zorn.

 

Ouvrant l'enveloppe, je lisais alors les premières lignes de ce que je pensais être une simple carte postale de Fort Herobrine, et tombais ébahi.

Mon vieux camarade, celui qui avait été mon bras droit direct depuis son arrivée dans la garde volontaire, et qui avait accompagné toutes les évolutions

de ma chère unité, finissant par en devenir un gérant qualifié, aguerri et efficace; se décidait enfin à prétendre au grade de citoyen. 

Sa candidature venait d'être déposée au bureau des Gouverneurs, et il en attendait maintenant le traitement avec patience.

 

Comme tous les officiers de la garde, et comme tous les amis de cet olibrius; je l'avais maintes et maintes fois poussé à entamer la rédaction de sa candidature.

Jamais, malgré nos sollicitations, il n'avait semblé vouloir s'y pencher; donnant la priorité à ses travaux sur Fort Herobrine, ou encore pour le WAM.

Nous en étions presque à abandonner l'idée de le voir changer de grade avant le siècle prochain, nous étions presque résignés...

 

Et voilà qu'en ce délicieux Dimanche 11 février de l'an de grâce 2018, jour à marquer d'une pierre blanche, il se décide enfin.

C'est donc d'une main que j'écris ce modeste soutien, l'autre étant occupée à sabrer le champagne.

 

Mais comme il en est l'usage dans ce genre de messages, il conviens maintenant de développer mon soutien à mon cher camarade.

 

Le général Ghideon Zorn, also known as Ghideon, Déon, Zorn ou encore Son of Zorn the great; est un membre de la Garde volontaire depuis son arrivée sur Minefield.

Faisant partie de ses premiers contacts sur notre cher serveur, j'étais ainsi aux premières loges pour mesurer son évolution au sein de la communauté Minefieldienne.

Je me souviens encore du jeune joueur qu'il était à ses débuts, du jeune soldat débarquant d'un serveur PVP faction; et à qui il aura fallu apprendre les rudiments du roleplay, moyennant moult punissions et moult châtiments qui ne sont désormais plus permis par les doctrines d'instruction, car jugées trop hasardeuses.

Je me souviens également de la naissance d'un architecte de talent, des premières constructions, des premiers plans... Les évolutions de style, la recherche constante du mieux, la quête perpétuelle d'améliorations à apporter et la volonté nette de produire uniquement de l'excellent. 

Je me souviens du premier (et invaincu depuis à chaque élection) maire de Sandstown, de ses interminables programmes de rénovations urbaines, de ses premiers bâtiments publics, des premiers parcs... et des premiers conseils municipaux !

Je me souviens ensuite du gestionnaire méticuleux, du dirigeant adjoint tout désigné, du bras droit efficace et sérieux; du joueur de confiance qui s'est rapidement imposé par la logique comme le remplaçant idéal, d'abord lors de mes absences, puis à temps plein dans la gestion de Fort Herobrine; quand études et autres tâches m'ont contraintes à passer moins de temps à la barre de mon navire !

 

Aujourd'hui dirigeant exécutif d'un projet, co-Fondateur du WAM, Ambassadeur de l'ANA et membre accompli de la communauté Minefieldienne,

Toujours volontaire pour prêter main forte à qui en à besoin, toujours à l'écoute de ses camarades, et toujours en quête d'excellence opérationnelle dans ses travaux;

Ghideon me semble être un candidat tout désigné pour ce grade de Citoyen.

 

Il saura, j'en suis certain, se montrer digne de ce rang.

 

C'est donc un +1 confiant, en éspérant te voir en bleu très prochainement, ce à quoi on vas avoir du mal à s'habituer !

En te souhaitant bonne chance !

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Wow ... j'en bégayerai presque, Ghideon qui nous poste aujourd'hui en ce dimanche 11 février 2018, après tant d'attente et harcèlements qu'il a subit. Il s'est enfin décidé à nous poster sa candidature à la citoyenneté. 

Enfin bon, maintenant que je suis là, comment pourrai-je bien te soutenir ? Eh oui ! Bientôt un an que je te fréquente ! j'en ai des choses à dire héhé ! Bien sûr, aujourd'hui, je te soutiendrai d'un point de vue intérieur au projet en grande partie, car c'est de ce point de vue que je te connais le mieux, mais promis, quelques lignes seront réservée à un point de vue extérieur à la garde.  

Je pourrais commencer par rappeler à tout le monde que jamais la terre n'a connu un tel sac à dos, mais également jamais connu un tel patriote, prêt à jaillir sabre au clair afin de défendre ses convictions bretonnes, ou encore pour ses pratiques culinaires douteuses. MAIS, malgré tout çà, j'apporte aujourd'hui sans plus attendre, tout mon soutien à mon ami Ghideon, et pour changer, je vais démontrer aujourd'hui autour de 4 raisons, pourquoi Ghideon ferait un parfait villageois citoyen  !


(la 5ème raison va vous étonner) 

1 : il est beau une motivation sans faille.



S'il y a bien une chose dont personne ne pourra remettre en cause aujourd'hui, c'est belle et bien la motivation sans faille dont il fait part, en effet, que ce soient les travaux de taille colossaux, les nombreuses heures à se fendre le crâne dans le seul but d’améliorer Fort Herobrine, ainsi que l'expérience de jeu dont il fait le maximum pour rendre la plus agréable possible au sain du projet. Tu as permis à la garde d'être ce qu'elle est devenue aujourd'hui, une communauté soudée, motivée, active et bien solidaire.

Nul ne doutera des nombreuses heures que tu as dû passer à réfléchir au moindre bloc, pnj, où encore chaque ligne de tout RP, je ne doute pas que chaque geste soit soigneusement réfléchi, ce qui au final, donnera toujours un résultat des plus excellent.



2 : un meneur de troupe :  

Personne n'en doutera non plus, ton grade de Général te sied parfaitement, en tant que dirigeant du projet, tu as su motiver les membres à rendre le projet encore meilleur de jour en jour, tu as le talent du diriger des troupes afin d'aboutir à des résultats le plus rapidement possible. Que ce soit en répartissant les tâches, en délégant, mais surtout, en prenant en charge une grande partie des travaux que le Fort, aujourd'hui, ne cesse de s’améliorer.

Il n'y à aucun doute que grâce à toi, la garde volontaire ne cessera de s’améliorer, mais aussi les nombreux projets que tu as en tête se dérouleront comme prévu, comme cela l'as toujours etait ! 



3 : un rôliste assidu : 

Je ne le cache pas, la communauté de fort herobrine est celle qui m'a motiver à rester jouer sur Minefield, et s'il y a bien une chose, que j’apprécie tout au plus, c'est belle est bien de jouer de façon roleplay. Bien qu’étant un serveur semi roleplay, l'une des plus belles facettes de ce serveur reste tout de même cette dimension médiévale fantastique qui fait tout le charme de Minefield, ce côté roleplayGhideon ne l'a que très bien adopté, en effet, les nombreuses patrouilles, simples repérages, où encore batailles auxquelles j'ai pu participer à tes côtés reste aujourd'hui parmi les meilleures choses auxquelles j'ai pu participer sur Minefield, et ce, encore aujourd’hui.


4 : Un joueur communautaire.

D'aussi loin que je me souvienne, tu auras toujours était un joueur prêt à aider son prochain, toujours volontaire pour donner un coup de patte, et se peut importe le chantier. Également, une des qualités dont tu fais part est ce côté toujours intéressé par tout ce qui t'entoure, je ne compte plus le nombre d’anecdotes dont tu as pu faire part sur de nombreux coins de Minefield, reculés où non.    

Récemment tu as pu intégrer le poste d'ambassadeur de l'ANA, chose qui t'as permis de porter désormais la casquette de scribe, chose qui elle aussi te sied parfaitement, tu sais aider les nouveaux arrivants, je ne doute pas sur le fait que tu as su en motiver certains d'entre eux à jouer régulièrement, chose qu'ils n'auraient peut-être pas eu l'envie de faire sinon. 


M'enfin ! Je pense qui tu as eu ta dose de moussage pour aujourd'hui non ? (joke) Enfin, tu l'auras compris, à mon sens, tu es l'une des nombreuses personnes qui font aujourd'hui le charme, mais aussi l'attachement que j'ai pour Minefield et sa communauté. Je t'apporte tout mon soutien dans cette candidature, mais bien aussi et bien évidemment pour la suite, suite qui j’ose croire qui ne serait plus belle encore. 

Allez, c'est sans doute le plus gros +1 que je n'ai apporté que je t'apporte aujourd'hui !



Amicalement, Jihair 
 

 

5685079ec3797ec544b713957587499f.jpg

Edited by Jihair

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à tous,

 

rbmr.png

 

Je viens soutenir Ghideon dans le cadre de sa demande de Citoyenneté ... Il était temps !

Pour commencer je tiens à remettre les choses dans leur contexte :  http://www.topito.com/top-preuves-bretagne-pique-normandie

Voilà voilà après ceci je me permet de commencer mon plussoiement.

Ghideon est un joueur actif, sérieux, ambitieux, motivé et surtout tourné vers l'avenir.

Architecte de qualité, bien que chiant avec sa "Bretagne", c'est toujours un plaisir de passer du temps avec ce joueur sur Mumble ou bien en jeu.

Ses qualités et ses talents lui ont permis de gravir les échelons au fur et à mesure du temps au sein du Fort Herobrine au point d'être aujourd'hui le N°2 de ce projet. Il a beaucoup travaillé pour faire ça et il mérite vraiment son haut rang au sein du FH.

Parlons maintenant du rang de Citoyen. Je ne vous cacherai pas que Ghideon a sans doute été un énorme flemmard pour ne pas la faire plus tôt que ça ... Mais bon, il a enfin réussi à franchir le cap ! Pour moi, Ghideon Citoyen c'est une évidence et il a clairement sa place en capitale.

Bref voici mon +1 pour ce "Breton" ! Sincèrement j'aurai pu soutenir son ban def j'aurai fais de même mais bon, faut faire avec ce qu'on a ...

 

 

Cordialement,

Stalroc,

Seigneur de Simurgh,

Chevalier de l'Empire,

Aventurier de The Adventurer.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne connais pas spécialement Ghideon mais je l'ai déjà croisé plusieurs fois IG.

Quelqu'un de fort sympathique et généreux. Apte à être citoyen !

 

+1 !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne côtoie pas Ghideon mais c'est un joueur que l'on croise régulièrement dans les discussion forum/ig et dans divers initiatives. Son nom revient régulièrement et positivement. La qualité de sa candidature et les preuves de ses divers engagements prouvent qu'il mérite de devenir citoyen.

 

Bravo pour ce que tu as réalisé jusqu'ici !

 

+1 et bonne chance pour la suite !

Ieyasu

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai eu l'occasion de voir Ghideon sous différents angles, et que ce soit dans un cadre RP avec le Fort ou dans l’investissement en ses divers projets et responsabilités je l'ai trouvé très  remarquable et appréciable ; c'est pourquoi j'appuie aujourd'hui sa candidature au grade citoyen : il est investi et sérieux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hellow !

 

Membre incontournable du Fort Herobrine, gestionnaire de génie et joueur impliqué dans la communauté, cela fait déjà un moment que le guidon aurait déjà du arborer la belle couleur bleue foncée ! (en plus il est presque breton (il n'est que de Rennes après tout...), donc il est sympa, bouh aux autres)

 

Que cela soit au sein de la garde, au sein du WAM ou encore au sein de l'ANA, Ghideon n'a plus grand chose à démontrer pour prouver à quel point Minefield lui tient à coeur.

 

Je reste toujours admiratif de la rénovation du fort dans laquelle il a œuvré ou encore du jeu roleplay que tous les membres de la garde accentuent. Un grand bravo à vous tous et donc à toi (puisque ça reste ta candid' quand même...), Ghideon.

 

Beaucoup trop de gens cool qui font de belles candidatures en ce moment, pfiouuu

Tampon :goldblock: +1 bligesque de ma part ! :goldblock: . Ce joueur sera un excellent citoyen et quelque chose me dit qu'il ira même plus loin !

 

Un ptit gibbon qui passait par là...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello hello o/

 

Ghideon, ce n'est pas juste un pillier de la communauté minefieldienne, ce n'est pas juste un joueur motivé, ce n'est pas juste une personne genereuse, mais c'est aussi quelqu'un qui s'applique et qui réalise ses projets avec soin.

 

C'est un joueur admirable qui cherche à renouveler des vieux principes et qui s'investit coeur et ame sur le serveur, tant bien en RP qu'en responsabilités.

 

Je ne peux que plusoyer cet homme qui merite amplement le rang citoyen.

 

Bonne chance l'ami o/

 

+1

 

 

Xadrow

Share this post


Link to post
Share on other sites

[insérer ici entrée fracassante]

 

De ma plus belle plume, gorgée d’encre et de paresse (chacun sait le fléau que sont les longues heures de cours, les yeux rivés sur le cadran accroché au mur de la salle) je vais ici m’essayer à une pratique de plus en plus répandue, semble-t-il, dans le fabuleux monde des octopus, à savoir les studieux plussoiements longs comme le traité de Maastricht. Considérons donc cet écrit comme un plagiat pur et dur de mon confrère P02pk , à la manière dont les Bretons se sont alliés pour nous voler tout un tas d’idées, notamment le cidre et la joie de vivre (car, comme beaucoup le savent, les premiers mots que prononce un bébé breton sont ‘parapluie’ et ‘dépression’.)

 

En parlant de Bretons, justement, ce mot ne mérite même pas de majuscule. Je vais tenter d’étayer mon propos. Au cours de l’une des heures de cours ennuyantes mentionnées plus haut, je m’assoupis un moment. J’ai le souvenir d’avoir fait un rêve plus vrai que nature. Ce rêve avait un goût étrange, un goût de pèche au thon, ou encore de pizza au caramel. Dans ce court mais néanmoins riche moment d’égarement, une situation cocasse m’arriva -à la suite de ma sortie de prison, ndlr- et je ne puis m’empêcher d’en parler ici.

En effet, les faits que je m’apprête à racuspoter ne sont pas des moindres. Alors que je me dormais, le sang plein de haine communiste, de chants de l’armée rouge et de vodka, et que mes camarades débattaient sur le vaste sujet qu’est le chlorure de sodium, je fus réveillé par des bruits de trompettes et de sabots. Ni une ni deux, je bondis de mon lit (lui aussi à l’aspect bétonneux, comme les quais de Freiwald) , enfilai mes slaches, et me mis en route vers ma cuisine. Comme si la situation n’était pas déjà assez malheureuse, en entrant dans la pièce susnommée, je glissais, aussi majestueux que la langue allemande, sur une frite que mon compère belgeophone avait du laisser traîner. Malgré ma cheville enflée comme celles d’un breton qui clame la paternité du Mont St Michel, je réussis à me relever pour ensuite courir jusqu’à mon Flacard à pharmacie pour saisir ma solution médicamenteuse. Une fois mon cachet verveine-gingembre Anti-Nationaliste avalé (bien que celui-ci ait visiblement eu peu d’effet), je sortis d’un pas décidé pour aller écorcher au tesson de bouteille celui qui avait osé me tirer de mon sommeil. A force d’écouter des grands classiques de la musique classique russe (comment puis-je en parler sans citer les grands noms que sont Père-Castor, la Panthère rose, ou encore l’Inspecteur Gadget), mon oreille développée parvint sans difficulté à retrouver la direction du tintamarre. Au coin d’une rue, alors que le président de notre contrée préparait déjà ses canons pour, je cite ‘régler le problème à l’ancienne’, je vis au loin la loque qui m’avait sorti d’un sommeil de poupon. Quelle ne fut pas ma surprise de tomber sur un soldat en uniforme bleu à cheval, complètement torché (le cheval aussi, d’après mes souvenirs), brandissant le drapeau de la Bretagne, et braillant son hymne. A ses côtés, un petit homme affamé, barbu mais gentil, soufflait tous ses poumons dans une trompette de fortune. Ce devait probablement être le seul de nous à être sobre, même si à force de souffler ainsi il ne devait plus être très net. Vous vous en doutez probablement, la première question qui me vint à l’esprit fût ‘Comment est-ce possible qu’une contrée si minuscule et médiocre puisse avoir une hymne ?’. Voilà l’allégorie même de l’absurdité humaine, de l’inconscience, et de l’indignité. Tout au plus, ce pochetron était un paysan désespéré qui avait volé l’uniforme d’un soldat de la Garde Volontaire ainsi que les galons d’un général. A la suite une chute abracadabrantesque pour descendre de son canasson, un fabuleux cumulet raté finissant dans une flaque de boue moins sale que lui, l’ivrogne se mit à clamer son grade de général et à brandir ses papiers, me prouvant ainsi qui il était réellement. Nul ne l’aurait pris au sérieux, ni même l’aurait reconnu dans cet accoutrement. J’avais entendu dire que ce tchiniss avait rédigé une tentative d’essai d’ébauche de commencement de candidature citoyenne. Au vu de son état, évidemment, il allait être recalé par les soins de la Sainte-Modération.

Encore sous l’effet d’une vodka un peu trop forte et barbouillé par les pirouettes linguistiques dont le chancelier faisait preuve dans ses rubriques journalistiques lues la veille, il me passa par la tête l’idée de me mettre à la rédaction de quelques mots doux, agilement placés, qui pourraient soutenir l’insoutenable. Depuis peu, sur un coup de tête, j’avais acheté au rayon bio du quartier herboriste de succulents steaks vegan. Ne sachant trop comment je pourrai finir ces immondes plats, j’invitai notre cher Ghideon à manger chez moi. Quelques tonneaux plus tard, nous nous assoupîmes, je me mis donc à rêver dans mon rêve, Inception is in da biz.

 

Au délicat son d’un professeur hurlant de toutes les fibres de son corps sur un élève mijotant dans le fabuleux monde du sommeil (son d’ailleurs semblable à une fourchette grinçant sur une assiette, ou à une chanson bretonne), je me réveillai en sursaut, tentant tant bien que mal de me justifier, parce que quand même la fatigue tout ça, ça n’aide en rien. Pour couronner le tout, la cerise sur le gâteau, les éléments se sont liés contre moi pour me faire souffrir : à cause de la neige et de la sieste prolongée du chauffeur de bus, je restai coincé une bonne heure dans une salle de cours. Mon sommeil déjà rattrapé, je m’attaquai à l’écriture de l’essai que vous lisez désormais.

Un rêve prémonitoire et, probablement, un personnage doté de huit bras m’ont forcé implicitement à rédiger ceci, tout en dégustant un bon verre d’un somptueux champagne, songeant aux bons moments passés aux côtés de l’indigne, de l’absurde Ghideon. On a fait les quatre-cents coups quatre ou cinq fois au moins, et tu vaux bien l’ami ces quelques paroles griffonnées sur une feuille de brouillon.


C’est sur cette conclusion que je conclus (logique). Mon récit comporte un nombre de mots se comptant sur les tentacules d’un poulpe : 1071.

Vous l’aurez compris, je plussoie de tout coeur GhideonZorn pour le grade de Paysan.

 

Je dédie ce texte aux Min-Ya et, évidemment à mon ami Ghislain,

Hasta la muerte hermano.

 

-Z, русский-

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir , 

 

Déjà pour commencer, la candidature est vraiment magnifiquement présentée. :3 

 

Je viens soutenir la candidature du petit déon , je connais depuis peu après son arrivait,  c'est un étrange personne parlent de lui le plus souvent à la troisième personne pour une raison encore un connu .

 

Alors y'a un tas de choses à dire sur Ghideon , il est sur le serveur depuis "peu de temps" mais il a déjà su ce démarqué des autres par l’intérêt qu'il porte au serveur ainsi qu'aux Minefieldiens , en effet depuis la période ou il a rejoint le Fort Herobrine qui était encore dans sa période de galère (on s'en souviens du fort en bois héhé) il a su redorer le blason de la garde ainsi que monter les échelons , il est un architecte de talent (de mon point de vu sûrement l'un des meilleurs sur Minefield) , suffit juste de voir les screens de sa candidature pour le comprendre .

 

Ghideon est un joueur qui se dévoue pour les autres , aussi bien grâce au kidnapping des nouveaux pour le FH a son travaille de scribe de l'ANA où il aide les nouveaux joueurs à s’intégrer sur le serveur ainsi qu'a rejoindre une communauté, ou encore grâce a We Are Minefield un mouvement communautaire où il est l'un des fondateurs ainsi que l'actuel secrétaire, Il est à l'origine de beaucoup d'idée de ce mouvement , il est toujours de très bon conseil et permet une réelle évolution au WAM , ça fait réellement plaisir de voir un joueur si motivé !

 

Il y a réellement beaucoup de choses à dire sur toi Ghideon ! Franchement, tu as accompli énormément de chose sur ce serveur en très peu de temps, et sache que ton "parcours" sur Minefield est réellement impressionnant ainsi que la maturité dont tu as toujours fais preuve pour ton âge .

Tu es aussi un des piliers de la communauté ainsi qu'un joueur que je tiens en très haute estime même si t'es breton  ! 

 

Enfin bref, tu as mon soutien et commences à rédiger la candidature chevalière ! 

 

Sabo 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Ghideon est un membre impliqué tout d'abord au sein de son projet préféré Tolwhig, mais non, je rigole au sein du Faible Herobrine. Il a su démontrer son efficacité moulte fois et gravir les échelons pour toujours plus de pouvoir !
En plus, d'être impliqué dans ses projets, c'est aussi un ami avec qui j'aime passer du temps que ce soit en jeu ou mumble. Ghideon est quelqu'un de génial (bien qu'il soit breton).

Pour moi, ce joueur, Guidon, mérite amplement ce grade citoyen ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonsoir,

 

C’est un peu contre ma volonté que je plussoie ce personnage (qui biensûr mérite de rester villageois toute sa vie mouahahahah, mais je souhaite un jour devenir le meilleur dresseur être promu, d'où ce plussoiement.

 

Bref

 

Si je suis ici aujourd’hui, en la date du 24/02/2018, à 14h55 c’est pour, à l’instar de mes VDD, soutenir ce cher breton salé (encore un) !

Connu et reconnu par toute la communauté de minefield et membre très important de la garde, Ghideon a su prouver son implication sur le serveur, ce qui fait de lui quelqu’un d’apte à devenir citoyen et à devenir tout bleu !

Joueur également très actif, et sachant accueillir les nouveaux comme il se doit, il apporte beaucoup au serveur (avec le WAM également)

C’est aussi une personne avec qui il est agréable de discuter. C'est également un joueur avec qui je prends plaisir à jouer, sur minefield et également sur d’autres jeux (RPZ Total war, un jour je te battrai ! :p)

 

Donc pour moi, ce sera un gros +42 pour ce personnage !

 

Cordialement Darkalne

Edited by The-Darkalne

Share this post


Link to post
Share on other sites

General Zorn,

Je suis ravi de voir enfin votre demande de citoyenneté, vos exploits au sein de la garde sont connus de tous nul besoin donc de les rappeler.

Il va sans dire que votre citoyenneté vous est acquise depuis bien longtemps, cette lettre ne fait qu'officialiser votre rang.

Je garde néanmoins les cookies que vous avez gentilement déposé dans ma boite aux lettres.

 

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

 

Bon pas besoin de faire long (comme ton RP...) ta candidature est complette, ton RP laaaaaaaaaaaaaaaargement suffisant et les soutiens sont nombreux et de qualité ^^

Félicitation pour ton rang de citoyen.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

×
×
  • Create New...